Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

La ville n'est pas seulement économie

Les villes sont-elles vertueuses ?

Alain Garrigou

Texte intégral

  • 1 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest (1913), Paris, Imprimerie Nationale, 199 (...)

1« Les villes sont donc naturellement, et presque sans exception, des centres d’opinion et d’activité politique1 » assurait André Siegfried dans son Tableau politique de la France de l’Ouest. Cela s’appliquait à toutes les villes de France. Les villes – faut-il dire la ville ? – seraient le lieu consacré de la vertu politique puisque l’opinion politique y était censée guider des électeurs compétents et libres. Telles sont les deux faces de la vertu politique, politisation et correction des votes, conjuguées pour mettre les électeurs à la hauteur de leur rôle et donc inaccessibles aux tentations. Ces enclaves de vertu brillaient d’autant plus au firmament de l’idéal démocratique que les pressions, corruptions et fraudes des zones rurales et industrielles démentaient souvent l’égalité affichée au fronton des mairies.

  • 2 Alain Garrigou, « L’initiation d’un initiateur. André Siegfried et le Tableau politique de la Franc (...)

2Telle était, de la fin du xixe au début du xxe siècle, la vision républicaine d’une France à la fois acquise à la République et encore terre de mission. Cette vision s’accordait aussi à celle du géographe qu’était André Siegfried2. On pourrait suspecter une facilité de pensée dans sa référence à la nature alors que son œuvre pionnière s’intéressait à une région « presque exclusivement rurale » et qu’il mettait en œuvre des schèmes d’explication comme la structure de la propriété foncière et des méthodes comme la cartographie cantonale qui s’adaptaient mal à une enquête urbaine. Cette invocation d’une nature, les sciences sociales la voient aujourd’hui avec soupçon comme l’équivalent des prénotions que le rationalisme a ravalé à l’âge préscientifique de la connaissance. À peine moins que les humeurs en biologie, la nature expliquerait aussi peu les comportements électoraux que les tempéraments politiques, notion siegfriedienne par excellence que l’on n’ose plus invoquer.

  • 3 André Siegfried, op. cit., p. 469.

3Disciple de l’école géographique de Vidal de la Blache, André Siegfried ne fut pas à l’abri de ce défaut. En l’occurrence pourtant, la nature renvoyait à la réalité plus concrète et observable de la morphologie et à ses conséquences sur les relations sociales. Ainsi écrivait-il à propos des « populations agglomérées » : « La vie publique y est plus libre, moins dénaturée par la pression ; elle y est plus active, plus mouvante, plus sujette à des développements désordonnés, suivis de brusques détentes : il s’agit en somme d’une vie politique d’opinion et de suffrage universel3. » Un peu plus loin, il esquissait les traits d’une « atmosphère politique » qui opposait les villes aux campagnes :

  • 4 Ibid., p. 471.

C’est alors la diminution, parfois jusqu’au néant, des prépondérances locales résultant de la simple richesse ; c’est aussi l’affaiblissement marqué des pressions d’une classe sur une autre, car en raison de la masse des électeurs, le secret du vote devient une réalité : à condition de le faire discrètement, chacun dans une ville vote comme il veut. C’est en même temps une facilité décuplée pour toutes les formes de la propagande : les journaux sont nombreux et quotidiens ; les réunions toujours possibles, à toute heure, en toute saison ; les comités, sociétés ou clubs relativement aisés à mettre sur pied et à faire vivre4.

4Il faut donc comprendre que le mode de vie urbain protège les électeurs par le nombre qui interdit aux riches et puissants de peser sur les faibles, par les relations sociales qui sont celles de l’indépendance et enfin par l’exposition ordinaire à une vie politique. À l’inverse, la structure sociale féodale, hiérarchique et inégalitaire des campagnes bretonnes expliquait le niveau élevé de corruption, de fraude et surtout de pression. Les villes offriraient donc les conditions de la vie politique démocratique ou encore vertueuse selon cette vision républicaine du temps qui s’est imposée comme la vision démocratique universelle.

5Siegfried avait-il raison ? Avait-il même raison en Bretagne ? Un moyen paraît s’imposer pour répondre : le retour aux archives. Les débats parlementaires de validation des élections, les enquêtes et les dépositions conservées montrent-elles des villes « sans problèmes » alors que les protestations, les irrégularités et les invalidations toucheraient surtout, sinon exclusivement, les circonscriptions rurales ? C’est bien l’impression qu’on retire même si des accusations visent des pratiques aussi bien urbaines que rurales telles que les rastels. On admet facilement qu’il fallait, en Bretagne notamment selon la réputation de l’époque, mais pas seulement là, « payer à boire » aussi bien aux citadins qu’aux paysans. Dans le contrôle de régularité toutefois, les parlementaires d’une assemblée majoritairement républicaine jugeaient selon des critères partisans mais aussi selon les visions idéologiques de la civilisation d’une Bretagne perçue comme arriérée.

6Les élections ont donné lieu à plus de contestations en Bretagne que dans toute autre région française. L’opposition à la République de nombreux élus bretons monarchistes suffit largement à l’expliquer. L’inachèvement de la francisation amenait aussi à stigmatiser des comportements des bretons et donc des électeurs tels que l’usage de la langue bretonne, encore mieux maîtrisée que le français dans les campagnes jusqu’au début du xxe siècle, et la consommation d’alcool. Les plaintes et témoignages font souvent valoir ces griefs ou des anomalies liées à ces causes : électeurs illettrés et incapables de lire leur bulletin de vote ou électeurs complètement ivres. Il est vrai que ces maux étaient surtout signalés dans les campagnes. Il serait pourtant imprudent d’en tirer une conclusion définitive car la participation électorale des villes bretonnes était inférieure à celle des campagnes et à la plupart des villes françaises. À Brest, les votants n’étaient que 51 % en 1876 et 48 % en 1889. En quelque sorte, la faiblesse relative des irrégularités serait compensée par celle du vote.

7Cela se retrouve-t-il ailleurs en France ? Des protestations touchaient aussi des circonscriptions urbaines. Les situations les plus souvent accusées rappelaient forcément les situations rurales équivalentes : les inégalités sociales étaient particulièrement prononcées, dans lesquelles une bourgeoisie locale, souvent industrielle, souvent catholique, utilisait ses ressources pour orienter les votes. Lorsque les dépenses électorales d’un candidat riche apparaissaient élevées, non associées à une tradition familiale avérée, lorsque le contrôle s’exerçait de manière très visible, avec des « électeurs conduits », selon la formule du temps pour dire qu’ils allaient voter en groupe sous la surveillance plus ou moins discrète d’un agent électoral, l’invalidation pouvait être prononcée. Si les rastels existaient aussi à la ville, il est vrai que la possibilité du contrôle de la contrepartie était plus faible que dans une société d’interconnaissance. Avec le nombre et donc les coûts, cela explique que l’irrégularité qui distingue les villes soit la fraude électorale. Avec les corps électoraux plus nombreux et plus anonymes des bureaux de vote urbains, il est plus facile et rentable de frauder avec les bulletins que d’agir sur les électeurs.

8On ne saurait toutefois oublier de différencier les populations urbaines. Le vote qu’on désigne souvent comme un vote d’opinion parce qu’il est formellement libre, qu’il est conçu comme individuel, qu’il se nourrit d’intérêt pour la politique et surtout, se justifie par des convictions politiques, se rencontrait largement dans les bourgeoisies et petite bourgeoisie urbaines. Les conditions d’instruction, les relations sociales, la politisation confirmaient le point de vue d’André Siegfried d’un milieu social votant selon les normes légitimes de la conduite démocratique. En revanche, les milieux populaires urbains se conformaient beaucoup moins bien à cette norme. Ce n’était point essentiellement parce qu’ils étaient l’objet de pression et de corruption. La morphologie expliquait-elle l’intérêt naturel pour la politique, selon André Siegfried, ou expliquait-elle au contraire que ces populations restent indifférentes ? C’est alors un démenti radical au caractère naturel de cette politisation.

  • 5 Michel Offerlé, « Mobilisations électorales et invention du citoyen : l’exemple du milieu urbain fr (...)

9Si on considère moins le taux de participation électorale que le taux de mobilisation des électeurs, c’est-à-dire la proportion de votants par rapport à la population en âge de voter et non à la population inscrite, le vote n’a plus la belle évidence d’un geste légitime. L’inscription électorale « oublie » en effet des électeurs potentiels d’autant plus nombreux que la ville est peuplée et d’autant plus que les électeurs sont pauvres. Le corps électoral de certaines communes citadines est manifestement diminué d’électeurs issus des milieux populaires selon un mécanisme tenant à la fois de l’exclusion et de l’auto-exclusion. Quoique forcément approximatives, les estimations sont bien établies : les taux de participation des villes et quartiers populaires étaient nettement plus bas que les taux d’abstention. Ils en paraissent même très faibles dans l’absolu5. Pour les élections législatives de 1876, les taux de mobilisation et d’abstention étaient respectivement de 33 % contre 65 % à Aubervilliers, 39 % contre 66 % à Saint Denis, 51 % contre 68 % à Bordeaux, 46 % contre 77 % à Paris, 56 % contre 77 % à Marseille. En 1889, cet écart est quelque peu réduit mais encore non négligeable : 53 % contre 79 % à Aubervilliers, 53 % contre 80 % à Saint Denis, 47 % contre 69 % à Bordeaux, 58 % contre 79 % à Paris, 45 % contre 66 % à Marseille. En revanche, l’écart est très faible (1 %) en 1876 comme en 1889 pour le Creusot, ville industrielle dont la régularité des élections fut fréquemment contestée pour se dérouler sous la férule des agents de la famille Schneider. Dans les communes rurales où l’inscription était plus « efficace », les deux taux se recoupaient largement. La participation a ainsi été parfois si surestimée qu’elle a donné une image faussée de la conversion facile et rapide des citoyens au suffrage universel.

  • 6 Cf. Alain Garrigou, Le vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, Presse (...)

10Comme nous l’avons soutenu ailleurs, ce sont largement des raisons non politiques, les réseaux d’interconnaissance et d’influence qui rendent partiellement compte de l’usage général du bulletin de vote6. Et c’est progressivement, au cours de ces luttes pour imposer la vertu électorale, en stigmatisant et en « pénalisant » des pratiques communes, que les électeurs se sont conformés à la définition légitime du vote d’opinion. Si la morphologie marque forcément les relations sociales en desserrant les liens entre les classes populaires urbaines et les élites intéressées à voter et à faire voter, encore ne le fait-elle pas automatiquement comme on le voit dans la recomposition de relations paternalistes organisées par les réseaux de philanthropie. La population urbaine n’était pas une masse indifférenciée et indifférente d’atomes juxtaposés et les relations de voisinage, de quartiers existaient dans toutes les classes sociales d’autant plus que les quartiers étaient socialement homogènes.

11Enfin, la vertu s’est-elle ensuite imposée dans les villes comme elle l’a fait dans les zones rurales ? La correction des élections ne pose plus guère problème dans nos sociétés où l’on s’est rangé à la norme d’électeurs votants selon leurs opinions, en les créditant d’une compétence de nature, même si quelques-uns en doutent parfois, discrètement tant il y a de l’inconvenance à contredire la convention démocratique. Il n’y a d’ailleurs plus guère de raisons de douter alors que le contentieux électoral est marginal, concerne des fautes techniques, ou concerne moins le scrutin que le financement des campagnes. Sinon, les irrégularités paraissent suffisamment restreintes pour ne pas justifier de sanction selon les principes jurisprudentiels comptables des juges. Lorsque les assemblées étaient juges de la régularité des élections les concernant, elles sanctionnaient en fonction d’opportunités politiques mais aussi pour l’exemple, ou encore sur le respect des principes. À l’inverse, depuis que le contrôle de régularité a été conféré à des juges (conseil constitutionnel, conseil d’État et tribunaux administratifs), il faut que les irrégularités aient pu affecter le résultat final, soit un problème d’estimation comptable : l’élection est jugée sur les effets estimés des irrégularités prouvées. On en voit les raisons d’économie selon une approche pragmatique permise parce que la vertu semble généralement assurée.

12Aujourd’hui, la plus grande partie des électeurs réside dans les villes. La fraude reste donc l’irrégularité la plus rationnelle car il est plus facile de tricher si les électeurs sont nombreux et ne se connaissent pas. Toutefois, la loi de 1913 sur la représentation des candidats dans les bureaux de vote a compliqué la fraude. Quant aux autres moyens, la pression et la corruption, ils ont été partout largement disqualifiés parce que les électeurs les permettaient moins. Si la vertu des candidats a fait de notables progrès, on n’excluera pas les raisons morales ni les difficultés matérielles dues aux coûts et à la vertu des électeurs. Ces derniers ont moins acquis de fortes convictions que la certitude d’avoir des convictions à défendre. Pourtant, les irrégularités existent car elles sont largement conçues comme des formes de rééquilibrage de la compétition assez comparables aux justifications que se donne le dopage en sport. Il est d’ailleurs significatif que la tricherie soit entourée d’une grande indulgence et même d’humour au sein des organisations partisanes. L’adversaire étant censé tricher s’il en a les moyens, il ne faut pas se priver des mêmes ressources.

13Le paradoxe est ici que les villes sont devenues le principal terrain des irrégularités non seulement parce que la plupart des électeurs sont citadins mais parce que les électeurs en situation de dépendance, spécialement parmi les personnes âgées, y vivent aussi. La mobilité géographique dans les familles et l’allongement de l’espérance de vie ont ainsi renouvelé les conditions du problème de la correction des votes alors que le principe comptable de la jurisprudence légale n’est pas très dissuasif : soit on prend le parti de tricher et le risque de l’invalidation si l’on est « pris », mais on n’aurait pas gagné sans le faire ; soit on est pris mais avec un écart assez grand pour exclure l’invalidation, et en escomptant encore que quelques irrégularités soient restés inaperçues ; soit on perd malgré tout et on a moins de regrets. La politique a ses calculs moraux bien entendus.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Garrigou Alain, Les secrets de l’isoloir, Paris, Éditions Thierry Magnier, 2008.

Garrigou Alain, Histoire sociale du suffrage universel en France 1848-2000, Paris, Éditions du Seuil, Points, 2002.

Garrigou Alain, « L’initiation d’un initiateur : André Siegfried et le tableau politique de la France de l’Ouest », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 106-107, 1995, p. 27-41.

Notes

1 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest (1913), Paris, Imprimerie Nationale, 1995, p. 471.

2 Alain Garrigou, « L’initiation d’un initiateur. André Siegfried et le Tableau politique de la France de l’Ouest », Actes de la Recherche en Sciences sociales, no 106-107, 1995, p. 27-41.

3 André Siegfried, op. cit., p. 469.

4 Ibid., p. 471.

5 Michel Offerlé, « Mobilisations électorales et invention du citoyen : l’exemple du milieu urbain français à la fin du xixe siècle » in Daniel Gaxie (dir.), Explication du vote. Un bilan des études électorales en France, Paris, Presses de Sciences Po, 1985, p. 156.

6 Cf. Alain Garrigou, Le vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, Presses de Sciences Po, 1992.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search