Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

La ville, le loisir, la culture

Pourquoi le sport est-il devenu un emblème des villes ?

Jean-Paul Callède

Texte intégral

1Cette question, parmi la cinquantaine posée à la ville pour cet ouvrage, mérite en effet quelque intérêt. S’il est des domaines – et des thèmes – qui ont permis de penser et d’agir sur la ville depuis plusieurs siècles, le « sport » n’est apparu sur le Vieux continent que dans la seconde moitié du xixe siècle, pour sa forme élitiste, et à partir des années 1880 pour les Athletics. On sait bien que le propre de la culture sportive des clubs est de favoriser un double processus par l’intermédiaire des équipes en lice : le renouvellement des identités collectives locales dans le cadre d’une confrontation pacifique avec d’autres « villes » prétendant s’imposer, au vu de tous, dans une compétition qui combine la prouesse sportive et le rayonnement de la localité.

2Depuis plus d’un siècle, donc, on peut considérer que les villes ont intensifié leurs échanges, et que le prétexte du « sport » n’a fait que « redoubler » des mécanismes de concurrence et d’affirmation identitaire qui s’observaient déjà dans la sphère commerciale, dans l’industrie, ou même au niveau de la modernisation de l’institution scolaire et universitaire contemporaine de l’essor des sports athlétiques : logique d’attraction des populations, éducation de la jeunesse, réseaux de coopération économique, relations suivies entre des villes et/ou des régions… Au fil des décennies, l’augmentation progressive du « temps libre » et le recul des obligations sociales (confessionnelles, syndicales ou autres) ont profité à la valorisation des sports. Ajoutons que l’importance des villes (leur vocation internationale, nationale ou simplement régionale, leur poids et leur dynamique démographiques, les fonctions servies et le bassin d’emploi qu’elles définissent, etc.) peut s’apprécier au niveau du cadre spatio-temporel qui vient d’être esquissé.

3Nous aborderons la question en faisant varier deux échelles de référence nécessairement liées : l’une étant d’ordre diachronique, l’autre relative à la distribution spatiale, sachant que le sport s’est d’abord imposé dans des métropoles avant de se diffuser au niveau des villes secondaires et des plus petites, selon une dynamique centre/périphérie. Et sans doute est-il bien difficile de démêler le pourquoi du comment en abordant le sport comme emblème des villes.

4Nous avons choisi d’envisager la question de l’emblématique urbaine en distinguant, pour les besoins de l’exposé, deux plans. D’abord le sport dans la ville, examiné sous l’angle des événements ponctuels, exceptionnels et bénéficiant d’un retentissement international. Ensuite le sport dans/de la ville, et tel qu’il s’inscrit durablement dans l’espace urbain de la Cité. L’hypothèse qui oriente l’approche proposée s’est focalisée sur le fragile équilibre qui s’observe, en matière de sport, entre les deux faces de la ville : la diffusion vers l’extérieur de l’emblème-signe de la ville et, à l’intérieur, la construction sociale de la pratique-emblème de la ville. Le « sport » opère comme une sorte de Janus medius moderne, articulant l’intra et l’extra muros. Toutefois, un doute peut s’installer lorsque la valeur du signe sportif ne coïncide pas avec le signe de la valeur urbaine. Sous cet angle, le sémiologue ne s’accordera pas nécessairement avec le sociologue. En effet, que vaudrait une Cité du Sport, promue à titre exceptionnel, qui ne serait pas en mesure de valoriser au quotidien le Sport dans la Cité ?

La vocation internationale des villes et l’emblématique sportive

5Évoquons quelques exemples significatifs pour en tirer des généralités et des éléments de réponse.

Les Expositions internationales, le sport et l’emblématique urbaine

6L’organisation de multiples Expositions internationales à Paris, à compter de celle de 1855, a pu stimuler la créativité française. Alliant internationalisme, nationalisme et chauvinisme (Isay, 1937, p. 15), ce type de manifestation a pu décliner les progrès accomplis par le génie français, par-delà les péripéties de la vie politique et la récurrence de la « question sociale » : 1855, 1867, 1878, 1889, 1900, 1937… En ces occasions, la réussite économique le partage avec l’excellence artistique et architecturale. Il importe cependant de souligner la place grandissante que va y tenir le « sport », à partir de l’Exposition de 1867. La construction nautique y est fort à l’honneur, sous la forme du yachting, et elle permet d’apprécier le savoir-faire national. Pour l’édition de 1878, le rapporteur officiel s’étonne d’ailleurs du peu de participants français. Dans le pays, un nouvel élan, au niveau de « la navigation de plaisance », se précise à partir de 1880, qui met d’ailleurs en valeur les chantiers bordelais. Pour cette ville portuaire, la périodisation de la « tradition prestigieuse » qu’est « la construction navale », magistralement analysée par Jean Dumas, s’accorde parfaitement avec celle des constructions à vocation de sport et d’agrément (Dumas, 1977, t. 1, p. 237-249). L’Exposition « du Centenaire », en 1889, marque le succès mitigé de la vélocipédie, qui va bientôt attirer tous les regards, et l’apparition discrète des sports athlétiques avec un concours organisé par les deux grands clubs parisiens : le Racing Club de France et le Stade Français. Celle de 1900 marque à la fois « le triomphe bruyant de la jeune automobile » et celui des Jeux olympiques modernes, dont le rénovateur est le baron Pierre de Coubertin. Deux manifestations postérieures : l’Exposition des Arts décoratifs de 1925 et l’Exposition coloniale de 1932, échappent à notre propos. En revanche, un peu plus tard, en 1937, à l’occasion de l’Exposition internationale (Arts et Techniques), Paris entend montrer au monde qu’elle contribue au rayonnement des arts, des sports et de l’éducation physique, un an après les Jeux olympiques de Berlin, de mauvais augure pour la paix en Europe.

7Récemment, bien des métropoles espagnoles ont su jouer une carte analogue, au sortir du franquisme, en prenant rang, au titre des démocraties, dans ces « compétitions » internationales. Barcelone a accueilli les Jeux olympiques en 1992, et Séville une Exposition universelle la même année. La ville de Valence a été préférée à Marseille pour le 32e défi de l’America Cup (2007). Saragosse a offert une remarquable Exposition internationale (2008). Et que dire de Pékin, qui annonce l’arrivée de la Chine dans le concert international et vient d’organiser la dernière édition des Jeux olympiques d’été (2008), de Shanghai qui accueille l’Exposition universelle (2010), ou de Shenzhen sui se prépare pour le 26e Universiade d’été (2011), sinon qu’il s’agit d’étapes dans le processus de modernisation politique, économique et culturelle d’une nation ?

Les villes organisatrices d’événements sportifs planétaires

8Le calendrier des grandes manifestations sportives internationales a acquis une spécificité propre (les jeux olympiques), multiple, en fonction des disciplines (principalement la Coupe du monde de football, récemment celle de rugby, etc.) tout en valorisant, au-delà des frontières nationales, l’ensemble de villes (et de stades) accueillant les diverses rencontres. Pour les villes organisatrices, les jeux olympiques, par exemple, constituent une véritable « vitrine » tandis que « c’est la relation entre les épreuves et le site olympique qui donne force aux jeux » (Augustin, Gillon, 2004, p. 125). Conjointement, l’accueil des jeux olympiques d’été s’inscrit dans un vaste processus de modernisation d’une métropole : équipements sportifs, hébergements, infrastructures urbanistiques et réseaux de communication. Ces transformations favorisent « l’expansion économique et la mutation du tissu social » (Augustin, Gillon, 2004, p. 133). Il importe cependant de vérifier en quoi ces mutations ne s’accompagnent pas de formes de relégation ou d’exclusion urbaine, et qu’au-delà de l’événement sportif d’exception, elles contribuent à une réappropriation de la ville et de ses services (dont le sport) par tous ses habitants.

Polémiques, échecs et enjeux symboliques sous-jacents

9Il peut arriver cependant que le programme olympique d’équipements sportifs grève le budget de la ville organisatrice pour plusieurs années et que la réutilisation des installations au quotidien ne soit pas aisée à mettre en place. Le cas de la ville de Montréal vient aussitôt à la mémoire. Pourtant, un examen attentif de la réalisation du programme montre des enjeux plus complexes : tout un travail de sape visant à décrédibiliser la fonction emblématique de Montréal, ville olympique, après avoir été le lieu de l’Exposition internationale de 1967 parfaitement réussie. « Le choix du concept de parc olympique fut parmi les décisions majeures de la ville de Montréal, maître d’ouvrage de la XXIe olympiade » (Taillibert, 2000, p. 15). Les retards dans la mise en œuvre du chantier s’éclairent. Il s’agissait pour les adversaires politiques de Jean Drapeau, maire de Montréal et initiateur des Jeux olympiques, d’affaiblir un grand édile. Ottawa ne jouait pas franc jeu avec Montréal. Une sorte de xénophobie se manifestait à l’encontre d’un architecte français imposant la technologie du béton précontraint, mal maîtrisée outre-Atlantique (Taillibert, 2000, p. 22). Selon l’architecte, une guerre de l’acier contre le béton fut déclarée… Dès lors, l’esprit olympique qui avait élu domicile à Montréal ravivait indirectement « le triptyque “francophone, francophobe, américanophile” » (Taillibert, 2000, p. 32). Grandir Montréal, c’était réduire le Canada… Certes, sur « Montréal 1976 », d’autres points de vue sont à considérer (Ohl, 1977, p. 185-265) mais il importe ici de noter l’importance de l’impact symbolique et emblématique du sport pour une ville organisatrice des J.O.

10De la même façon, les candidatures malheureuses et répétées de Paris pour accueillir les « Jeux » montrent bien le « vide » qui accompagne chaque verdict défavorable. Pour le maire de Paris, interrogé à la veille du vote, accueillir les jeux en 2012, ce serait « gagner vingt ans » dans le développement de la ville et de l’Île-de-France, tant les Jeux sont « de formidables accélérateurs de développement urbain » (Fradet, 2005).

11Cependant, les études qu’a suscitées le dernier échec en date montrent bien, indirectement, ce que sont certaines qualités « locales » (Issert et al., 2006 ; De Rendinger, 2006). On ne saurait négliger la « contingence » du contexte local. Celle-ci a pu en partie inciter des votants à ne pas opter pour Paris. Le président de la République française s’était montré des plus réservés quant à la politique internationale des États-Unis à propos de l’Irak. Les ministres des sports français sont tous intransigeants dans la lutte contre le dopage. En mars 2005, une manifestation syndicale (un « mouvement social ») avait eu lieu au milieu du séjour parisien de la dizaine d’examinateurs du C.I.O… Bref, la fonction emblématique de « Paris » ne cadre jamais bien avec la logique « consensuelle » affichée par les dignitaires du mouvement olympique.

Genèse et renouvellement des emblématiques sportives urbaines au quotidien

12Abordons la seconde perspective annoncée. Schématiquement, nous distinguerons trois âges du sport. À chacun d’eux, la question du sport en tant qu’emblème des villes se pose de façon spécifique.

Mobilisation des clubs, efficacité des dirigeants et expressions identitaires

13Les sports athlétiques, et en particulier les sports collectifs de grand terrain (football-rugby et football-association), ont permis de susciter une émulation entre Cités qui renouvelle l’expression emblématique des villes tout en la popularisant. La presse écrite s’en ait fait largement écho. Le Havre (avec Le Havre Athletic Club) pour le football, Bordeaux (avec le Stade Bordelais) pour le rugby vont contester la suprématie des clubs de la Capitale dès l’extrême fin du xixe siècle. Des dirigeants d’exception vont concrétiser des rêves de visionnaires… Ce mécanisme, qui s’inscrit dans une dynamique « centre/périphérie », est désormais lancé. Il est toujours aussi efficient aujourd’hui.

Mobilisation municipale, architectures sportives et emblématique urbaine

14Une longue période s’étend des élections municipales de 1925 à celles de mars 1977 et mars 1983, marquée par une initiative des maires – principalement les municipalités de gauche – qui s’engagent dans la réalisation de programmes d’équipement sportif et/ou culturel. On peut identifier plusieurs subdivisions : les politiques d’équipement sportif municipal (qui annoncent le Front populaire), la mise entre parenthèses de la République avec l’État de Vichy, le temps de la « Reconstruction », et le nouvel élan qui accompagne l’avènement de la Ve République.

15Les élections municipales de 1925 et les suivantes se caractérisent par une poussée de la gauche dans plusieurs villes dont la population comporte une part importante d’ouvriers. Des programmes d’équipements sportifs et culturels sont engagés, à l’initiative des nouvelles équipes municipales (Callède, 2007a). Gymnases, piscines, stades vont permettre de développer la pratique des sports. En outre, la monumentalité architecturale de certaines réalisations va contribuer à une promotion, voire une réhabilitation symbolique et emblématique de la ville (Callède, 2006).

16Rappelons un aspect important. « En 1945, la moitié seulement de la population vivait dans une agglomération urbaine » (Grafmeyer, 2003). Cependant, au tournant des années 1960, le poids démographique de la jeunesse, l’urbanisation rapide des banlieues et la valorisation de la culture sportive vont permettre aux villes de promouvoir leur identité en s’appuyant sur l’équipement sportif et/ou culturel (Callède, 1988). Actuellement, le processus acquiert une grande complexité, surtout en ville, sachant aussi que désormais, les citadins sont largement plus nombreux que les ruraux. « La proportion dépasse aujourd’hui 80 % » (Grafmeyer, 2003).

Mobilisations collectives, synergies et renouvellement des emblématiques urbaines

17S’agissant des deux ou trois dernières décennies, le sport-spectacle s’est imposé avec une force sans précédent, sous l’effet combiné de la médiatisation et des forces économiques, étroitement liées. Deux aspects sont à considérer. Le sport spectacle, et en particulier le football-spectacle, a occupé le devant de la scène médiatique pendant plusieurs saisons avec le « couple » Bernard Tapie-Claude Bez. Certes « l’OM », conformément à la vocation historique de Marseille, ville portuaire attractive, ouverte sur la Méditerranée, jouait parfaitement son rôle emblématique de ralliement de la diversité culturelle. Pour la capitale de l’Aquitaine, autrement portuaire, cet impératif ne pouvait opérer de même par le truchement des Girondins de Bordeaux F.C. D’ailleurs la forte emprise du rugby était là pour nous rappeler l’importance du terroir et de ses fiefs sportifs (Augustin et Garrigou, 1985 ; Callède, 2005). Pour autant, c’est bien sur une « crise du politique » (accroissement du chômage, stagnation économique, curieuse complicité entre le monde de la politique et celui du show-biz, etc.) que s’est imposée la culture du sport performance. En ces temps-là, l’emblème sportif des villes a pu sembler indexé sur la loi du marché. Le sport « professionnel » inventait « la coulisse de l’exploit, l’ensemble des décors que nécessite la pièce jouée par les sportifs », pour reprendre une formule de Jean Dumas. Le « marché du sport », c’est donc « un réseau social de non-nécessités apparentes et son champ s’inscrit ainsi dans la liaison, encore mal explorée, entrer les rationalités au moins partielles et les représentations, tant esthétiques qu’éthiques qui tendent à les modeler » (Dumas, 1995, p. 580). De métaphore de la compétition économique, le sport de compétition était devenu brusquement un palliatif à la récession économique, avec ses figures locales de dirigeants d’exception… bientôt rattrapés par « les affaires ».

18Un autre aspect, qui rétrospectivement peut être déchiffré en partie comme la conséquence du point précédent, c’était le risque de banalisation de la pratique sportive amateur, dans des associations animées par des bénévoles, et où se joue l’identité collective et l’appartenance à une ville.

19Les tenants du sport professionnel entendent représenter l’avenir du sport tout en jouant de l’effet d’image médiatique qui entoure les prouesses sportives d’un jour. Ce type de sport n’est jamais qu’une facette du sport, agitée un peu comme un miroir aux alouettes, et non sa totalité. Les critères d’attribution des subventions municipales s’en trouvent affectés. Le sport spectacle capte bien l’attention – et le besoin de rêver – mais le risque de développer une culture sportive « hors sol » guette. L’emblème-signe, qui intéresse le spectateur… et le sémiologue, tend à se distinguer de la pratique-emblème du lieu, qui intéresse le citadin actif et convivial, au quotidien, et contribue à sa « qualité de vie ». Une réalité à laquelle le sociologue est toujours attentif. Jean Dumas a pu attirer l’attention sur les « effets d’organisation et de pouvoir » conduisant tôt ou tard « à un éclatement en grands ensembles aux intérêts totalement séparés » (Dumas, 1987, p. 174). Il identifie deux axes possibles de fractures : la variable démographique et l’éclatement de la fonction identitaire, la diversité des contraintes et l’éclatement de la fonction éducative (Dumas, 1987, p. 174-177).

20Depuis quelque temps, la fonction emblématique du sport tend aussi à se décomposer sous l’effet de la multiplicité des disciplines sportives (des équipes et des clubs) qui entendent porter les espérances et l’identité de la ville. Toutefois, la réalité urbaine du sport est devenue composite et les trois âges du sport se superposent partiellement. De nouveaux clubs voient le jour, les municipalités construisent des équipements d’un nouveau genre ou procèdent à des aménagements pour de nouveaux sports, les arbitrages financiers pour le soutien à des projets sont parfois vifs. En outre, la démocratisation progressive de l’activité sportive ordinaire opère dans un sens spécifique. Le sport devient emblème de la ville sous l’angle de la qualité de l’environnement (installations sportives et espaces verts de proximité, réseaux cohérents de pistes cyclables en site propre, allées piétonnes, manifestations sportives ouvertes à tous…). Il en va de la « santé » de tout un chacun, aux différents âges de la vie. Cette tendance est appelée à s’accentuer (Haumont, 1998). Le sport devient également un levier d’action et un outil pédagogique non négligeable dans les « quartiers sensibles » des villes et des métropoles. L’enrichissement du lien social par les activités physiques, sportives et culturelles, et par l’engagement associatif, est d’ailleurs soutenu dans un programme cadre de l’Europe (URBAN, 2001 ; URBANZ/Unicités, 2003 ; opération 2007-2013).

21Pour conclure, on insistera sur deux aspects. Le premier constat qui s’impose, c’est bien que le sport, tout au long du xxe siècle, a joué un rôle important dans le renouvellement des identités collectives et des emblématiques urbaines. Aujourd’hui, cependant, en ce début du xxie siècle, les marqueurs emblématiques de type sportif paraissent plus difficiles à identifier. Ils ont longtemps matérialisé l’énergie collective du lieu : l’initiative associative, la capacité novatrice des élus municipaux et l’affirmation d’une certaine excellence sportive qui rejaillissait sur la ville et irriguait son image. Actuellement, au niveau événementiel, cette dynamique se perpétue mais au quotidien, la réussite d’une équipe de haut niveau (football, rugby, basket-ball…) n’est plus véritablement emblématique d’une ville, sauf à inscrire cette réussite dans une « logique » historique, une tradition sportive. En d’autres termes, et c’est le second aspect annoncé, l’image d’une ville est plus complexe. Cette emblématique s’appuie sur divers registres, parfois combinés, comme le dynamisme économique, la qualité du cadre de vie, la vocation culturelle et artistique, l’ouverture sur l’extérieur. Sous cet angle de vue, le « sport » occupe cependant une place non négligeable.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Callède Jean-Paul (2007b), « Réseaux d’équipements sportifs, innovation culturelle et fonctionnalité urbaine », Les logiques spatiales de l’innovation (xixe-xxe siècles), Histoire, Économie, Société, no 2, p. 75-85.

Callède Jean-Paul (2005), « Terres de rugby, identités locales et politiques municipales », dans Chovaux Olivier, Nuytens Williams (dir.), Rugby : un monde à part ? Énigmes et intrigues d’une culture atypique, Arras, Artois Presses Université, p. 15-32.

Callède Jean-Paul (2000), Les politiques sportives en France. Éléments de sociologie historique, Paris, Economica.

Bibliographie

Augustin Jean-Pierre, Garrigou Alain (1985), Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables, Bordeaux, Le Mascaret.

Augustin Jean-Pierre, Gillon Pascal (2004), L’Olympisme. Bilan et enjeux géopolitiques, Paris, Armand Colin.

Callède Jean-Paul (1988), « Le processus de développement des équipements sportifs et culturels. Dynamique spatiale et intégration du territoire », Revue Économique du Sud-Ouest, no 1, p. 41-66.

Callède, Jean-Paul (2006), « Les constructions sportives publiques dans les années 1920 et 1930 : logiques d’innovation, enjeux et conflits », dans Bouneau Christophe, Lung Yannick (dir.), Les territoires de l’innovation, espaces de conflits, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 117-137.

Callède Jean-Paul (2007a), « Maires et ministres entreprenants : l’invention des politiques publiques du sport (1918-1939) », dans Tétart Philippe (dir.), Histoire du sport en France (2 tomes), Paris, Vuibert, t. 1, p. 155-182 et p. 419-422.

Dumas Jean (1980), Les Activités industrielles dans la communauté urbaine de Bordeaux. Étude de géographie économique et socio-politique, Bordeaux, éd. Bière, 2 tomes.

Dumas Jean (1987), « Institution sportive et jeu du pouvoir », dans Société Française de Sociologie du Sport, Sport et changement social, actes des premières journées d’études, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 171-178.

Dumas Jean (1995), « Le sport saisi par le marché », dans Sport, relations sociales et action collective, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 579-580.

Fradet Michel (2005), « Paris 2012 a la flamme », Sud Ouest Dimanche, 6 mars, p. 10-11.

Grafmeyer Yves (2003), « La ville en sociologie », dans Berthelot Jean-Michel, La sociologie française contemporaine, Paris, PUF, p. 173-184.

Haumont Antoine (1998), « Le sport post-moderne dans les villes des États-Unis », Sports en ville, Les Annales de la Recherche Urbaine, Plan Urbanisme Construction Architecture, n ° 79, p. 23-32.

Isay Raymond (1937), Panorama des Expositions universelles, Paris, Gallimard.

Issert Patrick, Lunzenfichter Alain (2006), Malheureux aux Jeux. Paris 1992, 2008, 2012, Paris, éd. Prolongations.

Ohl Paul E. (1977), La guerre olympique, Paris, Laffont.

Rendinger Armand de (2006), Jeux perdus. Paris 2012, pari gâché, Paris, Fayard.

Taillibert Roger (2000), « Notre cher Stade olympique ». Lettres posthumes à mon ami Drapeau, Montréal, Paris, Stanké.

Union européenne/Commission européenne, Partenariat avec les villes. L’initiative communautaire URBAN, 2003 (rapport multigr.).

University Sports Magazine, « Chinese Excellence/L’excellence chinoise. Universiade Shenzhen 2011 », Bulletin of the International University Sports Federation, may 2010, p. 36-43.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search