Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Apparences et structures

Quelle ville après le réseau ?

Les perspectives ouvertes par l’essoufflement d’un modèle universel de gestion urbaine

Franck Scherrer

Texte intégral

1Au milieu des années 80 du siècle dernier, les thèmes croisés des réseaux et de la ville ont fait une percée remarquée dans le champ de la recherche urbaine en France, et sous des termes un peu différents, dans d’autres pays développés. La première avancée est celle d’une réhabilitation : celle du rôle, au fond éminent, des services urbains traditionnellement organisés en réseau (eau, assainissement, transports collectifs et voirie, collecte et traitement des déchets, distribution d’énergie et communication) dans l’organisation de la formidable croissance urbaine du xxe siècle, rôle injustement minoré au profit de la grande question sociale et urbaine du logement qui a dominé un demi-siècle de pensée urbaine et urbanistique. Cette nouvelle pensée du rôle des réseaux urbains devient à la fin des années 80 une pensée de la ville-réseau sous le double effet de l’héritage interdisciplinaire de la recherche urbaine des nouvelles technologies de communications dans les sociétés contemporaines.

2Aujourd’hui les raisons du formidable succès de ce mode d’organisation d’activités collectives propres aux espaces et sociétés urbanisées qu’est le réseau, ainsi que les questions qui se posent aujourd’hui quant à sa pérennité restent encore en grand partie énigmatiques ou sans réponse. Le schéma que proposa naguère Gabriel Dupuy pour illustrer ce succès de la ville-réseau, et qui présente toutes les courbes logistiques de généralisation de l’accès aux grands réseaux urbains historiques depuis la distribution d’eau au milieu du xixe siècle jusqu’aux réseaux de communication de demi-siècle précédent, soulève toujours plus de questions qu’il n’apporte de réponses (Dupuy, 1991).

3Depuis quelques années, le débat théorique sur le rôle des réseaux urbains a été relancé par une réflexion sur ce qui vient après la phase de généralisation urbi et (presque) orbi de la ville « tout-en-réseau ». L’idée qu’une sorte de modèle universel de services en réseau structurant très fortement l’espace et les sociétés urbanisées se soit imposée dans un mouvement séculaire pose immédiatement la question du quid novi. Qu’y a-t-il après le tout réseau urbain ? Une nouvelle révolution réseautique liée à Internet, une dégradation inexorable du modèle universel de la « ville-providence », un dépassement, voire un déni de la forme d’organisation en réseau trop contraignante pour la société des individus, ou tout ça à la fois ? En bref, qu’en sera-il de la ville après le réseau ?

4L’hypothèse la plus controversée de ce débat porte sur l’éventuel retournement de la fonction sociale et urbaine fondatrice du développement des services urbains en réseau, retournement que l’on pourrait formuler ainsi : après avoir joué un rôle d’accompagnement et même de moteur de la croissance urbaine pendant le xxe siècle, et plus particulièrement un rôle d’intégrateur social et économique du fonctionnement des territoires, ces services urbains en réseau seraient aujourd’hui un accélérateur de fragmentation socio-spatiale de la ville.

5Pour débattre de l’éventuelle « ville après le réseau » à partir et à côté de cette hypothèse, il faut effectuer un bref retour sur le « modèle universel » des services urbains en réseau, ce à quoi il correspond ou a correspondu. On en connaît généralement quelques termes, comme l’effet moteur des économies d’échelle, des effets de club, mais aussi la croyance collective dans la capacité des nouvelles technologies à amener du changement social, permettant à cette logique d’équipement en réseau d’avoir été pendant si longtemps considérée comme intégratrice.

6Dans un certain contexte historique et géopolitique, qui a été celui de monde dominé par les puissances industrielles européennes et américaines aux xixe et xxe siècle, le développement et la généralisation de la mise en réseau des services urbains a pu bénéficier de circonstances difficilement reproductibles ailleurs ou en un autre temps. Les réseaux techniques urbains se développent au départ dans les parties très centrales et denses des grandes capitales puis des grandes villes européennes et nord-américaines du xixe siècle, assurant un équilibre entre une offre d’équipement à forte intensité capitalistique et une demande sociale solvable. Une forte contrainte est exercée sur le développement premier des réseaux, par l’importance de l’immobilisation de capitaux fixes et l’ampleur de la période de retour sur investissement. À partir de ce développement initial financé (par le public ou le privé), qui suscite une demande sociale d’accès à l’eau en masse, la généralisation du service a été assurée par la mise en place de monopoles publics, sous diverses formes, pour financer la généralisation d’équipement à faible retour sur capital fixe. Les économies d’échelles réalisées au fur et à mesure du développement des réseaux sous monopole – par la standardisation et l’interconnexion –, ont permis de faire baisser les coûts d’accès et de développement (Offner, 1993 ; Scherrer, 1997 ; Lorrain, 2002).

7La généralisation de l’équipement des périphéries urbaines s’est déroulée sur une très longue période de temps, souvent à l’échelle séculaire ; la baisse des coûts de production a permis de maintenir une logique d’équipement du territoire, y compris rural, dans la longue durée. Dans certains pays, notamment la France, l’équipement en réseau des périphéries (urbaines, rurales, nationales) est devenue non seulement le moyen mais la fin même de la politique d’aménagement du territoire puisqu’en équipant tous les recoins du territoire national de tuyaux, de lignes de chemin de fer, ou d’autoroutes, on répondait dans le même geste aux deux exigences fondamentales d’un service public dans sa philosophie française (Coing, 1997). La cohésion sociale et la modernisation économique pouvaient être produites de la même manière, par le même outil, l’équipement tout azimut en réseau.

8Cette modalité de l’action aménagiste a été certes extraordinairement puissante. Pour autant, elle a grosso modo cessé de fonctionner à la fin des Trente Glorieuses, qu’il s’agisse des pays où le modèle du tout-en-réseau a été universellement développé ou d’autres plus ou moins partiellement équipés. La mutation contemporaine traduite en quelque sorte la rançon de ce succès. Le temps de l’équipement pour l’équipement, fin en soi de l’action aménagiste, est révolu : on n’a plus l’argent pour équiper comme on le faisait hier, car les économies d’échelle comme la croyance collective dans le progrès ne sont plus au rendez-vous. Gérer, renouveler, ou développer dans les espaces oubliés de la croissance équipementière ces services urbains en réseau est de plus en plus coûteux. Aujourd’hui, ce sont les coûts de gestion incompressibles et non reportables dans le temps des générations futures qui prennent de l’importance. La logique de la régulation, qu’elle soit aujourd’hui environnementale, avec une élévation des normes notamment en matière de pollution, ou qu’elle soit économique et sociale, suppose un certain nombre de choix financiers, qui rendent compte de tensions très fortes, dans le triangle des exigences du développement durable.

9Du fait de ces coûts de gestion devenus envahissants, le moule du monopole public, qui n’est plus intéressant, ni rentable politiquement, s’est cassé au tournant des années 1980. La première solution politique qui s’impose peu ou prou est finalement de se débarrasser du problème et de déléguer la gestion de l’accès au service au secteur privé qui offre un double avantage : bénéficier d’une aura d’efficacité gestionnaire et aussi pouvoir lui déléguer, au moins symboliquement, la responsabilité douloureuse des impératifs de choix entre régulation économique, sociale et environnementale. Couche par couche, le système intégré du « tout-en-réseau » est feuilleté en fonctions et logiques de base afin d’externaliser les coûts de transaction et d’autorégulation : le réseau support est dissocié du réseau service, la production du service est distingué de son transport et de sa distribution, afin d’organiser une concurrence pure et parfaite ; les différents niveaux d’apport de plus-value sont soigneusement étagés depuis celui du service minimum ou essentiel tandis que le régulateur se sépare de l’opérateur pour s’imposer à lui.

10Ainsi les services urbains en réseau sont désormais saisis dans une logique sociétale et économique où les forces de la dissension sociale et territoriale sont plus fortes que celles de la cohésion, que portait de manière implicite les logiques équipementières. Aujourd’hui, il faut gérer ces réseaux avec de l’argent rare, et faire un certain nombre de choix, qui ne sont pas forcément assumés politiquement. Dès lors, on peut voir se développer des formes nouvelles de contournements des conditions d’accès au service, clandestines (elles ont toujours existé) où officielles, qui permettent essentiellement aux lieux et aux classes les plus riches de sortir par le haut, laissant alors la gestion collective du service en réseau s’alourdir de l’insolvabilité grandissante des pauvres et de la classe moyenne. C’est en tout cas, exprimée de manière grossière, la théorie proposée par Stephen Graham et Simon Marvin (Graham & Marvin, 2001).

11Sans développer le débat riche et mouvant suscité par la théorie de Splintering urbanism dans le champ de la recherche urbaine (Coutard, 2002 ; Jaglin, 2005), il nous semble qu’elle vient à point nommé dans ce contexte de ce que l’on pourrait appeler un stade de maturité du développement des réseaux. Comme depuis dix ou vingt ans, les espaces urbanisés des pays développés sont désormais largement équipés, voire localement saturés en matière d’infrastructures, la réponse à de nouveaux enjeux ne peut plus s’appuyer sur le renforcement ad libitum du dispositif morphologique. À l’option gestionnaire que l’on vient de décrire, s’en ajoute une autre bien plus significative à terme pour la forme comme l’organisation des villes : substituer au tout-en-réseau le nouveau paradigme du « tout-flexible ».

12Cette mutation du paradigme technologique repose sur une déconnexion entre optimum technico-économique et économies d’échelle. La massification des flux rendus possibles par l’interconnexion et l’industrialisation de la fourniture du service, et donc par la standardisation universelle, ne permet plus d’obtenir les mêmes gains marginaux dès lors que le « marché de premier équipement » s’est achevé avec la diffusion des services urbains en réseau dans les espaces d’occupation diffuse. Face aux impératifs de régulation dans un marché incertain tant du côté de l’offre (du fait des fluctuations permanentes du prix des matières premières énergétiques) que de la demande, la flexibilité que permettent les circuits courts offre/demande paraît la solution idéale. L’injonction civique de la subsidiarité se substitue à celui de l’optimum dimensionnel du tout-en-réseau, en promouvant l’association entre territoire familier de proximité (l’éco-quartier, voire l’îlot ou la maison) et démocratie participative, autour d’une nouvelle utopie de l’action collective, le développement durable.

13La deuxième composante du « tout flexible » est de promouvoir systématiquement le do it yourself. Tout les circuits courts qui font florès aujourd’hui – tri sélectif, déchèterie et maîtrise du volume des déchets, récupération in situ des eaux pluviales et assainissement non collectif, co-voiturage, auto-partage et vélo libre service, autoproduction énergétique etc. – ne peuvent fonctionner que sur le principe de ce que l’on appelle la co-production de service. Or il ne faudrait pas oublier que ce développement, venu d’outre-atlantique, signifie pour l’essentiel un transfert de charges financières et organisationnelles vers l’usager pour contrebalancer le retrait équivalent de la prise en charge collective par le service public. Il se trouve qu’en Europe du moins, la montée en puissance de la co-production à été concomitante de la montée en force de l’impératif du développement durable, ce qui permet jusqu’à présent d’évacuer tout débat sur ce nouveau paradigme technico-économique du « tout-flexible » car il est écolo-compatible et en phase avec les valeurs des classes sociales dominantes.

14L’autarcie sociotechnique est-elle en train de devenir le nouvel horizon téléologique de l’action urbaine en se substituant à la figure collectiviste du réseau achevé ? Une telle hypothèse est sans doute prématurée. On peut tout d’abord envisager une période plus ou moins longue, de transition ou non vers un nouveau paradigme technique des services urbains, dont la traduction en termes d’organisation concrète dans la ville sera à la fois partielle et nécessairement contrainte par le poids des réseaux hérités. Le risque de la « ville après le réseau » est ailleurs, dans la dichotomie entre une ville socialement intégrée, écolo-compatible solvable et autarcique, et son double où les plus pauvres seront seuls solidaires des déficits de gestion des grands dispositifs techniques hérités de la grande transition urbaine du xxe siècle.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Féré Cécile, Scherrer Franck, « L’eau urbaine après le réseau ? L’injonction contradictoire d’une gestion durable des services urbains de l’eau », in Schneier-Madanes Graciela (dir.), L’eau mondialisée. La gouvernance en question, Paris, La Découverte, 2010.

Scherrer Franck, « La transalpine Lyon – Turin : un projet d’infrastructure aux multiples visages », Urbanistica, no 60, juin 2003.

Scherrer Franck, « Lyon : a century of history in public and private management », in Lorrain Dominique (ed.), Urban water management, french experience around the world, Levallois-Perret, Hydrocom Éditions, 1997.

Bibliographie

Coing Henri (1997), « La notion de service public », in Gariépy Michel, Marié Michel (dir.), Ces réseaux qui nous gouvernent ?, Paris, L’Harmattan, p. 233-245.

Coutard Olivier (2002), « Premium Network Spaces : A Comment », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 26, 1, p. 166-174.

Dupuy Gabriel (1991), L’urbanisme des réseaux, théories et méthodes, Paris, Armand Colin.

Graham Stephen, Marvin Simon (2001), Splintering Urbanism : Networked Infrastructures, Technological Mobilities and the Urban Condition, Londres et New York, Routledge.

Jaglin Sylvy (2005), Services d’eau en Afrique subsaharienne. La fragmentation urbaine en question, Paris, CNRS Éditions.

Lorrain Dominique (1995), Gestions urbaines de l’eau, Paris, Economica.

Offner Jean-Marc (1993), Le développement des réseaux techniques, Flux no 13/14, juillet-décembre 1993, p. 11-18.

Scherrer Franck (1997), « Temps décalés, longue durée. Le prisme des infrastructures », in Obadia Alain (coord.), Entreprendre la ville : nouvelles temporalités, nouveaux services, Paris, Éditions de l’Aube.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search