Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

La ville n'est pas seulement économie

Marquet, Chaban, Juppé, trois politiques culturelles à Bordeaux

Françoise Taliano-Des Garets

Texte intégral

1Bordeaux : ses quais, ses façades du xviiie siècle, un miroir d’eau pour se contempler, telle est la ville qui a été officiellement reconnue patrimoine mondial de l’Unesco en 2007. Cette ligne d’immeubles en pierre épousant la courbe de la Garonne, autrefois première vision que le voyageur qui remontait le fleuve en bateau avait de la cité girondine, est bien encore aujourd’hui ce qu’elle veut donner à voir d’elle-même. Progressivement délaissés par l’activité fluviale depuis le Siècle d’or, ces espaces qui longent le Port de la Lune ont fait l’objet de toutes les attentions à partir de la deuxième moitié de la décennie 1990. La réhabilitation pressentie par Jacques Chaban-Delmas à la fin de son dernier mandat n’a d’abord pas été suivie d’effet. Il a fallu attendre l’arrivée d’Alain Juppé et la décision d’une refonte générale du paysage urbain autour d’un tramway pour voir se concrétiser une telle ambition. Par là-même, Bordeaux a remis en valeur ses richesses patrimoniales et s’est engagée sur la voie des cités qui misent sur la culture, ici le patrimoine, en tant que moteur potentiel de développement. À travers l’histoire de ces espaces réhabilités, vitrine internationale prestigieuse, on mesure le poids du passé autant que l’aptitude des hommes à le cultiver. La ville de Bordeaux par l’intermédiaire de ses édiles a perçu à diverses époques l’enjeu culturel. Bordeaux retient les noms de trois maires d’envergure nationale reconduits à plusieurs reprises par le suffrage universel dans leur fonction. Adrien Marquet fut maire de 1925 à 1944, Jacques Chaban-Delmas de 1947 à 1995. Alain Juppé entré au palais Rohan en 1995 poursuit son troisième mandat. Alors que l’intervention publique dans la culture en France fait figure d’exception, on a parfois tendance à oublier qu’elle a mis du temps à s’imposer. Bordeaux se signale en la matière comme une ville précoce. Quelles sont les motivations qui ont poussé les maires à s’intéresser au domaine de la culture et quels secteurs ont attiré leur attention ? Les mobiles ont-ils été idéologiques, électoralistes, économiques, esthétiques ? À partir d’une plongée dans le temps entre 1925 et nos jours, trois interrogations principales s’imposent à nous. Y a-t-il eu des ruptures dans le temps, des tournants historiques dans cette évolution ? Peut-on trouver des similitudes entre ces maires malgré des contextes historiques différents ? Y a-t-il une spécificité bordelaise en matière de politique culturelle ?

Adrien Marquet, bâtisseur, gestionnaire et collaborateur (1925-1944)

  • 1 Nous renvoyons ici à Hubert Bonin, Bernard Lachaise, Françoise Taliano-des Garets, Adrien Marquet, (...)

2La période Marquet passionne encore les esprits par les silences qui ont longtemps pesé sur elle, les vérités cachées qui commencent à être divulguées1. Par-dessus tout elle pose question en raison de la dérive politique de ce maire SFIO, converti au néo-socialisme, puis ministre de l’intérieur du premier gouvernement Pétain et in fine collaborateur. La césure de la guerre semble offrir au jugement commun deux personnages, le Marquet d’avant 1940 qui aurait embelli sa ville, rationalisé sa gestion et celui qui a opté idéologiquement et dans sa politique municipale pour l’Occupant. Pourtant la période Marquet mérite d’être envisagée dans sa globalité de manière à mieux saisir les éléments explicatifs de cette dérive. On est tout d’abord frappé par le volontarisme municipal qui s’exprime à Bordeaux dès les années 1920, ce qui permet de répondre par l’affirmative au questionnement fréquent des historiens ou des politologues qui s’interrogent sur l’existence d’une politique culturelle, qui plus est municipale, avant la création d’un ministère de la Culture en 1959. On retiendra à Bordeaux l’important travail de rationalisation ainsi que les progrès constants de la municipalisation du secteur culturel. Les enjeux idéologiques et politiques qui ont motivé l’action méritent enfin un examen particulier.

  • 2 Conseil municipal de Bordeaux, 17 mai 1925.
  • 3 Conseil municipal de Bordeaux, 2 juillet 1926.
  • 4 La Petite Gironde, 10 avril 1934.

3Le volontarisme municipal d’Adrien Marquet s’est tourné aussi bien vers le patrimoine que vers la modernité. Cet admirateur de l’intendant Tourny, amateur d’art à ses heures, a exprimé lors de son discours d’investiture le double défi qu’il entendait relever dans le domaine culturel : « sauvegarder le patrimoine municipal » et « restaurer les talents »2. La première orientation semble aller de soi dans une cité qui cultive la nostalgie de son âge d’or, le xviiie siècle, et quand l’on sait que le patrimoine est aussi l’un des secteurs les plus anciennement pris en considération par les politiques culturelles nationales. Le Grand Théâtre fait donc l’objet de travaux réguliers de restauration associant la ville et l’État. Il en va de même pour les édifices religieux. On mentionnera également le choix de sauvegarder dans son emplacement originel la Porte Dijeaux qui s’avère peu propice à la circulation automobile. Ou encore la participation directe du maire dans la restauration des portiques du Jardin public et des terrasses. Le patrimoine ne se limite d’ailleurs pas aux seuls monuments dans l’esprit de la municipalité, préoccupée de sauver de la dispersion les œuvres contenues dans la bibliothèque de Montesquieu en 1926, au nom de « l’accès de tous et non de quelques privilégiés de la fortune au patrimoine de l’humanité3 », ou d’acquérir les manuscrits du baron de La Brède. Si le patrimoine est ainsi transmis aux générations futures, le maire entend bien laisser sa marque dans le paysage bordelais. La ville pendant les années 1930 connaît des transformations considérables et l’empreinte de Marquet, souvent peu mise en avant en raison du caractère problématique des choix politiques du personnage, est significative. Son plan de grands travaux laisse au soin de l’architecte Raoul Jourde la construction d’une régie municipale du gaz et de l’électricité en plein cœur historique de Bordeaux dont la tour en béton effraie ceux qui considèrent qu’il s’agit là d’un projet à l’américaine qui « détrône l’ordre classique4 ». Un nouveau stade au parc de Lescure s’inspire des stades les plus avant-gardistes de l’époque, notamment de modèles italiens. La structure des gradins très audacieuse n’exclut pas cependant la touche néoclassique de l’architecte en chef de la ville, Jacques d’Welles, dans la cour d’honneur et les vases monumentaux du céramiste René Buthaud. Car le maire entend donner leur chance aux talents artistiques bordelais. Le grand chantier de la Bourse du travail, inaugurée en 1939, consacre 6 % de son coût global à la décoration. Les Bordelais François-Maurice Roganeau, André Caverne, Camille de Buzon, le photographe Marco Pillot ont œuvré dans ce bâtiment voulu « résolument éducatif », emblématique avec le stade Lescure du style Marquet. Un style modéré, synthèse entre néoclassicisme et modernité.

  • 5 Conseil municipal, 17 mai 1925.

4« Nous avons le goût de la précision, de la clarté, de l’ordre5 », c’est ainsi qu’Adrien Marquet annonce sa détermination de bien gérer la ville. Les statuts de l’école des beaux-arts, du conservatoire sont entièrement revus, une école d’architecture est fondée. Des administrateurs stables et efficaces sont placés à la tête des principales institutions.

5La municipalisation progresse sensiblement. Le Grand Théâtre passe de la concession contrôlée à la concession subventionnée en 1926 à la régie directe deux ans plus tard. La guerre n’interrompt pas le mouvement puisque l’orchestre adopte la régie directe en 1943. L’autorité personnelle du maire est par ailleurs indéniable quand il s’agit de faire des choix artistiques pour sa ville. Elle s’exerce sur l’architecture, la décoration des bâtiments dans une sorte de tradition monarchique à la française. Adrien Marquet impose Alfred Janniot, concepteur des bas-reliefs de la Bourse du travail, et Jean Dupas sur ce chantier ; il donne son avis sur la programmation du Grand Théâtre. Il rêve d’intégrer des statues du Trocadéro dans les décorations de la galerie des Beaux-arts. On notera cependant qu’il est secondé par les adjoints Edmond Costedoat (1925-1935) et Robert Poplawski (1935-1944).

  • 6 Conseil municipal, 23 décembre 1936.

6Adrien Marquet apparaît comme un maire communicateur ce qui pour l’époque n’est pas si répandu. La culture lui a permis de renforcer le municipalisme. L’évocation du Bordeaux éternel sur les fresques de la Bourse du travail où la tonalité régionaliste l’emporte sur la tonalité ouvriériste en est une bonne illustration. De même le maire entend promouvoir sa ville à l’extérieur, notamment lors des expositions universelles parisiennes de 1925 et de 1937. Les réalisations architecturales sont exploitées dès qu’une occasion est offerte dans la presse ou sur des supports cinématographiques. Mais le discours d’Adrien Marquet est aussi teinté d’idéologie. On peut identifier un discours socialisant de « popularisation de la culture » qui défend le Grand Théâtre comme « un luxe qui a valeur d’éducation6 ». L’idéologie socialiste est paradoxalement une composante mineure dans la Bourse du travail où l’on croise les médaillons de Fourier, Jaurès, Proudhon sculptés par Louis Bate. La dérive politique de la guerre se marque ensuite par une double adhésion à la Révolution nationale et à la collaboration. Une politique d’aryanisation et antimaçonnique est menée au Grand Théâtre. Des expositions compromettantes ont lieu au musée municipal, comme « Le Juif et la France » et « L’Europe contre le Bolchévisme » en 1942. Le maire détient un journal, Le Progrès, ouvertement en faveur de l’Europe allemande qui donne liberté au talent d’Yvan Le Louarn (le caricaturiste Chaval) de s’épanouir sur des thématiques xénophobes.

Jacques Chaban-Delmas, libéralisme et fait du prince (1947-1995)

7Bordeaux avait bel et bien besoin d’une rédemption. Jacques Chaban-Delmas saura incarner pendant plusieurs mandats le renouveau et la modernité attendus. Présent durant 48 ans au Palais Rohan, il ne pourra tenir ce pari jusqu’au bout. Sa politique culturelle également volontariste et modernisatrice signale des intuitions précoces. Il dote notamment la ville d’outils culturels nouveaux comme les festivals du Mai musical en 1950 et Sigma en 1965, Octobre à Bordeaux en 1973. L’entrepôt Lainé est sauvé de la démolition pour en faire un CAPC-musée en 1984. Un processus d’accumulation d’outils à rayonnement externe est enclenché hormis dans le secteur théâtral retardataire jusqu’aux années 1990. Sous l’ère Chaban, le paysage bordelais change avec des équipements culturels dans le quartier Sainte-Croix (théâtre du port de la lune et salle Vitez), aboutissement de la charte culturelle signée avec le secrétariat d’État de Michel Guy en 1975. Dans le quartier Mériadeck rasé et conçu sur une dalle qui le coupe en partie de la ville, on ouvre lors du dernier mandat une bibliothèque. Outre ses constructions dédiées à la culture, la ville se transforme avec le quartier du lac, la foire exposition, le pont d’Aquitaine. Un secteur sauvegardé parmi les plus vastes d’Europe est reconnu par l’État et sa restauration est engagée sur le long terme.

  • 7 Françoise Taliano-des Garets, Les métropoles régionales et la culture 1945-2000, Paris, Comité d’hi (...)

8Bien que libéral dans ses options, le mode de gouvernement est semble-t-il encore plus personnel comparé à celui d’Adrien Marquet. La culture est un domaine réservé au maire, les adjoints sont sans influence, à la différence de ce que l’on peut constater à Lille, Lyon, Strasbourg ou Toulouse7. Le maire accorde sa confiance à quelques acteurs culturels qui ont su le convaincre, il est la clef de voûte du système, assume parfaitement un style de « monarchie municipale » qui s’accompagne sur le plan culturel d’une ingérence de sa seconde épouse. Des rapports de fidélisation se créent entre les époux Chaban-Delmas et les opérateurs culturels tels Jean-Louis Froment au CAPC-musée ou Alain Lombard à la tête de la première scène bordelaise et de l’orchestre.

9Ce système a pour avantage de laisser la créativité s’exprimer. Les outrances du festival Sigma de Roger Lafosse sont défendues par le promoteur de « la nouvelle société ». Le CAPC est soutenu contre le scepticisme des Bordelais. Il s’agit comme sous Adrien Marquet d’une politique de rayonnement externe encore plus soutenue, d’une politique de prestige qui vise à « déprovincialiser » Bordeaux et sert une carrière nationale.

10Les rapports de ce « médiateur initiateur », pour reprendre une formule du géographe Jean Dumas, avec le pouvoir central sont bons. La mise en œuvre des orientations ministérielles, à l’exception des maisons de la culture de Malraux, se fait sans peine. Il en est ainsi du plan Landowski qui érige l’orchestre au rang d’orchestre régional de décentralisation en 1973 et de la charte culturelle de 1975 qui établit un programme, véritable fil conducteur jusqu’à la fin du siècle. La ville assumera 85 % de son coût. La déconcentration ministérielle confirme les bonnes relations avec le ministère, « des relations de concertations confiantes et transparentes » lit-on dans le rapport de 1993 de la DRAC Aquitaine. Cette dernière reconnaît néanmoins que « sa « capacité d’influer sur la vie culturelle bordelaise s’avère limitée… »

  • 8 Rapport de la DRAC Aquitaine 1993.

11Par ailleurs, le « chabanisme culturel » a su tirer parti de la décentralisation inaugurée en 1982-1983. Ce ne sont pas tant les transferts de compétence que le jeu politique local qui a été modifié. Cette complexification n’a pas beaucoup gêné la ville-centre. Jacques Chaban-Delmas a présidé la région entre 1985 et 1988 et la municipalité a profité des financements croisés. Le salon du livre créé en 1986 en est un bon exemple porté par les trois collectivités locales et même par la CUB. Pourtant la ville de Bordeaux tarde « à s’engager dans les dispositifs conventionnels globalisant8 », à savoir le passage des politiques culturelles à l’échelon de l’agglomération.

De Chaban à Juppé une lente redéfinition de la politique culturelle

  • 9 Jacques Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997.

12Force est de constater qu’il n’a pas été facile à Alain Juppé d’effacer la marque laissée par un si long mayorat. Le poids de l’héritage est en premier lieu financier. La cinquième ville de France est l’une de celle qui arrive toujours en tête pour ses dépenses culturelles depuis la décennie 1970. Cela pourrait être positif si l’endettement par habitant en 1994 n’était pas à Bordeaux deux fois plus fort que l’endettement moyen des grandes villes françaises. La décennie 1980, euphorique sur le plan national, a été particulièrement incitative. Bordeaux dispose à la fin du dernier mandat de Jacques Chaban-Delmas d’un orchestre national, d’un CAPC-Musée de renommée internationale, d’un nouveau musée d’Aquitaine, d’un musée des beaux-arts restaurés, d’une nouvelle bibliothèque. Cela sans compter le conservatoire de la plaisance, le musée Goupil, le bateau-musée « Le Colbert » dont l’entretien pèse lourdement sur le budget de la ville. De grands chantiers sont également envisagés rive droite. Dominique Perrault et Ricardo Bofill sont sollicités pour y réfléchir. Chaban admet dans ses mémoires : « Certes tout cela a un prix, et certaines décisions avaient entraîné des débordements financiers. J’avais posé comme principe que le budget culturel devait passer avant tous les autres. Mais quand il a frôlé les 30 % des dépenses totales, j’ai de moi-même commencé à freiner, notamment en réduisant de moitié le coût de l’orchestre9. » La chambre régionale des comptes a particulièrement en ligne de mire le CAPC et l’Orchestre tant et si bien que Jacques Chaban-Delmas réduit de lui-même en fin de parcours les dépenses. En 1994 le Mai musical et Sigma disparaissent de la scène bordelaise.

  • 10 Les Échos, 21 juin 2007.

13L’arrivée d’Alain Juppé provoque une mise à plat du dossier culturel, une limitation des dépenses, le renvoi du directeur du CAPC et de celui de l’orchestre. Le budget de l’ONBA est réduit de 30 %, celui du CAPC divisé par quatre. Cette dernière institution recule sur le plan international et va changer trois fois de directeur. Le budget municipal dévolu à la culture tombe à 18 %, ce qui situe Bordeaux à un niveau plus conforme à celui des autres métropoles françaises. À l’inverse du mayorat précédent la politique culturelle doit désormais afficher une bonne gestion. Autre changement, le maire adopte vis-à-vis de ce champ politique une attitude plus distanciée par rapport à ses prédécesseurs. La chaîne décisionnelle est modifiée. La municipalité se dote avec retard d’un réel secteur politico-administratif. Elle dispose d’un adjoint avec délégation véritable, d’un directeur du service culturel, d’un chargé de mission pour la mise en valeur du patrimoine, d’un directeur de musées. Bordeaux ressemble un peu plus aux autres capitales régionales. Malgré cet effort de rationalisation, la politique culturelle d’Alain Juppé a du mal à définir un cap. Le journal Les Échos en fait le diagnostic : « Alain Juppé dont la politique culturelle a jusqu’ici moins marqué la ville que sa stratégie urbaine a paru fluctuer sur le sujet10. » Une inflexion cependant est perceptible dès son arrivée en faveur du patrimoine et de sa mise en lumière sur le modèle lyonnais. Bordeaux adhère aussi à l’air du temps en organisant des manifestations populaires et festives : fête du vin, fête du fleuve. La notion de culture ne cesse d’être élargie sur les bords de Garonne. Le festival Novart, juxtaposition de manifestations culturelles dispersées, peine à faire oublier l’inventivité de Sigma. Mais sans doute la conviction municipale n’est-elle pas au rendez-vous. Il est vrai que ce qui importe c’est la rénovation urbaine autour d’un tramway dont la CUB est le maître d’œuvre. Le design est confié à Jean-Philippe Lanoire et Sophie Courrian. La ville se métamorphose en l’espace de six années, les principaux bâtiments sont restaurés, les quais réaménagés. Elle entend également relever les défis nationaux et internationaux et s’engage dans la course aux labels. Ses équipements institutionnels le lui permettent. Son Grand Théâtre, toujours la cible des critiques en raison de son budget, est promu opéra national en 2002, son centre dramatique Théâtre national Bordeaux Aquitaine (TNBA) en 2004. Pour couronner le tout, Bordeaux en 2007 obtient le label Unesco. C’est dans ce contexte et celui des élections municipales de 2008 que survient la candidature bordelaise au rang de capitale européenne de la culture. Celle-ci permet de mesurer la léthargie initiale en ce qui concerne la capacité à énoncer des projets et les lacunes de la participation au processus de gouvernance de la part des différents acteurs culturels. Dès lors il est très vite apparu que si Bordeaux voulait avoir quelques chances de l’emporter il lui fallait ouvrir de toute urgence les passerelles entre culture institutionnelle et culture non institutionnelle. Un effort d’introspection accéléré a été mené sous la houlette du co-directeur du TNBA Richard Coconnier. La grille de critères étant imposée par Bruxelles, Bordeaux est parvenue à fédérer les énergies, à recueillir le soutien des autres collectivités locales de coloration politique différente, CUB, département et région. Un déblocage des dossiers restés jusque-là en suspens s’est également produit, tel celui de l’auditorium de 1 400 places dans le centre-ville ou de la salle Arena à Floirac. Bordeaux a finalement perdu la bataille derrière Marseille mais la candidature a produit le lancement d’un grand événement biannuel, « Evento », confié à une personnalité extérieure à la ville, l’architecte et artiste Didier Faustino, qui verra le jour en octobre 2009.

14De 1925 à nos jours la politique culturelle à Bordeaux s’est institutionnalisée et a bénéficié d’un développement continu. Au cours de cette longue évolution, la rupture de la guerre retient l’attention, non pas en raison d’un arrêt du volontarisme municipal, mais par l’instrumentalisation de la culture au service de la Révolution nationale et de la collaboration. Par ailleurs une autre rupture s’amorce vers la fin du siècle qui n’est d’ailleurs pas propre à Bordeaux. En effet on entre dans une période d’incertitudes sur le sens à donner aux politiques culturelles. Les idéaux d’éducation populaire ont fait leur temps, le poids des institutions culturelles se met à poser sérieusement problème. Nous sommes donc avec l’ouverture du xxie siècle à la croisée des chemins. L’adhésion des masses est certes un critère recherché mais elle n’est pas toujours le gage d’une politique culturelle démocratique de qualité. Par ailleurs quelques constantes entre ces trois mayorats dessinent les contours d’une spécificité bordelaise en matière de politique culturelle comme la recherche du rayonnement international ou le souci de la communication. Le mayorat d’Adrien Marquet est à cet égard novateur. Chaban et ses festivals s’inscrivent ensuite dans un mouvement d’accentuation qui demeure original. L’image de la ville est de même au centre des préoccupations de la municipalité Juppé, cette image est résolument projetée vers l’international, comme l’époque l’impose avec force. La taille de la ville, son port, son rôle de contact entre les mondes du nord de l’Europe et ceux du sud sont également des facteurs explicatifs à cette spécificité bordelaise. Bien sûr les modes de gouvernement ont pu différer d’une personnalité politique à l’autre et notamment l’intérêt personnel des maires pour le fait culturel. La dimension personnelle s’illustre de façon plus évidente avec Adrien Marquet et Jacques Chaban-Delmas. Dans les trois cas cependant la culture est toujours un instrument au service du pouvoir politique.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Taliano-des Garets Françoise, Les métropoles régionales et la culture 1945-2000, Paris, Comité d’histoire du ministère de la culture et de la Communication/La Documentation française, 2007.

Taliano-des Garets Françoise, Adrien Marquet, les dérives d’une ambition. Bordeaux, Paris, Vichy (1924-1955), Françoise Taliano-des Garets en collaboration avec Hubert Bonin, Bernard Lachaise, Bordeaux, Éditions Confluences, 2007.

Taliano-des Garets Françoise, La vie culturelle à Bordeaux 1945-1975, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 1995.

Notes

1 Nous renvoyons ici à Hubert Bonin, Bernard Lachaise, Françoise Taliano-des Garets, Adrien Marquet, les dérives d’une ambition, Bordeaux, Paris, Vichy (1924-1955), Bordeaux, Éditions Confluences, 2007.

2 Conseil municipal de Bordeaux, 17 mai 1925.

3 Conseil municipal de Bordeaux, 2 juillet 1926.

4 La Petite Gironde, 10 avril 1934.

5 Conseil municipal, 17 mai 1925.

6 Conseil municipal, 23 décembre 1936.

7 Françoise Taliano-des Garets, Les métropoles régionales et la culture 1945-2000, Paris, Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication, La documentation française, 2007.

8 Rapport de la DRAC Aquitaine 1993.

9 Jacques Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997.

10 Les Échos, 21 juin 2007.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search