Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

La ville n'est pas seulement économie

Solidarités urbaines et démocratie partisane

Jean Petaux

Texte intégral

  • 1 Source site Internet du ministère de l’Intérieur. Rubrique « élections présidentielles 2007 » : LEM (...)

1Faire et défaire de la politique, au plus près des citoyens, en démocratie, c’est, au quotidien, appliquer sans même la connaître nécessairement la définition wébérienne de l’acteur politique : « vivre pour la politique et de la politique ». Dans la réalité des faits, la première leçon que l’on peut tirer d’une analyse des 500 000 élus locaux français, tous mandats confondus, c’est l’extrême diversité des contextes et la grande homogénéité des situations. Pour un même type de mandat, en considérant les 36 783 maires français, le constat est renforcé. Qu’ont donc en commun le maire de la plus petite commune de France, grande comme la place de l’Étoile, Castelmoron d’Albret, en Gironde, dont la superficie est de 3,57 hectares, celui de Saint-Germain-de-Pasquier, dans l’Eure, dont « l’hôtel de ville » occupe 7,83 m2, et le premier magistrat d’Arles, dont le territoire municipal de 759 km2 est grand comme Paris et les trois départements de la petite couronne (127 communes) ou du Territoire de Belfort (102 communes) ? Le maire de Leménil-Mitry, en Meurthe-et-Moselle, qui comptait 4 inscrits dans sa commune aux présidentielles de 2002 et 8 à celles de 20071 est-il comparable au maire de Nantes ou à celui de Toulouse ? En apparence tout les distingue, en fait l’essentiel les réunit. Des compétences juridiquement semblables, une responsabilité personnelle, civile et politique susceptible d’être pareillement recherchée, un statut social particulier, au regard des autres concitoyens, mais aussi une représentation identique faite de symboles communs (l’écharpe, le fauteuil de maire, la charge d’officier de police judiciaire, etc.) : autant de marques de la République qui font que lorsque le maire dit : « Voulez-vous prendre pour époux… ? », comme le souligne John L. Austin (1998), il fait de ses paroles un acte…

2Et puis il est existe une autre dimension concourant considérablement à l’homologie structurale et qui prévaut dans le « métier » de maire ou, plus globalement, d’élu local. Dans les villes, bien plus nettement qu’en zone rurale, les partis politiques, avec leurs solidarités et leurs réseaux, fonctionnent comme de véritables machines à sélectionner les représentants électoraux. En témoigne l’étude que nous avons conduite à partir des résultats des élections municipales de 2008, sur l’ensemble du département de la Gironde, et dont nous reprenons ici les grands traits. Dans un des départements français où le nombre de communes est particulièrement élevé (542), il est pertinent d’analyser la démographie mayorale pour en tirer quelques enseignements.

Le territoire urbain : terre de prédilection des partis

  • 2 Sans nous préoccuper de la définition démographique et géographique de la ville (nous n’avons aucun (...)

3La Gironde compte 542 communes. 64 d’entre elles ont plus de 3 500 habitants (11,80 %) et 478 en ont moins (88,20 %)2. Du point de vue de la démographie, la situation est, évidemment, totalement inversée : 965 240 habitants vivent dans les villes de plus de 3 500 habitants (71,09 %) et 392 520 habitent dans des communes de moins de 3 500 habitants (28,91 %).

4Sur l’ensemble du département de la Gironde, on compte 456 maires de sexe masculin (84,14 %) pour 86 femmes « premières magistrates » (15,86 %). Cette proportion de femmes, supérieure à la statistique nationale (11,5 % après les municipales de 2008), baisse, en Gironde, dès lors que l’on considère seulement les « maires des villes » (population supérieure à 3 500 habitants). Le tableau ci-dessous, montre, en détail la sex-ratio et la différenciation partisane de ce dernier :

Tableau 1 – Maires de Gironde | 2008 | Répartition Hommes/Femme | Communes> 3 500 hab.

Tableau 1 – Maires de Gironde | 2008 | Répartition Hommes/Femme | Communes> 3 500 hab.
  • 3 En Gironde, le « doyen » des maires, en juin 2008, est M. Pierre Barrau, maire PS de Porchères (900 (...)

5La prime aux « sortants », traditionnelle en matière d’élections municipales, joue pleinement en Gironde. Parmi les 64 maires identifiés, 71,87 % d’entre eux (soit 46) ont été élus avant 2008 et réélus lors de cette dernière consultation. Pour l’ensemble de la Gironde ce chiffre est nettement inférieur puisque seuls 65,43 % des maires ont été réélus en 2008. Les trois maires de villes girondines les plus anciennement élus sont Pierre Ducout (maire de Cestas, PS, élu en 1972), Michel Sainte-Marie (député-maire de Mérignac, PS, élu en 1974) et Philippe Pérusat (maire d’Andernos, UMP, élu en 1974). Le hasard fait que ces trois édiles ont été portés au fauteuil de maire entre deux élections municipales (1971 et 1977)3.

6La partisanisation de la vie politique locale est manifeste quand on compare les 64 communes girondines de plus de 3 500 habitants à la totalité des 542 communes de ce département.

Tableau 2 – Maires de Gironde | 2008 | Appartenance partisane | Communes> 3 500 hab.

  • 4 Compte tenu de la situation politique locale et comme le seul maire MODEM recensé parmi les 64 comm (...)

Étiquette politique

Nombre

 %

Apparenté PS

2

3,13

Apparenté UMP

2

3,13

CPNT

0

0,00

MODEM

1

1,56

PCF

0

0,00

PS

33

51,56

SE

11

17,19

UMP

14

21,88

Verts

1

1,56

TOTAL 33

64

100

Total Gauche

36

56,25

Total Droite4

17

26,56

Total sans étiquette

11

17,19

7En comparaison avec l’ensemble du département, la part des maires « sans étiquette » est totalement inversée : 380 maires sur 542 refusent d’être « classés » politiquement et se déclarent « sans étiquette » (69,92 %) contre 113 (21,03 %) affichant leur appartenance à la Gauche et 49 (9,05 %) à la Droite. On constate très nettement, d’une part l’ancrage à gauche de la Gironde mais, au sein même de cette dimension, le poids considérable du Parti socialiste dans les villes (33 maires sur 36), confirmation étant donnée ici des excellents résultats que cette formation politique rencontre dans d’autres élections, au Conseil général tout particulièrement. Ainsi se confirme l’importance de la dimension partisane dans la démocratie locale, dès lors que l’on se concentre sur des territoires urbanisés.

8D’autres données pourraient être présentées dans cette contribution (âge, profil socio-professionnel des maires, etc.). Faute de place et parce que ces informations nécessiteraient une série de commentaires détaillés sur les réseaux et les solidarités constitués par l’activité professionnelle des élus, on se contentera d’indiquer que la part des maires retraités et sans profession est de 37,5 % dans les communes de plus de 3 500 habitants en Gironde quand elle atteint 43,31 % sur l’ensemble des 542 communes du département (40,7 % en France métropolitaine).

Réseaux de villes et solidarités partisanes

  • 5 En ce sens on recommandera un examen tout particulier de la COBAS (Communauté d’agglomération du Ba (...)

9La prise en compte du processus de l’intercommunalité dans la construction de réseaux de villes et leur compréhension à l’aune des jeux partisans est une question de recherche passionnante. La Gironde, en tant qu’exemple, permet une analyse diachronique et synchronique puisque l’expérience de la Communauté urbaine de Bordeaux, depuis 1967, offre au chercheur un excellent terrain d’études ouvrant le champ à la comparaison avec d’autres situations de coopération intercommunales bien plus récentes, en zone rurale ou en zone nouvellement urbanisée5.

  • 6 Certains avec une grande longévité : Michel Sainte-Marie (1971-1979), Alain Anziani (1994-2008 – un (...)
  • 7 Ainsi Alain Rousset, directeur de cabinet d’André Labarrère au Conseil régional d’Aquitaine, avant (...)
  • 8 Cf. la situation au Bouscat, depuis 2008, dans le conflit opposant le maire Bobet (UMP) à l’un de s (...)

10Contentons-nous ici de formuler quelques propositions qui n’ont pas d’autre ambition que d’être soumises à la discussion critique. La première réflexion qui peut être établie concerne le rôle des partis politiques. Par exemple, si l’organisation fédérale du Parti socialiste, en Gironde, est importante, il serait parfaitement excessif de la considérer comme centrale. En témoignent l’histoire et la situation actuelle de cet appareil partisan. Depuis 1971, une dizaine de premiers secrétaires fédéraux ont présidé aux destinées départementales du PS en Gironde6 et si leur trajectoire politique intègre évidemment leur passage par la direction départementale, cette dimension ne saurait être qu’une variable structurante parmi d’autres. Certains « grands élus » socialistes girondins ne sont jamais passés par la case « appareil fédéral », ce qui ne les a pas empêchés d’acquérir une position dominante (voire plusieurs) sur l’une des scènes politiques locales. Tel est le cas de Philippe Madrelle, président du Conseil général de la Gironde et, un temps, de la Région Aquitaine, qui privilégia plutôt le choix d’un proche à la tête du PS girondin à une stratégie de contrôle direct ; tel est le cas aussi d’Alain Rousset, actuel président du Conseil régional voire de Vincent Feltesse, maire de Blanquefort depuis 2001 et président de la CUB depuis 2007. Pour ces deux derniers exemples, ce qui a compté manifestement dans le lancement de leur carrière politique locale réside beaucoup plus dans ce que Pierre Sadran (1992) a défini comme le « cumul en grappe » jusqu’à ce que l’acteur politique se distingue du groupe, s’individualise et atteigne son « orbite » à la faveur d’une élection où il aura pu concourir pour son propre compte7. La solidarité partisane n’est pas une spécificité socialiste. Elle joue tout autant à l’UMP et chez les centristes de l’UDF maintenue devenue MODEM. Encore ne faut-il pas en hypertrophier les effets. Là encore, dans ces formations, les querelles et luttes fractionnelles jouent pleinement8.

11Au-delà de cette première solidarité partisane, relative, la deuxième proposition que l’on peut formuler est qu’il est possible d’identifier une solidarité d’un autre type : une solidarité de voisinage, urbaine, pouvant chevaucher ou recouvrir la solidarité partisane et apparemment idéologique. C’est le propre de la coopération intercommunale que de transcender les clivages politiques jusqu’à, parfois, les faire temporairement disparaître. Si l’histoire politique de la Communauté urbaine de Bordeaux a été ainsi ponctuée de ces « non-agressions » réciproques à l’occasion de consultations électorales locales, elle est loin d’être une exception. On sait combien, en Gironde, les affinités personnelles peuvent jouer, dans telle ou telle élection au « second degré ». Ces situations, toujours très particulières dans leurs configurations, où, contre « l’arithmétique électorale », le candidat, sur le papier minoritaire, sort vainqueur du secret de l’isoloir, ponctuent régulièrement la vie politique locale. Elles ne constituent, en rien, un tropisme local, mais ont le mérite d’agiter les élites politiques locales avant l’élection (paranoïa, mise en place de dispositifs de surveillance mutuelle des « grands électeurs », etc.) et surtout après (recherche du ou des « traîtres », explications ex post, mise en intrigue du ou des complots, renforcement de la geste politique locale, états d’âme, mises en cause plus ou moins discrètes, démentis divers et variés, etc.).

  • 9 On citera ici le « Grand Projet de Ville » sur la rive droite de la Garonne où Bassens, Lormont, Ce (...)
  • 10 Même si l’affaire a fait « long feu », la candidature de Bordeaux comme capitale européenne de la c (...)

12Il reste une dernière forme de solidarité urbaine, celle qui repose sur la relation à l’État ou à ses représentants. La complexité des financements croisés et la compétence générale accordée à telle ou telle collectivité locale amène désormais les élus locaux à travailler de plus en plus en synergie, associant leurs moyens avec d’autant plus de nécessité que l’État multiplie les retraits et cherche, constamment, à « refiler le mistigri » des financements aux collectivités territoriales. Le développement de grands projets structurants sur l’agglomération bordelaise a ainsi amené non seulement certaines villes, pourtant dirigées par des équipes politiques différentes, à travailler ensemble9. Il a aussi nécessité une mise en commun des moyens, entre différents échelons territoriaux10.

13Ainsi, dans une perspective dynamique, peut-on dire, en conclusion, que si les partis politiques demeurent les acteurs essentiels de la démocratie locale en zone urbaine, aussi bien dans le processus de sélection des équipes concurrentes et des élites locales que dans la gestion des collectivités elles-mêmes, il existe d’autres formes plus ou moins attestées et affichées de solidarités que la seule approche institutionnelle ne saurait comprendre. Pour en saisir la complexité il convient certainement de privilégier une démarche de nature plus structurale et anthropologique.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Petaux Jean, « La métaphore et le processus. Genèse et réalité contemporaine du parachutage électoral », in Dolez Bernard et Hastings Michel (2003), Le parachutage politique, Paris, L’Harmattan, Logiques politiques.

Petaux Jean (dir.) (2001), Les Maîtres du Sud-Ouest, Paris, Golias.

Petaux Jean (1983), Le changement politique dans le gouvernement local, Paris, Pedone.

Bibliographie

Austin John L. (1998), Quand dire c’est faire, Paris, Point Seuil.

Sadran Pierre (1992), Le système administratif français, Paris, Montchrestien, Clefs.

Notes

1 Source site Internet du ministère de l’Intérieur. Rubrique « élections présidentielles 2007 » : LEMÉNIL-MITRY, Inscrits : 8 ; Votants : 8 ; Exprimés : 8. SARKOZY : 8 voix (100 % des suffrages exprimés). Résultats identiques pour les 2 tours. Si cette commune compte 8 inscrits sur les listes électorales en 2007, le recensement de la population en 1990 donne 2 habitants, celui de 1999 relève le même nombre et la population recensée en 2006 était de 3 habitants (source INSEE). Le maire de Leménil-Mitry se nomme Henri de Mitry et est élu depuis 1977. Aux élections municipales de 2008, les 9 conseillers municipaux de Leménil-Mitry ont été élus à l’unanimité des 8 électeurs inscrits. Au sein du Conseil municipal, 5 élus (dont le maire) portent le patronyme de Mitry.

2 Sans nous préoccuper de la définition démographique et géographique de la ville (nous n’avons aucune qualité et compétence dans ces deux domaines), nous avons retenu le seuil de 3 500 habitants pour notre étude (chiffres 2006) tout simplement parce qu’il constitue le niveau au-delà duquel le mode de scrutin électoral change aux élections municipales. Au-dessus de cette barre les candidats doivent se présenter sur une liste, celle-ci est bloquée, sans panachage ni rature possible et la liste qui emporte l’élection obtient une « prime majoritaire » équivalant à la moitié des sièges à pourvoir, l’autre moitié étant répartie à la proportionnelle à la plus forte moyenne. En 2008, la situation de la ville de Créon, en Gironde, qui a franchi le seuil des 3 500 habitants, est un cas d’étude tout à fait intéressant pour mesurer le degré d’information civique des électeurs et les effets que le changement de mode de scrutin a provoqués.
Les données rassemblées proviennent de l’Annuaire des maires de Gironde (journal Sud Ouest) établi à partir des données préfectorales, après la désignation de l’ensemble des maires consécutivement aux municipales 2008. Certaines informations recueillies dans cet Annuaire proviennent des élus eux-mêmes, en particulier leur « appartenance politique ».

3 En Gironde, le « doyen » des maires, en juin 2008, est M. Pierre Barrau, maire PS de Porchères (900 habitants), dans le canton de Coutras. Âgé de 80 ans lors de sa réélection, M. Barrau est devenu maire de sa commune en 1961.

4 Compte tenu de la situation politique locale et comme le seul maire MODEM recensé parmi les 64 communes considérées est celui de Talence (Alain Cazabonne) qui s’est présenté à la tête d’une liste d’union (MODEM, UMP, société civile), le « total Droite » rassemble les maires UMP, apparentés UMP et MODEM. Cette remarque vaut également pour la ligne « total Gauche » puisque le seul Vert élu est Noël Mamère (Bègles) à la tête d’une liste dans laquelle figurent des membres du Parti socialiste.

5 En ce sens on recommandera un examen tout particulier de la COBAS (Communauté d’agglomération du Bassin d’Arachon Sud) par exemple ou bien celui de la communauté d’agglomération se mettant en place autour de la ville de Libourne.

6 Certains avec une grande longévité : Michel Sainte-Marie (1971-1979), Alain Anziani (1994-2008 – un record depuis 1945), d’autres, très peu de temps : Marc Bœuf (1979-1980), Pierre Lalumière (1980-1981), Claude Barande (1989-1990). Le cursus honorum politique n’est pas associé à la longévité à la tête de l’appareil fédéral. Ainsi, l’un de ceux ayant le plus « duré » à ce poste, Alain Pons (1981-1986), proche de Philippe Madrelle, n’a eu, comme seul mandat, que celui de maire de Teuillac dans le canton de Bourg-sur-Gironde (700 habitants en 1982). De la même manière, Alain Anziani, en dépit de la longueur de son mandat de Premier secrétaire fédéral (14 ans) n’a transformé qu’en octobre 2008 son investissement partisan en devenant sénateur de la Gironde, non sans difficulté d’ailleurs puisqu’il lui a fallu sortir vainqueur d’un duel feutré mais très sévère avec Philippe Madrelle qui souhaitait la réélection au Sénat du sortant, son ami Bernard Dussaut… À l’inverse Marc Bœuf a été élu au Sénat en 1980, un an seulement après son arrivée la tête de la Fédération girondine, à la faveur du Congrès de Metz lorsque Michel Sainte-Marie, signataire de la motion B, s’est retrouvé dans la minorité rocardo-mauroyiste et a du laisser sa place à un signataire de la motion A, mitterrandiste.

7 Ainsi Alain Rousset, directeur de cabinet d’André Labarrère au Conseil régional d’Aquitaine, avant 1981, puis de Philippe Madrelle, de 1981 à 1985, a-t-il entamé sa véritable carrière politique locale en Gironde par une élection au Conseil général de la Gironde en 1988 et sa victoire à la tête de la liste d’Union de la Gauche, à Pessac en 1989. Sa proximité à Philippe Madrelle, lui a, à l’évidence, permis de « tenter sa chance » dans la compétition électorale. De mêmes Vincent Feltesse, chargé de mission auprès d’Alain Rousset, vice-président du Conseil général de Gironde, puis directeur de cabinet du même Alain Rousset après son élection à la présidence de la Région Aquitaine, en 1998, s’engage-t-il dans la conquête du trophée municipal à Blanquefort en 2001. Dans les deux cas, l’erreur majeure serait de considérer que ces deux personnalités politiques se sont présentées, l’une et l’autre, dans « deux bourgs pourris » gagnés d’avance. Bien au contraire. Alain Rousset a gagné Pessac en 1989 contre le maire sortant, RPR, redoutable combattant, Jean-Claude Dalbos ; Vincent Feltesse a conquis Blanquefort, commune gérée par la droite depuis plus de 30 ans. Ce qui doit être retenu c’est que leur candidature a pu s’imposer aux autres prétendants locaux parce qu’ils disposaient des ressources suffisantes à la réussite de leur parachutage partisan, dans la section territoriale, du fait de leur appartenance à une des « familles » du Parti socialiste et de leur parrainage par un des grands élus.

8 Cf. la situation au Bouscat, depuis 2008, dans le conflit opposant le maire Bobet (UMP) à l’un de ses colistiers Asseray (MODEM) avec les répercussions à l’intérieur même du MODEM entre les « anciens » (équipe Cazabonne) et les « néos » (Asseray, Fayet). Même chose, évidemment, à l’UMP pour les élections sénatoriales d’octobre 2008 (conflit Gérard César vs Hugues Martin) ou encore en décembre 2008 lors de l’élection législative partielle sur la 8e circonscription entre Marie-Hélène des Egaulx et Yves Foulon où la député démissionnaire – élue au Sénat – n’a soutenu que du bout des lèvres le maire d’Arcachon, au point que, tel le héros de Corneille, moderne Horace, François Deluga, va être élu député, retrouvant ainsi le siège qu’il occupa de 1997 à 2002.

9 On citera ici le « Grand Projet de Ville » sur la rive droite de la Garonne où Bassens, Lormont, Cenon et Floirac acceptent de travailler avec Bordeaux et où la constitution d’une zone franche sur la rive droite de la Garonne renforce nettement les liens entre ces communes, La Bastide faisant figure désormais de tête de pont avancée de Bordeaux auprès de ses voisines, lesquelles trouvent d’ailleurs l’occasion de travailler ensemble, quand une compétition « coutumière » a toujours créé, entre elles, une certaine émulation (relations Cenon – Lormont…). De cet état d’esprit solidaire entre villes de la rive droite, on a eu un autre exemple avec le choix de la ville de Floirac pour l’implantation de l’Arena (Zénith « à la bordelaise ») bénéficiant du soutien du maire de Bordeaux, Alain Juppé, qui a pesé de tout son poids politique pour que le dossier puisse être adopté à la CUB, en juillet 2008.

10 Même si l’affaire a fait « long feu », la candidature de Bordeaux comme capitale européenne de la culture en 2013 demeure un exemple de cette mise en commun de moyens… Encore que, une fois connu le choix en faveur de Marseille, certains élus socialistes, et non des moindres, n’ont pas caché, en privé, leur satisfaction de voir la candidature de Bordeaux rejetée. Manière de dire, quand même, que la solidarité urbaine et le « girondinisme » ont leurs limites…

Auteur

HDR Science politique – Sciences Po Bordeaux

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search