Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Mise en langage : l'obscur et le dissimulé

Renouveler les liens d’apprentissage entre les sciences sociales, le politique et la société : un travail collectif

Jean-Marc Offner

Texte intégral

La recherche en sciences sociales peut-elle être « utile » ?

  • 1 Voir l’article de Philippe Larédo, « Comment caractériser un laboratoire de recherche ? », LATTS. d (...)
  • 2 Voir la conclusion de l’ouvrage de Pierre Rosanvallon, La Contre-Démocratie. La politique à l’âge d (...)

1La « rose des vents1 » de la recherche formalise cinq activités des laboratoires de recherche : le dialogue avec les pairs, la construction des connaissances, les collaborations avec les entreprises, les missions de service public, la participation au débat public. Certaines équipes prétendent vouloir et pouvoir tenir ces cinq engagements ; mais il faut bien reconnaître que la préoccupation de contribution aux débats publics ne va pas de soi, qu’elle suscite parfois quelques déboires à l’encontre des chercheurs qui s’y essayent, qu’elle rencontre souvent l’incompréhension des commanditaires. Les relations entre le Savant et le Politique ne sont pas réglées… Formaliser une posture intellectuelle entre « lucidité désabusée » et « enthousiasme naïf » – pour reprendre les mots de Pierre Rosanvallon2 – est un ouvrage à remettre sans cesse sur le métier.

  • 3 Voir Nicolas Tenzer, « L’inquiétante coupure entre les intellectuels et l’État », Le Monde, 4 et 5 (...)

2Les rapports structurels entre le monde de la recherche en sciences sociales et l’univers politique sont, en France en tout cas, empreints de méconnaissances délétères3. En premier lieu, les élites politico-administratives n’ont que rarement eu l’occasion de se familiariser avec les démarches de recherche, système des grandes écoles oblige. Pas d’universitaires dans la haute fonction publique (ni d’ailleurs dans les directions d’entreprises), peu d’énarques ou d’ingénieurs des corps techniques possédant un doctorat. Cette situation amplifie les quiproquos dans les attentes. Les politiques demandent de l’ingénierie sociale (« accompagner le changement »), de la prospective (« éclairer l’avenir »), voire des formules choc, expressions ultimes d’une représentation schématisée de la société. Les chercheurs en sciences sociales veulent bousculer les agendas (mettre en avant les vrais enjeux) et dévoiler ou dénoncer (sortir des lieux communs ou des mensonges).

3Et chacun de se retirer sur ses terres. Tel le dramaturge russe Griboïedev, les chercheurs tentés par l’arrogance ou la lassitude pourraient se plaindre « du malheur d’avoir de l’esprit », du statut médiocre concédé aux intellectuels et scientifiques devant vivre dans une société gouvernée par des imbéciles (la pièce fut écrite en 1832…). La mode managériale des années 1980 et 1990, devenue injonction législative, de l’évaluation a posteriori des politiques publiques a pu laisser augurer des jours meilleurs. Mais Jean Leca n’avait pas tort, alors qu’il présidait le conseil scientifique de l’évaluation (de 1990 à 1995), de rappeler souvent le propos pessimiste de Karl Schmitt : « La caractéristique du pouvoir est la capacité de parler au lieu d’écouter, la capacité de se permettre de ne pas apprendre. »

  • 4 Voir Jade Lindgaard, « La grande “chasse aux idées” », in Stéphane Beaud, Joseph Confavreux et Jade (...)
  • 5 Michel Wieviorka, « De l’analyse à l’action : le chercheur, les acteurs et les institutions », Urba (...)

4Certes, les chercheurs en sciences sociales ne restent pas, pour la majorité d’entre eux, dans leur tour d’ivoire. Ils savent « valoriser » leurs travaux, autrement dit en faire de la vulgarisation. Ils n’hésitent pas non plus à s’engager, mettant en avant des arguments liés à leur expertise. Possèdent-ils pour autant les outils leur permettant d’intégrer l’« espace public » ? La société, et singulièrement les hommes politiques, savent-ils faire leur miel des travaux en sciences sociales4 ? Les lieux et les moments existent-ils, pour faire en sorte que « les connaissances puissent élever la capacité d’action des acteurs », selon la belle expression de Michel Wieviorka5, élever la capacité d’argumentation des citoyens ?

De nouveaux dispositifs de médiation

  • 6 Voir Thomas Wieder, « La République des idées : un atelier intellectuel », Le Monde, 20 mai 2006.

5« Le monde politique cherche à comprendre la société de façon plus opératoire et le monde intellectuel cherche à devenir plus utile », constatait dans Le Monde Thierry Pech, le Secrétaire Général de La République des idées6. Ce succès du pragmatisme laisse entrevoir une complémentarité, et non plus une concurrence, entre chercheurs et politiques, dans leur travail analogue de production des représentations du monde nécessaires à l’action.

  • 7 Voir par exemple Frédéric Gilli et Jean-Marc Offner, Paris, métropole hors les murs. Aménager et go (...)
  • 8 Voir l’interview de Serge Paugam, « Un besoin profond de parler de la solidarité », Le Monde, 9 fév (...)

6Ainsi, plusieurs collections d’ouvrages, au prix d’un format et d’une activité éditoriale ad hoc, cherchent explicitement à peser dans les débats. C’est le cas des livres de la collection « La République des idées », au Seuil. On pourrait également citer les « Nouveaux débats » aux Presses de Sciences Po7, la collection « Débat public » à la Documentation française ou les numéros spéciaux d’Alternatives Économiques. D’autres livres se font remarquer par leur processus d’élaboration : Repenser la solidarité, dirigé par Serge Paugam8, a fait coopérer chercheurs et responsables associatifs. Un monde de ressources rares, du Cercle des Économistes, a mobilisé le talent littéraire et didactique d’Erik Orsenna.

7Dans un autre registre, le développement des relations avec les médias, en particulier la presse écrite, est favorisé par des initiatives comme Telos, « agence intellectuelle » (qui a également sa collection de livres chez Hachette) créée par Zaki Laïdi. L’élection présidentielle a été l’occasion pour plusieurs journaux d’offrir leur site Internet aux blogs d’intellectuels et chercheurs en vue.

  • 9 Voir Michael Burawoy, « Pour la sociologie publique », Socio-logos, no 1. En ligne sur le site Revu (...)

8Se mettent ainsi en place de nouveaux modes de dialogue entre les chercheurs, le monde politique et la société, alors qu’ont périclité les anciens lieux d’interface, tel le Commissariat au Plan ou certaines missions « recherche » des ministères. Un nouveau temps de la « sociologie publique9 » s’installe, qui implique que l’on veuille bien distinguer savoirs instrumentaux et connaissance réflexive.

Diversification des expertises

9Or, l’on assiste à une multiplication des formes d’expertises. Expertises d’usages, forums hybrides… ont à l’évidence toute leur légitimité face aux certifications de la cité savante. Pour autant, cette pluralité du statut des savoirs peut entretenir une certaine confusion, dès lors que « chacun est expert, tous sont profanes », selon la formule de Peter Weingart.

10Les pessimistes dénonceront la dévalorisation de la parole du chercheur, lorsque l’on oppose peuple d’en bas et « intellos » d’en haut. Avec Philippe Corcuff, on reconnaîtra néanmoins que

  • 10 Philippe Corcuff, « Sociologie et engagement : nouvelles pistes épistémologiques dans l’après 1995  (...)

raison savante et raisons pratiques ne constituent pas un ensemble homogène, même si elles peuvent avoir des liens. Et quand des ressources savantes sont impliquées dans l’action, c’est parmi et en relation avec d’autres ressources, dans la dépendance de l’action en train de se dérouler, en fonctionnant comme des repères de l’action, en non des déterminants de celle-ci. Là aussi les Lumières ne s’en trouvent pas éteintes mais simplement « tamisées »10.

  • 11 Pierre Rosanvallon, « Vers des démocraties de défiance », Les Grands Dossiers des Sciences Humaines (...)

11Face à un relativisme outrancier, où tout serait passible d’un traitement par controverse, les chercheurs en sciences sociales n’ont-ils pas à proposer un socle commun de savoirs partagés ? Pierre Rosanvallon le rappelle : « La démocratie se nourrit aussi du progrès de la connaissance sociale sur les mécanismes organisateurs de la société pour insuffler des éléments nouveaux de discussion et de réflexion11. » Il ne s’agit certes pas de défendre un positivisme ou un technocratisme anachroniques, mais de réhabiliter la connaissance comme principe – non exclusif – des processus discursifs et décisionnels. À chacun ensuite de placer le curseur, entre propositions et constats, où le guide son tempérament intellectuel. Daniel Cohen, par exemple, met en garde ses collègues contre le péché originel de la science économique, le normatif :

  • 12 Daniel Cohen, entretien à Alternatives économiques, no 257, avril 2007.

Je plaide pour une science modeste et me méfie beaucoup des économistes qui font des propositions, ce qui n’exclut pas qu’ils participent au débat comme citoyens […]. Je préfère un jeu où les hommes politiques et la société civile sont inventifs et proposent leurs solutions, à charge pour les économistes de réfuter les raisonnements faux et d’écarter les faits inexacts12.

Une démarche collective

12Le politique, dans son rapport au « sachant », privilégie souvent le dialogue intime, dans un jeu de valorisation réciproque et de quête d’efficacité de l’échange. L’expert se fait fou du roi ou coach intellectuel.

13En matière d’urbanisme et d’aménagement, la figure du prince et de l’architecte reste omniprésente. Pourtant, des démarches comme la consultation sur le Grand Paris, ou des structures comme les Predat (pôle régional d’échanges sur le développement et l’aménagement du territoire) visant à faire dialoguer chercheurs, techniciens et élus locaux, témoignent de capacités à construire des démarches plus collectives, plus favorables à des apprentissages pérennes.

14Le philosophe espagnol Daniel Innerarity le souligne :

  • 13 Daniel Innerarity, La démocratie sans l’État. Essai sur le gouvernement des sociétés complexes, Par (...)

Le gouvernement qui ne parvient pas à se faire reconnaître, qui se heurte aux nouvelles formes de savoir ou s’appuie sur des expériences dépassées n’est pas en accord avec le devoir d’apprendre que la société de la connaissance a élevé au rang d’impératif catégorique suprême. La fin du caractère central de la politique se manifeste aussi par le fait qu’elle n’est pas davantage que les autres instances libérées de l’obligation d’apprendre13.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Offner Jean-Marc, Politique de transport : prospective et outils, Paris, la documentation française, 2009.

Offner Jean-Marc et Gilli Frédéric, Paris, métropole hors les murs. Aménager et gouverner un Grand Prix, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Offner Jean-Marc et Pourchez Carole, La Ville durable. Perspectives françaises et européennes, Problèmes politiques et sociaux, no 933, Paris, la documentation française, novembre 2007.

Notes

1 Voir l’article de Philippe Larédo, « Comment caractériser un laboratoire de recherche ? », LATTS. doc no 0, 2003, p. 3-4.

2 Voir la conclusion de l’ouvrage de Pierre Rosanvallon, La Contre-Démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, éditions du Seuil, 2006.

3 Voir Nicolas Tenzer, « L’inquiétante coupure entre les intellectuels et l’État », Le Monde, 4 et 5 juin 2006 ; « Les intellectuels pourraient éclairer, grâce à leurs connaissances, les décisions politiques. Si les idées passaient à l’action », Libération, 7 octobre 2004.

4 Voir Jade Lindgaard, « La grande “chasse aux idées” », in Stéphane Beaud, Joseph Confavreux et Jade Lindgaard (dir.), La France invisible, Paris, La Découverte, 2006. Voir aussi Xavier Molénat, « Chercheurs en campagne », Sciences Humaines no 181, avril 2007.

5 Michel Wieviorka, « De l’analyse à l’action : le chercheur, les acteurs et les institutions », Urbanisme no 323, mars-avril 2002.

6 Voir Thomas Wieder, « La République des idées : un atelier intellectuel », Le Monde, 20 mai 2006.

7 Voir par exemple Frédéric Gilli et Jean-Marc Offner, Paris, métropole hors les murs. Aménager et gouverner un grand Paris, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

8 Voir l’interview de Serge Paugam, « Un besoin profond de parler de la solidarité », Le Monde, 9 février 2007.

9 Voir Michael Burawoy, « Pour la sociologie publique », Socio-logos, no 1. En ligne sur le site Revues. org. Mis en ligne le 21 avril 2006. Consulté en juin 2010. Disponible sur : http://socio-logos.revues.org/11

10 Philippe Corcuff, « Sociologie et engagement : nouvelles pistes épistémologiques dans l’après 1995 », in Bernard Lahire (dir.), À quoi sert la sociologie ?, Paris, La Découverte, 2004.

11 Pierre Rosanvallon, « Vers des démocraties de défiance », Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, no 6, mars-avril-mai 2007.

12 Daniel Cohen, entretien à Alternatives économiques, no 257, avril 2007.

13 Daniel Innerarity, La démocratie sans l’État. Essai sur le gouvernement des sociétés complexes, Paris, Flammarion, collection Climats, 2006.

Auteur

Ancien directeur du Latts (le laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés, localisé à la Cité Descartes à Marne-la-Vallée, dépend du CNRS et de l’université Paris-Est), directeur général de l’Agence d’urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search