Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Formes : espace public, métropolisation

L’urbanité flexible des espaces publics

Jean-Pierre Augustin

Texte intégral

1La question de l’urbanité et du vivre ensemble est au centre des propositions sur l’aménagement et le fonctionnement des villes depuis les années 1990 et concerne de plus en plus les espaces publics. En fonction des mobilités accélérées, des flexibilités et de la dispersion des lieux, l’étude de ces espaces est indissociable d’un ensemble élargi, celui de la ville, de l’agglomération et de la variété de leurs quartiers, secteurs et fragments.

2À côté des lieux institués, de nouveaux sites sont appropriés pour des manifestations, posant la question des choix politiques, de l’aménagement et du contrôle des espaces publics et privés. Les institutions culturelles et socioculturelles offrent des opportunités de regroupements éducatifs et festifs qui s’inscrivent dans des projets collectifs valorisant le partage, l’échange et le vivre ensemble. On assiste à des processus de métissage qui mêlent les cultures d’ici et celles d’ailleurs, mais ces tendances ne signifient pas la disparition des identités locales qui se maintiennent tout en participant à l’élargissement du monde. Il convient de porter attention aux interactions sociales qui amènent chacun à être d’un et de plusieurs lieux et milieux à la fois ; dans ce jeu, chaque individu redéfinit son identité et cherche dans des réseaux fluctuants et divers de nouveaux sens à son rapport au monde. Nous posons l’hypothèse de la création d’une urbanité flexible, concept proposé dès 1998 (Augustin, 1998, 2001, 2008) laissant à chacun la possibilité de renforcer son investissement sociospatial, d’accéder à des lieux différents et d’entrer en relation avec des groupes variés en jouant avec les espaces publics des villes.

L’urbanité des espaces publics

3Les espaces publics sont une entrée incontournable pour questionner le concept d’urbanité qui revêt plusieurs significations. Dans un sens large, il désigne ce qui fait de la vie urbaine une expérience spécifique. Dans un sens plus étroit, il évoque cette « communication dans la distance » analysée par la sociologie urbaine et qui constitue le fondement des mécanismes de la sociabilité dans les espaces publics. Les espaces publics dans leur diversité, leur particularité et leur hétéronomie correspondent à un géotype urbain, un kaléidoscope et un concentré d’urbanité. Si l’urbanité définit l’essence de la ville et le caractère proprement urbain d’un espace (Lévy et Lussault, 2003, p. 966), on peut considérer les espaces publics comme étant, à la fois, des géosymboles et des opérateurs de leur organisation et de leur fonctionnement. Les propositions de Michel Lussault concernant l’urbanité peuvent être reprises et appliquées aux espaces publics. Dans ce sens, et en utilisant les termes de l’auteur, l’urbanité des espaces publics procède du couplage de la densité et de la diversité, et des interactions qu’ils permettent. Il est possible de classer, d’analyser, de discriminer les espaces publics et les variations de leur urbanité aux différents moments de leur histoire en définissant un gradient d’urbanité. Ce gradient ne se résume pas à ses dimensions matérielles ou fonctionnelles, mais intègre les réalités immatérielles liées à leur instrumentalisation, aux normes et aux valeurs collectives et individuelles qui les construisent. Dans ce jeu, la géographie, science de l’espace, rappelle que l’urbanité des espaces publics ne se réduit pas à la densité de leur usage (démographie), à leur diversité sociale (sociologie et ethnologie), à leur rôle marchand (économie), à leur organisation (aménagement et urbanisme), mais doit aussi prendre en compte leur configuration spatiale. Comme le note Lussault,

à masse égale de densité et de diversité, deux situations urbaines peuvent être qualifiées par une urbanité différente du fait même d’une différence d’agencement spatial et des potentialités particulières que celui-ci est susceptible d’offrir et qui, dans certaines circonstances, permet même à une entité urbaine de rattraper, par exemple un déficit de diversité par une spatialisation efficace de la densité et des accessibilités et contacts qu’elle autorise.

4C’est la combinaison de la densité, de la diversité et des configurations spatiales des espaces publics qui peut permettre de renouveler les analyses empiriques et de distinguer, toujours selon l’auteur, plusieurs niveaux d’urbanité. Cette invitation à la recherche, à partir d’une théorie de l’urbain et de la prise en compte des géotypes (Nijman, 2000) qui la constituent, mérite attention et ouvre des pistes pour une géographie de l’urbanité qu’il reste à élaborer (Groth et Corijn, 2005). Notons enfin que l’analyse des espaces publics, comme géotype central de l’urbanité, souligne les grandes tensions qui se manifestent dans les villes, celle du local et du mondial, celle du privé et du public (Labica, 2001) et celle de l’autonomie et de l’hétéronomie.

Questions sur l’actualité des espaces publics

5Le concept d’espace public est apparu tardivement dans les recherches urbaines en France. Si, dans les années 1970, quelques chercheurs l’utilisent pour désigner l’ensemble des lieux où les citadins se croisent et se rencontrent, ce n’est qu’à partir de la fin des années 1980 qu’il s’est véritablement affirmé. Peu à peu s’est imposée l’idée que la ville doit porter attention aux « creux » (les espaces libres) autant qu’aux « pleins » (les bâtiments), et favoriser les lieux publics, non seulement dans les zones centrales mais aussi le long des cheminements urbains qui se multiplient entre les centres secondaires (Tomas, 2001). Les recherches anciennes sur les villes, sans utiliser le concept, n’ont cependant pas ignoré la place jouée par les espaces de vie collective dans les villes et notamment le rôle des rues.

6Pour les spécialistes de la communication, le terme espace public, utilisé au singulier, désigne l’espace des débats et du parler-ensemble qui est au centre du dispositif démocratique (Habermas, 1986). Pour les aménageurs et les urbanistes, la notion d’espaces publics, utilisée au pluriel, se rapporte à des sites concrets, ne correspondant pas seulement au dégagement ou au prolongement de l’espace privé du logement mais évoquant un ensemble de lieux où les coprésences entre personnes ne se connaissant pas peuvent s’organiser. Entre ces deux acceptions, des liens existent et il est possible de travailler sur les configurations particulières se trouvant à la croisée des différents domaines d’interprétation. Comme le note Isaac Joseph, l’expérience ordinaire d’un espace public nous oblige en effet à ne pas dissocier espace de circulation et espace de communication (Joseph, 1995).

7Les recherches concernant les espaces publics et en particulier les espaces urbains ont connu ces dernières années un renouveau d’actualité, et les disciplines des sciences de l’homme et de la société s’accordent pour souligner l’importance des analyses approfondies sur les lieux publics. Nombre de travaux anglo-saxons mais aussi français, en particulier ceux soutenus par le Plan urbain (1989), ont entrepris l’inventaire de ces espaces à partir de divers points de vue où se mêlent les analyses des populations qui y travaillent, y circulent ou y résident. Les études de cas centrées sur l’expérience ordinaire des citadins se sont multipliées en s’articulant avec des questions d’aménagement et de traitement des espaces. Les sciences sociales, les sciences de l’ingénieur et les sciences de l’espace (Goheen, 1998) ont été mises à contribution, les acquis des recherches sont loin d’être négligeables (Annales de la recherche urbaine, 1993) et le champ d’investigation envisagé reste largement ouvert. Les espaces publics des villes sont présentés comme des lieux privilégiés d’interaction sociale qui favorisent un vécu commun et la formation d’une mémoire collective (Goodsell, 2003). À partir d’eux, et notamment des plus classiques, rues, places et parcs, se développe un processus de connexion des cultures urbaines. Des recherches récentes soulignent comment les espaces publics urbains doivent réinventer le sens de la ville (Ghorra-Gobin, 2001) en affirmant leur dimension symbolique qui se situe à l’interface des appartenances multiples et des identités métropolitaines. La compréhension des phénomènes urbains impose aussi le réexamen de la notion de lieu qui entretient des rapports étroits avec celle d’espace public. Les recherches théoriques soulignent l’intérêt d’une réflexion sur les dimensions concrètes, environnementales et territoriales des lieux pouvant favoriser l’émergence d’un espace public. Certains notent que le rapprochement des notions de lieu, de sujet et de récit permet de créer un espace public qui constitue une partie de la géographie morale de la ville, un espace qui, dans le meilleur des cas, est celui de la tolérance de l’autre, même s’il ne représente qu’une partie du monde urbain. Les lieux d’appartenance n’existent pas à côté ou séparément de l’espace public ; ils le recouvrent ou, plutôt, s’imbriquent avec lui (Berdoulay et Entrikin, 1998).

8On pourrait multiplier les exemples rappelant que l’affirmation d’une identité passe par une appropriation du territoire, de l’espace et du temps (Gasnier, 2006). En ce sens, l’histoire des places et des rues, comme l’étude des manifestations qui s’y déroulent et l’analyse des usages qui en sont faits résultent souvent de confrontations et de négociations entre les acteurs de la société civile et des collectivités. Ces éléments ouvrent de larges perspectives de recherches et ces espaces peuvent être considérés comme des opérateurs de polarisation dont l’étude permet une confrontation interdisciplinaire et un renouveau des approches analytiques. On peut reprendre ici la formulation de Bernard Debarbieux, « l’espace public ou l’heuristique heureuse » pour noter avec l’auteur à quel point l’actualité de l’expression correspond à une interrogation collective sérieuse, multiforme, complexe (Debarbieux, 2001) dans la mesure où elle pose à la fois la question du vivre ensemble et de l’aménagement urbain. Question majeure pour l’ensemble des villes occidentales et tout particulièrement pour celles des pays en développement.

Les fonctions cardinales des espaces publics

9La mise en scène des espaces publics, et notamment les rues, les places et les parcs, favorise les décors multiples, facilite les interactions sociales : lieux à voir, lieux pour être vu, lieux pour être avec les autres, ils permettent un jeu interactif où les rôles d’acteurs et de spectateurs sont interchangeables (Grafmeyer, 1995). Le vécu et la perception de ces lieux restent cependant complexes et les appréciations que leur portent les citadins peuvent varier selon les individus. En simplifiant, on peut distinguer cinq caractéristiques qui s’opposent et se complètent à la fois (Forest et Bavoux, 1989). Ces caractéristiques, résultant d’observations dans les villes occidentales, peuvent servir d’éléments comparatifs pour une analyse plus générale.

10La première est celle de l’anonymat qui permet à chacun de participer à un mode d’échange différent de celui de la convivialité communautaire. Cet anonymat facilite la rencontre d’individus d’âge et de milieux sociaux divers (Pétonnet, 1987). Plus que de rencontres formelles, il s’agit de croisements, d’observations, de bains de foule qui s’établissent dans un espace de désenclavement autorisant un apprentissage de la vie publique et une initiation à la diversité urbaine (Sennett, 1970, 1979). La deuxième caractéristique est de favoriser l’affichage des différences car l’anonymat est relatif et si chacun accepte pour un temps d’abandonner les habitudes et les fonctions de son enracinement local, tous affichent cependant leurs appartenances par la tenue ou l’allure : groupes ethniques, jeunes, adultes et personnes âgées, hommes et femmes se distinguent les uns des autres et trouvent là un moyen d’exister, de s’afficher et de se distinguer (Bourdieu, 1979).

11La troisième est liée aux rituels. L’observation montre que pour beaucoup la fréquentation des espaces publics s’inscrit dans la régularité des rythmes et des parcours. Si les passants occasionnels sont nombreux, une partie du public est constituée d’habitués qui s’approprient les lieux. Dans le cas des jeunes et des personnes âgées, on constate une tendance à la répétition des types d’usages. On vient chaque matin ou chaque fin d’après-midi ou encore chaque samedi pour un itinéraire quasi programmé d’un lieu à un autre ou pour une destination précise. La valeur du lieu public est de rendre possible le croisement et parfois la rencontre des personnes venues des différents points de l’agglomération, en autorisant la transversalité des groupes dont la ville est constituée (Genestier, 2006). La quatrième est celle de l’aventure et de la recherche de partenaires qui ne sont pas ceux de l’espace de proximité du domicile. On vient là pour échapper aux contraintes et habitudes quotidiennes, se dégager d’un milieu qui peut être pesant par ses routines et ses traditions (Goffman, 1974). Cette confrontation avec des possibles s’inscrit souvent dans un désir de mobilité sociale, de vivre autrement et d’aventures. Elle peut prendre des formes variées, offensives pour certains, attentes prudentes pour d’autres.

12Enfin, et c’est le caractère le plus englobant, les espaces publics sont des lieux privilégiés de socialisation ; ce qui compte c’est le regard et le côtoiement des autres. Les interactions sociales minimales questionnent sans cesse les représentations que chacun se fait de l’autre ; là plus qu’ailleurs il est possible de voir, d’observer et de participer au mélange urbain. Ce processus d’interaction des cultures apparaît clairement lors des attractions d’ordre festif, sportif et artistique où les groupes se rassemblent et forment une communauté provisoire engagée dans une expérience relationnelle éphémère (Germain, 1997).

13Le rappel de ces éléments ne doit cependant pas réduire les espaces publics à des lieux d’intégration à un système établi. La question de la gestion des espaces publics et des rues, notamment celle liée aux exclusions (Zeineidi-Henry, 2002), aux émeutes et aux revendications, mérite attention. Les recherches notent les problèmes de gestion de ces espaces et insistent sur les exclusions, les incivilités, les violences et les conflits qui s’y déroulent. Ils sont également, lors des phases d’effervescences urbaines, des lieux de manifestations et d’affrontements capables de contester et de défaire les pouvoirs politiques.

14Cette diversité du rôle des espaces publics renforce l’idée d’une urbanité flexible favorisant les interactions à la fois sociales et spatiales liées aux formes variées de représentation, d’appartenance et d’engagement des citadins. Cette urbanité flexible participe aux nouveaux référentiels de la modernité démocratique qui n’est plus seulement celle de l’État-nation, mais s’inscrit dans la pluralité d’identités multiples et de coexistences de groupes qui pose la question de la citadinité et de la citoyenneté dans les lieux communs des villes.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Augustin Jean-Pierre (dir.) (2008), Sites publics et lieux communs 2 : urbanité et aménagement des rues et des ponts au Canada et au Québec, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Augustin Jean-Pierre et Sorbets Claude (dir.) (2000), Sites publics et lieux communs : aperçus sur l’aménagement des places et des parcs au Québec, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Augustin Jean-Pierre et Latouche Daniel (dir.) (1998), Lieux culturels et contextes de villes, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Bibliographie

Ascher François (1995), Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob.

Berdoulay Vincent et Entrikin Nicholas (1998), « Lieu et sujet, perspectives théoriques », L’espace géographique, no 2, p. 111-121.

Bourdieu Pierre (1979), La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Cabin Philippe (2000), « L’essor de la sociologie interactionniste », dans Cabin Philippe et Dortier Jean-François (dir.), La sociologie : histoire et idées, Auxerre, Éditions Sciences humaines, p. 99-102.

Castells Manuel (1989), The informational city : information technology, economic restructuring and the urban-regional process, Oxford, Blackwell Publishers.

Chalas Yves (2000), L’invention de la ville, Paris, Economica.

Choay Françoise (1988), « Rue », in Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, PUF, p. 593-595.

Coulon Alain (1992), L’école de Chicago, Paris, PUF.

Debarbieux Bernard (2001), « L’espace public ou l’heuristique heureuse », in Ghorra-Gobin Cynthia, Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan, p. 17-21.

Forest Claude et Bavoux Pierre (1989), En passant par le centre : la rue de la République, anthropologie d’un espace public en question, Paris, Cerfise, Plan urbain.

Gasnier Arnaud (2006), « Entre privatisation des lieux publics et publicisation des lieux privés », Urbanisme, no 346, p. 70-73.

Genestier Philippe (2006), « L’expression “lien social” : un syntagme omniprésent, révélateur d’une évolution paradigmatique », Espaces et Sociétés, no 126, p. 19-34.

Germain Annick (1997), « La redécouverte de l’espace public : regards d’architectes et de sociologues », dans Tomas François (dir.), Espaces publics, architecture et urbanité de part et d’autre de l’Atlantique, actes des septièmes Entretiens Jacques Cartier, Chambéry, Publications de l’Université de Saint-Étienne, p. 25-31.

Ghorra-Gobin Cynthia (dir.) (2001), Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, Montréal, L’Harmattan.

Giddens Anthony (1994), Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Goffman Erving (1974), Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit.

Goheen Peter G. (1998), « Public space and the geography of the modern city », Progress in Human Geography, vol. 22, no 4, p. 479-496.

Goodsell Charles T. (2003), « The concept of public space and its democratic manifestations », American Review of Public Administration, vol. 33, no 4, p. 361-383.

Grafmeyer Yves (1995), « Sociabilités urbaines », dans Ascher François (dir.), Le logement en questions : l’habitat dans les années quatre-vingt-dix : continuité et ruptures, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Groth Jacqueline et Corijn Eric (2005), « Reclaiming urbanity : indeterminate spaces, informal actors and urban agenda setting », Urban Studies, vol. 42, no 3, p. 503-526.

Habermas Jürgen (1978), L’espace public, Paris, Payot.

Hannerz Ulf (1983), Explorer la ville, Paris, éd. de Minuit.

Jacobs Jane (1961), The Death and Life of Great American Cities, New York, Vintage Books.

Joseph Isaac (1998), La ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Joseph Isaac (dir.) (1995), Prendre place : espace public et culture dramatique, Paris, Éditions Recherche-Plan Urbain.

Labica Georges (2001), « Public/privé, un couple incertain », Villes en parallèle, no 32-33-34, p. 30-35.

Lévy Jacques (1994), L’Espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques.

Lévy Jacques et Lussault Michel (2003), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

MacLeod Gordon et Ward Kevin (2002), « Spaces of utopia and dystopia : landscaping the contemporary city », Geografiska Annaler, vol. 84, no 3-4, p. 153-170.

Merlin Pierre et Choay Françoise (1996), (dir.), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, Presses Universitaires de France.

Nijman Jan (2000), « The paradigmatic city », Annals of the Association of American Geographers, vol. 90, no 1, p. 135-145.

Pétonnet Colette (1987), « L’anonymat ou la pellicule protectrice », Le temps de la réflexion VIII, p. 247-261.

Plan urbain (1989), La gestion des espaces publics et la construction sociale de l’urbanité. Appel d’offre du Plan Urbain, décembre 1989. Voir en particulier le numéro 57-58 (mars 1993) de la revue Les Annales de la Recherche Urbaine intitulé « Espaces publics en villes ».

Roux Michel (2004), « L’espace public peut-il vraiment être public ? », dans Berdoulay Vincent, da Costa Gomes Paulo C. et Lolive Jacques (dir.), L’Espace public à l’épreuve : régressions et émergences, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 75-86.

Sennett Richard (1970), The uses of disorder, Harmondsworth, Penguin.

Sennett Richard (1979), Les tyrannies de l’intimité, traduit de l’américain par Antoine Berman et Rebecca Folkman, Paris, Seuil.

Simmel Georg (1964 [1905]), « The metropolis and mental life », dans Simmel Georg et Wolff Kurt (dir.), The sociology of Georg Simmel, New York, Free Press.

Tomas François (2001), « Du centre civique à l’espace public », Géocarrefour, revue de géographie de Lyon, vol. 76, no 1, p. 3-4.

Zeneidi-Henry Djemila (2002), Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Paris, Bréal.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search