Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Stratégies : les acteurs urbains

Introduction

Texte intégral

1Les stratégies, dont l’étymologie grecque réfère à l’armée, sont à la fois un art cherchant à parvenir à un but par un système de dispositions adaptées et un acte de coordination d’acteurs pour atteindre ce but. Les stratégies urbaines sont multiples allant de la localisation à l’appropriation, au quadrillage et plus généralement à la maîtrise et la gestion d’ensembles territoriaux. Elles mettent en jeu les acteurs capables de mener les objectifs visés. Les acteurs, de l’individu au groupe, sont plus ou moins informels, mais sont aussi organisés par les collectivités locales ou l’État. Ces deux derniers ont un pouvoir de gestion sur le territoire qui dépend en partie au moins de leurs représentations. Les thématiques des stratégies et des acteurs urbains sont donc largement ouvertes et trois d’entre elles ont été privilégiées : celle de la gouvernance qui est un thème incontournable en raison de la complexité grandissante des gestions territoriales, celle des mobilités et des organisations, et celle des bornes, limites et déviances qui questionne la pensée urbaine et l’organisation des villes.

2Dans la première entrée, Richard Balme aborde la question de la gouvernance locale dans les politiques de réforme en Chine. Il note que la politique de décentralisation engagée en 1976 par Dang Xioping n’est pas seulement administrative, mais correspond à une réforme structurelle touchant l’économique, le social et le politique. Ces réformes provoquent un nombre croissant de conflits et l’auteur en analysant le cas de la province de Guandong, située sur la côte sud et dont la population atteint près de 80 millions d’habitants, souligne les contestations locales vis-à-vis du pouvoir central.

3Changement de décor avec François Bart qui évoque la croissance et l’asphyxie des métropoles d’Afrique noire. Il rappelle le spectacle des migrations pendulaires de ces villes confrontées à l’engorgement automobile et à la quasi-faillite des transports en commun. Le phénomène est aggravé par l’étalement urbain et la spéculation foncière qui rejette les plus pauvres dans les périphéries mal déservies par la trame viaire. Les perspectives d’aménagement sont faibles en raison des coûts et des manques de moyens pour sortir du cercle vicieux du développement urbain accéléré.

4Retour dans l’hexagone avec Jean-Paul Charrié qui questionne les enjeux industriels de la métropole bordelaise. Il cite les quatre projets organisés autour des pôles de compétitivité : « Aérospace Valley », la « Route des lasers », « Prodiv Inov. » et « Xilofutur » et souligne leur place dans l’empreinte industrielle de la métropole et de la région. Ces projets, hérités de stratégies du passé, offrent de nouvelles perspectives, mais les acteurs institutionnels sont toujours confrontés à des difficultés pour définir une stratégie globale pour l’agglomération dans le jeu de la compétition internationale.

5Francis Cuiller propose une série de réflexions sur la ville contemporaine. Le changement de taille et des paramètres variables de son étendue, les fragmentations sociales, économiques, culturelles et les exigences du développement durable confirment la complexité des questions posées à l’urbanisme pour réduire les disparités et proposer un meilleur fonctionnement des villes.

6Cynthia Ghorra-Gobin analyse l’usage des expressions ville mondiale (world city) et ville globale (global city) en soulignant la nécessité de les différencier car les termes de mondialisation et de globalisation ne sont pas synonymes. L’un fait références aux échanges de biens, d’idées, de flux migratoires ou de modèles selon les périodes historiques. Alors que l’autre, indissociable des connexions en temps réel des individus et des organismes, fait référence aux flux globaux et ne représente qu’un segment de l’économie mondiale. Cette distinction propose une rupture épistémologique utile à l’analyse des villes.

7Étienne Parin examine le jeu complexe des acteurs urbains et le rôle des maires dans la modélisation des villes. Le fait d’avoir une bonne connaissance de son territoire et d’être « en phase » avec les citoyens leur donne de sérieux atouts, mais ils doivent organiser leur projet avec des ensembles toujours plus larges. Est alors posée la question des limites administratives, des partenariats, des cofinancements et des compétences partagées. L’auteur évoque les difficultés des gouvernances territoriales où l’espace et le temps restent les paramètres d’un projet en construction.

8Claude Sorbets poursuit la réflexion sur les échelles des gouvernances urbaines à partir de l’exemple bordelais. Il évoque le pilotage complexe du « mille-feuille » en raison de l’évolution des contextes politico-administratifs autour de la CUB, des régions, des départements et des villes, mais aussi de l’effet européen. Il souligne la montée des capacités d’expertises opérationnelles qui activent des diagnostics compétitifs et parle d’une « résilience communautaire » susceptible d’accompagner une refondation des missions gestionnaires. Enfin, Pierre Sadran propose de sortir du sentier de dépendance et de démocratiser la ville par le biais d’une « élection directe spécifiquement dédiée à l’espace public métropolitain ».

9Dans la deuxième entrée, celle des mobilités et des organisations, Jean Marieu rappelle la « longue route » du ministère de l’équipement et de ses successives dénominations depuis 1944. Les multiples appellations qui jalonnent la période sont une occasion de réfléchir et de questionner le management de l’État et sa capacité à « engrainer sur le territoire ».

10Florence Paulhiac-Scherrer s’intéresse à la mobilité durable et aux enjeux de la régulation des déplacements urbains afin de préserver l’environnement. Le sujet est d’actualité et les injonctions publiques en direction des (éco) citoyens visent à un changement de comportement. Mais les résistances sont multiples, même si les Plans de déplacements urbains (PDU), proposés à l’échelle des agglomérations, ont fait, suite aux processus de débats publics, évoluer le contenu de l’action publique et parfois les modes de faire. Au-delà des défis posés par la gestion des mobilités spatiales, l’auteur considère qu’une nouvelle culture urbaine est en marche.

11Sandrine Vaucelle aborde l’urgente question de la gestion de l’eau dans la ville. Cette ressource indispensable à de nombreux usages pose le problème de son abondance et de sa rareté. L’auteur rappelle la réorganisation des réseaux techniques à la fin de la seconde guerre mondiale et les changements opérés depuis la création de la Communauté urbaine de Bordeaux en 1968. Là encore, la construction d’un pouvoir d’agglomération renforcé s’impose car les territoires fonctionnels ne correspondent qu’un temps avec les territoires institutionnels.

12Alain Vaugrenard traite des réseaux scolaires et en particulier des lycées et collèges qui forment un véritable maillage sur le territoire français. Il rappelle que, si en 1802 Napoléon Bonaparte envisage de créer 45 lycées pour former l’élite de la nation, on compte en 2010 plus de 20 000 établissements secondaires. Les lycées, majoritairement implantés en ville, sont un des éléments du patrimoine urbain dont l’auteur analyse les phases successives d’édification. Il insiste sur leur fonction économique et politique et sur le rôle joué par le couple ville/lycée.

13Robert Pierron étudie l’accès aux formations professionnelles mises en place par les villes et les régions à partir notamment des Plans régionaux de développement des formations professionnelles (PRDFP) inscrits dans la loi de 2004. Il analyse la répartition des appareils de formation et leur concentration urbaine et montre que l’accès à ces formations ne doit pas être traité seulement sous l’angle d’enjeux sociologiques ou économiques, mais aussi sous l’angle géographique.

14La troisième entrée, celle des bornes, limites et déviances met en jeu d’autres acteurs. Manuel Dias Vaz traite de la politique de la ville. Cette politique a été lancée en France par l’État central au début des années 1980 à la suite du dispositif « Développement social et urbain des quartiers ». Elle réfère aux programmes spécifiques destinés aux quartiers fragiles à la périphérie des villes et à quelques quartiers anciens dégradés des centres-villes. L’auteur présente les objectifs de cette politique en soulignant les enjeux partenariaux qu’elle met en place et considère que le rôle des associations doit être renforcé pour enrichir la démocratie participative.

15Christophe Arpaillange revient sur la politique de la ville en centrant son analyse sur les jeunes qui sont une cible prioritaire de cette politique. Il analyse le rôle des fêtes collectives organisées dans les quartiers sensibles pour souligner les tensions et les ambiguïtés qu’elles révèlent. Une dualisation des politiques publiques est en œuvre et les jeunes sont placés entre une autonomie limitée et une émancipation politique. L’auteur considère cependant que cette mise en spectacle leur offre des ouvertures et des alternatives même si elles restent fragiles et aléatoires.

16Djemila Zeineidi montre comment la question des sans domiciles fixes (SDF) s’impose dans le débat public à partir des années 1990. Leur visibilité s’est accentuée avec l’irruption des tentes détournées de leur fonction estivale traditionnelle. L’auteur évoque les SDF japonais qui, à Tokyo dès 1990, utilisent plusieurs centaines de tentes. Le mouvement se diffuse en France où il est soutenu par des associations caritatives qui font de l’installation des tentes et des campements dans l’espace public urbain un symbole de lutte pour la visibilité des SDF.

17Michel Parazzeli revient sur l’usage de l’espace public et le droit à la ville en prenant l’exemple des jeunes de la rue. Il propose une gestion écosanitaire de l’urbanité des rues en montrant que, dans un contexte de mondialisation des villes, le droit d’accès à la rue pour les populations marginalisées doit s’inscrire dans un nouvel ordre urbain public. La rue ne peut pas se réduire à être un auxiliaire du marché cumulant les éléments décoratifs et favorisant la déréalisation du vivre ensemble.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search