Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Formes : espace public, métropolisation

L’hypothèse de la métropole nature

Gilles Sénécal

Texte intégral

1Le recours au concept de métropole nature n’est pas fortuit. Il permet d’éviter de replonger dans les oppositions stériles nature-urbanisation. De fait, il sous-tend une posture critique qui reconnaît la nature comme une partie inhérente du cadre urbain et non pas comme un contenu extérieur à l’aire métropolitaine accessoirement appelée à disparaître. Évitant toutes lectures antinomiques, nous soutenons que la combinaison des deux objets, leur articulation en quelque sorte, lève l’obstacle de la sacralisation de la nature. Disant cela, nous nous inspirons des thèses de Berger et Luckmann (1966) qui soutiennent que la réalité est le produit des connaissances et des représentations qui en découlent. Il en va ainsi des conceptions de la nature métropolitaine qui relèvent de deux procédés ayant en commun de s’appuyer sur des figures abstraites, voire topologiques, de l’espace urbain. D’une part, le recours à la métaphore illustre les interactions et les flux qui se déroulent dans l’aire métropolitaine (Sénécal, 2007 ; 2008). Que ce soit la métaphore écologique en sociologie urbaine ou celle de l’attraction gravitationnelle des sciences régionales, l’analogie est d’ordre conceptuel et ne rend pas compte des contextes ou des dimensions sensibles de la nature. D’autre part, les propositions utopistes en urbanisme, qu’elles soient de types culturaliste ou moderniste, pour reprendre les catégories de Françoise Choay (1979), nomment les traits du milieu, sans les considérer autrement que comme des ensembles planifiés de la ville idéale. Que la métropole soit ainsi soumise à des processus semblables aux communautés végétales ou à forces analogues à celles de la loi de la gravité universitaire, sa représentation paraît désincarnée, unidimensionnelle.

2En posant, d’entrée de jeu, l’hypothèse de la métropole nature, l’intention est de retrouver, par-delà la présence d’éléments compris comme relevant de la nature dans le paysage, et reconnus pour pittoresques ou esthétiques, les aspects de la nature contenus dans les représentations sociales et les structures métropolitaines. Par exemple, le cadre physique, le réseau hydrographique ou la trame verte métropolitaine constituent des structures concrètes, toujours remaniées, mais combien résilientes, pour reprendre ce terme à la mode, qui ont à voir avec l’agencement des lieux, l’organisation fonctionnelle de l’urbain, les systèmes de rente, l’offre de sport et de loisir, mais aussi avec les cadres de l’action et des interactions sociales. Cette situation d’interface entre les structures du milieu physique et l’organisation métropolitaine se traduit par un système de lieux et de flux, sur lequel sont établies ce que l’on entend par fonctions, pratiques, interactions, transactions sociales, images. Nous allons tenter de défendre cette hypothèse, ni nouvelle ni audacieuse, car largement reprise des travaux d’écoles ou de courants reconnus dans les études urbaines, en s’intéressant à trois aspects du débat sur les formes et le paysage métropolitain, soit en situant la nature métropolitaine comme une production sociale, comme la dimension oubliée des modèles de croissance urbaine ou gravitaire et comme un récit préalable aux représentations de la métropole vécue.

La métropole nature produite

3Le concept de métropole nature renvoie d’abord à deux aspects : le premier est certes le fait que la métropole s’érige sur la consommation de la nature, comme l’a soutenu William Cronon (1991), parlant de Chicago dont la bonne fortune a reposé sur la transformation du bois, des grains et de la viande. Le second, tel que mis en évidence par le même Cronon (1996), est que la nature, ici le wilderness, est en fait le produit d’interventions de toutes sortes. Ce sont des parcs, des bois, des rives et autre lieux où les rappels de la nature affleurent, devenus des sites protégés, et qui ont été remaniés voire carrément fabriqués. Que ce soit dans l’esprit du biorégionalisme de Lewis Mumford (Luccarelli, 1995) ou du design écologique (Mc Harg, 1969), ce remaniement des sites au profil naturel offre une perspective de réconciliation voulue aux fins de bien-être et de qualité de vie. Mais il y a plus, la nature se manifeste dans le cadre urbain à travers des processus, comme les cycles de l’eau ou de l’air, la pollution, les émissions de gaz à effet de serre ou encore la formation d’îlots de chaleur (Hough, 1984). Ces processus naturels opèrent dans le milieu et réagissent à toutes interventions par une série de réactions en chaîne, que recouvre aujourd’hui le terme d’écosystème urbain. La métropole y apparaît comme une machine à consommer, transformer et rejeter des ressources ainsi qu’à dégrader puis à réparer des sites. Elle est le siège d’habitats ou de biotopes, certes perturbés ou fragmentés, mais réservoirs d’espèces et témoins d’une biodiversité toujours aux aguets (Clergeau, 2007), mais dont l’ordonnancement des lieux, en réseaux, en trames ou en mosaïques, crée le support sur lequel les échanges se réalisent. Ces échanges ne sont pas que nature biophysique, loin s’en faut, puisque l’écosystème urbain doit aussi être constitué des interactions sociales qui se déroulent entre des acteurs porteurs d’intentionnalités et d’images.

La métropole nature comme contre-modèle de croissance urbaine

4On a beaucoup reproché au modèle de croissance urbaine issue de l’école de sociologie urbaine de l’Université de Chicago (Burgess, 1979) d’utiliser des notions empruntées à l’écologie végétale, dont au premier chef celui de la succession spatiale des communautés, sans se soucier du cadre urbain sur lequel ils se produisaient. Comme si ces processus successionnels, orientés en fonction d’un mouvement irrépressible vers la couronne périurbaine, n’épargnaient pas les sites agricoles ou forestiers de la frange périurbaine. La métaphore écologique était l’occasion de penser la croissance comme un processus naturel mais élaboré comme une forme topologique abstraite que d’ailleurs le schéma de Burgess représente bien. L’autre métaphore, celle de la gravité, a permis de déterminer l’attraction entre des lieux centraux, ici des flux, qui servaient également à représenter les liens entre le centre et ses couronnes, les villes satellites accrochées au contour du halo central de l’agglomération, pour constituer des conurbations étendues aux limites de la force gravitationnelle, avec pour effet de ne plus reconnaître les territoires concrets autrement que par la relation à la masse urbaine. Ces modèles toutes variantes confondues ont grandement influencé nos représentations métropolitaines, partageant la même propension à oublier le cadre physique sur lequel se déploient les dynamiques socio-spatiales. Ils paraissent aujourd’hui épuisés, si l’on entend les représentations qui, pour leur part, mettent de l’avant les formes de la nature, comme celle de l’empreinte urbaine, par laquelle on soupèse la consommation des ressources nécessaires à l’établissement urbain et les impacts environnementaux qui en résultent (Rees et Wackernagel, 2000). Si cette dernière figure paraît porteuse d’un sentiment anti-ville, elle est devenue le symbole de tous ces mouvements qui entendent contrer les processus de croissance urbaine au nom de la protection de la nature, de la biodiversité ou du nécessaire combat contre les changements climatiques. Elle est accouplée avec des modèles prescriptifs ayant pour noms l’urbanisme néo-traditionnel, l’urbanisation intelligente, le transit-oriented development (TOD) ou la communauté durable ; Peter Calthorpe (1993) en a été le chantre le plus fameux. Finalement, il y a toujours un contre-modèle de croissance urbaine même s’il est de type prédictif, normatif dirions-nous, et qu’il ne prétend pas à une valeur heuristique ou démonstrative.

La métropole nature, du récit au paysage

5Cette convergence de langage, qu’elle soit issue de théories urbaines, de l’écologie ou de propositions aménagistes, laisse entendre la constitution d’un grand récit commun, fondateur de représentations et de définitions. L’hypothèse de la métropole nature se justifie plutôt qu’elle ne se démontre sur ce cumul des discours spécialisés, opérant sur des concepts à double entrée : l’écologie de la sociologie urbaine se croise à l’écologie végétale, comme les notions de flux de mobilité et de connectivité se rapportent autant à la mobilité et aux échanges sociaux qu’à la dissémination des espèces, formant une sorte de schème commun. Celui renvoie aux représentations du paysage métropolitain, dont l’aire est définie par l’attraction du centre ainsi que par les figures des couronnes ou de la trame, faisant en sorte que paraissent unies des successions d’aires sociales, de lieux et de sites, socialement différenciés, aux usages multiples, incluant les espaces verts ou bleus qui participent, sur des bases éphémères ou pérennes, sous les traits de jardins aménagés ou de friches intempestives, au paysage métropolitain. Toutes ces variations sur les mêmes termes font en sorte d’élaborer ce récit, à même les démarches scientifiques, les pratiques des professionnels de l’aménagement ou les demandes exprimées par des citadins en quête de nature. Ce chevauchement de récits, ce cumul de pratiques et cette fusion de figures sont appareillés pour comprendre le paysage vécu de la métropole nature que les modèles d’urbanisation peinent à représenter.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Sénécal Gilles, Hamel Pierre.-J., Héraut Mariette et Saint-Laurent Diane (2008), « Urban Forest Conservation : What kind of conservation strategies for the urban forest in the Montreal metropolitan area », Journal of Conservation Planning, vol. 4, p. 1-18.

Sénécal Gilles (2004), « Nature métropolitaine, Une écologie sous tension », Cosmopolitiques, no 7, 2004, p. 149-160.

Sénécal Gilles, Hamel Pierre.-J., et Boivin Jean (2001), « Aménager la métropole nature : retour sur les efforts passés de planification dans la région de Montréal et essai d’évaluation de la situation actuelle des banlieues », Géocarrefour – Revue de Géographie de Lyon, vol. 76, no 4, p. 303-319.

Références

Burgess Ernest W. (1979), « La croissance de la ville. Introduction à un projet de recherche », in Joseph Isaac et Grefmeyer Yves, L’école de Chicago, naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, p. 131-147.

Calthorpe Peter (1993), The Next American Metropolis, ecology, community, and the American Dream, New York, Princeton Architecture Press.

Choay Françoise (1979), L’Urbanisme, utopies et réalités, Paris, Seuil.

Clergeau Philippe (2007), Une écologie du paysage urbain, Rennes, Éditions Apogée.

Cronon William (1991), Nature’s Metropolis : Chicago and the Great West, New York, W.W. Norton.

Cronon William (1996), Uncommon Ground, Rethinking the Human Place in Nature, New York, W.W. Norton.

Hough Michael (1984), City Form and Natural Process, Towards a New Urban Vernacular, Londres et Sydney, Croom Helm.

Luccarelli Mark (1995), Lewis Mumford and the Ecological Region, New York, Guilford Press.

McHarg Ian L. (1969), Design with Nature, New York, John Wiley and Sons.

Saint-Laurent Diane (2000), « Approches biogéographiques de la nature en ville. Parcs, espaces verts et friches », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 44, no 122, p. 147-166.

Sénécal Gilles (2007), « Métaphores et modèles en géographie urbaine : le continuum de l’école de Chicago à celle de Los Angeles », Annales de Géographie, no 657, 5, p. 513-532.

Sénécal Gilles (2008), « L’analyse des métaphores de la forme urbaine et les métropoles nord-américaines : débat et proposition », Métropoles, no 3, p. 63-97.

Wackernagel Mathis, Rees William (2000), Notre empreinte écologique, Montréal, Écosociété.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search