Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Formes : espace public, métropolisation

La disneylandisation de la ville sonne-t-elle le glas des espaces publics ?

Laurence Liégeois

Texte intégral

1Lorsque Walt Disney élabore le concept du premier parc à thème de l’histoire de l’industrie du loisir et qu’il dessine les plans de ce qui deviendra un des succès les plus retentissants de l’industrie culturelle, sa démarche s’inscrit dans cette volonté de créer un espace rempli de significations, un tout cohérent et autosuffisant. Bien plus qu’un produit culturel, le dessinateur invente alors une nouvelle manière de produire l’espace, basée sur des techniques et des stratégies elles aussi inédites (Liégeois, 2005 ; Marling, 1997). Ces techniques passent essentiellement par le design de l’espace qui a pour but, non seulement de permettre à l’individu de s’orienter dans l’espace, mais aussi de le rendre intelligible et de lui donner du sens (Merlin et Choay, 1996).

2Les techniques disneyennes de traitement de l’espace vont, au cours des années 1980, être largement réutilisées dans la pratique urbanistique, d’abord dans les villes nord-américaines, puis dans les villes européennes et asiatiques. L’aménagement des espaces publics se trouve particulièrement influencé par cette tendance lourde que les chercheurs désignent désormais sous le terme de disneylandisation.

3Le terme est aujourd’hui largement répandu dans les écrits mais il n’est pas exempt d’un certain flou dans sa définition, puisqu’il est souvent utilisé comme simple synonyme de privatisation. Dans les paragraphes qui suivent, nous ferons tout d’abord un travail de clarification du concept de disneylandisation de la ville en distinguant différents phénomènes à l’œuvre dans les espaces publics contemporains.

4Dans les écrits scientifiques, la disneylandisation est associée la plupart du temps à une réflexion sur la rétraction de l’espace public dans la ville contemporaine. Cela nous amènera dans un second temps à poser la question centrale de cet essai : la disneylandisation de la ville sonne-t-elle le glas des espaces publics ? Plutôt que de se résoudre à l’idée de la mort de l’espace public, ne faut-il pas plutôt y voir de nouvelles recompositions des rapports public/privé dans la ville qui nous forcent à repenser l’analyse des paysages et des espaces urbains ?

La disneylandisation : anatomie d’un phénomène

5Certains écrits utilisent de manière parfois abusive le concept de disneylandisation qui recouvre des réalités bien précises. Il est souvent employé comme substitut du concept de privatisation qui est pourtant bien différent et qui lui-même est un terme général qui recouvre plusieurs phénomènes. Avant de les aborder en détail, précisons que ces tendances (qui se sont généralisées surtout à partir des années 1980) se manifestent dans les espaces publics urbains à des degrés divers et peuvent se combiner selon des configurations propres à chaque territoire.

Gouvernances de l’espace public

6Les acteurs privés se sont taillés une place de choix dans la vie des espaces publics urbains, de la conception à la gestion, en passant par la production. L’aménagement des espaces publics, en particulier, est de plus en plus souvent le résultat de partenariats public-privé où des professionnels de la ville (cabinets d’urbanistes, d’architectes, etc.) élaborent les projets en collaboration avec les acteurs économiques de la zone concernée (Mitchell, 2001). Les pouvoirs publics jouent également un rôle, mais n’ont pas toujours les ressources humaines, financières et logistiques pour exercer un leadership fort. Concernant la gestion des espaces publics, le recul des pouvoirs publics est encore plus manifeste et l’on ne compte plus, en Amérique du Nord notamment, les Business improvement districts (BID) ou autres partenariats du même type, en charge de la vie de ces espaces : sécurité, entretien, programmation culturelle, développement économique, marketing et communications.

Marketing de l’espace public

7Ce phénomène s’est lui aussi largement répandu à la fois dans les pratiques de production et de gestion de l’espace public. De nombreux écrits font état de cette tendance lourde de marketing territorial ou de city branding. Ces stratégies font de l’espace public un produit à vendre et à consommer et témoignent d’une forte tendance à l’homogénéisation dans les images et valeurs attribuées à l’espace (Evans, 2003 ; Vivant, 2007).

Privatisation des paysages urbains

8Les paysages urbains se trouvent modifiés en profondeur par cette présence accrue du secteur privé, notamment à travers la prolifération de marqueurs visuels ainsi que la porosité accrue entre espaces privés commerciaux et espaces publics (enseignes, terrasses, vendeurs de rue) (Zukin, 1991). Dans cette perspective, l’espace public devient le vecteur de multiples fragments de discours véhiculés par l’intermédiaire de signes (Venturi et al., 1978).

La disneylandisation de l’espace

9Finalement, la disneylandisation est un phénomène qui touche essentiellement au traitement de l’espace et qui s’appuie sur une série de stratégies initiées par Disney dans ses parcs à thème. La première d’entre elles est d’ailleurs la « thématisation » de l’espace, un des éléments phare de l’urbanisme postmoderne selon les chercheurs de l’école de Los Angeles (Dear et Flusty, 1998). Elle vise à aménager l’espace de manière cohérente autour d’un fil conducteur auquel se rattachent tous les référents spatiaux utilisés. De même que les parcs Disney proposent une rue principale (Main Street, États-Unis) aménagée sur le thème de la petite ville américaine typique du début du xxe siècle, on retrouve dans bon nombre de villes des espaces qui mettent en scène un patrimoine historique ou culturel précis.

10La deuxième stratégie consiste à créer des hétérotopies (Foucault, 2004), c’est-à-dire des espaces qui fassent référence à un contexte spatial et temporel autre que le contexte géographique et culturel local. Les parcs Disney proposent une succession d’univers différents (le far West, la jungle sauvage, l’exploration spatiale, etc.) dans lesquels le visiteur est plongé au fur et à mesure de sa visite. La festivalisation des espaces publics relève de cette volonté de doter l’espace de valeurs et d’images qui transportent l’individu devenu voyageur immobile dans un ailleurs. On mise alors sur le caractère spectaculaire de l’espace pour attirer visiteurs et capitaux (Knox, 1991 ; Quinn, 2005).

11En outre, les urbanistes ont retenu des techniques disneyennes de traitement de l’espace le principe de la surprogrammation, selon lequel rien ne doit être laissé au hasard. Le design de l’espace illustre dénote une attention portée aux détails et l’espace est conçu pour favoriser des usages précis et en interdire d’autres (Degen, 2003).

12Enfin, la disneylandisation réfère à la volonté de mettre en ordre les espaces publics, c’est-à-dire de contrôler étroitement les usages et pratiques qui s’y déroulent en mettant en place des dispositifs permettant d’exercer une certaine mainmise sur les comportements et prévenir ainsi tout débordement par rapport à cet ordre établi (Atkinson, 2003).

Les figures de l’espace public contemporain

13Le phénomène de la disneylandisation provoque de véritables levées de bouclier chez la plupart des chercheurs, penseurs de la ville et amoureux des espaces publics. Certains vont même jusqu’à annoncer la disparition inexorable des espaces publics sous les assauts répétés du secteur privé (Ghorra-Gobin, 2002 ; Sorkin, 1992).

14Les espaces publics contemporains sont-ils véritablement menacés par ces tendances ? Comment interpréter les récentes mutations des espaces publics ?

Revitalisation par la culture

15Il est indéniable que la culture, et particulièrement l’industrie culturelle, est devenue en l’espace de quelques années un outil de revitalisation urbaine largement utilisée par les pouvoirs publics, aussi bien en Amérique du Nord qu’en Europe ou dans les grandes villes asiatiques. Toutes les métropoles se tournent vers ces stratégies de revitalisation culturelle, de même que les villes moyennes qui se laissent tout autant séduire par les promesses de la méthode qui s’appuie largement sur le rôle du secteur privé.

16Le succès retentissant de Times Square dans les années 1990 a fait école dans le domaine. Cette réussite revient d’ailleurs largement à l’entreprise Disney qui a, la première, investi des sommes importantes et qui a apposé sa marque dans le paysage urbain, bientôt suivie par d’autres géants de la culture comme Sony par exemple.

17L’exemple de Times Square a créé un précédent dans les pratiques de revitalisation d’espaces publics marginalisés, tant dans le type de paysage urbain que dans le design utilisé, les modes de financement, ou encore la gestion de l’espace. La culture est pour beaucoup devenue la panacée en matière d’aménagement urbain, particulièrement pour la revitalisation d’espaces centraux.

« Best pratices »

18Un ensemble de bonnes pratiques ont émergé dans le champ de la revitalisation culturelle, qui réinvestissent notamment les théories de Florida autour de la ville créative (Florida, 2005) qui établissent une corrélation entre le développement économique et le dynamisme culturel d’une ville. L’aménagement des espaces publics connaît donc depuis le milieu des années 1990 une forte tendance à l’homogénéisation. C’est particulièrement patent dans les villes nord-américaines où les projets de revitalisation des centres-villes démontrent de flagrantes similitudes. Les quartiers thématiques, par exemple, se multiplient, qu’il s’agisse de quartiers culturels, de quartiers consacrés au multimédia ou aux sciences.

19Si l’on examine les projets récents d’aménagement d’espaces publics, on note une forte ressemblance dans les types de paysages urbains imaginés par les aménageurs, notamment dans le type de design et dans les technologies utilisées (usage du multimédia, mise en lumière, mobilier urbain, etc.).

Sécurité, ordre, pasteurisation

20Au-delà de l’espace concret, ce sont aussi les dynamiques sociales des espaces publics qui connaissent de profondes transformations. Les manières de produire et de gérer les espaces publics traduisent une volonté d’encadrer la sociabilité publique. On peut se demander si ces stratégies ne dénotent pas de la part des pouvoirs publics une crise de confiance dans la capacité des groupes et des individus à trouver eux-mêmes les conditions de leur cohabitation. Tout se passe comme s’ils refusaient de prendre ce risque, et choisissaient plutôt de verrouiller les mécanismes de cette sociabilité à travers des plans d’aménagement qui sont en réalité des manières de court-circuiter les mécanismes interactionnistes.

Quels défis pour la production de l’espace public ?

Repenser le rapport public/privé

21L’histoire de l’aménagement urbain permet de saisir le caractère changeant et culturellement ancré des concepts d’espace public et d’espace privé et des fonctions qui ont pu y être associées (Remy, 1973). L’étanchéité entre les deux catégories a elle aussi varié dans le temps, atteignant sans doute un point culminant en aménagement urbain au cours de la période fonctionnaliste. Il semble toutefois que cette grille de lecture d’une rupture entre espace public et espace privé soit obsolète pour lire et comprendre la ville contemporaine. Il faut au contraire prendre toute la mesure de la complexité des rapports publics/privé, des multiples combinaisons existantes, de leur caractère changeant. Plutôt que de parler de rupture, il nous paraît plus prometteur de parler d’une tension permanente entre ces deux sphères, tension qui fait écho à d’autres tensions auxquelles les espaces publics urbains sont confrontés, des tensions intérieur/extérieur, local/global.

Éloge de la singularité

22Si les espaces publics sont pris en étau entre le public et le privé, entre l’intérieur et l’extérieur, entre le local et le global, il importe, pour créer des espaces urbains habitables et habités, de revenir au territoire lui-même et à ses qualités. Un des plus grand défis pour l’aménagement des espaces publics consiste donc à remettre au centre des pratiques la singularité des espaces, et donc, leur complexité. Certes, la tâche des aménageurs s’en trouvera peut-être plus ardue (il est sans doute plus facile de réutiliser les techniques qui ont fonctionné ailleurs et de figer les dynamiques sociales dans des catégories restrictives), mais c’est au prix de cet effort que l’on parviendra à créer des espaces publics pluriels pour des sociétés plurielles. Cela ne veut pas dire pour autant que le concept de bonnes pratiques est à jeter aux orties. Au contraire, nous croyons qu’il est décisif de pouvoir tirer des leçons de différentes expériences, mais il s’agit de trouver des manières éclairées et judicieuses de les intégrer à la pratique aménagiste.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Liégeois Laurence (à paraître), « Espace labyrinthique et contrainte : quelles stratégies d’aménagement pour les espaces publics ? », dans Miaux Sylvie (éd.), « La mise en scène du mouvement des corps au cœur de l’espace urbain », Géographie et Culture.

Liégeois Laurence (2008), « Main Street, rue-symbole : réflexions sur l’aménagement des rues au Canada », dans Augustin Jean-Pierre (éd.), Sites publics, lieux communs (2). Urbanité et aménagement des rues et des ponts au Québec et au Canada, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 137-149.

Germain Annick, Liégeois Laurence et Hoernig Heidi (2007), « L’espace public à l’épreuve des religions : des paysages pluriels à négocier ? », dans Da Cunha Antonio et Matthey Laurent (éd.), La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, p. 321-340.

Références

Atkinson Rowland (2003), « Domestication by Cappuccino or a revenge on urban space ? Control and empowerment in the management of public spaces », Urban Studies, vol. 40, no 9, p. 1829-1843.

Blanc Maurice (dir.) (1992), Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris L’Harmattan.

Dear Michael J. et Flusty Steven (1998), « Postmodern urbanism », Annals of the Association of American Geographers, no 88, p. 50-72.

Degen M. 2003, « Fighting for the global catwalk : formalizing public life in Castlefield (Manchester) and diluting public life in el Raval (Barcelona) », International Journal or Urban and Regional Research, vol. 27, no 4, December 2003, p. 867-880.

Evans Graeme (2003), « Hard-branding the cultural city – From Prado to Prada », International Journal or Urban and Regional Research, vol. 27, no 2, p. 417-440.

Florida Richard (2005), Cities and the creative class, New York, Routledge.

Foucault Michel (2004), « Des espaces autres », EMPAN, no 54, p. 12-19.

Ghorra-Gobin Cynthia (2002), Los Angeles. Le mythe américain inachevé, Paris, CNRS Éditions.

Jacobs Jane (1961), The Death and Life of Great American Cities, New York, Vintage Books.

Knox Paul L. (1991), « The restless urban landscape : economic and sociocultural change and the transformation of metropolitan Washington, DC », Annals of the Association of American Geographers, vol. 81, no 2, p. 181-209.

Liégeois Laurence (2005), Les parcs Disney : déconstruction d’un espace de sacralisation, Talence, mémoire, UFR de Géographie, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Marling Karal Ann (1997), Designing the Disney theme parks : the architecture of reassurance, Montréal, Paris, Centre Canadien d’Architecture, Flammarion.

Merlin Pierre et Choay Françoise (1996) (dir.), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, Presses Universitaires de France.

Mitchell Jerry (2001), « Business Improvement Districts and the “New” Revitalization of Downtown », Economic Development Quarterly, vol. 15, no 2, p. 115-123.

Quinn Bernadette (2005), « Arts Festivals and the City », Urban Studies, vol. 42, no 5/6, p. 927-943.

Remy Jean (1973), « La dichotomie privé/public dans l’usage courant : fonction et genèse », Recherches Sociologiques, vol. 4, no 1, p. 10-38.

Simmel Georg (1964 [1905]), « The metropolis and mental life », dans Simmel Georg et Wolff Kurt (dir.), The sociology of Georg Simmel, New York, Free Press.

Sorkin Michael (dir.) (1992), Variations on a theme park : the new American city and the end of public space, New York, Hill and Wang.

Venturi Robert, Scott Brown Denise et Izenour Steven (1978), L’enseignement de Las Vegas ou le symbolisme oublié de la forme architecturale, Bruxelles, Pierre Mardaga.

Vivant Elsa (2007), « L’instrumentalisation de la culture dans les politiques urbaines : un modèle d’action transposable », Espaces et Sociétés, no 131, p. 49-66.

Zukin Sharon (1991), Landscapes of power : from Detroit to Disney World, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press.

Auteur

Doctorante à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 et à l’INRS Urbanisation, Culture et Société, Montréal

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540