Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

La ville n'est pas seulement économie

Les paroisses catholiques dans la ville aujourd’hui

De la paroisse enclos à la paroisse pôle

Raymond Courcy

Texte intégral

1La paroisse urbaine est certainement un des lieux privilégiés où peut être observé la mutation de l’Église catholique dans la modernité. Les évolutions sont à situer dans le processus général de déstructuration/restructuration que connaissent nos sociétés aujourd’hui. N’oublions pas en effet que la France rurale de l’Ancien Régime était structurée par le réseau des paroisses. Or la modernité a fait éclater ce système holiste rural pour nous faire entrer dans une civilisation urbaine plurielle. La radicalité du changement ne peut qu’affecter de manière particulièrement significative cette institution religieuse. Ainsi la paroisse est aujourd’hui un lieu au sens où elle est un site qui correspond à la réalité d’un espace géographique. Mais elle est aussi, dans cette période de crise que traverse le religieux et donc l’Église catholique, un lieu pour « imaginer l’avenir » et pouvoir « sortir de la crise » avec des affrontements aux dimensions théologiques et pastorales.

La civilisation paroissiale

2La paroisse, ou l’espace paroissial, était bien plus qu’une simple circonscription ecclésiastique. Il y avait une organisation sociale avec un système de solidarité entre les individus de type mécanique et des modes de socialisation qui passaient plus par la perception spontanée du quotidien et de l’espace que par des institutions formelles organisées.

La paroisse comme communauté, système holiste de cohésion sociale

3Est-il nécessaire de souligner combien le système paroissial était au cœur du fonctionnement des sociétés traditionnelles ? La cohésion sociale était fondée sur les liens personnels entre les individus situés sur un territoire bien délimité et permettait un contrôle réciproque des comportements. Il s’agit bien d’une communauté au sens où Tonnies a employé cette notion pour décrire les sociétés traditionnelles. Ainsi les rapports personnels entre le curé et ses fidèles n’existaient précisément que dans le cadre d’une proximité spatiale. Il fallait que les « ouailles » puissent accéder facilement aux sacrements, à la prédication et à l’instruction religieuse. Le curé devait pouvoir les connaître personnellement. Au centre géographique du dispositif, l’église avec son clocher était ce lieu sacré, où l’on venait prier aussi bien pour la réussite de la récolte que pour le bonheur de la vie des gens. La place de l’église au centre du village permettait toutes les expressions publiques de solidarité communautaire. Le contrôle social était efficace ; il se faisait, pour reprendre l’expression de Durkheïm, de manière mécanique. Nous étions dans une logique de l’ENCLOS où l’ensemble des individus était contrôlé par un centre.

4Ces quelques notations sur la paroisse holiste rurale, soulignées de manière idéal-typique, évoquent une société où règne l’harmonie, où pratiques et discours fonctionnent sur le mode de l’unanimité. Certains, à l’intérieur de l’institution catholique, décrivent aujourd’hui ce modèle de manière idyllique, évoquant un Âge d’Or qu’il faudrait restaurer puisque la modernité semble vouloir le remettre radicalement en question.

5Des paroisses dans la ville sur le modèle rural

  • 1 Dans la ville de Bordeaux, par exemple, des quartiers comme saint Michel, saint Nicolas, saint Augu (...)

6Au xixe siècle et dans la première moitié du xxe, avec la dynamique industrielle et les premières concentrations urbaines, les paroisses dans la ville furent organisées selon les mêmes logiques d’occupation territoriale et de contrôle du tissu social. Bien des quartiers dans les agglomérations trouvaient leur identité autour d’une église avec sa place et son clocher1. Et au-delà des services cultuels, des institutions religieuses diverses comme les « patros » ou les écoles privées permettaient de perpétuer une socialisation religieuse. Ce n’était plus tout à fait le village, mais la logique de proximité permettait d’une manière ou d’une autre un certain contrôle social de type mécanique où malgré tout le curé connu de tous gardait toute son autorité traditionnelle. D’ailleurs, dans une ville comme Québec où le processus de sécularisation est largement avancé, aujourd’hui la plupart des habitants se situent encore géographiquement en indiquant le nom de leur paroisse.

Les défis de la modernité

7Aujourd’hui, des évolutions apparaissent comme inéluctables face aux bouleversements engendrés par la modernité. Le fonctionnement des paroisses dans l’espace urbain doit faire face à des données tout à fait nouvelles.

La multiplication des réseaux

8Par contraste avec la ruralité, c’est une logique différente d’occupation et d’organisation du territoire. Si, dans les sociétés holistes, les individus s’inscrivait dans une solidarité de proximité, la ville, au contraire, induit une véritable dispersion. On peut parler d’une société discontinue avec, par exemple, la dissociation du lieu de vie et du lieu de travail. Chacun peut revendiquer une multiplicité de réseaux d’appartenance divers et diversifiés, souvent étanches les uns par rapport aux autres et parfois même concurrents. Ils témoignent de l’éclatement des individus et des communautés.

  • 2 Éric Tremblay, « Vers un réaménagement de la pastorale paroissiale en milieu urbain », in Gilles Ro (...)

La ville donne au temps et à l’espace une autre dimension. Les gens y développent une autre façon de vivre. Globalement le paroissien urbain s’identifie davantage comme citoyen d’une ville que comme résidant sur le territoire de telle paroisse. Il se sent plus concerné par les enjeux humains de « sa » ville que de sa paroisse territoriale. Ce n’est pas en restant chez lui, mais en se déplaçant vers les divers centres de la vie citadine, que le paroissien urbain peut s’intégrer socialement. Il faut obligatoirement détruire le schéma simpliste d’une appartenance à l’Église qui se voudrait totalisante par le territoire actuel en milieu urbain2.

L’avènement de l’autonomie du sujet

9La multiplicité et la diversité des réseaux d’appartenance ont nécessairement comme corollaire, une autonomie de plus en plus grande des sujets. Dans cette perspective, la cohésion sociale n’advient que par le libre consentement des individus. Il y a construction d’un « vivre ensemble » respectant de plus en plus la nécessaire autonomie des sujets. Toute autorité ou organisation apparaissant par trop contraignante est alors systématiquement rejetée. L’adhésion religieuse relève alors beaucoup plus d’une logique de « libre-service ». Nous mesurons ici combien cette perspective peut remettre en cause de manière fondamentale le fonctionnement de l’Église catholique. Elle conteste en effet le système hiérarchique antérieur de la position centrale du curé et induit un nouveau type de comportement des fidèles qui fréquentent leur paroisse, non en fonction d’une solidarité mécanique, mais au nom d’une participation volontaire.

La disparité religion/société

10L’éclatement d’une cohésion sociale totalisante et, en conséquence, la multiplication et la diversification des réseaux d’appartenance dans le milieu urbain s’inscrivent en fait dans ce processus beaucoup plus large, inhérent à la modernité, de la différenciation des sphères. Il y a autonomie des sciences, du politique, de l’économique, du culturel, etc. et donc logiquement du religieux. En ce sens, s’il y a sécularisation, celle-ci n’est pas pour nous disparition progressive du religieux face à la montée inéluctable de la raison, mais plutôt situation nouvelle et minorisée du religieux dans la mesure où celui-ci n’est plus l’axe central autour duquel pouvait se cohérer la société. Il est devenu une possibilité parmi d’autres pour la structuration des individus. L’une des conséquences les plus visibles de cet état de fait est la perte de crédibilité de l’institution religieuse et l’effondrement de la pratique dominicale. Ceci, bien sûr, a nécessairement des conséquences décisives sur le fonctionnement des paroisses. Si dans le système holiste rural tout s’organisait autour du clocher, et si celui-ci donnait Sens aux structures sociales comme aux comportements des individus, il ne peut plus en être ainsi dans les paroisses urbaines aujourd’hui. Celles-ci sont désormais en situation de concurrence sur le marché des biens symboliques.

Un modèle renouvelé ?

La fausse similarité du lieu paroissial

11L’institution, bien sûr, n’est pas restée inerte et a entrepris de nombreuses transformations perceptibles par le renouvellement et la diversification du recrutement de ses responsables, par l’aménagement intérieur de l’église ou par le déroulement des liturgies. Il y a donc des adaptations, mais apparemment, les paroisses proposent aujourd’hui les mêmes types de services. Il y a toujours une église avec, en général, un clocher, des personnes (souvent des prêtres au moins encore pour quelque temps) pour accueillir. On continue de fonctionner avec la même figure rhétorique, mais en fait, la civilisation urbaine a fait éclater le système mécanique de contrôle social. Avec la multiplicité et la diversité des réseaux il n’y a plus réellement de centre qui puisse, de manière univoque, revendiquer une autorité totalisante sur le comportement et la pensée des individus. Ceci remet fondamentalement en cause le fonctionnement paroissial. Il y a, en quelque sorte, inversement des flux. Dans la situation précédente, le centre pouvait contrôler les individus. Aujourd’hui, que l’on raisonne en termes géographiques ou culturels, c’est au contraire la périphérie, même parfois la plus lointaine, qui converge vers le centre localisé à un endroit donné. La paroisse peut alors être pensée comme un PÔLE d’attraction.

12Le système paroissial ne peut qu’être radicalement bouleversé. C’est une autre logique de rassemblement qui se déploie aujourd’hui. Elle se fait désormais, non plus en fonction du territoire, mais en fonction de personnes qui, de manière volontaire, se regroupent en un lieu. C’est le rassemblement volontaire de ces personnes venant d’horizons multiples dans la ville qui fait la communauté, qui fait la paroisse. Dans la mesure où la paroisse est communauté de personnes, rassemblement volontaire d’individus autonomes, le territoire perd alors son caractère contraignant et la paroisse devient lieu de propositions d’appartenance. Il y a inversement des flux. Auparavant on donnait un sacrement de manière quasi automatique à celui qui habitait sur le territoire et cela confirmait le sentiment d’appartenance à la société locale. Aujourd’hui, c’est l’appartenance à la communauté de personnes qui permet d’être bénéficiaire du service public du religieux sur un territoire. Nous sommes passés d’un mode de participation mécanique lié à une résidence territoriale, à un mode de participation volontaire où les fidèles ont choisi, élu, le lieu de leur rassemblement en fonction de critères qui répondent à leurs propres intérêts. Nous sommes plutôt dans une perspective d’adhésion de type associatif et ceci engendre un autre type d’identification religieuse, même si nous devons prendre acte que la proximité géographique reste un vecteur encore extrêmement prégnant que certains revendiquent encore.

L’utopie de la « Communion » pour relever les défis

13Faisant face à une gestion efficace de la réalité des argumentaires apparaissent, révélateurs de débats sur l’adaptation de l’Église dans la modernité. Certains sont situés bien au-delà des simples réorganisations techniques et sont, en fait, des enjeux aux dimensions utopiques, sources d’affrontements sur la conception même des relations de l’Église catholique avec le monde.

La gestion de la diversité

14La civilisation holiste rurale faisait que les paroisses encloses pouvaient généralement être décrites sous le mode de la ressemblance. Aujourd’hui, dans une situation éclatée, avec un positionnement nécessaire sur le marché concurrent des biens symboliques, cette similarité a tendance à disparaître. Dans la dynamique du pôle, nous observons que la mobilisation est différente d’une paroisse à l’autre. La paroisse urbaine est devenue un lieu de croisement de réseaux de sujets autonomes. Il s’agit désormais de gérer et même d’organiser la diversité. Ainsi, une paroisse en périphérie urbaine résidentielle risque de ne pas être identique à une paroisse populaire d’un centre-ville. On peut donc entrevoir plusieurs modes de regroupements qui construisent diversement la communauté chrétienne.

  • 3 Dans le diocèse de Bordeaux, par exemple, des paroisses ont été confiées à des ordres religieux des (...)

15Cette diversité est gérée au niveau diocésain dans la mesure ou elle est reconnue sinon voulu par les autorités3. Elle s’accompagne toujours d’un discours sur l’importance d’une « communion » invitant à un travail de secteur ou de doyenné, appelant à suivre les orientations diocésaines et convoquant éventuellement un synode « qui permet aux chrétiens de se rencontrer dans leurs différences ».

16La diversité doit être aussi gérée à l’intérieur même de chaque paroisse. Les personnes présentes au nom de la logique du territoire (de l’enclos) et celles qui viennent au nom de la logique du pôle, se retrouvent côte à côte en ayant les intérêts les plus divers pour justifier leur présence. La mise en place généralisée des conseils (du conseil de pastorale en particulier) permet de dépasser ces différences entre les individus et les groupes qui peuvent parfois se transformer en de graves affrontements. Le discours de « communion » reste omniprésent.

Le retour de la proximité

  • 4 Michel Maffesoli, Le temps des tribus, le déclin de l’individualisme dans les sociétés postmodernes(...)

17Les individus vivent des relations éclatées. Les nouvelles paroisses urbaines proposent aux fidèles des repères de proximité qui leur permettent de construire pour eux-mêmes une véritable identité. On peut parler de cette « proxémie » selon le concept proposé par Michel Maffesoli4, avec cette socialité élective faite de logiques affectuelles ou culturelle relevant plus de la fusion que du contrat. Une nouvelle manière de « communier » ensemble ?… Le terme de proximité prend alors un contenu polysémique qui dépasse largement la proximité territoriale.

18Par ailleurs nous assistons à des regroupements territoriaux de plusieurs paroisses. Ceci ne s’origine pas uniquement dans la diminution du nombre de prêtres. Avec ce regroupement de paroisses, il y a élargissement du territoire, et donc en principe dilution de la proximité. Or, de manière apparemment contradictoire, on justifie la création de ces ces « nouvelles paroisses » à partir d’une volonté de proximité ! Dans la perspective d’un pôle attractif, il s’agit alors de faire en sorte que « les différents services soient au plus proche des attentes des fidèles ». La qualité de ce qui peut être proposé est conditionnée par la « vitalité » des paroisses et le regroupement des énergies. Il faut « réussir à former une vraie communauté ». La gestion administrative territoriale est toujours dévolue aux paroisses sur un espace élargi. Mais c’est autour de la vitalité de la communauté qui permet aux fidèles « d’être proches et solidaires les uns des autres » et au pasteur « d’être vraiment proche de son peuple », qu’est organisé l’argumentaire. Ce qui est premier, c’est la possibilité de la « communion ».

19Dans ce cadre-là, la référence récurrente à la « communion » est significative. L’ambiguïté même du terme permet de couvrir l’ambiguïté du lieu paroissial dans sa dimension territoriale et dans sa dimension croisement des réseaux. Ce discours permettra-t-il au fonctionnement paroissial antérieur de se perpétuer ou, au contraire permettra-t-il d’inventer un nouveau positionnement de l’Église catholique dans la modernité ?

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Courcy Raymond, « La place de l’Église », in Augustin Jean-Pierre et Sorbets Claude (dir.), Sites publics, lieux communs, Pessac, maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000, p. 55-66.

Courcy Raymond, « La paroisse et la modernité, lieu fondateur et arguments actualisés » in Archives des sciences sociales des religions, 1999, no 107 (juillet-septembre), p. 21-19.

Courcy Raymond, La passion du Règne de Dieu, l’adaptation permanente du charisme des petites sœurs de l’assomption, Paris, Cerf, 1977.

Notes

1 Dans la ville de Bordeaux, par exemple, des quartiers comme saint Michel, saint Nicolas, saint Augustin, le Sacré-Cœur, La Bastide… pouvaient être identifiés autant par leur homogénéité géographique que par leur référence catholique.

2 Éric Tremblay, « Vers un réaménagement de la pastorale paroissiale en milieu urbain », in Gilles Routhier (dir.), La paroisse en éclats, Montréal, Novalis, 1995, p. 156.

3 Dans le diocèse de Bordeaux, par exemple, des paroisses ont été confiées à des ordres religieux des communautés nouvelles ou à des prêtres diocésains inscrits dans telle ou telle perspective ecclésiale. Ceci inscrit dans les faits la différence entre les paroisses qui sont autant de pôles rassemblant des fidèles venant de l’ensemble de l’agglomération et quelquefois au-delà.

4 Michel Maffesoli, Le temps des tribus, le déclin de l’individualisme dans les sociétés postmodernes, Paris, éd. la Table ronde, 2000.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540