Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Apparences et structures

La ville éclairée

Métamorphoses de l’urbain au premier tiers du xxe siècle

Alexandre Fernandez

Texte intégral

Introduction

1Au xixe siècle, l’éclairage au gaz avait déjà œuvré à la métamorphose de l’édilité (Fernandez, 2006). Vers la fin du siècle, la conjonction de la technique, de l’idéologie et de l’économie inscrit l’action des municipalités – autorités concédantes en même temps que partenaires commerciaux des compagnies – dans une sorte de volontarisme fonctionnaliste fondé sur la conviction que ce qui est souhaitable devient possible. L’installation de réseaux de distribution électrique, privés – mais empruntant le domaine public – et, plus tardivement publics, participa à la transformation de la conception de la ville et de ce que devait être un citadin. À bien des égards, la relative brutalité des propos tenus par le maire de Bordeaux Adrien Marquet en 1928 – « Si vous voulez que l’ordre règne dans le quartier Saint-Pierre comme ailleurs, faites-y de la lumière ! » – posait quelques-uns des fondements de ce que l’on pourrait appeler l’impératif édilitaire.

Développement

2L’électricité la plus « visible », celle qui, en quelques années, a inscrit sa marque définitive sur le paysage urbain, c’est l’électricité-lumière, car l’électricité force-motrice, liée au domaine du travail, ne peut prétendre au même statut féerique. Sans doute la référence et la fonction ludiques s’étiolent quelque peu après 1910, au fur et à mesure de l’intensification et de la diversification des usages techniques, cependant que l’illumination n’est point uniquement dévolue aux réjouissances : d’emblée les commerçants avisés, encouragés par les constructeurs d’appareillage, surent en tirer parti. Au début de l’histoire de l’électrification, les espaces de l’électricité furent les lieux les plus ostentatoires ; lieux de plaisir, lieux du luxe, lieux de représentation sociale qui agrègent sociablilité et consommation bourgeoises, et qui, réciproquement, consolident ce référent, précisément par l’usage précoce et intensif de l’éclairage électrique : autant de facteurs qui contribuaient à faire des « villes-lumières » : « Le monde s’illuminait, les villes se livraient à une débauche de lumière ; les zones d’ombres et d’incertitudes reculaient. Il n’y aurait plus de vraies nuits mais des heures nocturnes encore plus étincelantes, plus folles et plus grisantes que les moments de la journée. » (Sansot, 2004, p. 582)

3Il ne s’agit pas seulement de l’allongement du temps vespéral – forme matérielle de lutte contre les ténèbres – et des effets sur les rythmes chronobiologiques. L’électricité est en quelque sorte un instrument d’accès et d’accoutumance à de nouvelles normes : le désir du clair et du propre, la rationalisation de l’espace urbain. L’époque de l’installation des réseaux techniques dans les villes est celle de l’essor de l’hygiénisme dont ils doivent être le facteur le signe et la conséquence ; dans Cities in Evolution (1915) Patrick Geddes en faisait le support du passage de l’ère paléotechnique – celle du charbon – à l’ère néotechnique – celle de l’électricité. Le réseau électrique est en effet, plus que tout autre, perçu comme quintessence de la modernité.

4La clarté, la netteté des lignes, la propreté. L’éclairage électrique va dès lors jouer comme instrument d’adaptation aux normes nouvelles qu’il suggère et rend possible : « la lampe électrique, impitoyable, conforte la révolution pastorienne : toutes deux conduisent à traquer le désordre et le sale, dès lors assimilés » (Alain Corbin in Beltran et Carré, 1991).

5Phénomène réticulaire, l’électricité permet de relier tous les points d’une ville et d’œuvrer ainsi à l’indifférenciation de l’espace interne – à la fois aspiration égalitariste et désir d’homogénéisation. La merveilleuse fée sert les volontarismes géométriques exprimés par les urbanistes fonctionnalistes : la « ligne » de distribution électrique sur laquelle s’effectuent les raccordements, le « flux » comme forme paroxystique du désir de circulation qui anime les partisans de la fonctionnalisation de l’espace. L’immatérialité et la fluidité de l’électricité devraient lui permettre, indépendamment de ses capacités proprement techniques (sans électricité point d’ascenseur par exemple et donc point de « machine à habiter »), d’affranchir le tracé du réseau électrique des contraintes insupportables du parcellaire urbain préexistant, d’abolir ces rues tant honnies et d’accomplir « l’uniformité dans le détail et le mouvement dans l’ensemble » que réclame l’urbanisme nouveau selon Le Corbusier.

6Mais de la même manière ces caractères (fluidité, immatérialité) permettent également à l’électricité de s’imprimer sans dommage sur le bâti existant, de promouvoir une modernité technique sans modifier les conditions de production de l’urbain.

7Câbles et candélabres sont autant de formes-signes dont la consistance matérielle renvoie à un « besoin », réalisé en objet. L’électrification donnait ainsi à bon compte un éclat certain aux politiques urbaines. Le processus d’électrification permettant de « tenir » l’espace public – au-delà du contrôle social, voire policier, que l’on a vu réclamé par le maire de Bordeaux par exemple – en esquissant un système de communication où l’émetteur est la municipalité et le récepteur l’usager-citoyen-électeur.

8Le réseau électrique répond d’une certaine manière à une sorte d’aspiration à la solidarité et à l’équité : la solidarité inscrite dans nature même du réseau – la « socialité » du réseau analysée par Gabriel Dupuy –, l’équité s’exprimant par le « droit au raccordement » qui s’exprime dès les années 1900.

9Or, il ne suffit pas de vouloir le réseau et d’en célébrer les vertus. L’installation, le fonctionnement ont un coût. Pour enclencher le cercle vertueux de la propagation de l’équipement il a fallu que les éventuels effets de seuil dus à la saturation de l’offre (davantage qu’aux insuffisances de la demande) aient été surmontés. Sans doute, la nature du bien fourni – la réticularité précisément qui génère des économies d’échelle – contribue à la faiblesse relative du coût unitaire, ce qui permet le raccordement de masse, effectif en Europe occidentale durant les années 1920. Mais les dépenses de premier établissement sont lourdes et l’on doit anticiper largement sur les éventuels profits à venir. On voit qu’ici se pose toute une série de questions : qui finance les investissements ? Quelles furent les politiques tarifaires ? Quelles furent les logiques spatiales et sociales d’équipement ?

10Autant de questions que les congrès de l’Union internationale des villes eurent à se poser au tournant des xixe et xxe siècles et qui fondèrent les débats et les réalisations du « socialisme du gaz et de l’électricité » si vigoureux dans les cités britanniques ou allemandes. On sait que les régies municipales de gaz et/ou d’électricité furent, en revanche, extrêmement rares en France : Grenoble, Tourcoing, Bordeaux à partir de 1919 – le régime ne s’appliquant durant l’entre-deux-guerres qu’à certaines régions rurales. Tandis que très progressivement – pour la France entre la loi de 1906 et celle de 1919 – les pouvoirs publics prenaient conscience de la nature de l’industrie électrique, l’école de droit administratif qui se développa, notamment à Bordeaux, autour de Léon Duguit, élaborait la notion de service public industriel et commercial « local », concernant les activités susceptibles de servir de support à des services publics augmentant « au fur et à mesure que la civilisation se développe ». Au demeurant, en même temps que le système technique de la seconde industrialisation rendait désirable et possible l’extension de l’usage et fournissait aux citadins des services correspondant à de nouvelles normes sociales, il se constituait, à partir des problèmes posés par l’administration de la distribution, et quel que fût l’opérateur, public ou privé, une véritable ingénierie municipale.

Conclusion

11Sans même évoquer ici l’électricité force-motrice, l’électrification des immeubles et des rues, accomplie grosso modo entre la dernière décennie du xixe siècle et la fin du premier tiers du xxe siècle, a représenté une double rupture. La rupture anthropologique, annoncée il est vrai par l’éclairage au gaz, mais amplifiée dans des proportions considérables, est sensible : le raccordement est tout à la fois lien avec la collectivité, support de l’appropriation de normes sociales nouvelles et, comme instrument de l’amenée individuelle de la distribution à l’interrupteur, un des vecteurs du mouvement général et puissant de privatisation de la quotidienneté (le robinet d’eau courante agit sur le même registre, mais le rythme de son implantation fut plus lent). Parallèlement, éclairer la ville c’est agir sur le « métabolisme urbain » (Roncayolo, 1990). On pourra exalter l’instantanéité, l’accessibilité, l’ubiquité des flux que permet le dispatching électrique. C’est d’une nouvelle temporalité urbaine qu’il s’agit, d’une immédiateté des relations toujours permises mais choisies dans l’espace et le temps : très vite, les rêves du tout électrique anticipent l’accomplissement et le surgissement de l’urbain comme accomplissement et surgissement du bien-être collectif. Accéder aux rivages heureux de la ville éclairée, c’est à bien des égards une des composantes du pari contenu dans les programmes que divers États européens de l’entre-deux-guerres financent afin d’éclairer… les campagnes.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Fernandez Alexandre, Villes, services publics, entreprises en France et en Espagne (xixe -xxe siècles), Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006.

Fernandez Alexandre, « Réseaux techniques et paysage urbain », Cahiers de la Méditerranée, « Paysages urbains », t. 1., décembre 1999, p. 163-172.

Fernandez Alexandre, Économie et politique de l’électricité à Bordeaux, 1887-1956, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1998.

Références bibliographiques

Beltran Alain et Carré Patrice, La fée et la servante. La société française face à l’électricité, Paris, Belin, 1991.

Dupuy Gabriel, L’urbanisme des réseaux, Paris, Armand Colin, 1991.

Roncayolo Marcel, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, Folio, 1990.

Sansot Pierre, Poétique de la ville, 2e édition, Paris, Payot, 2004 [1re édition, Paris, Armand Colin, 1996].

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search