Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Gouvernances

Différencier la ville mondiale de la ville globale

Cynthia Ghorra-Gobin

Texte intégral

1Le souci de différencier de manière explicite la ville mondiale de la ville globale résulte en fait de la confusion créée par nos collègues anglo-américains. Ces derniers furent les premiers à rendre compte de la globalisation de l’économie et à établir une relation entre les mutations urbaines et l’avènement d’une nouvelle étape du capitalisme. Toutefois leurs analyses sur les nouvelles contraintes auxquelles font face les villes s’appuyant principalement sur les observations menées notamment dans les villes américaines pose problème pour les chercheurs ancrés dans une réalité urbaine autre, comme celle de l’univers européen des villes par exemple. Friedmann et Wolff(1982) ont ainsi fait usage de l’expression world city pour qualifier les grandes villes directement concernées par la globalisation de l’économie tout en soulignant les coûts sociaux de leur insertion dans l’économie globale. Une décennie plus tard Saskia Sassen (1991) est allée plus loin en proposant l’expression «ville globale» pour mettre en évidence le rôle majeur joué par quelques villes dans le commandement de cette économie globale s’inscrivant désormais dans les flux matériels et immatériels. Par souci de courtoisie (probablement), elle affirme l’équivalence entre la global city et la world, mais son analyse, en conférant un sens précis à la ville globale, incite les chercheurs non situés dans l’orbite des villes américaines à dissocier les deux.

2À la suite des travaux de Friedman et de Sassen, nos collègues anglo-américains ont pris l’habitude d’utiliser simultanément les deux termes en dehors de toute distinction de sens entre les deux. Toutefois ces dernières années, des chercheurs ancrés dans l’univers des villes asiatiques ont exprimé un point de vue critique à l’égard des critères (notamment statistiques) retenus par les anglo-américains dans le but de hiérarchiser les villes au sein du réseau de villes globales/villes mondiales. Les indicateurs statistiques retenus s’avéraient en effet peu favorables au positionnement des villes asiatiques dans ce réseau de villes. La réflexion menée à partir d’un ancrage dans l’univers urbain européen ne conduit pas forcément à une critique des critères de classement mais concerne plus précisément la non-distinction établie entre ville mondiale et ville globale.

Différencier le sens des termes « global » et « mondial »

  • 1 Raymond Vernon, Sovereignty at Bay: The multinational Spread of US enterprises, New York, Basic Boo (...)
  • 2 Consulter l’introduction du Dictionnaire des mondialisations ainsi que les entrées mondialisation e (...)

3Contrairement à la doxa ambiante, et comme l’indique de manière explicite l’introduction du Dictionnaire des mondialisations faisant référence aussi bien à des travaux français et américains, les termes mondialisation et globalisation ne sont pas synonymes. La mondialisation fait référence aux échanges (biens, idées, flux migratoires et modèles) s’opérant à l’échelle mondiale qui se sont déroulés de manière plus ou moins intense selon les périodes historiques. La mondialisation contemporaine n’est pas la première de l’histoire et les historiens ont l’habitude d’évoquer la période des découvertes centrées sur l’Europe comme la mondialisation pré-moderne (Braudel) et la période 1860-1914 comme la première mondialisation moderne. La phase actuelle de la mondialisation est susceptible d’être qualifiée de « globalisation » parce qu’elle est indissociable des capacités de connexion en temps réel entre des individus ou des organismes indépendamment de leur localisation géographique. Les technologies de communication et d’information permettent en effet de communiquer en temps réel et ainsi d’interagir. Aussi si l’économie mondiale continue de renvoyer à la somme des économies nationales, l’économie globale fait référence à celle s’inscrivant dans les flux globaux et de ce fait ne représente qu’un segment de l’économie mondiale. L’avènement de l’« Âge informationnel » ou encore de l’« Âge global » repose sur la diffusion des technologies de communication et d’information, une dynamique identifiée par Raymond Vernon qui fut le premier à utiliser l’adjectif « global » en parlant de l’entreprise1. Pour cet économiste, la firme globale relève d’une organisation n’ayant plus rien à voir avec celle de l’entreprise fordiste du xxe siècle, dans la mesure où elle fonctionne désormais sur la base d’un travail d’échanges, de communication et de coopération entre équipes dites « virtuelles » vivant dans des continents et pays différents. Puis dans le prolongement de la pensée de Vernon, Michael Porter a différencié la « firme globale » (dont les références aux frontières nationales ne sont plus explicites) de la « firme multinationale » des années 60 et 702.

  • 3 Dans son ouvrage The World City, Sir Peter Hall (1966), s’inscrivant dans la continuité des travaux (...)

4Pour ce qui concerne la ville, les chercheurs anglo-américains font simultanément référence aux travaux de Friedmann et Wolff(1982) et de Sassen (1991) et associent allègrement world city à global city. Les deux premiers, qui prennent le parti d’expliquer les mutations urbaines en relation avec la nouvelle étape du capitalisme s’affranchissant du cadre national, choisissent l’expression world city, chère à Peter Hall. Toutefois contrairement à Hall (1966), ils écartent l’hypothèse d’un possible amalgame entre world city et les indicateurs traditionnels que sont le poids démographique, le statut au sein de l’État territorial (capitale nationale et/ou régionale) ou encore l’inscription spatiale (de type agglomération ou conurbation)3. Leur analyse est pertinente pour deux raisons: (1) elle présente l’avantage de dépasser la vision (traditionnelle) d’un monde divisé en deux (le Nord avec les pays industrialisés et le Sud incluant pays pauvres et en voie d’industrialisation) et (2) elle identifie au sein du réseau national de villes celles qui prennent leur distance vis-à-vis de l’État-nation tout en articulant « économie globale » et « territoire national ». Quant à Sassen, elle insiste plus sur le rôle stratégique des villes dans l’économie globale en s’appuyant sur des données mettant en évidence trois villes (New York, Londres et Tokyo) devenues des lieux incontournables pour les entreprises financières et les services spécialisés aux entreprises globales. Elle propose de les qualifier de « globales » plutôt que de mondiales dans la mesure où elles ne se réduisent pas à de simples niches d’ordre économique au sein de l’économie mondiale. Elle insiste sur le paradoxe de la communication informationnelle (espace virtuel) qui autorise certes la dispersion de la production industrielle à l’échelle mondiale ou encore son émiettement mais qui en contrepartie exige une réorganisation l’industrie financière autour de nouvelles centralités que représentent les villes globales.

Une rupture épistémologique non encore identifiée4

  • 4 Dans le cadre d’échanges amicaux avec les collègues d’outre-atlantique, nombreux sont ceux qui sont (...)
  • 5 Tout chercheur européen (quel que soit son ancrage disciplinaire) connaît les travaux de l’urbanist (...)

5La non-distinction des chercheurs anglo-américains des expressions global city et world city pose problème à de nombreux européens dont la réflexion ne peut en aucun cas se limiter pas aux seules données chiffrées, en dépit de leur pertinence. En effet ignorer toute dimension historique ou encore faire l’impasse sur les processus de stratification historique sur laquelle repose toute ville européenne est peu envisageable5. Aussi, certains d’entre nous sont d’accord pour définir « ville mondiale » toute ville en mesure d’exercer une forte attractivité non seulement auprès des habitants du pays dans lequel elle se trouve mais également auprès des habitants des pays voisins et du reste du monde et « ville globale » toute ville inscrite dans les flux globaux (notamment les flux financiers). Les fondements de l’attractivité de la ville mondiale reposeraient plus sur la culture, le patrimoine, l’inventivité dans le champ artistique ou encore les modes de vie que sur des critères reflétant les investissements financiers en provenance de l’étranger ou la plus-value de la production économique. La ville mondiale est une ville connue de tous alors que la ville globale se définit comme une ville située à la croisée des principaux flux financiers et disposant d’une Bourse active. Pour illustrer cette distinction en se limitant dans un premier temps à l’Europe, on peut dire que Londres et Paris sont des villes mondiales et globales mais en revanche que le rôle de Berlin – outre bien entendu son statut de capitale nationale –, se limite au statut de ville mondiale. Berlin est une ville dont le pouvoir d’attraction réside principalement dans le nombre et la qualité des musées dont elle dispose, l’offre artistique, l’ancrage historique dans la production cinématographique, le nombre de créateurs (venus d’autres régions du monde) ainsi que par le nombre de ses étudiants étrangers. Mais Berlin ne rivalise pas avec Francfort qui, elle, se situe bien à la croisée des flux financiers de l’économie globalisée.

6Ce rapide parallèle entre Berlin et Francfort que l’on peut également décliner pour d’autres villes européennes permet de légitimer l’impératif d’une dissociation entre «ville mondiale» et «ville globale», à partir d’un regard ancré dans l’univers européen des villes. Pour tout habitant de la planète, Venise est une ville mondiale, en raison de son passé historique, de son patrimoine, de la spécificité de sa production à une époque donnée ou encore de sa capacité à attirer des flux de touristes. La ville mondiale fait ainsi référence à des vecteurs de la mondialisation différents de ceux s’inscrivant dans le capitalisme globalisé. Aux États-Unis, Miami, Los Angeles, Chicago ou Phoenix (contexte américain) sont des villes globales au même titre que New York même si cette dernière maintient bien entendu sa suprématie dans tout ce qui relève de l’ingénierie financière. En revanche, parmi ces cinq villes, seules New York, Chicago et Los Angeles peuvent être perçues comme des « villes mondiales ». Tout au long des xixe et xxe siècle, New York a représenté figure emblématique de la ville construite sur la base de l’accueil de flux migratoires tout en contribuant à l’émergence et à la diffusion de l’art moderne. Los Angeles s’est affirmée en prenant, grâce à Hollywood, le statut de « capitale mondiale » du cinéma dès les années 30 et a réussi à maintenir son rang grâce à ses industries culturelles, en dépit de l’influence croissante de Bollywood à l’échelle mondiale. Hong Kong est une ville « globale » en raison de l’activité de sa bourse mais on est en droit de s’interroger sur son classement dans la liste des villes mondiales. En Amérique latine, Mexico a certainement un rang mondial en raison de son patrimoine historique, du rayonnement de sa culture et de sa capacité à attirer des touristes mais elle ne figure pas au rang des villes globales comme São Paulo.

7Le souci de cette distinction entre « ville mondiale » et « ville globale » susceptible de se traduire par des travaux empiriques en géographie n’a pas pour seule ambition de prendre de la distance par rapport aux ancrages théoriques des collègues américains mais participe de ce choix explicite en faveur d’une théorie de la mondialisation non confinée au seul champ économique. Difficile en effet d’imaginer que la mondialisation en cours est en mesure d’effacer toute forme d’héritage historique et d’influence culturelle pour se réduire à de simples flux financiers et flux de communication. Aussi proposer l’hypothèse d’une rupture épistémologique dans l’analyse urbaine en raison d’une non-prise en compte de la dimension historique se présente comme une perspective méritant de nouvelles investigations scientifiques.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Ghorra-Gobin Cynthia (dir.) (2006), Dictionnaire des mondialisations, Paris, Colin.

Ghorra-Gobin Cynthia (2000), Les États-Unis entre local et mondial, Paris, Presses de Sciences Po.

Ghorra-Gobin Cynthia (dir.) (1991), Qu’est-ce qui institue la ville? Penser la ville de demain, Paris, L’Harmattan.

Quelques repères bibliographiques

Friedmann John & Wolff Goetz (1982), « World city formation: an agenda for research and action », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 6, no 3, p. 309-344.

Friedmann John & Wolff Goetz (1995), « Where we stand : a decade of world city research » in Knox Paul L. & Taylor Peter J. (eds.), World Cities in a World System, Cambridge, Cambridge university press, p. 21-47.

Mongin Olivier (2005), La condition urbaine : la ville à l’heure de la mondialisation, Paris, éditions du Seuil.

Sassen Saskia (2001), The Global City : New York, London, Tokyo, 2e édition, Princeton, Princeton University press [1re édition, 1991] (traduction française: La Ville globale. New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes & Cie, 1996).

Notes

1 Raymond Vernon, Sovereignty at Bay: The multinational Spread of US enterprises, New York, Basic Book, 1971. Quant à l’expression d’« Âge global », utilisée à la suite d’an-Anthony Giddens, elle tend à remplacer celle de l’« Âge informationnel » utilisée par Manuel Castells.

2 Consulter l’introduction du Dictionnaire des mondialisations ainsi que les entrées mondialisation et globalisation, firme globale et firme multinationale, ville et ville globale.

3 Dans son ouvrage The World City, Sir Peter Hall (1966), s’inscrivant dans la continuité des travaux de Patrick Geddes et d’Adna Ferrin Weber, fut le premier à identifier la « ville mondiale » à partir de son poids démographique et de son taux de croissance, dans un contexte où l’urbanisation concernait principalement les pays industrialisés.

4 Dans le cadre d’échanges amicaux avec les collègues d’outre-atlantique, nombreux sont ceux qui sont d’accord pour préférer l’usage de l’expression global city pour signifier les mutations structurelles inhérentes aux villes en charge du commandement de l’économie globale. Mais dans leurs publications, tout comme dans le cadre de débats se déroulant dans des colloques et séminaires, ils continuent d’utiliser les deux termes sans aucune différenciation.

5 Tout chercheur européen (quel que soit son ancrage disciplinaire) connaît les travaux de l’urbaniste italien Leonardo Benevolo traduits en plusieurs langues, notamment La ville dans l’histoire européenne, Paris, éditions du Seuil, 1993.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search