Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

D'un ailleurs bien d'ici

« Les villes se construisent sur des compromis », François Ascher

Francis Cuillier

Texte intégral

1Ce n’est pas sans émotion qu’il m’appartient de réagir à l’un des derniers entretiens que François Ascher ait accordé au Monde le 15 mai 2009, peu après que le jury du grand prix de l’urbanisme l’ait désigné lauréat à l’unanimité, quelques semaines avant sa disparition qui nous a tous fortement affectés. Pour la première fois, le monde académique était récompensé, mais peut-on classer F. Ascher uniquement dans le monde académique ? Certainement pas, car il était inclassable à la fois professeur, chercheur, essayiste, créateur d’Europan, de l’institut de la ville en mouvement, du club ville aménagement, militant politique…

2Brillant touche à tout, éclectique, homme libre et épicurien, rationaliste, il fut un passeur d’idées infatigable pendant 40 ans depuis les rencontres de Grenoble qu’il organisa en 1974. Ce dernier entretien résume quelques idées fortes de sa pensée que ce soit la nécessaire articulation entre ville dense et monde rural, la nécessité de compromis urbain ou celle de la nécessité d’une relance de la recherche urbaine (en portant un regard critique mais pertinent sur les travaux et projets du Grand Paris), le changement des échelles et des formes de la ville, sans oublier son plaidoyer permanent et ancien sur le nécessaire lien entre urbanisme et transports.

3Ses réserves sur la ville durable sont pertinentes, partagées par beaucoup et méritent d’être approfondies. Parmi mes divergences, je ne partage pas totalement sa vision de la ville hétérogène qui type trop uniquement spatialement ses caractéristiques alors que le phénomène est plus complexe ; les cinq types de son système sont plus diversifiés qu’il ne l’affirme.

4De même, je ne suis pas en adéquation avec lui sur la question de la taille pour faire métropole. Quelle est l’échelle pertinente d’une ville et d’une métropole est une question clef ? De nombreuses agglomérations multimillionnaires ne comportent pas les fonctions métropolitaines alors que des entités urbaines beaucoup plus petites ont les caractéristiques de métropoles internationales. Cela va nous inciter à poursuivre les recherches et relire quelques ouvrages fondamentaux quelque peu oubliés.

5Pour conclure, je voudrais rappeler ses propos sur le concept de « serendipité » qu’il tint en 2007 : « pour l’urbaniste le défi, plutôt que concevoir une ville créative, est de créer les conditions de la serendipité et de la créativité en laissant de l’espace à cet inconnu, en acceptant qu’apparaissent en ville des pratiques non planifiées, voire non autorisées, en rendant possible les rencontres imprévues et improbables. »

6Merci François.

Article de François Ascher paru dans l’édition du Monde du 15 Mai 2009

7Le chercheur François Ascher, théoricien des « métapoles », est lauréat du Grand Prix de l’urbanisme 2009.

8Ses travaux sur les villes nourrissent toute une génération d’urbanistes, dont il n’hésite pas à bousculer les certitudes. François Ascher, 62 ans, professeur à l’Institut français d’urbanisme, a été proclamé, mercredi 13 mai, lauréat du Grand Prix de l’urbanisme par le ministre de l’Écologie, Jean-Louis Borloo.

9Aujourd’hui immobilisé par la maladie, cette grande figure de la recherche urbaine, passée par l’économie et la sociologie, a élaboré une réflexion prospective sur les villes. Il a été l’un des premiers, en 1995, à décrire et analyser leur évolution vers un nouvel âge, celui des métropoles, ou « métapoles », qui mettent les décideurs au défi d’inventer les « compromis urbains » capables d’articuler ville dense et monde rural, banlieues et petits bourgs. Ses concepts irriguent les réflexions sur le Grand Paris, où il s’agit ni plus ni moins d’imaginer les compromis qui dessineront le visage de la métropole capitale.

Que pensez-vous des débats sur le Grand Paris ?

10L’initiative du gouvernement a eu le mérite de réinjecter les enjeux métropolitains et les grands intérêts économiques dans le débat, alors quele schéma directeur de la région se contentait d’additionner des demandes locales. Malheureusement, il n’aurait pas fallu confier ce travail à des architectes : ça reste assez pauvre, même si le côté stars a servi la communication. Une vraie recherche sur les métropoles et les conurbations aurait permis de mieux cadrer le débat. Si mon prix peut servir à dire une seule chose, c’est qu’il faut absolument relancer la recherche en urbanisme.

Qu’est-ce qui caractérise le phénomène des métapoles ?

11Parler de métapole, c’est prendre en compte le changement d’échelle et de forme des villes, lié à la révolution des transports et des télécommunications. La ville industrielle était monocentrée et radioconcentrique, caractérisée par une continuité urbaine. Aujourd’hui, on ne vit plus à l’échelle du quartier ni même de la ville, mais d’une vaste conurbation polycentrique et discontinue.

De quoi est-elle composée ?

12C’est une ville hétérogène, qui réunit en un même système cinq types urbains très différents : la ville centre, très dense, riche en transports publics et en équipements, où vivent les populations les plus privilégiées ; la banlieue périurbaine, où l’on trouve essentiellement des petits bâtiments collectifs et des classes moyennes attachées au lien avec la centralité principale ; l’aire suburbaine, dominée par les zones pavillonnaires, qui a très peu de liens avec la ville centre et restera « condamnée » aux déplacements automobiles ; la ville des exclus et des assignés à résidence, c’est-à-dire les grands ensembles, enclavés et mal desservis ; enfin, des zones de campagne, refuge des « rurbains ».

Quelle difficulté cette évolution pose-t-elle aux acteurs de l’urbanisme ?

13Les métropoles d’aujourd’hui doivent se construire sur des compromis. L’enjeu, pour les urbanistes et les politiques, c’est d’élaborer les compromis qui permettront de faire vivre ensemble ces cinq catégories, de fabriquer une ville qui puisse satisfaire leurs besoins de manière équitable. Comment introduire partout de l’urbanité, des espaces publics, des services, des transports collectifs ?

14Ces dernières années, les urbanistes ont réappris à concevoir des centres-villes. Or le vrai défi serait de réussir la ville peu dense, d’introduire de l’urbanité dans les zones pavillonnaires de deuxième couronne. Les urbanistes ne se saisissent pas de ce thème, car ils n’acceptent pas que la ville du xxie siècle soit aussi faite d’espaces distendus, qu’une majorité des Français souhaite une maison et un jardin.

La mondialisation est-elle responsable de cette croissance métropolitaine ?

15La taille est un élément de la compétitivité des villes. Pour attirer des entreprises de haut niveau, globalisées, compétitives, il faut offrir à leurs salariés les services urbains qu’ils attendent : un aéroport, un opéra… Seules les grandes villes peuvent se payer cela. La globalisation a pour effet d’accroître l’échelle pertinente des villes en termes économiques, sociaux, culturels. C’est pourquoi les métapoles croissent, en absorbant des villes petites et moyennes, qui entrent ainsi à leur tour dans le système de la globalisation.

Une « métapolisation » réussie est-elle le gage d’une meilleure résistance face à la crise ?

16Les villes qui ont su développer un compromis urbain créatif ont des avantages pour s’en sortir. Mais l’élément stratégique sera le positionnement dans les technologies vertes. Nous sommes seulement à l’orée d’un cycle économique long, dans lequel la croissance sera fondée sur les marchandises écologiques. Les villes doivent à la fois réussir à attirer les entreprises spécialisées dans ces nouvelles technologies et devenir des lieux d’expérimentation d’un urbanisme vert.

17On voit se dessiner une différence d’approche entre l’Europe et les États-Unis. La première cherche à réformer les modes de vie, à réinventer les formes urbaines, de manière peut-être un peu illusoire. Les seconds misent davantage sur les clean tech : on continue l’étalement urbain, mais avec des maisons écolo et des 4 x 4 électriques.

Vous avez émis des réserves sur la « ville durable ». Pourquoi ?

18Il faut faire attention à l’usage parfois passéiste et antisocial du terme de « ville durable ». La ville n’est par définition pas « durable », elle ne doit pas être figée, elle se transforme en permanence. Trop souvent, le souci de l’environnement prend la place du social. C’est très bien de faire des quartiers économes en énergie, mais la durabilité ne doit pas être un surcoût pour les plus pauvres.

19Enfin, l’urbanisme du développement durable n’est pas une recette unique, il doit pouvoir s’appliquer à la ville dense comme aux lotissements, aux tours comme aux maisons individuelles, aux autoroutes comme aux transports collectifs. La ville durable doit être un compromis entre les exigences économiques, sociales et environnementales.

20Propos recueillis par Grégoire Allix

Auteur

Urbaniste Grand prix de l’urbanisme 2006, Professeur associé en urbanisme, institut d’urbanisme université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, président du conseil français des urbanistes

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540