Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, une ville sans histoire(s)

 | 
Jean Dumas

Pour conclure en élargissant

Jean Dumas

Texte intégral

1Dans le cadre de cet ouvrage, conclure c’est tenter le bilan d’une entreprise ambitieuse, peut-être trop tant elle a dépassé les projets initiaux pour se déployer sur de nombreuses années. Menée avec obstination mais rencontrant de nombreux aléas, elle a progressivement pris des formes insoupçonnées au départ, multipliant des rencontres avec des problématiques imprévues. Le contrôle rigoureux d’un pragmatisme de terrain, débattu lors de multiples échanges au sein de l’équipe des chercheurs, a conduit à une élaboration fondée sur la mise en cohérence impitoyable de propositions issues de chantiers de recherche initialement séparés.

2C’est bien une aventure collective qui fournit le propos sur lequel peut s’achever ce travail ; non pas une sorte de « cadavre exquis » mais l’issue raisonnable de rapprochements ayant créé des obligations de mise en cohérence, assumant aussi bien la rigueur que soulignant la différence, voire l’hésitation. Aussi bien, si théorie il y a, et nous allons le montrer, elle se situe dans les méthodes et les outils explorés mais sûrement pas dans le produit final : les visions de la ville proposées dans ce texte constituent des apports partiels ne prétendant pas à la définition d’une théorie générale, s’ajoutant aux milliers de travaux sur une possible « essence urbaine ».

« Si chaque ville est comme une partie d’échecs, le jour où j’arriverai à en connaître les règles je posséderai enfin mon empire, même si je ne réussis jamais à connaître toutes les ville qu’il contient. C’est une ville qui n’est faite que d’exceptions, d’impossibilités, de contradictions, d’incongruités, de contre-sens… par conséquent il suffit que je soustraie de mon modèle des exceptions et de quelque manière que je procède j’arriverai devant l’une des villes qui, quoique toujours par exception, existent. »
Italo Calvino, Les Villes invisibles, Turin, 1972, trad. franç. par Jean Thibaudeau, Paris, Le Seuil, 1974.

3Qui mieux qu’Italo Calvino, avec Borges et sans doute Tolkien remis au goût du jour des adolescents, pouvait réaliser cette introduction sensible en même temps qu’onirique à un sentiment exacerbé de la ville dans les dialogues tirés des Villes invisibles ? L’idée de la compréhension de la ville réside dans l’acceptation d’une complexité dont on ne peut accepter qu’elle soit confusion : une partie compliquée d’échecs certes mais en posant que ce qui est intellectuellement le plus important n’est pas la partie en tant que telle, aussi riche de rebondissements (spatiaux et territoriaux) soit-elle, mais l’idée qu’il y a des règles générales d’organisation et qu’elles peuvent être pénétrées, entre autres choses par une démarche d’investigation scientifique. Et de la seconde citation naît une possibilité de méthode, développée tout au long de la démarche : par un allègement de la complexité, par un tri progressif organisé à partir de la découverte de ces règles de vie aller vers une ville réelle et cependant dégagée de la confusion des sens multiples du quotidien.

4D’une expérience de la ville vécue sensiblement et sans l’appui de dénominations historiques, de la pratique des usages concrets des cheminements sans l’épaulement de lieux significatifs dans leurs usages actuels ou symboliques, naissent des indications sur les règles spatiales qui organisent le passage de « l’agglomérat » urbain indistinct à « l’agglomération » considérée comme ensemble construit à partir de régularités à mettre en évidence par des outils susceptibles de faire le passage entre le vécu et sa restitution dans un langage transférable des formes.

5Sans que l’on puisse en séparer rigoureusement les moments dans le temps, deux grands mouvements de production d’un savoir urbain ont marqué la réflexion. L’objet urbain (ou la « ville peu visible » pour détourner I. Calvino) a pu constituer un objet de connaissance, sollicitant les moyens d’une verbalisation apte à dépasser les exceptions et les frontières de la vie quotidienne ; l’écriture va assurer le passage de l’expérience immédiate à la communication extérieure, parler la ville en tant que situation vécue devient parler de la ville par l’effet de distance provoquée par le langage. Mais, et le temps de l’expression en est sensiblement différent, la ville constitue également un sujet de recherche qui engage la mise en œuvre d’outils de compréhension, la question centrale étant de comprendre ce que le langage enrichit.

« Les idées s’améliorent. Le sens des mots y participe. »
Guy Debord, La Société du spectacle, Buchet/Chastel, 1957.

6Parler de la ville est provocant car l’exigence de mise en forme conduit à demander des règles susceptibles de dépasser ce qui est trop immédiat : écrire sur une ville appelle l’élargissement en se posant la question de la validité d’un transfert, LA ville devient par l’exigence logique UNE ville attachée à des caractères reproductibles. OBJET-SUJET, VÉCU-TRADUIT donnent un cadre rétrospectif à la recherche présentée et autorisent un dernier arrêt méthodologique sur les choix qui ont été engagés afin de répondre aux exigences initiales.

1. La naissance d’un objet autonome : les voix de la ville

7Dans le développement du débat sur les méthodes utilisées, la question de la légitimité d’une traduction acceptable par tous et donc transmissible s’est immédiatement posée. En effet, le « rendu compte » est le maître mot dans une recherche collective qui impose une quasi-transparence de tous les moments sous peine d’éclatement. Dans le cas présent les mouvements centrifuges inhérents aux découvertes amenées par une bonne demi-douzaine de rencontres avec un terrain sans définition préalable ont pu être compensés – non sans débats parfois vigoureux – par des rencontres continues dont les résultats étaient acceptés dès lors qu’ils étaient validés par un retour permanent sur l’observation.

8Soumis au contrôle effectif du groupe un langage s’est constitué, fort d’un vocabulaire et d’une syntaxe organisant, ainsi, le passage de l’image mentale à la construction spéculative et en établissant qu’il n’existe décidément de représentation qu’au travers des mots mais aussi des signes graphiques dès lors que l’on doit rendre compte de l’espace. C’est ainsi que se constitue un double champ sémantique, exigeant et original au sein des sciences sociales, celui qui porte sur les mots d’une part, celui qui figure par les traits (du dessin) de l’autre, l’élaboration étant concomitante mais pas nécessairement conjointe. Dans les débuts on peut dire que les mots tendent à créer des formes, tandis que durant la période terminale de rédaction c’est l’inverse qui se produit en exigeant organisation plus que définition.

9Des mots, par cela, s’imposent qui par l’analogie des caractères (le dur, le mou, le malléable) à la métaphore figurative (le liant, l’agréable…) donnent une quasi-figuration mentale des choses en les ramenant à une matière urbaine plus ou moins dense qui tend à s’étaler dans l’espace telle une lave volcanique figée en de nombreuses rides et nodosités. C’est ainsi une ville-matière qui constitue l’objet construit des résultats proposés ce qui tend à réintroduire très fortement espace et verticalité dans une approche très physique, nonobstant très sensible, car on est renvoyé constamment aux modes de perception physique et de représentation. La ville-matière s’impose au piéton, au cycliste (par ses pentes et contre-pentes même brèves), tandis que pour l’automobiliste elle se réduit et s’appauvrit dans le champ du pare-brise !

10En même temps qu’elle se verbalise la « ville-matière » s’impose dans son étendue, pâte plus ou moins épaisse qui fixe des échelles de présentation. On relèvera que celles-ci échappent à la métaphore et qu’elles fonctionnent par analogie a-spatiale. Aussi est-il nécessaire d’utiliser les procédés (ou les prothèses ?) de la figuration graphique afin de préciser la hiérarchisation et l’altération des distances : le partage de caractères d’un groupe d’îlots d’habitation à un ensemble construit par l’imbrication des voies multiples ne se fait pas par addition si tant est que le passage du décamètre à l’hectomètre, voire au kilomètre met en évidence les caractères très différenciés de l’agglomérat/aggloméré.

11Dans cette configuration, comme dans l’écrit, l’expression doit être anonyme, les lieux n’apparaissent que par des dispositions spatiales ayant comme utilité principale de mettre en évidence le dedans et le dehors et donc les limites ou, tout le moins, les zones de changement. À la différence de l’usage des métaphores nécessairement limité par les disponibilités du vocabulaire, les expressions graphiques peuvent être beaucoup plus variées car la combinaison des traits, des trames et des couleurs est très largement ouverte au talent et au sens esthétique des chercheurs. Ainsi, si rapprochement il y a, il se réalise dans une intéressante asymétrie entre la rigueur des mots et la souplesse des formes.

12La relation démonstrative apparaît ainsi avec netteté : la figuration graphique, en même temps qu’elle fixe les modalités de l’occupation de l’espace, a comme fonction de fixer les modalités des sauts d’échelle que seule l’expression dessinée permet de rendre. Une cartographie de l’innommé se met en place qui l’insère dans une grammaire de formes spatiales propice à la comparaison et à la typologie dans des modalités variées d’expression.

2. La pratique de la méthode : le chiasme et la bifurcation

13La démarche exploratrice mise en œuvre est une construction itérative qui a permis un approfondissement de l’usage des outils en même temps qu’une meilleure connaissance de leur utilisation amenant un savoir plus strict sur leur usage. Mais, et sans qu’il y ait d’intention théorique au départ, une double approche s’est rapidement imposée séparant avant de les rassembler ultérieurement les données de l’expérience en une remarquable bifurcation logique. Sur un même terrain elle peut être caractérisée comme une dissymétrie dans les connaissances donnant une dynamique particulière au savoir, tel le chiasme de la statuaire, c’est-à-dire le dérèglement ordonné des formes qui donne l’apparence du mouvement.

14Il est essentiel de noter que la bifurcation intervient sur la figuration de la nappe urbaine dès que se trouvent posés les cadres métaphoriques initiaux. Elle constitue un objet dont l’approche est susceptible de mêler deux caractères imbriqués mais cependant identifiables séparément en tant que sujets de l’analyse selon les méthodes choisies. On peut en effet prendre en compte la nappe en tant qu’étendue spatiale forte de caractères variés de malléabilité, mais il est aussi possible de s’attacher à l’organisation des éléments structurants que dessine la voirie en imprimant les marques d’un quasi-squelette qui fixe les rapports de la coalescence mais aussi des discontinuités. Les deux approches supposent la mise en œuvre de positions analytiques très différentes dans l’élaboration d’un rapport à l’organisation des choses observées.

15Partir de la nappe et de la continuité amène la démarche déductive de la première partie. À l’origine la définition d’une approche cognitive unifiée dans la reconnaissance analogique des faits : la métaphore permet de sortir de la rigidité des analyses de type morphologique ou morphohistorique. Le vocabulaire métaphorique désigne l’espace par ses traits majeurs fondés sur l’agglomération et ses dérivations (agglomérés, agglomérat). Ils entraînent la mobilisation de substantifs donnant une matérialité nouvelle à l’objet de l’observation. Alors la narration descriptive se moule dans la forme spatiale élaborée a priori en tant qu’extension territoriale. Alors peut être rendue la variété des formes de l’extension retrouvant de manière renouvelée le vieil effet de site urbain cher aux géographies classiques. Il ne s’agit plus alors du génétisme habituel de l’adaptation historique mais d’une approche synthétique du façonnage matériel de l’extension urbaine sur son substrat topographique, en l’occurrence, dans notre cas de terrain, l’effet d’amphithéâtre de la rive gauche du fleuve. L’introduction du couple malléabilité-consolidation va rendre compte du phénomène d’étalement en l’insérant dans une approche strictement physique et dans un état statique qui se trouve bien défini par le paradigme théorique réalisé autour de l’agglomérat.

16Tout autre est l’autre branche de la bifurcation qui naît dès les débuts de l’investigation, se séparant de toute approche déductive. Dans ce qui constitue l’essentiel de la seconde partie c’est la démarche inductive qui prend résolument le pas sous la forme du langage de la matérialité urbaine. La base en est constituée par une observation méthodique des percées urbaines et une représentation graphique méticuleuse qui remplace les métaphores du départ par une grammaire graphique appuyée par des photographies choisies par leur effet de passage du plan cartographié aux volumes observés. Les choix graphiques autorisent la mise en comparaison et la mise en évidence des effets de similitude et de reproduction – une sémiologie graphique s’établit à partir du squelette formé par le réseau de la voirie. Impliquant la prise en compte des échelles de représentation, elle permet de déboucher sur des niveaux d’organisation de l’espace urbain et sur les formes d’emboîtement des relations.

17Ainsi l’effet analytique de bifurcation tend-il vers une figuration totale de la ville telle qu’elle est, fondée sur l’intrication entre le continuum de la nappe urbaine, et le nervurage des rues et des voies diverses. Le rapport entre le plein d’un espace bâti diversement et les creux de la voirie n’est donc pas seulement fondateur de toute typo-morphologie mais il peut être conçu comme un conducteur fondamental de la compréhension de la ville. Il commande les deux approches, distinguées, à la fois par l’objet du discours analytique et par la méthode de construction mise en œuvre. C’est de leur assemblage que naissent les principales propositions, par un emboîtement qui ne va pas immédiatement de soi mais impose la mobilisation de différences dans la manière de considérer cet espace sans l’histoire.

3. La vision ordonnée des choses : de l’innommé aux raidisseurs

18En continuant à considérer la nappe urbaine comme une matière, le résultat du travail conjoint de construction va apparaître avec évidence. On part d’un ensemble amorphe assimilable par la thématique agrégat-innommé à ce que les physiciens caractérisent comme étant l’état visqueux, l’extension urbaine étant le fruit d’une certaine capacité à l’étalement sans principe directeur. Mais à l’observation cet ensemble va s’éclairer de quasi-principes directeurs qui vont fonder une nouvelle organisation urbaine.

19Parvenir à ce résultat revient à prendre en compte les bases de toute observation, ici dénommée macro-urbain et micro-urbain, en partant de la quasi-impossibilité de passer par continuité du premier au second puisque ce qui fait la ville constituée autant que vécue ne résulte pas de la simple addition d’éléments particuliers et isolables. Cette impossibilité posée dès le départ était indispensable à la mise en œuvre d’un travail supposant une pratique fine du terrain concret liée à une mise en organisation rigoureuse par ses appuis théoriques. Le micro-urbain est donc constitué par les immeubles s’agglomérant certes en mitoyenneté mais toujours réductibles au logis, ou à l’atelier, ou au commerce c’est-à-dire à l’espace privé ou privatisable (une salle commune fermée lors d’un spectacle). Le macro-urbain est l’ensemble, petit ou grand, mais impliquant le changement d’échelle qui dissout tout ce qui est légitimement appropriable en groupements plus larges où le volume d’ensemble dissout les détails de la construction. Dans leur rapport avec le système de la voirie, le premier est le pas-de-porte, le second est l’axe qui traverse et va d’un site à un autre, mais, dans les deux cas, la perception des formes est naturelle et s’inscrit à la base de la pratique quotidienne de la ville.

20Il en va tout autrement d’un champ intermédiaire, invisible et pourtant fondamental car il assure la liaison entre macro et micro et forme une ossature déterminante pour la nappe urbaine dont on conçoit alors qu’elle puisse se diversifier en plaques, ou zones, peu ou prou autonomes. C’est ce méso-urbain qui constitue le résultat le plus évident, et le plus nouveau apporté par cet ouvrage en suscitant la création d’un concept spatial susceptible de conduire à de nouvelles considérations comparatives sur la matérialité des espaces urbains.

21C’est par le concept de figures qu’il est possible de formuler la situation du méso-urbain et sa capacité à lier logiquement. La figure est ici considérée d’une part comme le dessin à échelle convenue d’un bâtiment ou d’une pièce mécanique et d’autre part comme la relation logique et reproductible entre des ensembles concrets ce qui constituerait une quasi-rhétorique spatiale allant du macro au micro. En la matière si le langage métaphorique a permis de poser les bonnes questions de l’organisation, c’est le langage graphique qui a débouché sur les figurations majeures de l’organisation en couplant raidisseur et triangle c’est-à-dire en associant une fonction d’organisation à une distribution dont la topologie apprend qu’elle assure la couverture continue d’un espace donné en sa forme la plus élémentaire, ce qui est le cas à Bordeaux, mais n’exclut pas qu’ailleurs ce soit le quadrilatère ou encore l’hexagone (le plus fréquent dans la nature, soit dit en passant).

22Cette longue investigation apporte de grands enseignements voire des solutions possibles à deux difficultés majeures de l’enquête spatiale prenant en compte la nappe urbaine dans toutes les nuances qu’elle montre à partir d’une observation précise des pratiques qu’elle supporte en même temps qu’elle les ordonne. La première, d’ordre méthodologique, propose une solution possible à la mise en relation entre les proximités immédiatement perçues, les bâtiments et leurs accès, objets habituels des typo-morphologies, et les ensembles constitués par des caractères d’homogénéité ce qui est le début des échelles de l’urbanisme. Entre les deux a été réalisée une véritable histologie urbaine qui traite conjointement de la continuité organisée (peu ou prou) du bâti et de l’innervation de ce tissu (au sens quasi médical) par l’enchevêtrement apparent de la voirie. Le jeu dialectique de la déduction et de l’induction se montre propice à l’établissement d’un tableau précis des formes urbaines locales qui, mis en œuvre systématiquement, donne un mode d’approche aisément transférable dès qu’il s’appuie, et c’est sa limite technique, sur une connaissance très fine de l’espace supposant un temps d’observation, d’enquête et de documentation ; les pages qui précèdent en illustrent les principaux aspects, ils peuvent être améliorés selon les circonstances.

23La seconde est de l’ordre des résultats les plus originaux apportés par cette histologie spatiale qui conduit à la mise en évidence du jeu des échelles d’organisation. Celui-ci fait apparaître un ordre invisible intermédiaire qui est l’élément organisateur de la mise en relation des ensembles avec leurs constituants particuliers. Cette articulation organisée sous une forme topologique cohérente (les raidisseurs et les triangles) propose à l’investigation mais, sans doute aussi à l’action, un cadre épi-décisionnel susceptible, dès lors qu’il est mis en évidence, d’être un moyen d’action sur les dynamiques spatiales recherchées dans l’action urbanistique.

24On le conçoit, la proposition s’établit logiquement puisque les deux champs sont indissociables, débouchant sur la construction emboîtée et se dégageant des modalités précédentes de l’analyse, et en justifiant l’efficacité. Dans cette composition apparaît l’utilité de considérer la « ville sans histoire » à un moment où les enjeux sociaux de la vie urbaine renvoient au cadre perçu et vécu beaucoup plus qu’à la pratique historisante de la muséification des villes.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540