Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Bornes, limites, déviances

Les jeunes, cible prioritaire de la politique de la ville ?

L’exemple des fêtes dans les quartiers sensibles

Christophe Arpaillange

Texte intégral

  • 1 Christophe Arpaillange, Michel-Alexis Montané, 2000, « La politique de la ville ou le management pu (...)

1La politique de la ville qui mise sur l’agenda institutionnel depuis les années 1980 pour répondre aux émeutes de la jeunesse des quartiers de grands ensembles, s’est structurée à partir des rapports, publiés à la Documentation française, d’Hubert Dubedout (Ensemble refaire la ville, janvier 1983), Gilbert Bonnemaison (Face à la délinquance : prévention, répression, solidarité, décembre 1982) et Bertrand Schwartz (L’Insertion sociale et professionnelle des jeunes, septembre 1981). Elle vise, en agissant sur le logement, l’aménagement urbain et les politiques sociales, à développer l’insertion sociale des habitants, et notamment des jeunes. Cette politique se présente comme ayant à la fois la vocation et les méthodes pour reconfigurer l’action publique perçue comme excessivement sectorisée et renforcer la démocratie représentative par le développement d’instances et de consultation des habitants1. La contractualisation entre les villes et l’État, le recours aux techniques de management de projet et la participation des habitants au processus de décision sont les éléments saillants de ces nouvelles politiques publiques. Enfin, la politique de la ville se concentre sur des territoires définis institutionnellement, en d’autres termes des territoires « zonés » à partir de caractéristiques sociales et urbaines principalement situées à la périphérie des grandes villes.

  • 2 Cf. notamment Jean-Pierre Augustin, Michel-Alexis Montané, « Différenciation et dualisation de la j (...)

2Cette contribution, qui s’appuie sur des études centrées sur la jeunesse urbaine et les politiques jeunesse2, repose sur deux hypothèses principales. D’une part, la politique de la ville est d’origine institutionnelle accordant en pratique, et à l’inverse du discours qui la légitime, une importance prépondérante à l’offre publique sur les initiatives privées et associatives. D’autre part, vis-à-vis de la jeunesse urbaine cette politique est conçue comme « transversale » et interministérielle ; elle se superpose aux politiques jeunesse et sectorielles préexistantes, au moins autant qu’elle ne se confond avec elles ou ne les réoriente. En pratique c’est une dualisation de l’action publique en direction de la jeunesse qui se structure ; la politique de la ville se spécialise socialement et territorialement, et concentre ses interventions sur l’offre de services spécifiques en direction des jeunes considérés comme « en difficulté » et habitant les territoires dits « sensibles ».

3À travers la question de la fête, et des fêtes, se retrouvent les ambiguïtés et des tensions sous-jacentes de ces politiques qui, au final, en révèlent les tendances lourdes.

    • 3 Jean-Pierre Gaudin, Gouverner par contrat, Paris, Presses de Science Po, 1999.

    La politique de la ville est une démarche institutionnelle s’inscrivant dans un nouveau répertoire d’action publique. Cette démarche emblématique de la modernisation de l’action publique repose sur le triptyque de la contractualisation entre collectivités publiques3, de la participation des publics concernés (principalement les habitants des quartiers et les jeunes « de banlieues ») et enfin, d’une politique évaluable et évaluée.

  1. Les fêtes sont révélatrices des contradictions et conflits de l’action publique à travers les festivals et manifestations promus par la politique de la ville. C’est notamment le cas avec les combinaisons et les hybridations plus ou moins réussies avec l’éducation populaire, l’animation socioculturelle et les politiques culturelles au sens strict du terme, entendue comme labellisée et souvent financée par le ministère de la Culture et les Directions régionales de l’action culturelle (DRAC). Les fêtes, festivals et événements qui s’inscrivent dans ce cadre découlent de la tendance à l’institutionnalisation au risque de la disparition de la spontanéité et de la participation « autonome » des habitants.

  • 4 Bruno Jobert et Pierre Muller, L’État en action, Paris, PUF, 1987.

4À travers la fête ou les fêtes sont en jeu les éléments d’une politique publique. Politique publique qui, selon la définition canonique de Bruno Jobert et Pierre Muller, est bien constituée de moyens institutionnels sous forme de personnels, de financements ou de procédures réglementaires et conventionnelles initiant un programme d’actions ; les éléments de cette politique reposent sur une vision du monde qui constitue une norme prescriptive de sens, d’objectifs et de méthodes d’action4 que les auteurs nomment référentiel d’action publique. Les fêtes sont révélatrices de cette rhétorique qui se constitue en référentiel des nouvelles politiques sociales (1) et de la démarche institutionnelle qu’elle sous-tend (2).

  • 5 François Dupuy et Jean-Claude Thoenig, L’Administration en miettes, Paris, Fayard, 1985.

5La place et les formes des festivités, dans les territoires régis par la politique de la ville, doivent être analysées à partir de l’institutionnalisation d’une politique publique, c’est-à-dire d’un ensemble cohérent de mesures et de programmes d’action issus de l’activité d’une autorité investie de la puissance publique et de la légitimé gouvernementale5.

6L’hypothèse proposée est que la politique de la ville est à la fois trop faiblement institutionnalisée au niveau de l’État pour n’être pas obligée de se situer dans les standards et référentiels des politiques sectorielles et, pour le thème de la fête, de ceux de la politique culturelle, mais qu’elle est suffisamment institutionnalisée pour contraindre les cadres de l’action publique au niveau local.

  • 6 Par des contrats d’« adultes relais », d’« emploi jeune » en charge de la médiation locale ou d’ass (...)

7Les fêtes risquent de perdre leur caractère spontané et improvisé et d’entrer dans un champ professionnalisé, même si elles reposent initialement sur du bénévolat ou des habitants salariés à cette fin6. Les actions festives sont produites par des acteurs en voie de professionnalisation et accédant à un statut professionnel dans le secteur associatif ou public (notamment grâce aux contrats aidés), mais qui sont concurrencés par des professionnels du spectacle. Enfin, ces actions sont en relation avec la présence de professionnels municipaux ou associatifs de la politique de la ville ou de l’animation. Ces derniers jouent un rôle d’intermédiation avec les institutions notamment en vue de financement et sont en situation de facilitation mais aussi parfois d’empêchement des projets et initiatives. Sur ce point, il y a bien contradiction avec le projet initial et parfois les pratiques initiales visant à impliquer les habitants/citoyens. Il y a bien des rencontres entre artistes et habitants comme des concerts ou des représentations théâtrales en appartement, et même des rencontres entre habitants comme des manifestations conjointes entre les groupes socialement différenciés que sont les élèves des écoles municipales de danse et de musique et les adhérents des centres sociaux. Mais les habitants risquent d’être renvoyés à un rôle résiduel ou marginal et ce, à plus d’un titre :

  • résiduel d’abord parce que les cultures émergentes dans les années 80, sont toujours qualifiées « d’émergentes » plus de deux décennies plus tard. Dans les classements et hiérarchies internes à l’action culturelle que l’on peut mesurer au regard des moyens financiers, humains et symboliques, les cultures urbaines demeurent dominées et ce d’autant plus que les crédits de l’État se réduisent ;

  • résiduel ensuite car, hormis les jeunes issus des quartiers en politique de la ville et qui accèdent peu à la reconnaissance artistique, les cultures urbaines inspirent peu les artistes reconnus et ne sont pas massivement intégrées dans les répertoires ;

  • résiduels enfin, car la participation des habitants aux fêtes de proximité mais plus encore aux fêtes culturelles se cantonne aux tâches annexes. Les associations de jeunes assurent la sécurité et le gardiennage, les adhérents et (adhérentes surtout) des centres sociaux font les repas et plus généralement le catering des artistes ou les costumes des spectacles.

8Toutefois si ces constats opèrent sur le plan des activités strictement reliées à la culture, ils doivent être relativisés au regard de l’activité des acteurs territoriaux qui peuvent « subvertir » les règles et procédures des politiques publiques.

  • 7 Jacques de Maillard, « Le partenariat en représentations. Contribution à l’analyse des nouvelles po (...)

9La thématique de la fête prise en charge par les politiques de la ville peut être vue comme une mise en spectacle. D’abord, une mise en spectacle des partenariats dans l’action publique territorialisée que pointait déjà Jacques de Maillard7. Il existe bien un discours commun autour de la participation des habitants et du développement de styles culturels censés leur correspondre. Mais ce discours commun n’est pas investi de la même manière selon que l’on est dans les échelons élevés des hiérarchies politiques et administratives ou simplement agent de terrain, dans une administration d’État ou dans une commune ayant une zone urbaine sensible. Une mise en spectacle ensuite du quartier sur le mode du quartier-village, c’est-à-dire une présentation générique d’un quartier où règnent, comme dans l’imagerie villageoise, l’interconnaissance, l’harmonie et la cohésion avec les autorités publiques. Une mise en spectacle enfin de la ville elle-même à travers les cultures dites urbaines qui intègrent dans des lieux culturels et des sites de spectacle des pratiques se déroulant d’ordinaire dans la rue et que l’on contrôle étroitement lorsqu’elles se déroulent dans la rue.

10Au total, on peut poser la question du décor des fêtes dans la politique de la ville : est-ce que l’action publique festive et culturelle ne produit pas, au moins sur quelques jours dans l’année, un quartier Potemkine ? Ce quartier idyllique réfère au ministre de Catherine II de Russie qui faisait peindre des décors de villages prospères au bord des routes qu’empruntait l’impératrice, masquant la réalité de la vie en Russie aux yeux de la souveraine, et masquant aussi le pouvoir aux yeux des moujiks.

11Cette mise en spectacle laisse cependant des ouvertures à partir de la construction de projets proposant des initiatives au pilotage par le bas. Ces ouvertures offrent au final des alternatives fragiles et aléatoires. Mais elles sont trop répandues pour n’être considérées que comme des symboles ou des exceptions remarquables. Comme si les politiques émergentes introduisaient dans l’action publique ce « désordre-organisé » qui légitime l’ordre établi et qui est la caractéristique, oubliée, de la fête.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Arpaillange Christophe, Darlon Catherine, Montané Michel-Alexis, 2004, « L’action publique en direction de la jeunesse urbaine : différenciation ? dualisation ? ségrégation ? », Annales de la Faculté de Droit de Strasbourg, no 7, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg.

Arpaillange Christophe, Darlon Catherine, Montané Michel-Alexis, 2003, « Small is beautiful, le quartier est-il aujourd’hui le lieu d’une refondation de la culture et de la pratique démocratiques ? », in Le Duff Robert, Rigal Jean-Jacques, dir., Démocratie et management local, Actes des 5e rencontres ville-management, Paris, Dalloz.

Arpaillange Christophe, Montané Michel-Alexis, 2001, « La politique de la ville ou le management public saisi par la démocratie : velléité ou réalité ? », in Le Duff Robert, Rigal Jean-Jacques, Schmidt Géraldine, dir., Démocratie et management local, Actes des 4e rencontres ville-management, Paris, Dalloz.

Notes

1 Christophe Arpaillange, Michel-Alexis Montané, 2000, « La politique de la ville ou le management public saisi par la démocratie : velléité ou réalité ? », in Robert Le Duff, Jean-Jacques Rigal, Géraldine Schmidt, Démocratie et management local, Actes des 4e rencontres ville-management, Paris, Dalloz, 2003.

2 Cf. notamment Jean-Pierre Augustin, Michel-Alexis Montané, « Différenciation et dualisation de la jeunesse urbaine : le cas des quartiers fragiles et de la jeunesse urbaine en France », Lien social et politiques, no 52, 2004, Québec.
Christophe Arpaillange, Catherine Darlon, Michel-Alexis Montané, « L’action publique en direction de la jeunesse urbaine : différenciation ? Dualisation ? Ségrégation ? », Annales de la Faculté de Droit de Strasbourg, no 7, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2004.

3 Jean-Pierre Gaudin, Gouverner par contrat, Paris, Presses de Science Po, 1999.

4 Bruno Jobert et Pierre Muller, L’État en action, Paris, PUF, 1987.

5 François Dupuy et Jean-Claude Thoenig, L’Administration en miettes, Paris, Fayard, 1985.

6 Par des contrats d’« adultes relais », d’« emploi jeune » en charge de la médiation locale ou d’association réclamant des subventions spécifiques pour ce qu’elles considèrent comme une prestation de service. Cf. Christophe Arpaillange, Catherine Darlon, Michel-Alexis Montané, « Small is beautiful, le quartier est-il aujourd’hui le lieu d’une refondation de la culture et de la pratique démocratiques ? », in Robert Le Duff, Jean-Jacques Rigal, Démocratie et management local, Actes 5e rencontres ville-management, Paris, Dalloz, 2003.

7 Jacques de Maillard, « Le partenariat en représentations. Contribution à l’analyse des nouvelles politiques sociales territorialité », Politiques et management public, vol. 18, no 3, 2000, p. 21-41.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540