Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, une ville sans histoire(s)

 | 
Jean Dumas

Première partie. La ville ajustée

Chapitre 2. La ville comme archive totale

Texte intégral

1Dès lors qu’est posée la capacité à dire les choses, la ville apparaît comme cette archive totale qui est susceptible de lecture directe sans l’orthèse constituée par le discours historique habituel. C’est pouvoir considérer la nappe urbaine étalée dans l’espace topographique-géographique comme ayant capacité directe à dire sur son organisation.

1. La forme et la figure : l’effet de site urbain

2Une première étape d’analyse cherche à établir un rapport scientifique entre la forme urbaine et le processus d’agglomération. Il s’agit de fixer ici une approche de l’artefact aggloméré en mettant en œuvre la méthode analogique et métaphorique de raisonnement sur la forme urbaine.

3Pour cela, un questionnement sur les rapports entre la nappe matérielle urbaine et le site naturel dans sa topographie, sa morphologie et ses conditions hydrologiques, va constituer un premier niveau d’analyse. Il est proposé de voir ici comment dans une approche morphologique de l’espace, un agglomérat, à savoir la matière urbaine constituée et rassemblée, a pris en compte les effets du site naturel dans sa constitution matérielle et organisatrice

1.1 Retour sur les analyses de morphologie urbaine classiques

4Le choix scientifique quasi généralisé de décrire la croissance spatiale de l’urbain par une juxtaposition des formes a marqué durablement les analyses urbaines. Cette « pensée commune », largement partagée au sein des représentations des sciences de l’espace, a orienté souvent leur analyse des agglomérations vers un historicisme spatial, via la morphologie des étapes de l’expansion de la nappe urbaine. Et ce fut régulièrement le cas dans l’analyse de l’agglomération bordelaise (Dumas 2000 ; Barrère 1956).

  • 1 Ces deux outils analogiques sont présentés au chapitre 1, dans la justification épistémologique de (...)

5C’est toutefois une démarche différente que nous entreprenons ici en adoptant un questionnement emprunté à l’archéologie. Il s’agit de partir d’un inventaire d’artefacts spatiaux obtenu par les outils d’une description déductive qui se fonde sur un système de représentations raisonnées. La conduite d’un raisonnement analogique construit donc ici un langage métaphorique et métonymique1 qui livre les structures inédites d’une morphologie dynamique de l’espace urbain.

6Par hypothèse les figures découvertes par cette morphologie analogique seront questionnées dans leurs rapports à la construction spatiale de l’agglomération. C’est dès lors inférer l’hypothèse que l’agglomération, dans sa construction matérielle, repose pour partie sur une dynamique permanente imperceptible directement par les représentations habituelles de l’espace, que ce soit les cartes, les plans, les photos aériennes, ou encore les descriptions sensibles du paysage urbain et architectural dans un récit descriptif en perspective historiciste (Coustet et Saboya 1999 et 2005). En dépassant le sens conféré ordinairement au terme d’agglomération en tant que « cadre urbain » ou rassemblement des hommes et des fonctions urbaines, il est possible de considérer qu’« agglomérer » pourrait alors concerner une dynamique, un processus matériel de construction de l’espace. Autrement dit un ordonnancement spatial provisoire et malléable, mais qui agirait partiellement et sans signe fort. Cette action serait discrète (au sens scientifique de « différent », et de « composée d’éléments séparés, discontinus » et non réguliers dans leur fréquence continue et répétitive, tels que la hiérarchie de la trame viaire ou des ensembles bâtis (quartier, îlots, parcelles)). Elle se produirait dans des temporalités urbaines spécifiques inhérentes à la matérialité constituée et structurée de l’espace, et ce, quelles que soient les échelles de l’ensemble aggloméré. C’est ainsi le sens hypothétique donné ici à la ville comme « archive totale ».

7Une première étape de recherche consiste à changer la grille de lecture immédiate des représentations de l’espace urbanisé. C’est un effort pour s’écarter de la représentation classique de l’espace comme un « tissu » urbain. Voici un terme métaphorique courant, qui immanquablement évoque une représentation de trame, de quadrillage de couture des éléments spatiaux. Cette métaphore privilégie, dans la représentation scientifique de la spatialité urbaine, le dégagement de la « trame » viaire et du « tissage » progressif des îlots. C’est une construction analytique qui se fonde d’abord sur l’élaboration de représentations fondées sur les lectures cartographiques. Cette métaphore s’adosse ordinairement aux plans cadastraux en tant que représentation technique dominante de l’espace urbain entre espace foncier et espace public. Elle s’est à ce titre située au cœur de la démarche de la composition urbaine en urbanisme. Cette méthode n’est nullement discutée ici. Il convient simplement d’en souligner le parti pris scientifique, qu’il soit conscient ou non, et de noter qu’il est rarement critiqué en analyse urbaine. D’ailleurs cette représentation analytique est également très courante en géographie autant qu’elle l’a été en architecture avec l’analyse typo-morphlogique.

8Cependant la proposition méthodologique ici présentée n’est pas sans induire de sérieuses difficultés scientifiques. Elle conduit en effet, la plupart du temps, à confondre la matérialité organisée et sa forme spatiale avec la représentation que suggèrent les tracés du plan (Roncayolo 2002), c’est-à-dire avec un artefact.

9Dans le cas de Bordeaux, l’analyse exemplaire de cette démarche est fournie par le précis de géographie urbaine de Jean Bastié et Bernard Dézert. Cette représentation fonctionnelle de l’espace concerne l’approche de l’agglomération des quartiers centraux par le plan (Bastié et Dézert 1980). Fondée sur le constat relatif aux grandes agglomérations telles que Barcelone ou Madrid pour lesquelles sont très apparentes les discontinuités morpho-spatiales entre « casco urbano » ancien et les ensanches, l’agglomération centrale de Bordeaux est lue, dans cette présentation, comme hétérogène. Elle est présentée comme la juxtaposition et l’imbrication des plans différents selon les quartiers, dans une quasi-absence de régularité. Cette analyse, fondée sur une lecture morpho-fonctionnelle des quartiers, découpe l’espace en ensembles homogènes : centre ancien médiéval et renaissance, ville du xviiie siècle, secteur rénové de Mériadeck, quartier Chartrons (négoce, chais), quartiers mixtes d’habitat et d’industries entre le cimetière de La Chartreuse et l’axe est-ouest de la rue Judaïque jusqu’au-delà des boulevards avec le quartier Cardoze. Les quartiers d’échoppes au nord de la rue Judaïque (quartier de la Croix-Blanche et de Saint-Seurin) sont classés à faible densité et à urbanisation résidentielle typique du péricentre bordelais.

10Ce type de « représentation-artefact » de l’espace urbain par parties coalescentes se fonde d’abord sur des analyses historicisantes des formes urbaines. Or il semble que pour parvenir à rendre compte de représentations méthodologiques du/des processus de transformation du tout et de la partie, il faille envisager le rapport interprétatif entre forme et processus d’agglomération et donc questionner le statut heuristique de représentations analytiques inédites.

1.2 L’épaisseur matérielle de la couche urbaine : une résistance aux contraintes du site naturel

11Un premier temps sera ici consacré à l’étude des rapports entre le site et l’espace matériel de la nappe urbaine. Le site naturel de l’espace aggloméré est considéré sous les deux aspects de sa présence, en tant que cadre et en tant que substrat de la nappe bâtie (Berger et Nouhaud 2004). La question centrale est de savoir si le site est enregistré dans l’organisation de l’agglomération et, si c’est le cas, de dégager l’archéologie de ses effets dans les éco-facts de la matérialité urbaine. Partir donc de la question de l’effet de site dans l’agglomération ne présuppose en rien un enchaînement explicatif déterministe ou possibiliste du type :

12formes naturelles formes urbaines induites ou déterminée

13Selon le paradigme déterministe ou possibiliste de la géographie classique, le site naturel des villes est directement lisible dans la morphologie urbaine. Or, dans le cas de Bordeaux, la lisibilité classique radioconcentrique tient peu à l’examen de l’organisation spatiale.

14Une première question concerne la détermination de l’échelle d’observation. L’approche successive des trois échelles macro-, meso-, micro-urbaines est apparue dans notre problématique trop artificielle. Il est donc admis méthodologiquement que toutes les échelles peuvent être envisagées simultanément. Pour aborder cette question, notre étude a d’abord été conduite sur une étendue où l’observation visuelle ne peut plus s’exercer directement : celle du « grand site » de la ville fluviale. Jusqu’où et selon quelles traductions spatiales organisatrices, le grand site naturel a-t-il été pris en compte par l’organisation spatiale de l’agglomération ? Quelles formes artefact pourraient en constituer les révélateurs enregistrés dans la solidification matérielle de la couche urbaine ? C’est ainsi qu’il nous semble possible de poser une première question simple en s’interdisant tout déterminisme explicatif sur les choses qui sont à l’œuvre dans la constitution de ce qu’il est possible de nommer dès maintenant un agglomérat.

15Le terrain d’observation retenu couvre l’espace compris entre l’organisation centrale historique et la première couronne qui va des boulevards à la ceinture ferroviaire et qui de plus en plus s’étend jusqu’à la rocade autoroutière. Deux propriétés élémentaires faisant conjointement jouer leur influence ont été identifiées pour l’effet de site. Une propriété de substrat et une propriété d’étendue ou de superficie oro-hydrographique. Toutefois ces effets, qui peuvent se ressentir à diverses échelles, sont discrets dans leur manifestation. Ils ne se font pas sentir systématiquement.

1.2(a) L’effet substrat : un soubassement contraignant localement pour l’urbanisation

16Les premières terrasses alluviales et reliefs calcaires des plateaux ont fixé l’assise de la ville antique et médiévale, tandis que les esteys (les petits ruisseaux affluents d’ouest et du nord-ouest et du sud-ouest) étaient évités ; la Devèse fut valorisée comme site portuaire jusqu’à l’actuelle place de l’Hôtel de Ville et de la cathédrale Saint-André.

17Le site de l’agglomération bordelaise correspond à une large vallée dissymétrique. Sa topographie est hétérogène. Elle a été modelée dans une cuvette sédimentaire fluvio-marine dissymétrique, comprise entre le bas plateau sableux et calcaire landais à l’ouest, et l’escarpement du plateau tabulaire de l’Entre-deux-Mers à l’est.

18Ce grand site bordelais présente, selon ses parties, une trilogie des sols. Un fond d’estuaire marécageux, aux sols sans portance de vases, de tourbes (en site de palu et de méandre d’estuaire), un rebord de terrasses fluvio-glaciaires et les premières pentes du plateau landais et du Médoc à l’ouest et au nord (marnes et calcaires karstifiés) et le rebord escarpé et instable dans ses versants molassiques (Cenon, Floirac, Lormont) du plateau de l’Entre-deux-Mers à l’est. Ces assises sédimentaires sont très défavorables à la construction en hauteur, et « compliquent terriblement la mise en œuvre d’ouvrages classiques d’assainissement (imprévus, surcoûts…) » (Communauté urbaine de Bordeaux 1987). Contrairement à l’impression immédiate et trompeuse d’une ville basse et plate, le substrat de la nappe urbaine construite est donc accidenté.

19La vallée de la Garonne est élargie vers l’ouest par un lobe concave taillé dans les terrasses « des graves » et dans le bord du plateau landais. Cet évidement constitue un vaste impluvium topographique accidenté de quelques buttes (Gambetta, Judaïque, Mondenard) et qui est échancré par de petites vallées assez prononcées qui convergent vers le cœur du site bordelais en confluant vers l’estey (affluent) de la Devèse. Une pente irrégulière en gradins s’organise ainsi du nord vers le sud-ouest, et de la Garonne vers l’ouest. À l’est, ce site est marqué, dans sa partie basse, par un lobe convexe de méandre d’estuaire formé d’anciens marais tourbeux asséchés, longtemps inondables. C’est un substrat identique qui marque le nord des Chartrons ou le « marais de Bordeaux ». Il est en outre, pour des raisons identiques à la rive droite, particulièrement défavorable à la construction dans ses parties marécageuses (Enjalbert 1960 ; Dupuy et Kanaebel 1982 ; Yvard 1996). Ces sols marécageux s’étendent particulièrement au nord/nord-ouest (Les Chartrons et Bacalan), au sud (la gare et Belcier) et sur la rive droite à l’est (La Benauge, La Bastide, Cenon, Lormont et Floirac). Quant aux vallées de Jalles de l’ouest et nord-ouest, elles ont régulièrement occasionné des inondations entre Caudéran et le quartier Saint-Seurin, ainsi que dans les rues Lecocq et Héron entre le cimetière de La Chartreuse et la terrasse du Tondu. Il s’agit dans ce cas de la vallée du Peugue. Ces petits talwegs qui confluent vers la Devèse (Hôtel de Ville, cathédrale, quartier Saint-Pierre). Le Peugue, le Caudéran sont actuellement recouverts par la strate bâtie et viabilisée. Ils furent aménagés par les premiers collecteurs entre 1867 et 1868. Les quartiers Judaïque, Croix-Blanche, et Mériadeck, sont un parfait exemple de ces sols bas et inondables. Les rues ont été généralement surhaussées de deux à trois mètres, et les îlots et parcelles foncières sont situés en contrebas ; les immeubles présentent alors des rez-de-jardin à un ou parfois deux niveaux (Judaïque, Mandel, Mondenard et Turenne-Terre Nègre) sur d’anciennes sablières.

20Ce grand site d’amphithéâtre concave est dissymétrique. Il remonte graduellement vers le sud-ouest (Talence) sans cesser toutefois d’être accidenté par les talwegs anciennement inondables (ruisseau d’Ars et l’Eau Bourde au sud). Longitudinalement (est-ouest), le site présente une pente par gradins aux escarpements sensibles. Transversalement, le grand site ouest se présente comme une succession d’accidents topographiques marqués qui s’élèvent progressivement en direction du sud-ouest (Talence-Pessac-Gradignan).

Image

Le grand site

21Jusqu’à la réalisation des travaux d’aménagement hydrauliques contemporains du soubassement hydro-orographique, la construction de la nappe urbaine (assez régulièrement par des îlots d’échoppes) a augmenté les inondations en supprimant la fonction de rétention des sols spongieux. Venus de l’ouest, les talwegs du Peugue, et de l’Ontine (axe ouest-est) qui suivent de Pessac jusqu’aux rues Lecoq, Ornano et Guillaume Leblanc, la pente en direction de la confluence du quartier de l’Hôtel de Ville.

22La ville s’est déployée à la fois sur des parties basses inondables, sur des pentes plus ou moins prononcées de terrasses et de replats périphériques. Ces reliefs lui confèrent un profil réel accidenté ou ondulé dans son soubassement. Dès lors, les sols marécageux du nord et de la rive droite n’ont pas permis une édification verticale importante. Ultérieurement, à partir des années cinquante, ce fut possible grâce aux techniques de fondations par enfoncement de pilotis profonds. Les architectures domestiques ou publiques sont donc basses. En dehors des cours centraux (Victor-Hugo, Pasteur, Alsace-Lorraine, Intendance, Clémenceau, allées de Tourny, Chapeau-Rouge), et des places centrales, l’espace urbain s’est généralement constitué en ville basse. C’est la règle générale entre centre et boulevards. C’est aussi une dominante qui se prolonge dans les anciennes banlieues de la rive gauche qui moulent leur soubassement urbain sur les terrasses fluvio-glaciaires de la rive gauche. Mais les basses terres inondables ont joué par la suite un rôle inverse en permettant de localiser un bâti vertical. Elles ont été en effet à partir des années soixante les sites privilégiés des grands ensembles verticaux (le Grand Parc, la Cité Lumineuse, Bordeaux Saint-Jean, La Benauge).

23La couche urbaine bâtie sur les sols de marais laisse en outre fréquemment apparaître des vides au cœur des îlots, entre les franges linéaires d’habitations, et entre les îlots d’habitat. Cette hétérogénéité de surface recouvre des matérialités urbaines héritées puis accolées dans l’espacement urbain. Le secteur de Bordeaux-Nord dans le « quartier » mal limité et sans formes urbaines bien repérables de Bacalan en propose un exemple manifeste. Situé entre les Chartrons et les bassins à flot, cet espace est très représentatif de cette hétérogénéité au-delà de l’unité conférée par la faible hauteur du bâti. Entrepôts désaffectés, îlots d’échoppes modestes et aux fondations mouvantes (cours Saint-Louis), hétérogénéité des architectures, des volumes d’immeubles, anciens ateliers, et frange des chais en bord de Garonne constituent, dans leur décomposition matérielle partielle, une opportunité de reconstitution résidentielle de la ville sur elle-même, dans le contexte actuel de redensification du péricentre. Il en va de même près des friches urbaines des bas terrains humides de la rive droite à La Bastide (ZAC cœur de Bastide). C’est également le cas dans les espaces péricentraux marqués par la mixité des fonctions économiques et toujours sur des substrats naturels instables (marais, et sols inondables). Le sud de la gare Saint-Jean et le quartier Belcier en fournissent un autre exemple ou encore le nord de Bordeaux, le quartier de la Providence entre le boulevard Godard et le chemin de fer de ceinture à l’ouest de la place Ravezies, dans les basses terres argileuses et tourbeuses de l’est du Bouscat.

24Un rapport supplémentaire à l’hétérogénéité topographique se découvre dans un nivellement fréquent du sol matériel de la couche urbaine. En effet, la pente irrégulière de la nappe bâtie est généralement atténuée et réglée par un rehaussement fréquent des rues, et par un ajustement vertical en contrebas des immeubles et des bâtiments. C’est la solution des rez-de-jardin. Les cœurs d’îlots sont fréquemment en creux.

Image

Coupe de principe d’ajustement de la nappe bâtie à l’hétérogénéité topographique

25Les quartiers Judaïque, La Croix-Blanche, Saint-Seurin, Terre-nègre– Mondenard, sont très marqués par cette urbanisation épaisse en glacis, qui lisse les pentes en recouvrant partiellement les creux. Ces rehaussements viaires et bâtis correspondent au comblement ou au rattrapage de séquences orographiques basses et donc inondables. Ce nivellement de l’impluvium naturel en terrain tendre et en bordure de terrasses se déploie du tracé des cours jusqu’aux boulevards. Il est très marqué dans le péricentre ouest le long des talwegs de direction ouest-sud-est du Caudéran et du Périnot.

26Cet effet de sol « difficile » est donc décelable partout dans les dimensions horizontales et verticales des morphologies du bâti de la nappe urbaine. Il s’est également traduit par un délaissement systématique depuis le xviiie siècle des parties inondables et instables ; ces ensembles vides ou faiblement urbanisés sont devenus ultérieurement disponibles pour un urbanisme de remplissage et de densification (rive droite, gare, Bordeaux-Nord). L’actuel site sous-jacent au stade Lescure-Chaban-Delmas, aux constructions du CHR et à la cité Carrère, est resté disponible. Ce site de talweg qui suit l’axe du Peugue se trouve très près de la ville-centre. Il forme sur ces basses terres un ensemble remarquable qui fut par la suite disponible pour conduire des opérations d’équipement de grande emprise foncière, entre les années trente et les années soixante-dix. De même, l’ancien quartier Mériadeck s’est prêté à cette disponibilité foncière, à un moment de migration démographique du centre de Bordeaux vers les grands ensembles et les périphéries résidentielles de l’agglomération (1970-1980). Situé sur les basses terres des confluences du Caudéran de la Devèse et du Peugue, entre les cours et le rectangle du cimetière de la Chartreuse, cet ensemble dégradé d’échoppes, désormais rasé et reconstruit avec l’actuel quartier de l’hôtel de ville, témoigne aussi de cet effet de substrat induit par les basses terres et repris dans la composition urbaine actuelle.

1.2(b) L’effet « méandre », la figure problématique du triangle

27L’effet « méandre » est atypique à Bordeaux par rapport aux compositions urbaines et aux plans de villes de méandre classiques. Il induit très grossièrement des effets radio-concentriques dans le plan de l’espace urbain, sur les axes qui divergent du centre vers la périphérie. Toutefois cette radio-concentricité est très partielle à Bordeaux. Elle est surtout prononcée à partir du cours des Intendants en direction de la ceinture des boulevards du xixe siècle et vers les « barrières ». Mais les tracés et les secteurs urbains à la différence des plans de La Nouvelle-Orléans, ou d’Amsterdam, ne répercutent pas dans le réseau viaire et le découpage des îlots une radio-concentricité évidente.

28Cet effet de surface latéral du méandre est intégré par la matérialité de la couche urbaine dans un rapport très contingent sur la rive gauche de l’agglomération. En effet le méandre de la Garonne impose bien à la couche urbaine un effet de cintrage qui vient structurer la ville entre les radiales majeures. Plutôt que les arcs brisés concentriques bien décelables à Amsterdam et qui ne se retrouvent qu’avec le tracé des boulevards, c’est la forme triangulaire qui est dominante dans l’organisation matérielle de l’urbain à Bordeaux. Le caractère géométrique répétitif des formes en triangle se dégage à l’examen des agencements des éléments de l’agglomérat urbain matériel : îlots et tracés viaires, sans échelle bien précise.

Image

La géométrie bordelaise des triangle

29Devant cette aporie de la représentation, la forme artefact du triangle s’institue en métaphore spatiale. C’est-à-dire que la réflexion sur la forme se transpose par analogie à des éléments et des arrangements spatiaux de taille variable et de nature différente. Il convient donc ici de conduire un raisonnement analogique sur la similitude formelle sans toutefois confondre la forme triangulaire avec un espace concret. Il est alors possible de formuler l’hypothèse d’une forme artefact sans échelle spécifique, mais bien réalisée à tous les niveaux de la matérialité. Autrement dit, du niveau élémentaire des parcelles foncières jusqu’à la configuration des tracés, des secteurs et ensembles, en passant par l’îlot. La parcelle représentative la plus élémentaire pourrait probablement être celle du plus « bordelais » des immeubles du centre-ville. C’est celle de la Maison Gobineau entre les allées de Tourny et la place des Quinconces.

  • 2 Archives départementales de la Gironde.

30Ce n’est pourtant pas la figure triangulaire la plus ancienne qui soit décelable dans la spatialité bordelaise. Une brève incursion archéologique dans l’agglomérat constitué pourrait consister à rechercher dans les plans d’urbanisme le pourquoi de ce réglage par un module triangulaire. Le plan de Lattré, en 17332, présente autour du glacis ouest du château Trompette trois ébauches de formes triangulaires : le futur « triangle des Grands Hommes », le futur Jardin royal (1746-1755), et en bordure des marais des Chartrons les premiers tracés et lotissements des actuelles rues de la Course et Albert-Pitres. C’est toutefois plus en amont, vers le site primitif de la ville romaine, que la direction morphologique des triangles est directement à mettre en relation avec le site physique. Les tracés hérités du plan du castrum romain (cours de l’Intendance, cours du Chapeau-Rouge, rue Saint-Rémi, rue Porte-Dijaux) forment un angle ouvert vers l’amont qui suit les lits des anciens esteys du vieux port romain. Cette direction fut visiblement conservée dans les tracés et les réglages du plan autour de l’ensemble de la future place des Quinconces. Ce rapport formel entre la longue courbure de la rive gauche du fleuve et l’agglomérat peut être considéré comme un invariant, un similaire qui se reproduit dans l’organisation matérielle de la couche urbaine.

31La solution triangulaire s’est imposée dans l’agencement urbain pour ainsi dire discrètement, à tous les niveaux, dans une logique répétitive et non consciente d’adaptation de la spatialisation urbaine à l’effet méandre, comme si se produisait une résonance successive avec l’urbanisation du centre à la périphérie. Nous sommes donc ici en présence d’un artefact morphologique qui peut aussi bien concerner des îlots, des placettes, des tracés, des secteurs, avec parfois des phénomènes d’homothétie. C’est notamment le cas pour l’ensemble triangulaire des « Grands Hommes » qui possède une homothétie entre l’église Saint-Michel et la place des Capucins.

32En outre, cette régulation par la solution triangulaire de surface est contingente dans la dépendance de l’agglomérat au site. Elle permet d’abord de cintrer les ensembles agglomérés autour de la ville compacte ; c’est le cas entre les cours et les boulevards. Elle permet aussi d’ajuster l’organisation interne des espaces de densification urbaine. Le tracé des cours sur les plans de 1755 et de 1830 confirme le choix urbanistique de maîtriser la croissance urbaine à partir d’une structure triangulaire qui s’adapte au méandre. Les dispositifs triangulaires sont alors permanents dans la structuration matérielle des quartiers.

33L’analyse conduite sur les quartiers Saint-Seurin, Mondenard et La Croix-Blanche, Fondaudège, en révèle l’emboîtement systématique, de la parcelle aux placettes, puis aux îlots, et aux tracés viaires qui les encadrent. La forme triangulaire est alors lisible au cœur des ensembles d’îlots, du tracé jusqu’à la parcelle mais aussi entre les ensembles homogènes d’îlots. L’analyse fine du quartier de la « barrière Judaïque » est exemplaire. Entre le « bloc » rectangulaire du cimetière de la Chartreuse, et la rue Judaïque, cette ancienne partie de Caudéran a connu un lotissement de petites échoppes et de petites cités ouvrières après 1830. Sur une terrasse naturelle qui surplombait les basses terres de Caudéran, au sud-ouest de la place du Tertre, le petit quartier « Blanchard-Latour » y présente une structuration triangulaire des îlots d’échoppes. Celle-ci a permis d’articuler le quartier au système viaire encadrant (l’ancienne voie sud-nord, l’actuelle rue de Vincennes, les rues d’Arès et de Brach), tout en le structurant autour d’une ancienne folie ou domaine viticole du xviiie siècle. On peut parler ici de densification régulée par la formation triangulaire des îlots et tracés.

Image

Le quartier Blanchard-Latour (IGn 2000)

34La forme du triangle s’apparente ici à ce que nous pouvons désigner comme une figure liée au site, car répétitive à tous les niveaux de la complexité matérielle de l’urbain, mais sans qu’elle soit systématique. Surtout, elle intervient comme une figure répétitive d’assemblage spatial, sans pour autant, nous l’avons amplement souligné, respecter une échelle spécifique. Il est dès lors possible de retenir une première propriété dans le caractère transcalaire de cette spatialisation de la matérialité urbaine. Les organisations triangulaires ne semblent pas liées à une échelle spécifique. Ce serait ici l’indice manifeste d’un élément à inventorier comme artefact morphologique du processus l’agglomération. Il indiquerait comment une régulation interne et non planifiée, hormis le tracé des cours, devient incrémentale, comme réponse aux effets contingents du site non planifiée dans la composition spatiale. Ainsi l’organisation technique de l’espacement se serait produite par un réglage permanent de la distance exprimé dans la géométrie complexe des formes spatiales.

Image

L’enregistrement des tracés parallèles dans la matérialité urbaine (IGN 2000)

35Au-delà de la régulation triangulaire, une autre forme d’enregistrement de l’effet de vallée fluviale s’observe à l’échelle du grand site estuarien bordelais. Elle se révèle dans l’organisation des tracés parallèles des grands axes de déplacement orientés sud-ouest/nord-est. Ces tracés majeurs sont parallèles au cours aval du méandre. Au nord, ils correspondent au boulevard Brandenbourg, au cours Balguerie-Stuttenberg, au quai des Chartrons et de Bacalan, et au boulevard Jean-Jacques-Boscq sur la rive gauche. Sur la rive droite, ce tracé majeur se retrouve avec l’avenue Thiers.

36De cette analyse des rapports entre le site et les formes de l’organisation urbaine, quelques premiers acquis peuvent être retenus. Les similitudes formelles découvertes dans la spatialité de l’agglomération, permettent de relier des fragments d’espace séparés et distants en les considérant à l’éclairage de la problématique de l’agglomération. En second lieu, par la question somme toute limitée de l’effet de site dans la constitution spatiale de l’agglomération, il a été possible de poser l’hypothèse de l’existence de similitudes formelles révélatrices de logiques cachées du processus d’agglomération. Ce sont des modes d’organisation de l’espace qui échappent en partie par incrémentalisme à la décision spatiale ; c’est le cas majoritairement des ajustements triangulés. En quelque sorte, il s’agit ici d’espaces internes à l’agglomération qu’il est possible de qualifier d’épi-décisionnels.

37Qu’entendre par épi-décisionnel, néologisme provoqué par la tenue de la démonstration ? On proposera ainsi de considérer que les rapports entre le site et les formes d’organisation résultent de quasi-décisions secondaires qui découlent d’un fait plus important. À ce titre, il s’agit d’épiphénomènes spatiaux qui se traduisent par des logiques d’organisation marquées fortement sans qu’elles infèrent de participation directe au mouvement global d’urbanisation.

38Si l’on peut envisager de parler de quasi-décision, c’est que la répétition des formes triangulaires est dégagée en tant que mode répétitif d’organisation du système des rues qui, comme l’espace urbain au même titre, et par analogie, que les sols réticulés hexagonaux, traduisent les mouvements superficiels des sols polaires ou de très haute montagne en période de dégel. Au même titre que l’urbanisation, mécanisme global, le ramollissement du sol s’exprime souvent en des figures d’organisation et non de nécessité.

39Cependant on soulignera que cette régulation triangulaire épi-décisionnelle s’inscrit dans les formes de la nécessité d’organisation de l’amphithéâtre qui naît du méandre majeur. Celui-ci impose donc une trame semi-circulaire d’ensemble qui semble supporter, mais avec indifférence, des modes locaux de construction qui se présentent à l’analyse en tant qu’outils formels de constitution de l’agglomérat urbain et justifient, dès lors, une analyse plus systé

2. Les figures d’organisation de l’urbain aggloméré

40Dans la perspective de la ville considérée comme une archive totale d’un système dynamique, en perpétuelle transformation, une figure urbaine peut être définie comme un fait spatial indicateur des dynamiques organisatrices du processus d’agglomération. Ces figures de l’organisation spatiale de l’urbain aggloméré peuvent être évoquées à la fois par des représentations graphiques accompagnant le discours descriptif des choses spatiales et par un langage commun élaboré par traduction pour parler de l’agglomération comme formes et processus.

  • 3 L’étymologie grecque de « cryptage » étant kryptos qui signifie « caché ».

41La mise en forme de ce langage commun sémantique et sémiologique a suivi une double démarche de décryptage, terme préféré à celui de cryptage utilisé par S. Boeri (Boeri 2000), car il ne s’agit pas de « cacher » ce qui est par une écriture secrète3, mais bien de révéler ce qui est là sans être directement visible. Deux approches ont été conduites successivement, une première approche empirique de la matérialité plastique de l’agglomérat parcouru, porteuse de perceptions physiques et sensibles librement exprimées, et une seconde approche qualifiée de métaphorique. Celle-ci correspond à un détournement sémantique du sens propre des mots de l’agglomération : agglomérat, agrégat, liant, généralement utilisés pour évoquer les matériaux de construction de la ville minérale. Cette évocation originelle a permis de faire « naviguer l’esprit à travers les substances », phrase évoquée précédemment et qui prend ici tout son sens, par la richesse analogique dont elle est porteuse. Passer de l’agglomérat matériau à l’agglomérat métaphorique correspond à la tentative de construire un outil de représentation scientifique de l’agglomération comme formes et processus, un langage de l’espace, dont une première expérimentation est menée sur un terrain bordelais.

2.1 Mise en place d’un double processus de décryptage

2.1(a) Approche empirique : malléable-consolidé

  • 4 Inspirée de l’analyse pittoresque au sens de Panerai dans Analyse urbaine.

42Pour observer et décrire cette archive, il est nécessaire de la figer artificiellement dans un temps donné. Dans cette perspective, le plan de ville et sa forme urbaine sont considérés comme « un conservatoire temporel », un « instantané », un répertoire potentiel de l’ordre du visible et de l’énonçable. De cette réalité observable de la ville, l’approche intuitive4 révèle au regard du promeneur la présence grossière de deux types de texture urbaine, l’une solide et structurée, l’autre souple et floue, qui s’interpénètrent, créant une continuité globale de l’agglomérat.

43Cette observation du phénomène d’agglomération urbaine ne cherche ni à différencier des éléments aux fonctions ou aux statuts spécifiques, ni à se situer dans une approche domaniale de la ville, ou encore dans une approche morpho-fonctionnelle. Ainsi, l’interprétation ne se réfère nullement à l’image organique traditionnelle du dur/mou parfois utilisée pour évoquer les deux grands constituants de la ville : domaine public et domaine privé. Les grands tracés de voiries qui ossifient la ville y sont traditionnellement considérés comme les éléments « solides », résistants au changement, la charpente durable de la ville, à l’opposé du domaine privé, sujet aux mutations, aux différenciations, aux discontinuités, matière changeante dans sa forme. L’idée d’une ville qui s’analyse dans une organisation binaire entre structures distributives et remplissages divers ne fait pas non plus référence, ce point de vue analytique étant considéré comme trop réducteur de la complexité de la grande ville.

44La position adoptée ici précise le sens du binôme souple/solide, malléable/consolidé : la texture solide, dure, est composée d’éléments identifiables, pouvant aller d’un ensemble à un quartier, l’échelle important peu ; elle apparaît stable dans l’espace et la durée, ses limites physiques sont repérables et d’une faible aptitude à la mutation. La texture souple est pour sa part composée d’un ensemble d’éléments hétéroclites dont les modalités d’ajustement n’apparaissaient pas de prime abord ; ses limites physiques sont floues, son caractère est instable et difficilement identifiable en termes d’appartenance à un espace ou à un temps défini, et elle semble en capacité de transformation constante.

45Cette approche intuitive doit être dépassée pour caractériser les formes et les dynamiques de l’adhérence et des mouvements de cette matérialité agglomérée. Pour construire un outillage conceptuel qui permette son décryptage, le recours à une approche métaphorique apparaît alors possible.

2.1(b) Approche métaphorique : agrégat, agglomérat, liant

46Le fil rouge métaphorique suivi pour construire l’agglomérat spatial se situe dans la définition la plus courante de l’agglomération comme étant un assemblage d’éléments durs ayant une forme stable, les agrégats, et tenus ensemble par un liant, matière souple ayant comme propriété principale de permettre le collage, l’adhérence. Selon le dictionnaire Robert, la minéralogie donne le sens du terme agglomérat : « masse de plusieurs substances formées à des époques diverses et réunies par un ciment quelconque » et la botanique celui d’aggloméré, qui désigne « des organes entassés ou rapprochés en masse compacte, qu’ils soient ou non adhérents ensemble ». Le domaine de la construction n’est pas en reste qui nomme aggloméré un matériau « de forme régulière, obtenu par un mélange de matières diverses (sables, cailloux, scories, déchets végétaux, bois, liège, paille,…) agrégées avec un liant et compactées ». En se référant à son sens courant, les propriétés d’assemblage du liant conditionnent la plasticité de l’agglomérat, c’est-à-dire son aptitude plus ou moins grande à la transformation et à l’adhérence.

2.1(b1) L’agrégat

47Selon le dictionnaire Robert, l’agrégat est « un assemblage d’éléments ou substances qui adhèrent solidement entre eux ». Il est posé comme un assemblage composé d’éléments dont le rapport d’adhérence, suivant des modalités d’interaction et d’adaptation mutuelle, permet de former un tout solidaire. Selon cette définition de l’agrégat matériau, on pourrait considérer l’agrégat métaphorique comme le résultat potentiellement identifiable et repérable dans l’espace urbain de cette dynamique de solidarisation des éléments entre eux – l’élément étant un ensemble homogène et isolable. Tel n’est cependant pas le propos.

48En effet, le postulat est le suivant : si l’agrégat a besoin d’une spatialité pour exister, la forme urbaine le révèle, mais n’est pas l’agrégat lui-même. Cette étude se situe au stade du repérage des agrégats formalisés, mais ceux-ci sont également processuels, c’est-à-dire en transformation potentielle selon un principe de métamorphisme espace/temps du construit urbain. C’est la raison pour laquelle il semble préférable d’associer à la notion d’agrégat le terme de situation urbaine plutôt que celui de forme urbaine. Dans cette approche, la définition de l’agrégat retenue est celle d’un ensemble organisé qui unit entre eux les éléments qui le constituent et/ou qu’il constitue, en une configuration à stabilité forte.

2.1 (b2) L’agglomérat

49L’agglomérat est un construit de la recherche fait à la fois de matière et d’une production en train d’advenir, ce qui lui donne le double statut de révélateur et d’acteur de l’agglomération.

50L’agglomérat métaphorique est considéré comme un ensemble de parties assemblées de façon instable, complexe et inventive, contrairement à l’agrégat plus durablement stabilisé. Dans cette hypothèse, il est le produit temporaire d’une addition et/ou d’une succession de parties, c’est-à-dire d’agrégats, dont les interrelations, que l’on peut qualifier d’ajustements, contribuent à créer un assemblage d’une nouvelle nature. Cette aptitude à l’assemblage et à l’ajustement est à la fois autorisée et conditionnée par l’existence d’un liant qui donne à l’agglomérat sa dimension plastique. C’est pourquoi celui-ci ne peut être réduit par l’analyse à une juxtaposition de parties dissociées. Ainsi, l’agglomérat n’est ni un espace ou une échelle géographique, ni une dimension au sens quantitatif du terme, mais un niveau de complexité fondé sur l’intensité de la dimension relationnelle existant entre les parties qui le constituent. L’agglomérat est alors un état configuré des agrégats à un moment donné de l’observation.

51Dans cette approche, l’agglomérat est un ensemble organisé qui unit entre eux les agrégats qui le constituent et/ou qu’il constitue, en une configuration à stabilité faible.

2.1(b3) Le liant

52Par extrapolation de la définition première, le liant métaphorique a l’aptitude, selon les situations observées, d’organiser entre eux de façon spécifique les éléments de l’agrégat – liant intra-agrégat –, et les agrégats entre eux pour former l’agglomérat – liant inter-agrégat. Ce liant est un entre-deux actif, outil et condition de la cohésion de l’agrégat et de l’agglomérat, qui à la fois enregistre, régule et induit des dynamiques favorisant la transformation de chaque élément et de l’ensemble, tout en maintenant l’adhérence.

53Dans le cadre de cette recherche, l’hypothèse est faite que le liant est un élément médiateur essentiel de la complexité urbaine, dont l’existence n’appartient pas au registre des formes visibles, mais que celles-ci peuvent cependant révéler. Il est considéré comme un tiers inclus, organisateur et régulateur direct ou indirect des logiques et incongruités urbaines, pouvant prendre plusieurs formes et être de différentes natures. En effet, le liant peut être non constitué et d’une autre nature, fait d’invisible, tels que les règles, les usages et les évènements urbains, les projets, les forces économiques et sociales (pression foncière, spéculation, mobilisations diverses, etc.). Sous ces différentes formes, le liant est constitutif tant de l’agrégat que de l’agglomérat et il est ce qui en permet les mouvements.

54Posé ainsi, le liant paraît être l’une des clés de cette quête du mécanisme d’agglomération comme formes et processus.

3. Lanotion d’agrégation

55Si l’agglomérat est un état des agrégats à un moment donné, l’agrégation est un mode de fabrication de l’espace urbain par assemblages ; identifier les manifestations visibles de ce processus revient à rechercher des formes de régulation de l’adhérence et de la plasticité spatiale et urbaine. En effet, l’agrégation est dépendante à la fois :

  • des conditions de la rencontre et de la solidification d’éléments hétérogènes, c’est-à-dire du contexte et de la part informelle du processus, où règles et décisions rentrent en jeu ;
  • des capacités de la matière urbaine (position géographique, limites, espacement, géométrie) à se transformer ou non (évolutivité, rigidité).

56En ce sens, si l’agrégat est un fait urbain relativement stable qui porte en lui et révèle les traces de ses propres modalités de fabrication, on ne peut le définir comme une matière, mais comme une façon d’aller ensemble ; si l’agrégation est le processus, l’agrégat est bien l’outil descriptif construit pour accéder à l’agglomération et non pas une forme constituée.

57En développant plus avant l’approche métaphorique, et en se basant sur les propriétés attribuées au liant, le phénomène d’agrégation se développe aux deux niveaux de l’agrégat et de l’agglomérat. Dans cette perspective, la structure constituante de l’agglomération est l’agrégat – et non pas l’îlot et la rue – et l’agrégation le processus d’altération permettant de passer d’un niveau de complexité à un autre, de l’agrégat à l’agglomérat, par l’existence d’un liant inter-agrégats. Celui-ci permet la combinaison entre des agrégats qui sont en interrelations et s’influencent mutuellement jusqu’à créer un assemblage d’une nature nouvelle que l’on appelle agglomérat.

58Les ressources et les limites de cette approche métaphorique qui tente de penser et révéler la forme/processus constitutive de l’agglomération peuvent être approchées par son expérimentation sur un site donné, le site de Bordeaux-Nord. Il ne s’agit pas de construire les conditions de rendre visible l’invisible et de voir l’agrégat ou le liant dans le sens d’une visibilité morphologique, mais de repérer comment l’agglomérat se constitue à travers des dynamiques d’agrégation spatialement repérables dans la matière urbaine qui le constitue.

3.1 De l’agrégat à l’agglomérat : du fleuve aux boulevards, un premier terrain d’expérimentation à Bordeaux-Nord

  • 5 Se reporter à la définition du bricoleur donnée par l’anthropologue Claude Lévi-Strauss (1962) : « (...)

59La pièce urbaine étudiée se situe dans la partie nord de la ville de Bordeaux. Elle a retenu l’attention pour plusieurs raisons : sa contiguïté avec le grand site fluvial, la nature diversifiée de ses principaux composants morphologiques (quais, grand ensemble des années soixante, bassins à flot, boulevards périphériques, tissu d’habitat banal), et l’absence durable de projets structurants dans les quarante dernières années, l’arrivée du tramway étant un évènement récent. Le déploiement de l’urbanisation s’y réalise selon une certaine continuité dans l’étendue assortie d’un bricolage5 apparent dans la successivité des ensembles qui la constituent. Ces types d’adhérences sont somme toute ordinaires dans une grande ville. Au-delà de l’apparence d’un certain désordre du visible, il s’agit de repérer des agrégats formalisés qui organisent l’adhérence des « choses » entre elles, ainsi qu’un liant inter-agrégats qui, selon des mouvements profonds et invisibles, serait révélateur du processus d’agglomération qui s’y trouve à l’œuvre.

Image

Vue aérienne des boulevards au fleuve : Grand Parc, entre-deux, quais (IGN, 2000)

60Posé ici comme un outil descriptif pour accéder à l’agglomération, mais aussi comme une structure constituante de l’agglomérat, l’agrégat est considéré comme une configuration stable d’éléments organisés. Dans le cas de la pièce urbaine étudiée, deux ensembles retiennent tout d’abord l’attention, issus de la première approche analytique réalisée en termes d’ensembles homogènes et de limites : le système fleuve/quais et le système Grand Parc. Ces deux ensembles homogènes, à première vue éloignés l’un de l’autre, tant dans la distance que dans leur référence morphologique, sont apparus à l’analyse comme étant solidarisés par un processus d’agrégation animé par un double mouvement d’ajustement mutuel : un mouvement de calage par les triangles et les écoinçons des grandes parcelles, et celui d’une altération progressive de leur structure foncier/bâti.

3.1(a) Le repérage d’agrégats formalisés : les quais et le Grand Parc

3.1(a1) Le système linéaire fleuve/quais

61C’est un ensemble morphologique composite constitué par le fleuve, les quais, la voirie, la façade (elle-même composée de deux éléments positionnés de manière orthogonale : le bâti linéaire et le parcellaire en lanières).

Image

Coupe schématique du Grand Parc au fleuve

62Selon les parties de quais observées les éléments diffèrent, mais leurs modalités d’assemblage sont répétitives : juxtapositions de lignes en front continu parallèlement au fleuve et « feuilleté de lanières » perpendiculaire à la courbe du fleuve. Les transformations réalisées à ce jour consacrent le principe de frontalité par l’adjonction de nouvelles lignes (TCSP, contre-allée, voie de bus). Le double accident de la Cité mondiale du vin et de l’immeuble Concorde transgresse cette logique d’agrégation par répétition en développant une logique autonome d’enfoncement du front urbain des quais et de dépassement du vélum (modification de h), qui ne change pas l’organisation générale du système.

63Quelles figures d’organisation de la matérialité urbaine de la façade historique de la ville port permettent de combiner entre eux les éléments qui la composent ? Sommes-nous dans le cas d’un agrégat formalisé ? Six figures d’organisation dont trois figures de stabilisation et trois figures de transformation ont été identifiées par l’analyse :

• Figures de stabilisation

64 Le caractère de continuité qui fonde l’unité : continuité de la façade (velum, alignement, matériau de construction – pierre –, modénatures des façades, système de juxtaposition parcellaire) ; continuité de la voirie (parallèle aux façades, même largeur) ; continuité des quais (parallèle au fleuve et à la voirie, largeur continue, matériau identique).

Image

Continuité

65 L’adossement autonome des éléments entre eux : autonomie de l’élément façade (un « derrière » non relié aux quartiers) ; autonomie de l’élément voirie (peu de franchissements transversaux) ; autonomie de l’élément quais (uniformité formelle du rapport au fleuve).

Image

Adossement

66→ Le caractère dominant est le cintrage des éléments tous organisés parallèlement au fleuve dont la courbure est le référent. Nous nommerons cette figure d’organisation « l’effet Garonne », reprise dans la composition urbaine du tracé des Intendants qui s’en fait l’écho.

Image

Cintrage

67Ces figures sont illustratives du liant intra-agrégat, constitutif d’une configuration agrégative à stabilité forte et dont les caractères identifiés par l’observation du visible de l’organisation urbaine sont l’autonomie, la continuité et l’effet de courbure.

• Figures de transformation

68Quatre types d’action et de projet concernent cet ensemble, chacun étant décliné à un niveau urbain différent :

69– au niveau 1 de la parcelle : les opérations immobilières « coup de boule » de l’immeuble Concorde et de la Cité Mondiale du Vin ;

–au niveau 2 de l’îlot : le projet « ImageC/ ImageV » de la ZAC des Chartrons qui transforme la fonction en maintenant la structure parcellaire d’origine ;

70–au niveau 3 de la commune : le réaménagement des quais portuaires de la rive gauche en espaces publics jardinés et le décret municipal rendant obligatoire le ravalement des façades de tous les immeubles des quais ;

71–au niveau 4 intercommunal : la réalisation du tramway qui relie Bacalan à Bègles en longeant les quais en site propre.

72Ils engendrent des figures de transformation qui, soit indurent l’agrégat en renforçant directement la nature préexistante des liens entre les éléments, soit contrarient ces éléments mais en ne provoquant aucun changement du rapport de l’agrégat à son contexte.

73 La transformation par induration, soit le renforcement et la diffusion de l’effet Garonne induré par le tracé des Intendants.

74Le ravalement des façades vient consolider l’unité et l’effet solidaire de la façade en gommant les traces du temps passé et le visuel fragmenté du ton des façades, rendant visible l’invisible de la règle qui ossifie l’ensemble historique.

Image

Transformation par induration

75Le plan de déplacement urbain et l’aménagement des quais construisent de nouvelles lignes renforçant « l’effet Garonne » : voie de desserte locale, bus, tramway, piétons, vélos. Toutes s’inscrivent dans la géométrie linéaire du système fleuve/quais/voies/façade et le soulignent sur toute sa longueur (4,5 km).

76Le projet urbain d’aménagement des quais conçu par le paysagiste Michel Courajoud et porté par la ville de Bordeaux souligne la courbure du fleuve en l’accompagnant en continu par un aménagement composé. Mais il tente de transgresser la juxtaposition autonome des éléments constitutifs de l’ensemble des quais de la rive gauche. Sa volonté énoncée est de réaliser des liaisons transversales ville/fleuve perpendiculaires à ce dernier en spatialisant ses aménagements suivant les logiques urbaines des quartiers situés en arrière de la façade étanche. Cependant, à ce jour, si les franchissements de la voirie permettant de lier la façade habitée au fleuve sont multipliés et la vitesse automobile apprivoisée, les faits confirment l’agrégat des quais comme principal référent. Ainsi, une seule station du tramway revendique clairement un rapport fonctionnel avec les voies transversales qui irriguent la ville (cours du Médoc). Si trois autres stations portent le nom des quartiers situés derrière la façade (Chartrons, Saint-Michel et Sainte-Croix), le référentiel reste majoritairement celui de la logique fluviale avec six stations dont les intitulés sont des ponctuations essentielles de ce système (Bassins à flot, hangars, CAPC, Quinconces, place de la Bourse et porte de Bourgogne). De même, l’autisme des hangars réaménagés en vis-à-vis des quais habités et des stations du tramway est manifeste : ouverts vers le fleuve, ils présentent à la ville des façades opaques.

  • 6 Rappel : le grignotage part d’un tout homogène, et progressivement, le divise en parties hétérogèn (...)
  • 7 Rappel : le terme de corrosion caractérise un phénomène de transformation progressive du tissu tra (...)
  • 8 Rappel : le terme de chrysalidation caractérise un phénomène de transformation, un changement de f (...)

77 Grignotage6 et corrosion7 avortés, chrysalidation8 : les brèches réalisées dans l’élément façade des quais par les projets de l’immeuble Concorde et de la Cité mondiale du vin n’ont provoqué ni retournement de celle-ci vers son « hinterland », ni entamé l’unité de la façade.

Image

Grignotage, corrosion et chrysalidation

  • 9 Rappel : le terme de cristallisation caractérise un phénomène de durcissement, de confortation d’u (...)

78 Cristallisation9 par étanchéité : la transformation de l’îlot des chais à l’arrière de la façade des quais (la ZAC des Chartrons) n’a pas d’effet visible sur l’organisation du système « quais ». Malgré l’ambition publique du projet et l’affirmation volontariste de l’héritage de l’économie du négoce viticole dans ses formes architecturales et urbaines (lanières étroites du parcellaire et volumétrie des chais), la façade des quais reste infranchissable. Le « cul-de-sac » constitué par la confrontation entre ces deux systèmes, situé à l’arrière de la façade des quais, est l’effet spatial révélateur de l’étanchéité de l’agrégat spatialisé des quais. Le périmètre de la procédure de ZAC qui en régit la mise en œuvre a accentué cette indépendance. Ce nouveau quartier est physiquement rejeté hors de l’agrégat quai auquel on pourrait considérer qu’il appartient si, dans une logique d’analyse typo-morphologique, on s’attachait à la logique parcellaire qui en « trace » l’histoire. Il est en réalité dans une dynamique de retournement vers l’agrégat voisin, dont il est dépendant en termes d’accessibilité.

Image

Cristallisation

79Les figures d’organisation de l’agrégat « quais » contraignent l’évolution des éléments au sein d’une logique commune. Il s’agit ici d’une transformation de nature endogène : le type d’agrégation est lié à la nature du liant intra-agrégat et l’introduction d’un élément exogène comme le tramway, dans un premier temps, renforce le système car il se naturalise dans l’agrégat « quais » en adoptant les caractères de son liant (autonomie, continuité, « effet courbure »).

3.1(a2) Le système du grand ensemble du Grand Parc

80Le système spatial du Grand Parc est constitué de l’espace du grand ensemble lui-même considéré par hypothèse comme un sous-ensemble homogène, et des éléments avec lesquels il forme système : l’espace Ravezies/Saint-Louis au nord, les boulevards et la ville du marécage à l’ouest et de ses franges est avec la ville banale.

81Les figures d’organisation de cet ensemble composite sont ici faiblement associatives et, pour certaines, comparables à celles relevées dans la ville ductile de Cestas.

• Figures de stabilisation

82Il est difficile de parler ici de figures, seuls quelques indicateurs de similitude entre éléments pouvant être observés directement. Ainsi l’orientation des bâtiments du grand ensemble est référencée à celle de la ligne des boulevards, mais l’alignement des façades est absent et le vélum (h) fait rupture. Parcellaire, rapport plein/vide, diffèrent d’un ensemble à l’autre, leur juxtaposition étant réglée a minima par quelques continuités de rues rapidement avortées.

  • 10 Rappel : le compactage correspond à un mode d’assemblage des sous-ensembles entre eux, créant des (...)

83Nous sommes en fait en présence d’un ensemble de grandes parcelles de tailles variées ayant une logique d’organisation-division interne fortement autonome, et dont le collage est réglé par la logique de leur desserte par les grands tracés urbains qui prennent naissance dans la ville du fleuve. Les adhérences relèvent d’une contiguïté non hiérarchisée, l’archétype de cette situation urbaine pouvant être illustrée par la successivité des composants de l’avenue Émile-Counord pris dans une dynamique de compactage10 proche de celle relevée à Cestas dans la première partie de la recherche, mais vue également à Saint-Martial.

• Figures de transformation

84Les processus de l’érosion et de la corrosion ont été préalablement repérés dans le chapitre précédent comme pouvant qualifier les mouvements d’ajustements entre ce vaste espace où prévaut un non-bâti résiduel, où la ville apparaît en deux dimensions, c’est-à-dire dans une prédominance de la logique foncière sur la logique en trois dimensions de la ville habitée. Celle-ci offre une faible résistance structurelle à cet appel du vide comme en témoignent la rareté des lieux marqués par le processus de cristallisation, et la présence de nœuds et d’îlots de résistance d’apparence fragiles.

Image

Compactage, érosion et corrosion

85Il semble que l’on se trouve devant un cas d’agrégat inverse, c’est-à-dire à dynamique dissociative, proche de certains sites périurbains marqués par la faible complexité d’une logique foncière dominante. Cependant en changeant de niveau de regard, et en recherchant les dispositifs d’assemblage de cet agrégat à celui des quais, très constitué et induré par les projets, on fait apparaître de nouvelles figures qui semblent nous conduire vers l’agglomérat urbain, cet « ensemble de parties assemblées de façon instable, complexe et inventive, contrairement à l’agrégat plus durablement stabilisé ».

86L’élément des bassins à flot n’est pas étudié ici. Il s’agit d’une rupture physique et domaniale forte dont la grande rigidité n’a qu’un effet structurant paradoxalement très faible sur l’espace urbain. Ce territoire du Port autonome de Bordeaux est une extraterritorialité urbaine. Il serait à étudier avec un autre ensemble composite constitué du lycée, de la déchetterie, du pôle technique municipal, de la SAFT et de la place Latulle qui est le pivot de cet ensemble agrégé d’une autre nature.

3.1(b) Le liant inter-agrégat : l’ajustement par l’altération, les rouages des grandes parcelles et le calage par les triangles

87Le liant inter-agrégat a comme propriété d’organiser les agrégats entre eux de façon à constituer un agglomérat, c’est-à-dire un ensemble d’une nature différente des agrégats qui le constituent et d’un niveau de complexité supérieur à leur simple addition, c’est-à-dire développant des figures d’organisation spécifiques. Notre hypothèse est qu’il permet la combinaison entre des agrégats en créant un assemblage d’une nature nouvelle que l’on appelle agglomérat.

88Trois principes d’agrégation apparaissent à ce niveau de description qui réalisent l’ajustement entre les agrégats identifiés précédemment : l’altération, les rouages des grandes parcelles et le calage par les triangles.

89→ L’altération est un principe d’ajustement qui permet le passage d’un ensemble à un autre par la variation successive et jamais simultanée de l’orientation des parcelles ou de leur taille et du rapport bâti/non-bâti. Ainsi l’orientation des parcelles suit soit un « effet fleuve » (orientation est-ouest), soit un « effet marais » (orientation nord-sud). Une seule variable d’ajustement est mise en œuvre en même temps pour permettre le mouvement de la matérialité urbaine. Ce principe d’altération est celui qui a conduit la définition des ensembles homogènes dans le chapitre I.

90→ Les grandes parcelles font office de rouages entre l’agrégat de la ville indurée et l’agrégat inverse de ce que l’on pourrait appeler, soit la ville en renouvellement si on prend comme référent la ville historique et ses logiques d’induration, soit la ville en constitution si on réfère ce site à une autre dynamique de fabrication, proche de celle qui « agit » le périurbain. La localisation des grandes parcelles compactées aux frontières des deux ensembles est un indicateur de cette fonction d’écoinçon que traduit leur alignement sur la rue comme signe de continuité, et que la masse bâtie et les typologies différenciées dénoncent aussitôt.

91→ Le calage par les triangles est enfin le troisième mode d’agrégation qui apparaît à l’analyse des agrégats formalisés. Comme cela a été relevé en début de chapitre, le triangle apparaît à nouveau comme une figure d’organisation transcalaire de l’agglomérat urbain.

Image

L’agrégat inverse du Grand Parc est l’interface entre ville du marais (quartier Providence) et ville du fleuve.

Conclusion

92L’expérimentation de ce repérage des dynamiques d’agrégation observables traduites dans les formes organisées de la matérialité urbaine, de l’agglomérat de la grande ville, présente des limites évidentes dont en premier lieu l’insuffisante probation par une déclinaison sur d’autres terrains bordelais, et au-delà sur d’autres agglomérats urbains.

93Mais elle présente aussi certains avantages. En glissant de la morphologie urbaine à l’agrégation par le biais métaphorique des figures d’organisation, la ville nous apparaît dans une forme de coalescence plastique de ses parties entre elles et dans leur rapport à la grande ville, c’est-à-dire à l’agglomérat métropolisé. Il y a du Cestas dans Bordeaux et du Bordeaux dans Cestas et cela, au-delà du visible et du jeu de la métaphore, l’induration bordelaise où dominent cristallisation et chrysalidation, contribue à l’étirement péri-urbain de la ville-campagne. En mettant en visibilité des similitudes transcalaires et en dépassant le déterminisme analytique des formes urbaines composées, ce désordre apparaît comme un système finement régulé par un liant, c’est-à-dire des figures d’organisation et de transformation, qui assure tant l’adhérence que les mouvements de l’agglomérat. Ainsi, derrière le désordre morphologique apparent, qui n’est jamais « qu’un ordre qu’on ne saurait voir », il semble exister un système de régulation permanent qui ajuste l’agglomérat aux mouvements permanents qui s’y développent.

Notes

1 Ces deux outils analogiques sont présentés au chapitre 1, dans la justification épistémologique de la forme-méthode.

2 Archives départementales de la Gironde.

3 L’étymologie grecque de « cryptage » étant kryptos qui signifie « caché ».

4 Inspirée de l’analyse pittoresque au sens de Panerai dans Analyse urbaine.

5 Se reporter à la définition du bricoleur donnée par l’anthropologue Claude Lévi-Strauss (1962) : « Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matière première et d’outils, conçus et procurés à la mesure de son projet. Son univers instrumental est clos, et la règle de son jeu est de toujours s’arranger avec “les moyens du bord”, c’est-à-dire un ensemble à chaque instant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir le stock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures. »

6 Rappel : le grignotage part d’un tout homogène, et progressivement, le divise en parties hétérogènes.

7 Rappel : le terme de corrosion caractérise un phénomène de transformation progressive du tissu traditionnel par parcelles isolées.

8 Rappel : le terme de chrysalidation caractérise un phénomène de transformation, un changement de forme à l’intérieur d’une enveloppe existante et maintenue. Ce processus rompt avec les logiques d’organisations antérieures en produisant une forme étrangère à son contexte proche.

9 Rappel : le terme de cristallisation caractérise un phénomène de durcissement, de confortation d’une forme, d’une enveloppe, d’un gabarit (bâti et parcellaire), renforçant la cohérence préexistante par des interventions individuelles ou d’ensemble.

10 Rappel : le compactage correspond à un mode d’assemblage des sous-ensembles entre eux, créant des poches habitées juxtaposées et faisant l’objet d’un remplissage aléatoire du point de vue des formes bâties. Il caractérise une organisation du bâti refermée sur elle-même, un nombre réduit d’accès et une logique de composition étrangère à l’ensemble plus vaste dans lequel il est inscrit.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540