Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Mise en langage : l'obscur et le dissimulé

« Villes » et modernités

Jean-Paul Ferrier

Texte intégral

« Depuis des décennies, la ville occupe tout l’horizon de la recherche géographique, même quand il n’est pas directement question d’elle. Tous les phénomènes migratoires, économiques, sociaux, culturels ou politiques y ramènent, sans cesse et toujours, d’une manière ou d’une autre ! C’est un lieu (“commun” ?) d’autant plus obsédant que les dimensions de la ville sont en train de dépasser tout ce qu’on a connu auparavant à propos de centres habités. »
Claude Raffestin, « La ville dans tous ses états », in Antonio Da Cunha et Laurent Matthey, dir., La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires roman, 2007, p. 155. [Début du texte]

1L’an dernier, autour de Jean-Bernard Racine à Lausanne (Da Cunha et Matthey, 2007), cet été, avec Thierry Rebour et Jean-Albert Guieysse (2008), cet hiver, autour de Jean Dumas à Bordeaux, je me réjouis de participer à ces questionnements sur la ville, questionnements formulés cette fois-ci dans les termes suivants : « Penser la réinvention de l’urbain, penser son renouvellement scientifique. » Occasions bienvenues de participer à notre ambition commune d’éclairer « l’horizon de la recherche géographique », comme le dit Claude Raffestin, dans le texte cité en exergue ci-dessus.

2En ces temps de Modernité 3, il s’agit de mettre en discussion ce que l’on peut attendre des géographes s’ils se décident à consacrer suffisamment d’efforts pour comprendre et partager les usages et les règles de leur métier, depuis les fondements épistémologiques des méthodes et des connaissances de cette science de lointaine origine, jusqu’aux meilleures traditions et innovations de la géographie parallèle de chacun et de tous. C’est un engagement conforme à la juste poursuite de la continuelle fondation de la modernité. C’est une façon de proposer une pragmatique géographique, véritable science morale et politique, capable de participer activement à la régulation du territoire-monde. Trente ans après l’effondrement du compromis fordiste de la Modernité 2. À ce moment (si inattendu, et donc peut-être si bienvenu ?) où la crise financière impose aux habitants du monde l’éblouissant effondrement de l’ultra-libéralisme – événement spatial sans lequel les analyses correspondantes seraient restées pour combien d’années encore inaudibles…

3Je présenterai donc ici les grands traits de la périodisation des territorialisations (ce qui explique les guillemets du terme ville dans mon titre). Je défendrai, une fois de plus, l’idée d’une modernité de très longue durée, qui ne prendra fin qu’à l’orée du xxe siècle, que l’on appellera Modernité 1, pour la distinguer d’une Modernité 2 qui durera moins d’un siècle, jusqu’au début des années soixante-dix, quand commence la « crise », cette période nouvelle qui est généralement désignée sous le nom de postmodernité, et que je préfère appeler Modernité 3. En effet, si l’on postule une modernité de très longue durée, à l’origine de l’invention de la ville (et de la campagne) et de l’écriture, que l’on appellera Modernité 1, pour la distinguer de la Modernité 2 responsable de la diffusion progressivement généralisée de l’urbain (au sens de Lefebvre), liée au travail à la chaîne et finalement au mode de production fordiste, les années soixante-dix doivent être reconnues comme ouvrant une période radicalement neuve ou Modernité 3. Observons d’ailleurs que la forme grammaticale des mots utilisés : deux noms communs (ville et campagne) ; un adjectif (urbain) ; un nom commun qui indique une action (métropolisation) éclaire utilement les changements de logique de nos rapports aux territoires. Dans le premier cas, en retenant (et opposant) deux dénominations des lieux, la posture est principalement descriptive et dualiste. Dans le second cas, en qualifiant le système sociétal d’un caractère progressivement universel, on projette sur l’ensemble des observables un même ensemble de traits qui resteront d’ailleurs faiblement définis. Dans le troisième, on s’intéresse aux processus spatiaux comme conséquences et causes de la transformation générale du monde ou mondialisation. Je plaide à la fois pour que cette période nouvelle de la Mondialisation/Globalisation du monde soit reconnue comme une nouvelle époque de l’histoire (la Modernité 3) ET un nouveau stade de la géographie et des structures spatiales (la métropolisation).

4MÉTROPOLISATION (au sens territorialiste), est un terme qui mérite d’être défendu pour des raisons solides. Urbanisation, d’urb, véhicule un imaginaire romain. Métropolisation au contraire, de polis, la cité grecque et ses dispositifs inauguraux, ses enjeux politiques recourt aux fondations grecques. Associé à métro-mater, le terme ajoute l’évocation du rôle de la mère… pour penser, non une Terre-Mère mais une Ville-Mère (fondatrice, compatible avec tous les discours sur la féminisation de la société…). C’est peut-être aussi une façon nouvelle et inventive de comprendre que c’est la cité qui porte la civilisation, et que nous devons lui consacrer tous nos efforts sociétaux, peut-être d’abord pour comprendre qu’il faut lire positivement et dynamiquement la question des banlieues (qui est celle de parts immenses, magnifiques ou tragiques de nos nouveaux territoires métropolisés) ou celle du travail des jeunes (qui habitent… justement majoritairement dans les banlieues). Métropolisation, et sans doute plus radicalement, post-urbanisation, permettent aussi de ne pas se laisser enfermer dans les images de la ville dense et de ses grands immeubles et gratte-ciel, ou de la ville historique avec ses centres hérités d’une longue histoire, pour prendre en compte l’ensemble des lieux, des plus grandes aux plus faibles densités… Quels en sont en effet les pourcentages correspondants, en surfaces totales, en populations totales ? Mesurons les lourdes conséquences des trop étroites conceptions de l’urbanisation et de l’urbanité, quand il faut faire face à l’enjeu ouvert et neuf de la métropolité des immenses territoires métropolisés. Ne soyons pas assez déraisonnables pour nous priver de l’imaginaire puissant et productif qui est associé/associable au terme de métropolisation.

5Cette nouvelle lecture des dynamiques spatiales : Modernité 1 versus ville/campagne ; Modernité 2 versus urbain ; Modernité 3 versus post-urbain est par ailleurs porteuse d’hypothèses puissantes sur la signification des modernités 2 et 3. À la lumière des courbes logistiques, comment ne pas postuler qu’après la très (très) longue modernité 1, suivie une très courte modernité 2, il est possible de postuler que la modernité 3 « EST » le commencement d’une nouvelle période de longue durée. Dans ce cas, une prospective des temps présents devient possible : l’avenir des lieux « ressemblera » au monde chaotique actuel – et cela pour longtemps. Dans ce cadre interprétatif, la modernité 2 serait une transition. Nommons-la Transition géographique, et cherchons à en comprendre la signification. L’une des grandes questions posées par le xxe siècle est qu’il peut être considéré comme un « passage », un double passage. Une entrée dans l’ère de l’industrialisme, ses réussites et ses horreurs, et finalement, au prix de quels malheurs… son compromis fordiste ; une sortie du fordisme, la constitution de ce post-fordisme inséparable de la mondialisation-métropolisation actuelle, dont les souffrances et les inégalités divisent le monde sans que s’imposent encore les perspectives d’un nouveau compromis. Dès lors, avec la volonté collective d’actualiser la richesse des travaux du géographe Kant, sortons de la transition géographique et cherchons un nouveau compromis, un Compromis géographique.

Les habitants, les sociétés et les territoires de la Modernité 3 sont donc concernés par un immense programme de recherches et d’actions, où les sciences géographiques doivent occuper une place majeure – peut-être d’abord en raison de leur aptitude à penser les territoires métropolisés selon leurs trois niveaux fondamentaux, les territoires de la vie quotidienne (Tvq), les territoires régionaux-macro-régionaux (Tr), le territoire-monde (Tm), en mobilisant la grille de lecture des interfaces géographiques, et notamment l’interface nature-culture, et en prenant en charge les savoirs du Contrat géographique et ses perspectives d’habitation durable des territoires. (Ferrier, 1998)

6On peut y voir une illustration du « retour » de l’espace dans la société actuelle, caractéristique du nouveau champ culturel/technique/scientifique observable depuis les années soixante-dix du siècle dernier, pendant que se déploie la nouvelle réalité spatiale. C’est une occasion de se confronter au gradient qui s’observe dans le continuum métropolisé, des territoires de la plus faible densité (métropolisation extensive) à ceux de la plus grande densité (métropolisation intensive), sachant que les meilleures solutions privilégient, avec une grande attention aux lieux et à leurs pratiques, les sites historiques et leurs urbanités/leurs extrêmes métropolités. C’est encore plus une reconnaissance de la véritable universalité des territoires, celle des plus faibles, voire très faibles densités. Un façon convenable de reconnaître les habitats de « maisons », souvent de très grandes qualités résidentielles, qui nappent les plus grandes étendues du globe et demeurent porteurs des meilleures et incontournables perspectives d’avenir. On peut en effet démontrer que cette forme majoritaire d’habitations est souvent moins consommatrice de terrain et toujours très économe de matières premières sophistiquées coûteuses en prix et en énergie.

7Les contraintes énergétiques qui ont inauguré la Modernité 3 avec le premier choc pétrolier de 1973 sont maintenant (« heureusement ») perceptibles ou contraignantes. Elles vont être la grande occasion de transformation de la métropolisation. Il faut en effet gérer l’utile mobilité dans le contexte enfin reconnu d’énergie rare et chère, et donc source des continuels progrès d’une mobilité économe et durable. La métropolisation pourrait alors contribuer activement à favoriser les choix alimentaires et résidentiels qui privilégient la qualité à la quantité, la décroissance et la modération, les multi-usages et les socialités partagées, la paix, la beauté et la durabilité, toutes conditions dont la signification anthropologique a pour noms « longévité » et « bonne vie ». Observons déjà à ce propos, que dans le cadre d’un paradoxe qui n’en est pas un, les choix les plus massifs et les plus innovants dans cette direction, s’observent depuis ces dernières années dans les pays nouvellement développés ou en train d’entrer dans le développement.

8Ainsi, quand les conditions de la présence dans les lieux sont si différentes depuis les débuts de la Modernité 3, et que la métropolisation multiplie dans les territoires et les habitations les outils matériels et idéels qui nous équipent… il faut plus que jamais utiliser les qualités produites par l’homme en société, cette common decency qui fait la grandeur de la culture populaire, et d’abord des plus pauvres, et mobiliser cette « rationalité élargie » théorisée par Kant, qui consiste à penser en se mettant à la place de tout autre.

9Ici résident les fondements universels d’une prise de conscience qui approfondit la connaissance de l’habitation des lieux et de leurs habitants, le rassemblement de règles de conduite qui sont porteuses des impératifs géographiques qui pourraient nous aider à habiter durablement les territoires, à sortir de la « crise » qui interprète à tort la nouveauté des conditions du monde actuel. Une conscience apparaît qui a rendu possible les présentes analyses et qui pourrait être mieux partagée et ouvrir une « Renaissance » qui, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, ne s’effondrerait pas dans des catastrophes violentes. C’est un fondement partageable, un nouvel espace public pour être habitant solitaire et solidaire d’une même Terre et mettre en discussion les perspectives souhaitables et raisonnables d’une durable géo-prospective des territoires. Dans une telle entreprise, les avancées principales relèveront du déploiement de qualités morales, plus encore ontologiques, où résident peut-être les arguments les plus convenables pour réguler les territoires de la post-urbanisation.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Ferrier Jean-Paul (1998), Antée 2. Le contrat géographique ou l’habitation durable des territoires, Lausanne, Payot.

Ferrier Jean-Paul (2001), « Pour une théorie (géographique) de la métropolisation » in Les cahiers de la métropolisation, no 1, Enjeux et définition de la métropolisation. Cette fiche est consultable sur le site de l’O.T.M. (Observatoire des Territoires et de la Métropolisation dans l’espace méditerranéen). Disponible sur : http://www.metropolisation-mediterranee.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=22

Ferrier Jean-Paul (2008), « L’étalement urbain dans les pays développés : la thèse de la post-urbanisation (ou Théorie géographique de la métropolisation) », in Ferrier Jean-Paul, Guieysse Jean-Albert, Rebour Thierry, « L’étalement urbain » dans les pays développés Désurbanisation ou Post-urbanisation ?, Paris, e-geopolis. eu, 165 p. Disponible sur : http://e-geopolis.eu/spip.php?article7

Indications bibliographiques

Cunha Antonio (da) et Matthey Laurent, (ed.) (2007), La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Auteur

Professeur émérite, Université de Provence (Aix-Marseille I), UMR CNRS ESPACE

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search