Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

D'un ailleurs bien d'ici

Comprendre la complexité de la ville : la crise urbaine est-elle une crise des représentations ?

Marcel Roncayolo

Texte intégral

1Les constructions territoriales sont avant tout du temps consolidé. Ville et territoire entraînent une ambiguïté que Fustel de Coulanges avait parfaitement décelée, en distinguant dans La cité antique, la communauté religieuse et politique, la cité, et son « lieu de réunion », son « domicile », la ville. On dirait aujourd’hui l’institution et le dispositif écologique. Or notre langue est moins précise et de ce fait favorise les glissements de sens. Quant à l’institution ou la communauté, en faire l’acteur collectif, global, consensuel d’une ville quelque peu « anthropomorphisée » comporte les risques de mal identifier les acteurs réels, leurs rivalités ou leurs divisions. Sachons donc, sur ce point aussi, éviter les entités-pièges. Cette distinction est d’autant plus nécessaire aujourd’hui que le territoire urbain perd de sa netteté géographique et de sa clarté administrative, alors que la symbolique urbaine, « l’image » fabriquée, devient étendard de ralliement.

2L’étude du territoire et de la territorialité conduit à ce risque inverse : les progrès de la socio-biologie, ceux de la psychologie du comportement (et je ne confonds pas les deux démarches) ont tendance à ramener cette question à des attitudes élémentaires ou individuelles de tout être vivant, à la fonder sur une philosophie « naturelle » ou « naturaliste ». Je ne néglige pas ce qu’une analyse sérieuse ou une psychologie scientifique peuvent apporter à la compréhension des relations individu-environnement. Je crois moins au discours trop vague sur le vécu ou sur une psychologie des formes trop intuitive. Les témoignages littéraires sont alors bien plus riches de Jules Romains à Julien Gracq, pour ne citer que des textes français. Apprentissage ou perception de la ville et du territoire me paraissent se situer déjà à l’articulation de l’individuel et du collectif – de même que l’imaginaire. En tout cas, les notions de ville et territoire me semble comporter cette dimension « sociale » – le groupe social serait-il fort modeste (la famille) ou étendu et complexe (la conception du territoire national). Débat ouvert, en toute certitude, car il commande toute « esthétique » urbaine ou toute poétique de la ville.

Je ne cherche pas ici à faire le portrait d’une ville. Je voudrais seulement essayer de montrer […] comment elle m’a formé, c’est à dire en partie incitée, en partie contrainte à voir le monde imaginaire, auquel je m’éveillais par mes lectures, à travers le prisme déformant qu’elle interposait entre lui et moi […] (Julien Gracq, La Forme d’une ville, p. 7)

3Peut-être faut-il aborder avec plus de finesse une dimension sociale, trop longtemps rapportée au système social pris dans son ensemble, constituée comme machine et références globales. L’ethnographie urbaine qui, aux États-Unis, a pris ses marques depuis longtemps, tarde à acquérir en Europe une forme cumulative. C’est pourtant à cette échelle que l’on peut saisir aussi bien les aspects informels, peut-être pathologiques, de la territorialité (la bande ou le « coin de la rue »), le contraste entre multiterritorialité et enclavement, les rapports entre proximité physique et distance sociale, la part de justice sociale qui se règle dans l’organisation urbaine. Division du sol et ségrégations sociales ne se mesurent pas à une métrique simple et linéaire. Elles sont avant tout situations de culture.

4D’autre part, l’architecture et l’urbanisme, sensibles à la fois aux valeurs d’art et à l’efficacité des aménagements, trouvent difficilement leurs points de rencontre avec les sciences humaines, soit parce que attachés à une conception plastique et à la vieille croyance dans la transparence des formes, soit parce que aventurés dans une définition légitimation, a priori élémentaire, normative et somme toute totalitaire des besoins humains. La discussion, quand elle s’enferme entre modernisme et post-modernisme, choix esthétiques qui tendent vers quelque couronnement « philosophique » (et donc une vocation à répondre à la totalité sociale), évoque trop parfaitement la double insuffisance de réflexion anthropologique. Analyse trop naïve des besoins et des fonctions, d’un côté, futilité du design urbain, de l’autre.

5Le regard des sciences humaines devrait au moins enseigner aux décideurs et aux praticiens, à distinguer les remous cycliques et les allers et retour idéologiques de très longues tendances. Or, dans la crise, ce qui est dangereux pour la ville, ce n’est pas le temps des difficultés, qui est par définition celui d’une certaine sagesse, d’un retour sur soi : la fin des années 1970 fut significative. C’est la sortie de crise, le retour à la pression des choses, dont chacun essaie de détourner le nouveau cours à son profit. On peut alors confondre vrais changements et modifications subsidiaires, valoriser le mot et le gadget par rapport aux véritables stratégies. Plus simplement, l’urbanisme peut tout naturellement renouer avec ses maladies « infantiles ». Aujourd’hui, dans une reprise géographiquement incertaine, en ballottage, les États ont perdu de leur efficacité, pour toute une série de raisons – et principalement, la constitution avancée de grands espaces économiques et culturels, l’universalisation, ou presque, des concurrences. Les villes, qui ont la faculté de s’insérer dans des internationales, de fonctionner comme les lieux concrets d’archipels sociaux (une autre organisation territoriale, en grande partie « libérée » de la frontière et donc plus vulnérable), deviennent à la fois recours et acteurs miraculeux, Bien entendu, les qualités urbaines tiennent encore à l’ambigüité de l’heure, un coup d’œil vers l’histoire et la nature, mais aussi la recherche d’autres gages plus solides, pris sur l’avenir. Tokyo détecte la continuité de sa matrice de canaux et de chemins ; elle accumule les réseaux d’information. Le discours d’usage joue de cette double essence des avantages urbains : je suis mémoire, regardez mes monuments ; je suis modernité, mesurez mes câbles. Mais entre le patrimoine et le confort d’un avenir entrevu ? On vise les bureaux, les parcs technologiques ou de loisir, ou les terrains de golf ; l’art de vivre devient marketing, mais on demande surtout des équipements de communication, des réseaux, des emplacements. L’urbanisme des affaires recommence à faire craquer l’enveloppe « culturelle » dont il s’était couvert. Plus sophistiqué dans sa composition et dans sa conception, le plan de transport revient au galop ; les attentes désinvoltes et paradoxales de la gentrification commencent à se gommer par rapport au froid couperet des valeurs foncières : une autre attente spéculative sur les changements de demain qui ne s’embarrassent de patrimoine que lorsque le patrimoine est rigoureusement défini comme valeur marchande. En quelques années, New York est passé de l’expérience de la revitalisation à celle, réveillée, du bulldozer. Les gratte-ciel de la nouvelle génération, avec leurs agréments « postmodernes », perdent leur identité dans la forêt de l’East River, par exemple. L’urbanisme retrouve ses bonnes consciences ; fragilisé, interrogateur, quelque peu autocritique, il avait lorgné du côté des diversités sociales, de l’expérimentation, de l’urbanité. À peine secs dans les imprimeries, les textes qui célébraient ces « nouvelles » valeurs prennent un coup de vieux. Les rationalisations tardent, bien entendu, mais une bonne lecture des journaux immobiliers annonce d’autres réalités. Et pour commencer des exigences plus fortes de « plein emploi » du sol, de densité – au cœur des villes comme à la périphérie. Rivaliser en publicité pour attirer d’abord les activités économiques, c’est une priorité de la conjoncture ; mettre au premier plan des acteurs urbains les sociétés construisant et gérant les réseaux, c’est le prix d’une mutation technique à peine « réalisée » aujourd’hui dans les mentalités. Mais le risque est autre : c’est que la recette technique redevienne la raison majeure, avec ses limites sectorielles ; c’est qu’elle se pose en absolu, que les ingénieurs devenus entité (ingénierie) oublient quelques scrupules culturels ou sociaux, qu’aux certitudes de la charte d’Athènes succède la certitude des réseaux, et, de ce fait, que la part du feu esthétique soit reportée sur quelque chose d’exceptionnel, le monument. Parler de projet urbain, ou de design urbain semble alors illusoire.

6Je n’ai jamais montré une confiance exagérée dans les formes visibles. L’esthétique a ses règles, la conception anthropologique de la ville répond à quelques autres exigences non exclusives qui commandent l’apprentissage, la sensibilité, les conduites à l’égard de l’objet urbain et ce mélange de compromis avec le réel et d’imaginaire qui supporte la vie urbaine. Mais la ville (et maintenant le territoire « urbanisé » au plus juste par les réseaux) n’est-elle que « boîte noire » ? Le déplacement est il une valeur absolue, à la différence de la mobilité, dont les premiers inspirateurs de l’École de Chicago définissaient avec plus de subtilité le sens et l’articulation avec le paysage et les trajectoires humaines ? L’ennui, ce n’est pas, par un retournement de la mode, la relativisation de l’histoire. La ville est bien celle de demain, mais travaillée d’images et de remords accumulés. Le risque, en perdant de nouveau le contact de l’histoire, est d’oublier le sens de la complexité des entrelacements urbains au profit d’une exploitation ou d’une gestion sophistiquée sans doute, apparemment savantes, mais tout simplement linéaires. La vieille utopie libertaire voulait que l’administration des choses se substitue à celle des hommes. Le système urbain ramène-t-il à administrer les hommes comme des choses ?

7Dans ce contexte, 1a crise urbaine est avant tout crise des représentations. Représentations de l’habitant, d’abord : depuis quelques années, on se préoccupe des images mentales qui guident les pratiques de la ville. Images mentales provenant, d’une part, des formes matérielles (la « lisibilité », par exemple, chère à Kevin Lynch), d’autre part, de l’apprentissage. Je doute, personnellement que les premières agissent sans médiation. Mais retenons surtout que ces images mentales sont relatives à une partie de la population, que les générations et les groupes ont des expériences différentes, qu’ils se transmettent inégalement aussi, aux changements. Il est banal de rappeler que les plus anciens d’entre nous n’ont connu dans leur première jeunesse ni les tramways ni l’éclairage électrique, ont vu naître la radio et les lumières au néon, perçu les premières manifestations de l’automobile comme moyen de transport commun, ou du béton comme matériau. Au temps, ajoutons l’ampleur des déplacements. Les générations urbaines actuelles sont toutes, à des degrés variables, des autodidactes. La crise urbaine, sans nier la réalité des contradictions sociales, des inconséquences matérielles ou des dérapages institutionnels, est une crise d’apprentissage. Les renvois nostalgiques à des expériences que la plupart d’entre nous n’ont pas ou mal connues – la « campagne » du paysan ou la convivialité citadine – ne sont que la manifestation négative – désir d’enracinement, sinon d’éternité – en contrepoint du choc. Mais reste la responsabilité du pédagogue.

8L’urbanisme est alors en question. Audacieux et organisateur, pendant les premiers temps, porteur de vérités nouvelles, d’ordre, de clarté et, en principe, de beau. Positif, nous ne l’oublions pas, par rapport au désordre du passé. Pourtant, en dépit des nuances dans les références et les réalisations, cet urbanisme ne parvient pas à convaincre. Ce n’est pas uniquement le béton ou le dispositif qui marginalise la Cité radieuse mais quelque chose de plus essentiel : un parti pris tiré sur l’avenir), une anticipation sur les conduites sociales, que l’habitant ne confirme pas. Surtout lorsque l’on change de clientèle. Le rêve orgueilleux et totalitaire de traiter la société, à travers les formes spatiales, échoue. Le grand renversement des années 1970, c’est la conscience de cette limite, la fin de la représentation projetée. Bien entendu, architecture et urbanisme s’interrogent, recherchent dans la philosophie et dans l’histoire l’origine du péché. La ville, dont personne ne doutait qu’elle suppose un certain contrôle social, devient instrument de surveillance et de répression. Le xixe siècle est repensé, comme la philosophie des Lumières, par des Sébastien Mercier qui inversent leurs choix. Peu importe que ce nouveau regard combine une histoire parfois arbitrairement reconstituée et des vues parfois percutantes. La réflexion « urbanistique » sort d’elle-même, en reposant les problèmes de la démocratie urbaine. L’urbanisme n’est plus cette sorte de « discipline » extérieure, il cherche à réconcilier les représentations de l’habitant et celles du créateur. Cela ne veut pas dire qu’entre l’économie et les pratiques sociales l’urbanisme se constitue en savoir dominant ; mais, pratique sociale autant que savoir, il bute lui aussi sur les aspects fondamentaux de nos sociétés. La dichotomie des aménagements territoriaux et de la vie sociale, du cadre et des conduites, n’est décidément pas le moyen efficace de défricher cette terre, qui, après tout, est notre avenir.

Bibliographie

Trois ouvrages de l’auteur

Roncayolo Marcel, Territoires en partage – Nanterre, Seine-Arche : en recherche d’identité(s), Marseille, Parenthèses, 2007.

Roncayolo Marcel, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1990.

Roncayolo Marcel, (dir.), Histoire de la France urbaine, tome 5, La ville aujourd’hui. Croissance urbaine et crise de la cité, Paris, Seuil, 1985.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540