Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bordeaux, une ville sans histoire(s)

 | 
Jean Dumas

Première partie. La ville ajustée

Introduction

Jean Dumas

Texte intégral

1Comment relater une rencontre avec la complexité des assemblages qui constituent la ville ? Se dépouiller de toute référence à des lieux significatifs afin de proposer au travers de la nudité du langage l’organisation d’une démarche d’abord immédiatement descriptive.

2Si l’on pose initialement qu’il n’y a pas de lieux signifiants en soi mais qu’il est envisageable de formuler une narration organisée sur la diversité de l’espace urbain alors se pose la question essentielle de la constitution organisée de cette narration. Dans quelle mesure, et par quels moyens peut-on proposer une présentation de l’assemblage des pleins et des creux qui constituent ce qui s’impose à l’observation immédiate, par des cheminements qui abordent la variété des choses ?

3Le but est d’établir, à travers un langage de la rencontre, la possibilité d’un récit structurant (Ricœur 1975) qui organise la perception et en rende plausible une transmission utilisable, c’est-à-dire porteuse de sens et transférable hors de l’espace initial d’expérience de recherche.

4Passer de la forme urbaine observable et observée à un discours à partir de celle-ci (mais pas sur celle-ci) revient à construire, par le langage, des figurations justifiées analytiquement dans un travail serré de restitution alliant métaphore et élaboration graphique dans un va-et-vient qui s’enrichit progressivement et produit finalement une analyse discursive. Le discours produit un sens de la ville en l’encadrant dans l’usage, minutieusement choisi, des mots qui le constituent et fondent un parcours analogique de l’enchevêtrement des lieux (Sander 2000).

5Dans un premier temps le propos va rétablir les conditions d’établissement d’une relation entre narration descriptive et forme spatiale urbaine en établissant une justification épistémologique de la forme-méthode dans ses applications à la constitution d’un discours analogique cohérent dégagé de parcours urbains diversifiés. Puis, et viendra le deuxième temps, ces prémisses dûment établies, la ville sera considérée comme archive totale c’est-à-dire susceptible de donner lieu à des catégorisations langagières dégagées d’une rencontre entre le sens géographique-topographique des lieux et la diversité métaphorique du langage élaboré.

6Ainsi s’établit un passage du sens des lieux enraciné dans le discours culturaliste préétabli sur la ville à des lieux du langage qui se développent par la nécessité d’exprimer la relation étroite entre le discours à forte constitution rationnelle et le parcours pratique dont les incidences empiriques et affectives peuvent être, en quelque sorte, stabilisées dans l’effet de catégorisation métaphorique proposé comme premier résultat remarquable de la recherche proposée et transcrite dans l’ouvrage.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540