Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Mise en langage : l'obscur et le dissimulé

Représentions et pensées sur la ville : retour sur la question cognitive

Michel Favory

Texte intégral

1La question sémiotique en urbanisme et en architecture à partir des années soixante-dix puis en géographie et aménagement, a constitué un champ exploratoire amplement débattu et toujours ouvert. La relation cognitive entre la fabrique de l’espace et les imaginaires sociaux fut régulièrement abordée par les sciences de l’espace, tout en renouvelant progressivement la nature de son questionnement.

2En postulant que l’espace et ses éléments formels possèdent des propriétés signifiantes, les sémioticiens de l’espace n’ont pu cependant pousser l’hypothèse sémiotique jusqu’à rendre compte d’une correspondance entre un langage spécifique et l’ordre caché de l’espace formel et matériel de la ville (Hauvuy, 1998). Néanmoins s’il est désormais admis que la ville n’est pas un texte (malgré la métaphore passionnante du palimpseste), les structures de sa matérialité participent bien à la sémiotisation à partir de laquelle s’élaborent les représentations urbaines (Favory, 2003 et 2010). La question des significations de l’espace a donc ouvert une problématique durable dans l’analyse urbaine qui s’oriente actuellement vers la prise en compte des processus cognitifs dans l’expérience spatiale ordinaire ou savante de la ville, notamment la maîtrise sémantique territoriale (Sanson, 2001). Les représentations sociales constituent en effet le matériau qui exprime des formes de pensée sociale sur l’environnement de la ville lorsque les acteurs sociaux l’interprètent pour y vivre et pour y agir.

Les langages de la ville : héritages scientifiques

3Une première problématique est ontologique. Elle s’est fondée sur l’hypothèse d’une sémantisation de l’espace. Ouverte en architecture, puis en géographie, et enfin plus récemment en aménagement et en urbanisme, elle a nourri des analyses sur les significations de l’espace et les formes de la ville, en montrant l’importance de la sémiotisation qui est activée dans les interactions du vécu et de l’aménagement de l’espace urbain. Elle insiste sur la dimension cognitive cachée de la matérialité urbaine et de la sociabilité, qui institue la ville du sens et du sensible. Cette ville du sens est celle des images sociales et publiques avec lesquelles les imaginaires culturels mobilisent le vouloir vivre urbain et ses débats contradictoires. Ce furent donc des perspectives ouvertes par les géographes anglo-saxons de l’espace perçu et vécu dans les années 70 et 80. Au-delà des aspects pratiques et fonctionnels de la lisibilité de l’espace (Lynch, 1976) cette dimension silencieuse de la ville est intériorisée et cognitivement partagée dans les représentations sociales en générant un état d’esprit citadin qui motive les pratiques sociales de l’espace urbain (Capel, 1975 ; Bailly, 1977 ; Cauvin, 2007).

4Dans une lecture constructiviste, ce double processus cognitif d’extériorisation et d’intériorisation des représentations urbaines dans les habitus sociaux participe en s’objectivant dans l’espace, à la cohésion des réalités concrètes et idéelles de la ville. La participation des lieux urbains et l’intégration cognitive de leur spatialité aux représentations dominantes de la ville, constituent une tension cognitive entre le sens pratique et le sens symbolique du système imaginaire de cette même ville. La ville possède donc ses propres langages qui procèdent de son système cognitif. À cet égard les sciences cognitives ont permis de comprendre comment tout langage (au sens large, récit, images et représentations iconiques) est le réceptacle inconscient des représentations et de la spatialité dans ces représentations urbaines (Favory, 2003). Cette dimension langagière et discursive de la vie publique et sociale urbaine est donc cognitive parce qu’elle mobilise les représentations urbaines du vivre et du faire la ville. Il s’agit autant des langages urbains ordinaires que des langages publics sur la ville et sur sa spatialité, lorsque la ville en partie se met en récit public dans une sémiotique et une sémantisation de son projet urbain (Lussault, 1992 et 1996). Mais il s’agit aussi des langages savants (ceux de l’expert ou du chercheur) relayé par la communication publique lorsque la ville tente de s’expliquer à elle-même pour mieux se reproduire. Mais plus largement, dans cette perspective ontologique, il faudrait prendre en compte les façons plus poétiques de dire les sens cachés la ville. Évoquons simplement la sociologie sensible de la poétique de la ville de Pierre Sansot ou l’intériorisation littéraire de Nantes de Julien Gracq. Tous ces langages s’instituent entre les réalités matérielles de la ville. Elles sont à la fois rassemblées et distinguées par sa spatialité et par l’institution de son ordre imaginaire urbain (Castoriadis, 1985).

5La permanence d’études depuis trente ans sur les images dans les systèmes de communication urbains et dans les politiques publiques d’aménagement témoigne de cet intérêt pour la dimension discursive et langagière de la production de la ville et de son espace. Il y a bien désormais une mise à jour d’une réalité cognitive dans la vie sociale et publique de la ville qui est incontournable dans l’action comme dans les savoirs sur la ville (Lussault, 1996).

Les langages savants sur la ville

6La relecture de quarante années d’écrits sur la question cognitive de la ville nous fait ressortir que les langages de la ville sur elle-même sont aussi, dès que l’espace fait problème de cohérence et de cohésion et convoque la décision publique, des langages et de la pensée socialement élaborés sur la ville. Toute pensée sociale s’élaborant par l’activation de représentations sociales, à l’articulation entre les représentations, la communication et la sociabilité. Dans la vie urbaine la pensée sociale est fondatrice d’actes de langages évaluatifs et performatifs sur la ville et ses réalités spatiales. Avec la production des langages savants apparaît toutefois une seconde problématique épistémologique et méthodologique. Elle concerne les discours qui raisonnent la ville dans ses processus spatiaux, sociaux et publics. Nous pouvons, par référence à la sociologie de la connaissance, considérer qu’une pensée scientifique s’élabore à partir des représentations déjà acquises dans les champs paradigmatiques disciplinaires puis partagées et élaborées par les communautés scientifiques. Ces langages savants fondent en outre leurs constructions sur des modes analytiques proches des objets de pensée élaborés par les représentations ordinaires et sociales (Schütz, 1987). De la même manière que les langages ordinaires sur la ville, ils se construisent face à la complexité spatiale par un processus de sémiosis. Dans la théorie linguistique de Ch.-S. Peirce la sémiosis est une inférence cognitive qui conduit du signe au sens, du sémiotique à la sémantisation de la ville. Elle part du signe et du signifiant urbain socialement dénoté ou scientifiquement choisi (matériel, symbolique, social) pour s’instituer dans la représentation langagière ou iconique que propose le discours analytique. C’est en cela que les représentations ordinaires de la ville et les représentations savantes sont en influence réciproque et que les représentations s’influencent.

7Les langages savants privilégient la plupart du temps des représentations de la ville à visée interprétative. Ainsi au sein des champs sémantiques disciplinaires, certains signifiés scientifiques prennent valeur de codes de compréhension : pensons aux représentations routinières cartographiques, aux représentations iconiques des lieux majeurs censés « représenter » telle ou telle ville et sa spatialité la plus caractéristique, ou encore aux images qui en sont diffusées et manipulées régulièrement dans la communication publique. Mais les sémiosis de l’interprétation scientifique ont en matière d’espace urbain une force représentative singulière. Ainsi les nombreuses représentations (cartes, photographies et croquis) qui ont découlé des analyses de Kevin Lynch dans The image of the City (Lynch, 1976) ont institué une véritable syntaxe urbaine relative à la spatialité formelle de la ville mentale les citadins. Mais en même temps ces représentations constituent dans les systèmes socio-cognitifs savants des inerties et des stéréotypes qui appellent débat et dépassement dans la communauté des chercheurs. Il peut s’agir de schèmes cognitifs savants permanents ou bien de non-représentations de réalités urbaines oubliées ou occultées dans les lectures savantes de la ville, mais non moins importantes, les espaces innomés en sont un exemple (Berland, Dumas, Favory, Parin, Vaucelle, 2010).

  • 1 Bordeaux : la ville sans l’histoire, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010.

8De son côté la proximité cognitive entre les représentations ordinaires et le langage savant peut être évoquée simplement avec « l’iconologie » d’Erwin Panofsky, fondatrice de la science spatiale de l’image. Sa démarche relève de la même logique d’analyse pour le monument que celle plus tardive de Lynch pour la lisibilité et l’intelligibilité de l’espace urbain. Panofsky a rigoureusement dégagé les différentes couches de significations lisibles dans l’architecture gothique, telles qu’elles furent sensibles aux habitudes mentales scolastiques médiévales et culturellement conçues (Panofsky, 1951). Nous retrouvons ici avec le sémiotique de Panafsky et celui de Lynch un processus de sémiosis plus général qui sous-tend l’élaboration de tout discours sur l’espace de la ville ou du lieu public. À savoir une transaction sémiotique qui dégage scientifiquement le sens profond des mises en formes de l’espace dans les discours savants sur le sens public de la formation de la ville dans ses temporalités et ses projets. Nous rencontrons de façon patente ce rapprochement entre les sémiosis observantes, dans l’ouvrage de Bernado Secchi. L’urbaniste se réfère à l’art du jardin comme une métaphore figurative de la ville, pour montrer comment, dans l’imaginaire urbaniste, la ville se pense à partir de représentations extrêmement prégnantes : la figure de la continuité face à celle du fragment, la figure de la concentration et de l’équilibre face à celle de la dispersion et de la désorganisation (Secchi, 2006). C’est une approche très voisine que l’équipe bordelaise des architectes géographes et urbanistes de la MSHA1 animée par Jean Dumas proposent dans un ouvrage récent (Berland, Dumas, Favory, Parin, Vaucelle, 2010).

Entre langage et pensée sociale : le système cognitif urbain

9Au-delà des significations de la ville livrées par les études déjà anciennes sur les perceptions sociales, puis l’analyse plus récente des représentations et des récits urbains sur les imaginaires collectifs et publics liés aux pratiques de l’urbanisme (Chalas et al., 2004), il faut bien en venir à poser l’hypothèse de l’élaboration d’un système cognitif complexe de la ville à l’interface entre les actions qui la construisent et les pratiques sociales qui en revendiquent le vécu et l’appropriation (Favory, 2009, 2010).

10Les interactions cognitives que les individus, les groupes sociaux et les opérateurs publics élaborent dans leur expérience de la spatialité, constituent des processus centraux que le questionnement scientifique envisage de plus en plus. Les apports récents des sciences cognitives (Flament, Rouquette, 2003) orientent ce questionnement vers la relation ville/espace/sens/action spatiale, et vers l’élaboration de la pensée sociale urbaine. Les sciences de la ville commencent à l’aborder (Chalas, 2004). La pensée sociale qui prend la ville pour objet de représentation est donc une pensée dont les langages constituent les traducteurs et les réceptacles, en véhiculant des idées reçues, des jugements de valeur, des théories naïves, des qualifications typiques des espaces.

11Or dans ce système cognitif sont au moins en présence les pensées sociales de la ville (la pensée commune habitante, et la pensée publique) et des pensées sur la ville. Ces dernières sont des pensées sociales ordinaires habitantes, des pensées techniciennes, des pensées publiques, et des pensées savantes. Elles sont distinctes les unes des autres mais sans être étrangères les unes aux autres. Elle s’influencent et se confrontent par la communication urbaine liée aux pratiques et aux décisions sur la ville. Elles instituent probablement ce système cognitif de la ville qui en nourrit les imaginaires durables ou moins permanents.

12La pensée sociale est plus ou moins fragmentée dans ses représentations urbaines (Favory, 1994), elle est liée aux pratiques sociales de la ville. Cette pensée ordinaire de l’Habitant est une pensée pratique affective et normative sur la ville. La pensée publique est au contraire une pensée et des langages construits sur la ville. Elle engage les enjeux et les agendas spatiaux de l’action urbaine. Cette pensée publiquement élaborée est celle activée par les représentations des pouvoirs urbains territoriaux. Yves Chalas en a critiqué dans L’Imaginaire aménageur la résistance des référentiels publics de l’urbanisme (Chalas, 2004) face aux nouveaux besoins territoriaux de la ville émergente. Très proche de cette pensée publique par référentiels, la pensée technicienne ou experte est relative à la mise en œuvre procédurale et projectale du changement spatial. Ces deux premières pensées, s’affrontent, se confrontent, ou s’accordent dans la progressive participation ou dans les résistances démocratiques liées aux différents enjeux urbains. Elle ont été abordées dans leurs propriétés cognitives tout au long de ces vingt-cinq dernières années de cognitivisme dans les études urbaines (Lussault, 1996 ; Chalas, 2004 ; Favory, 1994, 2003 ; Berland-Berthon, 2004).

13Mais au plan épistémologique il n’est pas anodin de considérer que par le biais de forums de travail pratique et cognitif, les pensées sur la ville, de l’expert de l’élu et du savant, sont distinctes et cependant très voisines. Ce système cognitif entre l’expert le chercheur et la maîtrise d’ouvrage pose une question ontologique de fond en aménagement et urbanisme. Les pensées sociales du savant et du technicien expert (propres à deux communautés professionnelles distinctes) sont très proches et s’influencent très souvent. Proches, de par le fait même qu’elles sont fondées toutes deux sur des représentations de l’action spatiale et urbaine, voisines et partagées parfois. Mais également parce que leurs propres représentations de groupe socio-cognitif intègrent des spatialités représentatives et représentées de façon documentaire sur des problématiques urbaines souvent voisines. Même si ces spatialités cognitives ne concordent pas nécessairement. Même si les jugements qui en découlent s’opposent. La pensée technicienne comme forme de pensée sociale est celle de l’urbaniste, de l’aménageur, de l’expert, elle devient dans la complexité croissante des projets urbains ou d’aménagement et des systèmes d’acteurs celle de l’ingénierie, qu’elle soit qualifiée de concourante (Ascher, 2001) ou d’hétérogène (Callon, 1995). Elle relève aussi de plus en plus de conditions sociales spécifiques liées à la nouvelle conduite des projets architecturaux, urbains, et d’aménagement de l’espace et à l’évolution vers un urbanisme négocié (Bonnet, 2005). Interne au système territorial d’action, cette pensée technicienne des projets s’élabore dans un souci voisin de la pensée publique (sociale et politique), à savoir la recherche d’une réponse efficace par des outils et des stratégies appropriés aux exigences de la maîtrise de l’environnement. Mais cette pensée ne saurait se confondre avec la pensée savante, celle du géographe, du sociologue, ou des sciences sociales analystes de l’action des politiques publiques urbaines. Claude Flament et Michel-Louis Rouquette (Flament et Rouquette, 2003) en conceptualisant la pensée sociale notent avec l’épistémologue des sciences Alexandre Koyré que « la théorie ne conduit pas immédiatement à la pratique ; et la pratique n’engendre pas, du moins pas directement, la théorie. Le plus souvent au contraire elle en détourne […] la science de notre époque comme celle des Grecs, est essentiellement “théoria”, recherche de la vérité. » (Koyré, 1966).

14Sciences sociales ou savoirs éclairés de l’agir spatial, les savoirs aménageurs urbanistiques et géographiques, pour spécifiques qu’ils soient, se situent à l’interface entre la pensée théorique et la pensée technicienne, celle de la praxis. Comment dès lors passer de l’une à l’autre sans confondre les pensées, celle de l’action, celle des acteurs pensant l’objet de l’action et celle du chercheur ? La difficulté ne sera pas résolue ici, bien sûr. Mais déjà sa mise en lumière nous semble-t-il pointe un croisement épistémologique que traversent les sciences de l’action sur la ville. Plus largement, l’ensemble des questionnements sur la dimension sémiotique de la ville contemporaine fonde la problématique des tensions entre l’espace social et les recompositions territoriales ; autrement dit les cadres territoriaux de la décision spatiale. Le philosophe des processus démocratiques Pierre Manent en soulignant l’importance des séparations inhérentes au régime des libertés démocratiques (Manent, 2001) peut suggérer aux recherches sur la question sémiotique de la ville, d’examiner l’évolution des rapports cognitifs entre une société civile plus attentive aux processus d’individuation et la difficulté à penser et à s’accorder sur des représentations innovantes des recompositions territoriales. C’est là un enjeu et un intérêt évident actuel de l’approche cognitive des savoirs sur la ville.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Favory Michel et al. (2010), Bordeaux : la ville sans l’histoire, sous la direction de jean Dumas, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Favory Michel (2010), « Le sens festif du lieu urbain : les Sanfirmines de Pampelune », in Liber amicorum Christian Coulon. Altérité et identité, itinéraires croisés, Bruxelles, Éditions juridiques Bruylant.

Favory Michel (1994), « Représentations graphiques des territorialités sociales dans la ville », Mappemonde no 1, p. 26-30.

Bibliographie

Ascher François (2001), Les nouveaux principes de l’urbanisme, Paris, éditions de l’Aube.

Bailly Antoine (1977), La perception de l’espace urbain, Paris, CRU.

Callon Michel, Larédo Philippe, Mustar Philippe (1995), La gestion stratégique de la recherche et de la technologie, Paris, Economica.

Capel Horacio (1975), « L’image de la ville et le comportement spatial des citadins », L’espace géographique, tome IV, no 1.

Claval Paul (1980), « L’évolution récente des recherches sur la géographie de la perception », Rivista géograpfica italiana, Florence, mars, fascicule 1.

Castoriadis Cornélius (1985), L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil.

Cauvin Colette (2007), « Pour une approche de la cognition spatiale intra-urbaine », Cybergéo European journal of Geography.

Favory Michel (2003), De la configuration à l’action, Habilitation à diriger des recherches, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne, Université de Bordeaux, 210 pages.

Flament Claude, Rouquette Michel-Louis (2003), Anatomie des idées ordinaires. Comment étudier les représentations sociales, Paris, Armand Colin.

Hauvuy Jean-Claude (1996), « Sémiologie », in Choay Françoise, Merlin Pierre, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, PUF.

Koyré Alexandre (1966), Études d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Gallimard.

Lussault Michel (1996), « Fabrique de l’image et projet urbain », in Charrié Jean-Paul (dir.), Villes en projets, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 115-127.

Lussault Michel (1996), « L’espace pris aux mots », Le débat no 92, Paris, Gallimard, p. 99-110.

Lynch Kevin (1976), L’image de la cité, Paris, Dunod.

Manent Pierre (2001), Cours familer de philosophie politique, Paris, Gallimard.

Panofsky Erwin (2000), Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Les Éditions de Minuit.

Sanson Pascal (2001), « Méthodologie sémiotique pour la maîtrise sémantique des territoires », in Pagès Dominique et Pélissier Nicolas (dir.), Territoires sous influence, t. 2, Paris, L’harmattan.

Schütz Alfred (1987), Le chercheur et le quotidien. Phénoménologie des sciences sociales, Paris, Klincksieck, Méridiens.

Notes

1 Bordeaux : la ville sans l’histoire, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540