Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

La ville, le loisir, la culture

Femmes et sports : la ville en mouvement

Martine Reneaud

Texte intégral

1Amorcé à la fin des années 1960, le processus de rattrapage du retard historique des femmes en matière de pratique des activités physiques et sportives (APS) s’accélère. Cependant, qu’il s’agisse d’accès à ces pratiques dans le cadre d’une fédération sportive ou d’accès aux postes de décision aux divers niveaux des structures sportives ou en charge du sport, des obstacles culturels, sociaux, économiques et organisationnels perdurent. Par ailleurs, au-delà du fait que, très majoritairement, les femmes ne privilégient pas la dimension compétitive, leurs choix d’activités se différencient sensiblement de ceux des hommes. La question des lieux et des temps de pratique se pose alors avec insistance dans un contexte où la réflexion sur la conception des équipements, espaces et sites sportifs à construire, réhabiliter ou aménager, mais aussi sur les services dont ils sont le support, devient cruciale pour les communes et leurs groupements en raison de leur coût. L’État, depuis dix ans, impulse la politique nationale Femmes et sport en lien avec ses partenaires historiques, le Comité National Olympique et Sportif (CNOSF) et les fédérations, et avec le concours des collectivités territoriales. Les villes, parce qu’elles sont confrontées au concret aux attentes croissantes en matière de sport-loisirs et/ou de sport-santé, prennent et/ou accompagnent des initiatives dont les femmes ne peuvent que bénéficier, même lorsqu’elles n’en sont pas spécifiquement destinataires.

2Ce mouvement à l’œuvre à l’échelle de la ville est-il de nature à se substituer à une action publique nationale qui semble s’essouffler ?

Le bilan en demi-teinte de dix années d’action publique nationale « Femmes et Sport » (1998-2008)

3C’est en mars 1998 que les premières actions significatives de la structuration d’une politique nationale Femmes et Sport ont été engagées par Marie-George Buffet, ministre de la jeunesse et des sports. Auparavant, entre 1975 et 1984, Françoise Giroud, secrétaire d’État à la condition féminine (1976), puis Edwige Avice, ministre de la jeunesse et des sports (1982), avaient, de façon isolée et éphémère, inscrit les questions du sport féminin, puis plus généralement de la place des femmes dans le sport, sur l’agenda politique, sans que des mesures concrètes aient été prises par la suite.

4Clairement affirmée dans le double contexte de la préparation et du vote de la loi sur la parité en politique et de celle sur le sport, l’action conduite de façon volontariste par Marie-George Buffet entre 1998 et 2002 répondait à une triple approche. L’approche globale a consisté à prendre en considération toutes les dimensions de la problématique des relations femmes-activités physiques et sportives (APS) et à valoriser l’ensemble des aspects du développement et de la promotion du sport au féminin en prenant appui sur les propositions de dix groupes de travail, finalisées lors des Assises nationales Femmes et Sport en 1999. L’approche locale s’est traduite par une mobilisation des services déconcentrés de l’État, accompagnée de la désignation en leur sein d’un(e) correspondant(e) Femmes et sport. L’approche partenariale a conjugué démarche interministérielle et co-construction des actions avec le mouvement sportif et des collectivités territoriales novatrices, par la voie de contrats d’objectifs, de chartes, voire, en Aquitaine, du contrat de plan État-région. Simultanément, la féminisation de l’administration jeunesse et sports a été accélérée grâce au pouvoir de nomination exercé par la ministre. Parallèlement, le CNOSF, en créant en 2000 sa propre commission Femmes et sport, s’est impliqué notamment dans la formation des dirigeantes bénévoles.

5Si la dynamique Femmes et Sport a connu un fléchissement en 2003, quelques mois après la nomination de Jean-François Lamour au poste de ministre (absence de chargé(e) de mission, dilution de la thématique lors des États généraux du sport de décembre 2002), la continuité des politiques publiques et l’élan égalitaire, stimulé par l’intervention des groupes de pression féministes et l’attribution à la France de l’organisation de la 6e conférence du Réseau européen Femmes et Sport (de 2002 à 2004) ont conduit à un réajustement (avec notamment la nomination d’une femme au poste de directeur des sports au ministère), néanmoins assorti d’une réduction de l’affichage des interventions aux domaines de l’accès des femmes aux fonctions dirigeantes et du développement des pratiques des jeunes filles et des femmes dans les quartiers urbains sensibles, suite aux préconisations du rapport Deydier (2004). Au-delà de celles-ci, la territorialisation des actions de sensibilisation et de promotion se poursuit avec des intensités variables et des capacités d’innovation contrastées selon les types de configuration des jeux d’acteurs (et d’actrices).

6Le bilan de ces dix années de politique nationale apparaît en demi-teinte. Alors que la problématique Femmes et sport s’est incontestablement diffusée (même si elle en reste souvent au stade du discours), et que la féminisation des administrations centrale et déconcentrées est à l’œuvre, les résistances à l’accès des femmes aux postes de pouvoir aux échelons centraux des systèmes/appareils olympique et fédéral reproduisent celles des partis politiques, freinant de facto la stabilisation puis la généralisation d’actions innovantes réalisées par une partie des fédérations, et occultant les dynamiques locales liées aux logiques de développement territorial et aux effets de proximité.

7Tenter d’apprécier le changement en cours nécessite donc d’analyser l’articulation de cette action publique sectorielle et verticale avec la politique d’aménagement du territoire, qui, pendant et après la préparation du schéma de services collectifs du sport (1999-2002), a mobilisé des modes de raisonnement transversaux et globaux et mis l’accent sur l’accessibilité de toutes les catégories de population aux pratiques et aux équipements sportifs, ce qui a conduit à effectuer un recensement national de ceux-ci en 2005. Toutefois, au-delà du renouvellement des cadres nationaux d’intervention, ce sont bien les communes et leurs groupements, principaux propriétaires et gestionnaires des équipements, qui sont au cœur des débats, des décisions et des réalisations.

Femmes et APS dans la ville : le levier des équipements, espaces et sites sportifs, l’impératif de la participation aux décisions

8Dans un contexte de diversification incessante des pratiques physiques et sportives, de nombreux équipements, conçus pour répondre de manière standardisée aux besoins de la compétition ou de l’éducation physique scolaire, et le plus souvent saturés, ne garantissent ni l’égal accès aux activités, ni la prise en compte des dimensions loisirs, forme, santé, de plus en plus prisées par la majorité des pratiquants et notamment par les femmes, ni celle des modalités « féminines » d’expression corporelle telles que, par exemple, la danse et la gymnastique/aérobic.

9La conception des nouvelles piscines municipales ou de la réhabilitation des anciennes témoigne entre autres exemples de l’effort réalisé par les villes pour intégrer différenciation des pratiques et des publics, animation, sécurité, rayonnement. Par ailleurs le goût croissant pour les activités physiques de pleine nature conduit à transformer les espaces verts urbains et à adapter les rives des plans d’eau et les quais, tandis que l’essor de la pratique de la marche, du jogging, du vélo et du roller requiert des aménagements intramuros. L’offre de tels équipements et espaces contribue indéniablement au développement de pratiques « sportives » attractives pour les femmes. Encore faut-il résoudre le problème de leur disponibilité temporelle, particulièrement lorsqu’elles sont mères de jeunes enfants. Aussi la réflexion sur les services liés aux équipements, espaces et sites, et sur l’accessibilité géographique de ceux-ci est-elle indissociable de leur conception.

10Faciliter la pratique « sportive » non compétitive des femmes nécessite en effet d’intégrer trois dimensions : leur motivation personnelle, le temps « à soi » dont elles disposent, et leur participation aux APS dans le cadre des loisirs familiaux.

11S’agissant du premier aspect, plusieurs paramètres sont déterminants en termes non seulement d’accès, mais aussi de fidélisation, parmi lesquels l’adaptation des salles de sport aux pratiques « féminines », la qualité et le confort des espaces connexes (vestiaires, sanitaires, toilettes), la pertinence des horaires dédiés et un encadrement spécifiquement formé.

12Par ailleurs, les formules associant installations sportives et dispositifs de garde/crèche ou d’activités simultanées des enfants sur le même site constituent des réponses efficaces à la gestion des temps féminins.

13En outre l’unité de lieu et la polyvalence de l’offre d’activités physiques ou compétitives favorisent la participation effective des femmes aux pratiques familiales de loisirs.

14Enfin, la localisation et la desserte des équipements et sites ont une influence décisive sur leur fréquentation « tous publics ».

15Compte tenu des enjeux économiques et urbanistiques liés aux équipements, espaces et sites sportifs, la concertation avec leurs usagers actuels et potentiels s’impose en amont de la prise de décision des acteurs politiques locaux. Des formes renouvelées de consultation, notamment à l’échelle des quartiers, sont de plus en plus souvent mobilisées, en complément des échanges traditionnels avec les associations sportives. Dans le même temps la féminisation des conseils municipaux permet de constater que les besoins de la population féminine sont mieux relayés quantitativement et qualitativement. Enfin l’accès progressif de femmes, issues fréquemment du milieu sportif où elles ont fait preuve de capacités d’initiative et d’efficacité, au poste d’adjointe au maire, chargée des sports, contribue aussi à la transformation en profondeur des modes de pensée et d’action.

16Par ailleurs les villes, en assujettissant la répartition des subventions à des cahiers de charges précis, disposent du levier de la contractualisation avec les clubs sportifs pour valoriser et labelliser les modalités de pratiques et les services innovants qu’ils mettent en œuvre à destination de la population des jeunes filles et des femmes.

17L’objectif de l’égal accès des hommes et des femmes aux APS pose clairement à la ville (de plus en plus fréquemment dans le contexte intercommunal) la question des équipements, espaces, sites sportifs publics et de leurs fonctions. C’est à cet échelon de proximité que la différenciation des goûts sportifs et des modalités de pratique produit ses mouvements les plus visibles. Il revient aux élus locaux de créer les conditions d’équilibre entre le modèle compétitif puissamment symbolique et majoritairement masculin et le modèle sport-loisirs-santé caractérisé par la mixité, qui, de façon beaucoup plus discrète, contribue au changement urbain et à l’attractivité de la ville en renouvelant les infrastructures et les services qu’elle offre à ses habitants et à ses visiteurs.

18À l’échelon national, dix années d’actions Femmes et sport se traduisent actuellement par une banalisation du sujet, prélude possible de sa dilution dans des problématiques généralistes à un moment où la réorganisation territoriale du secrétariat d’État à la jeunesse, aux sports et à la vie associative peut faire craindre une réduction de ses interventions.

19En détenant la clé des équipements et en amplifiant le dialogue local, les villes et les intercommunalités ont la possibilité d’accompagner et de gérer les changements en cours.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Reneaud Martine, 2004, « La part des femmes dans les instances de direction du sport français : entre inertie globale et micro-innovations locales », in Conseil National des Activités Physiques et Sportives, Sport et innovations sociales. Rapport au parlement et au gouvernement, p. 71-72.

Reneaud Martine, 2003, « Femmes et sport en France : historique et synthèse autour de quatre ans d’action publique (1998-2002) », in Les femmes : un atout pour construire l’avenir du sport ?, Les Cahiers de l’Université sportive d’été, no 16, UNCU/USJSF, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 35-42.

Reneaud Martine, 1986, Les sports olympiques au féminin : pratiques et organisations locales. L’exemple de la commune de Bordeaux, Thèse de Doctorat STAPS, sous la direction du Professeur Jean Dumas, Université de Bordeaux 2.

Bibliographie

Amade-Escot Chantal et Salva Danièle (dir.) (2004), Femmes, sport et démocratie, Actes de la 6e Conférence européenne « Femmes et sport », Comité national olympique et sportif français/Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative.

Conseil Économique et Social (2007), Le sport au service de la vie sociale, Avis et rapports, rapport présenté par Leclercq André.

Conseil National des Activités Physiques et Sportives (2007), Rapport au parlement et au gouvernement portant sur : Urbanisme et sports de nature. Deydier Brigitte (2004), Femmes et Sports, Rapport, Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative.

Conseil National des Activités Physiques et Sportives (2001), Rapport au parlement et au gouvernement portant sur le développement des activités physiques et sportives.

DATAR, 2002, Schéma de services collectifs du sport.

La Lettre de l’Économie du Sport, no 846 (2007), « 48 % des sportifs sont des sportives ».

Loi du 6 juin 2000 tendant à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives.

Loi du 6 juillet 2000 modifiant la loi du 16 juillet 1984 relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives.

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative (2005), site Internet Recensement des équipements sportifs, espaces et sites de pratiques [En ligne]. Consulté en juin 2010. Disponibilité et accès : http://www.res.jeunesse-sports.gouv.fr

Ministère de la jeunesse et des sports (1999), Femmes et Sport, Actes des Assises nationales « Femmes et sport » des 29 et 30 mai 1999.

Muller Lara (2005), « Pratique sportive et activités culturelles vont souvent de pair », INSEE Première, no 1008, mars.

Sabbah Catherine, Vigneau François (2006), Les équipements sportifs, St Just-la-Pendue, Éditions Le Moniteur.

Stat-Info, no 07-05, (2007), « Les licences et les clubs des fédérations sportives agréées en 2006 », Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540