Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Synergies : les énergies urbaines

Introduction

Texte intégral

1Après les sémiotiques et les langages de l’urbain, les stratégies et les acteurs de l’urbain, la troisième thématique de ces questions à la ville aborde les synergies et les énergies urbaines. Le terme synergie évoque les forces complexes qui s’associent pour construire la ville. Cette mise en commun d’énergies diverses participe à la construction et à l’accomplissement de l’urbain par addition de potentialités. Trois d’entre elles ont été retenues. Celles des apparences et des structures souvent liées à l’histoire et au lien entre le passé et le présent, celles des secteurs qui ne sont pas seulement économiques et qui souvent organisent les territoires urbains, et celles des expressions autour des loisirs, du sport et du tourisme qui, en jouant sur l’urbanité, associent tout ce qui fait la ville dans une logique d’interaction sociale, de rencontres et d’échanges liés à l’abondance des services.

2Sur le premier point, celui des apparences et des structures, Hubert Bonin analyse l’histoire économique de deux villes capitalistes, Lyon et Bordeaux, qui ont laissé des traces dans l’histoire locale, régionale et internationale du capital. La recomposition des systèmes productifs a remodelé l’espace à partir de pouvoirs, de richesses et d’intelligences stratégiques entrepreneuriales. À travers l’évolution de la géographie du capital, Hubert Bonin montre comment les acteurs décisionnels initient, au niveau local, de grandes entreprises, alors que les peuples et les petites bourgeoisies construisent leurs espaces de vie.

3Christophe Bouneau évoque les réseaux techniques ferroviaires et électriques qui ont, de la fin du xixe siècle au début du xxe, été constitutifs de la métropole contemporaine et ont contribué à la hiérarchisation des villes. Ces grands réseaux techniques se combinent sur des registres variés, à la fois internes aux agglomérations, mais aussi liés à la hiérarchie des niveaux urbains. Les réseaux ferroviaires ont marqué la première industrialisation, mais sont remis en cause par de nouveaux aménagements qui posent la question des logiques spatiales de l’innovation.

4Bruno Fayolle Lussac montre que la ville palimpseste reste révélatrice des visées du présent en choisissant ce qu’il convient de garder pour le transmettre et ce qu’il faut effacer. Il distingue deux figures, celle de la ville historique et celle des territoires de l’extension urbaine, c’est-à-dire un socle d’espaces correspondant à des sites tant naturels que culturels et aux représentations qui leur sont liées. Il propose de considérer la ville contemporaine comme un hyperpalimpseste résultant d’une infinité d’opérations, de destructions et de reconstructions.

5Alexandre Fernandez étudie la spécificité des réseaux de distribution électrique qui ont transformé la conception de la ville et la vie du citadin en opérant une double rupture. Anthropologique d’abord en privatisant la quotidienneté puisque le raccordement est tout à la fois lien avec la collectivité et instrument de l’appropriation individuelle de la distribution. Plus globale ensuite en agissant sur le « métabolisme urbain » et en proposant la ville éclairée, composante essentielle du bien-être collectif.

6Claude Lacour, en étudiant les fonctions métropolitaines, souligne leur importance et la nécessité de mettre en œuvre une « critériologie positive ». Ces fonctions sont hiérarchisées selon diverses échelles, de la petite ville, des villes moyennes ou de la grande ville ; elles sont relatives dans le temps et, pour les plus importantes, indissociables de la concurrence internationale et de la compétitivité. Le processus de métropolisation est réservé aux villes qui cumulent les fonctions de capitale politique, administrative, culturelle et accentuent la concentration de ce que Claude Lacour appelle les 5 C fondamentaux, et notamment ceux relevant des fonctions de commandement, de coordination, de contrôle et de création de codes.

7Enfin, Franck Scherrer souligne que la ville réseau, celle des services urbains (eau, assainissement, transport, voirie, énergie, communication…), injustement minorée au profit du logement qui a dominé longtemps la pensée urbaine, est incontournable pour comprendre l’organisation des villes. Il pose l’hypothèse qu’après l’installation de services pour tous, la modification de leur gestion et l’arrivée de nouveaux réseaux deviennent un accélérateur de la fragmentation socio-spatiale de la ville.

8La ville ne résulte pas seulement de processus économiques, elle se construit autour d’opinion, de croyances, de solidarités multiples. Alain Garrigou, en abordant la question des opinions publiques rappelle comment, à la fin du xixe siècle, les élections ont permis, surtout dans les villes, l’émergence des conditions de la vie démocratique. Cette participation influencée par les réseaux d’interconnaissance et d’influence n’est pas nécessairement vertueuse car la politique peut avoir des calculs qui ne sont pas toujours moraux.

9Raymond Courcy analyse les mutations des paroisses catholiques où peuvent être observés de profonds changements dans les pratiques religieuses. La modernité a fait éclater le système holiste de l’organisation paroissiale et a engagé le passage de la paroisse « enclos » à la paroisse « pôle » où les individus vivant des relations plus autonomes peuvent trouver d’autres repères de proximité.

10Jacques Palard élargit la réflexion à diverses confessions qui prennent place dans l’espace urbain. Elles ne sont pas seulement pourvoyeuses de rites ou de services, mais contribuent à la socialisation de leurs membres et à la construction de « l’esprit du lieu ». Pour l’auteur, elles participent, par leurs références culturelles et leurs représentations idéologiques, à une régulation du politique.

11Dans le registre de la culture, Françoise Tagliano-Des Garets analyse comment trois maires de Bordeaux d’envergure nationale ont proposé depuis 1925 trois politiques culturelles qui ont laissé des traces. Dans tous les cas, la culture, au-delà des formes d’expressions multiples qu’elle propose, reste un instrument précieux au service du pouvoir politique.

12Avec Jean Petaux, c’est la question des solidarités urbaines et de la démocratie partisane qui est posée. L’étude des résultats des élections municipales de 2008 en Gironde est l’occasion de souligner le rôle des partis politiques et des réseaux de ville qui se constituent autour de l’intercommunalité et des différents échelons territoriaux.

13Enfin, dans une perspective comparative entre le Canada et la France, François Hulbert étudie les fusions urbaines en posant la question : comment reconstruire politiquement les agglomérations ? Il analyse les tentatives menées des deux côtés de l’Atlantique pour réaménager les territoires des agglomérations. Dans certains cas, c’est la fin des banlieues en tant que municipalités et ce redécoupage entraîne une réduction d’élus municipaux. La comparaison de Bordeaux et Québec, deux villes jumelées et de taille comparable, est particulièrement stimulante. L’auteur souligne les résistances à la logique de fusion et les différences de contexte entre la France et le Canada, il insiste sur la nécessité de concevoir de nouvelles formes de représentation politique.

14Au-delà des traces de l’histoire et des réseaux dans la ville, les synergies urbaines sont aussi activées par des expressions multiples. Les cultures sportives sont devenues un emblème urbain et les recherches innovantes sur ce sujet initiées à la MSHA justifient que plusieurs auteurs y consacrent une partition. Jean-Paul Callède note l’importance des événements sportifs dans la ville dont beaucoup ont un retentissement international, et il insiste sur le renouvellement des emblématiques à partir des équipements du sport spectacle et de l’enrichissement du lien social et des identités collectives que les activités physiques permettent.

15Anne-Lise Hinnewinkel pose la question des emplois dans les activités urbaines de loisir, question qui concerne un vaste ensemble d’activités longtemps gérées par des bénévoles mais qui, en fonction de la déprise du travail industriel, devient un enjeu d’utilité sociale pour les villes. À partir de l’exemple de trois associations sportives, elle montre comment le couple président/salarié est révélateur des logiques de fonctionnement des clubs susceptibles d’ouvrir un nouveau marché de l’emploi urbain.

16Marina Honta aborde le thème de l’intercommunalité sportive dans les agglomérations où chaque commune reste attachée à ses clubs et ses identités, mais le coût de gestion des équipements impose des coopérations et l’émergence de nouveaux territoires d’action publique.

17La question du genre et de la place des femmes dans la ville reste un sujet insuffisamment étudié. Martine Reneaud explique le processus de rattrapage du retard des femmes dans les activités physiques et sportives. Elle souligne les difficultés d’accès aux postes de décisions des institutions en montrant les tendances en cours.

18Les pratiques culturelles sont une autre dimension des expressions urbaines et leurs institutions et leurs équipements participent depuis longtemps à l’instrumentalisation culturelle des villes. Joël Pailhé considère que les villes ont joué, et jouent encore, un rôle décisif autour des pratiques musicales. Il rappelle que le jazz moderne s’est développé dans les grandes cités américaines et que plus généralement, si la musique contribue à la production des territoires urbains, elle est aussi un produit de la ville.

19À côté des cultures artistiques, les socio-cultures visent à la formation et à la participation culturelle. Jean-Luc Richelle montre l’émergence de villes socioculturelles à partir des actions menées autour de l’animation des jeunes. Il analyse les systèmes d’animation locaux qui tentent de maintenir une certaine unité dans l’organisation sociale en jouant un rôle d’interface entre l’urbanité des espaces et la citadinité turbulente des jeunes et évoque trois modèle de villes et d’animation : celui de la ville romantique qui valorise le mythe du quartier-village, celui de la ville éclatée soumise à la fragmentation et celui de la ville socioculturelle qui tente de dépasser les précédentes. L’ambition idéale de cette ville, animée par des professionnels de la médiation, est de favoriser le bien vivre ensemble à partir de projets éducatifs d’émancipation sociale.

20Enfin, Vincent Vlès démontre que le tourisme est un des leviers des processus d’appropriation et de réappropriation de la ville. Les villes et le tourisme entretiennent une relation ancienne et, à côté des stations touristiques, pratiquement toutes les villes s’engagent dans un développement touristique à partir de leur patrimoine ou d’événements en synergie avec les loisirs et la culture des résidents. Cet investissement donne aux villes un supplément d’urbanité et Vincent Vlès souligne comment les aménagements touristiques sont facteurs d’attractivité. Il note comment, dans certains cas, la mondialisation, en produisant des villes où se côtoient conformisme et banalité, nivelle la perception des lieux et peut entraîner des stratégies d’évitement des populations locales.

21Sans aborder la diversité des thèmes possibles, cette troisième thématique des synergies urbaines propose, dans une perspective pluridisciplinaire, un éventail de réflexions et de recherches concernant le rôle des énergies à l’œuvre dans les villes. Ces énergies participent à la construction, la production et l’évolution des villes. Elles sont abordées à partir d’une dialectique, d’une praxéologie qui fait lien et tension entre théories et pratiques et cherche à penser l’agir local tout en agissant sur la pensée globale.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search