Version classiqueVersion mobile

Bordeaux, une ville sans histoire(s)

 | 
Jean Dumas

Deuxième partie. Vers un langage de la matérialité urbaine : la leçon bordelaise

Objectifs et hypothèses

Texte intégral

1« Qu’est-ce qui fait que l’on est à Bordeaux, et dans nulle autre ville ? », telle est l’interrogation initiale qui a guidé notre recherche, nos observations et nos échanges au cours de quatre années.

2Notre approche s’est focalisée sur l’étude des représentations collectives de la ville de Bordeaux et des modalités concrètes d’organisation de l’espace qui leur font écho ; elle englobe plusieurs champs de réflexion.

  • 1 Cf. la notion de syntagme urbaine développée dans l’article de Françoise Choay (1972.)

3Un premier volet d’étude renvoie à l’ensemble des configurations spatiales et des formes bâties qui expriment de façon générique l’ambiance et le caractère particulier de la ville de Bordeaux, et à la nature de l’agglomérat constitué par ces éléments1.

  • 2 Nous nous référons ici à une définition de la structure donnée par Henri Laborit (1968) et tirée d (...)

4Un second niveau de réflexion est relatif aux « structures cachées » qui sous-tendent ces figures, soit aux ensembles d’éléments et de liens invariants qui forment le cadre de référence des formes urbaines2.

5Un troisième niveau s’attache enfin à travailler sur une notion de « grammaire » urbaine fondée sur une analyse concomitante de l’espace physique dans le registre du sensible et dans celui de l’intelligible, et sur l’évaluation, en contrepoint, des caractères de l’espace immédiatement perceptibles et des processus de fabrication complexes qui sous-tendent l’organisation urbaine.

6Au plan épistémologique, notons que nous avons suivi ici des voies analogues à celles qui ont été explorées par Noam Chomsky (Chomsky 2001) dans le champ de la linguistique. Il s’est agi en effet de mettre en évidence les lois et principes génératifs qui caractérisent et associent les structures profonde et superficielle de la ville, soit les « formes grammaticales transformationnelles » permettant de passer d’un niveau structurel à l’autre, et permettant de mettre en résonance un système de significations et un système de formes. Dans le cadre de cette recherche, nous avons en outre émis l’hypothèse que la structure urbaine superficielle correspond à un agglomérat d’entités formelles juxtaposées, et que la structure profonde correspond à un système constitué de plusieurs cadres régulateurs distincts et emboîtés que nous avons qualifiés de « nappes » morphologiques.

1. La forme de la ville

7À un premier stade d’observation de la « substance » urbaine bordelaise, la dimension du territoire s’impose d’emblée. Celle-ci renvoie au site d’impluvium tourné vers le fleuve où a pris ancrage la cité de Bordeaux, et les courants contraires de la Garonne semblent se conjuguer dans l’euphonie même du nom « Bordeaux » où un terme fixe et comme figé dans le substrat terrestre côtoie un terme fluctuant évocateur des mouvements pendulaires et capricieux des eaux de l’estuaire.

8La présence de l’élément végétal se laisse deviner partout dans la ville, malgré la prégnance d’une écriture architecturale et urbaine dont l’homogénéité est frappante notamment dans les quartiers du centre et du péricentre situés à l’intérieur de la ceinture des boulevards. Dans la ville dite « constituée », une syntaxe commune semble en effet régir conjointement la perspective des rues, l’ordonnancement des façades et la modénature des ornements.

9La symbiose entre les formes bâties et le cadre géographique singulier de Bordeaux s’exprime également à travers les images et les impressions ressenties au fil des pérégrinations quotidiennes. Nous faisons référence ici aux « images directes de la matière » évoquées par Gaston Bachelard (Bachelard 1942) : « La vue les nomme, mais la main les connaît. Une joie dynamique les manie, les pétrit, les allège. Ces images de la matière, on les rêve substantiellement, intimement, en écartant les formes périssables, les vaines images, le devenir des surfaces. Elles ont un poids, elles ont un cœur. »

10C’est ainsi que l’on peut repérer les courbes englobantes et cassées de nombreux tracés de voirie qui rentrent en résonance avec la courbure du fleuve ; ainsi que le lissage du niveau des rues, compensé par des décalages caractéristiques entre rez-de-chaussée et rez-de-jardin à l’intérieur des maisons, qui dirige « naturellement » les pas du promeneur vers le fleuve ; de même enfin, l’orientation des trames viaires vers des points saillants du paysage environnant qui, compte tenu de la faible hauteur du bâti, permet de se situer sur le territoire de l’agglomération dans la plupart des quartiers. Ces divers effets de site renvoient à des formes bâties ou à des espaces dont la géométrie fait directement écho – ou, à l’inverse, rentre en opposition franche – avec les lignes du paysage naturel.

11Les expressions verbales utilisées pour décrire l’espace de la ville s’avèrent par ailleurs révélatrices de l’imaginaire commun, et les premières analyses du tissu urbain conduites dans les quartiers de Gravelotte, du Cypressat et des Chartrons dessinent une physionomie de la ville par le biais métaphorique en employant un vocabulaire qui renvoie souvent à l’élément matériel de l’eau : évocation de la profondeur de la substance urbaine, dans laquelle on peut à la fois s’enfoncer et « tracer » (ou glisser) ; sensation de lissage et de polissage suggérée par l’alignement du bâti le long des rues.

12Une autre observation récurrente concerne l’unité d’aspect des façades, qui n’est nullement synonyme d’homogénéité et de monotonie mais évoque plutôt l’idée d’un reflet commun, à la définition aléatoire, contribuant à cadrer une multitude de réalités individuelles à l’intérieur d’une image harmonieuse.

13Nous pouvons constater que ces diverses approches de la forme urbaine font référence conjointement à une notion d’étendue liée au site géographique et à l’expansion de l’urbanisation, et à une notion d’épaisseur liée à l’imbrication des composants de la fabrique urbaine sur le territoire.

  • 3 On se réfèrera ici aux notions de temporalités urbaines développées par Jean-Pierre Lacaze (1995).

14Les représentations collectives de la ville mises en évidence par l’analyse des configurations spatiales et des formes bâties renvoient de fait à une double modalité de fabrication de l’espace, sur et par le territoire. Il s’avère aussi que ces représentations mettent en jeu une tension entre des temporalités très longues liées à la permanence du substrat géographique ou à sa lente évolution, et des temporalités plus courtes liées à la fabrication et au renouvellement de l’agglomérat urbain3.

2. Les nappes morphologiques

15Un second volet de recherche a trait aux structures profondes qui sous-tendent la forme de la ville de Bordeaux, et peuvent être appréhendées de façon récurrente y compris dans les situations urbaines les plus banales.

16Ce domaine de réflexion suppose de ne plus considérer seulement l’échelle d’« éclats de ville » isolés mais celle de la ville dans son ensemble, et de dépasser une simple posture de lecture pour construire un corpus d’hypothèses interprétatives concernant les règles implicites qui génèrent la forme urbaine bordelaise et assurent sa cohérence dans le temps. Ce faisant, notre cadre d’étude s’élargit à un ensemble d’« opérations » qui englobent, outre le champ de l’espace physique perçu, celui du procès de fabrication des tissus bâtis.

17Reprenant en compte les apports du champ de la morphologie structurale (Emmerich 1968), nous postulerons que la forme globale de la ville s’appuie, comme toute forme, sur un ensemble de structures physiques subordonnées. Il importe cependant de situer la signification des niveaux de cette morpho-structure dans le champ des pratiques dès lors que l’on aborde la question de la ville et de ses transformations.

18Si l’on se réfère à la codification des pratiques d’édification comme le fait Bruno Queyzanne dans sa réflexion sur L’Échelle comme niveau (Queyzanne 1991), l’on constate que de l’Antiquité au xixe siècle, il existe une « tradition » d’assimilation entre la forme de la ville et la forme architecturale.

19La célèbre formule issue du traité d’Alberti De Re Aedificatoria : « la ville est comme une grande maison », résume bien cette idée d’une continuité spatiale présidant au passage du petit au grand et du grand au petit dans l’espace de la ville. Elle sous-entend que l’objet ville procède de l’agrandissement de l’objet architectural, et reproduit les caractéristiques spatiales qui sont inhérentes à celui-ci. Or si la forme et son procès de fabrication sont ainsi assimilés aux deux échelles de la ville et de l’architecture dans le champ de la culture technique, il faut noter qu’une distinction radicale est cependant établie dès l’origine entre ces deux domaines concernant la signification symbolique attachée au statut de l’espace : « Car, lorsqu’il s’agit de fondation rituelle, la ville apparaît comme un objet spécifique. Alors, elle n’est plus une grande maison, voire un grand village, sans considération de taille. Elle est quelque chose d’autre. On n’y parvient pas selon un processus d’agrandissement, mais par un véritable saut d’échelle qui nous fait passer d’un ordre du réel à un autre ordre » (Queyzanne 1991).

20L’ère industrielle recentrera l’usage de l’espace public sur des fonctionnalités lourdes (circulation, assainissement) qui remettront profondément en cause sa signification symbolique et tendront à gommer progressivement les hiérarchies formelles qui président à son embellissement (Wieczorek 1981). La forme de la ville moderne tend ainsi à se structurer autour des réseaux d’infrastructure, mais elle n’en demeure pas moins le lieu de la coexistence et de la mise en tension de deux domaines, l’un privé, dont la propriété et l’usage se trouvent éventuellement partagés entre plusieurs « ayants droit » individuels, l’autre public, a priori dévolu à un ensemble de pratiques collectives qui s’avèrent parfois exclusives les unes des autres.

  • 4 Au sens mathématique du terme.

21Le procès de fabrication de la forme urbaine gère désormais le passage du public au privé et la partition de chacun de ces domaines suivant des mécanismes de tracés, de découpage et d’implantation du bâti que l’on va retrouver dans l’ensemble du monde occidental et qui vont tendre à structurer l’espace selon des niveaux discrets4 – de l’échelle du territoire à celle des unités bâties –, comme le montrent de nombreuses recherches conduites dans le champ de la morphologie urbaine au cours des dernières décennies (Vernez-Moudon 1986).

22Mais si cette structure constitue le cadre commun et banalisé du développement de la ville moderne, elle est à même de générer des espaces extrêmement variés dans différents contextes, car chacun des niveaux constitutifs de la structure et les relations entre ces niveaux se définissent dans le champ formel en fonction des articulations complexes qui gèrent le passage de l’ordre individuel à l’ordre collectif sur le territoire.

23Dans le contexte bordelais, nous avons choisi d’explorer la structure profonde de la ville dans la couronne du péricentre résultant de la vague d’extension urbaine massive qui a pris place à partir des dernières décennies du xixe siècle, et dont les boulevards et les radiales ont constitué les principaux vecteurs.

  • 5 Typologie d’habitat propre à Bordeaux, dont les conditions d’expansion sont décrites avec précisio (...)

24Nous avons pu constater que la procédure d’agrandissement ne s’est opérée ici ni par homothétie – selon les schémas d’urbanisme préconisés à l’époque, dans le sillage de Stübben – ni par dilatation des structures centrales héritées de la période médiévale, mais selon un double processus de densification et de mise en scène des axes majeurs et des nœuds, et de prolifération d’un tissu mineur qui prend la forme d’une nappe continue et isotrope d’îlots creux constitués d’échoppes5 et de jardins et recouvre progressivement le territoire.

25En fait, cette procédure d’extension qui s’appuie sur l’affirmation de deux niveaux extrêmes de structuration de l’espace sous-tend dans son essence même l’existence de degrés ou de niveaux entre l’échelle domestique et l’échelle urbaine. Et si l’on a pu voir l’expression d’un « recollement » entre différents fragments urbains dans la gestion de l’extension urbaine au niveau des cours au xviiie, ce sont des modalités d’articulation plus complexes qui se mettent en place au xixe avec l’émergence du modèle de l’échoppe dont le groupement tend à introduire un morceau de territoire rural en plein cœur de la ville.

26Le mode de structuration du territoire péricentral est donc urbain dans le sens où il prolonge les modalités de tracés des quartiers centraux, même s’il les restitue de façon sélective, mais il contient également en germe des modes d’appropriation du territoire spécifiquement ruraux. Il renvoie à la double dimension d’étendue et d’épaisseur qui qualifie la forme urbaine au niveau de la perception, et nous pouvons a priori identifier quatre niveaux imbriqués d’organisation spatiale, soit quatre nappes, permettant de resituer et de restituer l’ensemble des configurations morphologiques repérées sur le terrain :

  • la nappe de l’orographie, caractérisée par les composants du substrat naturel, qui induit des modalités de constructibilité spécifiques ;
  • la nappe des quadrants ou des secteurs découpée par le réseau primaire de voirie qui comprend les cours, les boulevards, les radiales et les nœuds parfois marqués par des places. Cette nappe est également structurée par des monuments et des équipements ;
  • la nappe des îlots bâtis qui se caractérisent par une façade extérieure, une épaisseur bâtie et un vide intérieur constitué de jardins. Ces trois éléments définissent des volumétries à la fois continues et solidaires. Le découpage en îlots est directement dépendant de la trame viaire, et la configuration des cœurs d’îlot varie en fonction des rapports entre pleins et vides intérieurs ;
  • la nappe des unités parcellaires et bâties et de leur groupement. Cette nappe est définie par l’implantation des emprises bâties et non bâties sur une même unité parcellaire ou sur un groupement de parcelles, et par des typologies architecturales spécifiques. On peut la caractériser à partir du rapport plein-vide sur une même parcelle, et à travers des continuités constructives et stylistiques en mitoyenneté.

27La connaissance de la structure urbaine profonde repose sur la vérification de la généralité de cette configuration emboîtée sur le territoire du péricentre bordelais, qui nécessite de caractériser conjointement les éléments constitutifs d’une nappe morphologique donnée et les modalités de liaisonnement existant entre les différentes nappes.

3. Éléments de grammaire urbaine

28Le troisième volet de la recherche s’est attaché à éclairer les modalités de passage entre les structures superficielle et profonde de la ville en mettant en perspective le processus de lecture urbaine comme un révélateur des interférences sous-jacentes entre formes et significations de l’espace.

29Nous avons pu constater, dans le cadre des analyses urbaines réalisées en préambule à cette recherche, qu’une ambiguïté d’ordre sémantique se faisait jour au niveau du sens des mots employés pour caractériser l’espace urbain entre une acception renvoyant aux modalités de fabrication de l’espace concret et à l’architecture des bâtiments, et une acception renvoyant au ressenti des formes, aux images mentales, à l’expérience kinesthésique des lieux (autour des notions de parcours, de limite, d’enveloppe, etc.).

30Sur le territoire péricentral, cette ambiguïté des représentations se manifeste tout particulièrement à travers l’espace de certaines voiries qui assurent une fonction d’articulation au sein des tissus bâtis et possèdent un caractère spécifique de par leur site ou du fait de leur tracé ou de leur architecture. À partir de ce constat, nous avons été amenés à considérer les différents systèmes de voirie qui irriguent le secteur comme potentiellement générateurs de liaison entre plusieurs niveaux structurels. L’exploration de ces espaces nous est apparue comme une voie possible pour vérifier et valider les hypothèses de structuration par nappes émises précédemment.

31La méthode arrêtée afin de tester ces éléments de grammaire urbaine repose sur l’identification a priori des réseaux de voirie susceptibles de renvoyer en même temps à plusieurs niveaux d’organisation structurelle. Elle tend à évaluer de façon dissociée et parallèle les caractéristiques morphologiques des différents espaces et les représentations qui leur sont attachées, et fait appel à un raisonnement de type analogique pour établir des correspondances entre ces deux registres.

32Cette démarche a permis d’une part de découvrir un élément-clé de la structure cachée, intermédiaire entre la nappe des secteurs et celle des îlots, que nous avons nommé « raidisseur », et d’autre part de confirmer le rôle de structuration spécifique rempli par le réseau des axes majeurs. Les trois monographies présentées ci-après restituent dans le détail les processus qui ont servi à révéler et à qualifier la morphostructure.

Schématisation du processus de lecture de l’espace urbain, de la perception de la structure superficielle à l’appréhension de la structure profonde

Notes

1 Cf. la notion de syntagme urbaine développée dans l’article de Françoise Choay (1972.)

2 Nous nous référons ici à une définition de la structure donnée par Henri Laborit (1968) et tirée de la théorie des ensembles : la structure est « l’ensemble des relations existant entre les éléments d’un ensemble. Structurer consiste donc à établir l’ensemble de ces relations. Comme l’ensemble des relations entre les éléments d’un ensemble est souvent hors de portée de notre connaissance, le mot de structure désignera souvent des structures imparfaites, des sous-ensembles ou des parties de l’ensemble des relations ».

3 On se réfèrera ici aux notions de temporalités urbaines développées par Jean-Pierre Lacaze (1995).

4 Au sens mathématique du terme.

5 Typologie d’habitat propre à Bordeaux, dont les conditions d’expansion sont décrites avec précision par Charles Higounet (1980) : « À la périphérie de la ville, et dans les communes voisines à proximité immédiate des boulevards, c’est l’échoppe qui a triomphé. On en construit beaucoup, du milieu du xixe siècle jusqu’aux années 30. Cette maison basse, en pierre, prolongée par une cour ou un petit jardin, doublée, sur l’arrière, de sa verrière, n’est pas économe d’espace et a donné à Bordeaux son étendue, et aux rues des quartiers péricentraux, leur monotonie. L’échoppe, simple avec couloir latéral, double avec couloir central, a façonné un genre de vie, qui est moins attachement au confort moderne qu’à l’agrément d’une parfaite indépendance familiale. Lorsqu’elle se hisse d’un étage, l’échoppe devient maison bourgeoise des boulevards, de la rue Saint-Genès et autres artères honorables. Son jardin devient alors petit parc, dont les arbres apparaissent au-dessus des toits ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search