Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Apparences et structures

Comment la ville prend-elle forme ?

Michel Pétuaud Létang

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’une ville ? A-t-elle une forme ?

2La ville n’est pas une chose normée, limitée et satisfaite de son état, de sa forme. La ville est un être vivant, fragile et mortel. Elle n’est pas un tas de pierres, une forme percée de rues. Elle est jouissance et pulsions, cris, pleurs, sueurs, joies et bonheurs. Elle est émotion.

3L’état de ville n’est pas un fait du hasard, et n’est pas, non plus, la correspondance à une forme préétablie.

4Artificielle, elle est le foyer géométrique d’ensembles culturels discriminants, dont l’organisation possède un sens naturellement compris par ceux qui y vivent.

5Elle est la sédimentation de multiples générations qui ont patiemment érigé leurs espoirs et leurs passions dans le respect d’une œuvre commune qui jamais ne se finit. Elle se transforme sans cesse.

6Elle prend corps lorsqu’elle acquiert une autorité dont l’influence sur les territoires proches et lointains la différencient du hameau, du bourg, du village. Elle devient alors le symbole d’une région, le refuge de sa population, le sanctuaire d’une civilisation, l’ennemie à piller pour les peuples nomades, la concurrente à anéantir hommes et biens pour les autres cités.

7Parler de forme n’a de sens que pour un instant donné car sa configuration ne cesse de se transformer au gré de son histoire et celle-ci est complexe.

8Elle quitte son état de village lorsqu’elle possède toutes les caractéristiques nécessaires et suffisantes pour devenir une ville.

9Ces avantages que j’appelle « gènes urbains », sont la résultante des caractères physiques, historiques, socio-économiques, culturels et spirituels qui déterminent cette ville et en font l’originalité. Éléments discriminants, référant de l’espace et du temps, fondements de l’identité et de la permanence, ils sont élaborés et sélectionnés progressivement à travers l’histoire souvent dramatique de la ville.

10Ce statut, la ville l’acquiert grâce à une conjugaison heureuse et harmonieuse des qualités du site et de la compétence de ses habitants qui ont su en tirer parti pour imposer sa domination à tout un territoire qui en devient son vassal et avec lequel elle a tissé un réseau de liaisons essentielles et vitales.

11Cette mutation n’est pas permise à toutes les urbanisations. Les choix originels sont capitaux et déterminants.

12Il y a deux origines à l’existence d’une ville.

13Soit sa création est spontanée. Sur un site particulier, un peuple nomade décide de se fixer car le lieu est propice au développement d’activités lucratives dans un environnement apte à les nourrir en permanence.

14Soit elle est due à une décision politique qui l’impose.

15Dans le premier cas, le plus répandu, l’organisation dans l’espace dépend d’abord de l’intérêt économique du lieu et de sa qualité à protéger les populations. La disposition des volumes bâtis qui, juxtaposés, formeront une cité puis une ville, dépend donc essentiellement des qualités du site : sa géographie, son climat, sa situation stratégique, son terrain.

16Le génie des fondateurs est tel qu’ils n’envisagent jamais d’installer leur premier établissement sans que ces éléments ne soient pris en compte. L’homme et le lieu s’imposent à la forme.

17Par l’intelligence de leurs premiers choix, leur adaptation au milieu, à la topographie, aux accès, les premiers habitants créent les traits essentiels des gènes urbains dont le respect lors de la croissance de la cité assure une expansion harmonieuse et réussie. L’esprit du lieu est là, l’embryon de la forme aussi.

18Dans le deuxième cas, la forme préexiste dans le choix du décideur et un plan rationnel, théorique est imposé à l’espace et aux hommes. Une volonté impérieuse de respecter une hiérarchie et un ordre social, politique et religieux, trace sur le site sans tenir compte de ses qualités abiotiques un plan à la gloire du politique-décideur.

19De ces deux principales causes de naissance de la ville dépendent et l’avenir et les formes successives répondant à l’évolution.

20Dans le premier cas le choix est réfléchi par ceux qui ont découvert les qualités du lieu et qui vont en développer les avantages. Ce lieu est soit une anse propre à abriter un port dans une stratégie de logistique dépendant des productions locales et de leur exportation ou du besoin d’importer matières ou objets manufacturés utiles aux peuples indigènes, soit le croisement de deux voies qu’elles soient de terre ou d’eau ou les deux, qui permet échanges, transformations, contrôle des flux commerciaux.

21L’intelligence de l’inscription dans le site, la maîtrise économique du territoire, les liaisons proches et lointaines assurées vont naturellement générer l’éclosion à l’état de ville. Dans le respect de ces dispositions, forme et avenir peuvent être assurés, malgré les agressions qui seront plus fréquentes et violentes plus la ville est importante.

22Dans le second cas, rien ne permet de croire en la permanence de cette implantation voulue dès le départ comme ville. Si la forme existe, la ville ne perdure, quand elle perdure, qu’avec des soutiens artificiels. Ces villes qui ont pris forme arbitrairement disparaissent avec les subsides. À forme artificielle, avenir incertain.

23En effet, la ville ne naît pas d’un regroupement imposé d’agriculteurs ou autres, elle est l’espace où le talent des habitants peut s’épanouir dans la création, la transformation, le commerce puis l’administration, l’éducation.

24De hameau, elle devient ville lorsque les bénéfices que les productifs tirent de leurs activités permet de financer des improductifs : prêtres, soldats qui sous l’autorité d’un chef, élu ou pas, protègent des esprits mauvais et des ennemis. Ils construisent des édifices pour leurs souverains, leurs dieux, leurs héros, puis les lieux d’enseignement pour transmettre leurs savoirs.

25La ville se réalise par ces monuments et ces institutions qui assurent son rayonnement. Ces bâtiments étant élevés et les contraintes du lieu analysées, la distribution des bâtis et des rues sera uniquement dépendante de la meilleure façon de pratiquer les activités qui sont le succès du bourg initial. L’économie dicte sa loi à la forme.

26Cependant la position des improductifs dans l’espace bâti prend une place importante. Elle influe sur l’organisation de l’urbs et ses contours. Si les lieux d’activité restent aux emplacements indispensables à leur développement – près du port ou du croisement fondateur et vital –, les gouvernants et les prêtres veulent être aux points les plus hauts et les plus centraux pour affermir leur autorité, les nobles près d’eux, les autres classes de la société selon le rang de leur métier, les plus pauvres après. La cité exprime une structure sociale, un fonctionnement sociétal. Quand rigueur, équilibre, harmonie en plan et en volume de ces dispositions sont atteints, la forme initiale de la ville prend corps.

27Au cours des ans les voies sont retracées en magnifiant les perspectives sur les monuments significatifs et symboliques de l’importance et du rôle de la cité. Les places, forums aèrent le tissu très dense des configurations originelles. L’ensemble vise à l’épanouissement du citoyen.

28Invasions, guerres, sacs, incendies portent des coups violents. Les villes dont les raisons de la création et de la permanence sont sur une position logistique et économique incontournable perdurent. Elles en tirent parti.

29La ville évolue, la forme se modifie au profit de l’homme.

30La configuration n’est pas figée même si la construction de remparts ont pour un temps limité l’expansion. Celles qui avaient un impérieux besoin d’espace pour assurer la continuité de leurs activités ont su les trouver à l’extérieur, déformant l’image rigide que les murs ont cru imposer. En fait ceux-ci ne protègent que les acteurs payant l’impôt. Monastères ou propriétés religieuses restent à l’extérieur, offrant des territoires de qualité pour des activités qui ne peuvent plus trouver place entre les murs. De nombreux faubourgs naissent alentour à une lieue, les banlieues. Quelle est alors la forme de la cité ? Celle limitée par les murailles, plusieurs fois reconstruites, ou celle comprenant l’ensemble des espaces associés qui gravitent autour dans une économie réciproque ?

31Au Moyen âge et plus tard à la Renaissance la forme de la ville est une préoccupation que les peintres ont traduit dans la recherche de la ville idéale ou éternelle, la Jérusalem céleste. La ville est humanisme. Vides et pleins correspondent à une vision philosophique de l’espace de vie des habitants. Ce n’est pas seul le plan, mais le profil de la cité qui prend une importance considérable. Plan et volume se conjuguent dans une silhouette belle et puissante de loin et de près, capable de graver dans les mémoires l’image de la ville qui correspond à son rang. Cette image est indispensable et consubstantielle à la condition de ville. La forme est à son apogée.

32Le développement des voies de circulation terrestre provoque, à la sortie des villes, le long des accès, la construction d’ateliers et d’habitats qui ne peuvent trouver leurs places dans la cité. La ville prend alors des formes étonnantes étirant telles des tentacules, d’interminables fixations urbaines, avalant les banlieues. En dehors de l’intérêt économique de ces excroissances, aucune préparation raisonnée n’a présidé à leur installation. La ville subite ces extensions dictées par l’économie. De quel type de forme peut-elle alors se prévaloir ?

33À chaque révolution économique correspond une révolution urbaine. Le centre historique refuge de l’identité et du charisme évolue peu, même s’il subit le phénomène de destruction-reconstruction, mais l’emprise générale s’étend. Jusqu’où ?

34L’accélération des concurrences urbaines, l’apparition de nouvelles technologies, la nécessité de réapprendre à se déplacer, se nourrir, échanger mènent sans cesse à une nouvelle réflexion sur la ville. Comme pour les précédentes révolutions technologiques, arriverons-nous trop tard ? Si la ville a l’obligation impérieuse d’évoluer afin d’offrir à ses citoyens la qualité des services qu’ils sont en droit d’attendre, pourquoi les nouvelles conurbations, à l’évolution malheureusement incontrôlée, sont-elles devenues informes ?

35Elles ne procurent plus d’émotion. Sont-elles encore des villes ?

36Est-il encore nécessaire de parler de forme ?

Bibliographie

Trois publications de l’auteur

Pétuaud Létang Michel, Bordeaux, Saint-Pétersbourg, chronique comparée de deux villes du xviiie siècle, Mérignac, A édition, 2003.

Pétuaud Létang Michel, Mériadeck, défense et illustration des quartiers de peu, Mérignac, A édition, 1997.

Pétuaud Létang Michel, Séville 2012, Mérignac, A édition, 1992.

Pétuaud Létang Michel, Bordeaux 2005, Bordeaux, éditions Vivisques, 1989.

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540