Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

La ville, le loisir, la culture

La ville socioculturelle

La dimension spatiale de l’animation des jeunes

Jean-Luc Richelle

Texte intégral

1L’ambition de l’animation socioculturelle est de produire dans des territoires urbains un « bien vivre ensemble » pour répondre au problème du manque de cohésion sociale qui s’observe à travers des processus de distanciation voire de séparation des citoyens. Il existe un travail de construction et de légitimation de ce qu’est une ville et de ce qu’est un projet éducatif institutionnel de normalisation envers des jeunes. Ces derniers constituent une nouvelle catégorie de l’intervention publique depuis les années 1960 et deviennent, par leurs conduites, des analyseurs des rapports sociaux engagés à leur égard. Les jeunes sont les populations privilégiées de l’intention éducative des animateurs qui mettent en œuvre des projets d’actions selon des orientations contradictoires qui opposent adaptation à émancipation et dépendance à autonomie. Il s’agit d’analyser comment le rapport dynamique entre un processus de spatialisation de l’animation socioculturelle en milieu urbain et des jeunes peut susciter et réguler leur participation au faire-société, à partir d’équipements, de dispositifs et d’espaces.

2On peut identifier des représentations à l’origine de trois villes ainsi que trois types d’animation qui leur correspondent, selon trois périodes de l’action publique, et interroger la constitution d’une ville socioculturelle à partir de l’inscription territoriale de l’animation à travers l’exemple de l’Association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux. Cette association parapublique possède une durée d’existence de près de 50 ans, une importance dans le système d’animation bordelais avec plus de 200 salariés et une emprise territoriale à l’échelle de la ville. Les représentations de la ville et celles des pratiques sont façonnées par des appartenances sociales et culturelles dans un jeu d’interactions entre des modes de vie et des espaces. Leur médiatisation utilise des discours et des productions littéraires, iconographiques et filmiques qui font apparaître différentes représentations de villes : une ville bien aimée s’oppose à une ville mal-aimée, une ville classique à une ville moderne, une ville ghetto à une ville hospitalière, une ville de non-lieux à une ville de hauts lieux.

3Le repérage de représentations de la ville conduit à identifier trois villes distinctes et en interdépendance qui tels des idéaux types n’existent pas à l’état pur. Ainsi, une ville romantique, une ville éclatée et une ville socioculturelle, se succèdent puis se sédimentent, voire s’imbriquent et permettent d’aborder des interprétations répandues de la citadinité, de la mixité sociale, du quartier, du territoire, comme concepts centraux du récit urbain. De la même façon une périodisation de l’animation urbaine permet de dégager trois types d’animation qui se succèdent sans que l’un qui émerge fasse disparaître le précédent. Ces trois types d’animation, une animation socioéducative et culturelle, une animation prioritaire et une animation médiatrice, correspondent aux trois représentations de villes identifiées. Des éléments concernant la ville de Bordeaux et le système municipal d’animation soulignent l’importance de l’Association des centres d’animation de quartiers dans la spatialité de l’animation selon les trois types évoqués en correspondance aux trois représentations de villes repérées dans Bordeaux.

4La première représentation, celle de la ville romantique, valorise le mythe du quartier village et la poétique d’une ville sensible dont l’identité territoriale est faite de rites d’interconnaissance alors que certains auteurs annoncent au contraire la mort de la ville et la fin des quartiers. L’animation socioéducative et culturelle est un premier type qui correspond à une période de programmation des équipements socioculturels où le mode relationnel des foyers d’accueil pour des jeunes prévaut sur des activités organisées. Des tensions existent entre ces deux options au sein des équipements supports de loisirs divertissants et de développement culturel. Puis l’animation globale de quartier accompagne la fin de l’équipement spécifique pour les jeunes mais entretient une culture de la fermeture dans une identité territoriale restreinte. Le maire providentiel de l’après-guerre mène la reconstruction de la ville de Bordeaux que l’équipement en services collectifs de proximité dynamise, sans atténuer des différenciations entre des quartiers de l’ouest à dominante plus bourgeoise et ceux de l’est de la ville à dominante populaire. Cette période correspond entre 1963 et 1980 à l’implantation de l’Association des foyers de jeunes, selon son premier intitulé et à une phase de diffusion des foyers d’accueil pour des jeunes de 16 à 25 ans dans des quartiers d’habitat social de la ville. Ces foyers font l’objet d’une succession de crises internes puis d’une ouverture à toutes les populations de leurs quartiers d’implantation.

5La ville éclatée constitue une deuxième représentation qui présente une fragmentation et est soumise à des processus de sécession de groupes sociaux qui se désolidarisent des autres. Elle correspond à un cadre d’analyse d’une ville à trois vitesses, relevant de trois processus : la relégation, la périurbanisation et la gentrification, tous producteurs d’entre soi contraint ou choisi. Une animation prioritaire participe à l’action socioculturelle dans une ville éclatée en ciblant différents territoires sensibles désignés par la politique de la ville. La politique de prévention de la délinquance correspond à une période de dispositifs marqués par des principes tel celui de discrimination positive. Les animateurs tiennent un rôle de contrôle social plus que de régulation sociale selon une culture de la juxtaposition entre quartiers et jeunes. Bordeaux est une ville travaillée par des tendances urbaines opposées entre des phénomènes de polarisation qui correspondent à cette ville éclatée et des tendances à l’homogénéisation due à la réhabilitation de quartiers anciens délestés d’une mémoire populaire. Cette période de croissance de l’Association de 1981 à 1995 correspond à une phase d’expansion puisqu’elle intègre de nouveaux équipements et services concernant l’hébergement, la petite enfance, la formation. L’Association s’implique dans des dispositifs et gère des équipements de deuxième génération tels qu’un mur d’escalade indoor, un ring de boxe mobile et un bus de prévention. Ce dernier équipement mobile illustre une nouvelle appréhension de la ville par une mobilité au sein des pôles de rassemblement des jeunes marginalisés et en voie de marginalisation. Cette façon de concevoir l’animation urbaine des jeunes préfigure un troisième type d’animation.

6La troisième représentation d’une ville socioculturelle apparaît comme un dépassement des précédentes. Elle est perçue en filigrane dans des vies citadines, dans des territoires d’expériences sociales de jeunes, dans des flux de mobilité, dans des expressions citoyennes qui autorisent des espaces médiateurs du social permettant de la commutation sociale. Cette ville résulte d’une urbanité de confrontation, préserve une bonne distance et cultive des liens faibles entre des groupes sociaux. Une enquête a permis de repérer des marqueurs de cette troisième ville par une observation des mouvements urbains de jeunes, le fonctionnement innovant d’un équipement mobile et une analyse des rapports engagés par des animateurs avec des jeunes. Un troisième type d’animation repose sur un développement des nœuds modaux, sur une scénographie des espaces publics comme réenchantement de la ville et sur l’organisation d’une démocratie de proximité dans des sphères publiques institutionnalisées et d’autres plus spontanées. La reconquête de Bordeaux selon un récit du réveil de la « belle endormie » est déclarée par l’annonce d’un projet urbain en 1996, puis récemment d’un deuxième en 2009, et se réalise par la mise en œuvre d’un ensemble de chantiers concrets selon une gouvernance locale conduite par le nouveau maire. Les espaces publics devenus des lieux culturels festifs proposent une mixité urbaine et sociale symbolique attestée par une coprésence de populations et redonnent à la ville une forte centralité. Le tramway constitue l’axe central d’un nouvel équilibre dans l’espace urbain auquel des animateurs participent en accompagnant des populations dans leur appropriation de la ville étendue. Suite à une période de recentrage sur l’animation de quartier de 1996 à 2004 correspondant à une phase de rétraction qui diminue les équipements qu’elle gère, l’Association des centres d’animation se stabilise et s’engage dans un type d’animation qui donne naissance à des pôles d’excellence et à des projets partagés entre plusieurs acteurs à l’échelle de la ville. Des animateurs suscitent de la régulation sociale dans des espaces publics selon une culture de la relation qui cherche à produire un lien social politique entre des populations. L’animation médiatrice envisagée comme une praxis s’exerce selon une approche multipolarisée et transversale de la ville, notamment par une mise en exergue de pôles d’excellence qui diffusent une approche différente de la ville. Des animateurs développent des projets de territoires, facilitent des transitions et des territorialisations nouvelles.

7Dans ce jeu, les animateurs sont des acteurs centraux dans la spatialisation de l’animation urbaine. Les rapports sociaux qu’ils entretiennent avec des jeunes reposent sur des représentations les concernant en matière de désorganisation et d’engagement et sur une offre qui ne correspond pas toujours aux attentes que ces populations peuvent avoir. À partir de rapports opposés d’adaptation et d’émancipation, de dépendance et d’autonomie initiés entre des animateurs et des jeunes, il est possible de comprendre et d’analyser des espaces d’animation faits :

  • de situations où des individus et des groupes sont adaptés, adhérents, résistants ou critiques ;

  • de relations réciproques d’acceptation, de responsabilisation, de rejet ou d’évitement ;

  • d’espaces aménagés fonctionnels, participatifs, défensifs ou critiques.

8L’enjeu d’une animation médiatrice qui fait vivre une ville socioculturelle est celui d’une émancipation sociale qui repose sur une autonomisation des citoyens au sein d’espaces publics critiques. À l’opposé une animation qui entretient une adaptation sociale, comme seul effet d’un contrôle social, repose sur la neutralisation d’une urbanité de confrontation et des rapports sociaux sous-jacents. Le défi de la constitution d’une ville socioculturelle conduit les acteurs urbains, qui peuvent y contribuer, à de tels choix. Bordeaux est à la fois une ville romantique par les sociabilités que ses quartiers abritent, une ville éclatée par des inégalités socio-spatiales qui la traversent et ne devient une ville socioculturelle que si des aménageurs et des acteurs qui la transforment et « l’habitent », pas seulement ses résidents, s’y emploient. Par une approche de la dimension spatiale de l’animation des jeunes, relevant de la géographie urbaine et sociale, émerge la question du sens que les acteurs de la ville veulent donner à la vie sociale.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Richelle Jean-Luc (2009), « La ville socioculturelle en construction », Cahiers Ades, no 7, UMR ADES 5185, Pessac.

Richelle Jean-Luc (2005), « L’animation et ses contradictions comme analyseurs d’une identité plurielle », in Gillet Jean-Claude (dir.) (2005), L’Animation dans tous ses états (ou presque), Paris, L’Harmattan, p. 129-141.

Richelle Jean-Luc (1998), « Les équipements nomades dans l’espace social », Agora Débats Jeunesses, no 13, 3e trimestre, p. 49-60.

Bibliographie

Ascher François (1998), « La fin des quartiers ? » in Haumont Nicole (dir.), L’urbain dans tous ses états. Faire, vivre, dire la ville, Paris, L’Harmattan, coll. Habitats et sociétés, p. 183-201.

Augustin Jean-Pierre (1979), Espace social et loisirs organisés des jeunes : l’exemple de la commune de Bordeaux, Paris, Pédone.

Augustin Jean-Pierre (1991), Les Jeunes dans la ville : institutions de socialisation et différenciation spatiale dans la Communauté urbaine de Bordeaux, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux.

Augustin Jean-Pierre, Gillet Jean-Claude (2000), L’Animation professionnelle : histoire, acteurs, enjeux, Paris, L’Harmattan, coll. Débats Jeunesses.

Augustin Jean-Pierre (2008), « Bordeaux, la promotion symbolique de la ville par la culture », L’Observatoire, la revue des politiques culturelles, no 34, p. 31-34.

Authier Jean-Yves, Bacqué Marie-Hélène, Guérin-Pace France (dir.) (2007), Le quartier : enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, coll. Recherches, p. 206-216.

Di Méo Guy (2006), « Vivre la ville, vivre Bordeaux », Sud-Ouest Européen, no 22, p. 1-11.

Donzelot Jacques (2006), Quand la ville se défait : quelle politique face à la crise des banlieues ?, Paris, Seuil, coll. La couleur des idées.

Dorier-Apprill Élisabeth, Gervais-Lambony Philippe (coord.) (2007), Vies citadines, Paris, Belin, coll. Mappemonde.

Estèbe Philippe (2004), L’usage des quartiers : action publique et géographie dans la politique de la ville (1982-1999), Paris, L’Harmattan, coll. Logiques politiques.

Favory Michel (2004), « Les équipements culturels dans les dynamiques territoriales de l’agglomération bordelaise », in Augustin Jean-Pierre, Lefebvre Alain (dir.), Perspectives territoriales pour la culture, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme Aquitaine, p. 93-106.

Genestier Philippe (1999), « Le sortilège du quartier : quand le lieu est censé faire lien : cadre cognitif et catégorie d’action politique », Les Annales de la Recherche Urbaine, no 82, p. 142-153.

Gillet Jean-Claude (1995), Animation et animateurs : le sens de l’action, Paris, L’Harmattan, coll. Technologie de l’action sociale.

Godier Patrice, Tapie Guy (2004), Recomposer la ville : mutations bordelaises, Paris, L’Harmattan.

Godier Patrice, Sorbets Claude, Tapie Guy (dir.) (2009), Bordeaux métropole : un futur sans rupture, Marseille, Parenthèses, coll. La ville en train de se faire.

Paquot Thierry, Lussault Michel, Body-Gendrot Sophie (2000), La ville et l’urbain : l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Pearl Lydie (2003), « Bordeaux les deux rives : quelle(s) perspective(s) ? » in Baudry Patrick, Paquot Thierry, L’urbain et ses imaginaires, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme Aquitaine, p. 81-88.

Sechet Raymonde, Veschambre Vincent (dir.) (2006), Penser et faire la géographie sociale : contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Géographie sociale.

Tissot Sylvie (2007), L’État et les quartiers : genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil.

Victoire Émile (2007), Sociologie de Bordeaux, Paris, La Découverte, coll. Repères.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search