Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Introduction générale

Comment penser et agir sur la ville. Contribution scientifique sur des questions urbaines du xxie siècle

Jean-Pierre Augustin et Michel Favory

Texte intégral

1Les recherches urbaines suivent actuellement des cheminements pluriels qui tentent de rendre compte des transformations spatiales, sociales et territoriales de la ville au sens générique du terme, en s’attachant à la compréhension d’une complexité mouvante. Cette complexité s’élabore sous l’effet d’influences externes multiples liées aux environnements économiques, culturels, territoriaux et du fait des dynamismes endogènes des espaces urbains. Pour les sciences de la ville qui appréhendent ces transformations des réalités urbaines, le contexte général du changement suggère un renouvellement des problématiques de recherche.

2C’est dans cet esprit qu’est née l’idée d’un ouvrage collectif faisant suite à une série de publications et de recherches initiées par Jean Dumas et produites par les chercheurs associés à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, ouvrage répondant à une cinquantaine de questions sur la ville et son devenir. Le projet vise un triple objectif. Il s’agit d’abord de réunir autour de Jean Dumas des auteurs reconnus dans le champ de la géographie, de l’aménagement et des sciences sociales, mais aussi des chercheurs et des acteurs qui ont travaillé avec lui. Il s’agit ensuite de viser une production scientifique où chaque auteur apporte une contribution autour de la question de la ville. Enfin, il s’agit d’assurer à ce projet une diffusion ambitieuse, car le savoir doit être partagé, offert à la discussion, voire à la critique.

3Nous pensons que le projet a été tenu par la qualité et la diversité des points de vue et des argumentations. Sans prétendre totalement innover, on peut admettre, en reprenant un des propos conclusifs de Jean Dumas, que, face à la complexité des changements et des mutations, une certaine convergence des points de vue apporte des réponses, mais aussi, et peut-être surtout, ouvre le champ à des investigations nouvelles enrichissant la batterie de ces « Questions à la ville ».

Trois axes problématiques : la forme urbaine, le changement et le projet

4Cet ouvrage croise une série de questions scientifiques que les chercheurs de la MSHA et de l’UMR ADES ont privilégiées. Le programme de cette UMR : « Grandes agglomérations et changement urbain » (2007-2010), et celui du quadriennal suivant : « Production, transformation et gouvernement des espaces urbanisés » (2011-2014) poursuivent cette quête concernant le penser et l’agir sur la ville. Les trois axes problématiques retenus reformulent quelques questions majeures autour de trois points forts de recherche : la forme urbaine, le changement, et le projet.

La forme urbaine

5L’analyse de la forme n’est certes pas une approche neuve dans les études urbaines. Mais au-delà de la traditionnelle morphologie spatiale, qui demeure une description classique en urbanisme en géographie ou en architecture, la question de la forme a été plus récemment reliée aux représentations sociales et aux processus de la production spatiale. Elle possède une portée interprétative révélatrice des processus urbains et se trouve associée ainsi au renouvellement des approches paysagères et cognitives de la spatialité de la ville. La forme physique des villes s’est modifiée depuis un demi-siècle et l’augmentation des habitants en périphérie est analysée en France par l’INSEE depuis plus de 40 ans. Plus de deux urbains sur trois vivent hors d’une ville centre, qu’il s’agisse d’une commune périphérique proche, d’une cité plus éloignée ou même d’une commune à caractère rural dépendant pour le travail et la consommation d’une agglomération voisine. La densité urbaine a été divisée par deux alors que le tissu urbain a été multiplié par quatre. L’urbain ne cesse donc de s’étendre, soit selon le schéma radioconcentrique, à la manière d’une tâche d’huile, soit selon une logique réticulaire, à la manière d’une nébuleuse jusqu’aux limites du rural plus reculé. L’urbain devient l’expression territoriale qui s’impose dans les discours savants et ordinaires, sans toutefois justifier la prémonition de Françoise Choay (1994) sur le règne de l’urbain et la mort des villes. En effet, le mythe de la mort de la ville n’est pas convaincant. Avec François Ascher il est évident que les mutations urbaines contemporaines ne sont pas une mort mais une reconstruction de la ville. Le mouvement d’exurbanisation, favorisé par les nouveaux moyens de transport, impose surtout la figure de la croissance réticulaire (Dupuy, 1995) qui se distingue de la ville ancienne dense, compacte et continue en proposant des formes urbaines étirée et éclatée. La configuration de la métapole (Ascher, 1995) exprime l’élargissement urbain et la dépendance d’espaces profondément hétérogènes et pas nécessairement contigus intégrés dans le fonctionnement quotidien d’une métropole.

6Face à cette situation, plusieurs écoles de pensée se confrontent. Pour les uns, la ville s’est toujours superposée à elle-même et il convient de recycler sans cesse les territoires urbains et d’agencer de nouveaux espaces à ceux du passé en reconstruisant la ville sur elle-même. Dans ce travail de couture, et la métaphore est souvent utilisée, il s’agit de retisser, de raccommoder, de modifier l’espace des villes à la manière des moines du haut Moyen Âge qui réécrivaient sur des palimpsestes, ces parchemins dont on avait effacé les écritures précédentes. La ville est toujours inachevée et doit utiliser les vides urbains et périurbains en inventant des projets visant à relier les tissus juxtaposés selon des logiques historiques et parfois contradictoires dans la perspective d’une « troisième ville » (Mongin, 1995) faisant suite à celle des périodes préindustrielles et industrielle. Cette troisième ville dite postindustrielle, postfordiste ou postmoderne selon les expressions utilisées, a beaucoup à réinventer et notamment la capacité à réutiliser ce qui l’a précédée. Elle doit aussi recréer l’espace en portant attention aux « creux » autant qu’aux « pleins », et aux espaces entre-deux, transitoires par perte de fonctions, et en attente d’urbanité. Cette troisième ville privilégie les lieux publics, non seulement dans les zones centrales, mais aussi dans ses proches périphéries, l’objectif étant de chercher sans cesse une cohérence à la ville, de recréer du liant tant spatial que social tout en économisant le territoire et en limitant l’étalement urbain.

7Pour d’autres, la dispersion de la ville est irréversible et les conditions de l’urbanité ne pourront plus jamais être les mêmes. La ville ne se refera pas sur un modèle ancien et il faut rechercher et recréer de l’urbanité dans les nouveaux espaces et les germes de centralité périphériques. Alors que la ville avait ses limites, l’urbain périphérique est sans limites ; ce qui fait lien ne fera pas forcement lieu dans la mesure où les circuits immatériels (Castells, 1998) sont susceptibles de créer une urbanisation des mœurs, et où l’ère électronique et informatique n’engage pas forcement les supports bâtis. L’attrait des périphéries renforce la dispersion des habitants dans ces espaces élargis sur le mode de la mobilité et de la flexibilité, et initie de nouvelles manières de vivre ensemble sur le mode de la « civilité tiède » (Ostrowetski, 1996). Le pilotage par les normes n’est plus suffisant pour répondre aux demandes, et l’organisation hiérarchique opposant les équipements centraux de prestige à ceux de la périphérie se défait sous la pression des usagers et des collectivités locales. Cette ville émergente (Dubois, Chalas, 1997) qui correspond aux territoires de l’automobile (Dupuy, 1999) amène à repenser la ville de demain (Ghora-Gobin, 1994) et de nouveaux principes d’urbanisme (Ascher, 2001). C’est la fin du zonage culturel et l’ouverture de réseaux mieux adaptés à la diversité sociale. Ces réseaux participent à la production de la ville, à son désenclavement et tendent à généraliser l’urbanité à l’ensemble de l’agglomération.

8Si la ville doit être comprise comme une machine « destinée à maximaliser l’interaction sociale » (Claval, 1981) ou comme une organisation au « rendement social croissant » (Lévy, 1996), elle doit permettre d’offrir à chacun le maximum de services, de se libérer des tutelles et des liens d’enfermement qu’imposent d’autres organisations. L’accessibilité à un maximum de possibles, l’affranchissement des contraintes, le désenclavement des lieux d’enracinement sont au centre de l’urbanité qui reste un idéal encore trop éloigné des réalités urbaines. C’est ce projet qui doit servir d’objectif à l’aménagement des villes et de moteur à l’action collective.

Le changement

9La question du changement constitue une problématique transversale et permanente de la ville. Nous entendons ici par changement, au sens de Crozier et Friedberg, le changement comme problème sociologique systémique. Pourquoi, comment, quand et où, les tensions qui renforçaient le système peuvent provoquer son éclatement ? Ni étape d’un prétendu développement, ni remplacement d’un modèle par un meilleur, le changement est une transformation des relations et du système qui produit la ville. Dès son émergence historique, la ville s’est manifestée comme le territoire fondamental du changement social et spatial, territoire de l’innovation matérielle et sociale comme l’ont montré F. Braudel pour le capitalisme ou G. Simmel pour les configurations sociales de la grande ville. Le changement imprime un mouvement urbain permanent qui pousse à l’innovation, culturelle, sociale, politique et territoriale. Le concept du changement est donc devenu à l’évidence en sciences humaines et sociales le paradigme maître de notre époque. Il concerne la totalité urbaine et sa complexité et se décline sur les champs scientifiques connexes et complémentaires de l’urbain. Successivement compris en sciences humaines comme transformation, comme mutation des formes matérielles sociales et institutionnelles de la ville et de son organisation, le paradigme du changement a constitué le renouvellement de l’étude des politiques locales et des systèmes organisés de gouvernement local. La thèse de Jean Dumas (Dumas 1980) sur l’industrie bordelaise comme fait géographique spatial social et politique, représente un grand exemple d’analyse rigoureuse et extrêmement fine des jeux complexes du système urbain comme organisation d’un pouvoir local producteur d’un espace fordiste organisé et stabilisé jusqu’à la crise des années quatre-vingt.

10Le changement représente actuellement un concept central sur lequel les chercheurs d’ADES travaillent dans leur quadriennal 2007-2010 : « Grandes agglomérations et changement urbain ». Le concept d’agglomération qu’une première interprétation sommaire rangerait au rang d’une catégorie administrative de territoire ou d’unité statistique démographique est indissociablement lié au changement. Il recouvre plus profondément l’idée du mouvement de l’espace, du temps de la matérialité et de la société urbaines, et ce mouvement traduit la double nature de l’agglomération, à la fois formes spatiales et processus territoriaux. C’est en effet sur cette logique aux facettes multiples que le changement ressort comme solution politique et comme problème public territorial de management. L’agglomération en tant que processus constitue et déconstruit en permanence les structures de ses spatialités sur des temporalités urbaines distinctes en procédant par ajustements et par bifurcations. Elle rassemble et sépare en permanence faisant par là même surgir la question du changement territorial et des modalités de gouvernement local. D’où pour saisir en tant qu’objet scientifique la tension créative entre la ville et l’agglomération, le recours nécessaire à des langages qui expriment les processus changeants de la complexité urbaine. Ces langages scientifiques sont alors autant de systèmes sémiotiques qui interprètent les logiques du changement dans leurs formes visibles et dans leurs ordres cachés.

11Le changement est un paradigme résilient dans les renouvellements successifs de l’analyse urbaine. Depuis la seconde guerre mondiale, les problématiques et les paradigmes se sont succédé pour interpréter les logiques du changement urbain : le structuralisme et la reproduction socio-spatiale, le systémisme et la régulation des logiques d’action, puis l’humanisme attaché à l’étude des espaces vécus et représentés, jusqu’au constructivisme actuel qui s’interroge sur les processus interactifs de réalisation des faits urbains. Autant de lectures scientifiques de la ville qui se sont enrichies mutuellement dans les éclairages multiples et connexes de la complexité urbaine. Cette toile de fond épistémologique invite en permanence aux trajets palingénésiques. Plus qu’une stratification diachronique des cadres scientifiques des savoirs sur le fait urbain, elle suggère une reconstruction permanente des questionnements qui s’enrichissent lors des grandes bifurcations scientifiques.

12Toutefois le changement postule l’incertitude née de nouveaux contextes. Entre la posture épistémologique de l’évolutionnisme prédictif de la « fin des villes » et celle de l’avenir inventif et incrémental métapolitain des villes, nous adoptons ici cette seconde perspective, comme celle de la poursuite des transformations de la ville dans la durée par le changement (Ascher 1995, 2001). Le changement est appréhendé comme un moment clé de la ville en action sur elle-même, autrement dit une bifurcation. Il représente peut-être dans l’urbanité ce que Michel Serres désigne comme un événement auquel répond la jeune pousse ou le rameau d’un nouveau « format » de civilisation, à savoir que tout système est destiné à parer à l’événement et que dans le système le format fait ciment culturel et matriciel (Serres 2004). La puissance formatrice de ce « genre » relie les choses, les hommes, les métriques, le rapport au temps et à l’espace. Autrement dit le format est une métrique généralisée dont la répétition multiforme fait loi. Quel est donc le couple événement-format qui marque notre actuelle urbanité ? Nous en saisissons les formes comme indices du remplacement des vieux schémas. Nous en devinons progressivement le sens émergeant par de multiples métaphores urbaines relatives au changement social et spatial.

13Le nouveau processus d’agglomération déconstruit les régulations de l’urbanisation industrielle par trois crises de la ville décelables dès les années 1990 (Roman 1994) : une crise de nos représentations du conflit social et des formes de la fracture sociale, une crise de l’urbanité liée à la progression de l’individuation dans l’espace, une crise de l’échange politique et de l’espace public et des politiques d’action socio-spatiale. Les trois crises ont engendré l’événement actuel auquel est confrontée la ville post-industrielle : celui de l’incertitude territoriale et de la contingence spatiale. C’est un défi de la cohérence et de la cohésion du territoire urbain démocratique : autrement dit le défi de l’équité, de l’excellence urbaine et de l’équilibre entre les tensions physiques sociales et symboliques du processus d’agglomération. Sont alors aux prises avec les contradictions d’un aggloméré changeant (ne serait-ce que dans le schéma dual moins pertinent centre-périphérie), les modalités renouvelées du gouvernement urbain, et les stratégies territoriales de l’action spatiale. L’agir urbanistique, la participation accrue au sein des systèmes d’acteurs, les effets de la décentralisation territoriale, et « l’éternel retour de l’État » (Esprit, février 2008), les logiques intercommunales, les stratégies habitantes plus inattendues, sont des aspects du champ d’études renouvelées sur le changement de format urbain. Le changement cognitif des systèmes d’acteurs s’opère dans les réponses stratégiques aux trois crises de la ville, en termes d’organisation urbanistique différente, mais inachevée et qui s’attache à réduire l’incertitude pragmatiquement et par l’action négociée (Ascher 2001).

Le projet

14C’est probablement avec la nouvelle urbanité cognitive, celle du projet, que s’institue le champ sémiotique du changement. De réponse à la triple crise de la ville et de réinvention de la régulation, voici que le projet devient aussi l’énonciation agissante de la nouvelle pensée publique sur la ville et des conditions de sa mise en œuvre. La notion de projet bien que proposée il y a déjà trente ans, fait encore débat depuis le texte pionnier de Christian Devillers. Dès 1995 un colloque du CESURB (le centre d’Études des Espaces urbains) était organisé à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine sur la question de la « ville en projet » (Charrié 1995).

15Le projet urbain depuis l’expérimentation de Bologne s’entend comme un processus étalé dans le temps et comme une méthode pour le nouvel urbanisme, mais encore plus globalement comme un instrument qu’intègre la gouvernance en tant que réponse à la désurbanisation. Projet urbain et gouvernance par le projet sont au centre des nouvelles politiques publiques urbaines et indissociables du renouveau quelque peu paradoxal des villes européennes et américaines en cohabitant avec les trois crises de ces territoires. Barcelone et Bilbao en furent d’autres laboratoires pour la décennie 1990-2000. Le projet urbain constitue par là même une « dialectique des contraintes » dans le développement de sa culture de « transformation » qui se veut en rupture avec la culture totalitaire de la « fondation » qui fut concrétisée avec la rénovation urbaine des années soixante-dix (Grumbach 1994). Il n’est pas une réalité stable et bien définie mais une construction problématique et permanente. La réalité du projet est transversale dans le changement urbain, à la fois un référentiel d’analyse des politiques publiques urbaines, une pensée publique sur l’espace en action et en devenir, mais un espace fragmenté dont les éclats sont les éléments d’un système ouvert (Secchi 2006). Plus globalement le projet devient un référentiel praxéologique pour l’urbanisme adapté à la troisième modernité de la ville. Il se formate à l’image d’une société plus différenciée et individuée, d’une société hypertexte, et d’un capitalisme cognitif. La culture de projet urbain en est la fille qui engendre un urbanisme de la réflexivité (la société réflexive transforme ses pratiques par la connaissance qu’elle en acquiert). Alors que l’ancien format analytique et producteur de la ville était celui du probable, du prévisionnel, du planifié (Sfez 1994), notre actuelle urbanité devient cognitive, créative, participative, négociable dans la décision, procédurale, et réflexive (Ascher 2001). Mais cette urbanité et ses analyses sont confrontées à l’improbable et à la sérendipidité, ou si l’on préfère l’inattendu, l’imprévisible des stratégies d’action à toutes les échelles.

16Le projet dans le changement urbain constitue donc l’énigme actuelle posée à l’action collective urbaine. Le projet ne constitue pas la réponse certaine et définitive au changement urbain, il est le révélateur du nouveau format cognitif et procédural du faire et du savoir sur la ville.

Un ouvrage sous forme d’ouverture et de questions

17Ces « 50 questions à la ville » s’inscrivent dans la continuation des axes scientifiques liés à la forme urbaine, au changement et au projet. Leur problématique d’ensemble pourrait se formuler ainsi : penser la réinvention de l’urbain, penser son renouvellement scientifique. Les contributions des auteurs ont été organisées autour de trois thématiques majeures à l’intérieur desquelles chacun répond à une question scientifique autour de la ville.

Les sémiotiques : les langages de l’urbain

18Ce premier thème regroupe les textes consacrés aux représentations scientifiques et professionnelles de la ville : représentations géographiques, sociales, aménagistes, architecturales et urbanistiques qui sont fondatrices de langages spécifiques sur l’espace et sur les constructions sociales et urbaines relatives au triptyque formes, changement, projet.

Les stratégies : les acteurs urbains

19Cette seconde thématique rassemble les textes consacrés à l’action publique, à la décision et la règle de production de l’urbain, toujours dans la triple perspective forme-changement-projet. Ils envisagent les méthodes, les aspects comparatifs des politiques urbaines, et des mécanismes qui contribuent à la décision dans la production d’espace. La thématique du projet en action est ici privilégiée en tant que cadre stratégique et pensée publique sur l’urbain.

Les synergies : les énergies urbaines

20Cette troisième thématique questionne davantage la complexité de la production de la ville aujourd’hui : production d’espace, de territoires de projets, productions institutionnelles des nouveaux systèmes d’acteurs, nouvelles dynamiques entre les logiques extérieures et les processus internes de l’urbain. Les villes deviennent des acteurs territoriaux à part entière, et déploient des stratégies spécifiques dans les intégrations régionales et les logiques de « l’économie d’archipel » (Veltz, 1994). Entre compétition néolibérale et problématique de la métropolisation, les synergies questionnent autant les configurations d’acteurs urbains que les politiques urbaines conduites qui sont indissociables des choix d’urbanisme. La qualité des espaces urbains, leur approche sous l’angle de la durabilité comme contrainte et comme terrain d’innovation, mais aussi les problèmes politiques, ceux de la place des religions ou encore ceux liés au loisir et à la culture, sont quelques-unes des questions fortes qui sont abordées ici. Ces contributions s’inscrivent librement dans la problématique du renouvellement scientifique et de ses limites conceptuelles et paradigmatiques.

21Ainsi, avec ces regards croisés, cet ouvrage propose, dans une perspective pluridisciplinaire, un ensemble de réflexions qui renouvellent les approches et offrent des éléments d’évaluation utiles aux étudiants, élus, aménageurs, urbanistes, opérateurs urbains et bien sûr aux usagers. Ces derniers ne sont pas de simples usagers, mais ont toujours été considérés dans les recherches entreprises comme des acteurs participants à la construction des villes. Notons enfin que cet ouvrage, autour de Jean Dumas, complète la collection « Questions à la ville » qu’il a créée, et s’inscrit dans la perspective interdisciplinaire, interuniversitaire et internationale qui caractérise les recherches de la MSHA.

Bibliographie

Bibliographie

Ascher François (1995), Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob.

Ascher François (2001), Les nouveaux Principes de l’urbanisme. La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Ascher François et Godard Francis (1999), « Vers une troisième solidarité », Esprit, novembre, p. 168-189.

Augustin Jean-Pierre (2008), « Bordeaux, la promotion symbolique de la ville par la culture », L’Observatoire, revue des politiques culturelles, no 24, p. 31-35.

Augustin Jean-Pierre, dir. (2008), Sites publics, lieux communs (2). Urbanité et aménagement des rues et des ponts au Canada et au Québec, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Boltanski Luc et Chiapello Ève (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Castells Manuel (1998), L’ère de l’information, tome 1, La société en réseaux, Paris, Fayard.

Castex Jean (2010), Chicago 1910-1930, le chantier de la ville moderne, Paris, Éditions de La Villette.

Choay Françoise (1994), « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », in La ville, art et architecture en Europe, 1870-1993, Paris, Centre Georges Pompidou, p. 26-35.

Claval Paul (1981), La logique des villes. Essai d’urbanologie, Paris, Litec.

Crang Mike (1998), Cultural Geography, Londres, Routledge.

Di Méo Guy (1998), Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

Dubois-Taine Geneviève et Challas Yves (1997) dir., La ville émergente, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Dumas Jean (1980), Les activités industrielles dans la Communauté urbaine de Bordeaux, Bordeaux, Bière.

Dumas Jean (2000), Bordeaux, ville paradoxale, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Dupuy Gabriel (1995), Les Territoires de l’automobile, Paris, Anthropos.

Dupuy Gabriel (1999), La dépendance automobile. Symptômes, analyses, diagnostics, traitements, Paris, Anthropos.

Florida Richard (2004), Cities and the Creative Class, New York, Routledge.

Germain Annick (2009), « Les vieilles nouvelles classes moyennes à l’épreuve du cosmopolitisme ou quand le Québec devient une société normale », Séminaire de l’UMR LOUEST, Paris, juin 2009.

Ghorra-Gobin Cynthia (1994), dir., Penser la ville de demain. Qu’est-ce qui institue la ville ?, Paris, L’Harmattan.

Grunbach Antoine (1994), « La dialectique des contraires – ou comment se fait la ville », Le Débat, no 80, mai-août.

Haumont Antoine (1996), « L’équipement culturel des villes », Annales de la Recherche urbaine, no 70, p. 148-153.

Huet Armel et Saez Guy dir. (2002), Le règne des loisirs, Paris, DATAR/La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube.

Jacobs Jane (1961), The death and life of great American Cities, New York, Random House.

Jacobs Jane (1992), Les villes et la richesse des nations : réflexions sur la vie économique, traduit de l’américain par Suzanne Mineau, Montréal, Éditions du Boréal.

Lévy Jacques (1996), « La ville, concept géographique, objet politique », Le Débat, no 92, p. 111-125.

Lucchini Françoise (2002), La culture au service des villes, Paris, Anthropos.

Mongin Olivier (1995), Vers la troisième ville ?, Paris, Hachette.

Mongin Olivier (2008), « Le local, l’État et la politique urbaine », Esprit, no 342, février.

Ostrowetsky Sylvia (1996) dir., Sociologues en ville, Paris, L’Harmattan.

Retaillé Denis (2005), « L’espace mobile », in Antheaume Benoît et Giraut Frédéric, Le territoire est mort, vive les territoires !, Paris, IRD.

Roman Joël (1994), « La ville : chronique d’une mort annoncée ? », Esprit, no 202, juin.

Serres Michel (2004), Rameaux, Paris, éditions Le Pommier.

Sfez Lucien (1994), La décision, Paris, P. U. F.

Sorbets Claude et Hoffmann-Martinot Vincent (2003) dir., Démocraties locales en changement, Paris, Pédone.

Veltz Pierre (1994), Des territoires pour apprendre et innover, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube.

Wiel Marc (1999), La transition urbaine, ou le passage de la ville pédestre à la ville motorisée, Mardaga.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search