Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Gouvernances

Bordeaux ville industrielle ?

Jean-Paul Charrié

Texte intégral

1Dans les lignes de conclusion de son ouvrage tiré de sa thèse et publié à la fin des années 1970, Jean Dumas écrivait :

  • 1 Jean Dumas, Les activités industrielles dans la Communauté urbaine de Bordeaux, tomes I et II, thès (...)

Bordeaux doit beaucoup à l’industrie qui a façonné les grandes formes de distribution spatiale et dont le poids original, les forces et les faiblesses sont tout à la fois cause et conséquence de sa place actuelle dans la hiérarchie des grandes villes françaises. C’est bien une ville industrielle par sa taille, par la diversité des activités rencontrées, par son rôle dans toute la France du Sud-Ouest même si on ne peut dire qu’il s’agit d’une ville de l’industrie dans la mesure où la fonction manufacturière y a toujours été intimement liée à la mise en œuvre dans le temps et par les productions, de conditions variées de situation et de relation1.

2Trente années plus tard, ce constat est-il toujours d’actualité ?

  • 2 INSEE recensement de la population.

3L’évolution de la population active opérant dans l’industrie n’apparaît pas, en première approche, comme un indicateur favorable pour continuer de qualifier la métropole de l’Aquitaine de ville industrielle. En effet, quand Jean Dumas relevait, pour les 27 communes de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) quelque 90 000 emplois dans le secondaire, dont près de 25 000 dans le bâtiment et les travaux publics (BTP), les données du recensement de 19992 soulignent le recul de cette branche, soit près de moitié moins d’emplois (36 492 pour l’industrie et 11 164 dans le BTP) au sein de l’unité urbaine qui compte pourtant près de deux fois plus de communes que la CUB. En raison du processus d’étalement urbain, de localisations toujours plus liées aux infrastructures routières, on peut avancer l’hypothèse qu’une partie de ses emplois du secondaire se retrouvent dans l’aire urbaine qui prend mieux en compte la dimension actuelle de l’agglomération bordelaise. De fait, l’aire urbaine porte à un peu plus de 62 000 l’effectif intervenant dans le secondaire (47 328 dans l’industrie et 15 152 dans le BTP). Malgré tout ce volume d’actifs demeure nettement inférieur à ce qu’il était à la fin des années 1970. Durant la même période, le secteur tertiaire a progressé, de telle manière que l’agglomération bordelaise est une métropole à vocation régionale, voire européenne, qui met toujours plus en avant ses capacités et ses compétences dans les services aux entreprises, dans le domaine financier, dans la logistique.

4Cette évolution est le reflet des mutations des activités industrielles en France sous l’effet des transformations de l’appareil de production, des crises successives et de la mondialisation. Outre la sensibilité de la construction aux différentes perturbations qui se succèdent dans l’immobilier depuis le début des années 1970, les industries agroalimentaires et de l’équipement de la personne subissent plus fortement que d’autres la concurrence des pays où les coûts de production sont plus bas. Plus grave, les grandes entreprises venues s’installer à Bordeaux, dans les années 1970, ont été malmenées par les évolutions de l’économie mondiale et les choix des multinationales qui les contrôlent. Solectron, qui avait succédé à IBM, a connu une lente agonie. L’industrie aéronautique, à priori moins affectée en raison du soutien de la commande publique, a traversé de mauvaises passes ce qui s’est traduit par des réductions d’emplois et la crainte de voir disparaître la Sogerma. Plus récemment enfin, Ford a décidé de se séparer de son usine de fabrication de transmission automatique qui alimentait le marché des États-Unis. En outre, quelques entreprises emblématiques du tissu industriel local comme Marie Brizard et Lectra-systèmes ont connu de graves péripéties et sont désormais contrôlées par des capitaux extérieurs. Nul ne sait encore, fin 2009, quelles seront les conséquences définitives de la crise financière puis économique mondiale sur le tissu industriel de l’agglomération bordelaise.

  • 3 Francis Cuillier, Michel Schrantz (dir.), Atlas de la métropole bordelaise, Agence d’urbanisme Bord (...)

5Pour autant, cette contraction de l’emploi industriel et les difficultés des entreprises ne remettent pas en cause l’affirmation que la métropole de l’Aquitaine demeure une ville industrielle. La désindustrialisation étant générale, ce qui se passe à Bordeaux s’observe dans les autres régions, à l’échelle du territoire national et en Europe. Cela ne change presque rien à son positionnement. Par ailleurs, les entreprises industrielles externalisent une part de leurs activités et s’insèrent dans des réseaux de compétence, ce qui se traduit par la croissance des emplois dans le domaine des services aux entreprises. Or, ce secteur concentre aujourd’hui plus de 70 000 emplois dans l’agglomération de Bordeaux et devance ainsi nettement la branche industrielle au sens strict3.

6Les approches récentes sur l’économie productive intègrent cette combinaison entre entreprises industrielles et services afin de mieux cerner la réalité et le poids des économies métropolitaines tout en différenciant les activités qui relèvent d’une économie résidentielle, répondant aux besoins locaux, donc moins soumises à des processus de délocalisation, et celles qui sont orientées vers l’exportation, plus sensibles à l’état du marché et à la concurrence. Plus l’agglomération bordelaise accroît sa population, augmente la part des catégories aisées et attire des touristes, plus elle favorise le maintien ou la création d’entreprises qui alimentent ce marché urbain et peuvent élargir leur aire de vente aux régions et aux métropoles voisines. Sensible à la conjoncture et à la concurrence, cette économie résidentielle est cependant peu tentée de se délocaliser. Il en est tout autrement des entreprises industrielles qui opèrent sur les marchés étrangers. Soumises à une forte concurrence, elles sont portées à se délocaliser comme on a pu l’observer dans les industries de la personne. Ou bien, pour demeurer compétitives, elles doivent progresser en innovant ce qui est réalisable dans les métropoles qui disposent, comme l’agglomération bordelaise, de laboratoires de recherches, de grandes écoles, de capacité de financement pour épauler les créations d’entreprises dans des domaines novateurs.

  • 4 Ministère de l’industrie, http://www.competitivite.gouv.fr

7La volonté de fédérer les différents acteurs d’une filière, et d’impulser des innovations débouchant sur la création de nouvelles entreprises et des emplois, s’inscrivait déjà dans le développement des technopôles et aujourd’hui se retrouve dans la politique des pôles de compétitivité mise en place par l’État4. Bordeaux peut se targuer de participer ou de piloter quatre projets. Pôle de compétitivité mondial, Aerospace Valley réunit des entreprises de Toulouse et de Bordeaux opérant dans l’aéronautique, l’espace et les systèmes embarqués. Si cela conforte la place aéronautique de Bordeaux, le fonctionnement de ce pôle de compétitivité en montre également les limites car l’essentiel des forces et des emplois mobilisés se trouvent à Toulouse (plus de 5 000 salariés dont moitié de cadres contre 800 à Bordeaux) et on saisit mieux le caractère contraignant de la domination de l’aéronautique militaire dans la métropole de l’Aquitaine. Profitant du développement en cours du Laser mégajoule, les collectivités territoriales soutiennent un pôle de compétitivité « Route des lasers » fondés sur la recherche et ses applications en s’appuyant sur le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et sur une cinquantaine d’entreprises mobilisant quelque 700 salariés. « Prodi’Inov » constitue une tentative d’impulser de l’innovation dans le domaine des compléments alimentaires et des biomédicaments, mais à ce titre il concerne l’ensemble de l’Aquitaine et pas seulement Bordeaux. Il en est de même pour le classique investissement dans le pin maritime dans le cadre du pôle de compétitivité « Xylofutur ».

8Ces nouveaux projets s’inscrivent territorialement dans l’aire urbaine, sans que cela remette fondamentalement en cause l’empreinte industrielle héritée des stratégies urbaines anciennes et plus récentes. Les « butoirs urbains », définis par Jean Dumas, le Bec d’Ambés et le complexe aérospatial marquent le paysage urbain de l’agglomération. Toutefois, le Bec d’Ambés apparaît de plus en plus enclavé ce qui freine son renouvellement et le complexe aérospatial est débordé sur ses flancs par la poussée d’une urbanisation qui s’avance vers le littoral. Si les zones industrielles aménagées en relation avec la construction de la rocade concentrent toujours une part importante des activités industrielles, leur tertiarisation est souvent très avancée au rythme du recul de l’industrie et de l’attrait commercial de cette voirie. C’est le long des berges de la Garonne, de Floirac à Lormont, que l’empreinte industrielle s’efface le plus, au fur et à mesure de la reconquête d’anciennes friches et de fermetures d’usines. Si l’activité industrielle demeure l’apanage des communes de la CUB, les périphéries accueillent de plus en plus d’entreprises à la recherche de terrains bien placés sur les grands axes de communication assortis de taxes professionnelles moindres. À ce titre, Canéjan et Cestas s’affirment de plus en plus, au même titre que les communes situées le long de l’A10, l’A89 et dans une moindre mesure la RD936. Enfin, au-delà de la première couronne de communes en bordure de la CUB, on trouve le technopôle Montesquieu sur la commune de Martillac et surtout le CEA (Commissariat à l’énergie atomique), implanté au Barp, à l’origine du projet de « la route des lasers ».

  • 5 CUB, Bordeaux métropole, Ambitions 2010-2020, mars 2008, en ligne sur le site de la CUB, disponible (...)
  • 6 SYSDAU, « L’économie productive », atelier thématique, 3 mars 2009, compte rendu en ligne sur le si (...)

9Deux cartes relativement récentes permettent de mesurer l’effet du « mille-feuille » administratif sur la vision territoriale des activités industrielles. La cartographie réalisée par le service en charge du développement économique de la CUB5 s’inscrit dans les seules limites de la CUB (27 communes) et met l’accent sur les zones d’activités innovantes qui s’étirent de Saint-Médard-en-Jalles à Gradignan. Si le pôle aéronautique en est toujours l’élément essentiel, depuis l’essor des technopôles, le campus universitaire est montré comme un lieu ou se marient recherche et firmes innovantes. Pour sa part, le SYSDAU (93 communes) qui a en charge la révision du SCOT6 (schéma de cohérence territoriale) de l’agglomération bordelaise, dresse une carte plus complète, prenant en compte les périphéries de la CUB et rappelant l’existence d’industries « traditionnelles » sur la rives de la Garonne en relation avec le trafic portuaire passé ou actuel. Ces deux documents illustrent les divergences qui existent entre le rôle des communes plus décisifs que celui des intercommunalités et les relations tendues entre la CUB et les communes périphériques. À cela il convient d’ajouter le rôle de la Région et secondairement du Département. Si ces différentes instances constituent un front commun face au risque de disparition d’emplois, on vient de le vérifier à nouveau pour Ford, il n’en est pas de même pour tout ce qui touche au développement économique, l’intérêt communal étant trop souvent privilégié.

10Les différents acteurs institutionnels ont du mal définir une stratégie globale pour l’agglomération, pour accroître sa place dans la compétition en Europe. De plus, ils sont en difficulté pour cerner la réalité du tissu industriel et son fonctionnement en filières en y intégrant la recherche et les services. Trop de discours et de documents reposent sur une approche qui privilégie la communication, qui vise à attirer de nouvelles entreprises, qui se projette sur des perspectives foncières, le tout étant plus aisé à mettre en œuvre que la connaissance approfondie de l’économie productive bordelaise.

11Rêvons à un financement de thèses conduites par des équipes pluridisciplinaires qui dépasseraient le seul agrégat des données statistiques sur les entreprises et les emplois et mettraient en évidence les interactions, le fonctionnement des filières de la production à la logistique en passant par la recherche, les ouvertures internationales. Ainsi aurait-on un tableau aussi complet que celui réalisé il y a maintenant plus de trente années par Jean Dumas.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Charrié Jean-Paul, « Le système économique bordelais » (en collaboration avec Jean Dumas), in Laborde Pierre (dir.), Bordeaux, Métropole régionale, ville internationale ?, Paris, La Documentation française, juin 1998.

Charrié Jean-Paul, « L’emploi dans l’agglomération bordelaise » (en collaboration avec Olivier Ballesta), Sud-Ouest européen (ancienne RGPSO), no 2, 1998, p. 19-32.

Charrié Jean-Paul, Villes en projet (s) (direction), Actes du colloque des 23 et 24 mars 1995, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996, 412 p.

Notes

1 Jean Dumas, Les activités industrielles dans la Communauté urbaine de Bordeaux, tomes I et II, thèse de doctorat d’état, Bordeaux, 1979, 842 p.

2 INSEE recensement de la population.

3 Francis Cuillier, Michel Schrantz (dir.), Atlas de la métropole bordelaise, Agence d’urbanisme Bordeaux Métropole Aquitaine, INSEE, Bordeaux, Mollat, 2001, 167 p.

4 Ministère de l’industrie, http://www.competitivite.gouv.fr

5 CUB, Bordeaux métropole, Ambitions 2010-2020, mars 2008, en ligne sur le site de la CUB, disponible sur : www.lacub.fr/bienvenue/mipim2008/JournalMipim_2008.pdf. Précisons que ce service a été créé postérieurement à 2000 ce qui souligne le rôle modeste joué par l’intercommunalité dans ce domaine.

6 SYSDAU, « L’économie productive », atelier thématique, 3 mars 2009, compte rendu en ligne sur le site du SYSDAU, disponible sur : http://www.sysdau.fr/upload/CR_atelier_economie_session_2.pdf, consulté en juin 2010.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search