Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Mise en langage : l'obscur et le dissimulé

Comment intégrer les avatars dans l’aménagement urbain ?

Jean-Claude Margueritte

Texte intégral

1Aléas, hasard, impossibilité de tout modéliser, imbrication des échelles spatiales et temporelles, logiques sectorielles, ancrage des représentations, singularités territoriales ou sociologiques, mutations sociétales en accélération constante, jeux d’acteurs multiples aux intérêts opposés… continuent de peser sur les projets jusqu’à parfois les infléchir profondément comme autant d’avatars dont il est difficile sur le moment de mesurer les effets mais qui contribuent fortement à la production de la ville.

2Certaines procédures conçues en perspective d’échéances rapprochées, les effets d’aubaine dus à telle ou telle opportunité, exacerbent ce phénomène et obligent à « faire des tests » en temps réel.

3Les temps longs de la ville sont ainsi percutés par les temps immédiats de l’action, créant un contexte d’incertitude, voire d’indétermination, qui n’est pas sans influencer les systèmes de décision eux-mêmes : plus que jamais l’absence de décision sur certains éléments des programmes, apparaît comme une décision désormais choisie en regard des circonstances.

4Aménagement et projet urbain, évolutifs par définition, comportent de plus en plus cette part de contingences qui détermine largement non seulement la production « concrète » de la ville, mais aussi un mode de production du discours sur cet ensemble « entre positions théoriques et pragmatisme de la réalisation ».

5Les nouvelles réalités de la ville, parce qu’elles sont le reflet d’une société de changement constant, « infirment le schéma d’une planification et d’une projétation linéaires en fonction d’un avenir qui serait unique ».

6L’avenir y est en effet souvent imprévisible, ce qui oblige à un effort d’imagination, d’anticipation, donc d’engagement.

7Peut-être à cause de cela émerge un fort désir d’urbanisme et d’urbanité. Mais le désir ne suffit pas face à la confrontation au réel et à l’exigence d’adaptabilité quasi constante inhérente à la complexité de la ville en mouvement.

8Le temps de la prospective et des orientations urbaines générales ne précède plus systématiquement les temps d’action destinés à répondre aux enjeux immédiats, et l’on assiste à une étroite intrication de ces deux temporalités, voire à leur inversion, ce qui oblige à réagir très vite aux sollicitations du très court terme en pensant le long terme et vice-versa.

9La pensée sur la ville entre donc au quotidien en confrontation avec un réel qui oblige plus à bouger avec le monde qui bouge qu’à appliquer des recettes.

10L’univers de la projétation devient objet d’investigation, induisant un véritable défi pour les professionnels et les décideurs : comment, dans et par l’incertitude, l’indétermination, trouver matière à rebondir et à « anticiper de manière dynamique » ?

11Si « la stratégie ne découle plus systématiquement d’une prospective unique et linéaire », il leur faut conjuguer cet « incertain consenti » avec le contexte et la construction d’un avenir désiré, attaché à cette ville dans laquelle ils s’impliquent, « développer une capacité de réactivité des territoires pour conduire les changements […] en perspective de ce qui bouge à l’horizon […] en fixant une ambition […] pour créer les conditions d’une excellence territoriale ».

12Cela implique de « passer à la notion d’avenirs multiples et de prendre en compte les dynamiques d’un futur déjà contenu dans le présent ».

13Or il s’agit souvent d’un présent fabriqué à travers les certitudes du moment mêlées aux incertitudes, imprévus, accidents de parcours, ajustements, et autres avatars…

14De plus, les phénomènes de boîtes noires s’étendent désormais au-delà des systèmes de décision pour gagner jusqu’aux temps de la réalisation et des chantiers, et, par conséquence, la gestion des avatars est devenue partie intégrante des projets.

15La réflexion théorique doit donc se conjuguer avec celle qui s’élabore dans l’action et vice-versa.

16Dissocier la réflexion de l’action devient alors de plus en plus impossible, et les urbanistes sont amenés à pratiquer la « recherche-action ».

17Dès lors, le projet devient stratégie et la gestion du projet un projet en soi, qui, en retour, invite à un renouveau de la maîtrise (d’ouvrage) urbaine laquelle doit impulser le sens de l’action, en prise sur un récit – l’histoire du projet – clairement affiché pour être perceptible et appropriable par les autres partenaires.

18Pour l’urbaniste, l’enjeu, en entrant dans ce dédale, est de reconnaître, le plus en amont possible, les situations de ce type pour en démêler les fils d’Ariane permettant de répondre aux sollicitations immédiates tout en construisant – souvent dans l’action – un récit adapté au territoire concerné, c’est-à-dire en prenant appui sur des processus.

19Il lui faut conduire la réflexion et le projet dans ces conditions, avec méthode et rigueur, prendre position pour faire émerger une « utopie concrète et agissante » susceptible de produire en même temps des cadres décisionnels et méthodologiques qui ne seraient ni une simple posture intellectuelle, ni du pilotage à vue.

20Décrypter les problématiques émergentes et les futurs multiples, anticiper les mutations, conjoncturer autant que conjecturer, croiser les différentes pistes prospectives, intégrer ce qui commence à évoluer en arrière-fond de l’action engagée, affronter la contradiction, fondement de toute évolution dynamique… ne pas figer, laisser place à l’inattendu, à l’émotion, à l’immatériel, être inventif pour rassembler autour de ce qui va faire sens, impulser l’action et les moyens de l’action, souvent à partir du contexte existant.

21Mais, en définitive, il lui faut proposer et construire le ou les processus, c’est-à-dire prendre position pour faire émerger une vision choisie et partagée de l’avenir, un récit nouveau, des parcours stratégiques et tactiques pour y arriver.

22C’est donc une possible ou non-méthodologisation de la conduite de projet comme engagement qui est à l’ordre du jour.

23La vulnérabilité induite par cette incertitude croissante dans l’acte d’urbanisme impose d’accepter de la fragilité : si je pense la ville, pour autant le contexte me pense et influence mon geste.

24Fragilité consentie – et non plus subie – qui conduit à prendre racine dans ces moments privilégiés de la recherche-action et à incorporer le paramètre « avatars » (qu’il faut identifier puis décrypter) dans la réflexion.

25Ce qui, de fait, consiste à reconnaître l’avatar comme un des éléments moteurs du projet et à en anticiper l’impact sur la dynamique d’ensemble.

26Les avatars deviennent les ferments décisifs et les effets moteurs de projets plus « germinatoires » que dessinés.

27Affirmer le projet urbain comme processus, « rechercher, organiser, et non plus esquiver la confrontation des points de vue » et des stratégies, pour les replacer dans cette dynamique plus large d’un récit qui peut à la fois être imaginé au départ, mais aussi émerger et se corriger itérativement.

28Cela exige une forte culture du processus dans les maîtrises d’ouvrage comme dans les maîtrises d’œuvre, et chez tous les partenaires, y compris les habitants.

29Il s’agit d’aménager pour tous les acteurs une nouvelle pensée sur la ville, qui redevient œuvre collective prenant appui sur la diversité, le mouvement, et une projétation de type work in progress.

30D’une part, replacer les logiques sectorielles, inconnues, incertitudes et avatars dans l’équation d’ensemble, les dédramatiser, sachant que certains seront suffisamment déterminants pour infléchir le projet, d’autre part garder le cap, la maîtrise et le contrôle du processus ainsi lancé vers un futur désiré mais que l’on peut être amené à réajuster plusieurs fois.

31C’est aussi mettre l’accent sur la gestion des mises en relation des acteurs entre eux : la gouvernance des projets va de pair avec la gouvernance de la ville. Elle exige rigueur et professionnalisme, des techniques de pilotage de processus lisibles, accessibles à tous, mobilisateurs autour de quelques items porteurs et reconnus en vue de capitaliser expériences et connaissances, construire un imaginaire commun, mettre en perspective désirs individuels et sectoriels avec la dynamique territoriale, croiser intentions et documents d’orientation avec les réalités révélées par l’action de terrain, à travers des chartes et schémas « régulateurs » plutôt que directifs.

32Mais le work in progress peut avoir ses effets pervers et ne doit pas faire l’économie des autres réalités immatérielles et subjectives.

33Il peut favoriser les jeux et intérêts d’acteurs égoïstes tentés d’utiliser à leur profit les moments flous de la gouvernance. Car « aménagement et urbanisme sont un terrain idéal pour les mauvais acteurs ». Encore faut-il distinguer les vrais des faux mauvais acteurs, ces derniers pouvant pratiquer la « méconnaissance intéressée » au sens de J. Derrida.

34D’autres peuvent être sincères ou visionnaires et ne doivent pas être éliminés pour avoir eu raison trop tôt.

35Cette approche peut également servir d’alibi pour avancer sans projet, ou dans la non-décision systématique, qui est toujours une décision donc un paramètre qui va influer sur tous les autres.

36De plus, le réel n’est peut-être qu’une question de point de vue, et l’on sait que le point de vue peut changer le réel, ce qui induit rigueur et intégrité dans la conduite du processus.

37Enfin, il faut dénoncer la référence au réel en tant qu’idée à la mode qui peut n’être qu’un leurre, voire cacher de la pensée correcte. Dans cette dérive, professionnels, décideurs, usagers, n’auraient aucune prise sur un réel indépassable, tyrannique, au-delà du prévisible et auquel il faudrait se soumettre.

38Alors que la notion de réel est au contraire une vision progressiste, qui parce qu’elle est dissensuelle, justifie le désir d’urbanisme, d’urbanité, et pousse aux choix et à la stratégie donc à l’engagement.

39Ces phénomènes, pourtant pas si nouveaux qu’il n’y paraît, restent très déstabilisants pour certains acteurs, y compris pour beaucoup de professionnels.

40L’engagement inhérent aux processus convoque donc l’éthique des urbanistes, trop souvent soumis à la pression du fil de l’eau ou coincés entre Sisyphe et Don Quichotte.

41Intégrer avatars et work in progress à leur approche, en faire suivant les cas les éléments moteurs de la transformation maîtrisée du projet, les oblige à construire un nouveau regard sur leurs propres pratiques, à associer la pensée « rationnelle » à la « pensée bricolée » (à la manière de Cl. Lévi-Strauss), à parfois « faire primer l’intuition sur l’intelligence » (M. Proust).

42Face à la très grande diversité des points de vue sur la ville, ils peuvent, à travers l’action-observation, par une analyse rigoureuse des logiques parfois cachées du concret, et sans pour autant les sacrifier, subsumer la simple description du sensible et du vécu au rationnel.

43Ce « décentrement » de leur pratique contenu dans le work in progress, est proche du « regard éloigné » prôné par Cl. Levi-Strauss, lequel ajoute que le regard de l’observateur doit porter jusque sur lui même « parce que c’est l’occasion d’une expérience de décentrement qui modifie profondément et durablement sa perspective sur les cultures et sur lui-même ».

44Car l’urbaniste ne sort jamais indemne de ces processus dans lesquels il s’immerge, fabriquant ainsi chaque fois son expérience personnelle, son éthique professionnelle, en fin de compte sa capacité d’intégrité et de résilience face aux intérêts particuliers, et cette « révolution intérieure » toujours renouvelée fortifie sa culture professionnelle, le prépare à l’expérience suivante.

45En complément des méthodes habituelles, le projet urbain s’imprègne de plus en plus de cette maïeutique conforme aux réalités de la ville contemporaine en sédimentation sur elle-même.

46Au-delà d’une gestion heureuse des avatars, l’intégration du work in progress dans les méthodes de l’aménagement serait en outre une réponse opérationnelle aux impératifs d’un aménagement qui ne sera « soutenable » qu’à partir du réel.

47Le besoin de professionnels avertis de toutes ces problématiques est avéré : le work in progress peut aussi les aider à « imaginer Sisyphe heureux » (A. Camus).

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Margueritte Jean-Claude, « News practices in urban dévelopment » in Bull Catherine, Boontharm Davisi, Parin Claire, Radovic Darko, Tapie Guy (ed.), Cross-cultural urban design : global or local practice ?, International Symposium, Bangkok-Melbourne-Bordeaux, 2005, Londres-New York, Routledge, 2007.

Margueritte Jean-Claude, « Urbanisme végétal et transformation en milieu urbain : Lormont, l’exemple d’une ville marquée par l’urbanisme des années soixante », Bulletin de la Conférence Permanente sur l’Aménagement et l’Urbanisme, no 40, Aquitaine, octobre 2004.

Margueritte Jean-Claude, « Lormont (Gironde) – Recomposition urbaine autour du tramway » in Transforma(c) tions. Les rendez-vous de l’architecture, actes des deuxièmes Rendez-vous de l’Architecture, Paris, 2000, Paris, Éditions du Patrimoine – Centre des Monuments Nationaux (MONUM), 2002.

Références

Rapport SPOHR-LOINGER, « Prospective et Planification territoriales », Note du CPVS no 19, Directions de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Construction, de la Recherche et des Affaires Scientifiques et Techniques.

Lévi-Srauss Claude, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962.

Lévi-Srauss Claude, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958.

Debaene Vincent et Keck Frédéric, Claude Lévi-Strauss. L’homme au regard éloigné, Paris, Gallimard, Découvertes, 2009.

Auteur

Architecte – Urbaniste, ancien Directeur des Services Techniques et Urbanisme de la Ville de Lormont (33).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search