Version classiqueVersion mobile

50 questions à la ville

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Michel Favory

Préface

Texte intégral

1Jean Dumas, Professeur émérite à Science Po Bordeaux, s’est toujours intéressé au fait urbain et a créé une collection « Questions à la ville » à la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA). Ses recherches, sa thèse de doctorat d’État, ses ouvrages, ses nombreux articles dans des revues scientifiques, ses communications lors de colloques ou congrès, ses engagements multiples notamment à la CODER, au Comité économique et social, à la Maison de la promotion sociale d’Artigues, à l’Agence nationale pour l’emploi l’ont toujours amené à questionner le sens, les formes et les acteurs des villes.

2Cet ouvrage lui est dédié et réunit autour de lui des acteurs reconnus dans le champ de la géographie, de l’aménagement et des sciences sociales, mais aussi des chercheurs et des acteurs qui ont travaillé avec lui. Cette préface est l’occasion de rappeler le parcours, les engagements, les recherches et les activités de formation d’un universitaire qui, pendant près de 50 ans, depuis son DES de géographie économique en 1961, lauréat de la Faculté de Lettres de Bordeaux, a marqué, par sa personnalité et ses actions, le champ universitaire bordelais.

3Major à l’agrégation de géographie en 1963, Jean Dumas est nommé assistant à l’Institut de géographie en 1965, puis maître-assistant avant d’être sollicité par l’Institut d’études politiques de Bordeaux en 1970 où il devient Professeur en 1979 après avoir soutenu une thèse d’État en 1977 qui obtient le Prix de l’académie des Sciences et Belles-Lettres de Bordeaux. Commence alors la véritable carrière d’un Professeur, qui au-delà de ses enseignements et directions de recherches, assume de lourdes responsabilités institutionnelles. Il est le premier directeur de la formation continue à Sciences Po Bordeaux de 1979 à 1986, puis directeur de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA) de 1987 à 1999, et reste depuis cette date membre actif, puis trésorier de cette institution.

4Ce parcours ne l’empêche pas de poursuivre ses engagements sociopolitiques commencés très jeunes puisque, militant à la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC), il devient président de la Fédération nationale des étudiants en lettres de France (FNELF) en 1960, puis président de l’Association générale des étudiants de Bordeaux (AGEB) de 1961 à 1962. Son engagement se poursuit à la CFTC puis à la CFDT de 1963 à 1974 où il siège au bureau régional. Il participe activement au Comité d’expansion d’Aquitaine de 1962 à 1995. Et surtout, membre depuis les origines en 1966 de la Maison de la Promotion Sociale, il en préside à trois reprises le conseil d’administration avant d’être, en 1944, à l’origine de son Université d’été de la formation continue. Au niveau national, il sera membre de la commission « Ville » du Commissariat général au Plan, puis membre des conseils d’administration de la Fondation Maison des sciences de l’homme et de la Fondation nationale des sciences politiques.

5Ce double engagement universitaire et sociopolitique est complété par les recherches universitaires, notamment au Centre d’études et de recherche sur la vie locale (CERVL) de l’IEP et à la MSHA. Il anime de nombreuses recherches contractuelles du CERVL : L’observation du changement social (1977-1982) ; Le processus de réforme des collectivités locales (1979-1984) ; La politique des villes moyennes en Aquitaine (1980-1986) ; Les espaces périurbains, modèles sociaux et aménagements (avec la MSHA, 1982-1988) ; L’élaboration des politiques contractuelles et la planification décentralisée (avec l’IERSO, 1984-1989) ; Le territoire et l’espace : de la science politique à la géographie, et Régionalisation, métropolisation et décisions d’aménagement (décennie 90). À la MSHA, Jean Dumas a stimulé de nombreux travaux, a favorisé les publications scientifiques en réorganisant les éditions MSHA, a renforcé l’ouverture internationale et a encouragé les recherches en réponse aux appels d’offre des collectivités locales ou de plusieurs ministères.

6Il n’est pas possible de hiérarchiser les activités de Jean Dumas dans ce long parcours, mais, pour beaucoup de ses anciens étudiants, c’est sa fonction d’enseignant, de formateur et de directeur de recherche qui reste la plus prégnante. Son cours fondamental de Sciences Po sur « La société française contemporaine » a été suivi par 10 000 étudiants de 1974 à 2003 ; il a dirigé près de 400 mémoires tant à l’Institut de Géographie qu’à l’IEP, 200 mémoires de DEA Gouvernement local et de DESS d’Urbanisme opérationnel, ainsi qu’une trentaine de thèses dont celles de J. P. Augustin, R. Balme, A. Berland-Berthon, J. Chabot, M. Favory, S. Vaucelle et V. Vlès.

7Au total, un parcours exemplaire d’un universitaire géographe, militant et chercheur engagé autour de la gouvernance locale et de l’organisation urbaine. Un universitaire qui a toujours refusé l’esprit de système et a sans cesse questionné les formes d’actions collectives susceptibles d’améliorer le fonctionnement des sociétés urbaines. Cet ouvrage collectif, construit avec lui et pour lui, mais offert à la discussion et à la critique, en témoigne.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search