Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Bornes, limites, déviances

Vers une gestion écosanitaire de l’urbanité des rues ?

Michel Parazelli

Texte intégral

1D’un point de vue urbanistique, la forme urbaine de la rue occupe une position géosociale stratégique parmi les autres formes urbaines étant donné sa structure réticulaire rendant possible les connexions entre les divers lieux et les pratiques des citadins. Elle se présente comme une interface entre l’intériorité et l’extériorité devenant ainsi une catégorie fondamentale des espaces communs favorisant des contextes d’interactions interinstitutionnelles.

2Les travaux des historiens de la ville et de la jeunesse nous ont appris un certain nombre de choses sur la fonction régulatrice de la rue en ce qui regarde l’ordre normatif des pratiques de sociabilité d’une époque donnée. Pensons seulement au courant hygiéniste du xixe siècle qui a fait de la propreté un projet de moralisation des classes dangereuses en façonnant l’espace urbain dont les rues dans une perspective d’assainissement, de purification et de circulation. À la fin du xixe siècle, les jeunes qui erraient dans les rues de Paris étaient qualifiés d’« apaches », et les jeunes vagabonds de Montréal, d’« arabes des villes » (Parazelli, 2007). La rue a donc longtemps été imaginée comme le lieu de rencontre entre la culture et ce qui reste de la « nature » en ville, ses aspects sauvages non entièrement domestiqués ou disciplinés (Larsen, 1997).

3La configuration et la régulation de ces espaces communs dépassent donc les simples enjeux d’opérationnalité des diverses modalités de transports, en affectant les normes publiques des pratiques urbaines de socialisation. Sociologiquement définie comme un lieu public, la rue est considérée comme une forme urbaine exemplaire de l’urbanité en tant que lieu de civilité, de mise en scène de la société civile, de la rencontre avec autrui, et ouverte à tous sans discrimination (Ghorra-Gobin, 2006, p. 53). Rappelons que l’idée d’urbanité tend à rendre compte des possibilités de coexistence des différences en ville où vivre ensemble renvoie aux modalités du droit à la ville pour tous les citoyens. Aussi idéalisée soit-elle, cette conception démocratique de la vie urbaine ne doit pas nous distraire des enjeux conflictuels qui existent entre des groupes sociaux qui n’exercent pas leur droit à la ville de la même façon. Cette conflictualisation s’ancre non seulement dans l’hétérogénéité des conditions d’existence et les inégalités socioéconomiques, mais aussi dans les relations de pouvoir résultant des modes différentiels de valorisation des lieux dans l’exercice d’appropriation de l’espace. À ce titre, l’analyse des enjeux d’appropriation et de régulation de l’espace de la rue face aux populations marginalisées (itinérants, prostitués, jeunes de la rue, mendiants, etc.), peut rendre visible l’élaboration actuelle des codes référentiels qui prescrivent les comportements admissibles en ville, bref le type d’urbanité de la rue à privilégier.

Invisibilisation globale des gens de la rue

4Qu’il s’agisse de New York, de Paris, de Genève, de Montréal, de Vancouver, ou de Mexico, la globalisation des marchés inscrirait ces villes dans une course à la valorisation commerciale de leur potentiel sur le plan de l’attractivité symbolique. En ce sens, pour favoriser le développement de cette attractivité, il importe non seulement d’offrir des produits urbains à consommer, mais aussi des ambiances spécifiques (festives et spectaculaires) et propices à satisfaire des désirs de consommation (disponibilité des meilleures marques). Autrement dit, la globalisation des marchés favoriserait la compétitivité territoriale entre les villes métropolitaines où leur centralité sociopolitique constituerait un enjeu stratégique pour le développement spécialisé des avantages économiques. On souligne ici la qualité des infrastructures d’accueil aux nouveaux investisseurs non seulement en ce qui regarde les technologies, les équipements culturels, ou les avantages fiscaux, mais aussi la dimension sécuritaire des espaces publics.

5En quoi la rue serait-elle affectée par la globalisation des marchés ?

6Rappelons que les différences d’investissement dans l’espace instaurent des relations de positions et des conflits d’appropriation pour occuper, stabiliser ou renforcer une position. La rue jouerait ici un rôle de catalyseur dans ces rapports de force en étant un espace commun de sociabilités potentielles (un dispositif sociospatial de liaison-déliaison). Dans une logique marchande, elle peut constituer une vitrine animée (visibilité) des lieux d’agrément, pouvant respirer la prospérité, la convivialité et le plaisir euphorique de déambuler à l’image du modèle des lieux touristiques. Le citadin deviendrait un visiteur-client de sa propre ville par exemple. Ce n’est pas tant la rue en tant que telle qui se transforme en marchandise qu’un certain type d’urbanité. L’urbanité serait un produit à repositionner sur le marché globalisé. Ainsi les tourismes d’affaire, culturel et social sont recherchés en rendant la rue attractive pour la consommation d’ambiance et pour l’ambiance consommatoire. Le produit doit être en bon état, c’est-à-dire neuf et spectaculaire. Il doit de plus assurer la sécurité, la civilité, la propreté et le développement de la culture du marché.

7De ce point de vue, on peut mieux comprendre pourquoi le droit d’accès à la rue pour les populations marginalisées a justement connu depuis la fin des années 1980 un déclin remarquable dans les rues des centres des grandes villes engagées dans cette lutte concurrentielle interurbaine. Face aux stratégies de marketing économique projetant des images de fêtes, de prospérité et de plaisirs inédits pour développer l’attraction d’investisseurs et de consommateurs internationaux, la présence des populations marginalisées dans les rues des centres-villes représente un encombrement sociosymbolique majeur. La misère, l’insécurité, la déchéance et l’échec social n’ayant jamais été bons vendeurs…

8À ce titre, les recherches traitant des jeunes de la rue et des sans-abri sur le continent américain révèlent un recours accru à des dispositifs sociospatiaux et à des pratiques de judiciarisation pour évacuer, expulser ou disperser les populations marginalisées vivant de la rue au sein des espaces publics et semi-publics (aménagement d’espaces vacants, interdiction de mendier, surveillance policière accrue, distribution zélée de contraventions, caméras de surveillance, tribunal spécial, etc.). Pour qualifier l’importance du développement de ces nouvelles pratiques autant en Amérique qu’en Europe, le terme de « nouvelle pénologie » axée sur la « prévention situationnelle » est maintenant utilisé en criminologie. Le contexte de revitalisation des centres des grandes villes nord-américaines n’est pas étranger à ces modes de gestion de l’espace public. Ces mesures d’évacuation des espaces publics illustrent bien l’idée de Mitchell (1998) qui qualifie cntes lois « d’anti-itinérance » après avoir analysé ce type de pratiques aux États-Unis. Il avance que ces mesures cherchent à criminaliser la survie même de ces personnes et à faire disparaître les itinérants en les rendant « invisibles ». Mentionnons aussi l’adoption en 2004 des Safe Street Acts dans les villes de Vancouver et de Toronto interdisant aux sans-abri de mendier ou de pratiquer le squeegee. En 2007, la ville de Genève a adopté une mesure semblable pour interdire la mendicité sur son territoire. Et, durant la même année, la ville de Mexico a institué un règlement pour interdire l’accès des vendeurs ambulants à la grande place publique, El Zócalo, au cœur de son centre historique.

Légitimer un nouvel ordre urbain public

9Outre la force des intérêts économiques qui peut rendre compte de ce phénomène, comment en comprendre les transformations spécifiques en ce qui a trait aux modes de relation à la présence de populations marginalisées dans les espaces publics tels que la rue, les parcs, etc. ?

10Je formule l’hypothèse selon laquelle cet ordre marchand global tendrait à réduire le potentiel transitionnel de la rue (en référant au concept de Winnicott, 1975) de façon à renforcer sa fonction de transition et d’animation des activités économiques entre les occupations, incorporant de plus en plus la rue au marché. Et que pour ce faire, cet ordre marchand a besoin de recourir à un ordre sociosymbolique pour en légitimer l’institutionnalisation. C’est par certaines pratiques gestionnaires des espaces publics que les autorités tenteraient de renforcer le travail de moralisation du citadin à partir de repères normatifs naturalisés dont l’assemblage produirait ce que j’ai qualifié d’« imaginaire écosanitaire » (Parazelli, 2002) et que d’autres ont désigné « aseptisation de l’espace » (Amster, 2003) ou « nouvel hygiénisme » (Walther et Matthey, 2005).

11Cet assemblage normatif de l’imaginaire écosanitaire serait composé de trois grands champs normatifs légitimant un ordre urbain : l’utilitaire, le sanitaire et le sécuritaire. Ces trois champs normatifs tendraient à valoriser des comportements diffusant des images de prospérité (utilité), de propreté (sanitaire) et d’harmonie sociale (sécuritaire), s’opposant ainsi aux prégnances de décadence urbaine, de souillure et de menace potentielle de désordre que les populations marginalisées du secteur diffuseraient par leur simple présence. C’est pourquoi le sentiment d’insécurité, les comportements ne respectant pas les normes dominantes de salubrité et les incivilités sont appréhendés comme autant de menaces à l’équilibre systémique d’une urbanité qui se veut économiquement « saine ». Les termes dégénérescence, dévitalisation, malpropreté, dégradation, abandon, érosion, dévastation, nuisance, irritant, etc. reflètent bien cet imaginaire écosanitaire qui devient très commode étant donné l’engouement actuel pour les valeurs écologiques. Même le terme revitalisation témoigne de la prégnance de cette imaginaire écosanitaire : redonner une vie saine au cœur de la ville !

12Par l’instauration de dispositifs sociospatiaux visant la régulation des nuisances urbaines, les gestionnaires spatialiseraient un imaginaire préventif et répressif se substituant aux autres imaginaires plus démocratiques face au monde de la rue. Aux trois champs normatifs énoncés précédemment, j’ai identifié quatre modes de relation gestionnaire face à la présence des personnes vivant de la rue. Le premier correspond à l’insécurité/sécurité, le deuxième à la propreté/saleté, le troisième aux incivilités/civilités et le quatrième au sauvage/cultivé. Cette catégorisation développée ailleurs (Parazelli, 2004) vise à mettre en évidence une structure de relations sociosymboliques possédant une cohérence interne et qui permet de légitimer un certain nombre d’actions répressives auprès des jeunes de la rue, des prostituées et des itinérants, ou de leurs traces. Il semble qu’il soit moralement plus facile de justifier la répression des personnes marginalisées lorsque nous les imaginons comme des « parasites naturels ». D’ailleurs, dans certains médias, ne parle-t-on pas d’eux comme d’une « faune » sauvage qu’il faut domestiquer en les contenant au square Berri afin d’éviter d’autres « migrations » nuisibles ? Il s’agit ici d’équilibrer le niveau d’invasion de cette population avec des mesures telles que la programmation de pièces d’opéra dans les haut-parleurs de l’édicule du métro Berri, jouant ainsi la fonction d’un insecticide sonore. Cette façon de faire renvoie aussi à l’utilisation par la mairie d’Argenteuil en France d’un répulsif nauséabond appelé « Malodore » pour déloger les SDF du centre-ville.

13La résurgence de l’idéologie écosanitaire de certains tenants de l’écologie urbaine du début du xxe siècle prend tout son sens si l’on observe comment le néolibéralisme tend aussi à se globaliser à partir d’une morale positiviste de l’échange économique naturalisé. Si autrefois la ville était considérée comme un métabolisme vivant sécrétant de façon naturelle ses classes dangereuses et ses inégalités sociales, aujourd’hui, elle est devenue un écosystème régi par des lois d’équilibre homéostatique. Cet imaginaire collectif de la gestion urbaine institue de nouveau la naturalisation des rapports sociaux en évacuant la dimension politique du droit à la ville et en substituant des lois écologiques aux relations de pouvoir. De plus, cet imaginaire tend à traiter la personne comme un moyen pour améliorer la revitalisation et non comme une fin, et à ne pas reconnaître aux populations vivant de la rue le droit de s’exprimer. C’est ainsi que le maire de l’arrondissement Ville-Marie (centre-ville de Montréal) dit souhaiter que les associations et autres organismes de soutien aux populations itinérantes soient décentralisés hors des centres-villes.

14Tout n’est pas joué. Mais il demeure que dans le contexte actuel, la rue tend à se réduire à un auxiliaire du marché, à un lieu où se juxtaposent des fonctions spécifiques, et risque fort de ne devenir qu’une accumulation d’éléments décoratifs favorisant la déréalisation du vivre ensemble, comme on peut déjà le constater dans certaines rues muséifiées pour le seul regard des touristes.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Parazelli Michel, 2007, « Jeunes en marge. Perspectives historiques et sociologiques », Nouvelles pratiques sociales, vol. 20, no 1, p. 50-79.

Parazelli Michel, 2004, « Jeunes de la rue et gestionnaires urbains. Une topologie conflictuelle », dans Boudreault Pierre-Wilfrid et Parazelli Michel (dir.), L’imaginaire urbain et les jeunes. La ville comme espace d’expériences identitaires et créatrices, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 181-202.

Parazelli Michel, 2002, La rue attractive. Parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.

Autres références utilisées

Amster Randall, 2003, « Patterns of Exclusion : Sanitizing Space, Criminalizing Homelessness », Social Justice, vol. 30, no 1, p. 195-221.

Ghorra-Gobin Cynthia, 2006, « Los Angeles : réinventer les espaces publics », Urbanisme, no 346, janvier-février, p. 50-53.

Larsen Svend Erik, 1997, « La rue entre ville et nature », dans Larsen Svend Erik et Ballegaard Petersen Annelise (dir.), La rue, espace ouvert, Odense, Odense University press.

Mitchell Don, 1998, « Anti-Homeless Laws and Public Space : Begging and the First Amendment », Urban Geography, vol. 19, no 1.

Matthey Laurent et Walther Olivier, 2005, « Un “Nouvel hygiénisme” ? Le bruit, l’odeur et l’émergence d’une middle class », Articulo. ch – revue de sciences humaines, no 1. En ligne sur le site Revues. org. Mis en ligne le 24 octobre 2005. Consulté le 2 mars 2009. Disponible sur : http://articulo.revues.org/931

Winnicott Donald Woods, 1975, Jeu et réalité. L’espace potentiel, trad. de l’anglais par Claude Monod et J.-B. Pontalis, Paris, Gallimard [Playing and Reality, 1971, Tavistock Publications].

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search