Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Formes : espace public, métropolisation

Formes géographiques et sociales de la métropolisation

Guy Di Méo

Texte intégral

1La métropolisation, c’est le développement des « villes mères ». De tout temps, les métropoles ont été les interlocutrices privilégiées d’autres villes qu’elles contrôlent et qu’elles dominent, qu’elles placent dans leurs réseaux d’échanges. Les métropoles remplissent donc des fonctions essentielles concernant le gouvernement des sociétés. Depuis quelques décennies, il s’agit de « mères » toujours plus hybrides, multiculturelles, organisatrices majeures de l’espace géographique. Cependant, si le phénomène acquiert une ampleur universelle, matérialisée par le déferlement des nappes urbaines qu’il produit, métropoles des pays riches et des pays pauvres, celles des puissants et celles des dominés ne logent pas, loin s’en faut, à la même enseigne.

2À l’échelle de localités qui tendent à se régionaliser, la métropolisation qui n’est pas l’urbanisation stricto sensu, ni la globalisation (global city), s’observe à partir d’un seuil minimal de concentrations humaines. Il s’agit d’un plancher incertain, celui d’agglomérations de quelques centaines de milliers d’habitants s’étalant autour d’un ou de plusieurs centres. À l’autre extrême, la métropolisation donne des ensembles territoriaux regroupant d’une à trois dizaines de millions de personnes.

3La métropolisation s’identifie à la consommation rapide d’espace géographique, sous des formes plus diluées que celles de la ville moderne et compacte d’antan. À ce titre, certains auteurs ne parlent-ils pas de la fin des villes ? Quoi qu’il en soit, ces formes de la métropolisation, planifiées ou plus spontanées, ménagent de nouveaux types de paysages, d’équipements et d’habitats, de rapports sociaux et spatiaux, de déplacement des habitants, d’activités économiques, de modes de gouvernance, de nuisances aussi… On notera que dans cet univers changeant, l’innovation sociale, territoriale, politique et économique est à l’œuvre. Précisons encore que les métropoles sont aussi d’implacables machines à trier les individus. Même si la métropolisation n’a pas inventé la ségrégation, elle lui confère une nouvelle ampleur. Au total, le terme « métropolisation » fait référence à des processus. Il caractérise autant les formes et les dynamiques que les fonctions des plus grands établissements humains de notre temps.

4Toutes les urbanisations ne relèvent pas de la métropolisation ; pourtant, l’influence métropolitaine, même dans les cas de la croissance des villes petites et moyennes, ne fait guère de doute. En effet, l’expansion démographique du nombre d’agglomérations de taille modérée, qui se traduit par la périurbanisation de leurs citadins et de leurs fonctions, n’est pas indifférente à la position de ces villes dans l’orbite ou non d’une métropole. Elle peut également dépendre de leur inscription dans un tissu métropolitain plus dense et plus vaste, comme ces rubans et nappes des mégapoles de l’Europe, de l’Amérique du Nord, du Japon central, de la Chine littorale…

5Ces phénomènes polymorphes de métropolisation s’inscrivent dans le contexte d’une temporalité bien particulière, qualifiée parfois de postmoderne (« modernité 3 » de J.-P. Ferrier) et néolibérale. Ils participent en vrac de l’ère de la mondialisation et du global, du triomphe des techniques de l’information et de la communication, de l’emprise du secteur des services sur l’économie, de la mobilité généralisée.

Une tension entre processus spécifiques et génériques

6Au Nord comme au Sud, la métropolisation touche les agglomérations urbaines selon des modalités à la fois génériques et spécifiques. En effet, si l’identité de la ville dérive des formes matérielles de son histoire, on peut estimer que cette mémoire court à sa perte et que « le passé finira par devenir trop petit pour être partagé et habité par les vivants » (R. Koolhaas). Reste que l’identité d’une ville s’édifie en permanence, en fonction des enjeux du présent, tout en puisant dans les vestiges d’une mémoire sélective. Dans ces conditions, que la ville (métropole) générique gagne du terrain, qu’elle devienne de plus en plus uniforme n’est pas douteux. Il n’empêche que dans l’ordre des représentations et des symboles, la métropole paraît avoir besoin de disposer d’une personnalité culturelle, ressentie comme une richesse territoriale, comme une ressource d’innovation et de durabilité. Seules, peut-être, les nouvelles métropoles d’Asie et d’Afrique, connaissent le principe d’une tabula rasa à partir de laquelle se déchaîne la métropolisation et ses improvisations parfois monstrueuses.

7Au demeurant, il y a fort à parier que l’identité métropolitaine se forgera aussi en périphérie. Il convient alors de poser le problème des centres : ce sont les lieux majeurs des significations identitaires, espaces urbains les plus anciens et les plus neufs, contraints à une adaptation constante et coûteuse. Dans ces conditions, à quel avenir sont-ils promis ? Faudra-t-il, comme au cœur de Zurich, que des couches successives de centralités s’entassent dans le sous-sol, sorte de réplique inversée des gratte-ciel ?

8Au sein de ces nouvelles métropoles, les logiques résiliaires (celles des entreprises, des territorialités) entrent en conflit avec les logiques territoriales des pouvoirs, de la gestion publique, parfois de l’identité et de l’appartenance. En réalité, ces logiques globales de réseau tirent parti des tyrannies d’une proximité nécessaire aux populations les plus fragiles (solidarité) comme aux activités de production et de recherche qui exploitent les innombrables facettes de la ressource territoriale.

9Si la métropolisation revêt quelques solides caractères d’universalité, elle tient compte des effets de contexte que sécrètent ses innombrables lieux. Ceux-ci fonctionnent en effet comme autant de creusets de singularités, d’hybridations d’éléments culturels et de rapports sociaux propres à la situation géographique, au dosage humain de chaque métropole. Ajoutons que des contraintes de masse qu’imposent les fortes densités humaines, les aménagements onéreux et les coûts publics élevés qu’elles induisent, les normes collectives et les formes de régulation voire de coercition qu’elles suscitent, préoccupent. Elles se heurtent aux aspirations de liberté que manifestent des communautés et des individus toujours plus rétifs à se fondre dans la masse (montée du communautarisme et de l’individualisme).

Des mutations de tous ordres débordant la ville

10La métropolisation relève donc d’une définition complexe qui ne saurait se limiter au constat de la production d’une armature mondiale de centres décisionnels : toile de 400 agglomérations plus que millionnaires, inégalement disséminées à la surface de la planète. Les effets de cette métropolisation touchent l’ensemble des territoires. D’abord parce que la métropolisation provoque un changement radical de tous les processus d’urbanisation ; ensuite parce qu’elle agit sur toutes les procédures de déconstruction et de recomposition, de requalification territoriales qui se produisent dans son ombre portée.

11Dans le mot métropole, on sait qu’il y a pole, polis, la ville, mais aussi pôle (latin polus, grec polos), c’est-à-dire le pivot sur lequel tourne une chose. Le pôle, c’est aussi un point qui attire, dans un champ magnétique donné. S’il attire, c’est qu’il exerce une influence. Cette attraction décrit dans l’espace un gradient ; elle s’atténue avec la distance si elle n’est pas relayée. Dans tous les cas, elle fonde de nouvelles unités géographiques ou territoires : la métropole devient omniprésente et introuvable.

12On constate que ce double mouvement de polarisation/diffusion des flux s’ancre dans un jeu de territorialisation de proximité et de connexion à distance. Double jeu qui décrit une interaction, une articulation entre métropoles. Ce mouvement, on l’a déjà évoqué, révèle l’émergence d’un nouveau mode de production néolibéral. Ce dernier réserve une place de choix aux économies d’échelles et de réseaux, mais aussi aux économies plus sédentaires de proximité et de cluster, exigeantes en externalités situées et culturelles.

13Même si les métropoles d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique semblent plus mouvantes que celles des autres grands espaces continentaux, avec leurs populations instables, leurs infrastructures inexistantes ou menacées, elles développent des lieux et des territoires de proximité débordant de vitalité et d’inventivité. Elles s’inscrivent aussi dans des réseaux qui se mondialisent.

Une nouvelle économie politique des territoires

14La métropolisation comporte une dimension démographique et concerne l’économie politique comme la géographie. Elle peut être lue comme un nouveau mode de gestion spatiale des masses humaines désormais urbanisées, privilégiant leur canalisation, leur contrôle, les inégalités et la domination. La métropolisation constitue une méthode spatiale spontanée de gestion des mobilités humaines. Elle crée des nodosités géographiques qualifiées, distinguées, efficaces. Ces enclaves forment une mosaïque aux éléments séparés par un océan d’espaces où se côtoient zones développées et délaissées, sous-administrées. Cette métropolisation libérale engendre des espaces souvent éphémères. C’est ainsi qu’à Houston et ailleurs, ces espaces contrastés ou antagonistes se renouvellent à un rythme rapide. L’initiative privée y produit des inégalités, des injustices, mais aussi de l’innovation. Il n’empêche que dans ce contexte d’intenses mutations, la métropolisation et les procédures spatiales qu’elle engendre assignent chacun à sa place, imposée par l’ordre économique et politique, dans le cadre d’une gigantesque lutte de placement. C’est celle-ci qui construit les espaces sociaux d’aujourd’hui. La métropolisation fonctionne comme un outil de production des injustices sociales et spatiales. Cependant, elle contribue aussi à la régulation des sociétés en organisant les modalités de leur accès à l’espace. Au Nord, on remarquera que la métropolisation fournit le seul mode pratique de traitement de l’immigration. Elle fonctionne comme un système de classement, d’aiguillage, de relégation, d’enfermement des masses humaines en mouvement. Elle traduit spatialement les inégalités sociales que produit la nouvelle économie mondialisée.

15Parce qu’elles jouissent d’une forte intégration de tous les ordres de pouvoirs, les métropoles s’affirment en tant que champs de production et d’expérimentation efficaces des innovations de tous ordres. La métropolisation offre le spectacle de la déconstruction des formes traditionnelles de la ville et de la restructuration radicale d’espaces désormais ni urbains, ni ruraux. Pourtant, il ne faut pas s’y tromper, l’immense majorité des superficies métropolitaines, faute d’institutions politiques légales, faute de moyens financiers, se caractérise par le laisser-faire. Cela pose la question de la durabilité de ces espaces métropolitains que leur territorialisation (meilleure adéquation des territoires vécus et de gestion) sauvera peut-être du chaos.

Trois publications de l’auteur

Di Méo Guy et Buléon Pascal, (2005), L’espace social, Paris, Armand Colin.

Di Méo Guy, (2001), Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

Di Méo Guy, (1995), « Les métropoles des pays développés », in Bailly Antoine, Ferras Robert et Pumain Denise, Encyclopédie de Géographie, Paris, Économica, p. 715-731.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search