Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, une ville sans histoire(s)

 | 
Jean Dumas

Première partie. La ville ajustée

Chapitre 1. La narration descriptive et la forme spatiale urbaine

Texte intégral

1Ce chapitre portera sur la construction d’une méthode originale pour questionner l’agglomération bordelaise, non pas en tant que singularité historiquement constituée, mais comme une spatialité agglomérée telle qu’elle se livre à l’analyse urbanistique. Peu importera donc l’ancienneté des choses, leur progressive constitution dans la matérialité héritée et leur appartenance à l’histoire spatiale de l’urbanisme bordelais.

2Ce dont il est ici question, c’est de l’élaboration d’un appareil méthodologique critique et raisonné qui décrira pour ensuite interpréter sans profondeur historique, l’agencement spatial de la matérialité agglomérée.

3Par où commencer si ce n’est par une archéologie du savoir urbain dans son travail le plus élémentaire, celui de la formation au sens de la « mise en formes » de la spatialité dans le processus d’agglomération ? Mais plus profondément dans ce travail sur les dispositifs de l’élémentaire urbain comment rendre compte du formé, si ce n’est par des mots, et alors comment se doter d’un langage qui puisse établir des correspondances scientifiques entre la forme et la dynamique de la spatialisation autrement dit le processus d’agglomération ?

4L’ambition n’est pas mince car elle refuse par axiomatique tout recours aux morphologies de l’urbain qui s’appuient sur l’histoire et qui vont historiciser l’espace pour l’expliquer. La recherche de ce langage interprétant réussira dans la mesure où il livrera un champ de similitudes entre des agencements spatiaux qui pourraient entretenir des rapports dynamiques nommés avec le processus d’agglomération.

5Cette recherche suppose donc d’abord un détour épistémologique sur le statut scientifique de la forme en urbanisme. Elle propose ensuite une interrogation indispensable sur la validité scientifique de la reconnaissance analogique au sein du triptyque envisagé entre les mots, les formes (en tant que choses de l’urbain) et le processus d’agglomération. Ce sera donc l’apport méthodologique proposé.

6Un second moment de ce chapitre se consacrera à l’étape de l’interprétation. Comment construire une narration méthodologique, dont les mots disent les indices du processus de construction de l’aggloméré ? Comment confronter le langage analogique et le terrain, de sorte que soit possible le travail d’interprétation des logiques cachées du processus d’agglomération ? Telle est la double problématique de ce chapitre fondateur d’une narration critique et heuristique sur ce qui ne se donne pas directement à voir dans la production urbaine de l’espace.

1. Forme urbaine et méthode d’analyse spatiale : une approche cognitive

7Cette étude se situe au croisement de trois disciplines d’analyse de l’urbain : l’architecture, l’urbanisme et la géographie. Elle interroge la validité des formes spatiales dans la mise en évidence et la compréhension des processus internes de la production matérielle urbaine. Elle avance l’hypothèse qu’une forme spatiale identifiée comme telle pourrait constituer un indice des processus d’agglomération urbaine en tant que spatialisation et spatialité spécifique. Toutefois, la notion de forme spatiale fait immédiatement problème méthodologique. Elle n’est en effet nullement évidente en tant que fait spatial dès l’abandon du sens commun du terme. Elle ne l’est pas davantage dans ses rapports aux dynamiques spatiales de l’urbain.

8Trois questions centrales s’enchaînent dans la proposition d’une méthode d’observation cognitive des formes dans les processus d’agglomération. D’abord la question relative aux représentations scientifiques de l’objet spatial. Il est nécessaire de savoir comment les champs disciplinaires considèrent l’espace et en produisent des représentations pratiques. Il convient alors de s’interroger sur le fait de les accorder dans une reformulation cognitive qui soit commune à l’architecte, à l’urbaniste, à l’aménageur, et au géographe. Ensuite, seconde question sur les formes dans le processus d’agglomération : que signifie les représenter dans l’analyse ? Enfin, quel statut heuristique et méthodologique conférer aux formes ? Ce sont là des questions initiales d’épistémologie des sciences de l’espace. Elles conduisent à la construction d’une anthropologie cognitive méthodologique qui tente de conférer à la forme urbaine un statut d’outil analytique.

9Les différentes représentations des savoirs sur l’espace ne constituent pas nécessairement des obstacles à une convergence d’analyse, pour peu que soient identifiés les distinctions et les enrichissements croisés entre les disciplines. Les comprendre et en confronter les constructions sociales scientifiques constituent donc un préalable et une exigence permanente pour que s’élabore une réalité cognitive commune dans la conceptualisation d’un outil scientifique sur la problématique forme/processus du phénomène d’agglomération. C’est ce que cette étude se proposer de tenter.

1.1 La notion de forme reconsidérée

10Ce n’est pas d’une définition certaine de la forme en analyse urbaine que nous partons. Au contraire, c’est à partir de la critique de ses usages réifiants qu’il est possible d’en libérer la capacité analytique. Si nous considérons les usages les plus courants de la forme dans les analyses urbaines, il apparaît rapidement qu’ils relèvent d’une représentation interprétative du réel : soit d’une morphologie analytique descriptive classique en géographie urbaine, soit d’une morphologie pratique et symbolique de l’action d’urbanisme et d’architecture. Dans le premier cas il s’agit de configurations interprétatives à certaines échelles du réel, mais forcément sélectives. En effet, le réel spatial forme un tout aggloméré, un tout constitué d’éléments associés dans une spatialité hétérogène ; il est possible alors de parler de formes « configurées » pour interpréter et traduire cette interprétation dans des documents qui prétendent représenter le réel ; c’est le statut de la carte. Dans le second cas il s’agit de formes « configurantes » à l’aide desquelles l’urbaniste l’architecte et l’aménageur font prendre sens à la production spatiale aux diverses échelles de l’action. Ce sont des formes recherchées par l’action spatiale et non plus de la représentation configurée ; ce serait plutôt une représentation formelle configurante de l’espace organisé. Sur ce point réside la distinction capitale entre ces deux documents représentatifs de l’espace aggloméré (et plus probablement des espaces) dans le processus d’agglomération, que constituent la carte et le plan. Le plan est pour sa part une représentation la plus proche du réel possible, il en constitue sa transposition froide dans le cadastre, ou sa préparation pratique dans le plan d’urbanisme. Tandis que le cadastre est informel, le document d’urbanisme et d’architecture produit une formalisation du projet spatial, ce qui ne correspondra pas nécessairement à la morphologie géographique ex-post, qui en deviendra une interprétation sélective.

11Mais entre la morphologie organiciste du géographe, ou encore celle plus évolutionniste de l’historien, et le plan spatial du projet, la matérialité urbaine introduite sa dimension propre. Celle des mouvements internes d’agglomération, de ses changements et de ses mutations in situ, celle aussi des superpositions entre les éléments d’agglomération et les dynamiques impulsées par les projets d’urbanisme à plusieurs échelles. En somme, une dimension cachée qui pourrait être celle des réactions spécifiques de l’agglomération aux actions spatiales qu’elles soient micro-décisionnelles ou macro-décisionnelles. Une dimension transversale dont l’interprétation ne relèverait pas d’une morphologie d’organisation à l’échelle de l’agglomération, comme le propose la géographie classique, ni d’une analyse des projets directement ramenés à leurs plans d’urbanisme.

12Cette posture suppose de s’éloigner d’abord des représentations savantes ou triviales de la spatialisation de la ville les plus formalisantes, pour analyser ce qu’il est possible « naïvement » d’appeler l’informe ou l’innommable, ou l’indicible, dans le langage morphologique habituel. Ce premier terrain correspond dans l’espace de Bordeaux à une série d’espace entre-deux, vaguement identités comme quartiers flous et sans particularités formelles bien claires. Des espaces régulièrement négligés par les morphologies descriptives car supposés ne traduire ni l’histoire dans la forme ou les formes, ni les fonctions, ni les projets. Fut alors posée à l’espace banal devenu laboratoire de notre analyse – un espace sans formes classiques de l’urbanisme bordelais, tel que les secteurs d’échoppes, tels encore que les cours et secteurs du xviiie siècle – la question de savoir ce que ces espaces avaient en commun avec l’agglomération bordelaise. Et surtout, comment en rendre compte, par un langage scientifique révélateur de formes discrètes liées aux dynamiques du processus d’agglomération.

1.1(a) Les trois conceptions scientifiques de l’espace urbain entre divergences et dialogue

13Pour commencer, un bref détour vers la théorie des sciences cognitives éclaire le travail commun qui a été ici tenté sur les représentations scientifiques de la matérialité de l’agglomération dans les espaces urbains.

14Le constructivisme méthodologique que nous présentons peut s’exprimer par une sociologie cognitive de la recherche (Schütz 1987). En effet la théorie socio-cognitive nous permet de situer l’approche disciplinaire comme une construction sociale de la réalité observable (Luckman et Berger 1986 ; Schütz 1987). Or penser l’espace urbain à partir de trois horizons scientifiques distincts revient d’abord à comprendre les complémentarités et les singularités scientifiques de l’architecte, de l’urbaniste et du géographe. C’est là une problématique centrale pour les sciences de l’aménagement et de l’urbanisme quant à la construction des savoirs et des pratiques scientifiques de ce champ en construction (Lemoigne 1995).

Les espaces informes ou innommés

  • 1 Nous renvoyons à la première partie de texte de Henri Reymond, « Une problématique théorique de la (...)

15La construction d’un langage commun pour analyser l’agglomération comme processus urbain butte sur une difficulté cognitive, qui provient des langages scientifiques sur les formes urbaines1. Ces langages ne sont pas interchangeables sans risque de confusion entre les disciplines. Ils dépendent étroitement des représentations scientifiques élaborées dans les champs cognitifs spécifiques de chaque science de l’espace : géographie, aménagement, urbanisme et architecture. Et plus précisément, dans ces représentations, les langages analytiques découlent du statut cognitif que l’espace reçoit dans la représentation scientifique de l’architecte, de l’urbaniste, de l’aménageur et du géographe.

16Comme toute activité sociale la recherche scientifique engendre des types de pensée pratique sur la pensée savante. Cette pensée pratique est faite de « références sémantiques et cognitives » (Séca 2001). Ce savoir pratique est générateur du sens commun qui oriente les dispositions analytiques des chercheurs dans l’analyse. Ainsi, parlant tous d’espace, les géographes, les architectes, les urbanistes, mobilisent des représentations spécifiques qui résultent à la fois des modes de construction des savoirs sur l’espace et des contenus scientifiques eux-mêmes (Seca 2001).

17Ces pré-requis produisent pour l’essentiel au sein de chaque discipline de l’analyse spatiale des processus cognitifs proches de l’habitus sociologique. Ils orientent donc la pensée conceptuelle et les savoirs pratiques. Les biais principaux sont classiquement appelés dans la théorie des sciences cognitives l’attitude et la catégorisation. Chaque pensée scientifique est orientée par une attitude disciplinaire (au sens socio-cognitif du concept). L’attitude en tant que disposition interne dans le savoir pratique du chercheur remplit une fonction de description et de catégorisation des objets et donc de l’espace urbain en tant qu’objet scientifique. La catégorisation opère de son côté des classements collectivement partagés au sein d’une représentation socio-scientifique. Elle possède ainsi une fonction référentielle.

18Il est possible de saisir sommairement ces écarts cognitifs de la conception scientifique de l’espace chez trois auteurs qui définissent l’espace comme objet scientifique en privilégiant justement l’analyse par les formes urbaines : une géographe, un architecte, et des urbanistes. Sylvie Rimbert, géographe et cartographe, Christian Norberg-Schulz en tant qu’architecte, et Philippe Panerai et Jean-Charles Depaule en tant qu’urbanistes.

19Dans un classique de l’analyse géographique des espaces urbains, Sylvie Rimbert (Rimbert 1973) centre son analyse sur la notion de système-paysage. Elle livre dans une analyse très riche une morphologie composite en dégageant progressivement la diversité des formes spatiales qui constituent les paysages de tous les acteurs urbains. Elle insiste surtout sur la liaison entre structures mentales et formes urbaines. La forme est donc proposée comme une représentation de la spatialité, construite par les pratiques professionnelles et habitantes de la ville. Le paysage est avant tout envisagé comme synthèse constituée de relations spatiales dans toutes leurs diversités.

20La théorie de l’architecture de Christian Norberg-Schulz dans un paradigme culturaliste conçoit pour sa part l’espace comme un construit concret, une structure environnementale faite d’édifices publics et privés qui produit des paysages et des implantations dans un rapport signifiant pour l’homme. Enfin le point de vue des urbanistes est quant à la représentation scientifique de l’espace sensiblement différent. Dans l’ouvrage de référence, Panerai, Depaule, et Demorgon, l’analyse empiriste cherche à reconstituer par l’histoire des formes spatiales la forme même de la ville. Cette morphogenèse considère de façon plutôt réductrice l’espace géographique comme le territoire d’observation. Le paysage urbain est abordé par la méthode cognitive de Kevin Lynch, et l’espace réel de la ville est considéré comme la configuration organique de l’étendue urbaine.

21Voici donc trois conceptions spatialistes de la ville qui se distinguent sensiblement parce qu’elles confèrent à l’espace urbain, en tant qu’objet scientifique, un statut différent. Successivement, un construit relationnel complexe lisible dans le paysage pour le géographe, un agencement symbolique de l’environnement de la vie privée et publique pour l’architecte et une morphogenèse historiciste pour l’urbaniste. Au-delà des partis pris de ces auteurs, ces analyses restent exemplaires des représentations socio-scientifiques disciplinaires. Le dépassement de ces points de vue, mais surtout leur mise en dialogue et leur articulation sont devenus pour nous le cœur de la méthode. Il est donc question de construire au sens de Michel Callon et Bruno Latour (Callon 1986) une traduction, c’est-à-dire un déplacement du questionnement et de la conception ou de la représentation de la spatialité. La stabilisation de l’analyse autour de la problématique de l’agglomération comme formes et processus correspond exactement au travail commun réalisé progressivement.

1.1(b) Un acte de recherche : l’analyse cognitiviste de la forme urbaine

22Formaliser une représentation spatiale revient à mettre en action mentale des représentations scientifiques construites dans la connaissance et la reconnaissance de l’espace, tant par les signes formalisant de la carte et du plan que par les mots du discours analytique. Or une représentation peut agir sur la pensée dans l’approche spatiale avant l’analyse en proposant des théories collectives sur les cadres d’analyse immédiate. En elles-mêmes ces représentations de la spatialité ne posent de difficultés que dans la mesure où elles introduisent des biais involontaires, des prescriptions normatives, en conduisant par exemple l’analyse à des confusions entre le réel et ses représentations. Il semble que ce soit par routine un cas fréquent dans la littérature scientifique ou l’analyse spatiale plus généralement. Un travail théorique et critique sur la manipulation plus ou moins consciente des représentations scientifiques dans les analyses spatiales est une prise de conscience capitale dans la mesure où les représentations introduisent des schèmes analytiques interférents entre le réel spatialisé et sa formalisation analytique.

23Nous évacuons d’entrée de jeu toute interprétation historicisante de la forme urbaine, qu’il s’agisse d’une forme attribuée aux tracés viaires, ou d’une mise en évidence formelle des îlots, des « quartiers », ou des ensembles mopho-historiques tels qu’ils sont représentés dans les récits descriptifs du développement spatial. Ce sont des représentations courantes, ordinaires mais peut-être faussement évidentes. Elles sont reproduites dans les discours scientifiques qui ont adopté une analyse évolutionniste des espaces urbains. Ces discours sont historiques, géographiques, architecturaux ou urbanistiques. Il n’est d’ailleurs nullement question ici de discuter la pertinence scientifique de ces récits spatiaux, mais plutôt de s’en distinguer pour considérer autrement la question méthodologique de la forme spatiale.

24Plus largement, les descriptions formelles des espaces urbains reposent sur des processus d’objectivation de l’espace en matérialisant par la description une simplification des significations multiples de la spatialité, dans un schéma spatial. La carte plus que le plan, nous l’avons vu, en constitue la pratique courante.

25C’est alors en retournant la question de l’analyse urbaine vers celle des processus d’agglomération que nous tentons ici par une convergence des outils, et dans un dépassement des catégories analytiques disciplinaires, de mettre en œuvre une phénoménologie méthodologique. Cette phénoménologie s’inscrit dans le champ des sciences cognitives et plus particulièrement dans celui de l’anthropologie cognitive. Elle s’attache à la compréhension de ce qu’il ne convient plus d’admettre comme un pré-requis catégoriel : l’agglomération. Ce terme d’agglomération est ici admis comme forme d’organisation et comme processus. Il est alors question de l’aborder dans ses rapports entre formes urbaines identifiables et processus de réalisation et d’organisation.

26Une nouvelle conception de la production spatiale de la matérialité urbaine est donc partie des trois conceptions de la matérialité spatiale de la chose urbaine agglomérée pour reconstruire un langage commun. En effet, le lien entre représentations sociales et le langage analytique est structural puisque le langage est à la fois réceptacle et activateur des représentations sociales (Jodelet 1989 ; Bronckart 1998). Cette mise en commun des savoirs a fait évoluer progressivement les notions disciplinaires et élaboré peu à peu une représentation socio-scientifique neuve relative à l’objet de recherche qu’est l’agglomération. Celle-ci, comme toute représentation sociale, permet de penser et d’élaborer un langage sur l’environnement étudié. C’est la formation d’un langage commun d’une traduction au sens de Callon et Latour, qui s’est réalisée autour de cette problématique spatiale reconsidérée : l’agglomération comme formes et comme processus.

27En se référant à la théorie des sciences cognitives, on peut considérer que le « noyau central » de cette nouvelle représentation scientifique commune (Abric 1994) s’est constitué d’éléments stables et non négociables. La théorie des représentations sociales a également mis en évidence un « système périphérique » indissociable du noyau central. Ce système périphérique est toujours dans la représentation, une seconde structure de régulation et d’interprétation communément partagée. Dans la représentation scientifique de l’agglomération ici élaborée, le système périphérique est nécessairement conditionné par les champs multiples de l’urbanisme, de l’architecture et de la géographie, comme autant de référentiels propres à chaque provenance scientifique sur l’espace urbain. Il reste donc plus variable, et itératif dans sa structuration méthodologique. Des éléments y sont entrés et en sont sortis tout au long des étapes de la construction analytique, au gré de la validation et de l’invalidation des hypothèses. Mais ce système périphérique a élaboré progressivement le référentiel toujours mouvant mais incontournable de la méthode et de son langage sur les formes spatiales.

1.2 Pour une justification épistémologique de la forme-méthode

28C’est donc cette question du statut méthodologique de la forme spatiale qui est essentielle. L’analyse s’approfondit de la forme urbaine comme résultat configuré à la forme indicatrice de mouvements profonds et transcalaires. Dès lors, si elle n’est pas retenue comme une forme de la représentation descriptive mais comme représentative du processus d’agglomération et révélatrice des mécanismes de ce processus, sa mise en évidence relève d’une approche différente. La méthode suppose alors une capacité cognitive de recherche qui en identifie les faits spatiaux significatifs afin de rendre compte des indices du processus d’agglomération.

29Comment alors obtenir un inventaire d’éléments morphologiques de l’urbain pour procéder à une identification des processus d’agglomération ? Cette question conduit d’abord à confronter la question des formes urbaines identifiables comme relatives au processus d’agglomération, aux processus cognitifs de la représentation scientifique de l’espace et des choses urbaines. Mais en outre il convient d’établir un lien critique permanent entre les échelles d’observation et celles des choses urbaines observables dans leur mise en forme. Nous sommes donc en présence de deux dimensions de la connaissance et de la reconnaissance des choses urbaines de l’agglomération, une dimension spatialisée et une dimension langagière. Leur ajustement permanent est donc au cœur de la méthode d’analyse.

1.2(a) La reconnaissance analogique des choses : artefacts et écofacts de l’agglomération

30Ce qui en effet est plus rarement abordé dans les études urbaines, c’est la mise en œuvre d’une transversalité analytique des processus dynamiques de la spatialisation. Plus précisément la recherche d’une ou plusieurs logique(s) profonde(s) de production spatiale, qui ne sont pas immédiatement perceptibles dans l’organisation de l’espace ou les processus territoriaux de décision spatiale.

31Il est bien question ici de logiques spatialisantes, qu’elles soient maîtrisées ou non par l’agir urbanistique, et qui relieraient les niveaux spatiaux de l’action urbaine dans une transversalité silencieuse, mais effective dans ses résultats, et dont les formes et ce que nous appellerons les figures de l’organisation spatiale seraient indicatrices. Autrement dit, des réalités urbaines du processus d’agglomération dont les formes spatiales seraient indicatrices et ce à toutes les échelles. Cette hypothèse confère alors un statut heuristique à la forme spatiale identifiable comme fait d’organisation de l’agglomération, tout particulièrement par son aptitude à contenir les similitudes, et les différences déductibles par comparaison. Ces similitudes déduites sont indicatrices du processus d’agglomération, et en même temps organisatrices des choses spatiales qui contribuent à ce processus.

32Toutefois, afin d’établir solidement des rapports d’analyse entre la forme spatiale et les processus d’agglomération, il convient de savoir quoi identifier du processus d’agglomération. Cette étape correspond à l’identification de choses relatives aux processus d’agglomération. La démarche s’apparenterait ainsi à une archéologie de la production matérielle de la spatialité urbaine. Les formes sont identifiées comme indicatrices de choses au sens durkheimien, constituées ou en apparente constitution : « Est chose tout objet de connaissance qui n’est pas compénétrable à l’intelligence […], tout ce que l’esprit ne peut arriver à comprendre qu’à condition de sortir de lui-même, par la voie d’observation et d’expérimentation » (Durkheim 1988). Les formes seraient identifiables dans une posture archéologique à des objets urbains produits par les logiques d’agglomération, des artefacts, et l’agglomération comme processus équivalent à un écofact, c’est-à-dire un système environnemental en interaction.

33Se pose alors la question de leur translation dans un langage interprétatif. Face à ce problème heuristique, on considérera avec Jerry Fodor et Edgar Morin que, par une série de biais cognitifs, la pensée emploie des opérations de reconnaissance analogique plus que logiques. Ce sont ces translations qui permettent de passer de l’univers des formes urbaines repérables à celui du langage, moyennant quelques précautions formelles dans la manipulation des biais cognitifs. Les choses traduites dans les formes sont dicibles, et reconnues alors comme indices et artefacts de l’agglomération.

34Dans les médiations représentatives telles que la carte, le plan, le dessin et la photographie, la forme est déduite de régularités logiques inhérentes aux questions soulevées (les tracés viaires, les étapes de la croissance urbaine, les périmètres opérationnels etc.) mais ces configurations restent des représentations de l’espace et constituent des pseudo-réalités spatiales, des interprétations thématiques reconstituées dans le discours descriptif. Ce sont donc des formes nées de la représentation spatiale, celles de la description et non des processus.

35Ce biais interprétatif correspond classiquement à la description géographique de l’organisation des espaces urbains. Mais il ne va plus de soi dès qu’il est question de mettre en évidence les processus de production de la matérialité spatiale, ne serait-ce que pour une question de pure inférence scalaire. Les formes livrées par les représentations graphiques de l’espace sont toujours celles d’une échelle des phénomènes. En effet, ce qui est donné ordinairement à voir dans toute représentation géographique aux échelles d’ensemble de l’agglomération recouvre probablement d’autres niveaux spatiaux et dont les indices relatifs aux processus risquent d’être occultés. C’est la raison pour laquelle, passer arbitrairement dans l’analyse d’une échelle à l’autre (par exemple dans une inférence macro, méso, micro qui constitue une démarche géographique classique, ou inversement dans une démarche d’architecture et d’urbanisme), ne semble que partiellement satisfaisant pour élucider les niveaux pertinents des révélateurs formels des processus spatiaux de l’agglomération. En effet, au nom de quels principes scientifiques établir un découpage scalaire, dès qu’il n’est plus question de représenter l’espace des réseaux, des quartiers statistiques démographiques, des morceaux de bâti historiques ou des densités de l’habitat et des fonctions ? Cette question de l’inférence entre les échelles n’est certes pas neuve, et le passage analytique du grand espace de la ville aux niveaux inférieurs est habituel dans l’analyse urbaine. Mais le risque de réductionnisme scalaire est toujours présent dès que la description de l’organisation spatiale est abandonnée et que se pose celle des liens structurants entre le tout et la partie. Il importe donc de déterminer les échelles d’observation et l’échelle des phénomènes de la spatialisation matérielle de l’agglomération urbaine.

1.2(b) La reconnaissance analogique

  • 2 C’est une question préalable soulevée par la sociologie de la connaissance. On se reportera au tex (...)

36Tout langage analytique et descriptif sur la construction spatiale est inévitablement soumis à une critique épistémologique préliminaire. Nous ne perdons en effet jamais de vue que le texte de la description explicative et les mots qui la traduisent s’instituent toujours en médiateurs socio-scientifiques de la réalité urbaine2. Néanmoins les termes précis sont nécessaires dans la désignation des choses urbaines, et l’analyse se fonde toujours sur un récit ou une narration descriptive. C’est donc entre langage et représentations que se situe la justification théorique de notre outillage analytique.

37Nous abordons ici deux délicates questions épistémologiques, celle de l’interprétation et celle de la formalisation des choses spatiales urbaines. Posons d’abord cette question avec le philosophe Jean Griesch dans son analyse de l’herméneutique et de l’épistémologie du savoir moderne chez Michel Foucault. « En superposant sémiologie et herméneutique dans la forme de la similitude, le xvie siècle semble ainsi se constituer en “âge herméneutique de la raison”. Son économie interne se laisse définir de la façon suivante : (en citant Michel Foucault) “chercher le sens c’est mettre au jour ce qui se ressemble. Chercher la loi des signes, c’est découvrir les choses qui sont semblables. La grammaire des êtres c’est leur exégèse. Et le langage qu’ils parlent ou racontent n’est rien d’autre que la syntaxe qui les relie” » (Griesch 1991).

38Dans cette perspective épistémologique, la méthode peut s’orienter vers une phénoménologie de la forme urbaine. La forme devient un indice de sens, traducteur du processus d’agglomération par les similitudes. Cette axiomatique va s’avérer fondatrice, pour les étapes ultérieures de la proposition méthodologique. Elle se pose sous l’angle de la validité scientifique et ontologique de l’interprétation urbaine de la forme spatiale par une phénoménologie de l’expérience. Autrement dit, elle revient à critiquer en permanence la validité méthodologique de la formalisation pour toute représentation scientifique des choses urbaines spatialement constituées et non plus simplement configurées. Avant tout, elle introduit au cœur de la méthode la valeur scientifique de la reconnaissance analogique des diverses formes des processus d’agglomération et des processus dans les formes. En effet, reconnaître c’est avoir déjà connu, et identifier ce reconnu par un système cognitif ; ou encore, identifier dans la spatialité urbaine ce qui est analogue par la nature et la genèse et non plus par sa représentation configurée. C’est ici une opération cognitive centrale de travail scientifique qui est exprimée : celle des mécanismes cognitifs de reconnaissance analogique.

  • 3 Fodor est le père conceptuel de la théorie computationnelle de l’esprit. Dans cet essai le philoso (...)

39Revenons alors un instant sur les savoirs relatifs à la pensée et aux mécanismes cognitifs qui la fondent. Face au problème posé par la translation réciproque entre les formes spatialisées et les processus d’agglomération, autrement dit face à la question de la reconnaissance de l’urbain aggloméré et s’agglomérant par une morphologie, il est possible de considérer avec Edgar Morin et Jerry Fodor (2003)3 que par une série de biais cognitifs la pensée emploie des mécanismes de reconnaissance analogique. « La connaissance par analogie est une connaissance du semblable par le semblable qui détecte utilise produit des similitudes de façon à identifier les objets ou phénomènes qu’elle perçoit ou conçoit » (Morin 1986). Examinons l’analogie sous l’angle de l’outillage cognitif. Quatre sens principaux correspondent au terme d’analogie. Dans les proportions ou les similaires et les rapports, dans les formes et les configurations (isomorphismes et homéomorphismes), dans les organisations et fonctions (homologies et correspondances aux homéomorphismes), dans les libres suggestions, évocations, impressions ayant valeur affective telles que les métaphores poétiques, littéraires, langagières, ou processuelles. L’esprit détecte, utilise, combine ces divers types d’analogies dans ses processus cognitifs, nous précise E. Morin. L’examen d’une situation révèle les ressemblances entre les objets, êtres, phénomènes perçus et ceux de la mémoire. L’esprit ne procède que par analogies, et le but de l’activité cognitive est de « simuler » le réel perçu en construisant cet analogon mental qu’est la représentation. Dans ce chapitre capital de La Méthode (t. 3, p. 142), E. Morin montre clairement comment les sciences, tout en se méfiant officiellement de l’analogie, l’ont en permanence pratiquée clandestinement. Les changements paradigmatiques se sont eux-mêmes opérés par glissement analogique.

40Nous considérons donc que la translation compréhensive des processus d’agglomération urbaine entre les formes passe par le sens analogique des mots qui vont décrire et nommer les choses, avec toutefois des précautions. (A) conduit à (B), si on suppose (B) et (C) de même nature on rapprochera (A) de (C). Si l’on considère la pensée analogique commune, cette opération cognitive apparaît comme le moyen de relier par translation les choses selon les similitudes. Si (A-B) et (C-D) ont pour similaire (A-C), alors le rapprochement analogique sera possible entre (B-D).

1.2(c) La métaphore et la métonymie

41Dans ce processus cognitif de la découverte, E. Sander permet d’établir que la métaphore est un des éléments du langage les plus fiables de l’analogie. Elle agit en effet par le transfert d’une chose à l’autre. D’une série de caractères et de propriétés relatives à une chose, la métaphore induite une compréhension d’une nouvelle et tout autre chose. C’est dans un univers langagier que de nouveaux caractères et propriétés sont attribués à cette autre chose. L’idée de métaphore, nous rappelle E. Morin, comporte nettement une valeur d’évocation, de suggestion, illustration, mais nullement d’explication. La métaphore fait comprendre par analogie. Elle fait, comme l’écrit E. Morin, « naviguer l’esprit à travers les substances », traverser les cloisons qui enferment chaque secteur de la réalité, et elle franchit les frontières entre réel et imaginaire » (La Méthode, t. 3, p. 143). L’analogie est donc initiatrice de découvertes. Elle apparaît comme un outil cognitif de la transcription-construction. Cet outil confère au langage porteur de représentations sociales et scientifiques un statut, non pas de simple reflet du réel, mais un statut d’objet de translation. C’est-à-dire qui, de « navettes en navettes analogiques » (Morin 1986), révèle peu à peu les essences et la nature similaire des diverses figures contingentes de la diversité spatiale urbaine.

42Quant à la métonymie, peu d’analyses urbaines la considèrent pleinement. Et pourtant son recours est permanent, tant chez les praticiens que chez les analystes de l’espace. Revenons un instant sur l’important texte d’Henri Lefebvre relatif à la production d’espace (Lefebvre 1974). C’est à propos d’une axiomatique de la critique de l’espace socialement représenté et publiquement produit que H. Lefebvre débusque derrière les pratiques sociales de l’espace d’autres pratiques qui « découpent », « montrent », « les résultats mensongers » (ou illusoires ?) de ces découpages, et qui « prétendent montrer l’espace au moyen de l’espace lui-même ». Cette tautologie courante chez les analystes et chez les praticiens ou davantage chez les responsables politiques, use et abuse de la métonymie, c’est-à-dire la translation langagière de la partie au tout dans une permanente extension d’échelle. La critique de H. Lefebvre porte sur la tautologie qui prétend homogénéiser ce qui est spatialement séparé. Néanmoins, utiliser linguistiquement et dans les processus cognitifs la métonymie dans le sens inverse, c’est-à-dire chercher ce qui est contenu d’essentiel dans ce qui se présente comme formellement séparé par le processus même d’agglomération, ce n’est plus montrer l’espace par l’espace mais plus profondément montrer l’aggloméré dans la figure spatiale dans toutes ses diversités morphologiques.

43La méthode que nous proposons est donc bien l’élaboration d’un langage translatif qui identifie sémantiquement avec le langage et sémiotiquement avec les représentations graphiques, des choses agglomérées et qui les relie à l’essence du processus d’agglomération.

1.2(d) Une observation de la similitude urbaine dans la diversité des formes

44Dès lors c’est vers une phénoménologie méthodologique qu’il faut se tourner. Il s’agit d’établir les fondements d’une étude descriptive du phénomène d’agglomération et des faits qui s’y associent tels qu’ils sont donnés par l’expérience spatiale d’observation du chercheur. Il n’est possible alors de se fonder que sur l’observation des choses élémentaires elles-mêmes qui participent au processus d’agglomération. Celles qui sont bien identifiées en tant que choses de l’agglomération : à savoir les parcelles, les voies, les limites, les ensembles homogènes, les périmètres d’intervention etc., et qui sont identifiables dans des organisations spatialisées.

45Cette posture de recherche situe l’analyse au plan épistémologique dans une démarche constructiviste et phénoménologique.

46Notons toutefois qu’il s’agit ici d’une méthode et non d’une pure phénoménologie. Autrement dit d’une étude descriptive de l’agglomération dans ses arrangements formels et figurables dans des représentations analytiques, et de ses processus au travers de l’expérience analytique de la forme. Cette posture nous place plus particulièrement dans le champ de l’anthropologie cognitive pour ce qui relève directement de l’outil méthodologique.

47La méthode se fonde donc d’abord sur une observation intuitive ou scientifiquement pour ainsi dire « désinformée » ou naïve (Sander 2000). Cette observation procède d’une intentionnalité (au sens husserlien) et par là même se fonde sur cette capacité cognitive de l’esprit d’observation à mobiliser des représentations mentales qui lui rendent intelligible l’environnement et pour notre démarche son objet central, l’agglomération de l’urbain au sens le plus large. Ainsi il est possible de s’inscrire dans la production d’un discours scientifique qui peut être par lui-même créateur de sens, dans une perspective proche de la « métaphore vive » de Paul Ricœur. « La métaphore c’est la capacité à produire du sens nouveau », et comme le souligne le philosophe français Robert Redecker (Redecker 2005) le sens autonome que confère Ricœur à la métaphore ne représente plus le monde de façon imagée, il permet de la penser comme apte à proposer un monde. Elle n’est plus cette simple substitution du sens figuré au sens propre. Nous retrouvons bien ici cette idée centrale de translation possible du sens apparent vers l’essence par la représentation. La nature phénoménologique de la méthode est ainsi précisée : « Partout où il y a similitude, il y a quelque part une identité au sens rigoureux et vrai » (Husserl).

48C’est donc la recherche de cette identité qui est ici poursuivie. Le sens vrai et rigoureux du processus d’agglomération urbaine de la grande ville, telle que la contingence de ses morphologies évidentes et plus cachées, en indique l’artefact et l’écofact : ceux de la matérialité constituée de l’agglomération. Au sens de Wittgenstein, ce n’est pas « UN » monde, mais « UNE » signification « DU » monde qui est poursuivie (Esprit, 1988 et 2005). Nous nous écartons alors des approches classiques de « La Ville » (notamment de Françoise Choay, et de Mumford, Lefebvre, Rémy et Sansot), qui la conçoivent scientifiquement pour ce qu’elle fait et fait faire aux hommes, (de l’histoire, de la valeur, de la référence, du rapport social, du pouvoir…) mais aussi pour ce qu’elle est dans la fabrication matérielle de sa spatialité.

2. Narration interprétative : du terrain au récit, du descriptif à linterprétatif

49À partir d’une intuition commune, faite de l’histoire des chercheurs réunis pour mener cette quête (architecte et urbaniste, politologue, géographe, historien de l’art et archéologue), la posture à l’égard de la notion d’agglomération fait dès l’origine l’objet d’un débat suivi d’un choix partagé. L’agglomération urbaine sera ici considérée comme une production – l’agglomération comme artefact –, et non comme une action consciente de production spatiale – l’agglomération comme action d’agglomérer –, acception qui sous-entendrait alors l’existence d’une stratégie. Autrement dit, l’agglomération comme espace économique et social, comme institution, comme représentation, n’entrera pas dans la constitution de l’objet de l’étude.

50Le terme agglomération revêt alors deux significations :

51→ L’agglomération, en tant qu’espace urbain, est la matière première de cette étude. Il s’agit de la forme spatiale que l’on voit et que l’on peut parcourir. Cet espace pris dans sa matérialité, dans sa réalité physique, dans ses formes concrètes, est nommé agglomérat.

52→ Si l’agglomération, en tant que dynamique de transformation et de fabrication de l’espace urbain, sous-tend la recherche, il n’en est pas l’objet. Le terme agglomération, tel qu’il est conservé dans ces propos, est ainsi recentré sur le sens premier donné par sa constitution sémantique, c’est-à-dire sur sa dimension processuelle.

53Le processus d’agglomération est l’objet de questionnements et de démarches de recherche nombreuses souvent déclinées selon des thématiques urbanistiques comme celles de l’étalement urbain, des modalités et conditions du renouvellement de la ville sur elle-même, de la nature et des formes des rapports entre espace rural et espace urbain, ou économiques et sociales comme la sectorisation des activités ou la ségrégation socio-spatiale. La démarche menée ici est celle de la description de l’agglomérat urbain, c’est-à-dire de la matérialité des processus de production spatiale. Il s’agit bien de décrire – et non d’expliquer – des réalités urbaines visibles de l’agglomérat, d’identifier des faits spatiaux dont les formes seraient indicatrices de l’agglomération comme processus, comme dynamique de fabrication de l’espace urbain. Dans cet objectif, les faits spatiaux recherchés et privilégiés sont ceux des indices des mouvements qui transforment (qui font passer d’une forme à l’autre) la matérialité urbaine. Cette identification des mouvements de l’agglomérat ne doit pas être confondue avec l’observation des changements des formes spatiales, car cela sous-entendrait la prise en compte de la dimension temporelle de la production de l’espace urbain. Or, cette approche évolutionniste relève d’une démarche à visée explicative qui ne correspond pas à l’objectif poursuivi dans cette recherche.

  • 4 La notion de composition est prise dans le sens d’une action consistant à former un tout en assemb (...)

54La construction d’un langage commun pour faire émerger différentes natures et différentes formes prises par les mouvements qui animent et composent4 l’agglomérat a été nécessaire dès les premières explorations du terrain. Il ne s’agit pas d’un langage de l’espace, celui-ci n’étant pas considéré comme un objet doué d’autonomie, mais bien d’un langage sur l’espace, à visée descriptive et non explicative ou prescriptive. Ce langage est fondé sur un récit, une narration descriptive et par conséquent interprétative comme nous le rappelle François Laplantine : « Toute description est description par (un auteur) et pour (un lecteur). Toute description est imprégnée d’une histoire, d’une mémoire et d’un patrimoine et est construite à travers un imaginaire. Bref, la description est une activité d’interprétation (ou si on préfère de production) de signification médiatisée par un chercheur ou un créateur (qu’il convient dans les deux cas d’appeler un auteur), et est destinée à un lecteur, un spectateur ou un habitant » (Laplantine 1996).

55La réalisation d’un inventaire des éléments morphologiques de l’urbain permettant de repérer spatialement les mouvements de l’agglomérat et de les nommer, ceci étant une double condition de leur identification, est assujettie à la mise en place d’une méthode de lecture de l’agglomérat adaptée à l’objectif poursuivi. Le choix des terrains d’investigation et le mode d’observation mis en œuvre, les modalités de la construction du récit par le recours à l’usage de métaphores et d’analogies pour percevoir et évoquer les artefacts de l’agglomération, ont permis un premier « décryptage » de l’observable de l’agglomérat.

2.1 Le choix de l’observable aggloméré : terrains et méthode

2.1(a) Les terrains d’étude de l’investigation : les espaces discrets5 de la ville

  • 5 Ce terme est à considérer ici dans son sens littéraire et non dans son sens mathématique.
  • 6 Ductile : qui peut être allongé, étendu, étiré sans se rompre. (Dictionnaire Petit Robert)

56Parmi les pièces urbaines choisies pour mener la recherche, certaines sont situées dans ce que l’on peut appeler la ville indurée, complexe, aux parties étroitement imbriquées par le temps et les usages, et d’autres dans la ville ductile6, en cours de constitution, et présentant un système spatial simple.

57Comme indiqué dans la première partie de ce chapitre, les espaces urbains choisis dans la ville indurée appartiennent à la ville banale, oubliée des circuits touristiques comme des projets publics. Ces sites existent et bougent sans volonté organisatrice globale apparente, et se transforment au rythme lent de la vie quotidienne. Absents des projets d’aménagement urbains de l’autorité municipale qui ne les identifie pas comme des espaces d’enjeux, ils sont en situation urbaine intermédiaire, entre les lieux investis par des projets publics. Ils échappent à la tyrannie des modèles car ils ne sont pas répertoriés pour leur appartenance aux formes classiques de l’urbanisme bordelais, telles que la nappe des échoppes ou encore les cours et les secteurs du xviiie siècle. Ils échappent ainsi à une préformation de l’observation. Le recours à ces espaces discrets est motivé par l’intérêt porté à l’informe, le terme étant pris ici dans le sens de matière non informée, c’est-à-dire n’appartenant pas à un carcan de représentations collectives. (Il ne s’agit pas pour autant d’un informe considéré comme une absence de référence à des modèles typomorphologiques identifiés : rue, îlot, etc.)

58Les espaces constitués de Saint-Martial, Gravelotte, Blanchard-Latour, Cypressat, ont constitué cet échantillon de base (voir carte p. 37). Situés pour certains sur la rive gauche de Bordeaux, à l’intérieur de la ceinture des cours (Saint-Martial, au nord de Bordeaux), entre cours et boulevards (Gravelotte, au sud de la commune ; Blanchard-Latour vers l’ouest), ou sur la rive droite (Cypressat), ils sont des parties anonymes, innommées, de la grande ville. De caractère banal à première vue, et sous une apparence d’immobilité, ils développent en leur sein des transformations qui sont autant d’indices de ces mouvements de l’agglomérat dont les caractères sont recherchés.

59Dans ce temps d’étude, une première expérimentation est menée parallèlement sur une commune située aux portes de la Communauté Urbaine de Bordeaux et de ses vingt-sept communes. Elle a été choisie selon ce critère d’extériorité car sa situation urbaine d’ancienne commune rurale en voie d’urbanisation permettait d’observer un agglomérat présupposé simple. Au sein de la ville ductile, les formes concrètes des éléments et des ensembles observables qui la constituent sont aisément repérables et descriptibles, permettant de mettre au point une méthode de reconnaissance spatiale et langagière des différents mouvements d’assemblage de ces éléments entre eux.

2.1(b) Élaboration du système d’étude : ensembles homogènes

60L’espace urbain est un déjà-là tout en étant en (trans)formation permanente. Selon ce postulat, il n’y aurait rien qui ne puisse continuer d’exister sans une plasticité de la forme urbaine qui fait que les choses, dans un continuum relatif, sont toujours un peu elles-mêmes, sans pour autant demeurer les mêmes. Le raisonnement relève d’une posture archéologique et pose l’hypothèse suivante : cet espace urbain est un artefact qui porte en lui des traces et des indices des mouvements qui le travaillent et qui n’augurent en rien d’un devenir prévisible. Cette position de recherche conduit à écarter toute démarche d’historicisation de l’espace, mais elle n’interdit pas une démarche rétrodictive, soit le questionnement dans le présent de ce passé toujours là. En effet, la mise en face à face de faits situés dans des temps différents de celui de l’observation directe n’est pas de l’histoire.

61La démarche méthodologique vise à constituer en faits spatiaux des réactions spécifiques de l’agglomérat aux actions spatiales, micro-ou macro-décisionnelles. Elle comprend deux étapes : dans un premier temps, l’identification de configurations spatiales élémentaires que nous qualifierons d’ensembles homogènes ; puis dans un second temps celle des assemblages par le mouvement, appelés aussi dynamiques de transformation. Si le premier temps de l’observation se concentre sur la dimension visible de configurations spatiales constituées par les rapports d’organisation entre le bâti et le parcellaire, elle s’attache à la dépasser, selon la démarche de traduction annoncée en première partie de ce chapitre. Ainsi, le second temps de l’observation mobilise un répertoire métaphorique à visée descriptive susceptible de mettre à jour des modes et des types d’assemblages révélateurs des mouvements de la ville banale, et considérés comme la matérialité constituée/constitutive reliant l’agglomérat à l’essence du processus d’agglomération.

62Le questionnement en termes d’ensembles homogènes résulte des modalités opératoires choisies pour construire cette observation. Des étudiants en urbanisme ont été sollicités pour mener une lecture descriptive et interprétative des dynamiques spatiales d’assemblage sur les différents terrains précédemment cités. Le principe d’une lecture est de rendre compte d’une réalité observable par la construction empirique d’un rapport personnalisé entre un objet et son lecteur.

63Les étudiants ont spontanément mis en œuvre leur boîte à outil de spatialiste pour coder leurs observations et les rendre intelligibles et transmissibles à l’équipe de recherche. Dans cette première étape d’exploration urbaine, les outils conventionnels de la représentation de l’espace urbain, entendu ici comme un espace à coordonnées matérielles, ont été mobilisés. Il s’agit des outils de la réalité représentée : les plans cadastraux (géométrie parcellaire et bâtie) et les photos aériennes (tracés urbains, répartition plein/vide). Les outils de la réalité parcourue et perçue, les photos in situ (perspectives et matières) et les schémas correspondant à une pratique physique de l’espace, ont été constitués dans le même temps afin de « redresser » la dimension planaire et géométrique en introduisant la troisième dimension, mais aussi la quatrième dimension de la perception.

64Cette démarche mise en œuvre sur des sites-échantillons est familière aux professionnels de l’espace architectural et urbain. Elle s’apparente au système d’analyse élaboré par A. Borie, P. Micheloni et P. Pinon pour dégager les critères morphologiques de l’espace architectural et ses déformations. Celui-ci combine la décomposition en éléments constitutifs inspirée de l’analyse structurale de l’espace de Ch. Norberg-Schulz : « toute forme est décomposable en éléments premiers – statiques – et en liaisons – dynamiques –, ces dernières assurant la cohérence du tout », et la décomposition en niveaux constitutifs considérés comme « des ensembles d’éléments homogènes entre eux et possédant une structure propre » (Borie, Micheloni, Pinon, 2006, p. 30-31). Elle s’en distingue cependant ici. Ce système d’entrée dans l’analyse a été approprié dans un premier temps, puis ajusté aux attentes de la recherche d’une agglomération comme formes et processus alors que l’objectif des auteurs précités vise à dégager des critères morphologiques de l’espace architectural et de ses déformations. La description d’ensembles homogènes urbains de l’agglomérat permet d’identifier des éléments premiers et leurs variations possibles (typologies urbaines) – telles qu’elles ont été rencontrées dans l’étude des terrains choisis – ainsi que certaines de leurs combinaisons par logiques d’assemblages successifs dans l’étendue. Il s’agit de poursuivre cet objectif de description morphologique, sans que cette codification de l’observable ne soit conduite par la tentation d’une hiérarchisation de l’espace allant de la parcelle à l’îlot, voire au quartier et à la « ville ». En effet, une telle démarche, propre à l’analyse architecturale, créatrice de dedans et de dehors, est apparue impropre à révéler les mouvements permanents (processus agrégatifs) qui assemblent les éléments constitutifs de l’agglomérat urbain.

2.1(b1) Ensembles configurés : ensembles homogènes morphologiques et combinaisons

65La première étape de construction de la notion d’ensemble homogène comporte deux démarches :

66En premier lieu, le choix de l’unité élémentaire, considérée comme un élément urbain premier défini par la nature variable des rapports d’organisation existants entre les éléments micro-qui le constituent (rapport bâti/parcellaire, distribution, rapport plein/vide). Cette unité de base est généralement ainsi définie dans les documents réglementaires d’urbanisme :

Unité élémentaire d’un ensemble homogène

67En second lieu, le repérage d’« ordres urbains » organisés selon des rapports de contiguïté et de continuité relative, de similitude, entre les unités de base. Ces ensembles sont situés à un niveau observable défini à une échelle intermédiaire entre l’espace représenté de la carte et l’espace parcouru.

Ordre du lotissement

Ordre de la division parcellaire

Ordre de la grande parcelle

68La deuxième étape s’attache à identifier des combinaisons simples et archétypiques, c’est-à-dire fréquemment rencontrées, tant dans la ville ductile que dans la ville indurée, entre les ensembles morphologiques précédemment reconnus :

Dans la ville ductile, la juxtaposition entre lotissement et forêt

Dans la ville indurée, la contiguïté entre grande parcelle organisée et tissu banal

69Pour décrire l’agglomérat urbain l’hypothèse a été faite qu’il était nécessaire d’affranchir l’observation de la prédétermination d’une échelle et d’une forme urbaine données (îlot, rue) et de passer de la forme urbaine configurée à la forme indicatrice de mouvement.

70Le repérage des modalités agrégatives entre ensembles homogènes a été réalisé en faisant l’hypothèse que l’identification de la nature de ces mouvements permettrait de décrire les formes et les processus de coalescence constitutifs de la plasticité de l’agglomérat.

2.1(b2) Dynamiques configurantes : les mouvements de transformation

71L’enjeu est de proposer une méthode permettant de rendre intelligibles les réactions de l’agglomérat aux actions spatialisées, c’est-à-dire les modalités de coalescence entre ensembles morphologiques homogènes, afin de glisser de l’analyse des formes configurées, nées de la représentation spatiale (analyse morpho-structurale et morphogénèse) à l’analyse des dynamiques de transformation configurantes de l’espace aggloméré étudié. La construction d’une sémantique propre aux mouvements indicateurs du processus d’agglomération et que sa matérialité enregistre, qu’ils soient endogènes d’un ensemble homogène, c’est-à-dire spécifiques à cet ensemble donné, ou exogènes quand ils s’exercent sur lui, s’est révélée nécessaire pour atteindre cet objectif.

Dynamique d’avalement

Dynamique de corrosion

Dynamique d’adossement et de confrontation

72Le recours au vocabulaire métaphorique qualifie la nature processuelle des adhérences dynamiques existant entre ces ensembles urbains premiers et donne aux caractères spatiaux de ces mouvements une valeur d’évocation suggérant les processus urbains de l’agglomération. Les effets résultants enregistrés par la forme urbaine en sont alors un révélateur, une représentation temporaire.

73L’association de ces deux démarches de connaissance des choses de l’agglomération (analyse des ensembles configurés et analyse des dynamiques configurantes) demande à être expérimentée dans le cadre d’une narration interprétative afin de définir plus précisément ces mots du mouvement.

2.2 Lerécit

74La démarche exploratoire menée sur deux terrains distincts, la ville ductile et la ville indurée, obéit à trois règles d’effectuation :

751re règle : la description est le produit d’un rapport spécifique au site observé, elle ne pourra donc jamais être considérée comme un modèle transposable en soi.

762e règle : il s’agit de faire émerger une sémantique du mouvement urbain à partir des deux logiques : la logique des ensembles homogènes et celle de leurs adhérences dynamiques.

773e règle : la sémantique dégagée sur un site devra être confrontée dans un second temps à celle réalisée sur d’autres sites afin d’identifier les différentes formes de coalescence recouvertes par les termes métaphoriques créés précédemment.

2.2(a) La ville ductile, le cas de Cestas

78Le premier terrain d’observation choisi est un archétype du périurbain, un temps de la ville où la structure rurale semble s’effacer progressivement au profit d’une structure urbaine. Il apparaît comme un agglomérat constitué d’ensembles homogènes élémentaires dont les mouvements et les modalités d’assemblage sont visibles, dans l’espace (réalité observée et parcourue) et sur la carte (réalité représentée).

79Quatre types d’ensembles élémentaires apparaissent aisément :

80→ une structure rue/maison/jardin se répétant dans l’étendue (lotissements), produite par la régularité sociale des budgets familiaux des cadres des classes moyennes, et un noyau bourg en deux parties disjointes : une centralité institutionnelle et culturelle classique du village rural, et une centralité commerciale de la grande distribution ;

81→ les deux composants traditionnels de la ruralité de la grande couronne verte de Bordeaux : la ceinture laitière des propriétaires agricoles qui habitent sur place, et la forêt des propriétaires spéculatifs qui libèrent de grandes parcelles selon l’état de leurs bois.

Lotissements ; noyau bourg ; prairies/forêt et anciennes fermes

82Les caractères des adhérences dynamiques, des mouvements existant entre ces trois ensembles ont été recherchés en mettant en œuvre une lecture des ensembles homogènes et des assemblages, puis des dynamiques de transformation. Ces deux lectures sont traduites dans une combinaison de représentations qui associent la carte, la photo aérienne et les schémas de principe aux mots des mouvements.

  • 7 Selon l’INSEE, la commune de Cestas fait partie en Gironde des communes urbaines ayant eu le plus (...)

83Les modalités de transformation par la croissance7 de la forme agglomérée de Cestas se décomposent selon deux déclinaisons des rapports entre les trois ensembles primaires : habiter la forêt et habiter le bourg.

2.2(a1) Habiter la forêt

84La dynamique de conquête extensive, révélée par les voies interrompues, en attente d’être poursuivies en fonction de la libération des parcelles adjacentes et de la demande sociale, se décline selon un processus d’avalement par substitution. Celui-ci se développe dans deux situations différentes :

85→ La première se situe au cœur du foncier forestier. La substitution de l’espace de l’économie résidentielle à l’espace de l’économie forestière se produit en suivant par « plaques » la logique des grandes parcelles de la première fonction.

86Cette dynamique de conquête organise les étapes de sa progressivité dans l’espace en s’adossant à deux formes de limites : la première est produite par la présence de limites naturelles, comme les ruisseaux, qui organisent la nappe bâtie en créant des situations d’adossement. Le tracé du ruisseau et l’espace inondable qui l’accompagne se confondent alors avec celui de la limite externe du lotissement. La seconde forme de progression de la nappe bâtie dans la forêt se fait selon une « géométrie du notaire » issue des occurrences parcellaires. Elle crée des lignes qui sont autant de calages temporaires autorisant les collages successifs.

87→ La seconde situation d’avalement par substitution est relevée le long d’axes importants de circulation qui sont la colonne vertébrale de ce déploiement par aimantage. Le processus de substitution est alors organisé non plus dans l’étendue comme précédemment, mais de façon successive et sélective sur une épaisseur dictée par la distance à la voie collective de desserte, en produisant des résidus boisés.

88Le mode d’organisation de cette nappe d’habitat est basé sur la répétition de la régularité (produit par la règle) du rapport plein/vide en trois dimensions sur la parcelle qui crée un front bâti aux mailles lâches.

2.2(a2) Habiter le bourg

89La dynamique de conquête est ici à la fois extensive et intensive. Elle obéit à un double processus de grignotage et de compactage complété par celui d’aimantage vu précédement.

Avalement par adossement au parcellaire forestier et calages temporaires (IGN, 2000)

Avalement par aimantage (IGN, 2000)

90La méthode de lecture en termes d’assemblages d’ensembles homogènes révèle un processus de grignotage qui se réalise plus particulièrement à proximité du noyau villageois originel et au cœur de l’anneau constitué par les lotissements. Il caractérise le statut de Cestas comme commune rurale, ou rurbaine, cette forme d’occupation de l’espace résultant de la règle du détachement parcellaire propre aux terres agricoles comme en témoignent les quelques fermes encore présentes sur un foncier qui n’a plus la taille critique d’une exploitation agricole. Le grignotage part d’un tout homogène, et progressivement, le divise en parties hétérogènes, sans orientation spatiale de sa progressivité. Ce grignotage se fait par contamination, c’est-à-dire par diffusion du modèle dominant de la maison individuelle sur les parcelles agricoles qu’il divise progressivement pour permettre l’implantation de cet habitat.

91Le processus de compactage relève de la dynamique de conquête intensive. Il est révélé par un mode d’assemblage des sous-ensembles entre eux, constitué de poches habitées juxtaposées faisant l’objet d’un remplissage autonome du point de vue des formes bâties. Il se caractérise par une organisation du bâti refermée sur elle-même, un nombre réduit d’accès et une logique de composition étrangère à l’ensemble plus vaste dans lequel il est inscrit. Sur la carte des ensembles homogènes, ce processus est constitué soit de petites parcelles régulières avec un bâti accolé et dense, soit de grandes emprises bâties sur des parcelles de forme et de taille hétérogènes, soit d’un bâti de faible emprise à la disposition aléatoire sur de petites parcelles régulières. Ces ensembles sont majoritairement situés dans un même secteur, entre cœur agricole grignoté et lotissement forestier avalé, avec lesquels ils entretiennent un rapport de simple juxtaposition. Ils en combinent les caractères : d’une part l’intériorité du mode d’occupation de l’espace et la culture du lotissement et sa logique de poches articulées à la desserte viaire et, d’autre part, le principe de division et d’opportunité du parcellaire agricole révélé par les fermes devenues résiduelles qui subsistent entre les poches compactées. Au sein de ce système, la voie dessert les parcelles, mais elle n’est pas « tenue » par le bâti (pas d’alignement de façades), prolongeant en cela la culture des chemins ruraux desservant les propriétés agricoles (fonction distributive et de liaison entre des points « utiles » de la vie rurale).

92Enfin, l’observation du visible de la ville ductile fait apparaître une dynamique d’aimantage, c’est-à-dire l’existence d’un « champ magnétique » qui tendrait à établir un rapport de contiguïté entre des ensembles en mutation de même nature. Cette dynamique se retrouve dans le bourg à travers le compactage où tous les éléments sont voisins, et sont situés en contiguïté des deux noyaux villageois et commercial. L’aimantage se retrouve également dans l’avalement de la forêt, la reproduction à l’infini et la tenue ensemble des éléments morphologiques rue/bâti/découpage parcellaire conduite par une même logique de mutabilité du foncier forestier d’origine.

La ville ductile : une double dynamique d’urbanisation centripète et cetrifuge

93Aimantage, contamination, avalement, etc. sont les mots proposés pour la ville ductile, permettant de dire et montrer les modalités de la tenue ensemble de l’agglomérat étiré de Cestas. Celui-ci présente un exemple des variables d’ajustement du système rural, agricole et forestier au système urbain. Sans être investi d’un statut démonstratif particulier, il propose, à ce stade de la recherche, une lecture montrant comment il enregistre, décline et traduit dans les ensembles qui le constituent et les dynamiques qui les agrègent le projet politique. Située aux limites extérieures de la Communauté urbaine de Bordeaux, elle relaie la demande sociale des habitants de la grande ville (résidentiel individuel, piscine, espace naturel, voiture) en l’externalisant sur la couronne forestière. La norme du notaire conduit ce processus où l’échelle du mouvement est celle de la parcelle (détachement parcellaire dans l’espace agricole et lotissement dans l’espace forestier).

2.2(b) La ville indurée et discrète : le cas de Saint-Martial et Bordeaux-Nord

94Le second terrain d’observation, le quartier Saint-Martial, est situé dans la ville ordinaire et dense, qualifiée ici d’« indurée ». Contrairement au terrain précédent, caractérisé par un double phénomène d’extension dans l’étendue et de resserrement, révélateur d’une forte plasticité, la pièce urbaine ici étudiée ne se laisse pas entamer facilement.

  • 8 Une rapide analyse des transformations sociales et des mutations de propriétés dans les vingt dern (...)

95Deux siècles d’existence, l’absence de grands projets structurants, ou d’équipements emblématiques à l’échelle de la grande ville, donnent au quartier Saint-Martial un caractère de stabilité, voire d’immobilité apparente, d’où l’usage du terme de ville indurée. Les transformations qui ne manquent cependant pas de s’y réaliser sont aussi nombreuses que discrètes, c’est-à-dire discontinues si l’on choisit la définition mathématique de ce terme et confidentielles si l’on opte pour sa définition littéraire. Ce morceau de ville banale bouge cependant sans cesse au sein d’une matérialité à faible pouvoir de transformation, et à fort coefficient de frottement qui ralentit la part visible de ses transformations urbaines (c’est-à-dire sociales et spatiales)8.

96De même que précédemment, l’identification de faits spatiaux significatifs du processus d’agglomération est menée selon la double méthode des ensembles homogènes et des processus d’assemblage et de transformation.

97La photo aérienne et le plan cadastral au 1/5000e ont organisé dans un premier temps l’analyse permettant de définir les ensembles homogènes révélés par ce terrain. Si l’espace Saint-Martial est bien au cœur de l’analyse comme un innommé permettant de repérer et de rendre compte des caractères de l’agglomérat de la ville banale, l’observation ne pouvait prendre sens en l’isolant d’un contexte élargi qui soit lui-même un produit de l’analyse. Jusqu’où était-il nécessaire d’aller pour éclairer le processus d’agglomération dans la ville banale par la méthode des ensembles homogènes ? Les bassins à flot au nord, le grand ensemble du Grand Parc à l’ouest, et la façade des quais à l’est ont rapidement été considérés comme les butoirs pertinents, définissant ainsi une échelle d’observation intermédiaire entre le micro de l’assemblage des îlots et le macro de la grande structure urbaine.

98L’identification de la nature des limites permettant de définir les ensembles homogènes a fait l’objet de nombreux allers-retours entre la réalité observée et parcourue et la réalité représentée pour « voir » les assemblages, c’est-à-dire les modalités spatiales du passage d’un ensemble homogène à un autre.

Carte des ensembles homogènes

99Deux figures d’assemblage entre ensembles homogènes apparaissent alors : celle des grandes parcelles et celle du triangle. La première est dissociative et/ou associative, la seconde est clairement associative, comme le révèle la carte des ensembles homogènes.

Figure des grandes parcelles

Figures du triangle

100Quatre processus majeurs de transformation sont identifiés, qui semblent spécifiques de la nature indurée du terrain choisi : érosion, corrosion, cristallisation et chrysalidation. Un cinquième processus est également présent, le compactage, déjà repéré dans la ville ductile.

101→ Le terme d’érosion caractérise un phénomène de dégradation puis de disparition du parcellaire et du bâti traditionnel pour une recomposition plus lâche et disparate du rapport plein/vide.

102→ Le terme de corrosion caractérise un phénomène de transformation progressive du tissu traditionnel par parcelles isolées.

103→ Le terme de cristallisation caractérise un phénomène de durcissement, de confortation d’une forme, d’une enveloppe, d’un gabarit (bâti et parcellaire), renforçant la cohérence préexistante par des interventions individuelles ou d’ensemble. Ce processus existe à plusieurs échelles, l’échelle architecturale utilisant généralement le terme de façadisme pour en faire état.

104→ Le terme de chrysalidation caractérise un phénomène de transformation, un changement de forme à l’intérieur d’une enveloppe existante qui est maintenue. Ce processus est observé en cœur d’îlot et il rompt avec les logiques d’organisations antérieures en produisant une forme étrangère à son contexte proche. Il s’agit d’un indice de transformation dont on ne peut présager des capacités de diffusion, de contamination.

105→ Le processus de compactage, précédemment repéré dans la ville ductile, associe dans la ville indurée les processus d’érosion et de chrysalidation. La « poche » densément bâtie qu’il organise crée une rupture dans la régularité du parcellaire de la ville banale tout en maintenant une certaine continuité par l’alignement qu’il conserve avec l’espace public.

La ville indurée et discrète : carte de synthèse des processus de transformatyion du tissu urbain, quartier Saint-Martial

106Érosion, corrosion, cristallisation, chrysalidation et compactage sont les mots mis à jour dans la ville indurée et discrète pour révéler ses mouvements de coalescence. Ces transformations permanentes sont discontinues, voire pointillistes et peu visibles. Ce sont des changements à la marge qui procèdent par ajustements successifs en donnant la perception d’une certaine immobilité des éléments qui composent la nappe urbaine étudiée alors même que ceux-ci entretiennent un mouvement permanent derrière une unité préservée du visible de la ville publique. Si la forme agglomérée configurée reste dépendante de son site et de son « temps urbain », et sa restitution organisée dépendante d’une approche scalaire hiérarchisée, l’identification et la description des mouvements configurants du processus d’agglomération peuvent s’abstraire de ces dépendances, c’est du moins ce qui est ici expérimenté.

Conclusion

107Le développement s’est proposé de reconsidérer les formes, banalement urbaines pourrait-on dire. Partant d’une expérience des lieux pratiqués et choisis dans leur extrême trivialité, des rues et des constructions sans caractère autre que de fonder une enveloppe à la vie quotidienne, on a pu s’engager résolument dans une reconnaissance analogique. Par cela on entendra la capacité à mettre en propos l’anonymat urbain en le faisant entrer dans un vocabulaire dûment choisi.

108Ainsi a-t-on pu établir un observable aggloméré, dont l’essence même de caractère initial est à la base d’un discours sur l’innommé qui le fait surgir dans les catégories de procédures de constitution : érosion, corrosion, cristallisation et chrysalidation. Le récit a été établi, dans ses fondements et ses premières applications, il constitue désormais l’outil de la rencontre systématique avec la ville.

Notes

1 Nous renvoyons à la première partie de texte de Henri Reymond, « Une problématique théorique de la géographie : plaidoyer pour une chorotaxie expérimentale » (Isnard, Racine, Reymond 1981). Se fondant sur les dangers de l’observation sans hypothèse de Karl Popper, Henri Reymond souligne la validité de l’empirisme logique qui, dans la distinction de Wittgenstein, sépare et met en garde sur la confusion possible entre les tautologies linguistiques.

2 C’est une question préalable soulevée par la sociologie de la connaissance. On se reportera au texte majeur d’Alfred Schütz (1987) présenté dans Karl Van Meter (1992). On se reportera également pour ce qui concerne le constructivisme méthodologique à Jean-Louis Lemoigne (1995).

3 Fodor est le père conceptuel de la théorie computationnelle de l’esprit. Dans cet essai le philosophe nuance la portée systématique du modèle en précisant que le caractère calculatoire des opérations mentales n’est que partiel, et que selon sa théorie de l’abduction, la pensée suit une démarche plus holiste au sein de laquelle l’analogie est un processus central.

4 La notion de composition est prise dans le sens d’une action consistant à former un tout en assemblant plusieurs parties.

5 Ce terme est à considérer ici dans son sens littéraire et non dans son sens mathématique.

6 Ductile : qui peut être allongé, étendu, étiré sans se rompre. (Dictionnaire Petit Robert)

7 Selon l’INSEE, la commune de Cestas fait partie en Gironde des communes urbaines ayant eu le plus fort taux de croissance de population (1,1 %) entre 1990 et 1999. De même, elle appartient aux communes où la présence de jeunes de moins de vingt ans rapportée à la présence de personnes de soixante ans et plus est également la plus élevée.

8 Une rapide analyse des transformations sociales et des mutations de propriétés dans les vingt dernières années permettrait de se saisir de la dimension immatérielle du changement et d’établir les caractères du rapport entre changement social et changement spatial discret.

Table des illustrations

Légende Les espaces informes ou innommés
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Unité élémentaire d’un ensemble homogène
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Ordre du lotissement
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Ordre de la division parcellaire
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Ordre de la grande parcelle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Dans la ville ductile, la juxtaposition entre lotissement et forêt
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Dans la ville indurée, la contiguïté entre grande parcelle organisée et tissu banal
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Dynamique d’avalement
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Dynamique de corrosion
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Dynamique d’adossement et de confrontation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Lotissements ; noyau bourg ; prairies/forêt et anciennes fermes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Avalement par adossement au parcellaire forestier et calages temporaires (IGN, 2000)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Avalement par aimantage (IGN, 2000)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Grignotage
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Compactage
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Aimantage
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende La ville ductile : une double dynamique d’urbanisation centripète et cetrifuge
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Carte des ensembles homogènes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Légende (IGN, 2000)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Figure des grandes parcelles
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figures du triangle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Érosion
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Corrosion
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Cristallisation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Chrysalidation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Compactage
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende La ville indurée et discrète : carte de synthèse des processus de transformatyion du tissu urbain, quartier Saint-Martial
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/2941/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 573k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540