Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

D'un ailleurs bien d'ici

En sorte de conclusion, une manière de synthèse prudente

Épilogue

Jean Dumas

Texte intégral

  • 1 H. Velasco-Graciet, Territoires, mobilités et sociétés. Contradictions géographiques et enjeux pou (...)

1Alors que le dédicataire – prétexte de ces « Questions à la Ville » – s’est pleinement situé dans la phase dite de première modernité de la connaissance urbaine (celle qui atteint son acmé puis s’arrête brutalement dans les années 60-70), l’ensemble des recherches ici assemblées s’inscrit totalement dans la phase, plus actuelle, d’une seconde modernité présentée de manière pugnace et articulée par divers auteurs, géographes ou non, et tout particulièrement, très récemment par Hélène Velasco-Graciet dans Territoires, mobilités et sociétés1, reflétant et organisant en cela de multiples travaux qui traduisent un moment d’interrogation de la communauté scientifique dont bien des aspects se trouvent exprimés dans les pages qui précèdent.

  • 2 P. Veltz, Mondialisation, villes et territoires, Paris, PUF, 2000.

2Suivant donc cet auteur et quelques autres issus du courant « radical » nord-américain, on peut considérer que, du point de vue des intérêts scientifiques (et donc de la connaissance), la ville (sûrement occidentale et sans doute mondiale si l’on suit P. Veltz2) s’incarnerait successivement dans deux modernités propres qui évitent de trop longs débats sur la postmodernité chère aux architectes et aux politologues et à ses occasions de relents apocalyptiques chez certains prophètes de la crise de civilisation. Ici, au contraire, à une première modernité, celle des villes structurées par l’économie et l’arrangement spatial des classes sociales durant, globalement, la période des Trente Glorieuses succède, durant la fin du siècle précédent, une seconde modernité, celle des individualismes, celle des consommateurs créateurs de territoires émergents, le champ de l’économie étant repoussé hors de la ville, à d’autres échelles.

3Suivant ce mouvement, et pour l’essentiel, les « questions à la ville » diversement argumentées s’inscrivent bien dans cette seconde modernité si elles trouvent, en la ville, une société spatialisée dont les modes d’organisation sont sources d’intérêts toujours renouvelés. Disparaît, à peu près totalement, l’acteur productif, la place centrale chère aux théories économiques allemandes. On peut penser, assez légitimement, que la dématérialisation d’une large partie des échanges d’une part et que la mondialisation des flux matériels de l’autre conduisent à cet état contemporain où la géographie ne peut prendre de la ville que sa fonction de demandes plus ou moins agrégées au détriment de ses fonctions de production diluées dans le cycle mondialisé des firmes.

  • 3 J. Dumas, « Mutations géographiques et innovation : les crises territoriales de l’euphémisation à (...)

4L’initiateur du questionnement, dans ses enseignements et ses directions de recherche, a profondément vécu cette mutation tout au long de cinquante années de production personnelle. Partant des assurances du dirigisme planificateur qui s’exprimaient particulièrement bien dans les évolutions économiques bordelaises, on s’est progressivement éloigné des certitudes fonctionnalistes des réseaux et des hiérarchies urbaines pour cerner plus modestement les milieux urbains dans leurs relations avec les politiques publiques elles-mêmes traitées sur le mode de la gouvernance plutôt que sur celui du gouvernement autoritaire des choses3. Les grandes pistes suggérées par J.-P. Augustin et M. Favory se moulent à leur manière dans ce champ problématique en proposant un classement apte à l’organisation d’une thématique générale se dégageant de la diversité apparente des propos.

5Tout assemblage remplit, et alors il paraît judicieux, une double fonction dont la contradiction dialectique doit faire naître réflexions et problématiques : par le regroupement des faits sur lequel il repose, il forme un rassemblement propice aux comparaisons tout en constituant le cadrage propre à la détermination des limites d’une expression maîtrisée. Échapper à l’arbitraire et à l’artificiel c’est se rapprocher autant que faire se peut des thématiques historiquement dominantes au travers des publications et des débats informés très régulièrement par le monde de l’urbanisme qui constitue (il n’en fut pas toujours ainsi) un segment actif et bavard de la société ainsi que par celui de l’action sociale, plus malhabile sans doute et cependant précieux par ses interrogations, ses hésitations… et ses multiples publications liées à la mise en œuvre de politiques publiques complexes. La ville constitue un objet global de discours qui l’engagent en tant que terrain d’interrogations autour du grand élément structurel que constituent les rapports d’une société définie par des éléments de masses rassemblées sur un espace support mais également organisateur. De là découlent les trois ensembles de questionnement au cœur de ces propos : DIRE, ÊTRE, FAIRE.

DIRE la ville : les langages et leur production

6Que fait dire la ville ? Ou que conduit-elle à dire ? Question initiale posée à tous les observateurs quelle que soit leur posture scientifique initiale. On va s’efforcer de le montrer en reprenant les contributions de la première partie, certaines positions se trouvant fortement interrogées alors que d’autres sont plutôt laissées de côté quitte à être réintroduites dans des fonctions d’interprétation plus que de description. La géographie encore que perdant de la pertinence dans les conditions globales, l’urbanisme, la sociologie s’inscrivent dans la première catégorie tandis que l’économie et l’anthropologie se placeraient plutôt dans la seconde (cela a déjà été souligné en évoquant le passage d’une première à une seconde modernité).

7Aux regards scientifiques contemporains la ville n’est plus le système productif dont la diversification spatiale commande toute compréhension de l’espace urbain : aujourd’hui la tertiarisation généralisée a produit une sorte d’anomie spatiale qui repousse le regard sous d’autres discours pas nécessairement novateurs mais engageant les problématiques urbaines sur des champs bien étrangers aux conditions de la production et de l’énergie, telles, par exemple, que Fernand Braudel les avaient mobilisées.

8Objet culturel et porteuse de fonctions, la ville apparaît comme un espace approprié et spécialisé en tant que produit historique qui conduit à inscrire toute démarche dans une historicité d’autant plus précise qu’elle s’appuie sur les acquis classiques des apprentissages d’histoire et géographie… au moment même où l’évolution des programmes des collèges et lycées les éloigne complètement de cette approche en principe traditionnelle au bénéfice de discours systémiques économico-politiques plus ou moins incertains. Site à décrire, l’espace urbain offre ainsi deux voies possibles à l’investigation, le génétisme d’une part, la patrimonialisation de l’autre, donc l’« histoire se faisant » contre l’« histoire s’instruisant » dans la diversité des représentations.

9Schéma au demeurant classique, mais toujours repris, que cette ville considérée telle un livre d’images fait pour rappeler le passé qui, par ailleurs, s’exprime dans la toponymie. Le génétisme urbain, toujours soupçonnable de déterminisme, trouve régulièrement à s’employer beaucoup mieux que pour les paysages ruraux. Toute ville porte un questionnement sur ses origines et Bordeaux n’en constitue qu’un cas parmi bien d’autres, mais particulièrement bien connu et exploité. Point de modernisme en cela si ce n’est dans des mises à jour qui s’appuient sur les apports renouvelés de la recherche historique ce qui, malgré tout, peut en faire le reflet de connaissances qui se fondent désormais sur les typo-morphologies ou des constructions domestiques bien plus que sur le catalogue des monuments religieux ou civils.

10En revanche, et l’apport est plus nouveau, la réflexion en termes d’appropriation sociale du passé urbain tend à prendre de larges développements sous la thématique de la patrimonialisation. Encouragée par le développement des politiques publiques et celui des mobilisations associatives, elle se traduit par un renversement des perspectives : l’histoire ne constitue plus une instance de connaissance mais participe de l’évolution différenciée des cultures urbaines. Le champ des représentations possibles est multiple, il peut s’appuyer sur les usages, sur les images, sur les textes aussi, abordant les systèmes de mise en relation jusqu’à l’essor très récent des « arts de la rue ». Cet univers de la mise en scène est, bien sûr, d’autant plus riche que le cas urbain est important entraînant variations et combinaisons multiples.

11La multiplicité des changements, et leur diversité, amène à parler d’une nouvelle révolution qui modifie les données sur la ville mais n’en fait pas disparaître l’essence : l’urbain ne tue pas la ville, il la renouvelle en offrant des champs nouveaux à l’action politique.

12Jusque-là le langage urbain est fondé sur l’extériorité et l’inégale présence vis-à-vis du champ possible des connaissances à obtenir ; il s’agit bien sûr de « dire » la ville comme réalité dont l’épaisseur spatiale et temporelle impose des investigations que l’on peut envisager comme toujours plus fines dans la description détaillée (ou la chronique historique). Avec l’espace public on change de registre expressif pour envisager l’objet urbain en tant que société, ou agglomérat organisé et globalement pacifié d’êtres humains se déplaçant, et se reconnaissant plus ou moins dans des circulations aléatoires si l’on se place à l’échelle d’ensemble qui vient d’être quittée.

13Les succès actuels de l’expression « espace public » viennent, comme souvent dans les sciences humaines et sociales, d’une polysémie entretenue par ses usages… Notions dans le champ théorique de la scène politique s’intéressant aux conditions du débat démocratique, elle s’élargit (tout en s’appauvrissant) en paradigme désignant les jeux urbains qui échappent aux contraintes et protections des usages privés. Grâce à cela le questionnement scientifique s’institue en tant que contingence : par lui sociologues et politistes plaquent du concret spatial tandis que géographe, historien, urbaniste profitent (et pas toujours volontairement !) de la dilatation de leurs connaissances jusqu’à toucher les conditions sociales de la ville.

14L’enrichissement des informations à collecter passe par l’usage du lien social qui procède d’un constat plus que d’une avancée analytique, celui d’une paix civile régnant dans les arrangements urbains et qui règle (objet sociologique sans doute important) les relations entre les individus, qu’ils se reconnaissent ou pas. Avec le concept d’urbanité on progresse significativement en portant directement l’attention sur un caractère de la ville en demandant ce qui procède de l’association, chaque fois unique, entre un groupe plus ou moins important et sa distribution spatiale d’une part et ce qui est lié aux plus structurelles des activités humaines qui fait qu’elles ne se développent efficacement que par association et agglomération dans le monde.

15Et c’est dans ce prolongement qu’intervient l’expansion de la métropolisation. D’abord réservée au niveau le plus haut de la taille des villes, elle intervient aujourd’hui, à tort ou à raison, dans bien des travaux concernant, assez banalement, la croissance urbaine à moins qu’elle ne soit mobilisée afin de saisir les moments de ce qui était dénommé, précédemment, la polarisation. Il y a là un chantier ouvert avec quelque précipitation mais riche de perspectives diverses : étude des mécanismes de la croissance urbaine continue et des éléments de rupture spatiale, plongée dans la connaissance des sociétés métropolisées ce qui implique la reconnaissance de travaux historiques déjà anciens (Bairoch, Braudel, Mumford…).

16Sous ces réserves, qui amènent à ne point trop oublier les connaissances historiques, la « métropolisation » actuelle paraît être le moyen de rendre compte de ce phénomène puissant, continu et hors échelle qu’est la croissance urbaine observable sur tous les continents avec ses facteurs d’accélération et de généralisation. Par elle on s’efforce de pénétrer dans une dissimulation urbaine qui tient de la radicalité de l’évolution (mais surtout économique d’ailleurs) des villes et qui conduit à parler selon les cas de post-modernisme – mais ce terme est moins en vigueur, sauf peut-être chez les politologues – de seconde ou de troisième modernité au regard des périodes précédentes et tout en insistant sur la réelle spécificité des temps actuels.

17Dans ces conditions on peut considérer, et sous réserve de recherches de plus grande ampleur comme pour les xixe et première moitié du xxe siècle, que l’obscurité inhérente à cette modernité en développement réserve bien des surprises dès lors que l’on s’attache à comprendre les structures spatiales dans leur fonctionnement permanent (et le cas bordelais est à cet égard exemplaire par les méthodes mises en œuvre) ou à détailler les discours politico-administratifs qui précèdent et encadrent la prise de décision publique. Dans ces conditions les débats sur la destruction des tours et des barres, symbole s’il en est de la modernité fonctionnaliste précédente, sont exemplaires d’un dévoilement partiel des savoirs urbains.

18Il est évident que, comme durant les périodes précédentes, la circulation des idées sur la ville ne va pas de soi car elle suppose l’attention d’un monde scientifique souvent trop replié dans ses éclatements académiques et l’ouverture d’une société civile (au sens de son extériorité au regard du monde des clercs « sachant ») aux suggestions nouvellement, et par tâtonnements, mises en évidence. Cela exige beaucoup d’attention vis-à-vis de toutes les formes d’expertise qui masquent bien souvent la question du SAVOIR derrière les obligations, même légitimes, de FAIRE, confondant le changement par nécessité avec l’appréciation des conditions de l’évolution. À ce titre on peut considérer que toutes les disciplines susceptibles de produire des cartes et des plans sont plus sensibles aux détournements, celles qui produisent surtout du texte sont plus délaissées, les transversalités ne jouant pas nécessairement faute de volonté, mais aussi, du temps suffisant aux progressions, c’est-à-dire à l’écoute des voix urbaines.

19Dans ces conditions le projet urbain va se définir en tant que processus qui organise la confrontation des points de vue et des stratégies pour les replacer dans la dynamique plus large d’un récit qui peut, à la fois, être imaginé mais aussi émerger et se corriger itérativement.

FAIRE la ville : l’organisation et la décision

20En des temps pas si lointains, évoquer l’organisation urbaine revenait à parler du gouvernement des villes, car comment concevoir, au moins en Occident, une paix sociale à peu près respectée, des règles fortes d’organisation canalisant les initiatives privées et une faculté certaine à dégager des investissements publics pour réaliser les réseaux techniques sans faire référence à une capacité évidente à produire des décisions d’autant plus fortes qu’elles sont légitimées par le suffrage universel ? Aujourd’hui nul ne se hasarde plus à être aussi sûr, ni aussi directif et les discours politiques les mieux établis dans de grandes métropoles sont remplis de circonlocutions qui évitent l’évocation d’un volontarisme trop décidé en se cachant prudemment derrière la gouvernance.

21Car gouvernance il y a, diffusée depuis les sciences sociales nord-américaines et recouvrant aujourd’hui tout ce qui concerne, de près ou de loin, la gestion des entreprises (moyen souvent hypocrite d’en masquer les errements sociaux) et, surtout en France, la gestion publique et tout particulièrement celle des villes. Disant cela on reconnaît la complexité du milieu urbain dépendant de multiples choix techniques et aggravée par l’extension de l’intercommunalité : la ville n’est plus une (seulement depuis le début du xxe siècle à l’exception de Paris, Lyon et Bordeaux aux banlieues beaucoup plus anciennes) mais tend à se fondre dans une pluri-communalité d’agglomération qui conduit au développement de multiples transactions spatiales, et donc politiques. Si l’extension territoriale est productrice d’échanges, les modifications de la société les encourageant d’autant plus qu’ils paraissent induire un surcroît de vie démocratique, il y a dans la consolidation juridique de la montée associative la source de multiples « incidents » négociés ou pas qui rythment aujourd’hui la vie urbaine tandis que l’accumulation des obligations du droit et des règles renforce la confusion apparente de choses.

22Il y a cependant le risque, et il est loin d’être évité actuellement, que le paradigme de la gouvernance constitue une acceptation satisfaite de l’opacité des choses et par cela un frein considérable à la progression du savoir sur la ville. L’obscurité est réelle tout au long des procédures décisionnelles, et elle s’accroît prodigieusement avec la taille des agglomérations pour atteindre son acmé dans le cas de la ville globale. Trop de travaux menés hâtivement dans un univers statistique limité ou dans une connaissance rudimentaire de milieux sociaux trop éloignés des chercheurs se situent à la périphérie des choses, se contentant de l’existence de la « boîte noire » des pionniers de la théorie des organisations en considérant qu’inhérente au milieu urbain elle ne constitue pas une variable discriminante mais plutôt une sorte de constante à n’aborder qu’avec prudence.

23Cet état des choses est d’autant plus prégnant en cette première décennie du xxie siècle que l’usage de la gouvernance implique en même temps une sanction démocratique qui évalue, ou limite, tout débat sur la légitimité d’un bien commun urbain surtout si l’on y joint du développement durable en tant que finalité ou achèvement. Dans un tel cadre on assiste à la substitution du positivisme rationalisme dominant avec Le Corbusier, la charte d’Athènes et ses règles écrasantes durant deux générations (1940 – 1980 abruptement) par un relativisme apparemment sans théorie initiale qui fixe la qualité du résultat obtenu par rapport à celle des débats préliminaires. Dès lors les seuls enseignements qui sortent des villes sont issus de l’observation d’interactions sociales contingentes alors que disparaît toute possibilité de généralisation sauf à tout ramener à quelques propriétés psycho-morales des acteurs individuels ou, à l’inverse, à de grands caractères constitutifs des villes globales aussi étranges que celles de Borges ou de Gracq.

24Étape de transition semble-t-il, susceptible d’ouvrir sur les nouveaux champs rapprochant l’univers citadin de celui de l’accumulation des décisions particulières qui suscite l’attention des spécialistes des politiques publiques. Et l’on glisse insensiblement du « qui fait la ville ? » interrogation générale à « qui agit sur la ville ? » en recherche d’acteurs identifiables pour aboutir par basculement logique au « que fait la ville ? » en temps que milieu susceptible de produire de l’économique et du mouvement social. La négociation s’y forme constamment dans un ensemble de micro-rapports de compétence sans qu’une lisibilité générale ne s’en dégage, l’intérêt d’ensemble n’étant que la résultante socio-spatiale d’une pacification des besoins et des attentes.

25Une telle démarche n’a nullement pour objet de noyer le corps urbain dans un ensemble anomique de relations seulement identifiables par leur emboitement. Dûment organisée en tenant compte des appels extérieurs de l’économie, l’histoire… et bien sûr la géographie, elle peut amener à approfondir les typologies continentales (la ville africaine) ou les cadres spécifiques de la production urbaine, en particulier les survivances industrielles.

26Pourtant, l’analyse est susceptible d’isoler des champs d’action que l’on peut analyser comme tels, hors de la complexité des interactions en les saisissant par leurs forte contraintes techniques. Il en va ainsi de la question des déplacements urbains, domaine de confluence par excellence entre la réalité sociale, les moyens techniques à mettre en œuvre et à financer et la puissance publique productrice de normes et organisatrice des ressources. De la rencontre résulte un management routinier de la mobilité enserré qu’il est dans des dispositifs financiers rigides, des attentes sociales banalisées et combien triviales (aller-venir, gagner du temps et de la sécurité...) et l’action à modification lente d’un État, objet constant d’intérêt de la part de la recherche en sciences sociales. Il y trouve le moyen de se dégager des cadres trop contingents des situations locales pour chercher les formes d’un assouplissement depuis l’âge d’or de l’aménagement du territoire : du bonheur des géographes des années 60 aux inquiétudes des enquêteurs en développement durable !

27Espace saisi d’une part, mais aussi société cernée en ses composantes variées, santé, logement, emploi et, très particulièrement dans un chantier en cours d’exploration, formation et enseignement trop longtemps considérés en tant que formes a-spatialisées de choix publics. Adopter cette direction revient à prendre les moyens de considérer le tertiaire public (et para-public) comme interface entre des cadres normatifs déterminés par l’État et leur mise en œuvre locale car, on le sait, la ville, surtout la grande, constitue par excellence ce milieu avec des équipements qui façonnent mais qui eux-mêmes sont façonnés par un milieu, un passé, des traditions. Parler d’égalité des chances en matière scolaire, ou de formation ultérieure, en matière, encore, d’accès aux soins ou aux aides sociales, c’est tenir un discours fondé sur la qualité souhaitée des services qui n’embrasse pas la rugosité des conditions spatiales du développement urbain. Beaucoup reste à considérer par une géographie affinée du tertiaire urbain qui tende à la précision des travaux antérieurs sur l’industrie et les espaces productifs. Alors on verra comment, localement mais sans isolement, la ville fait la société en la façonnant par ses services.

28Humbles serviteurs frappés d’une évidence d’existence, on découvre que les réseaux techniques dissimulés dans le sous-sol urbain sont eux-mêmes porteurs de larges débats sur la mise en œuvre de l’égalité et de l’équité politiques et, mieux encore, qu’ils transcendent les frontières pour imposer des zonages techniques qui obligent à des solidarités dissimulées mais bien réelles.

29Existant par la multiplication des règles de savoir-être suffisamment enchevêtrées pour donner des lieux autonomes de pouvoir décisionnel (ou de « gouvernance »), la ville peut donc figurer en tant que constitution de frontières et de bordures qui vont des habitants-occupants jusqu’à l’espace en un continuum dense et même « épais » au sens de l’expression canalisée des libertés. De ce point de vue un nouvel examen peut intervenir, riche de possibilités en ses débuts progressifs : la prise en compte de ce qui se trouve précisément au-delà du continuum des règles acceptées et manifestant une position de marginalité spatiale et d’exclusion (mais pas nécessairement) sociale. Cohorte bien connue dans la grande ville mais délicate à cerner : errants de jour et de nuit, SDF déjà catalogués, artistes éphémères des rues, noctambules accidentels ou confirmés, tous contribuent à la perception car ils rencontrent la règle de vie en la déformant, en créant les silences de la gouvernance, en provoquant de nouvelles hiérarchies spatiales d’autant plus subtiles que le territoire de la ville est marqué par des contrôles accrus par les développements technologiques de la surveillance.

COMPRENDRE la ville : la diversité des questions… et des réponses

30Si l’on veut bien considérer l’extrême diversité des travaux en sciences humaines et sociales qui parlent de la ville on pourra noter une très grande variété apparente des thèmes abordés, et ceci relève à l’évidence du truisme. Cependant, à bien observer la pluralité des propositions ici réunies, on dégage là un élément quasi transversal, fondateur peut-être, qui apparaît dès lors que l’on envisage toute recherche dans un système de compréhension qui amène à souligner la grande ambiguïté qui réside dans la confusion sur la place tenue par le fait urbain : tantôt sujet, tantôt objet, son rôle varie au sein même des diverses finalités accordées à la ville, même si l’on écarte résolument (et c’est le cas de cet ouvrage) toutes les approches de type prophétique, voire eschatologique qui font de la cité un acteur majeur ou un reflet d’une évolution des civilisations réduites à des moyens de vivre ensemble.

31On observe plutôt les multiples apports qui s’approprient ce fait au demeurant toujours fuyant, toujours mystérieux, cette capacité d’agglomération, peut-être illimitée, qu’ont les hommes de vivre en grande proximité les uns avec les autres et qui fait de la ville à la fois un résultat-objet en même temps qu’un acteur-sujet sans qu’un point de vue ne puisse absolument l’emporter sur l’autre, ambiguïté qui procure une plus ou moins grande mise en tension des études urbaines dès que celles-ci se veulent vraiment compréhensives.

32Cette question apparaît avec force quand on s’interroge sur les qualités substantielles de la ville, sur ce qui en constitue l’expression telle qu’elle est rendue par les sciences sociales. En la matière, et de nombreuses propositions sont là pour l’exprimer, on est dans une hésitation, ou mieux une tension permanente entre idiographie, mise en évidence des caractères uniques indispensables pour situer l’objet-ville, et nomothétie, dégagement de traits généraux se rapportant à d’éventuelles lois socio-spatiales. Que l’on envisage l’espace urbain comme un palimpseste, accumulation de traits juxtaposés s’appuyant plus ou moins les uns sur les autres, il est clair que la compréhension se construit autour de la mise en évidence d’un objet bien localisé, même appuyé sur des références temporelles extérieures. De la même manière, un procès en développement historique en comparant les bourgeoisies capitalistes de deux villes (Bordeaux et Lyon exemples souvent cités, à juste titre récemment, superficiellement dans les manuels traditionnels) débouche sur la mise en évidence de la spécificité de traits locaux qui permettent l’identification d’UNE ville précise et non de LA ville générique.

33En revanche, un décentrage significatif se produit en considérant, et le chantier en est très vaste, la mise en place et le rôle des réseaux, techniques, financiers, informatifs, qui font la ville, une urbanisation solidaire dont la vie ne se comprend que dans des systèmes réticulaires complexes et denses : chaque nœud a des caractères spatiaux particuliers mais au sein d’ensembles qui fixent les modalités de fonctionnement, qu’il s’agisse d’électricité, de la santé ou de l’information. Une dernière étape est franchie avec l’approche économique qui par l’étude des réseaux s’efforce de déterminer des hiérarchies et d’analyser, avec des critères d’ailleurs très ouverts, la métropolisation comme étape majeure de l’accumulation urbaine : que l’on traite des fonctions rares ou des modalités d’évolution du mode de vie, les traits particuliers s’effacent derrière la mise en valeur de facteurs communs d’évolution et sur la mise en évidence d’un éventuel modèle général d’urbanisation.

34S’il existe une réalité urbaine pour les sciences sociales traditionnelles, histoire, économie et surtout géographie (tout le moins géographie régionale de l’École française) on doit aussi s’interroger sur l’expression politique issue de l’accumulation des hommes et des structures administratives. Bien sûr, l’étude du vote urbain est un des classiques de la sociologie électorale et représente toujours un thème important dès lors que ses variables fondamentales évoluent régulièrement et donc amènent un changement notoire de perspectives : le milieu urbain tend à offrir un champ toujours renouvelé de connaissances pour qui s’intéresse aux structures démographiques et sociales ou aux modifications migratoires. La question à traiter ne tient plus tellement à la qualité du vote mais plutôt aux éléments quantitatifs utilisables par d’autres, mais c’est une tout autre histoire, pour construire les bases raisonnées des sondages.

35Au-delà du vote, et conséquence de celui-ci, de multiples directions sont ouvertes quant à la fabrication des élites locales, principalement mayorales qui retiennent l’attention tant est forte l’emprise du maire sur sa commune. Les éléments de compétition, de choix et de renouvellement s’enrichissent, encore mal étudiés faute de recul, des complexités apportées par l’essor (plus ou moins incité par l’État) des intercommunalités. Ils permettent à la géographie d’introduire ce thème de l’agglomération (socio-économique) au cœur des soucis de la science administrative qui l’ignorait superbement ; dans le même temps, plus proche des décisions concrètes, la science politique interroge la ville en tant que productrice de besoins dont la satisfaction, en matière de culture particulièrement, impose des exigences fortes qui jouent comme autant d’obligations dans l’évolution des politiques durant de longues périodes. Comprendre la ville c’est aussi manier les clefs du déterminisme avec la prudence du possibilisme géographique ouvert sur l’aléa et la liberté des acteurs.

36Dans un contexte beaucoup plus étroit culturellement, la sociologie religieuse de la ville offre une sorte de contrepoint aux considérations développementalistes liées à la croissance continue des besoins. Ici, dans le cadre d’une marque chrétienne, et même catholique pour ce qui est de la France, on peut considérer des formes originales de retrait puis de reconfiguration : tout se passe comme si, constituée de la matrice urbaine dès les premiers temps de sa création, l’empreinte religieuse s’en détachait, se modifiant à la recherche d’une malléabilité dans l’espace nouvelle et plus conforme aux dynamiques spatiales actuelles.

37Comprendre la ville c’est enfin la saisir dans sa capacité à animer des faits de loisir et de culture, car si on y produit de l’espace organisé, où une part de celui-ci, dénommé espace public, est un élément majeur d’approche structurée de la vie démocratique, on s’y livre aussi à des activités de détente, de représentation, de découverte historique et patrimoniale. La ville est animatrice de jeux et de spectacles, d’usages ludiques et de distraction dont la grande diversité, en cours d’investigation, demande encore à être précisée car les géographies culturelles sont généralement bien à la peine dans une saisie spatiale globale c’est-à-dire considérant le fait urbain comme un producteur et pas seulement comme un support plus ou moins efficace.

38Cette évolution est particulièrement remarquable dans les études concernant le sport. Longtemps consacrées à la connaissance des diverses pratiques, elles ne rencontrent les facteurs spatiaux de leur organisation que tardivement car pour les géographes elles furent souvent considérées comme ressortant du passe-temps plus que de la science spatiale. Et pourtant, les contributions de cet ouvrage constituent une bonne évocation de quelques grandes indications à tirer à partir de la ville du fait sportif. On peut ainsi le prendre comme facteur identitaire d’expression externe plus que de cohésion pour ce qui concerne la grande ville ; il en irait différemment pour les petits centres et se révèle donc un facteur important de différenciation inconnu des hiérarchisations quantitatives classiques. Par les recherches sur le sport, de même qu’en matière culturelle, la rencontre avec la diversité des pratiques par essence très différentes constitue une antichambre qui introduit à ce que les faits socio-spatiaux ont de plus riche et de plus complexe dans la mesure où ils se fondent sur une double intrication. Intrication entre ce qui est national et ce que sont les applications locales, c’est-à-dire passage de l’univers des règles et des normes (sportives autant qu’artistiques) à leur mise en œuvre concrète, en des situations et des sites bien déterminés. Mais aussi intrication entre ce qui ressort d’héritages et d’apprentissages lents et parfois hésitants et des décisions actuelles mobilisant des configurations décisionnelles qui dégagent ces élites locales, acteurs de la diversité de la société urbaine, tout en rencontrant les indications qui naissent de la contrainte économique et de la variété sociale. En exigeant une attitude compréhensive toujours plus disponible, l’univers urbain sollicite une géographie attentive aux faits et aux collaborations techniques nécessaires à une pénétration efficace. La grande ville est alors un social global dont la richesse se construit par la comparaison et la mise en perspective.

39Achevons ce parcours en revenant à ses débuts qui considéraient l’apport de l’ouvrage sur une ville presque apaisée de la seconde modernité scientifique. Rien d’apocalyptique dans les multiples facettes proposées à la réflexion, rien comme recours à un âge d’or urbain passé : les aspects retenus questionnent sereinement une réalité urbaine fondée sur un présent parfois éclairé par l’histoire mais jamais jugé à l’aune de modèles visibles ou cachés. On soulignera ainsi l’absence de l’idyllique quartier qui parvint à contraindre toute réflexion urbanistique durant les années 1980-90, de même qu’existe un silence quant au vitalisme des centralités qui anima les travaux économico-géographiques de la même période et même des années antérieures (nous n’y échappâmes pas nous-même encore que plus attiré par les grandes segmentations fonctionnelles).

40Donc la ville EST en tant qu’objet socio-spatial qui exprime les conditions pratiquement observables en offrant un champ très étendu d’objets et de thèmes possibles. L’observation est toujours privilégiée mais elle sollicite des outillages variés au sein d’un large dispositif d’objectifs recherchés. Pas de ville globale en ces contributions successives mais des travaux plus modestes qui pensent pouvoir cerner des éclats de ville, morceaux qui s’assemblant finalement en une sorte d’objet-mosaïque donnant à entendre ce qu’est la ville perçue et vécue. Le nombre et la diversité des questions posées retrouvent cependant quelques grandes régularités structurantes, la synthèse s’est efforcée de les dégager.

41« Objet mosaïque » sans nul doute mais qui s’impose, ou impose à ses auteurs une attraction marquée vers ce que l’on désigne par la métropolisation en abandonnant généralement tout recours à l’agglomération qui avait si fortement marquée les périodes antérieures, et l’on notera d’ailleurs que, le plus souvent, cette métropolisation ne fait pas référence à quelque typologie quantitative mais plutôt à un nouveau paradigme urbain qui exprime une manière neuve de penser la ville dont tous les effets sont encore loin d’être appréciés. Lorsque l’on analysait en termes d’agglomération on raisonnait en termes de stock, on évoquait, selon les cas ou en même temps, l’accumulation des hommes, des bâtiments, des activités ou des votes. Parlant de métropolisation on évoque, souvent implicitement, les flux, c’est-à-dire les mouvements qui font de la ville ainsi interrogée le lieu des mélanges, des rencontres, des conflits autant que des synthèses.

42On peut donc parler d’une révolution épistémologique qui, du monde statique des éléments dénombrables parce que fixés par l’observateur, amène à concevoir l’univers beaucoup plus complexe de changements et des mutations. Dans des milieux scientifiques différents mais s’appuyant sur de multiples échanges largement initiés autour de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et d’une partie de la recherche québécoise, on notera la convergence de bien des points de vue qui ouvre le champ, sans parler encore de véritables écoles, à des investigations nouvelles enrichissant la batterie de ces « Questions à la Ville » réunies, elles-mêmes, par une quasi-métropolisation des savoirs.

Notes

1 H. Velasco-Graciet, Territoires, mobilités et sociétés. Contradictions géographiques et enjeux pour la géographie, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009, 343 p. Cet ouvrage s’appuie mais en généralisant de manière discutable certes, mais audacieuse, sur :
G. Di Méo, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 2001.
E. Soja, Postmodern Geographics. The Reassertion of Space in Critical Social Theory, Londres, Verso, 1989.

2 P. Veltz, Mondialisation, villes et territoires, Paris, PUF, 2000.

3 J. Dumas, « Mutations géographiques et innovation : les crises territoriales de l’euphémisation à l’exaspération » in Ch. Bouneau et Y. Lung, Les territoires de l’innovation, espaces de conflits, Pessac, MSHA, p. 249-270.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540