Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Apparences et structures

La ville des capitalistes : Bordeaux et Lyon aux xixe-xxie siècles

Hubert Bonin

Texte intégral

1Notre propos vise à scruter l’évolution de la géographie du capitalisme au sein du territoire de Bordeaux (notre ville d’adoption professionnelle) et Lyon (notre ville d’origine familiale), pour déterminer comment la recomposition des systèmes productifs a remodelé l’espace productif de pouvoirs, de richesses, d’ingénierie. La ville en tant qu’espace de décision, espace de production et espace de matière grise entrepreneuriale ou patrimoniale constitue ainsi l’objet de ce bref essai, qui devrait ouvrir la voie à une sorte d’atlas des bourgeoisies girondines.

Le legs des splendeurs passées

  • 1 Cf. Anne-Marie Cocula (dir.), Aquitaine, 2000 ans d’histoire, Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, 2000.
  • 2 Cf. Hubert Bonin, Connaître Lyon, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2003.
  • 3 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine à Lyon au xvie siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1971.

2Bordeaux ne pourra jamais égaler Lyon pour la lisibilité du capitalisme du Moyen Âge et de la Renaissance, puisque, quand la cité girondine n’était qu’une ville moyenne sous influence anglaise1, sa consœur était une capitale européenne du commerce et de la banque2… Cela explique l’emprise du capitalisme « ancien » sur les rives de la Saône et du Rhône, dans ce qu’on appelle « le Vieux Lyon » (sur la rive droite de la Saône et au nord de la Presqu’île, le long de la rue Mercière). Les hôtels particuliers des marchands italiens3 – parmi lesquels les Bonini, originaires de Bologne et à deux reprises « consuls » de Lyon – y ont été réhabilités et permettent d’évoquer – superficiellement, entre les restaurants et les boutiques d’objets touristiques – comment la soie, les textiles, l’argent, ont servi de base à des réseaux essentiels à l’articulation du capitalisme européen, entre une Europe « italienne » à son ultime apogée « classique » et une Europe du Nord-Ouest où commençaient à émerger Amsterdam et Londres. Bordeaux était alors localisée dans une lointaine périphérie de l’Europe capitaliste, même si ses vins « clarets » agrémentaient les plaisirs anglais. Cette prégnance d’une ville médiévale et Renaissance réhabilitée dès les années 1960-1980 explique que, de façon informelle – car qui sait combien dure dans la mémoire des touristes, même cultivés, l’évocation des fortunes marchandes des années 1400-1600 ? –, Lyon apparaisse plus riche en patrimoine « capitaliste » que Bordeaux, où la réhabilitation des quartiers « marchands » ne date que des années 1990 en fait.

  • 4 Cf. Yves Lequin (dir.), Région Rhône-Alpes, 500 années-lumière. Mémoire industrielle, Paris, Plon, (...)

3Pendant les Temps modernes et jusque dans les années 1830-1850, Lyon, déchue de sa fonction de « capitale marchande », se construit une nouvelle puissance, qui évolue de l’artisanat de luxe à la « proto-industrialisation »4, autour du tissage de la soie et de la production de soieries de luxe, avec des soies venues du Midi (puis aussi d’Italie et du Levant). L’espace du capital y est encore bien visible, avec des hôtels particuliers situés au centre de la Presqu’île (entre la place Bellecour et Perrache) et à son extrême nord, juste au pied de la Croix Rousse – même si les têtes de nombre de ces « marchands-fabricants » sont tombées pendant la répression de l’insurrection antijacobine en 1793. Cette colline devient de plus en plus, à la fin du xviiie siècle et au xixe siècle, le cœur du tissage des soies, et les immeubles construits à cette époque y abritaient les métiers à tisser dans des appartements dotés de hauts plafonds. Cet espace du capital et du peuple proto-industriel a perdu sa mémoire et sa vitalité à partir du « déclin » de la soierie urbaine à partir des années 1880-1900. Grisaille et taudification l’ont emporté – et cet espace du capital a alors rejoint dans les coulisses de l’Histoire les quartiers de Bordeaux qui avaient abrité la puissance girondine aux xviie-xviiie siècles.

L’espace grand bourgeois des années 1800-1960

  • 5 Michel Figeac, Histoire des Bordelais, tome I, La modernité triomphante (1715-1815), Bordeaux, Moll (...)
  • 6 Silvia Marzagalli, « A vital link in wartime : The organization of a trade and shipping network bet (...)
  • 7 Hubert Bonin, « La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultram (...)
  • 8 Paul Butel, « Traditions et renouvellements dans le négoce bordelais sous la Restauration », in L’é (...)
  • 9 Hervé Guichoux, L’Exposition maritime internationale de Bordeaux en 1907, Bordeaux, CEDEROM, 2007. (...)

4En effet, à la fin du xxe siècle, les quartiers de la Rousselle et du cours Victor-Hugo, au cœur du « vieux Bordeaux », ont accueilli des strates de pauvres, de personnes âgées et d’immigrés employés dans le tertiaire. Or ils avaient vécu la splendeur (« l’apogée », dit-on de façon fallacieuse) d’une cité qui avait édifié une thalassocratie puissante5 et qui avait vu s’édifier des dizaines d’hôtels particuliers dont la rue Leyteire est par exemple aujourd’hui le symbole. Cette économie transatlantique (avec même des incursions dans l’océan Indien) avait glissé peu à peu vers l’aval, avec d’abord le palais de la Bourse, en fait essentiellement, pour notre propos, l’hôtel des Douanes, où les fermiers généraux géraient les prélèvements des finances publiques sur les flux commerciaux par le biais d’une sorte de « coopérative » capitaliste. Le fait que s’y trouve aujourd’hui un beau musée national des Douanes est en soi un geste de réhabilitation tout à la fois de l’espace et de la mémoire de ce capitalisme. Ce glissement vers le Sud s’identifie enfin avec le Pavé des Chartrons, consacré par la maison des Fenwick, emblème de l’intimité entre Bordeaux et les ports du Nord-Est américain tant étudiée par Silvia Marzagalli6, par la maison des Hollandais, par quelques immeubles ayant abrité les bureaux d’entreprises marchandes (comme Delmas quai Louis XVIII), avec l’esquisse d’un espace du négoce ultramarin7, et par les bâtiments emblématiques de l’Entrepôt Laîné (pour les marchandises stockées « sous douane », années 1820) et l’immeuble de la Bourse maritime (années 1920), tandis qu’un vaste espace du vin, avec ses alignements de chais perpendiculaires aux quais et ses maisons cossues abritant les gestionnaires affirment la puissance des capitalistes du vin, du début du xixe siècle8 aux années 1970. Régulièrement, avec la Foire de Bordeaux, ou de temps en temps, avec des « expositions internationales »9, l’espace du capitalisme rayonne sur la place des Quinconces par le biais des stands où il affirme sa légitimité en mettant en valeur son capital de savoir-faire.

  • 10 Cf. Lyon, l’argent, le commerce et la soie, Lyon, Éditions La Manufacture-Lyonnaise de Banque, 1986
  • 11 Pierre Cayez, Métiers Jacquard et hauts fourneaux. Aux origines de l’industrie lyonnaise, Lyon, Pre (...)
  • 12 Hubert Bonin, « Les banques rhône-alpines aux xixe et xxe siècles », in Yves Lequin (dir.), Région (...)
  • 13 Bernadette Angleraud & Catherine Pellissier, Les dynasties lyonnaises : des Morin-Pons aux Mérieux, (...)
  • 14 Pierre Cayez, Crises et croissance de l’industrie lyonnaise, 1850-1900, Lyon, CNRS, 1980. Fabienne (...)

5Lyon et Bordeaux ont cependant toutes deux rejeté l’essentiel de ces espaces du capital dans un relatif oubli, voire dans la patine du temps, puisque le Vieux Lyon de notre enfance « sentait la pisse de chat » (comme on disait à Lyon), c’est-à-dire que « les allées » (les couloirs du rez-de-chaussée) n’ouvraient plus que sur des résidences de pauvres gens. Les investissements du capital s’orientaient désormais vers d’autres quartiers : les sièges sociaux des 400 maisons des « soyeux » (le négoce supervisant les ultimes ateliers de la Croix-Rousse10 et surtout des usines mécanisées situées dans l’ensemble de la région lyonnaise)11, des banques12 (Guérin, Société lyonnaise de dépôts, Veuve Morin-Pons, etc.) se sont étalés dans les immeubles construits par des sociétés de promotion « haussmanniennes » au centre de la Presqu’île, tandis que les familles elles-mêmes logeaient le plus souvent dans des hôtels particuliers ou de riches immeubles situés dans la partie nord de la rive gauche du Rhône (boulevard des Belges, Brotteaux, cours Vitton). Moins « beaux » mais plus fonctionnels, ces immeubles de bureaux et de logement bourgeois ont structuré l’espace capitaliste lyonnais jusqu’aux années 1960-1970. D’ailleurs, nombre de « dynasties »13 se sont renouvelées sur place, quand des patrons de la soierie, du négoce ou de l’industrie traditionnelle ont investi dans les branches émergentes de la deuxième révolution industrielle (automobile, textiles chimiques, mécanique, électrométallurgie, etc.)14 ou ont été rejointes au sein de la grande bourgeoisie par des familles de « parvenus ». Cet espace du capital s’est ainsi renouvelé, maintenu, enrichi, étendu, et le « boulevard des Belges » en est devenu le symbole, même si les usines étaient construites dans l’Est lyonnais ou au Sud (Feyzin, Vénissieux), créant de nouveaux et vastes espaces du peuple.

  • 15 Paradoxalement, une véritable histoire du négoce vinicole girondin manque encore… Cf. Paul Butel, « (...)
  • 16 Hubert Bonin, « Les Bordelais de l’économie des services. L’esprit d’entreprise dans le négoce, l’a (...)
  • 17 Hubert Bonin, Histoire de la Société bordelaise de CIC, 1880-1990, Bordeaux, L’Horizon chimérique, (...)
  • 18 Hubert Bonin, « La splendeur des Samazeuilh, banquiers à Bordeaux 1810-1913 », Revue historique, 19 (...)
  • 19 Hubert Bonin, La Banque nationale de crédit. Histoire de la quatrième banque de dépôts française en (...)
  • 20 Hubert Bonin, Marie-Brizard, 1755-1995, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1995.
  • 21 Dominique Bardinet (et alii), La collection Bardinet. 94 affiches sur le thème des spiritueux, Bord (...)
  • 22 Jean Dumas, « Y a-t-il eu des capitaines d’industrie en Aquitaine ? » in Hubert Bonin (dir.), Cinqu (...)
  • 23 Cf. Mark Granovetter & Richard Swedberg (dir.), The Sociology of Economic Life, Boulder, Westview P (...)
  • 24 Hubert Bonin, « L’industrie agroalimentaire du grand Sud-Ouest aux xixe-xxe siècles. Un renversemen (...)
  • 25 Robert Coustet & Marc Saboya, Bordeaux. La conquête de la modernité. Architecture et urbanisme à Bo (...)
  • 26 Hubert Bonin & Olivier Pétré-Grenouilleau, « Deindustrialisation and reindustrialisation : the case (...)
  • 27 Paul Terrasson, L’Industrie huilière en France et en Aquitaine de 1945 à 1993. Rappel des origines,(...)

6Bordeaux a connu le même phénomène, mais selon un processus de différenciation exprimant un système productif original. L’espace du capital est devenu celui du négoce du vin15, avec l’épanouissement du quartier des Chartrons, au sud de la place des Quinconces. Une partie du centre ancien a néanmoins été reconvertie ; les immeubles grands bourgeois du siècle passé sont devenus souvent le siège des activités du tertiaire supérieur16 : les étages de nombre d’hôtels particuliers ont été transformés en plates-formes de bureaux, tels les sièges des banques (Société bordelaise de CIC17, Samazeuilh18, Banque nationale de crédit19, Lafargue, ces deux maisons restant aujourd’hui encore les succursales bordelaises de BNP Paribas). Le capitalisme bourgeois a été mâtiné de sociétés anonymes, mais a gardé son terroir, autour du cours du Chapeau rouge, du cours de l’Intendance ou des allées de Tourny. Et surtout, ce capitalisme s’est diversifié, par apports successifs de familles immigrées ou de familles issues du grand Sud-Ouest, toutes venues renouveler l’esprit d’entreprise commercial sur les rives de la Garonne : après avoir réoccupé et rénové les hôtels des siècles antérieurs au sein du quartier des Chartrons, ces grands et moyens bourgeois ont essaimé entre le Jardin public et le cours du Médoc. Ce capitalisme comprenait en effet nombre de petites et moyennes maisons, comme dans les alcools, avec des « grands », dans le négoce – les gérants de Marie Brizard & Roger20, de Bardinet21, de Besse-Cabrol & Neveux, de Faure, etc. – ou l’industrie22 et des « petits » ; et toutes ont fait construire des maisons bourgeoises, souvent à la fois destinées à l’habitation et aux bureaux, ou spécialisées dans l’un ou l’autre, en dessinant un espace de proximité capitaliste utile à l’enracinement et aux connexions23. Des maisons bourgeoises cossues ont fleuri, mais les sièges sociaux se coulaient harmonieusement dans ces rues puisque eux aussi ressemblaient à de grands hôtels particuliers, comme celui de Louit24 rue du Jardin-Public, celui de Mestrezat cours de la Martinique, celui de Mähler-Besse rue Camille-Godard ou celui de Calvet cours du Médoc – et cela encore dans des lotissements grands bourgeois des années 1920, d’où quelques belles maisons de style Arts déco25, encore que le pastiche du néoclassique « ancien » ait encore prévalu (comme autour de la Barrière du Médoc). Comme à Lyon, un espace de l’usine (et du peuple) s’était constitué plus en aval (Bacalan)26 et au nord (La Bastide et Bassens)27, mais dénué généralement de l’espace résidentiel et tertiaire qui caractérise le lieu de la décision capitaliste elle-même.

  • 28 Stéphane Blondel, « Une Bourse de province entre crises et krachs dans la seconde moitié du xixe si (...)
  • 29 Paul Butel (dir.), Jean-Claude Drouin, Georges Dupeux & Christian Huetz de Lemps, Histoire de la Ch (...)
  • 30 Alain Plessis, « Pour une histoire du rôle de la Banque de France dans le très grand Sud-Ouest », i (...)

7Dans les deux cités, les « capitalistes » ont édifié leur « temple », le palais de la Bourse où se sont regroupés à Lyon la Bourse et la Chambre de commerce (et d’industrie) sur la place de la Bourse, et à Bordeaux la Bourse28, la Chambre de commerce (et d’industrie)29, mais aussi le siège du Port autonome de Bordeaux à partir du milieu des années 1920 puis même aussi le Comité d’expansion Bordeaux-Aquitaine dans les années 1950-1990. Les « capitalistes » trouvaient dans ces deux « palais » à la fois de quoi s’assurer des financements longs (grâce au marché financier), un lieu de pouvoir (le bureau de la Chambre de commerce) et une légitimité (par le biais de ces beaux bâtiments pompeux et quasi « versaillais »). Tout près, rue de la République à Lyon et rue Esprit-des-Lois à Bordeaux, la succursale de la Banque de France30 renforçait l’emprise des capitalistes, à la fois parce que certains d’entre eux appartenaient à son comité d’escompte et parce que la banque centrale procurait sa gamme de refinancements (escompte, etc.) et assurait ainsi la « liquidité » de la « place » lyonnaise ou bordelaise – et donc in fine peu ou prou la pérennité de son « système capitaliste ».

  • 31 Robert Coustet, « Histoire de l’architecture viticole bordelaise », in Châteaux Bordeaux, Paris, Ce (...)

8Il faudrait (classiquement) ajouter que cet espace du capitalisme résidentiel et bourgeois a essaimé en zone rurale, puisque ces familles riches disposaient de leur maison de campagne. Les grandes propriétés bourgeoises de l’Ouest lyonnais (Ecully, etc.) ont perduré jusqu’à leur lotissement en résidences de standing à partir des années 1960. Les « chartreuses » ont fleuri au xixe siècle dans la banlieue bordelaise, de Talence à Parempuyre, de Bassens à Floirac, notamment. Toutefois, si les bourgeois lyonnais des siècles anciens aimaient à posséder un vignoble, ce sont surtout les Bordelais qui ont diversifié leurs actifs en se dotant de domaines viticoles31, car ce vignoble de « grands crus » se prêtait indéniablement mieux à des investissements de prestige que le Beaujolais…, et nombre de grands bourgeois lyonnais préféraient acquérir un appartement de luxe sur Paris ou sur la côte méditerranéenne. Cela dit, les familles girondines ont elles aussi subi le tropisme maritime, et orienté une fraction de leur patrimoine vers des résidences estivales, sur la rive droite de la Gironde (Pontaillac, Royan, Saint-Georges-de-Didonne) ou sur le bassin d’Arcachon, puisque les réseaux de sociabilité y dupliquaient le mode relationnel de la « capitale » bordelaise, en resserrant « le capital social » et même en contribuant à des rencontres entre jeunes (plage, club de voile, rallyes, cheval) propices à de futures stratégies matrimoniales.

Troisième révolution industrielle et recomposition de l’espace capitaliste

  • 32 Paul Butel, Les dynasties bordelaises, de Colbert à Chaban, Paris, Perrin, 1991.
  • 33 Jacques Bonnet, Lyon place tertiaire. Contribution à une géographie des affaires, thèse de doctorat (...)
  • 34 INSEE Aquitaine, Atlas de l’agglomération bordelaise, no 29, novembre 1998. INSEE Aquitaine, Atlas (...)
  • 35 Jean Dumas, « Les zones industrielles de l’agglomération bordelaise », Revue géographique des Pyrén (...)
  • 36 Jean Dumas, « Y a-t-il eu des capitaines d’industrie en Aquitaine ? » in Hubert Bonin (dir.), Cinqu (...)
  • 37 Élie Desplat & Jacques Quenivet, Les compagnies maritimes à Bordeaux, collection des Bordeaux, Cahi (...)
  • 38 François Audibert, « La transformation de la Caisse d’épargne Aquitaine-Nord en “banque universelle (...)
  • 39 Hubert Bonin, « The Ginestet case study. Internationalisation as a way to renew Bordeaux wine econo (...)
  • 40 Stéphane Boyer, « Les fusions du Crédit agricole en Aquitaine au tournant du 21e siècle : vers une (...)
  • 41 Armand Percheron, Valeurs d’amont. La Banque populaire du Sud-Ouest des origines à nos jours, Borde (...)

9La Grande Crise qui a bouleversé le système productif entre le milieu des années 1970 et le tournant du xxie siècle a sapé les dynasties lyonnaises et bordelaises32, mis à bas le négoce et l’industrie devenus traditionnels. L’espace du capital a été victime d’un tsunami économique et urbanistique. Les sièges et résidences des maisons capitalistes lyonnaises ont disparu pour l’essentiel : leurs immeubles ont vécu une « décadence » car, après leur division en appartements de standing, ils ont accueilli des moyens bourgeois. Les entreprises enracinées dans le terroir local qui ont résisté au choc concurrentiel ont dû rejoindre le monde de « la fonctionnalité managériale » : les agglomérations lyonnaise33 et bordelaise34 ont toutes deux, on le sait, vécu le transfert des plates-formes d’activités de tertiaire supérieur vers la périphérie ou la banlieue, celle des axes routiers (Pessac, Mérignac, en Gironde), ferroviaires (autour de la nouvelle gare de La Part-Dieu à Lyon), voire aéroportuaires, mais surtout en fait celle des espaces recomposés grâce au départ des armées, des usines (suite à la désindustrialisation de Bordeaux au profit de la grande banlieue35 ou à l’érosion de l’esprit capitaliste industriel girondin36), des entrepôts – notamment suite à la recomposition de l’espace portuaire fluvial37. Mériadeck à Bordeaux (avec en particulier l’acte architectural fort qu’a représenté le nouveau siège de la Caisse d’épargne de Bordeaux, puis Aquitaine-Nord puis enfin depuis 2008 Aquitaine-Poitou-Charentes38), la Part-Dieu et Vaise, à Lyon, en sont les symboles, car le capital a besoin de grands immeubles accueillant les outils informatiques, les cadres et leurs secrétaires, les pôles de télécommunication, etc. Le négoce du vin resté bordelais est pour l’essentiel en banlieue (Blanquefort, Carignan-de-Bordeaux39, etc.), et nombre de sièges régionaux des journaux, des banques, des assurances, des firmes logisticiennes (Bordeaux Fret, Bordeaux Nord, Bègles) ou multiservices ont elles aussi rejoint les faubourgs modernes de la gestion et de la décision, les fameux « parcs tertiaires » comme ceux de Pessac et Mérignac en Gironde, d’Ecully et de Villeurbanne à Lyon, ou des espaces plus larges propices au « desserrement » des activités (comme le Crédit agricole40 sur les boulevards, l’imprimerie puis la rédaction de Sud Ouest ou le siège de la Banque populaire du Sud-Ouest41 sur les quais de la rive droite).

  • 42 Véronique Lefebvre (dir.), Fayat, une histoire à hauteur d’hommes (1957-2007), Paris, Le Cherche Mi (...)
  • 43 Bien entendu, nous ne saurions utiliser ici le terme de « clusties » inventé par une équipe de notr (...)

10Pourtant, l’espace capitaliste est parti à la reconquête des centres traditionnels, car le processus de « réhabilitation » permet la métamorphose d’immeubles anciens en espaces tertiaires fonctionnels (et numérisés) – tel le siège de la grande entreprise de BTP Fayat en plein cœur de Bordeaux42 ; ou bien des « verrues » sont remplacées par des immeubles modernes insérés dans le tracé classique, puisque l’outil numérique permet de s’appuyer sur l’infogérance informatique et la télétransmission pour alléger les besoins en espace pour le traitement et le stockage de l’information. Il redevient « chic » de travailler dans le centre, où se regroupent dorénavant de plus en plus – en concurrence avec la périphérie et la banlieue – des plates-formes de communication « corporate » (publicité, communication institutionnelle), d’ingénierie numérique (sites Internet, graphistes-maquettistes, édition), d’ingénierie de l’argent (gestion de patrimoine, banque d’entreprise) ou de gestion des délégations de services publics. Les représentants du capitalisme y œuvrent à nouveau, en parallèle avec leurs homologues des plates-formes tertiaires de banlieue, d’où une nouvelle moyenne bourgeoisie supérieure, celle des cadres dirigeants et supérieurs d’entreprises locales (Gaz de Bordeaux, place Ravezies, par exemple) et des délégations régionales des firmes parisiennes. Des « systèmes productifs locaux43 » numériques surgissent même, à Lyon, sur les pentes de la Croix-Rousse, et (à une moindre échelle, car deux groupes successifs, Kalisto et In Fusio, se sont effondrés) près des pôles de décision politiques et administratifs, près des lieux de sociabilité culturels et gastronomiques qui ont renouvelé le mode de relation managériale, à Bordeaux, dans les Chartrons et à la Rousselle.

  • 44 Jean-Paul Charrié & Jean Dumas, « Le système économique bordelais. Tertiairisation accrue et restru (...)
  • 45 Émile Victoire (et alii), Sociologie de Bordeaux, Paris, La Découverte, 2007.

11Le « vieux centre » redémarre en pôle de tertiaire supérieur44, en phénomène de mode. Bankables et fashionables se retrouvent alors au point de rencontre du capital argent moyen bourgeois supérieur, du capital social et du capital culturel ; un pôle de vente aux enchères a ainsi remplacé le siège des rhums Bardinet dans les Chartrons ; l’Entrepôt Laîné est devenu un lieu d’exposition d’art contemporain et un restaurant couru, des galeries d’art, des magasins d’antiquité et des restaurants « à concept » foisonnent tout autour, du Pavé des Chartrons au quartier Notre-Dame, au cœur des réseaux de travail et de contacts d’une nouvelle bourgeoisie moyenne45. L’habitat lui-même exprime ce « retour au centre », par le biais de « maisons de ville », de « lofts », l’achat d’anciens immeubles grands bourgeois lotis et désormais transformés en nouveaux immeubles grands bourgeois. Des hôtels particuliers sont ravalés, réaménagés et numérisés pour accueillir le tertiaire supérieur, des galeries d’art ou des « bobos » supérieurs : Lyon et Bordeaux vivent à leur rythme et à leur dimension le phénomène du Marais parisien ou du South Kensington londonien.

***

  • 46 Jean Dumas, Les Activités industrielles dans la Communauté urbaine de Bordeaux. Études de géographi (...)
  • 47 Marie-Claude Bélis-Bergouignan, Économie du département de la Gironde, Bordeaux, Éditions Sud Ouest (...)
  • 48 Pierre Laborde (dir.), Bordeaux, métropole régionale, ville internationale ?, Paris, La Documentati (...)

12Bref, sans originalité, cet essai a tenté de saisir les grands « moments » de l’évolution de la géographie du capital lyonnais et bordelais, des acteurs de la décision et de la gestion à l’échelle locale, tandis que les usines – dont celles étudiées de façon magistrale par Jean Dumas46 – fleurissaient et que les peuples et les petites bourgeoisies construisaient eux aussi leurs espaces de vie. Notre intention était toutefois de montrer que, même à une échelle locale, les espaces du capital et surtout des capitalistes composent leur propre maillage, tout comme à l’échelle régionale47 ou à l’échelle internationale48.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Bonin Hubert, Les tabous de Bordeaux, Bordeaux, Le Festin, 2010.

Bonin Hubert, Hodeir Catherine & Klein Jean-François (dir.), L’esprit économique impérial (1830-1970). Groupes de pression & réseaux du patronat colonial en France & dans l’empire, Paris, Publications de la Sfhom, 2008.

Bonin Hubert, Adrien Marquet, les dérives d’une ambition. Bordeaux, Paris, Vichy (1924-1955), Bordeaux, Confluences, 2007.

Notes

1 Cf. Anne-Marie Cocula (dir.), Aquitaine, 2000 ans d’histoire, Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, 2000.

2 Cf. Hubert Bonin, Connaître Lyon, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2003.

3 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine à Lyon au xvie siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1971.

4 Cf. Yves Lequin (dir.), Région Rhône-Alpes, 500 années-lumière. Mémoire industrielle, Paris, Plon, 1991.

5 Michel Figeac, Histoire des Bordelais, tome I, La modernité triomphante (1715-1815), Bordeaux, Mollat & Fédération historique du Sud-Ouest, 2002.

6 Silvia Marzagalli, « A vital link in wartime : The organization of a trade and shipping network between the United States and Bordeaux, 1793-1815 », Research in Maritime History, no 15, 1998, p. 199-219. Silvia Marzagalli, « Guerre et création d’une réseau commercial entre Bordeaux et les États-Unis, 1776-1815. L’impossible économie du politique », in Silvia Marzagalli & Brunot Marnot (dir.), Guerre et économie dans l’espace atlantique du xvie au xxe siècles, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2006, p. 375-394.

7 Hubert Bonin, « La construction d’un système socio-mental impérial par le monde des affaires ultramarin girondin (des années 1890 aux années 1950) », in Hubert Bonin, Catherine Hodeir & Jean-François Klein, L’esprit économique impérial (1830-1970). Groupes de pression & réseaux du patronat colonial en France & dans l’empire, Paris, Publications de la Sfhom, 2007, p. 243-286.

8 Paul Butel, « Traditions et renouvellements dans le négoce bordelais sous la Restauration », in L’économie française du xviiie au xxe siècles. Perspectives nationales et internationales. Mélanges offerts à François Crouzet, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 629-642. Michel Espagne, « Les Allemands de Bordeaux au début du xixe siècle. L’exemple des familles Gaden, Meyer, Klipsch », in Gilbert Merlio & Nicole Pelletier (dir.), Bordeaux au temps de Hölderlin, Francfort et Paris, Peter Lang, 1997, p. 53-78. Hubert Bonin, Les patrons du Second Empire. Bordeaux & en Gironde, Paris, Picard-Cénomane, 1999. Jean Lhomme, La grande bourgeoisie au pouvoir, 1830-1880, Paris, Presses universitaires de France, 1960.

9 Hervé Guichoux, L’Exposition maritime internationale de Bordeaux en 1907, Bordeaux, CEDEROM, 2007. Christelle Lozère, Bordeaux colonial, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2007.

10 Cf. Lyon, l’argent, le commerce et la soie, Lyon, Éditions La Manufacture-Lyonnaise de Banque, 1986.

11 Pierre Cayez, Métiers Jacquard et hauts fourneaux. Aux origines de l’industrie lyonnaise, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1978.

12 Hubert Bonin, « Les banques rhône-alpines aux xixe et xxe siècles », in Yves Lequin (dir.), Région Rhône-Alpes, 500 années-lumière. Mémoire industrielle, Paris, Plon, 1991. Claire Chaumel, Lyonnaise de banque. 125 ans de chroniques, Lyon, 1991. Jean Labasse, Les capitaux et la région. Étude géographique. Essai sur le commerce et la circulation des capitaux dans la région lyonnaise, Paris, Armand Colin, 1955.

13 Bernadette Angleraud & Catherine Pellissier, Les dynasties lyonnaises : des Morin-Pons aux Mérieux, du xixe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 2003.

14 Pierre Cayez, Crises et croissance de l’industrie lyonnaise, 1850-1900, Lyon, CNRS, 1980. Fabienne Gambrelle & Félix Torres, Innover pour la vie. Rhône-Poulenc, 1895-1995, Paris, Albin Michel, 1995. Pierre Cayez, Rhône-Poulenc, 1895-1975. Contribution à l’étude d’un groupe industriel, Paris, Armand Colin-Masson, 1988. Michel Laferrère, Lyon ville industrielle. Essai d’une géographie urbaine des techniques et des entreprises, Paris, Presses universitaires de France, 1960. Monique Chapelle, Berliet, Brest, Éditions Le Télégramme, 2005.

15 Paradoxalement, une véritable histoire du négoce vinicole girondin manque encore… Cf. Paul Butel, « Des négociants allemands de Bordeaux aux xviiie et xixe siècles : les Schröder & Schyler et les Cruse », in Alain Ruiz (dir.), Présence de l’Allemagne à Bordeaux du siècle de Montaigne à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 1997, p. 57-64. Paul Butel, « La maison Cruse & Hirschfeld au milieu du xixe siècle », Chronique d’histoire maritime, 1998, II, no 38, p. 42-46. Jeannine Rousset, « La maison J.-H. Secrestat aîné à Bordeaux, 1851-1956 », in FHSO (dir.), Vignes, vins et vignerons de Saint-Émilion et d’ailleurs, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2000, p. 291-306.

16 Hubert Bonin, « Les Bordelais de l’économie des services. L’esprit d’entreprise dans le négoce, l’argent et le conseil ». « Les Bordelais patrons face à l’histoire économique », in Pierre Guillaume (dir.), Histoire des Bordelais, tome 2. Une modernité attachée au passé 1815-2002, Bordeaux, Mollat & Fédération historique du Sud-Ouest, 2002, p. 59-86.

17 Hubert Bonin, Histoire de la Société bordelaise de CIC, 1880-1990, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1990. Hubert Bonin, « Coffres & barriques. Banque et vins en Gironde, 1900-1960 », in Claudine Le Gars & Philippe Roudié (dir.), Des vignobles & des vins à travers le monde, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 1996, p. 79-96.

18 Hubert Bonin, « La splendeur des Samazeuilh, banquiers à Bordeaux 1810-1913 », Revue historique, 1993, n ° 288, p. 349-389. Hubert Bonin, « Vieille banque et nouvelle banque : les banques bordelaises au tournant du xxe siècle », in Michel Lescure & Alain Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, Paris, Albin Michel, Mission historique de la Banque de France, 1999, p. 237-273.

19 Hubert Bonin, La Banque nationale de crédit. Histoire de la quatrième banque de dépôts française en 1913-1932, Paris, PLAGE, 2002.

20 Hubert Bonin, Marie-Brizard, 1755-1995, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1995.

21 Dominique Bardinet (et alii), La collection Bardinet. 94 affiches sur le thème des spiritueux, Bordeaux, Burdin, 1992.

22 Jean Dumas, « Y a-t-il eu des capitaines d’industrie en Aquitaine ? » in Hubert Bonin (dir.), Cinquante ans en Aquitaine, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1995.

23 Cf. Mark Granovetter & Richard Swedberg (dir.), The Sociology of Economic Life, Boulder, Westview Press, 1991, réédition, 2002. Brian Uzzi, « The sources and consequences of embeddedness for the economic performance of organisations : the network effect », American Sociological Review, 1996, no 61, p. 674-698.

24 Hubert Bonin, « L’industrie agroalimentaire du grand Sud-Ouest aux xixe-xxe siècles. Un renversement historique du positionnement dans les flux économiques », in Jacques Marseille (dir.), Les industries agroalimentaires en France. Histoire & performances, Paris, Le Monde Éditions, 1997, p. 121-160.

25 Robert Coustet & Marc Saboya, Bordeaux. La conquête de la modernité. Architecture et urbanisme à Bordeaux et dans l’agglomération de 1920 à 2003, Bordeaux, Mollat, 2005.

26 Hubert Bonin & Olivier Pétré-Grenouilleau, « Deindustrialisation and reindustrialisation : the case of Bordeaux and Nantes », in Franco Amatori, Andrea Colli & Nicola Crepas (dir.), Deindustrialization & Reindustrialization in 20th Century Europe, Milan, FrancoAngeli, 1999, p. 233-262.

27 Paul Terrasson, L’Industrie huilière en France et en Aquitaine de 1945 à 1993. Rappel des origines, Bordeaux, La Mémoire de Bordeaux, 1996.

28 Stéphane Blondel, « Une Bourse de province entre crises et krachs dans la seconde moitié du xixe siècle : le Parquet de Bordeaux », Annales du Midi, no 223, juillet-septembre 1998, p. 293-318. Stéphane Blondel, « Les agents de change et la Bourse de Bordeaux au xixe siècle », Études & documents, no 9, 1997, Publications du Comité pour l’histoire économique & financière de la France, p. 241-318.

29 Paul Butel (dir.), Jean-Claude Drouin, Georges Dupeux & Christian Huetz de Lemps, Histoire de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux, 1705-1985, Bordeaux, CCIB, 1988.

30 Alain Plessis, « Pour une histoire du rôle de la Banque de France dans le très grand Sud-Ouest », in H. Bonin & Christophe Lastécouères (dir.), Les banques du grand Sud-Ouest. Système bancaire et gestion des risques (des années 1900 à nos jours), Paris, PLAGE, 2006, p. 79-95.

31 Robert Coustet, « Histoire de l’architecture viticole bordelaise », in Châteaux Bordeaux, Paris, Centre Georges Pompidou, 1988.

32 Paul Butel, Les dynasties bordelaises, de Colbert à Chaban, Paris, Perrin, 1991.

33 Jacques Bonnet, Lyon place tertiaire. Contribution à une géographie des affaires, thèse de doctorat d’État de géographie, Université de Lyon 2, 1982, Édisud-Atelier national de reproduction des thèses, Université de Lille 3.

34 INSEE Aquitaine, Atlas de l’agglomération bordelaise, no 29, novembre 1998. INSEE Aquitaine, Atlas de l’agglomération bordelaise, no 158, avril 2006. M. Lacan, Michel Mouton-Barrère & Dominique Prost, L’agglomération bordelaise, un espace en mutation, Bordeaux, CRDP d’Aquitaine, 2003.

35 Jean Dumas, « Les zones industrielles de l’agglomération bordelaise », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1965, p. 415-420.
Franck Coustou, Pharmacie : de l’officine à la grande industrie. Origines et évolution de l’industrie pharmaceutique à Bordeaux, Cahiers de La Mémoire de Bordeaux, no 2, Bordeaux, 1992. Clarisse Cazals & Yannick Lung, « Ford’s transmission plants in Bordeaux-Blanquefort : The challenge of competitiveness within the firm’s international division of labour », in Hubert Bonin, Yannick Lung & Steven Tolliday (dir.), Ford, 1903-2003 : The European History, Paris, Plage, 2003, p. 411-425. Claude Carlier & Luc Berger, Dassault. 1945-1995, 50 ans d’aventure aéronautique, Paris, Éditions du Chêne-Hachette Livres, 1996 ; deux volumes : L’entreprise ; Les programmes. Roland Garros (dir.), L’aéronautique à Bordeaux, Bordeaux, Cahiers de La Mémoire de Bordeaux, no 3, 1993. Félix Torres & Xavier Lhomme, La maîtrise du feu. 40 ans de propulsion solide et de composites. Snecma Propulsion solide, Paris, Docavia-Larivière, 2004.

36 Jean Dumas, « Y a-t-il eu des capitaines d’industrie en Aquitaine ? » in Hubert Bonin (dir.), Cinquante ans en Aquitaine, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1995, p. 123-137.

37 Élie Desplat & Jacques Quenivet, Les compagnies maritimes à Bordeaux, collection des Bordeaux, Cahiers de La Mémoire de Bordeaux, no 4, 1993. Robert Chevet, Le port de Bordeaux au xxe siècle, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1995. Alexandre Fernandez, « Économie et nostalgie : les Bordelais et le port », in Pierre Guillaume (dir.), Histoire des Bordelais, tome II, Bordeaux, Mollat, 2002. Roger & Christian Bernadat, Quand Bordeaux construisait des navires. Histoire de la construction navale à Bordeaux, Camiacet-Saint-Denis, Éditions de l’Entre-deux-mers, 2006. Alexandre Fernandez, « Sur la disparition des activités de construction navale à Bordeaux », Revue d’histoire maritime, no 7, PUPS, 2e semestre, p. 263-275.

38 François Audibert, « La transformation de la Caisse d’épargne Aquitaine-Nord en “banque universelle” régionale : les contraintes de l’effort d’adaptation (depuis le tournant des années 1990) », in Hubert Bonin & Christophe Lastécouères (dir.), Les banques du grand Sud-Ouest. Système bancaire et gestion des risques (des années 1900 à nos jours), Paris, PLAGE, 2006, p. 467-488.

39 Hubert Bonin, « The Ginestet case study. Internationalisation as a way to renew Bordeaux wine economy’s enterprise spirit, 1978-2000 » (avec Christian Delpeuch), in H. Bonin (et alii, dir.), Transnational Companies, 19th-20th Centuries, Paris, PLAGE, 2002.

40 Stéphane Boyer, « Les fusions du Crédit agricole en Aquitaine au tournant du 21e siècle : vers une banque régionale ? », in H. Bonin & Christophe Lastécouères (dir.), Les banques du grand Sud-Ouest. Système bancaire et gestion des risques (des années 1900 à nos jours), Paris, PLAGE, 2006, p. 383-389. Hubert Bonin, Le Crédit agricole de la Gironde, Bordeaux, Crédit agricole d’Aquitaine, 2002.

41 Armand Percheron, Valeurs d’amont. La Banque populaire du Sud-Ouest des origines à nos jours, Bordeaux, BPSO, 2005.

42 Véronique Lefebvre (dir.), Fayat, une histoire à hauteur d’hommes (1957-2007), Paris, Le Cherche Midi, 2007.

43 Bien entendu, nous ne saurions utiliser ici le terme de « clusties » inventé par une équipe de notre centre de recherche GRETHA car un tel anglicisme nous paraît délicieusement shocking !

44 Jean-Paul Charrié & Jean Dumas, « Le système économique bordelais. Tertiairisation accrue et restructurations industrielles », in Pierre Laborde (dir.), Bordeaux. Métropole régionale, ville internationale ?, Les études de La Documentation française, Paris, 1998, p. 141-168.

45 Émile Victoire (et alii), Sociologie de Bordeaux, Paris, La Découverte, 2007.

46 Jean Dumas, Les Activités industrielles dans la Communauté urbaine de Bordeaux. Études de géographie économique et sociologique, Bordeaux, Bière, 1980 (deux volumes).

47 Marie-Claude Bélis-Bergouignan, Économie du département de la Gironde, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2000. Hubert Bonin (dir.), Cinquante ans en Aquitaine, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1995. Nous renvoyons également à l’ensemble des travaux de l’équipe de Joseph Lajugie puis Pierre Delfaud et Claude Lacour à l’IERSO (Université de Bordeaux 1 puis Bordeaux 4).

48 Pierre Laborde (dir.), Bordeaux, métropole régionale, ville internationale ?, Paris, La Documentation française, 1998.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search