Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Apparences et structures

La ville est-elle soluble dans l’urbain ?

Guy Burgel

Texte intégral

1Depuis plus de deux décennies, les perspectives de la recherche urbaine paraissent se placer sous un défi permanent, qui pourrait tenir en deux affirmations rapides : puisque tout devient urbain, il n’y aurait plus de ville, et la géographie perdrait de sa légitimité, quand toutes les agglomérations de la planète finissent par se ressembler. Rien n’est moins sûr. Mais, c’est certainement la seconde menace qui est la plus visible. En dépit de tous les renouvellements disciplinaires, des préférences affichées pour les « acteurs » et les « processus » plutôt que pour les monographies territoriales, le géographe demeure marqué par le souci de la différenciation spatiale. Dans notre domaine, le maître-livre est longtemps resté La Ville, le fait urbain à travers le monde de Pierre George (PUF, 1952), grâce à l’intelligent mélange d’une vision économique globale des rapports de production (les pays capitalistes, les nations socialistes, le tiers-monde) et de présentations schématiques de la forme des villes (les fameux plans fonctionnels en noir et blanc qui illustrent l’ouvrage). Les prémisses du raisonnement ont volé en éclats. L’effondrement du communisme a ramené la croissance mondiale autour du seul modèle de l’accumulation libérale, et les « nations sous-développées » se sont morcelées en autant de « dragons », « pays émergents » ou « très dépendants » (voir mon ouvrage Du tiers monde aux tiers mondes, Dunod, 2000). Plus encore, paysages et problèmes se sont unifiés, notamment dans les très grandes villes. De l’Amérique latine à l’Asie du Sud-Est, les mêmes tours de béton et de verre, les mêmes autoroutes encombrées jour et nuit de véhicules polluants, accueillent le visiteur. Surtout les mêmes questions sont proposées à la sagacité de l’observateur, promu « expert » : la coexistence de la richesse et de la pauvreté, la crise du logement, l’engorgement des mobilités urbaines, et de plus en plus le développement durable. Il faut pourtant résister à ce rouleau compresseur de l’impression visuelle et de l’approximation politique. Les mêmes logiques (croissance métropolitaine déséquilibrée et déséquilibrante, carence des transports publics, alibi, plus que vertu, des considérations environnementales) n’engendrent pas les mêmes effets matériels et sociaux et ne conduisent pas nécessairement à des stratégies urbaines identiques. L’histoire politique, les cultures et les pratiques, les patrimoines architecturaux et monumentaux, constituent le véritable ADN des villes, qui infléchit les diagnostics et individualise les solutions. La géographie retrouve son pouvoir d’invention, même si l’identité des lieux disparaît aujourd’hui sous l’abstraction du « local ». Mondialisation n’est pas uniformisation.

2Une deuxième crise plus massive risque de submerger le concept même de ville. Depuis son apparition, c’est la notion de condensation humaine, de compacité et de continuité spatiales plus encore que de densité démographique qui a identifié universellement la cité. Enfermée dans ses murailles, ou définie par des limites sans cesse repoussées vers la périphérie, fruit de la lente sédimentation des pouvoirs et des hommes, ou résultat instantané de l’acte fondateur du héros éponyme, la ville ne souffrait guère d’exception dans ses caractéristiques de reconnaissance matérielle et physique. Un demi-siècle de croissance exacerbée à toutes échelles (la population urbaine française passe statistiquement de 20 à 40 millions d’individus au cours des cinquante dernières années, celle du globe dans la même période de 800 millions à 3 milliards de terriens) a bouleversé ces certitudes millénaires. Pour la première fois de l’histoire, il n’y a plus de commune mesure entre l’augmentation du nombre des citadins et la croissance des territoires qu’ils occupent. Dilutions périphériques, discontinuités massives, étirements suivant les grands axes de communication, urban sprawl, ont massivement rompu avec la ville « fermée », ramassée, sans perspective, eu égard aux distances et aux surfaces concernées, de colmatage à échéance historique prévisible. L’ubiquité de la diffusion de l’automobile, plus encore que l’accélération des mobilités, est largement responsable de cette révolution des rythmes et des matérialités. Elle a ses théoriciens, dans les laudateurs de l’edge city, de la « ville émergente », qui voient en elle, beaucoup plus que dans les quartiers anciens, le creuset de l’innovation et des pratiques créatives, économiques et culturelles. En est-on si assuré ? Dans l’agglomération parisienne, les structures d’âge sont en train de basculer à nouveau : les zones centrales rajeunissent, sous l’effet de la gentrification, et certains secteurs périphériques (les anciennes « villes nouvelles » notamment) vieillissent rapidement, à la suite de leur peuplement massif au cours des années soixante-dix. Et conséquence des difficultés de circulation, le recensement de 2006 atteste aujourd’hui de dynamismes plus importants dans les vieilles banlieues consolidées proches de Paris que dans les couronnes externes de la métropole. De toute façon, jamais la « consommation » du centre-ville (commerces, musées, distractions, simple spectacle de la rue) n’a été aussi évidente. Le sens de l’histoire n’est donc pas univoque. La discordance des territoires résidentiel, fonctionnel, administratif, est plus préoccupante en termes de gestion, qu’inquiétante pour la disparition de la ville. Que l’on s’en satisfasse ou non, la ville a certainement encore, comme le capitalisme, de multiples formes d’adaptation à des conditions matérielles et sociales différentes.

3À condition toutefois qu’on soit plus sensible à des révolutions dans la signification de l’urbanisation, bien plus importantes que tous les changements de l’apparence paysagère ou des configurations spatiales. Pendant longtemps, les villes furent d’abord le siège du pouvoir politique et religieux, et l’expression la plus élaborée de la civilisation, dans des sociétés traditionnelles, où l’essentiel de l’accumulation venait encore de l’exploitation agricole de la terre, qui permettait de dégager des surplus pour la création et l’entretien de cités démonstratives d’apparat et de puissance. Persépolis, dans le désert iranien, occupée une quinzaine de jours par an pour le versement du tribut de tous les peuples de la Perse au roi des rois, peut apparaître dans son décor de marbres et de sculptures monumentales le symbole même de ces villes éphémères, majestueuses et gratuites. La révolution industrielle, à partir du xviiie siècle, change, au moins en Occident, ces équilibres historiques immémoriaux. L’usine, dévoreuse de capital, d’énergie et de main-d’œuvre, la fabrication des produits manufacturés deviennent, dans la ville et par la ville, les véritables sources de l’enrichissement individuel, puis collectif. Par elle, à travers luttes sociales et combats politiques, le bien-être matériel se diffuse, très inégalement, mais finalement très efficacement, parmi des habitants de plus en plus nombreux en quantité et en proportion de la population totale. La « ville-outil » se révèle bientôt comme le plus formidable instrument d’accélération et de dispersion du progrès, jamais connu dans l’histoire. C’est cette immense parenthèse qui s’est sans doute fermée sous nos yeux. Dans les pays riches, la désindustrialisation ruine la production matérielle et fait vaciller le processus redistributif. En dépit de Saskia Sassen, et de ses global cities, il n’est pas sûr que le maintien de la suprématie des grandes métropoles dans la tertiarisation et la mondialisation de l’économie ne soit pas autant dû à des raisons culturelles qu’à des logiques techniques de l’entreprise et du travail : pour les golden boys et les golden girls de New York, les théâtres de Broadway et les bistrots de South Street Seaport peuvent avoir autant d’attraits que les gros ordinateurs de Wall Street. Dans les pays du Sud en tout cas, l’urbanisation, galopante, s’explique plus par des raisons sociétales (l’éducation, la santé, la sécurité, même relative) que par des logiques proprement économiques. Est-ce si dramatique pour la survie de la ville ? N’est-ce pas au contraire retrouver sous des formes différentes les vertus initiales de la cité, mode d’organisation collective de la société avant d’être appareil de production de la richesse ? Et depuis trente ans, le télétravail piétine sans doute moins pour des raisons techniques que pour l’ineffable plaisir que les hommes trouvent à vivre et à œuvrer ensemble.

4C’est la même mise en perspective historique qui préside à l’autre grande mutation du rôle de la ville : l’inversion des centralités. Avant même la découverte de Christaller, et la vulgarisation des attractions gravitaires et des réseaux urbains, on savait que la ville organisait et « commandait » le plat pays, que les paysans venaient se réfugier au pied des acropoles en temps de guerre, ou vendaient leurs produits agricoles sur l’agora, dès le péril passé. Les comédies d’Aristophane bruissent de ces échanges ville-campagne, où le Béotien, fruste, commerce avec l’artisan, ou l’« intellectuel », athénien, rusé et retors. On inventa ainsi la centralité « locorégionale », tournée vers l’intérieur, plus de deux millénaires avant que Raymond Dugrand en fit magistralement la démonstration dans ses campagnes languedociennes : Montpellier, ville de robe et de toge, propriétaire et capitale d’un vignoble de masse (Villes et campagnes en Bas-Languedoc. Le réseau urbain du Bas-Languedoc méditerranéen, PUF, 1963). Mais en quelques lustres, les relations ont plus changé qu’en des dizaines de siècles. Les campagnes se sont vidées, les échelles se sont ouvertes, les discontinuités des territoires ont succédé à l’emboîtement régulier des espaces. De hiérarchisés, par la taille et les services, du bourg à la grande agglomération, les systèmes urbains sont devenus horizontaux, chaque ville jouant en priorité dans sa poule : les capitales mondiales rivalisent et échangent – sièges sociaux ou œuvres d’art – avec d’autres capitales mondiales, les métropoles régionales entrent en résonance avec d’autres métropoles régionales, en dehors même de leurs territoires nationaux. D’interne, la centralité est devenue externe : c’est la reconnaissance de l’« étranger » qui assure aujourd’hui la suprématie locale. Montpellier ne demande plus allégeance à Nîmes ou à Sète, c’est Paris, Barcelone ou Milan, qui lui confirment sa souveraineté incontestable sur le Languedoc. Est-ce pourtant si nouveau ? En leur temps, Délos, emporium égéen de la puissance grecque à l’âge classique, Venise, terme occidental de la longue route chinoise de la soie, jouaient déjà ce rôle dans l’échange lointain, dans la constitution d’une centralité hors sol, en quelque sorte, qui tire sa légitimité de l’itinéraire maritime ou terrestre – il faudrait maintenant ajouter aérien – plus que de l’aire de chalandise proche. Élargissement braudélien, qui fait passer l’économie – et la ville – monde du « millième » précieux qui voyage – l’or, l’argent, les épices – à la banalité des denrées qui sillonnent désormais la planète. Les villes en sont à la fois l’origine et l’aboutissement.

5Bref, la révolution urbaine contemporaine bouleverse les données de la ville. Mais elle en signe plutôt les marques de renaissance que de mort. Une seule vraie hypothèque pourrait assombrir cette revanche inattendue : la carence du politique. On en a déjà évoqué un des signes matériels : la dysharmonie croissante entre l’extension continue des agglomérations et la fixité des frontières administratives. Dans la capitale française, plusieurs centaines de communes, huit départements, une région, l’état, sans compter quelques poignées d’intercommunalités, se disputent le sort d’une dizaine de millions d’habitants, de cinq millions d’emplois, parmi les plus compétitifs de la planète. Le premier défi du Grand Paris réside dans cette disjonction radicale de l’Urbs et de la civitas. Ironie de l’histoire, le désir légitime de gestion de proximité, de pouvoir décentralisé, de démocratie locale et participative, ajoute à la contradiction des temps. Au moment où la crise économique, sociale, écologique, morale même, exige dans la ville un gouvernement démocratique de la cité, et une stratégie globale d’affrontement des enjeux d’avenir vitaux, les citoyens sont attirés par les égoïsmes étroits du nimbysme (not in my back yard), et les élus plus tentés par les gourous de la communication ou de l’architecture-spectacle que par le courage lucide du risque assumé et de la vision prospective. Cet affaissement de l’acteur politique laisse face à face les acteurs sociaux et les acteurs économiques dans une gouvernance molle, aussi à la mode qu’inéquitable pour les plus faibles, et qu’inefficace pour les choix les plus pressants. La ville redevient politique au moment où les citadins se détournent du politique. Dans cette contradiction fondamentale, résident sans doute le plus grand péril pour la ville aujourd’hui, mais aussi la plus nécessaire des exigences pour retrouver la concordance des temps de la cité.

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Burgel Guy, Paris meurt-il ?, Perrin, 2008.

Burgel Guy, La revanche des villes, Hachette, 2006.

Burgel Guy, « De la ville-outil à la ville ludique », Villes en parallèle, no 3, octobre 2004.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search