Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Apparences et structures

Les fonctions métropolitaines

Claude Lacour

Texte intégral

1Toute réflexion, qu’elle soit en économie urbaine, en géographie de la ville ou en matière d’urbanisme ou d’aménagement urbain, ne peut éviter la question centrale et délicate des fonctions métropolitaines.

2C’est d’abord une question en elle-même, comme on dit d’une question fermée : comment on nomme, on norme et on normalise une liste de fonctions-caractères-attributs et quand on les possède, comment on les utilise. Si on ne les a pas, comment les obtenir, fût-ce par « décret » ?

3Ensuite, elle impose de réfléchir en amont sur les fonctions des villes dont on suppose que les fonctions métropolitaines sont d’un ordre supérieur dans un inventaire général relatif aux fonctions de la ville : il convient alors de définir une méthode de sélection. Plus qu’une catégorie particulière traduisant une hiérarchie d’ordre fonctionnel, on peut penser que ces fonctions métropolitaines sont d’une essence et d’une nature spécifiques.

4Derrière ces questions, se profilent les fondements de l’analyse urbaine, ceux de la croissance des villes, ceux encore des politiques à préconiser : quelles fonctions singulières ou quel ensemble de caractères entraînent de la croissance, par des mécanismes et des liens que la théorie et l’économétrie permettent de connaître ? Quelles sont celles que les acteurs retiennent parce que relevant de la symbolique, de l’effet de mode ou du benchmarking ? La géographie appliquée doit être au service des territoires (Lacour et Puissant, 1995).

5Dumas et moi sommes profondément des urbains métropolitains, certes, mais quelles sont les fonctions que nous privilégions ? Il préfère certainement le Grand Théâtre quand je fréquente davantage le stade Chaban-Delmas. On imagine volontiers que nous mettons, tous les deux, dans toute liste, les universités et les laboratoires de recherche, la MSHA, des infrastructures lourdes, des centres de décision politiques et financiers. Mais, ici encore, nommer de manière générique une fonction ne suffit pas à en dire la qualité, ni les effets ou les implications en matière d’environnement métropolitain et sur les autres villes. Et puis, la liste, entre hier et aujourd’hui, peut bien être fort différente, sauf une invocation bien générale à des services « supérieurs », et il est alors intéressant de relire par exemple les discussions et les résultats concernant les métropoles d’équilibre (Lajugie, 1985, Rochefort, 2002 ; DIACT, 2007a, 2007b).

6Peut-être, alors que l’on ferait mieux de rester dans une sorte de flou qui a l’avantage de relever de l’évocation immédiatement comprise, les fonctions métropolitaines sont-elles des fonctions « supérieures », rares, concernant certaines activités et services que l’on va trouver dans certains types de villes. On attend et on entend des fonctions très spécialisées, à haute qualification, à des technologies avancées et à des cônes de demande imposant des grandes agglomérations ou de grandes populations plus ou moins concentrées ou diffuses sur de vastes territoires. Pour compliquer davantage les terminologies mais avec la volonté de mieux faire apparaître certaines fonctions plus importantes que d’autres, ont été définis, il y a une dizaine d’années, des « emplois métropolitains supérieurs » qui présument de certaines fonctions, réduites en nombre (11) mais qualitativement et stratégiquement majeures et fondamentales. Plus récemment, l’attention est portée sur la créativité (Landry, 2000), les trois T, tolérance, talent, technologie de Florida et de sa classe créative (2002).

7Une autre manière, tout aussi floue et autoréférentielle, plus simple encore, consisterait à poser que les fonctions métropolitaines sont celles que l’on trouve dans les métropoles. Et dans ce jeu de piste qui passionne et agace le chercheur, qui fait la joie de la quête en boucle d’une définition dans le dictionnaire, on craint de revenir à notre point de départ : alors, il faut convenir de ce qu’est une métropole, ce qui, évidemment, pose problème d’autant que cette quête permanente et immanente de la metropolis, la ville-mère, conduit et impose de voir les hyper-centres, les périphéries et les villes filles. L’idée de métropole et de fonctions métropolitaines porte celle d’influence sur des espaces plus ou moins larges, concernant des populations et des activités qui dépassent celles de la ville elle-même ; il s’agit de fonctions de centralité qui concernent des périphéries, en ce sens que ces fonctions servent à ces territoires plus ou moins éloignés, permettent l’existence de services qui sans la ville mère n’existeraient sans doute pas, mais qui, en sens inverse, consolident et renforcent le pouvoir dominant de la métropole. Mais où commencent et où finissent ces fameux arrière-pays dont les frontières restent souvent mystérieuses, encore que nous les avons largement traquées dans des travaux menés à l’IERSO, à la MSHA et au comité d’expansion ?

8Comme si cela ne suffisait pas à la confusion, on ajoutera que la métropolisation, dont la racine provient de la même matrice, dicte, du moins à notre sens, des analyses qui renforcent peut-être l’idée métropolitaine que l’on a classiquement en tête, une extension quantitative et morphologique de l’urbanisation à partir de la ville centre. Au-delà de ce constat finalement bien banal, l’appel à l’analyse de la métropolisation remet en question certaines des interrogations classiques sur les fonctions métropolitaines.

Les fonctions métropolitaines ou la prédilection pour la critériologie positive

9Il faut bien tenter de se mettre d’accord sur la notion, sur les modalités de détermination des fonctions métropolitaines et lever un certain nombre d’ambiguïtés.

Les ambiguïtés de la notion de fonction métropolitaine

10La première concerne le point de savoir si les fonctions métropolitaines sont celles qui font la métropole ou si on parle des fonctions de la métropole : la distinction n’est pas seulement aimable ou casuistique. Dans le premier cas, ce sont des fonctions, il nous faudra certes dire lesquelles, qui ont un rôle central moteur et d’entraînement : soit un « panier » ou une liste de fonctions f1 à fn, une ville qui possède x de ces caractères sera déclarée métropole : les fonctions font la métropole. L’autre formulation part de l’hypothèse opposée : dans une métropole donnée, reconnue par une appellation contrôlée ou autoproclamée, par une organisation donnant lieu partiellement à un classement, à une hiérarchie des villes territoriale, on doit trouver certaines fonctions qui sont spécifiques, identitaires de cette ville : le statut de métropole impose ou crée des fonctions métropolitaines.

11L’idée même de fonctions métropolitaines signale un classement, une hiérarchie de fonctions donnant lieu à un classement, une hiérarchie urbaine : une sorte de parallélisme non seulement de forme mais de fond. Il faut classer ces fonctions, des plus simples aux plus complexes, celles que l’on trouve dans un village, « le boucher, le boulanger, le marchand de bière » chers à A. Smith quand il en reste, celles qui imposent d’aller dans « la métropole » pour trouver le service spécialisé, pour trouver des « décideurs » habilités sur des choix financiers ou politiques, pour disposer d’activités qui imposent une certaine taille liée aux impératifs du marché et des effets d’agglomération : on retrouve les analyses en termes de places centrales.

12Une troisième précision ou ambiguïté est relative aux échelles des fonctions métropolitaines. On pense immédiatement à des villes comme Bordeaux, Marseille ou Lyon, qui sont des capitales régionales et dont le statut entraîne certaines fonctions de pouvoirs comme celles de disposer d’une préfecture de région ou d’un Conseil régional. Ces deux exemples nécessitent d’autres types d’institutions administratives et de gouvernance, liés aux fonctions régaliennes et à l’exercice du pouvoir politique régional. Mais les villes citées disposent aussi d’universités, de centres de recherche, de lieux de décision en matière bancaire, d’assurance, de CHU… De nombreuses activités marchandes disposent dans ces villes de centres de décision, de capacités logistiques, d’infrastructures lourdes en matière d’aéroports par exemple.

13Toutefois, l’idée de fonctions métropolitaines dépend de l’échelle retenue : Paris est bien métropole nationale et internationale et du coup, la liste des fonctions va varier en matière de musées, de théâtres, de sièges sociaux, de localisation d’entreprises internationales, de centres ultimes de décision des grandes banques. Sans reprendre le schéma de Paris et le désert français, des fonctions métropolitaines à l’échelle nationale et internationale existent qu’on ne trouve que dans la capitale. On peut, bien entendu, continuer et prendre les Global Cities de Sassen comme on peut tout autant travailler sur Mont-de-Marsan, Pau et Vesoul : autant de cas où, à certains niveaux, pour certaines fonctions, on peut chercher à déterminer des fonctions métropolitaines. Fort-de-France entend bien en disposer mais sur quel territoire ? La Martinique assurément, les Antilles françaises mais Pointe-à-Pitre ne l’entend pas ainsi, chacune de ces deux villes rêvant de maîtriser l’ensemble ou une grande partie des fonctions métropolitaines sur la Caraïbe, tout en contestant fortement les fonctions métropolitaines de la… Métropole.

14Une dernière question ne concerne pas seulement la « constitution de la liste » comme on dit pour une élection mais des réflexions à avoir en tête sur les morphologies urbaines sur lesquelles les fonctions s’inscrivent et qu’aussi elles dessinent : concrètement, dans un espace urbain, où sont localisées ces fameuses fonctions ? Classiquement et historiquement, bien évidemment, au centre-ville de la ville-centre, entre Pey-Berland et le Triangle pour un bordelais comme Dumas, en n’oubliant pas le cours Pasteur de ses années d’étudiant et la place de la Bourse pour nos réunions au comité d’expansion. Mais l’Université a quitté la Ville pour espérer y revenir, la Cité administrative a franchi la barrière Judaïque. Un des phénomènes marquants des trente dernières années est bien la disjonction géographique de la centralité, l’éclatement des fonctions métropolitaines en dehors du centre, en dehors même de la ville centre. Elles peuvent être situées sur plusieurs communes de l’agglomération, ce qui reste classique mais aussi se développer, naturellement ou sous tension, sur un mode polycentrique par différentes formes de coopération métropolitaine : on parle alors de pôles secondaires ou d’organisation polycentrique ou de fonctionnement en réseaux, encore que l’on en reste bien souvent au niveau de l’intention. Un des enjeux des années à venir est justement de savoir si un retour au centre des fonctions métropolitaines relève du souhait plus ou moins abstrait ou de processus en cours : « les fonctions métropolitaines d’aujourd’hui entraînent donc une vaste réorganisation des espaces urbains et suburbains ; de nouvelles articulations se nouent entre des sous-espaces qui s’étendent maintenant à l’échelle d’une véritable “région urbaine” ; de nouvelles disparités socio-spatiales se développent » (Rochefort, 2002).

La mise en œuvre de la critériologie positive

15Une fonction métropolitaine est une fonction qui fait, sélectionne, renforce, conforte une ville d’un type donné dans une hiérarchie urbaine.

16Elle est relative dans le temps, compte tenu de l’état de la connaissance sur les dynamiques urbaines et des modèles dominants à un moment donné des populations et des décideurs, compte tenu de l’implication des politiques urbaines dont celles conduites ou orientées par l’État, compte tenu encore des rôles attendus ou dévolus à certains acteurs majeurs dont les entreprises et les investisseurs.

17Elle est relative dans l’espace, suivant la place de la ville et de son agglomération dans les hiérarchies nationales, les relations et le concurrence internationales, suivant la nature de la composition et de la répartition de la population et des activités sur le territoire que la ville entend desservir ou dominer, suivant les réseaux d’infrastructures qui peuvent être des facteurs de renforcement de la métropole ou de sa faiblesse. Par exemple, le Scot du grand Clermont dit explicitement que « Clermont-Ferrand a le statut de capitale régionale de l’Auvergne, ce qui lui permet d’accueillir de nombreuses fonctions urbaines qui desservent une population qui dépasse bien évidemment le limite du Grand Clermont, voire même celle de la Région » (Agence d’urbanisme et de développement, 2007) : ici, on fait état d’un statut entraînant certaines fonctions quasiment liées et on dit bien qu’il en faudrait d’autres pour « asseoir ce statut ». La base du raisonnement et des politiques qui en découlent repose sur la capitale régionale et sur une logique de frontière que l’on entend bien pouvoir dépasser.

18L’idée plus générale repose sur le terme pôle, fort à la mode dans les années soixante et qui revient par la thématique de la compétitivité : ce terme majeur signifie d’une part, des capacités de structuration interne à la ville et à son agglomération, et d’autre part, des fonctions d’attraction, de diffusion et de captation. Il s’agit bien par des fonctions particulières, différenciatrices de fonctions banales urbaines, de construire, de renforcer une relative autonomie par rapport à d’autres villes dont, bien entendu, au premier chef de Paris, de maintenir des activités et des populations en leur offrant des « services » – on prend le terme dans sa généralité –, pour éviter qu’elles n’aillent les chercher momentanément et surtout durablement ailleurs. Une des espérances est de pouvoir maintenir, accroître des modalités de développement relativement endogènes reposant sur des caractères, liées à des activités, à des sites, à des relations inter-villes qui renvoient à la géo-économie de formes de centralité et de commandement.

19Déclinée à différentes échelles, la question de centre est présente : dans une armature « régionale », dans un certain nombre de domaines qu’on souhaite relativement exclusif dans une aire spatiale même si d’autres villes offrent les mêmes caractères dans cet espace. Ce que nous appelons le « bouclier spatial » peut être à double sens : favorable à une ville parce que la distance n’incite pas à se déplacer pour trouver ailleurs ce que l’on a sur place et offre ainsi une protection ; défavorable parce que la distance peut être franchie pour un service i d’une qualité j que l’on veut absolument utiliser. Les logiques d’attraction et de diffusion sont à la fois dépendantes et résistantes à l’influence de la distance. Chacun au fond et sans le dire procède par des mécanismes de type mercantiliste : exporter le plus possible ses services pour asseoir son influence, son aire de marché tout en cherchant à réduire l’attraction des voisins plus ou moins éloignés. Le niveau de la pertinence des classements est encore central dans tel type de classement dont les hebdomadaires sont friands : la ville qui a le plus grand nombre de fonctions, celles qui sont le plus appréciées, ou pour les villes universitaires, figurer dans le classement de Shanghaï.

20Il est certes utile de rappeler les fondements et les vertus des fonctions métropolitaines, mais il faut en proposer des listes et surtout mettre en œuvre des modalités de choix. On est alors en plein dans la critériologie positive, dont Rochefort et Hautreux ont été, sinon les inventeurs, du moins les principaux hérauts et les premiers d’une longue liste de praticiens (Lajugie, 1985).

21L’idée est simple et plus délicate à appliquer. Il s’agit de voir comment on peut faire des classements et des choix relativement objectifs reposant sur des variables mesurables pour finalement sélectionner un petit nombre de cas, questionnement classique de toute procédure de choix, dans un univers de rationnement.

22Dans le cas des fonctions urbaines et métropolitaines, le point de départ repose sur une matrice M/N, M en lignes, une liste de fonctions retenues a priori ou à partir de l’observation et du bon sens, N, en colonnes, la liste des villes que l’on veut examiner et dont on va faire une sélection. Il convient seulement de faire l’inventaire des fonctions, de décider si on travaille en binaire, un point pour la ville qui possède la fonction j, zéro si elle ne l’a pas, ou de procéder par pondération : avoir une université est plus « métropolitain » et attractif qu’une équipe de football en ligue I ou une équipe de rugby dans le top 14, auquel cas on en tiendra compte dans la note, par exemple sur 10.

23De même, il est nécessaire de constituer la liste de villes sous examen : toutes les villes de A à Z ne rentrent pas dans le classement, et généralement, on retient un seuil, 200 000, 500 000 ou un million d’habitants : le seuil, certes n’est pas indifférent, pas davantage le fait de prendre la population ou tout indicateur « unique », comme celui d’étudiants pour une université alors que le ministère lui-même pondère la nature de cet étudiant suivant les disciplines, en termes de mètres carrés nécessaires et de dotation minimale.

24Dans la même direction, une multiplicité d’indicateurs dont de plus en plus de natures qualitatives suivant la belle formule de The Economist, « where the gras is greener », ne garantit pas, quoi qu’en pensent les journaux, et nombre de chercheurs, une meilleure objectivité. Et Rochefort, le premier, (2002) reconnaît les limites de l’exercice de la recherche de métropoles d’équilibre via certaines fonctions : « ne sont-elles [les métropoles] que le produit d’une façon de lire la réalité urbaine à la lumière d’un préalable fonctionnaliste, d’une vision de réseaux urbains hiérarchisés qui, aux différentes échelles, assurent l’armature spatiale des sociétés modernes ? » Et bien entendu, en 2009, la « déclinaison » ou la définition des composantes des fonctions métropolitaines dépend des avancées de la théorie et des modes de l’heure : par exemple, la conviction des facteurs culturels ou de ceux liés à l’« intelligence ». Certes mais malgré ses limites, leur exacerbation chorémique parfois, la démarche présente de nombreux avantages qu’il serait dangereux de contester, tout en restant prudent quant à la sélection des critères préopératoires dont nul ne conteste l’importance : attention, nous dit Rochefort, aux « raisons d’opportunité et [à] l’insuffisance théorique ». Et la meilleure preuve de l’efficacité de la méthode peut être lue à travers les multiples applications réalisées : la classification des villes françaises européennes dont nous, bordelais, avions bien vu la place de Toulouse, les récents travaux sur les villes moyennes et intermédiaires, les villes internationales au sens de Bonneville et Soldatos, les travaux conduits sur les métropoles internationales (Labasse, 1966, Di Méo, 1995). Plus généralement, tout un ensemble de réflexions s’est développé pour connaître, classer, les villes mondiales à la P. Hall (1966), à la J. Friedman (1986), pour aboutir aux global Cities de Sassen (1991) : le travail est permanent, les modalités plus raffinées en ce sens que l’on dispose de plus d’informations et de possibilités de traitement, mais on retrouve plus ou moins les mêmes domaines.

25De cette masse énorme de productions, cependant, plusieurs points forts se dégagent concernant ce qu’on peut mettre dans les fonctions métropolitaines : des services supérieurs, des services spécifiques très spécialisés mais une grande diversité à haut niveau, des éléments de rareté, une capacité à l’adaptabilité organisationnelle : en rêve, des facteurs de standing international au pied de mon appartement, des lieux de pouvoir et d’intelligence, déclinés, mis en action à toutes les échelles possibles, sous réserve plus ou moins stricte de taille minimale des espaces considérés, formulation volontairement floue et du coup largement utilisée dans un sens ou dans un autre : Auxerre reste l’exemple d’une ville moyenne qui demeure en ligue 1 et la grande taille ne garantit pas la présence automatique de fonctions métropolitaines, hors celles que le statut, capitale régionale ou préfecture impose.

26On dispose d’une méthode ou d’une multiplicité de techniques qui fixe des objectifs, qui privilégient certaines activités : des services rares, des fonctions de haut niveau, qui qualifie une ville, objectivement ou dans la symbolique et l’imaginaire. On peut alors procéder de manière « notariale », c’est-à-dire par un inventaire aussi précis et « complet » que possible : il ne le sera jamais et, à la limite, ce n’est pas la question première. On ne dit pas que ces démarches sont scientifiquement incontestables et encore moins insensibles aux modes du moment correspondant souvent aux impératifs prioritaires, aux technologies disponibles, aux effets d’échelle, aux visions personnelles des décideurs. Rochefort rappelle ainsi l’attention aux services rares assimilés au tertiaire avec une attention particulière aux commerces dont dans les années soixante les grandes surfaces, les cinémas, bien entendu, les services universitaires, un aéroport international, des lieux dédiés à la culture dans le sens de Malraux, une équipe de football en première division : le modèle à copier pour mieux en limiter l’influence était (et reste) Paris. J. Dumas s’est attaché à porter attention sur des aspects métropolitains liés à des dimensions industrielles en regrettant une trop forte préoccupation aux fonctions commerciales. À ces services rares de haut niveau, on espérait obtenir une fonction métropolitaine d’ordre national, une décentralisation en province d’une école ou d’un laboratoire « national » comme l’École nationale de la magistrature à Bordeaux, plus tard, l’ENA à Strasbourg ou Guggenheim à Bilbao. Mais on sait la « réticence » des parisiens à être obligés de partir en « province », encore trop souvent appréciée dépourvue de qualités métropolitaines et de fonctions supérieures, même si de plus en plus de ménages apprécient de quitter la région parisienne.

27Il faut être à l’étiage des grandes métropoles pour tenter de conforter ou d’acquérir un statut de métropole régionale, bénéficier d’une fonction quasiment exclusive en France et à l’international, Vinexpo à Bordeaux : c’est le programme de conquête des fonctions métropolitaines. Mais si le processus reste le même à travers le temps, les composantes fonctionnelles se modifient : comme pratiquement toutes les villes moyennes ont une antenne universitaire, ce seul caractère devient insuffisant car non discriminant. On ajoutera un niveau supplémentaire dans la rareté, l’exceptionnalité, le fait discriminant : par exemple, la fonction universitaire métropolitaine n’exigera pas seulement une implantation mais un nombre donné de doctorants ; il ne suffira pas de dire qu’un aéroport est international parce qu’ayant une ligne, éventuellement temporaire assurent des liaisons internationales sur des de low cost mais il le sera parce que tous les jours, toute l’année, des compagnies, avec de gros porteurs, remplissent ces avions. Aujourd’hui, c’est moins un cinéma qui compte qu’un complexe multisalles ou un Zénith, c’est le fait de voir s’installer, non un supermarché, il y en a dans toutes les villes, mais Ikéa ou Virgin.

28Face à l’exigence imposée par la montée en puissance des dotations servicielles (Pouyanne, 2008), par la concurrence à tous les niveaux de toutes les villes – Paris contre Londres et Berlin, Bordeaux contre Toulouse et Lyon ou Nantes, Poitiers contre la Rochelle et Angoulême et toutes contre Paris, les villes essaient de trouver des modalités de production et de possession de caractères encore plus différenciatifs et renforcent, du coup, leur opposition que l’on tente cependant de coordonner par des appels et des réalisations en termes de coopération métropolitaine, à leur propre initiative ou sur les incitations des autorités nationales. Dans cette voie, des raffinements nouveaux, plus sélectifs, plus exigeants, plus exclusifs ont été proposés. Les fonctions métropolitaines, par nature et par destination « supérieures » sont apparues banalisées, insuffisamment discriminantes dans une perspective de l’économie de l’intelligence, de la connaissance, d’autant que les principes fondés sur l’intérêt et sur les opportunités des armatures ne sont plus reconnus pertinents. On s’est orienté vers un niveau de « métropolitanité » plus exigeant et plus sélectif encore par les fonctions métropolitaines supérieures proposées par l’Insee. C’est une voie qui retrouve l’attention portée à la métropolisation.

Les fonctions métropolitaines et la prédilection pour la métropolisation

29Les fonctions métropolitaines, revues depuis les années 2000, tendent à privilégier les aspects liés à la concurrence internationale, à la conviction que la compétitivité est liée, directement ou non, aux grandes villes, capables de posséder des domaines d’excellence, exclusifs.

Les fonctions métropolitaines supérieures

30Les fonctions métropolitaines supérieures ont été proposées par l’Insee pour montrer et souligner un changement de niveau d’analyse et pour cibler les enjeux des grandes villes dans la compétitivité mondiale.

31Ce terme remplace celui de fonctions stratégiques et il « fait référence aux fonctions dont le contenu décisionnel est élevé ou qui contribue à l’image de marque de la ville où elles s’exercent » (AUDIAR, 2006, Insee Nord – Pas-de-Calais, 2003). Sans doute la définition formelle peut-elle infiniment être discutée, mais les fonctions qui en découlent « sous-entendent un haut niveau de qualification, de type cadre ingénieur ». Moins ici que de rentrer dans le détail des contenus, on se borne à citer les onze fonctions métropolitaines identifiées : art, banque-assurance, commerce, commercial dans l’industrie, gestion, information, recherche, services aux entreprises, télécommunications, transport.

32Cette liste, en soi, n’est pas d’une grande originalité mais ce qui est le plus riche est l’intensité des emplois, tous de niveau cadre, ingénieur, et une attention forte et relativement nouvelle à la catégorie artistes, emplois supérieurs artistiques et artisans d’art dont les critères sont particuliers. On retient « un contenu décisionnel élevé », évocation qui se retrouve, par ailleurs et sous des formes différentes dans la littérature américaine par la thématique de la creative Class qui n’est pas, au demeurant, sans poser de nombreux problèmes de nature conceptuelle, méthodologique, politique et même, sans doute, idéologique.

33Il reste que l’idée de compétence, de talent mesuré par des qualifications essentiellement liées à des formations technologiques plus que de celles venant des sciences sociales et humaines, permet d’utiliser le concept et la mesure des emplois métropolitains supérieurs (Julien, 2002) dont, naturellement, la moitié se retrouve en Île-de-France, Bordeaux étant dans un groupe composé de Nice, Marseille-Aix, Nantes, Rennes, derrière dans l’ordre, après Paris, Grenoble, Toulouse, Montpellier, Lyon et Strasbourg sur les données de 1999. Plus intéressant, sans aucun doute, les regroupements de ces composantes en fonctions métropolitaines stratégiques, plus fondamentales ou plus dans l’air du temps. Ainsi, AUDIAR (2006) énonce sa synthèse des fonctions métropolitaines reformulées en termes de « diffusion de savoir, d’accessibilité à l’international, de logistique, technopolitaine, évènementielle et touristique d’accueil » et une fonction spécifique maritime correspondant à l’espace métropolitain Loire-Bretagne (EMLB). C’est peut-être l’attention technopolitaine qui est relativement novatrice, du moins dans la terminologie. Mais on sait et on apprécie la magie des mots et le chercheur n’est pas le dernier à participer à ce mouvement.

34Ce niveau supérieur des fonctions supérieures métropolitaines confirme le besoin de revenir sur les métropoles d’équilibre dans les années soixante puisqu’on retrouve à la fois le poids de la région parisienne, les grandes métropoles « technologiques », la capacité, même avec des valeurs absolues faibles pour des villes moyennes et des petites villes, de trouver des niches dans des fonctions de très haute qualification, et à l’échelle nationale et internationale (Puissant, 2008). Autant sinon plus que de la nature, du nombre et de la composition des fonctions métropolitaines, ce qui constitue cependant un vaste programme, ce qui est en question permanente, c’est le point de savoir si ces fonctions relèvent maintenant de la logique de la métropolisation ou si elles restent liées à la théorisation et l’organisation des places centrales.

35Il n’est pas question de discuter ici au fond la théorie des places centrales ni, comme il est de mode, d’en contester la validité à laquelle, pour notre part, nous croyons encore assez profondément : la logique dominante de la métropolisation modifie évidemment les analyses des fonctionnements des systèmes urbains mais la prégnance des places centrales demeure.

36Plus simplement, pour notre propos, on veut rappeler que la mécanique des places centrales entend expliquer la hiérarchie des centres urbains et on convient volontiers qu’elle ne relève plus seulement des principes stricts de Christaller. Mais cette logique hiérarchique repose sur des fonctions urbaines des plus simples, banales, assurant les services de proximité et de quotidienneté pour aller aux plus complexes, plus rares. Au départ, certes, il est question de construire une « théorie des places centrales qui est une analyse de la hiérarchie des villes fondée sur leurs activités tertiaires et les services rendus à leur hinterland » (Lajugie, 1995, p. 43). Ce simple rappel justifie les réserves et les limites qu’il est facile aujourd’hui d’opposer à la pertinence de l’argument originel : prédilection pour des activités tertiaires et priorité à l’hinterland entendu comme espace rural immédiat des villes. Ainsi, les villes moyennes se voyaient perçues comme des relais entre les métropoles et les espaces ruraux et dans une politique d’armature régionale : aujourd’hui, on raisonne davantage en termes de concurrence et de compétitivité et de réseaux. Cependant, dans les fondements de Christaller, des points méritent d’être retenus. Les trois principes fondateurs sont sans doute encore opératoires : la fonction d’approvisionnement, le rôle du transport qu’il faudrait traduire aujourd’hui par l’importance de la logistique, et le dernier principe, celui de l’organisation administrative dont on mesure le poids tant par les dévolutions par l’État de fonctions « nationales » à telle ou telle ville que par les conséquences de la Réforme générale des politiques publiques en matière de cartes judiciaires, hospitalières et militaires. Il ne faut pas ignorer les logiques régaliennes qui donnent, et enlèvent du statut à certaines villes.

37Les places centrales « reformulées » comme dit Derycke (1979, p. 174) reposent sur l’idée que « la hiérarchie dimensionnelle des villes correspond à leur hiérarchie fonctionnelle » (Derycke, 1979, p. 176). Il reprend un point bien connu, à savoir celui du cône de la demande qui implique que les fonctions urbaines, des plus simples aux plus « supérieures », supposent une aire de marché, déterminée, globalement, par la population potentiellement cliente qui permet aux fonctions en question de pouvoir vivre, ce qui justifie que les fonctions métropolitaines croissent en nombre, en complexité et en modernité avec la taille, alors que les processus de métropolisation privilégient seulement quelques villes et tendent à un réduire ou seulement maintenir le nombre. Certes, cette liaison n’est pas mécanique et automatique mais, globalement, elle reste valable, avec à la fois une montée en puissance et en complexité de certaines fonctions rares vers des villes moyennes, et la banalisation de fonctions commerciales de hauts niveaux dans les villes supérieures dans l’armature urbaine. Certaines fonctions comme la culture, les arts, la recherche en laboratoire, les emplois métropolitains supérieurs demeurent l’apanage des grandes villes comme on l’a rappelé plus haut. Mais en sens inverse comme nous venons de le voir dans la dernière étude sur les villes moyennes françaises, (Pouyanne et al., 2008), des phénomènes de diffusion rapide assurent des dotations servicielles que l’on trouvait, il y a vingt ans seulement, dans les capitales régionales. Jouent, en effet, des forces de rattrapage, de mimétisme et chacun, à sa manière et avec ses possibilités, entend « copier » le modèle métropolitain pour tenter et réussir le saut qualitatif entendu dans la nature et la composition des services offerts et cherchant à dépasser la loi d’airain de la taille (Lacour, 2008).

La métropolisation des places centrales ?

38Le modèle de la métropolisation conduit à revoir les analyses et à reprendre sous un nouvel angle les approches « fonctionnelles » précédentes : moins les abandonner que les enrichir et les nuancer.

39Si les fonctions métropolitaines concernent essentiellement des logiques de statut et de détermination d’attributs, la métropolisation se définit, à notre sens, fondamentalement, comme en ensemble de processus qui concerne certaines villes, réduites en nombre mais singulièrement puissantes dans une vision qui dépasse considérablement la prise en compte de l’immédiat arrière-pays :

Ensemble des processus qui privilégient les grandes dimensions urbaines marquées par les transformations du système productif, appréhendé au niveau international et mondial. Elle conduit à des organisations et à des recompositions territoriales nouvelles, tant au plan interne des ensembles urbains concernés que sur celui de leurs relations externes. (Lacour et Puissant, 1996, p. 64)

40Si on ne réécrirait pas exactement sous la même forme, en nuançant d’ailleurs l’idée d’externalité globalement positive, on garde celle qui souligne l’accumulation, l’interaction, l’accentuation des intégrations fonctionnelles : c’est moins telle ou telle fonction ou un caractère donné qui est en cause ou qu’il s’agit d’obtenir ou de renforcer, mais un ensemble de mécanismes autoentretenus qui renforcent la concentration de la diversité fonctionnelle dans les domaines du commandement et des pouvoirs dont le politique n’est plus forcément dominant. On est d’emblée dans la concurrence, dans la compétitivité nationale et internationale, on se situe dans un monde où les systèmes productifs ont considérablement changé, où Internet modifie les distances, les modes de communication et transforme les modes marchands remettant en cause le principe d’approvisionnement, encore que le théorème du dernier kilomètre, et l’apparition de petites surfaces commerciales dans les espaces ruraux montrent bien que la distance et la proximité ne peuvent être balayées par le recours à Google ou par Organisation.com.

41Les enjeux et les modalités de la métropolisation conduisent à repenser les fondements des modèles urbains, notamment pour les villes qui cumulent les fonctions habituelles de capitales politiques, administratives, culturelles, intellectuelles avec d’autres plus essentielles, plus vitales et qui expliquent que la métropolisation, ne concernant que peu de villes directement, a un impact énorme sur la majorité des autres villes. Nous reconnaissons à la métropolisation la capacité de générer, d’accentuer des processus auto-entretenus, cumulatifs qui concentrent et développent ce que nous appelons les 5C fondamentaux : des capacités particulières, des fonctions qui dépassent ce que classiquement, on entend par fonctions métropolitaines. La remarque concerne autant les emplois métropolitains supérieurs : ce qui est déterminant, c’est le système qui crée et entretient les processus. Il s’agit des fonctions de commandement, de coordination, de contrôle, de création de codes dont les modes au sens de la haute couture mais aussi celles en matière technologique, musicale, vestimentaire et vernaculaire et de captation. Non seulement, peu de villes peuvent offrir ces capacités, mais ce sont souvent les mêmes qui cumulent toutes les activités « ultra-supérieures » dont les capitales. Elles ont la capacité de s’adapter en permanence, de garantir la diversité dans la très haute « définition » au sens de spécialisée : le débat qui oppose traditionnellement avantages de la spécialisation notamment pour des aspects industriels et diversité dans les activités supérieures est ainsi tranché en faveur de la métropolisation qui cumule les dimensions positives des deux logiques, au prix, il est vrai, d’une accentuation trop souvent ignorée de l’augmentation de la polarisation sociale et de la ségrégation (Gaschet et Lacour, 2008).

42La métropolisation, alors, encore plus, attire, diffuse, conforte, norme, impose des modèles, classe les villes en fonction des 5C. Si les grandes villes mondiales et les Global Cities confortent leur rôle, les processus, cependant, ne leur sont pas exclusivement consacrés. De manière extrême et provocatrice, nous avons proposé le néologisme de métro-ruralisation pour signifier que des villes moyennes, de petites villes en milieu rural ou néo-rural pouvaient tenir des places éminentes par l’intelligence, la créativité, les hautes technologies. Les clusties, autre néologisme pour clusters in ou by the cities que nous proposons (Gaschet et Lacour, 2007), veut dire aussi que les activités de haute technologie, la RD ne se créent en plein désert et qu’il est temps de fondre deux paradigmes qui trop souvent s’ignorent, celui de l’économie industrielle, au sens général anglo-saxon et celui de l’économie urbaine : c’est quand même bien dans les villes que ces activités se réalisent et s’épanouissent (Acs, 2006).

43J. Dumas devrait apprécier ce rapprochement qu’il a régulièrement pratiqué dans ses travaux et nombre d’activités non universitaires. Il devrait apprécier aussi que parmi les fonctions urbaines que nous aimons par-dessus tout, il y a l’urbanité, l’esthétique, autant que l’efficacité et les fonctions métropolitaines. À moins que, finalement, la seule fonction métropolitaine qui compte soit encore l’amour de la ville, de toutes les villes. Et Bordeaux évidemment.

« La forme d’une ville change plus vite,
on le sait, que le cœur d’un mortel. »
Julien Gracq

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Lacour Claude, 2008, « La question centrale des villes moyennes » in Pouyanne G, ed, 2008.

Lacour Claude, Puissant Sylvette, coord., 1999, La métropolisation. Croissance, diversité, fractures, Paris, Anthropos-Economica.

Lacour Claude, Puissant Sylvette, 1995, « Géographie appliquée et science des territoires », in Bailly et al., 1995, p. 1001-1020.

Bibliographie

Ács Zóltan J., ed, 2006, The Growth of Cities, Edward Elgar.

AUDIAR, Agence d’urbanisme et de développement intercommunal de l’agglomération de Rennes, 2006, La coopération sur les fonctions métropolitaines, juin.

Bailly Antoine, dir., 1991, Les concepts de la géographie humaine, Paris, Masson.

Bailly Antoine, Ferras Robert, Pumain Denise, dir., 1995, Encyclopédie de géographie, Economica.

Brunet Roger, et al, 1989, Les villes européennes, La Documentation française.

Chantelot Sébastien, 2008, Le rôle de la créativité sur le développement local : de l’influence économique à la géographie de la classe créative française, 1990-1999, Thèse de sciences économiques, université de Toulouse 1.

Derycke Pierre-Henri, 1979, Économie et planification urbaines, tome 1, L’espace urbain, Paris, Presses universitaires de France.

DIACT, 2007a, Les villes moyennes françaises, Paris, la Documentation française.

DIACT, 2007b, Les métropoles régionales intermédiaires en France : quelle attractivité ?, Paris, La Documentation française.

Di Méo Guy, 1995, « Les métropoles des pays développés », in Bailly Antoine, Ferras Robert, Pumain Denise, dir., 1995, Encyclopédie de géographie, Paris, Economica.

Florida Richard, 2002, The Rise of the Creative Class, and how it’s transforming work, leisure, community and everyday life, New York, Basic Books.

Friedman John, 1986, « The World City Hypothesis », Development and Change, vol. 17, no 1, p. 69-83.

Gaschet Frédéric, Lacour Claude, dir., 2009, Métropolisation et Ségrégation, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux.

Gaschet Frédéric, Lacour Claude, 2007, « Les systèmes productifs urbains : des clusters aux clusties », Revue d’économie régionale et urbaine, no 4, p. 707-728.

Julien Philippe, 2002, « Onze fonctions pour qualifier les grandes villes », Insee première, no 840, mars.

Labasse Jean, 1966, L’organisation de l’espace. éléments de géographie volontaire, Paris, Hermann.

Lajugie Joseph, Delfaud Pierre, Lacour Claude, 1985, Espace régional et aménagement du territoire, Dalloz, 2e édition [1re édition 1979].

Landry Charles, 2000, The Creative City : a Toolkit for Urban Innovation, Londres, Earthscan.

Pouyanne Guillaume et alii, 2008, Un renouveau des villes moyennes par les services aux entreprises ?, Pessac, Gretha, Université Bordeaux IV et Puca-ministère de l’Équipement.

Puissant Sylvette, 2008, « La question des services créatifs dans les villes moyennes : agglomération ou attraction », in Pouyanne Guillaume et alii, 2008, Un renouveau des villes moyennes par les services aux entreprises ?, Pessac, Gretha, Université Bordeaux IV et Puca-Ministère de l’Équipement.

Rochefort Michel, 2002, « Des métropoles d’équilibre aux métropoles d’aujourd’hui », Strates, hors série, Parcours dans la recherche urbaine, Michel Rochefort, un géographe engagé.

Soldatos Panayeutis, 1989, « Treize critères pour une ville internationale », in Dommergues Pierre, Gardin Ninon, Les stratégies internationales des métropoles régionales, Paris, Syros.

Vaillant Éric, Becquet Philippe, 2003, « Les fonctions métropolitaines supérieures », Profils, no 2, Insee Nord-Pas-de-Calais, avril.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search