Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

La ville n'est pas seulement économie

Les religions dans la ville

Pluralisation du champ religieux bordelais et régulation socio-politique

Jacques Palard

Texte intégral

1L’analyse du paysage religieux, qu’il soit national ou local, s’inscrit dans un contexte aujourd’hui marqué par un changement profond dont les espaces urbains sont de bons récepteurs et donc de bons analyseurs institutionnels. Ces espaces ne sauraient être véritablement indépendants des mouvements qui ont cours au sein d’appareils religieux ou d’organisations qui se donnent une vocation le plus souvent universaliste, que ce soit au plan des doctrines, des vérités à croire ou du mode de fonctionnement. Les religions sont en effet un vecteur puissant d’articulation des sociétés locales aux enjeux de la vie internationale. On assiste à cet égard à une étape nouvelle et largement inédite de la transnationalisation du religieux, si l’on entend par là à la fois la traversée des frontières nationales et l’activisme mondial de « transnations religieuses », via les diasporas ou le prosélytisme.

2Les représentants des institutions publiques ne sauraient se désintéresser ni de l’évolution du paysage des forces religieuses, ni de ses effets sur le terrain de l’organisation et de la régulation des rapports sociaux ; il leur faut donc trouver les voies et moyens pour guider leurs interventions et faire droit au double impératif de la reconnaissance et de la gestion de la diversité. Même si leur mot d’ordre officiel peut être, un siècle après la loi de séparation des Églises et de l’État, « ni indifférence ni ingérence », force est d’observer que ce qui se joue tient inévitablement, selon un mode dialectique, à la fois de la régulation politique du religieux et de la régulation religieuse du politique. Cela suppose donc de commencer par s’accorder sur une conception de la religion qui puisse fonder un tel dialogue. On peut légitimement estimer que celui-ci ne peut s’engager qu’une fois les interlocuteurs en présence libérés de toute obligation de défense apologétique de leurs croyances, qui seraient alors conçues comme des vérités absolues non négociables, ou de justification idéologique. Il y a alors place pour une dimension « fonctionnelle » et « organisationnelle » des croyances et des confessions religieuses, qui est de nature à donner lieu à négociation et à compromis sur des sujets pourtant le plus souvent litigieux : rapports à l’autorité scolaire, conflits intergénérationnels, relations hommes-femmes, rapports entre groupes d’immigrés, gestion du calendrier des fêtes religieuses… C’est à cette condition que la voie s’ouvre à l’établissement de ce que les Canadiens nomment l’« accommodement raisonnable ».

3Dans le cas de l’agglomération bordelaise, que convient-il d’observer et de quoi est-il pertinent de rendre compte ? D’emblée, quelques images et certains constats s’imposent : on ne saurait contester la longue, et encore actuelle, prédominance du catholicisme au plan à la fois des affiliations, du patrimoine culturel et architectural et de la visibilité sociale ; il demeure numériquement la principale des trois religions « historiques » qui ont compté en terre bordelaise, parmi lesquelles figurent également le judaïsme et le protestantisme réformé. Toutefois, cette prédominance est devenue aujourd’hui moins flagrante, en raison de l’affaiblissement des ressources humaines et financières de l’Église catholique, mais aussi de la montée en puissance d’autres confessions chrétiennes – singulièrement les Églises évangéliques et les Témoins de Jéhovah – ou non chrétiennes – en particulier l’islam. L’analyse de cette diversification en cours de l’offre et de la demande dans le domaine du croire induit une lecture en termes de pluralisation du paysage religieux.

4La revendication par la plupart des confessions religieuses de la reconnaissance de leur place et de leur rôle dans l’espace public représente incontestablement l’élément le plus marquant de ces dix dernières années. Il en résulte une plus nette visibilité, qui prend deux formes principales : l’affichage de relations de bonne intelligence entre la majorité d’entre elles ainsi que la reconnaissance et l’appui plus volontiers accordés par les pouvoirs publics.

5Les relations interreligieuses, qui ne débouchent que de façon exceptionnelle sur des rapports de collaboration, en particulier sur le terrain de l’action sociale, se font volontiers ostensibles. Elles ne se limitent plus à l’œcuménisme chrétien, ni aux cercles des Amitiés judéo-chrétiennes ou islamo-chrétiennes ; et elles n’ont pas seulement trait à des échanges de « services », telle la scolarisation dans des établissements catholiques privés des filles de plusieurs des cadres de l’Association des musulmans de Gironde… Désormais, ces relations se manifestent publiquement à l’occasion d’événements où se trouve impliquée l’une ou l’autre communauté. Ainsi, à la mort du cardinal Eyt, en juin 2001, Claude Maman, grand rabbin de Bordeaux, n’hésite pas à déclarer qu’il a perdu « un ami très proche », et Tarek Oubrou, imam de la mosquée El-Houda et président des imams de France, que Bordeaux a perdu l’un de ses hommes les plus éminents. On observe aussi une proximité délibérément chaleureuse à l’occasion de la célébration organisée à la suite de la mort du pape Jean-Paul II : se trouvent représentés à la cathédrale, autour de Mgr Ricard, l’Église orthodoxe, l’Église réformée, l’Église adventiste, l’Église anglicane, le consistoire israélite et la mosquée de Bordeaux. Lors de la manifestation organisée le 26 février 2006 en protestation à la mort par assassinat d’Ilan Halimi et conduite par le président régional du Conseil représentatif des institutions juives (CRIF), on note la présence de l’archevêque de Bordeaux et du président du Conseil régional du culte musulman. Par-delà la cordialité, on peut déceler l’établissement d’un front solidaire fondé sur le sentiment partagé d’une certaine vulnérabilité et sur la commune volonté d’affirmer le droit des religions à exister dans l’espace public.

6L’implication des pouvoirs locaux ne saurait évidemment faire l’objet d’une approche unidimensionnelle. Elle traduit, selon les cas, plutôt de la proximité culturelle ou plutôt de la stratégie politique, l’une n’excluant pas l’autre, de même que la chaude sollicitude peut ici aller de pair avec une forte sollicitation. Le poids du catholicisme se donne à voir notamment dans le secteur de l’action sociale municipale, constamment confié depuis la Libération à un(e) catholique reconnu(e). La création, à compter du début des années 1980, de six « maisons de quartier » sur la base de patronages catholiques naguère moribonds manifeste aussi une telle forme de connivence entre responsables municipaux et représentants autorisés de l’Église catholique. Ces nouveaux lieux d’animation illustrent en effet l’alliance objective qui s’est nouée entre une organisation religieuse en situation de perte d’emprise mais riche encore d’un capital immobilier et, surtout, social et humain et une institution municipale désireuse de décentraliser – de déléguer ? – à l’échelle du quartier la gestion d’activités mobilisatrices. Il y a là, somme toute, appropriation politique d’un héritage religieux. Toutefois, la coopération et la cordialité n’excluent pas la fermeté : en avril 1991, 25 Turcs déboutés du droit d’asile et d’origine kurde ont été accueillis dans les locaux paroissiaux de l’église Sainte-Croix de Bordeaux, où ils entamèrent une grève de la faim : Mgr Eyt s’interposa personnellement pour empêcher l’entrée des forces de police chargées par le préfet de faire hospitaliser les grévistes. Plus récemment, l’affaire de l’église Saint-Éloi, illégalement attribuée par la mairie de Bordeaux à une association proche des intégristes de la Fraternité Saint-Pie X, a conduit Mgr Ricard à saisir le tribunal administratif, qui lui a donné raison en décembre 2002 ; cette décision de justice n’a pourtant pas été suivie d’effet…

7Les pouvoirs publics sont évidemment directement intéressés à l’engagement des organisations religieuses dans le domaine de l’action sociale, en particulier du Secours catholique et du Diaconat protestant, qui collaborent sur plusieurs dossiers et dont sont reconnus l’expertise et le savoir-faire. Le Diaconat protestant, dont le rôle est moins connu que celui du Secours catholique, joue sur ce plan un rôle important et souvent novateur : aide au logement temporaire, animation d’un centre d’accueil d’urgence et d’un centre d’hébergement et de réinsertion sociale, accompagnement administratif et social… L’attribution par bail emphytéotique, en 1999, de l’église Saint-Joseph à l’Église orthodoxe roumaine constitue un autre mode significatif d’intervention de la mairie de Bordeaux. D’abord opérée sur la base de relations personnelles en faveur d’une communauté à forte dominante française, cette affectation a permis depuis lors à cette paroisse d’accueillir de nombreux immigrés roumains en difficulté sur le plan matériel et légal, de leur accorder de l’aide et de participer ainsi à un début d’intégration sociale.

8L’Association des musulmans de Gironde (AMG), qui intervient dans l’action sociale de proximité au travers de son réseau associatif, constitue un référent majeur pour l’ensemble de la communauté musulmane et un acteur clé du système politico-religieux bordelais. De la même façon, la présence du judaïsme tend à s’affirmer. En témoigne l’achat à la ville de Bordeaux, en 2000, de l’ancienne bourse du travail, classée monument historique et destinée à devenir le nouveau centre israélite : le lieu abritera école juive et centre culturel, et offrira un lieu de rencontre aux associations de la communauté.

9Au total, partir du territorial pour analyser la recomposition du paysage religieux ne constitue pas une démarche secondaire ou accessoire. C’est en effet d’abord à l’échelon local des villes, des communes, voire des départements et des régions de France que se jouent les premiers enjeux des modes de régulation du religieux. En ce domaine aussi, le local représente désormais un enjeu central : c’est dans la diversité des configurations politico-religieuses localisées que s’inventent de nouvelles formes de reconnaissance et d’action. Parmi les diverses modalités que peut revêtir la régulation locale du religieux, trois méritent attention : les modes de perception et d’appréhension du pluralisme ainsi que l’identification des acteurs susceptibles d’assumer une fonction de médiation en situation conflictuelle ; les modes d’insertion des groupes religieux dans la société locale ; enfin, les modes de prise en compte effective du pluralisme religieux dans et par les politiques territoriales.

10Les confessions religieuses ne sont pas seulement des pourvoyeuses de rites ou de services, sociaux ou autres. Elles contribuent d’abord à la socialisation de leurs membres et participent à la formation de leur identité individuelle et collective, sociale et territoriale. Elles sont aussi un vecteur à la fois de construction de l’esprit du lieu et de la conscience de place et de raccordement à l’avant/après et à l’ailleurs, c’est-à-dire au temps et à l’espace. Elles forgent en cela l’imaginaire de leurs membres, forment ceux-ci à la pensée symbolique et les dotent pour partie de leurs références culturelles et de leurs représentations idéologiques. C’est dire qu’elles sont porteuses, fût-ce de façon indirecte et, le plus souvent, inintentionnelle, d’une régulation religieuse du politique.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Palard Jacques, Dieu a changé au Québec. Regards sur un catholicisme à l’épreuve du politique, 1976-2010, Québec, Presses de l’Université Laval, à paraître en 2010.

Palard Jacques, Gagnon Alain G. et Gagnon Bernard (dir.), Diversités et identités au Québec et dans les régions d’Europe, Québec, Presses de l’Université Laval ; Bruxelles, Presses universitaires européennes/Peter Lang, 2005, 417 p.

Palard Jacques (dir.), Le gouvernement de l’Église catholique. Synodes et exercice du pouvoir, Paris, Éd. du Cerf, coll. Sciences humaines et religions, 1997, 335 p.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540