Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Gouvernances

La gouvernance locale au cœur des politiques de réforme en Chine

Le cas de la province du Guangdong

Richard Balme

Texte intégral

1Si la décentralisation a été largement utilisée comme instrument des politiques de réforme de l’État menées en Europe durant les trois dernières décennies, les autorités chinoises l’ont également mise à contribution dans la conduite de la politique d’ouverture introduite par Deng Xiaoping en 1976. Le gouvernement chinois a adopté une approche expérimentale des réformes, les testant d’abord à l’échelon local et provincial avant de les généraliser au niveau national. La décentralisation n’est pas un simple aménagement administratif, mais bien une reforme structurelle recoupant des enjeux économiques, sociaux et politiques fondamentaux. Les relations entre le centre et les provinces constituent l’un des aspects les plus cruciaux des questions de gouvernance dans la Chine contemporaine. Au-delà, c’est au niveau local que s’expriment les considérables tensions générées par l’industrialisation et l’urbanisation accélérées. Bien que l’ouverture de l’économie chinoise soit couplée à une intégration administrative et politique croissante entre le centre et les différents échelons des gouvernements provinciaux et locaux, la mise en œuvre des réformes provoque des conflits en nombre croissant entre la population et les autorités dans les localités qui menacent la légitimité du régime politique dans son ensemble.

  • 1 Des études de cas sur les autres provinces sont disponibles chez Goodman (1997), Cheung et al. (199 (...)

2Pour illustrer ce point nous appuierons l’analyse sur le cas de la province du Guangdong. La République populaire de Chine est assurément un pays beaucoup trop grand pour qu’une de ses provinces puisse être considérée comme représentative au niveau national. Néanmoins, il est encore plus trompeur d’interpréter des tendances socio-économiques à la seule échelle du pays, car l’agrégation de données a pour effet d’annuler d’énormes variations locales et régionales, et ne permet pas de comprendre comment différents processus de changement s’articulent les uns aux autres. Les perspectives exposées ici sur la province du Guangdong ont pour objectif de présenter la façon dont les multiples défis politiques auxquels la Chine est confrontée ont tendance à se conjuguer au niveau local sur les régions côtières, et à quel point les questions de gouvernance en Chine sont au fond déterminées par l’économie politique d’un vaste et très intense processus d’urbanisation de la société1.

  • 2 Les chiffres indiqués ici sont tirés de http://www.stats.gov.cn/tjsj/ndsj/yb2004-c/indexch.htm

3Le Guangdong est situé sur la côte sud de la RPC et comprenait en 2003 une population atteignant 79 540 000 habitants (soit la quatrième province chinoise par son importance démographique) répartie sur un territoire de 177 900 km22. Le delta de la rivière des Perles, l’une des zones les plus densément cultivées en Chine, se déverse dans la mer de Chine méridionale, à mi-parcours de ses 3 368 km de littoral. Au confluent de la rivière du Nord, de la rivière de l’Est et de la rivière de l’Ouest, se trouve la capital provinciale Guangzhou, autrefois connu sous le nom de Canton dans le monde occidental. Guangzhou et Shenzhen font partie des quatre villes les plus importantes en Chine. La province est administrée par 21 préfectures, 121 cantons et 1 642 villes, elle est aujourd’hui l’une des plus riches du pays, avec le PIB total le plus élevé de toutes les provinces (165 milliards de dollars US en 2003), contribuant à près de 12 % de la production économique du pays.

4Les régions côtières de Chine méridionale ont vu les puissances occidentales, comme la France, l’Angleterre et le Portugal, établir des comptoirs commerciaux à Guangzhou, Macao et Hong Kong au xixe siècle, et imposer des relations coloniales entre la Chine et l’Occident. Ces relations sont finalement arrivées à leur terme avec la rétrocession de Hong Kong en 1997, puis de Macao en 1999. Le Guangdong fut profondément marqué par ce passé, d’abord par les pressions européennes visant à pénétrer la Chine continentale le long de ses principales voies fluviales, puis par la présence de riches enclaves capitalistes aux portes de la Chine communiste. Le Guangdong se caractérise également par la force de sa propre culture qui s’étend du dialecte cantonnais à sa cuisine et de son opéra très caractéristique à ses solides relations avec la diaspora chinoise, de même que par un redoutable sens des affaires. Malgré la distance géographique qui la sépare de Beijing, la province a eu un rôle politique considérable dans l’histoire chinoise moderne. Le Guangdong a apporté de nombreux réformateurs sous la dynastie des Qing et des activistes lors de la révolution républicaine. Le soulèvement de Canton en 1911 a précédé la révolution d’octobre la même année et le Dr Sun Yatsen avait établi son gouvernement nationaliste à Guangzhou en 1917. Chiang Kai Shek avait commencé sa campagne militaire vers le nord à partir du Guangdong, qui fut également le dernier lieu de repli du gouvernement nationaliste avant son échappée vers Taïwan en 1949. D’éminents révolutionnaires communistes sont également natifs du Guangdong, mais la province resta un lieu stratégique pour les nationalistes pendant toute la guerre civile. Malgré leur contribution aux mouvements républicain et communiste, les cantonnais sont toujours restés en retrait de leurs homologues communistes des autres provinces durant l’ère maoïste.

5Le Guangdong a affiché des performances assez pauvres en termes de développement économique jusqu’en 1978. Il a eu davantage de succès par la suite avec la mise en œuvre de « politiques spéciales » et de « mesures flexibles » permises par le gouvernement central en 1979.

La raison pour laquelle le Guangdong est parvenu à une croissance accélérée depuis 1979 n’est pas simplement le fait de conditions géographiques favorables et de liens étroits avec Hong Kong, mais provient aussi du fait que les dirigeants provinciaux ont su négocier efficacement avec le gouvernement central, formuler des stratégies de réforme efficaces et tirer pleinement partie des opportunités de l’ère des réformes. (Cheung 1998, p. 93)

  • 3 Pour un compte-rendu détaillé de ces développements pour la période 1979-1995, cf. P. Cheung 1998 a (...)

6L’idée d’attirer les capitaux hongkongais pour promouvoir le développement économique dans le Guangdong a en effet été forgée au niveau local et soumise aux autorités centrales dès 1956. Elle ne sera pourtant mise en œuvre que bien plus tard avec le changement de politique économique initié par Deng Xiaoping. Néanmoins, la gestation locale de tels projets et les stratégies pionnières de la plupart des dirigeants dans la promotion de politiques innovantes ainsi que leur capacité à se donner les moyens d’agir pendant l’ère maoïste ont donné de bonnes raisons à Beijing pour choisir cette province afin de tester ses nouvelles mesures politiques. Trois zones économiques spéciales ont ainsi été créées à Shenzhen, Shantou et Zhuhai, et bénéficièrent progressivement d’une autonomie administrative accordée par le Guangdong, bien que tirant le développement économique de toute la région. Le gouvernement provincial du Guangdong était désormais en mesure de mobiliser des ressources pour négocier avec le gouvernement central un régime de mise en application de réformes clés concernant par exemple les relations fiscales entre le centre et la province, la gestion financiere locale, la réforme sur les investissements étrangers et l’acquisition de capitaux étrangers, ainsi que des investissements dans les infrastructures3.

7En raison de la vivacité de sa modernisation, le Guandgong devait largement bénéficier de l’accès de la Chine à l’OMC en 2001. Mais les défis sont multiples (Cheng 2000 et 2003, Cheung 2002). Les inégalités de revenu y sont parmi les plus fortes des provinces chinoises. Son économie, largement tirée par les exportations, a été sévèrement touchée par la crise financière asiatique de 1997, et la province fut frappée par plusieurs graves scandales de corruption. En 1998, le gouvernement central a lancé une campagne antifraude, visant principalement le Guangdong et le Fujian, menant à la répression d’un gang important de Zhanjian, et à l’exécution du chef des douanes de la ville ainsi qu’à une condamnation à mort avec sursis pour son secrétaire du parti. La même année, la Guangdong Trust and Investment Corporation a été fermée et déclarée en faillite. En 2000, le gouvernement a mené une enquête sur des fraudes de TVA à grande échelle dans le port de Shantou à l’est du Guangdong (Cheng 2003, p. 4). Le développement de Shanghai et du delta du Yangzi ont également imposé une rude concurrence non seulement à Hong Kong mais aussi dans tout le delta de la rivière des Perles. Tant les investissements que les flux migratoires de main-d’œuvre sont devenus sélectifs et plus réactifs aux avantages comparatifs des régions qui concurrencent la Chine méridionale. Après 1995, la croissance des exportations a relativement diminué par rapport aux autres provinces chinoises. Le Guangdong a également été à l’origine de l’épidémie de SRAS en 2002 et de plusieurs cas de pandémie de grippe aviaire. Les conditions de sécurité sanitaires d’un pays en développement coexistent avec les silhouettes audacieuses des gratte-ciel dans des villes en pleine expansion où vivent des millions d’habitants, dans une zone à très forte densité de peuplement. En 2008, c’est encore du Guangdong que viennent les premières vagues de licenciements, massives et brutales, issues de la crise financière mondiale.

8Le dixième plan quinquennal (2000-2005) a cherché à élaborer une stratégie de modernisation du Guangdong en trois points : poursuite d’une économie orientée vers la dépendance aux exportations ; développement des sciences, des technologies et de l’éducation afin de promouvoir les industries de haute technologie ; et enfin, adoption d’une politique axée sur le développement durable. Malgré un engagement significatif et de profonds changements, cette politique reste ambitieuse et les progrès discutables (environnement) dans ces trois domaines. Le manque d’intégration et de coopération entre le Guangdong et Hong Kong revient souvent parmi les critiques (Cheung 2006). L’intégration financière des deux économies est d’autant plus importante que la frontière entre Shenzhen et la Région Administrative Spéciale de Hong Kong est l’une des plus affairées au monde. La mise en œuvre d’un accord de libre échange (CEPA) en 2004 ainsi que des projets d’infrastructure (dont un pont reliant Hong Kong et Shenzhen à Macao et Zhuhai sur les deux rives de l’estuaire) ont été élaborés afin de donner une nouvelle impulsion au développement de la région.

  • 4 Contrairement à la situation de la province du Sichuan.

9Les réformes politiques et administratives et leurs difficultés de mise en œuvre reflètent également les tensions imposées aux autorités publiques par l’évolution de l’économie politique et les changements sociaux induits. Dans le même style pionnier des réformes économiques, les autorités du Guangdong et de Shenzhen ont introduit des réformes politiques dans les années 1990, telles que l’élection directe du maire de la ville de Dapang à Shenzhen en 1998. Cette expérience particulière a depuis été suspendue4, mais les autorités du Guangdong ont aussi introduit des élections villageoises à grande échelle en 2002. De nouveaux règlements permettent aux villageois, plutôt qu’aux comités locaux du Parti, de proposer des candidats pour la mairie du village et la branche villageoise du Parti. Dans l’immense majorité des cas, et malgré les nouveaux règlements, ces élections restent de fait sous le contrôle indirect du Parti. Néanmoins, elles révèlent des évolutions significatives. La nouveauté n’est pas la coexistence du Parti avec des relations clientélistes, et parfois même claniques, si caractéristiques de la Chine méridionale, qui selon le contexte vont d’une parfaite osmose à des recouvrements partiels ou à une compétition ouverte. En revanche, l’innovation vient de ce que les autorités centrales et provinciales cherchent à gérer le mécontentement public et à préserver à la fois l’autorité et la légitimité de l’état par le biais d’élections tenues à l’échelon local.

  • 5 La plus emblématique de ces exceptions fut le grand rassemblement organisé par Falun Gong à Zhongna (...)

10Jusqu’alors, l’intérêt et les stratégies du Parti communiste chinois (PCC) pour préserver son monopole de facto ont toujours été explicites, et donnent peu de crédit à l’idée d’un PCC converti à de nouvelles valeurs, encourageant la concurrence électorale « de la base au sommet » comme nouvel objectif politique. Néanmoins, le Parti abrite différentes conceptions et attitudes qui vont dans le sens d’une réforme politique aux niveaux central, provincial et local, et comme l’atteste le projet d’élections villageoises, il n’est pas complètement impénétrable aux réformes politiques de fond. Généralement, le PCC et les autorités étatiques mènent un projet de modernisation qui se veut pragmatique dans la sélection de ses instruments politiques. L’une de ses principales préoccupations est de préserver la gouvernabilité du régime, et d’éviter des situations de protestation et de confrontation ouverte avec les autorités publiques. Ces moments de tension sont strictement contrôlés par les autorités centrales, et les manifestations contre le gouvernement sont exceptionnelles5. Mais les confrontations avec les autorités sont extrêmement nombreuses à l’échelon local et prennent souvent des tournures violentes.

11Un certain nombre de ces évènements se sont produits dans le Guangdong. En 2002, des milliers de villageois ont protesté contre la corruption dans les comités de village à Qiaotou et Changpin, dans le district de Gongguan. Ils ont boycotté les élections et bloqué les routes. Des milliers de policiers furent envoyés en réponse pour disperser de force les manifestants, nombre d’entre eux furent blessés (Cheng, 2003 p. 20). En décembre 2005, des villageois de la ville de Dongzhou ont manifesté contre la construction d’une centrale électrique au charbon. Les forces de sécurité ont ouvert le feu et les résidents ont rapporté qu’une trentaine de personnes avaient été tuées. Par la suite, les médias d’état ont fait part de l’arrestation du chef de l’unité de police pour « erreur de procédure » ayant conduit à des décès (International Herald Tribune, 19 janvier 2006). Quelques semaines plus tard à Panlong, enclave rurale au milieu de villes industrielles du Guangdong, les forces de sécurité, parmi lesquelles des troupes paramilitaires, furent déployées sur une grande échelle pour mettre fin à une manifestation contre un projet de saisie de terres destinées à la construction d’une autoroute reliant Zhuhai à Beijing. Là encore, des actes de violence et des victimes furent signalés (International Herald Tribune, 17 janvier 2006).

12Ces évènements sont révélateurs à plus d’un titre. Ils se sont produits dans le Guangdong, l’une des provinces côtières les plus développées, au cœur de la nouvelle économie politique chinoise. En raison de la structure socioéconomique et du contrôle politique, ils se produisent également dans les villages plutôt que dans les grandes villes. Ils sont motivés par les problèmes récurrents d’usage foncier et d’expropriation liés au développement urbain et a la construction d’infrastructures, et par la gravité des dommages causés à l’environnement et à leur impact sur la santé de la population. Les soulèvements sont habituellement déclenchés par la corruption ou par des comportements ouvertement criminels des élites locales, ainsi que par l’incapacité des autorités provinciales et centrale à donner suite aux réclamations des habitants, souvent excédés lorsqu’ils ont recourt à la protestation. Enfin, les forces de sécurité sont mal préparées techniquement à gérer les manifestations, qui se terminent souvent dans la violence, et empêchent fermement les journalistes d’en assurer la couverture médiatique.

13Les raisons qui expliquent l’augmentation du nombre d’affrontements entre les forces de sécurité et les habitants de ces localités ne sont pas à rechercher dans le développement d’un mouvement revendiquant la démocratie en tant que telle. Au contraire, elles découlent principalement de la mise en œuvre de la politique de réforme. Cette mise en œuvre s’effectue aux niveaux provincial et local selon un certain nombre de caractéristiques (Zhong 2003, p. 128-182). Premièrement, le développement économique et le maintien de l’ordre public sont définis comme les principaux objectifs politiques par le PCC à l’échelon central. Sous l’œil vigilant du Parti, qui évalue ses cadres afin de les promouvoir, les cadres locaux sont sous pression pour être performants, et la mise en application des politiques dans les régions est, en l’absence de mécanismes de concertation avec la population et de critique des médias, souvent brutale. Deuxièmement, les réformes économiques ont donné naissance à des intérêts particuliers et à la constitution de coalitions de croissance et de machines politiques clientélistes aux niveaux des villes, des cantons et des villages, et ont souvent permis le développement de réseaux illicites qui détournent ou captent les politiques publiques, parfois au profit d’activités résolument criminelles. Parmi les problèmes structurels liés à cette situation figurent l’injection massive de capitaux dans l’économie locale, le très faible salaire de base de la grande majorité des cadres, et l’accès à certains avantages tels que les voitures particulières, le logement et les primes que confère leur position. Cela conduit à une fracture entre les autorités locales captives d’une multitude d’arrangements collusifs imbriqués avec les intérêts les plus divers et les populations qui pour l’essentiel subissent des changements sociaux particulièrement intenses sous l’effet de la politique publique.

L’administration du village consiste essentiellement en une collecte de taxes et de redevances pour elle-même et pour l’état chinois sans pour autant fournir beaucoup de services aux villageois. En outre, les gouvernements villageois, sous la pression d’autorités gouvernementales plus haut placées, ont de plus en plus recours à des sanctions et des amendes pour faire appliquer les politiques de l’état, ce qui a pour effet d’aliéner davantage encore les paysans chinois. (Zhong 2003, p. 181)

14Enfin, les citoyens ayant recours à des procédures administratives et, de plus en plus, à des actions en justice pour faire valoir leurs droits sont confrontés à un système judiciaire inefficace et surtout à l’absence de règle de droit. En bref, les soulèvements et les violences à l’échelon local sont le résultat du déficit de responsabilité publique (accountability) du système politique, progressivement révélé par la mise en œuvre de la politique de reforme (Li 2005).

15Les autorités utilisent les réformes politiques et les campagnes anti-corruption pour faire face à cette situation. Les élections villageoises ont été introduites dans l’espoir d’apaiser les tensions entre habitants et gouvernements locaux, avec des résultats mitigés jusqu’à présent. Les autorités du Guangdong ont également mis en place diverses mesures de transparence administrative et de démocratisation au sein du parti afin de combattre l’usage des pots-de-vin pour obtenir des nominations. Un « système d’évitement » selon lequel les principaux responsables au niveau du canton ne peuvent pas servir dans leur propre canton a également été adopté. Les autorités chinoises sont conscientes que la corruption et, plus généralement, le manque de réactivité des institutions face aux préoccupations de la population, portent atteinte à la légitimité de l’état et du parti. Mais l’action publique à cet égard compense difficilement une telle tendance structurelle.

16Le Guangdong compte un très grand nombre d’affaires de criminalité économique, en particulier des transactions de change frauduleuses. Des groupes mafieux redoutables font commerce de prostitution, jeux de hasard, immigration clandestine et trafic de stupéfiants dans le sud de la Chine et au-delà. Les conflits au travail concernant les salaires impayés, les contrats de travail, le paiement de la sécurité sociale, et les indemnisations d’accidents du travail, ont augmenté de façon spectaculaire depuis la fin des années 1990 et la crise financière asiatique, conduisant à des protestations et des affrontements avec les forces de sécurité, et à la création de syndicats illégaux, notamment à Shenzhen. En réponse, le comité du Parti à Shenzhen a augmenté le nombre de syndicats officiels dans le secteur privé. En 2000, les autorités du Guangdong ont également lancé un plan visant à accroître la participation des travailleurs dans les régimes de retraite, de chômage et d’assurance maladie, dans le cadre du développement (privé) d’infrastructures de santé. Le spectaculaire développement économique du Guangdong a également généré des problèmes environnementaux. Malgré d’importants investissements publics, la pollution de l’air et de l’eau, les pluies acides et la déforestation demeurent de graves sujets de préoccupation (Cheng 2003, Cheung 2002).

17Ces développements indiquent l’importance des défis auxquels font face les autorités chinoises dans la mise en œuvre des politiques de modernisation. Les dirigeants politiques nationaux ou locaux ne manquent pas d’initiative et sont résolument pragmatiques, mais ils sont aussi confrontés à de graves lacunes de l’administration et du système judiciaire dans une société en mutation rapide. Il en résulte que la légitimité de l’État, co-substantielle de celle du PCC, est de manière croissante « contestée par le bas » (Zhong 2003).

18Dans le contexte de la politique d’ouverture chinoise, la gouvernance locale est tout sauf routinière, tant les défis qu’elle doit relever sont difficiles. Le premier aspect de la gouvernance locale fut la transformation des dirigeants politiques en lien avec la nouvelle économie politique chinoise. Les interactions entre les entreprises et les gouvernements locaux se sont développées, et ont produit de nouveaux modèles de leadership entrepreneurial (Cheung et al. 1998) ou de corporatisme local (Oi, 1992). Les variations locales dans les réseaux politiques sont probablement très importants, et il semble difficile de suggérer un modèle dominant au sein de ces relations. Mais les interactions entre les entreprises et le gouvernement sont sans aucun doute plus intenses et plus régulières que par le passé, et sont devenues le quotidien des dirigeants politiques contemporains. Ces « réseaux politiques » doivent faire face au défi de formes structurelles de corruption, puisque la délimitation entre les relations d’échange politique, ou guanxi, et la corruption à proprement parler ne sont pas clairement définies par un système légal en pleine gestation. D’un autre côté, la mise en œuvre progressive des réglementations de l’OMC ne permettra pas que des arrangements basés sur l’approche d’un « État modernisateur », conservant l’essentiel de l’initiative et des pouvoirs de régulation et encastré dans l’économie par de multiples collusions, se maintiennent à très long terme.

19L’un des autres aspects de la gouvernance locale fut l’énorme pression imposée aux gouvernements locaux pour produire des ressources compensant la réforme fiscale, et atténuant le coût social de l’abandon d’une organisation socialiste de la société. Elle a généré d’importantes tensions sur le leadership politique local et des changements dans l’organisation institutionnelle au niveau local (Cheung et al. 1998 ; Chen 2004 : 476 ; Remick 2004). Le besoin de recettes provient en partie de l’administration locale elle-même, souvent en net sureffectif, octroyant des privilèges bureaucratiques à l’image d’un héritage suranné, et engagée dans des relations clientélistes avec la société locale. Ceci encourage l’investissement dans les activités génératrices de revenu, la prédation bureaucratique des ressources de certaines entreprises, ainsi que les charges illégales imposées à la population sous formes d’impôts, d’amendes ou d’expropriations (Wedeman 2000). Cette multiplication d’impôts et de taxes arbitraires fut la cause principale de l’augmentation du nombre d’émeutes dans les campagnes, et donna un élan au développement d’actions judiciaires pour contester leur légalité (O’Brien, Li 2004). Au-delà d’enjeux publics politiquement significatifs, ce sont les droits civiques et la responsabilité politique qui sont de plus en plus fréquemment questionnés, et c’est là une des évolutions les plus capitales de la société chinoise. Tout au moins dans cette perspective, la gouvernance, entendue au sens des relations établies entre l’état et la société par les politiques publiques, est largement négociée, mise à l’épreuve, et de plus en plus contestée en Chine à l’échelon local.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Balme Richard, avec Faure Alain, Mabileau Albert (dir.), Les nouvelles politiques locales. Dynamiques de l’action publique, Paris, Presses de Sciences-Po, 1999, 486 p.

Balme Richard, avec Garraud Philippe, Hoffmann-Martinot Vincent, Ritaine Évelyne, « Les politiques territoriales en Europe de l’Ouest », Revue Française de Science Politique, vol. 43, no 3, juin 1993, p. 435-468.

Balme Richard, « La participation aux associations et le pouvoir municipal », Revue Française de Sociologie, vol. XXVIII, décembre 1987, p. 601-640.

Références

Chen L. (2004), Building Local State Capacity, PhD-Thesis, Chicago.

Cheng Joseph Y.S. (ed.) (1998), The Guangdong Development Model and its Challenges, Hong Kong, City University of Hong Kong Press.

Cheng Joseph Y.S. (ed.) (2000), Guangdong in the twenty-first Century : stagnation or seconde take-off, Hong Kong, City University of Hong Kong Press.

Cheng Joseph Y.S. (ed.) (2003), Guangdong. Preparing for the WTO Challenge, Hong Kong.

Cheng Joseph Y.S., « Guangdong : the Challenges of the WTO » in Cheng Joseph Y.S. (ed.) (2003), Guangdong. Preparing for the WTO Challenge, Hong Kong, p. 1-34.

Cheung Peter, Chung Jae Ho, Lin Zhimin (1998), Provincial Strategies of Economic Reform in Post-Mao China. Leadership, Politics and Implementation, New York, M.E. Sharpe.

Cheung Peter (1998), « The Guangdong Advantage : Provincial Leadership and Strategy Toward Resource Allocation since 1979 » in Cheung Peter, Chung Jae Ho, Lin Zhimin (eds.), Provincial Strategies of Economic Reform in Post-Mao China. Leadership, Politics and Implementation, New York, M. E. Sharpe, p. 89-144.

Cheung P. (2002), « Guangdong under Reform. Social and Political Trends and Challenges » in Fitzgerald John (ed.), p. 125-150.

Cheung P. (2006), « Cross-boundary Cooperation in South China : Perspectives, Mechanisms and Challenges » in Gar-on Yeh Anthony, Fung-shuen Sit Victor, Chen Guangan, Zhou Yunyuan, (eds), Developing a Competitive Pearl River Delta in South China Under One Country-Two Systems, Hong Kong, Hong Kong University Press, p. 449-79.

Fitzgerald John (ed.) (2003), Rethinking China’s Provinces, Londres, Routledge.

Goodman David (ed.) (1997), China’s Provinces in Reform : Class, Community and Political Culture, New York et Londres, Routledge.

Hendrischke Hans, Chongyi Feng (eds.), (1999), The Political Economy of China’s Provinces. Comparative and Competitive Advantages, Londres, Routledge.

Li Lianjiang et O’Brien Kevin J. (2005), « Popular Contention and its Impact in Rural China » Comparative Political Studies, vol. 38, no 3 (avril), p. 235-59.

O’Brien Kevin J., Li Lianjiang, Hobsbawm E. (2004), « Suing the Local State : Administrative Litigation in Rural China » in The China Journal, vol. 51, no 1, p. 75-96.

Oi Jean C. (1992), « Fiscal Reform and the Economic Foundations of Local State Corporatism in China », in World Politics, vol. 45, no 1, p. 99-126.

Remick Elizabeth J. (2004), Building Local States. China During the republican and Post-Mao Eras, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press.

Wedeman Andrew (2000), « Budgets, Extra-Budgets, and Small Treasuries : Illegal Monies and Local Autonomy in China » in Journal of Contemporary China, vol. 9, no 25, p. 489-511.

Zhong Yang (2003), Local Government and Politics in China, Londres, M.E. Sharpe. Iquis autpat lor se exeraesequis dolore dio od dolesto conummod modiat acidunt vel ulluptat. Ed tin ut num verit luptat irit acin henibh er si tissi tionseq uamconsed elestis duisci endipsum zzrit alit lor summy nonsequat adionsecte commodi gniat. Rit, quipit ipsuscidunt nisci bla consent praesectem quam iure con velit alismodolore deliquis accum del ulluptat. Tet iriureet, si.

It autpat. Umsan ulla alis eu facilis amet dit eugiam zzrillutem velit accumsan esto delit, consed magna feu feummy nonum ex ent iril iure dolorem eu faccum velis at vulput acilit aliquis nos nostisc iduisim volutetum quis niamet ea facinciduip ent praesequisit nullutatem iustin vulla corem quate vullam in ullum zzriurero eu feu facil eui tio dolobor sim at. Ommy nonullam ipisissenibh euiscillamet ut alit lor sum ex ea feum quat, coreet nim nim zzriliquisit ut landiam iustrud del ullaore te dionsed diamcorem

Notes

1 Des études de cas sur les autres provinces sont disponibles chez Goodman (1997), Cheung et al. (1998), Hendrischke and Feng (1999), et Fitzgerald (2003).

2 Les chiffres indiqués ici sont tirés de http://www.stats.gov.cn/tjsj/ndsj/yb2004-c/indexch.htm

3 Pour un compte-rendu détaillé de ces développements pour la période 1979-1995, cf. P. Cheung 1998 and J.Y.S Cheng 1998.

4 Contrairement à la situation de la province du Sichuan.

5 La plus emblématique de ces exceptions fut le grand rassemblement organisé par Falun Gong à Zhongnanhai, quartier de Beijing où siège le gouvernement, en avril 1999.

Auteur

Professeur de Science Politique à Paris et à la School of Public Policy and Managment, Tsinghna University

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540