Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Bornes, limites, déviances

L’irruption des tentes dans la ville ou comment camper l’espace public

Djemila Zeneidi-Henry

Texte intégral

1Dans les années 1990, les sans domicile fixe entrent de manière centrale dans le débat public à partir de leur visibilité dans les villes. Sur un fond de décor urbain, la réalité des individus, est livrée à travers la vision d’un corps fragilisé, mis à nu par l’absence d’intimité, stigmatisé par la vie à la rue. La visibilité des SDF se condense alors à partir d’un corps sans grande protection. Quelques rares objets, tels les cartons, ou encore des sacs entrent dans cette composition visuelle, qui nourrit la typification des SDF.

2Depuis quelques années, un autre objet plutôt inédit a fait irruption dans le paysage de l’espace public et participe d’une manière nouvelle dans la construction de la visibilité des SDF dans la ville : la tente. Cet accessoire détourné de ses usages habituels, adoptés par les SDF dans de nombreux espaces urbains, réinterroge le problème SDF. Il transforme la nature de la visibilité des SDF, et produits de nouveaux effets dans l’espace public des villes françaises. Il s’agit ici de démontrer l’importance de la matérialité en envisageant les objets techniques, comme des éléments actifs d’organisation des relations entre eux et avec leur environnement (Akrich, 1989). L’irruption de nouveaux signifiants découlant de l’usage de la tente par les SDF dans la ville permet de poser l’hypothèse d’une politisation de l’ordinaire, configurant une lutte pour la visibilité, à savoir une revendication de prise en compte des exigences fondamentales des individus (Voirol, 2005).

La trajectoire d’un objet

3Les tentes constituent une des formes d’habitat les plus anciennes. Des populations nomades l’ont utilisée et continuent de l’utiliser. On connaît aussi son usage chez les militaires ou encore dans les situations de catastrophe humanitaire par les Ong. Dans les pays occidentaux, la tente est au cœur des pratiques de loisirs du camping. Ce dernier apparaît à la fin du xixe siècle début du xxe. Il est lié à un besoin de nature, à un besoin d’échapper à l’emprise de la ville, et à son rythme effréné. Il est censé représenter une antithèse de la ville, sorte de pause existentielle pour le citadin. Depuis peu, la tente dans les espaces publics est utilisée par les personnes sans domicile et fait figure de nouveaux mobiliers urbain tant son usage se généralise. Le lien établi entre tente et précarité se fait sur la base d’un détournement des usages premiers ou ordinaires de la tente, une situation inédite dans le contexte français. En effet, le paysage de la tente plantée dans les rues était jusqu’alors associé aux bâches bleues protégeant les abris de fortune des houmuresu, les SDF japonais, désignés encore à travers la formule « Buru tento » (de l’anglais blue tent). En plein centre de Tokyo étaient recensées dès le début des années 1990 des centaines de tentes. En avril 2009 Rengo, la Confédération des syndicats japonais du travail », installait des tentes à proximité du palais impérial pour attirer l’attention du gouvernement sur le sort réservé à ceux qui perdent leur emploi et qui ne sont assurés contre le chômage que durant quelques mois seulement. On passe ici d’un usage destiné à la survie à un usage dédié à l’action politique.

4Depuis quelques années, la figure du campement ne se limite plus au Japon, elle traverse les frontières et se manifeste dans d’autres autres aires culturelles. Ainsi, aux États-Unis, en 2008, un camp appelé city tent, composé de 200 tentes de personnes en situation de précarité, situé sur un terrain vague à Sacramento a soulevé l’émotion de l’opinion publique.

  • 1 Site http://médecinsdumonde.org/fr, consulté le 31 mars 2009.

5En France, les premières tentes apparaissent à l’initiative de l’association Médecins du Monde. Cette dernière, constatant la gravité croissante du problème, décide d’alerter l’opinion publique et la classe politique en distribuant le 21 décembre 2005 des tentes igloos aux SDF dans la rue. L’association fait le constat suivant : « faute de toit, des personnes meurent de froid, à la vue de tous. Il est incongru de parler d’urgence face à un scénario qui se rejoue chaque hiver. Le problème de fond persiste, malgré l’augmentation des dispositifs mis en place1. » Ces tentes sont distribuées aux personnes qui refusent les places en centre d’hébergement d’urgence.

6Pour l’association, la distribution de tentes répondait à plusieurs objectifs : protéger les SDF du risque de mourir de froid et rendre visibles des personnes devenues invisibles aux yeux de tous habitués à les voir. Il s’agit d’une première action de choc qui a suscité des réactions et qui a permis d’installer la tente comme un dispositif d’action politique. L’association Médecins du Monde a par la suite développé l’usage des tentes pour abriter des familles expulsées de leur logement.

7Un deuxième mouvement va donner une assise médiatique au problème des sans-abri : le mouvement des Enfants de Don Quichotte (EDQ). Alertée par la situation de sans-abri, cette association décide de créer un événement en installant des tentes rouges sur les quais du canal Saint Martin. Très vite, le mouvement prend de l’ampleur, des sans-abri et des personnes domiciliées passent leurs nuits sous des tentes afin d’obtenir des solutions adaptées.

8Le mouvement prend de l’ampleur. De nombreuses villes Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, Nantes voient leur centre ville occupé par les tentes du comité des Enfants de Don Quichotte.

  • 2 http://www.lemonde.fr/societe/article/2007/12/15/ps-et-associations-interpellent-le-gouvernement_99 (...)

9La négociation entre les pouvoirs publics et les Enfants de Don Quichotte se fait sur la base du comptage des tentes. Du coté des pouvoirs publics, la tente s’impose comme unité d’évaluation de la situation, pour dresser un état des lieux, et comme moyen de lutte pour les militants, comme l’illustre la déclaration de Jean-Baptiste Legrand : « On bougera, s’il y a du concret. Chaque fois que quelqu’un sera relogé, on pliera la tente. » Constatant un an plus tard que les promesses n’ont pas été tenues, le mouvement des EDQ réinstalle quelques dizaines de tentes, le long de la Seine, près de Notre-Dame, pour protester. Dans la même optique, ils organisent en mars 2009 une tournée des villes de France où ils montent des camps de 48 h dans les lieux symboliques, telle la place Pey Berland, devant l’hôtel de ville à Bordeaux. La tente reste au centre de mobilisation et du débat : Ch. Boutin, ministre du logement, affirmant qu’il y avait « 150 places disponibles (à Paris) », ajoute : « Dans la mesure où ces personnes peuvent être au chaud, jamais je n’accepterai qu’on mette des gens sous la tente2. »

La tente : symbole d’une lutte pour la visibilité

10Les SDF ne font pas partie de ces publics dont on peut dire qu’ils ne sont pas visibles. Ils peuvent l’être dans la rue et dans les médias. En certaines saisons, ils bénéficient d’une large couverture médiatique. Mais ce type de visibilité est mû par le regard de la pitié, par la compassion humanitaire qui fait d’eux des victimes du froid ou d’eux-mêmes car présentés comme ceux qui refusaient les foyers d’hébergement. Il s’agit d’une visibilité qui pose problème parce qu’elle passe sous silence leur souffrance d’être vus sans être regardés, d’être évités, d’être ignorés, avec cette sensation de faire partie du décor, d’être l’objet d’une dépréciation des individus et des pouvoirs publics. La scénographie de l’évitement que l’on voit à l’œuvre dans les espaces publics, qui consiste à éviter les personnes identifiés comme SDF, est à la base du ressenti du mépris social dont les personnes à la rue parlent.

11C’est une visibilité qui tait les formes d’« invisibilisation » dont sont victimes les SDF. Depuis une vingtaine d’années, l’accès à l’espace public physique aux SDF s’est restreint dans nombre de pays (Parazelli 2008) en raison de l’adoption de réglementations de criminalisation des pauvres. Les villes sont devenues, sous l’effet de la globalisation néolibérale, des sites stratégiques sur le plan économique. Dans cette perspective, l’espace central est pensé comme une vitrine à lisser et à embellir pour les investisseurs et la présence des SDF comme un vecteur de dévalorisation des lieux.

12La tente comme dispositif de mobilisation politique symbolisant une lutte a produit un autre type de visibilité. C’est la nature de cette visibilité que les mouvements comme Médecins du Monde (MDM) ou les enfants de Don Quichotte ont contribué à modifier en la transformant, en mettant en évidence des revendications, des cibles. L’association MDM souligne que le soutien des médias a permis de prendre conscience de l’ampleur de la situation, d’un problème national, de lacunes en termes de logements.

13La mobilisation des associations avec cet usage de la tente a permis de rendre visible une situation et de la réidentifier comme le problème public qui est celui du logement. Les luttes ont permis d’obtenir l’adoption de la loi Dalo (droite au logement opposable), obtenu à la suite de l’occupation du canal Saint Martin par les Enfants de Don Quichotte. Cette loi garantit pour tout citoyen la possibilité d’un recours juridique pour l’accès au logement.

14Toutefois l’installation des tentes par les associations ne va pas sans poser de problèmes. Ainsi en juillet 2006, les camps de tentes de MDM à Paris sont qualifiés de sauvages par les riverains excédés. L’association Droit au logement a été condamnée à 12 000 euros d’amende pour avoir installé fin 2007 374 familles mal-logées dans des tentes, rue de la Banque. La condamnation est établie sur le motif de dépôt et abandon d’objets. Le tribunal de police de Paris a qualifié les tentes d’objets embarrassant la voie publique sans nécessité.

Camper l’espace public

15À la suite des actions menées par les associations, surgissent des tentes, un peu partout, dans des recoins des villes de France. À l’instar d’un groupe de jeunes chassés du centre-ville de Bordeaux, qui a installé des tentes sur le campus de Pessac. Une jeune femme rencontrée à Bordeaux explique : « avant ça se faisait pas, là c’est comme si c’était moins incroyable pour les gens, de tomber sur des tentes, on est presque autorisés à le faire, y en a plein qui le font. » Les mobilisations collectives ont apporté une légitimité à l’objet tente. Par ailleurs, il arrive à certaines associations de donner, à côté des classiques colis alimentaires, des tentes.

16L’adoption de la tente répond à trois fonctions La première d’ordre fonctionnel est relative à la survie des personnes. En effet, les SDF déclarent l’utiliser car ils n’ont pas trouvé une place en foyer ou parce qu’ils refusent le recours aux institutions pour diverses raisons (violences, promiscuité).

17Cela procure aux SDF un abri du froid, un chez-soi même rudimentaire, une protection du regard des autres, la possibilité d’avoir une intimité, de construire un espace à soi, de permettre une installation espérée plus durable.

18La deuxième fonction en lien direct avec la première est d’ordre moral. Cela procure un sentiment de dignité, de fierté, le sentiment de ne pas être livré en en pâture aux regards des autres. Le sentiment de se préserver, c’est d’avoir la possibilité d’échapper au regard disqualifiant, la possibilité d’être identifié autrement que comme un corps souffrant et d’être associé à une identité véhiculée par les images construites à partir des actions collectives des Enfants de Don Quichotte. La tente leur permet d’entrer dans un monde commun, celui d’une lutte politique, par un renversement du stigmate. L’objet du quotidien offre une possibilité d’identifier leur trajectoire personnelle comme incluent dans une expérience collective. Il s’agit là d’une autre manière de se représenter, de construire un rapport plus positif à soi. La tente devient une sorte de porte-drapeau.

19En dernier lieu, l’irruption des tentes complexifie les signifiants associés à la présence des SDF. Le principal effet de la tente réside dans une forme de politisation de l’ordinaire et de l’habiter. L’environnement construit à partir de la tente rend visible une situation en continu et non de manière ponctuelle sous l’effet de la logique des événements créés par les actions collectives.

Conclusion

20Les tentes, en passant du statut de l’objet au dispositif politique, ont modifié les paysages urbains, ont reconfiguré les représentations liées à la présence des SDF, ont transformé l’expérience des personnes à la rue. La visibilité imposée par les tentes produit une politisation de leur présence, du fait de leur habité.

21Toutefois la généralisation de la tente ne se fait pas sans heurt avec les pouvoirs publics qui craignent la « bidonvilisation » des espaces publics. Les responsables de la sécurité urbaine rencontrés ne voient pas le phénomène d’un bon œil. Ils craignent la pérennisation d’une présence, d’autant plus problématique qu’elle est chargée symboliquement et donc difficile à évincer de l’espace public avec des moyens répressifs.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Zeneidi-Henry Djemila, Fleuret Sébastien, 2007, « Fixes sans domicile, réflexion autour de la mobilité des SDF », Espace géographique, t. 36, no 1, janvier-mars.

Zeneidi-henry Djemila, 2005, « La visibilité des sans domicile fixe, une mise à l’épreuve de l’écriture géographique, in Ballet Danielle (dir.), Les SDF, visibles, proches et citoyens, Paris, PUF.

Zeneidi-Henry Djemila, 2002, Les SDF et la ville, Géographie du savoir survivre, Paris, Bréal, coll. D’autre part, 288 p.

Références bibliographiques

Agamben Giorgio, 2007, Qu’est ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages poche.

Akrich Madeleine, 1989, « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, vol. 13, no 2, p. 31-54.

Parazelli Michel, 2008, « Existe-t-il une “morale globale” de la régulation de la rue ? Réflexions autour de l’hypothèse d’un imaginaire écosanitaire », in Géographie et cultures, no 71, p. 91-100.

Voirol Olivier, 2005, « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, no 129-130, p. 89-121.

Notes

1 Site http://médecinsdumonde.org/fr, consulté le 31 mars 2009.

2 http://www.lemonde.fr/societe/article/2007/12/15/ps-et-associations-interpellent-le-gouvernement_990399_3224.html, consulté le 6 juillet 2010.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540