Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, une ville sans histoire(s)

 | 
Jean Dumas

Deuxième partie. Vers un langage de la matérialité urbaine : la leçon bordelaise

Chapitre 2. Regard sur le mode de décryptage de l’espace bordelais : de l’expérimentation à la méthode

Texte intégral

  • 1 Nous nous référons ici à l’analyse de Frances Yates (1975, p. 44) : « La théorie d’Aristote sur la (...)

1Selon la théorie de la connaissance exposée par Aristote dans De anima1, l’imagination joue un rôle intermédiaire entre la perception et la pensée, dans la mesure où la pensée ne peut se formaliser qu’à partir des images mentales générées par les sensations. En se référant à cette définition, notre démarche peut être interprétée comme une exploration de l’imaginaire de l’espace bordelais, tendue vers le décryptage des résonances entre logiques formelles et sensations ; elle s’est concrétisée par la construction d’un langage de la matérialité urbaine.

2L’axe de recherche qui sous-tend cette démarche expérimentale s’appuie sur une posture théorique qu’il convient d’expliciter à la lumière des premiers résultats.

1. Une approche sémiologique de l’espace de la ville

  • 2 Roland Barthes (1985). Conférence organisée par l’institut français de l’Institut d’histoire et d’ (...)

3L’espace urbain est ici considéré comme un texte, énoncé dans un langage propre et porteur d’une signification exotérique, accessible d’une manière ou d’une autre à tous les usagers de cet espace. Cette posture, exprimée de façon emblématique par V. Hugo dans Notre-Dame de Paris (« Ceci tuera cela… »), a été clairement revendiquée dans les années soixante par Roland Barthes qui, dans une conférence intitulée « Sémiologie et urbanisme2 », pose la question : « Comment passer de la métaphore du texte urbain à la réalité de ce texte ? » Celui-ci propose une méthode consistant à décomposer les éléments qui composent le texte et à les analyser, et souligne trois enjeux majeurs dans cette entreprise de décryptage.

4Il importe tout d’abord, selon Barthes, de s’intéresser aux symboles. Mais, tant pour éclairer les codes du langage que pour comprendre la signification du texte urbain, l’analyse ne doit pas chercher à établir une correspondance de type « lexical » entre signifiants et signifiés, soit entre les formes disjointes qui constituent l’espace et les significations que celles-ci revêtent individuellement. Roland Barthes propose en revanche de focaliser cette recherche sur des éléments syntagmatiques (liens et articulations dans le registre du signifiant), et/ou sur des éléments paradigmatiques (« blocs » de sens).

5Par ailleurs, le décryptage du texte urbain devra se faire à plusieurs échelles, de façon à apprécier, au bon niveau, les différenciations structurelles qui s’expriment à travers l’alternance d’éléments « marqués » et d’éléments « non marqués ». Ainsi, le couple centralité/identité ne peut-il être appréhendé qu’à un certain niveau d’organisation de l’espace.

6Enfin, l’analyse de l’espace urbain devra prioritairement porter sur les signifiants, sachant que les signifiés (qui sont assimilés aux fonctionnalités) sont potentiellement fluctuants, et que ce qui est signifiant pour les uns peut devenir signifié pour les autres selon des « enchaînements métaphoriques » qui dépassent le cadre du texte lui-même. Barthes suggère de conduire cette démarche en conservant le regard naïf et ingénu du promeneur, mais en multipliant les regards et en croisant plusieurs visions subjectives de l’espace.

  • 3 Françoise Choay (1969). Article publié dans L’Architecture d’aujourd’hui en juillet-août 1967.
  • 4 Cf. notamment le compte-rendu du colloque intitulé « Sémiotique de l’espace », organisé à l’Instit (...)

7L’approche sémiologique de l’espace de la ville ainsi esquissée se fonde donc sur une analyse syntaxique des formes urbaines, conduites à plusieurs échelles et en regards croisés. Il est notable que les chercheurs qui se sont lancés dans ce type d’approche se sont heurtés à de multiples écueils, liés notamment à l’incapacité de l’analyse des signifiants à restituer la dimension politique des faits urbains (Lepetit 1993) et à exprimer la spécificité des situations et des contextes (Foucault 1966). Les limites de la perspective sémiologique appliquée à l’espace urbain sont patentes selon Françoise Choay qui, dans un article intitulé « Sémiologie et urbanisme3 », fait le constat du phénomène de réduction sémantique qui a frappé le système construit depuis l’avènement de la société industrielle. L’espace de la ville contemporaine est devenu « hyposignifiant », note-t-elle, du fait qu’il est dominé par des logiques de production/consommation et qu’un système de métalangage au caractère abstrait et opératoire a introduit un écran et une distance indépassable entre la ville et ses habitants. Une recherche multiforme s’est toutefois développée en France au cours des années 1970-1980 dans le champ de la sémiologie urbaine4, dont les résultats ont été peu médiatisés. Celle-ci a vite été supplantée par l’engouement des architectes chercheurs pour des méthodes d’analyse plus précisément ciblées sur la typo-morphologie et sur la morphogénèse, qui répondaient mieux à la vision historiciste qui a tendu à s’imposer à l’époque en France tant dans le champ du projet urbain (Devillers 1974) que dans celui de la conservation patrimoniale (Choay 1992). Il nous semble que cette attitude a tendu à induire une assimilation un peu rapide entre forme et langage et a contribué à mettre en exergue un mode d’interprétation savant du texte urbain qui demeure toutefois impuissant à exprimer ce qui fait l’identité d’un quartier ou d’une ville telle qu’appréhendée par ses habitants à travers leur vécu quotidien.

8Un retour sur les apports de la sémiologie urbaine nous paraît particulièrement important aujourd’hui, à l’heure où chercheurs et concepteurs évoquent la question du « code génétique » des formes urbaines, en lien avec les notions de régénération, de réversibilité et de durabilité qui s’imposent désormais dans le cadre des interventions sur l’espace urbain. L’appréciation qualitative de l’environnement urbain englobe notamment une dimension d’acceptabilité des formes bâties, et évalue la capacité de ces dernières à cristalliser une idée de ville renvoyant à une grande diversité de pratiques et d’usages. Une fonction de médiation est en effet attribuée à la démarche de projet. Plus que l’opposition signifié-signifiant, c’est la dynamique du couple forme-représentation qui tend à reposer aujourd’hui la question du langage de l’espace de la ville, comme un cadre pouvant supporter et induire des résonances entre ces deux termes. On parlera plus facilement désormais d’un contexte sujet à des interprétations multiples que d’un texte dont le sens s’imposerait uniformément à tous. Et si dans une situation urbaine donnée le texte urbain fait l’objet d’une mise en forme concertée, ce dernier est destiné à être amendé et modifié à plus ou moins longue échéance.

9L’étude des langages naturels étudiés par Ludwig Wittgenstein, et les deux grandes phases qui ont marqué l’évolution de la pensée du philosophe nous paraissent d’un apport très précieux pour aborder la question du langage de l’espace urbain en intégrant ces nouveaux paramètres.

10D’après la première hypothèse de Wittgenstein (Wittgenstein 1922), des logiques formelles définissent les règles du langage qui déterminent les modes de représentation de la réalité, mais ce langage permet de multiples expressions ou associations entre divers éléments formels ; en outre, l’énonciation ou la caractérisation des liens entre ces éléments ne dit rien quant à leur capacité à induire du sens ou à restituer la réalité. Appliquée au mode de fonctionnement du langage de l’espace, cette proposition signifie que les logiques formelles ont un impact déterminant sur le vécu de la réalité spatiale par les usagers de la ville, mais que celles-ci peuvent engendrer toutes sortes d’agencements sans pour autant produire une organisation spatiale lisible. Cela signifie en outre que si l’analyse morphologique est nécessaire pour comprendre le cadre où s’élaborent les représentations de l’espace urbain, elle ne fournit pas de clés pour identifier les configurations spatiales qui ont un pouvoir évocateur et qui sont porteuses de sens pour les habitants.

11La deuxième hypothèse de Wittgenstein (Wittgenstein 1975) consiste à poser que certains jeux de langage se trouvent instaurés et consacrés par l’usage dans une situation culturelle et sociale donnée, et que les combinaisons de formes auxquelles ils correspondent « parlent » de façon privilégiée à la sensibilité commune. Transposée dans le cadre du langage de l’espace, cette proposition signifie que certains agencements spatiaux ou certaines familles de formes qui se trouvent « intégrés » dans les pratiques urbaines sur le territoire sont particulièrement signifiants, et qu’ils forment des repères forts dans l’image mentale que les habitants se font de leur ville. Selon cette hypothèse, parmi tous les faits spatiaux repérables dans une situation urbaine donnée, il est possible de distinguer des figures qui contribuent plus spécifiquement à structurer les représentations de l’espace et qui sont inductrices de sens au niveau de la réalité urbaine vécue.

2. Le jeu d’échelle engendre une inversion entre signifiants et signifiés

12La méthode d’analyse sémiologique de l’espace urbain que nous avons choisi d’expérimenter sur le territoire péricentral de la ville de Bordeaux prend implicitement en compte ces deux hypothèses, sachant que les grandes étapes de cette démarche renvoient aux principes de décryptage esquissés par Roland Barthes.

13La première phase de ce travail consiste à identifier, à partir d’une série d’observations superficielles, sur plan et sur le terrain, des éléments que l’on retrouve de façon récurrente sur l’ensemble du périmètre d’étude (les pentes douces vers la Garonne, les grands tracés et les îlots creux) et que l’on peut qualifier de syntagmatiques dans le sens où ils contribuent à organiser le tissu construit à différentes échelles du territoire. Ce repérage va permettre d’opérer une première décomposition de l’espace sous forme de nappes morphologiques superposées et articulées.

14La deuxième étape consiste à analyser plus précisément l’une de ces nappes, celle qui correspond aux tracés majeurs : décomposition et caractérisation des composants (différents types de nœuds, différents types de radiales, etc.) ; exploration des liens qu’entretient la nappe majeure avec d’autres niveaux d’organisation urbaine et notamment avec des tracés d’importance secondaire qui correspondent à première vue à un niveau d’organisation local.

15À noter qu’au cours de ces deux premières étapes, l’analyse approfondie met à jour des logiques d’organisation de l’espace qui ne disent rien concernant la capacité des composants formels identifiés à produire du sens ou à agir sur la sensibilité commune (conformément à la première hypothèse posée par L. Wittgenstein).

16Une troisième phase d’exploration consiste à « zoomer » sur le réseau des voiries dans trois des quadrants définis par des axes majeurs, afin d’analyser plus finement les caractéristiques des tracés et les profils des rues, mais également certains aspects morphologiques ou fonctionnels comme les rapports pleins-vides et la répartition des équipements publics. Cette analyse va déboucher sur l’identification de deux catégories de voies à l’intérieur de la trame viaire. La première correspond à une ossature de voies dites « secondaires » (par référence au réseau majeur qualifié implicitement de primaire), et la seconde à des voies dites tertiaires qui irriguent les îlots à partir des voies secondaires. Une distinction s’impose alors parmi les voies secondaires entre celles qui jouent simplement un rôle de liaison et de desserte à l’intérieur d’un quadrant et celles qui se prolongent à l’extérieur des quadrants et permettent de connecter ces portions de territoire avec d’autres quartiers de la ville. Il s’avère que ces axes, que les chercheurs vont spontanément baptiser « raidisseurs », revêtent une importance particulière à l’échelle de la ville, dans le sens où ils permettent de traverser plusieurs quartiers et où ils tendent à agréger des services et des institutions publiques. Mais contrairement aux autres catégories de voies mises en exergue par l’analyse, les raidisseurs ne possèdent pas de caractéristiques formelles particulières, la continuité des tracés s’exprimant uniquement sur un plan topologique.

17À ce point, les chercheurs sont naturellement amenés à faire un double constat. D’une part, ils peuvent rapidement vérifier que le réseau des raidisseurs s’étend à l’ensemble du péricentre bordelais et qu’il forme un treillis continu entre cours et boulevards parallèlement à la courbe du fleuve. D’autre part, ils remarquent que bien qu’invisible, ce réseau leur est familier et qu’ils l’empruntent couramment comme un « coupe-circuit » pour se déplacer rapidement dans la ville, à pied ou en voiture. De fait, ce réseau fait partie intégrante d’une réalité urbaine vécue sans pour autant s’imposer à travers une forme unitaire sur le territoire étudié. Notons qu’un sentiment de découverte et une certaine excitation vont animer les chercheurs devant cette « trouvaille » inattendue, et que leur premier réflexe va consister à qualifier l’espace des raidisseurs à partir d’impressions et d’images qui font appel à la mémoire sensible.

18La découverte des raidisseurs fait donc en quelque sorte « basculer » la recherche du registre de l’intelligible dans celui du sensible, et il importe d’élucider pourquoi une catégorie syntagmatique particulière, celle des raidisseurs, est à même de provoquer le passage d’une approche métaphorique du texte urbain à une compréhension kinesthésique de la réalité urbaine. Un retour sur les résultats de l’analyse morphologique conduite précédemment permet d’apporter quelques éléments de réponse à cette question.

19Au cours de l’analyse morphologique, en effet, un processus de « balayage » des tracés à des échelles de plus en plus fines a permis de vérifier l’hypothèse des nappes morphologiques, tout en mettant en évidence des niveaux typologiques correspondant à des modes de découpage du territoire (couronne péricentrale, quadrants, secteurs, îlots). L’analyse a également révélé que différentes catégories de tracés assurent la transition d’un niveau à un autre (axes majeurs, axes secondaires, voiries de desserte locale) et que ces tracés se trouvent de fait qualifiés d’un point de vue fonctionnel (capacité à supporter des flux), et d’un point de vue formel (largeur des tracés et hauteur des constructions riveraines). Les typologies de tracés ainsi identifiées admettent de nombreuses variantes à l’intérieur du tissu péricentral.

20D’un point de vue topologique, ces grandes catégories de voiries remplissent toujours un double rôle car elles assurent une fonction de connexion à un niveau typologique donné tout en contribuant à définir et à organiser des portions de territoire au niveau immédiatement inférieur (soit qu’elles en marquent les limites, soit qu’elles en constituent l’épine dorsale). Par exemple, les principales radiales connectent le territoire du péricentre aux autres parties de la ville tout en délimitant des quadrants à l’intérieur du péricentre.

21En étudiant de plus près les raidisseurs, on peut constater que cette catégorie de voies ne répond pas aux caractéristiques qui viennent d’être évoquées. En effet, on a vu que cette catégorie de voies ne peut être assimilée à une morphologie unitaire. Et si les raidisseurs assurent, à l’instar des axes majeurs, une fonction de connexion à l’échelle du péricentre, ils ne contribuent pas particulièrement à structurer le territoire des quadrants ou à le découper, même s’ils tendent à aimanter certaines fonctions de centralité. Cette catégorie singulière de voirie présente une forme « hybride », et il s’avère qu’elle opère un « saut d’échelle » important – soit un « pas de géant » – en termes de structuration territoriale, entre une échelle majeure, celle de l’ensemble du péricentre, et une échelle mineure, celle des constructions et des îlots dont elle assure la desserte. On peut dire que les raidisseurs viennent « consolider » de façon invisible la structure formée par les tracés majeurs et qu’ils assurent cette fonction de façon d’autant plus efficace que l’espace des rues empruntées par leur trajectoire se trouve connoté d’un sens différent sur chaque séquence.

22Ces constats tendent à justifier a posteriori le nom attribué aux raidisseurs. En outre, la dissection du « pas de géant » que ces derniers opèrent entre les échelles nous amène à faire une observation d’ordre plus général concernant la fonction des tracés que nous considérons comme potentiellement constitutifs d’une sémiologie de l’espace sur le territoire du péricentre. Comme l’a fait remarquer Jairo Pinedo au cours de la recherche, les éléments de tracé qui constituent une « typologie » à un niveau du système des nappes morphologiques s’avèrent toujours correspondre à des entités de caractères et de formes différenciés aux niveaux inférieurs. Ce que nous avons exprimé en des termes issus de la géométrie constructive au début de ce chapitre, où nous avons indiqué que les tracés que nous étudions jouent toujours en même temps un rôle d’« opérande » – soit de support de trajectoire – à un niveau donné d’une échelle morphologique globale, et un rôle d’« opérateur » – soit de générateur de différenciation – à un niveau inférieur de cette même échelle. Il nous semble que la polyvalence des éléments de la morphostructure qui est ainsi mise à jour recoupe très directement les observations faites par Roland Barthes lorsqu’il souligne la labilité inhérente au couple signifiant/signifié (ou opérande/opérateur). La nature « infiniment métaphorique » de l’espace urbain renvoie directement selon lui à la notion de « socialité », et au fait que la ville, essentiellement et sémantiquement, est le lieu de rencontre avec l’autre (Barthes 1985) : « […] actuellement la sémiologie ne pose jamais l’existence d’un signifiant définitif. Ce qui veut dire que les signifiés sont toujours des signifiants pour les autres, et réciproquement. En réalité, dans n’importe quel complexe culturel ou même psychologique, nous nous trouvons devant des chaînes de métaphores infinies dont le signifié est toujours lui-même en retrait ou lui même devient signifiant. »

23Soulignons enfin que la découverte de la catégorie des raidisseurs a été en quelque sorte préparée par l’analyse des emboîtements formels telle qu’elle a été mise en place de façon systématique au début de la recherche, mais qu’elle s’est formalisée à un point du processus où les chercheurs ont pu expérimenter simultanément deux modes d’appréhension de la réalité urbaine. En effet, alors qu’une évidence d’ordre topologique se trouvait révélée par le dessin (la propension récurrente de certains axes secondaires à se prolonger au-delà des limites des quadrants), une série de sensations et d’images resurgissaient à l’évocation de certains parcours connus et pratiqués par tous. D’un point de vue sémiologique, la découverte du raidisseur correspond à un rapprochement entre le registre des signifiants et celui des signifiés. Elle se fonde sur la caractérisation d’un type de tracé particulier à l’intérieur du système de signifiants constitué par la morphostructure, et elle se concrétise à la faveur de deux opérations concomitantes et croisées. Une première opération consiste à « dé-zoomer » à l’intérieur de ce système de signifiants, afin de vérifier la continuité du réseau des raidisseurs à l’échelle du péricentre, et une seconde à mobiliser une série de signifiés puisés dans l’expérience de l’espace parcouru par les raidisseurs et dans la mémoire kinesthésique des lieux traversés.

24La catégorie des raidisseurs correspond de fait à une structure implicite, enfouie dans la mémoire de chacun. Elle renvoie à une image « directe » de la matière urbaine qui ne peut se formaliser qu’en contrepoint d’une figuration abstraite de l’enchaînement des lieux. À noter que le processus de cette découverte n’est pas sans rappeler la façon dont Peter Zumthor envisage l’acte de concevoir l’espace architectural (Zumthor 2006), et il nous semble important de souligner qu’il débouche sur l’établissement d’une correspondance, à un niveau précis d’organisation de l’espace urbain, entre la réalité de la ville vécue et une figure spatiale consolidée par l’usage et inscrite dans un système morphologique prenant effet à plusieurs échelles territoriales.

25La phase d’investigation suivante va consister à restituer les différentes facettes de la réalité vécue de l’espace des raidisseurs et la façon dont celui-ci se matérialise. Il s’agit de revenir sur les associations faites spontanément par les chercheurs entre le registre de la mémoire sensible et celui des formes intelligibles à l’occasion de la découverte de cette catégorie de tracés, puis d’enrichir et de codifier celles-ci de façon à mettre au point un mode de lecture « intégratif » applicable à d’autres niveaux d’organisation de l’espace urbain.

26La dernière étape de la démarche tend à « boucler la boucle » en quelque sorte, en testant la critériologie précédemment établie sur un composant morphologique particulièrement marquant du péricentre, le système des axes majeurs. On a supposé au démarrage de la recherche que ce système contribuait fortement à structurer l’espace à l’intérieur du périmètre étudié, sans pour autant pouvoir étayer cette hypothèse par des appréciations renvoyant à un vécu global des lieux au-delà de l’application de critères de lisibilité basiques inspirés de Kevin Lynch (Lynch 1960). Il s’avère qu’à travers le mode de lecture qui a été mis au point dans le cadre de l’expérimentation, signifiants et signifiés rentrent en résonance dans des chaînes de métaphores très riches. Il apparaît notamment que le système des axes majeurs renvoie à des rythmes, à des enchaînements et à des repères spécifiques, tout en suggérant en permanence l’idée d’une mise en scène dont les façades constituent le décor immuable.

3. La morphostructure, relais dans l’élaboration d’une image mentale globale

27On peut constater que les différentes phases de l’analyse urbaine renvoient au repérage des faits spatiaux invariants qui sous-tendent la perception de l’espace et à leur mise en relation au sein d’un système de représentation global. Au cours de cette démarche, il s’avère que deux champs d’analyse, celui de la perception de l’espace et celui de la morphologie urbaine, sont explorés tour à tour puis mis en correspondance dans un mouvement dialectique visant à reconstruire la réalité urbaine.

28Au départ, dans le cadre des études préalables sur les secteurs « test », les deux plans sont confondus, comme le révèle la polysémie des termes employés pour décrire l’espace qui font à la fois référence à une sensation, à une matière et à une forme : ainsi les axes sont-ils qualifiés de coupure ou de limite, les façades d’enveloppe ou de peau, les îlots d’épaisseur bâtie, etc.

29Nous pouvons ainsi repérer et analyser des « situations urbaines » fragmentaires qui correspondent à des configurations spatiales récurrentes tout en témoignant de processus de constitution formelle identifiables.

30Les grands thèmes spatiaux ressortant de cette analyse, tels que le mode d’« enclosure » des îlots qui définit clairement le domaine de la vie domestique dans la ville ou tels que l’ouverture visuelle des voies principales vers des points de repères lointains permettent de distinguer des dispositifs morphologiques qui expriment la structure urbaine profonde.

31C’est à partir de ces dispositifs que nous avons été amenés à construire, à l’intérieur du territoire de péricentre, une hypothèse de représentation globale de l’espace comme une structure constituée de nappes subordonnées et articulées. Il s’est avéré à ce point qu’on ne pouvait vérifier la réalité d’une telle structure qu’en établissant sa double pertinence dans le registre formel et dans le registre de la perception de l’espace.

32À noter que jusqu’à la découverte du réseau des raidisseurs, les différentes étapes de la démarche mettront uniquement en jeu des caractéristiques morphologiques. Mais la mise en évidence du rôle « structurel » de ce réseau va permettre de renouer avec le registre de l’analyse sensible selon des modalités nouvelles : il ne s’agit pas, comme lors des tests préalables, de recueillir sur le terrain des impressions sensorielles parmi lesquelles on tente de distinguer un certain ordre, mais bien de convoquer ces impressions à partir de critères liés à un système de représentation de l’espace. Et de fait, l’on s’aperçoit que si le réseau des raidisseurs ne possède pas d’unité au plan du vocabulaire architectural, il est cependant doté d’une forte identité spatiale attachée à une idée de pénétration dans l’épaisseur urbaine.

33La dernière étape va réintroduire un regard sensible sur l’espace du réseau majeur et l’on peut vérifier ici encore que la connaissance du rôle particulier assuré par ce réseau dans la structure globale constitue une clé pour décoder des qualités spatiales spécifiques attachées à l’espace et qui ne sont pas lisibles d’emblée à partir de la juxtaposition des éléments bâtis.

34Ce premier « bouclage » aura permis d’établir la réalité d’une morphostructure à deux niveaux articulés qui fournit les bases de la construction d’une image mentale de la globalité urbaine. Il importe de souligner que ce processus de recherche illustre le passage d’une démarche d’analyse de la forme urbaine nourrie par la perception, que nous pouvons qualifier d’« expérimentale » à une méthode d’analyse qui informe la perception de la forme à partir de la connaissance de la structure urbaine.

  • 5 Enquêtes dont certains résultats sont retranscrits dans Kevin Lynch (1982).

35Notons que la morphostructure ainsi mise en évidence est susceptible de constituer un référent spatial commun aux différents usagers de la ville, bien au-delà du groupe d’observateurs impliqués dans la recherche. Il nous apparaît en tout état de cause que cette hypothèse pourrait être validée par une procédure d’enquêtes du type de celles que Kevin Lynch a pratiquées sur le territoire de Boston5. Mais il ne s’agirait pas ici d’établir la récurrence des repères qui sous-tendent les représentations symboliques de la ville et supportent la lisibilité de l’espace, mais plutôt de vérifier l’identité des cheminements de la pensée qui permettent de passer du sensible au figuré s’agissant de la description d’un lieu, et du proche au lointain s’agissant de l’évocation du territoire.

36Dans cette opération, ce n’est pas tant la figuration symbolique de l’espace – unique ou multiple – qui nous intéresse, mais plutôt l’ensemble des mécanismes qui sous-tendent l’imagibilité de ce dernier. C’est ainsi que la morphostructure nous apparaît participer d’une « mémoire vive » de la ville : intégrée dans l’imaginaire commun, elle permet aux citadins de communiquer selon un mode elliptique qui leur appartient en propre et où les gestes et les intonations ont autant de poids que les mots eux-mêmes.

4. La dimension du temps

37Revenons sur l’approche de la structure urbaine profonde basée sur l’observation des formes urbaines existantes dans les quartiers péricentraux de la ville de Bordeaux et qui a débouché sur la mise en évidence d’un système de représentation global de l’espace sur ce même territoire.

38Du point de vue de la géométrie constructive (Emmerich 1968), cette démarche s’apparente à un décryptage de la complexité urbaine : « Tout en se recouvrant dans certains cas, la complexité est en soi différente de la différenciation, car elle concerne uniquement l’état immédiat dans lequel se trouve un ensemble, indépendamment du processus qui l’a fait parvenir à cet état […] La complexité reflète la hiérarchie des parties d’un ensemble tel quel, en l’analysant d’une manière statique, comme il se présente, on pourrait dire, en élévation, tandis que la différenciation reflète la hiérarchie des structures d’un ensemble en le synthétisant dans le temps, d’une manière chronologique, comme il se développait, on pourrait dire en coupe transversale. Évidemment, il existe un rapport entre les deux aspects, un état de la forme étant le résultat d’un processus de construction. Mais, il est naturel que ce rapport ne puisse se percevoir de façon simple, puisqu’il est la complexité même. »

39En poursuivant cette analogie, il s’avère que l’approche de la complexité de l’ensemble urbain étudié s’est fondée sur l’analyse d’un agglomérat d’entités formelles distinctes d’où a progressivement émergé une structure de nappes articulées. C’est grâce à la caractérisation d’un certain nombre d’espaces de liaison – tels que les axes majeurs ou les raidisseurs – que cette hiérarchie structurelle a pu être mise en évidence.

40Or nous avons montré que les espaces de liaison assurant l’articulation entre une nappe et celle qui lui est immédiatement subordonnée sont également générateurs de différenciation de l’espace au niveau de la première nappe ; ils assurent au niveau du décryptage une double fonction, celle de points de repère et de guides dans l’approche de la complexité urbaine et celle de générateurs dans le processus de construction de l’image mentale de l’espace.

41Les espaces d’articulation nous font entrer au cœur de la complexité urbaine, et tout en servant de vecteurs à une vision synchronique des composants de l’environnement bâti, ils introduisent, comme en perspective, la vision diachronique des mécanismes qui ont engendré les formes existantes. À la charnière entre différents plans d’organisation de l’espace et du territoire, ils contribuent à générer une échelle temporelle originale liée aux rythmes de transformation inhérents à chacun de ces plans.

42Il apparaît en effet que l’espace des radiales et des raidisseurs que nous avons analysés d’un point de vue structurel témoigne de dynamiques et de tensions qui ne sont pas simplement déductibles de la connaissance des états antérieurs des tracés, mais renvoient à des logiques de développement qui s’expriment à plusieurs échelles du territoire.

43Le système de représentation global de l’espace urbain élaboré dans le cadre de cette recherche s’inscrit donc dans une échelle temporelle relative, étalonnée sur des temporalités variables pouvant aller du long temps de transformation du substrat géographique au temps relativement court de l’édification des structures bâties. Soumis à des forces qui travaillent la matière urbaine à différents niveaux spatiaux, les espaces d’articulation de la structure urbaine profonde s’imposent comme des lignes de stabilité à la croisée de temporalités multiples.

44Nous sommes ainsi parvenus à caractériser des lieux qui reflètent potentiellement une image de la globalité urbaine dans sa complexité spatiale et dans son inscription temporelle. Il convient maintenant de préciser selon quels processus cette complexité se donne à lire aux habitants et aux usagers dans les quartiers concernés par l’étude.

45Soulignons tout d’abord que le système de représentation mis à jour repose sur un ensemble de voiries qui assurent des liaisons à plusieurs échelles du territoire et couvrent toutes la gamme des déplacements dans les secteurs du péricentre, depuis les déplacements de proximité qui peuvent s’effectuer à pied, jusqu’aux déplacements de longue distance qui sont nécessairement motorisés.

46Les fonctionnalités cumulées par ces voies en font, de fait, les supports des principaux flux de circulation urbaine. Ce sont des lieux de parcours dont l’image latente est convoquée dans l’élaboration des stratégies de déplacement, et l’on vérifie facilement que ces espaces contribuent à définir la carte mentale attachée aux déplacements à l’échelle du territoire analysé. À noter en particulier qu’au sein du groupe des chercheurs, l’idée des raidisseurs est rentrée très rapidement en résonance avec la pratique quotidienne, témoin la banalisation de l’expression « prendre un raidisseur » ou témoin encore le constat que le chantier du tramway sur les radiales tendait à repousser la circulation sur les raidisseurs.

47Les systèmes d’opérateurs structuraux qui ont été identifiés comme des vecteurs de perception privilégiés ouvrent donc une vision de la ville comme de l’intérieur, intégrée dans un vécu présent mais reliée à une « mémoire enfouie », conformément à la seconde hypothèse posée par Ludwig Wittgenstein concernant l’usage coutumier du langage naturel.

48Il nous semble que nous touchons là à un des ressorts fondamentaux de la représentation du temps à partir des structures de l’espace. Celles-ci nous apparaissent susceptibles de contribuer, ou de s’opposer, à un processus d’intégration des temporalités du milieu dont Kevin Lynch (Lynch 1972) a bien montré qu’il était indispensable à l’épanouissement des individus : « Le monde n’a pas subitement commencé à changer : il a toujours été en train de changer, et peut-être pas plus rapidement aujourd’hui qu’hier. Mais ce qui évolue, c’est notre attitude vis-à-vis du changement ; nous apprenons à voir, et peut-être à accepter, un univers en évolution. Nous entrevoyons également l’avènement possible de changements très perturbateurs dans l’avenir : changements dans la société, dans la famille, dans l’esprit et le corps humain, dans le monde physique et organique qui nous entoure. Chacun d’entre nous a un futur, au niveau du sens des événements à venir ; ce que nous risquons de perdre, c’est une vision mentale cohérente qui embrasse tous ces possibles et les relie au présent. Cette perte potentielle est source d’angoisse, assurément, parce que c’est une perte de soi-même. »

49Ici encore, dans une perspective d’approfondissement de la recherche, des vérifications seraient à opérer en regard de l’histoire particulière des éléments de la morphostructure : comment les radiales se sont-elles vu confirmées dans leur tracé au fil du temps ? Comment les raidisseurs ont-ils creusé leur sillon profond dans la fabrique urbaine ? Mais il faudrait impérativement accompagner le travail sur des documents d’archives au cours de cette investigation par une approche des évolutions de la « tradition sensible » attachée au lieu, qui est véhiculée par ses habitants et se trouve étroitement liée à sa fonction structurelle (par exemple, l’expression « raide comme la rue d’Ornano » a perdu une grande part de son sens depuis que cette radiale s’est vu déclassée sur une grande partie de son tracé voilà quelques années).

5. La nature des règles de grammaire urbaine

50Quelle est la nature des règles grammaticales que nous avons mises en évidence comme caractéristiques du « milieu » bordelais au cours de cette recherche ? Nous choisirons de les appréhender par touches successives :

51• Elles ne sont pas inférées à l’expression d’un sens symbolique en tant que tel, ou à la mise en relation de plusieurs éléments à portée symbolique. Et dans la mesure où elles ne sont pas directement porteuses de sens dans le champ symbolique, elles ne peuvent être assimilées à un quelconque langage formel ou à un langage architecturel.

52• Elles ne sont pas liées non plus à une écologie, en tant qu’elles ne se réduisent pas à l’expression des mécanismes de régulation au niveau de la combinaison des différentes « couches » de fabrication du territoire.

  • 6 Augustin Berque (2000). « Un milieu se manifeste en effet comme un ensemble de prises avec lesquel (...)

53• En revanche, l’on peut affirmer que ces règles définissent des rapports d’échelle ou des modalités de « prises » graduées avec l’espace concret, pour reprendre l’expression d’Augustin Berque6. Ces règles s’expriment de fait par le truchement d’une homologie entre deux termes : d’une part, un ensemble d’impressions sensorielles invariant (glisser, embrasser du regard,…), et d’autre part un composant de la morphostructure clairement identifié (axe majeur, raidisseur,…). Et elles définissent de ce fait une relation biunivoque entre la constitution concrète de l’espace physique et une signification renvoyant à la fois à l’expérience kinesthésique du lieu et à la perception des temporalités du territoire.

54Cette relation a une existence latente dans l’imaginaire commun, et elle se trouve potentiellement « activée » au fil des pérégrinations de chacun dans la ville et des commentaires qu’elles suscitent. Et l’on peut constater que cette relation est alternativement convoquée dans un sens – de l’espace physique vers l’abstraction – pour mémoriser un parcours ou un itinéraire en dressant la carte mentale du lieu, par exemple ; ou dans l’autre sens – d’un concept abstrait vers l’impression sensorielle liée au lieu – pour suggérer et imaginer une atmosphère ou une ambiance particulière à partir du caractère de certains espaces que nous connaissons bien et dont on peut dire qu’ils nous habitent.

  • 7 Frances Yates (1975), en référence au traité de réthorique d’auteur inconnu, Ad Herennium, qui a é (...)

55Ainsi donc, par le truchement de la morphostructure, l’espace de la ville se présenterait à la fois comme le cadre d’une mémoire commune, fonctionnant mentalement sur la base d’une combinaison d’images préétablie – fonction qu’il remplit depuis l’Antiquité, comme l’a montré F. Yates7 –, et comme le vecteur d’un imaginaire collectif capable d’induire des associations inédites et de faire naître de nouvelles images.

Notes

1 Nous nous référons ici à l’analyse de Frances Yates (1975, p. 44) : « La théorie d’Aristote sur la mémoire et sur le souvenir est fondée sur la théorie de la connaissance exposée dans De anima. Les perceptions données par les cinq sens sont, d’abord, traitées ou travaillées par la faculté de l’imagination, et ce sont les images ainsi formées qui deviennent le matériau de la faculté intellectuelle. l’imagination est l’intermédiaire entre la perception et la pensée. Ainsi, alors que toute connaissance dérive, en dernière analyse, d’impressions sensorielles, ce n’est pas sur cette matière brute que la pensée travaille, mais seulement une fois que ces impressions ont été traitées, ou absorbées, par la faculté imaginative. C’est la part de l’âme productrice d’images qui rend possible l’exercice des processus les plus élevés de la pensée. C’est pourquoi “l’âme ne pense jamais sans une image mentale” ; “la faculté pensante pense ses formes en images mentales” ; “personne ne pourrait jamais apprendre ou comprendre quoi que ce soit sans la faculté perceptive ; même quand on pense spéculativement, on doit avoir une image mentale avec laquelle penser” ».

2 Roland Barthes (1985). Conférence organisée par l’institut français de l’Institut d’histoire et d’architecture de l’Université de Naples en 1967. Reprise dans L’Architecture d’aujourd’hui, no 53, décembre 1970-janvier 1971.

3 Françoise Choay (1969). Article publié dans L’Architecture d’aujourd’hui en juillet-août 1967.

4 Cf. notamment le compte-rendu du colloque intitulé « Sémiotique de l’espace », organisé à l’Institut de l’Environnement en 1972 : Notes méthodologiques en architecture et urbanisme, Paris, Institut de l’Environnement, 1974.

5 Enquêtes dont certains résultats sont retranscrits dans Kevin Lynch (1982).

6 Augustin Berque (2000). « Un milieu se manifeste en effet comme un ensemble de prises avec lesquelles nous sommes en prise : des ressources et des contraintes, des risques et des agréments que la réalité comporte dans la mesure où elle nous comporte aussi, et où nous les prenons comme tels ; qui ne sont ni vraiment des objets physiques, puisqu’ils n’existent qu’avec nous, ni vraiment des objets subjectifs puisque leur vérité s’ancre dans les choses. »

7 Frances Yates (1975), en référence au traité de réthorique d’auteur inconnu, Ad Herennium, qui a été attribué à Cicéron au Moyen Âge : « La mémoire artificielle est fondée sur des lieux et des images (Constat igitur artificiosa memoria ex locis et imaginibus) : définition de base qui sera toujours reprise par la suite. Un locus est un lieu aisément retenu par la mémoire, comme une maison, un entrecolonnement, un angle, un arc, etc. Les images sont des formes, des signes distinctifs ou des symboles (formae, notae, simulacra) de ce dont nous désirons nous souvenir. Par exemple, si nous voulons nous rappeler le genre d’un cheval, d’un lion ou d’un aigle, nous devons placer leurs images dans des loci bien définis. »

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540