Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Mobilités et organisations

Le lycée et la ville

Alain Vaugrenard

Texte intégral

1Lycée et ville... Sous le vocable « lycée », je retiendrai cette institution française créée à l’origine par Napoléon Bonaparte par la loi du 11 floréal an X (1er mai 1802) pour former « l’élite de la nation ». Ville sera prise au sens large : de la mégapole au petit chef-lieu de canton. En effet si le projet initial prévoyait 45 lycées et 6 450 élèves, en 2008, il y avait 2 614 lycées d’enseignement général et technologique et 1 702 lycées professionnels. 6 988 collèges, 80 établissements régionaux d’enseignement adapté. À cela il faut ajouter les six lycées du ministère de la Défense et ceux de l’enseignement agricole public (218). L’enseignement privé compte 1 600 collèges privés et écoles privées secondaires du premier cycle, 1 100 lycées privés, 800 lycées techniques ou professionnels. En deux siècles, faut-il le rappeler encore, l’institution a connu une évolution considérable. Certes il s’agit toujours de former, mais le plus grand nombre, au moyen d’un outil devenu tentaculaire si l’on y rajoute les collèges. Un réseau qui est un maillage complet du territoire avec des établissements localisés dans leur très grande majorité en milieu urbain, de la grande métropole au chef-lieu de canton. Un rapport évolutif donc dont on peut tenter de cerner les contours et l’avenir.

Deux siècles d’implantation urbaine : des éléments du patrimoine urbain

Deux siècles d’implantation urbaine

2À de très rares exceptions près, les lycées sont implantés en ville : hypercentre, centre, banlieue, périphérie. Pour ce qui est du réseau de lycées français à l’étranger il en est de même : ville capitale, métropole régionale, mégapole. Cela est lié aux origines mêmes de l’institution. Dès leur naissance napoléonienne les lycées sont implantés en ville. Dits « lycées de première fondation » ils sont crées à Paris et dans les grandes villes. Après la Restauration, où les lycées prennent le nom de « collèges royaux », ils reprennent le nom de « lycée » sous la Deuxième République, le gardent ensuite jusqu’à nos jours dans le cadre d’un réseau qui continue de s’étendre, toujours en ville. La seconde génération est encore en préfecture voire sous-préfecture : Périgueux (« Bertran-de-Born »), Pau (« Louis Barthou »), Dax (« Borda »), Angoulême « (Guez-de-Balzac »), Agen (« Palissy »). À cet enseignement exclusivement réservé aux garçons, la loi du 21 décembre 1880 instaure un enseignement secondaire féminin qui va se dérouler dans des lycées de jeunes filles. On verra alors la création de « lycées de jeunes filles », en ville de préfecture, par exemple, Bordeaux (« Camille-Jullian »), Périgueux (« Laure-Gatet »), Angoulême (« Marguerite-de-Valois »). C’est à partir de 1959 que l’enseignement professionnel monte en puissance, à partir d’ENP, de collèges professionnels déjà existants ou d’établissements que l’on va créer, le plus souvent là encore en milieu urbain. La génération suivante est liée à la vague démographique des années soixante qui généralise les lycées que l’on va trouver aussi bien en grande ville qu’en chef-lieu de canton. C’est l’époque des grandes cités scolaires et des créations en petite ville : Barbezieux (16), Nontron (24), Saint-Léonard de Noblat (87), Bellac (87), Confolens (16) etc. Dans les deux cas, très souvent, la base est un collège auquel on rajoute des sections de lycée. Enfin, en 1982, les lois de décentralisation qui établissent les pouvoirs, en matière de construction et de fonctionnement, des régions sur les lycées provoquent l’éclosion de toute une génération de nouveaux lycées. Là encore, ils seront, pour la majorité, construits essentiellement en ville. De cette déjà longue histoire, découle une localisation dans la ville qui va correspondre à l’origine de l’établissement. L’hypercentre est le lieu d’implantation des lycées créés au xixe siècle ou de collèges devenus lycée dans les années soixante. La banlieue est le domaine des grandes cités scolaires, dévoreuses d’espaces, en général maintenant phagocytées par le tissu urbain. Les lycées régionaux sont plutôt en banlieue voire sur site spécifique plus à l’écart. Au total, à échapper à la ville, il n’y aura que les lycées agricoles, qui, par nature, ont besoin d’espaces à vocation agricole. Encore qu’il leur arrive eux aussi d’être rattrapés par l’urbanisation : Limoges, Angoulême-La Couronne, Périgueux-Chamiers par exemple. À cela il faut rajouter certains établissements correspondants à une volonté locale ou à un souci de rééquilibrage du réseau. Il ne faut pas oublier certains établissements privés (La-Sauque à La Brède).

Des éléments du patrimoine urbain

3Pendant près d’un siècle les lycées créés ex nihilo ou à partir d’un collège vont utiliser un bâti existant, très souvent des bâtiments religieux désaffectés. Bâtiments qui se révéleront souvent vétustes, inadaptés et qu’il faudra modifier voire raser pour bâtir de nouveaux locaux mieux adaptés. Toutefois, dans nombre de ces lycées, des traces des premiers édifices sont encore visibles. Quand la décision de bâtir sera prise, ce sera pour édifier des édifices monumentaux marquant l’importance donnée à l’enseignement et la puissance de l’institution bâtisseuse quand l’établissement nouveau ne sera pas la pièce majeure d’un nouveau quartier. Les lycées des années soixante vont voir l’éclosion de grands ensembles, très visibles mais navrants de banalité et d’uniformité. La génération des années « Région » va en revanche être beaucoup plus intéressante car marquée par un souci de recherche dans la réflexion du rôle du lycée et l’architecture.

4La réutilisation de locaux religieux désaffectés est liée à une filiation collège religieux-lycée courante. Quelques exemples : à Bordeaux, « Michel-Montaigne » est l’héritier direct du Collège de Guyenne créé au xvie siècle, et fut installé dans les bâtiments de deux anciens couvents construits au xviie siècle, et désaffectés à la Révolution : le Couvent des Dames de la Visitation et celui des Feuillants. Il en est de même à Périgueux, où le collège initial est créé au xviie siècle. Au début du xixe siècle, il est implanté dans le Prieuré désaffecté des Bénédictines de Ligueux qui va vite se révéler vétuste et inadapté aussi quand le collège royal devient lycée en 1848. Un nouveau lycée sera donc construit en réutilisant en partie des éléments des anciens bâtiments conventuels, le tout reste encore visible. Pour de ce qui est de l’utilisation de locaux religieux désaffectés, on peut citer « Albert Claveille », lycée technique de Périgueux qui a été installé dans un séminaire, construit entre 1840 et 1849. Il en est de même pour son homologue « Gustave-Eiffel » à Bordeaux transféré en 1930-1932 dans les locaux de l’ancien Petit séminaire cours de la Marne. Le lycée « Thiers » à Marseille fut au dix-huitième siècle un couvent de Bernardines avant de devenir en 1802 un des cinq premiers lycées créés en France.

5Dès la fin du xixe siècle, on passe véritablement à des constructions ex nihilo : à Agen, le lycée « Palissy », dont la construction fut décidée en 1883, sera achevée en 1893. À Limoges, le lycée « Turgot », héritier de l’École primaire supérieure et professionnelle ouvertes en 1880, est érigé en 1912 à son emplacement actuel et garde une grande partie de son architecture d’époque. Ces établissements de centre-ville occupent une surface importante : « Bertran-de-Born » à Périgueux occupe 4,5 ha de centre-ville, « Michel-Montaigne » et « Camille-Jullian » à Bordeaux respectivement 1 ha et 2 ha.

6Les deux générations suivantes seront, elles aussi, construites ex nihilo et avec vocation d’enseignement. C’est d’abord l’époque des grandes cités scolaires des années soixante, souvent construites en périphérie de ville car occupant de vastes surfaces : « Marguerite-de-Valois » à Angoulême, « Lesage » à Vannes, « Kérichen » à Brest, « Beaumont » à Redon (35) avec 8,5 ha, « Marseille-Veyre » à Marseille (13) avec 14 ha et tant d’autres. Certains de ces établissements ont été créés pour répondre à un besoin précis : on citera la « Cité scolaire Brocéliande », ouverte tout exprès à Guer (56) pour l’École militaire de Coeqtquidan et la cité scolaire « Albert-Camus » édifiée dans le cadre de la construction de la ville nouvelle de Mourenx (64). Vient enfin la dernière génération, celle des lycées « régionaux » construits à de rares exceptions près, en ville grande ou moyenne. On peut citer à Périgueux « Jay-de-Beaufort », à Pau « Saint-John-Perse », à Angoulême « LISA », « Venise-Verte » à Niort, « Les-Arènes » à Toulouse, « Léonard-de-Vinci » à Montaigu (44), « Orvault » (44), « Cesson-Sévigné » à Rennes, « Innovant » à Jaunay-Clan (site du Futuroscope), « Charles-de-Gaulle » à Vannes, « Lycée de la communication » à Metz. Ils ont tous, en général, une architecture forte et s’insèrent dans un projet global. À titre d’exemple on citera le « Lycée Pilote Innovant » de Jaunay-Clan s’insérant dans le cadre du Futuroscope et de la Technopole connexe, et le « LISA » à Angoulême.

7Enfin et pour en finir avec cette déjà longue histoire des lycées, la phase actuelle est une phase de reconstruction et de réhabilitation d’établissements vieillissants qui datent des premières générations (Bertran de Born) ou de celle des années soixante qui a fort mal vieilli. La référence à la norme environnementale (norme « HQE ») est un argument couramment utilisé par les régions pour montrer l’exemplarité de leur démarche en direction des lycées.

Des enjeux et acteurs de l’économie, de la vie locale et politique

8En soit, l’établissement est un acteur économique. Au niveau de grands établissements on arrive à des chiffres insoupçonnés. « Michel-Montaigne » à Bordeaux est une communauté de 2 200 élèves et étudiants, 200 enseignants et éducateurs, 70 personnels d’administration et des services, soit une « Cité » de près de 2 500 personnes, avec les besoins matériels afférents. La Cité scolaire « Beaumont » à Redon, en 1992, scolarisait 2 400 élèves et étudiants, avec un personnel à hauteur de 320 salariés soit le quatrième employeur de cette sous-préfecture de 10 000 habitants. À Font-Romeu qui est une commune de 2 000 habitants permanents, le lycée est le premier employeur du secteur avec ses 191 salariés. Est-il besoin de rappeler que ces communautés soutiennent toute une micro-économie spécifique : librairies, fourniture scolaires, bar-tabac, restaurants, sans compter les transports scolaires. Enfin on ne saurait négliger le lycée en tant que marché : le service de restauration par exemple. Quand l’établissement « passe » 800 voire 1 800 repas/jour cela finit par faire des apports financiers conséquents pour les fournisseurs. Que dire encore du désormais classique million de photocopies par an et des multiples fournitures dont l’établissement a toujours besoin dans son fonctionnement quotidien.

9Il faut toutefois relativiser cette importance économique qui va varier considérablement en fonction de la taille de la ville. Si « Montaigne » et autre « Ampère » ou « Louis le Grand » venait à disparaître, le prestige et l’égo des villes d’implantation souffrirait mais pas leur économie. En revanche, en milieu rural, en particulier aquitain, dont la population est en voie de vieillissement, il en est autrement. Dans ce dernier cas, il devient même un enjeu dans le cadre d’une désertification de certaines régions rurales au même titre que l’hôpital local, la perception, la poste et autres services publics. Les projections démographiques pour l’Aquitaine prévoient un vieillissement de la population : la part des moins de vingt ans en 2030 pour la Dordogne est prévue à 18,3 % contre 20,2 % en 1999. Quand on remarque qu’à Excideuil, la Cité scolaire est le deuxième employeur, à Nontron le quatrième, on peut effectivement voir se profiler à l’horizon 2030 de grosses difficultés pour la micro-économie de ces villes. Dans bien des zones rurales de ce type, les collèges devenus lycées redeviendront collèges, sauf ceux situés dans des « angles morts » du maillage comme Nontron, Saint-Yrieix et autre Confolens.

10Pour autant le lycée n’est pas seulement une entité économique au poids plus ou moins grand, il est aussi au centre d’un tissu relationnel parfois très complexe et insoupçonné. Il a des partenaires extérieurs dont les parents d’élèves (4 000 pour un établissement type « Michel-Montaigne » à Bordeaux). Les liens avec les entreprises sont vitaux en particulier quand l’établissement propose des sections technologiques. Avec les partenaires culturels, ils peuvent rester à un niveau élémentaire ou aller jusqu’au partenariat institutionnel quand il s’agit de faire fonctionner des options dites lourdes type « cinéma », « Théâtre » par exemple, voire être à l’origine d’un festival du cinéma : Sarlat, Montpellier par exemple. Avec l’Université prise dans son intégralité, là encore, on peut aller des simples liens informatifs à des liens de partenariat dans le cas de BTS ou de classes préparatoires aux grandes écoles. Dans le cadre des politiques de prévention dans le domaine de la santé, il est indispensable d’avoir des relations fonctionnelles avec ces secteurs.

11On ne saurait oublier enfin les associations d’anciens élèves, en général en déclin, mais qui peuvent encore parfois encore exercer une action réelle en aidant financièrement mais surtout en faisant du « lobbying » au profit de l’établissement. Car on ne saurait oublier les anciens élèves devenus hommes politiques importants qui concourent à la notoriété de leur ancien lycée. Sans aller chercher dans le « carnet d’anciens » des grands lycées parisiens, on peut remarquer que le lycée « Ampère » à Lyon compte parmi ses anciens élèves Édouard Herriot, Édouard Daladier, Robert Badinter, Albin Chalandon. À son échelle plus modeste, « Bertrand-de-Born » à Périgueux a vu passer les élèves Claude Arpaillange, Xavier Darcos et Christian Frémont, préfet et actuel directeur de cabinet du président de la République. La notoriété est aussi ailleurs et pour n’en rester qu’à ces deux établissements, le lycée « Ampère » vit passer les élèves André-Marie Ampère, Charles Baudelaire, Alphonse Daudet, « Bertran-de-Born » se contentant de Claude Bébéar pour l’entreprise et Léon Bloy pour la littérature.

Le lien entre la création d’un lycée et la vie politique est non moins constant et parfois peu connu.

12La création d’un lycée est toujours, depuis Napoléon Ier, une décision du pouvoir central. De plus, attributions de moyens et programmes ont toujours dépendu du pouvoir politique : central pour la finalité traduite en programmes et moyens humains, territorial pour une partie des moyens. Les lois de décentralisation ont introduit un système de double décision : État-Région, État-Conseil général pour les collèges ainsi que le transfert de la gestion des personnels TOS. La décision de création est donc toujours politique. Toutefois, l’habitude de l’interférence des politiques locaux à envergure nationale remonte à loin. Par exemple, le Lycée « Pierre-Caraminot » d’Egletons a vu le jour en 1930 grâce à Charles Spinasse alors rapporteur du budget de l’enseignement technique.

13De nos jours même si le temps où un président de la République posait une première pierre comme ce fut le cas de « Bernard Palissy » à Agen avec Sadi Carnot est révolu, que de paternités revendiquées ou suggérées ! Ceci permet de constater que la création d’un lycée a toujours un certain prestige auprès des politiques. Le « Lycée innovant de Jaunay-Clan » est revendiqué par J.-P. Raffarin alors président de la Région Poitou-Charentes et surtout R. Monory, créateur du Futuroscope, dont le lycée est un des éléments clés. Le « LISA » à Angoulême est attribué à J.-M. Boucheron alors maire de la ville et J.-P. Raffarin alors président de Région. « Jay de Beaufort », à Périgueux, est revendiqué par Y. Guéna, malgré l’avis défavorable des services de l’inspection d’académie, « Cesson Sévigné » par Y. Bourges alors président de la Région Bretagne, le « Lycée de la Communication » implanté sur la Technopole de Metz par J.-M. Rausch, « Léonard de Vinci » à Montaigu (44) par O. Guichard, président de la Région des Pays de la Loire… etc.

14D’autant que la ligne « lycées » occupe une part de plus en plus importante dans le budget des régions. À titre d’exemple, la Région Aquitaine est propriétaire des 153 lycées publics aquitains. Elle participe aussi financièrement à l’investissement et à l’équipement des 62 lycées privés et des 22 maisons familiales rurales. Elle consacre aux lycées plus de 20 % du budget régional. À cela il faut rajouter les travaux de construction, rénovation et restructuration engagés dans le cadre de programmes prévisionnels d’investissement : le PPI no 3 mobilise près de 650 millions d’euros de 2001 à 2007. La Région Bretagne recense 3 000 agents techniciens, ouvriers et de service exerçant en lycées et donc transférés de l’État à la Région depuis peu. Le tout pour les seules Régions Aquitaine et Bretagne, que dire des plus importantes… De plus, le politique est directement présent dans la vie du lycée dans la mesure où l’établissement, qui a statut d’EPLE, compte obligatoirement dans son conseil d’administration parmi les membres de droit des représentants de la commune et un conseiller régional. Le chef d’établissement doit constamment être en relation avec une double tutelle : celle de l’État, via sa hiérarchie et politique avec le recours à la « Région » au « Conseil général » ou à la commune.

Lycée et ville : un couple quasiment inévitable

15En passant de la formation des « élites » à la massification, le réseau français s’est considérablement étendu jusqu’à s’implanter en milieu rural, où l’on trouve des lycées dits « ruraux » bien qu’adossées à une ville. S’il est vrai que ce type d’établissement présente certains avantages de commodité pour les populations locales, il n’en demeure pas moins vrai que l’implantation en ville, grande ou moyenne, offre un environnement culturel et des commodités supérieures à celles du lycée « rural ». Malgré ce constat, dans la mesure où le lycée est souvent un enjeu pour beaucoup d’autres acteurs économiques, politiques et sociaux, les considérations d’environnement favorable au bon développement de l’établissement passent souvent au second plan et on en arrive parfois à des situations irrationnelles, relevant de l’affectif. Quoi qu’il en soit, étant en dernier lieu lié aux objectifs politiques et à la démographie, et donc susceptible d’évoluer encore, le lycée « rural » est une espèce en voie de disparition. En revanche, le couple ville-lycée a encore de beaux jours devant lui.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Vaugrenard Alain (1980), « Bègles, 1789-1980. Des villages à la banlieue dortoir », sans éditeur, 123 p.

Vaugrenard Alain (2006), « 2000 ans d’occupation humaine : le site Bertran de Born-Visistation à Périgueux », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. CXXXIII, p. 419-440.

Vaugrenard Alain (2008), « Un lycée de l’arrière pendant la Première Guerre mondiale : le lycée de Périgueux », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. CXXXV, p. 425-472.

Auteur

Proviseur honoraire de Lycée

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search