Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Apparences et structures

Le patrimoine comme sens de l’histoire urbaine : les obstacles

Jean-Marie Billa

Texte intégral

« Sous les coulées de lave de l’urbanisation contemporaine, survit un patrimoine territorial d’une extrême richesse, prêt à une nouvelle fécondation, par de nouveaux acteurs sociaux capables d’en prendre soin.
Ce processus est en voie d’émergence, surtout là où l’écart entre la qualité de vie et la croissance économique est le plus flagrant.
C’est dans une telle rencontre entre patrimoine et énergies novatrices, c’est dans une culture de la valorisation des ressources du milieu par ses habitants que réside la clé stratégique d’un développement soutenable et non dans quelques prothèses techniques supplémentaires. »
Alberto Magnaghi, Le Projet local, traduit de l’italien sur l’initiative de Françoise Choay, Mardaga, 2000.

1La réutilisation du patrimoine permet de rétablir le cours de l’histoire urbaine, trop longtemps soumise à la refondation par la « table rase ». En conséquence, il faut non seulement le réhabiliter mais surtout le « réhabiter ». Un tel processus ne peut s’envisager sans l’adhésion des habitants en construisant une « nouvelle alliance » entre l’urbs et la civitas, c’est-à-dire entre la ville matérielle et la ville immatérielle. Tel est le rôle central des élus qui doivent ainsi favoriser la naissance d’une nouvelle « sagesse environnementale ».

2Pourtant, la recherche du patrimoine vivant demeure un parcours semé de nombreux obstacles, survivants durables de l’approche fonctionnaliste.

Les inerties réglementaires

  • La reconversion du patrimoine vers de nouveaux usages ne peut évidemment contourner la conformité en matière de sécurité incendie et d’accessibilité des personnes à mobilité réduite : dans ces domaines, les dérogations peuvent être obtenues par la mise en œuvre de solutions dites « compensatoires ». Pour illustrer la problématique, il convient de noter qu’une trame médiévale, composée généralement de voies de moins de huit mètres de largeur, pénalise à priori l’aménagement de locaux d’hébergement de nuit au-delà du premier étage pour des établissements recevant du public : dans ce cas l’installation d’une détection de fumées est indispensable pour que les fenêtres des chambres puissent s’ouvrir et par conséquent il vaut mieux interdire de fumer dans ces mêmes locaux…

  • Plus prosaïquement, les capacités porteuses des murs en maçonnerie de pierre sont à ce point jugées aléatoires qu’aucun bureau de contrôle ou bureau d’études techniques n’accepte d’engager facilement sa responsabilité : les compromis s’échafaudent sur le chantier au coup par coup, sans légitimation extérieure. Par exemple, l’examen visuel des fondations d’une aile de couvent du xviie siècle par sondages successifs peut être requis pour éviter sa démolition-reconstruction et par conséquent autoriser son maintien dans le cadre de la restructuration d’une maison de retraite.

  • Une telle complexité peut dissuader les investisseurs publics ou privés. Elle tient à la pérennité d’un arsenal juridique parfaitement ajusté à la construction neuve et largement inadapté au recyclage de l’existant. L’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat a recherché et diffusé de nouvelles postures face aux bâtiments anciens mais ses compétences se limitent au logement : le principe de précaution demeure prépondérant. Les déverrouillages à l’application stricte de la règle tiennent surtout au « courage » toujours imprévisible des commissions officielles et des « sachants » professionnels. Sans doute une telle situation relève-t-elle d’une accoutumance paradoxale.

Les préjugés fonctionnalistes

3Le renouvellement de la ville sur elle-même, substance même de la loi SRU et par conséquent des PLU, ne peut éviter la question de la desserte des services (transports en communs, parcs souterrains, etc.).

  • L’inclusion d’un nouveau service au cœur d’un centre historique peut être compromise par les contraintes de stationnement incluses dans les règlements d’urbanisme. L’équilibre financier d’un complexe cinématographique peut requérir aux yeux de l’exploitant l’exonération de la redevance légale prévue en l’absence de garage privé. Par ailleurs, au sein d’une application dépassée du principe « no parking, no business », les centres médicaux regroupés se multiplient à l’entrée des villes après avoir évacué le cœur des bourgs.

  • Trop couramment, l’implantation péricentrale ou même périphérique sera privilégiée. C’est ainsi que peuvent être installés un centre culturel ou une Maison de la petite enfance au cœur de zone d’activités, avec l’assentiment de tous les intervenants concernés. En effet, les organismes privés présidant à la programmation des équipements publics se caractérisent régulièrement par l’absence de toute préconisation en termes d’insertion urbaine.

  • Les contrexemples ne manquent pas ailleurs : en Italie, une petite ville a renoncé à l’exil de son collège « en ceinture » pour étendre le site originel dans les immeubles contigus du centre historique. L’établissement possède désormais sept étages, trois ascenseurs et une cour de récréation occupant le toit de la salle de sports ! Sans doute s’agit-il d’une autre culture urbaine…

Les poncifs de l’imaginaire collectif

4Le recyclage d’un ensemble historique ne peut qu’« interpeller » les représentations sociales en vertu du principe d’identité culturelle, remis à l’honneur après les Trente Glorieuses.

  • Les démarches de conservation pour les générations futures conduisent à expliquer la forme du contenant construit d’une ville par les qualités de son site et à minorer la part d’aléatoire induite par ses contenus sociologiques successifs. De ce point de vue, peut être constatée la rédaction quasiment à l’identique des règlements attachés à la Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager, alors que la réactivité sociale à la question du patrimoine n’est pas la même selon les communes considérées : la labellisation de l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité porte en germes le risque de mise sous tutelle des habitants sous une « police de l’esthétique urbaine » relevant d’une forme de pensée unique. Dans ces conditions, la notion de patrimoine international pourrait bien succéder au slogan d’« architecture internationale ».

  • De même, l’insertion de nouvelles attributions pour un monument historique peut soulever des interrogations révélatrices. D’un côté, le vieux réflexe hygiéniste peut jouer : l’ancienneté ne risque-t-elle pas de porter en germes l’insalubrité ? À l’opposé, la rétention élitiste peut s’avouer : la noblesse de l’édifice n’exige-t-elle pas l’excellence dans son utilisation ? Les deux attitudes convergent objectivement sur la même conclusion : il convient de réserver un moment historique à des activités à haute plus-value culturelle donc non solvables auprès de la plupart des collectivités territoriales.

  • Là encore, la multiplicité des solutions ne manque pas. À Barcelone, les centres civiques de quartier occupent des lieux à forte valeur patrimoniale : la médiathèque peut alors être mise au service de la lecture de la muraille romaine et le rempart peut célébrer la magie de la communication. Sans doute les services municipaux et les professionnels raisonnent-ils par interdisciplinarité…

Conclusion

5L’acceptation de la ville comme « machine à habiter » promue par le mouvement moderne doit être réconciliée avec sa dimension de « partenaire anthropomorphisé », relevée par Raymond Ledrut au tournant des Trente Glorieuses (in Les Images de la ville, Paris, Anthropos, 1973).

6L’habitant doit se retrouver en position de cosignataire de la « saga » de sa ville pour devenir le meilleur garant de la pérennité de son patrimoine en lui conférant une signification contemporaine (peut-être ce phénomène se déroule-t-il sous nos yeux avec la reconquête des quais à Bordeaux ?).

7Dans un village girondin, en 1954, une maison forte classée monument historique était détruite avec toutes les autorisations officielles requises. Quarante ans après, les sapeurs-pompiers choisissaient pour leur calendrier annuel de poser devant la façade médiévale du même village côté Garonne : décidément l’urbs ne peut se passer de la civitas.

Bibliographie

Publication de l’auteur

Billa Jean-Marie, « Patrimoine mondial par le haut ou par le bas ? » in Bordeaux – Unesco. Les enjeux du patrimoine mondial de l’humanité, Bordeaux, Bastingage, 2008, p. 175-179.

Auteur

Architecte dplg, Maître-assistant à l’École Nationale d’Architecture et de Paysage de Bordeaux

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search