Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Conclusion

Conclusion

Jean Camy

Texte intégral

Synthèse et perspectives

1Le colloque qui vient de se dérouler apparaît bien comme un « acte fondateur » pour l’analyse du sport de haut niveau au sein de l’université et cela pour plusieurs raisons :

  • il a interrogé en profondeur et de manière critique le fonctionnement et les perspectives d’évolution du sport de haut niveau. Il a échappé ainsi aux formes d’instrumentalisation réciproque qui caractérisent trop souvent les rapports entre sciences et sport de haut niveau ;
  • il a permis une confrontation très productive de points de vue différents, juridiques, politiques, économiques, sociologiques, pédagogiques... sur un même thème et confirmé l’intérêt de l’apport des sciences sociales dans l’analyse d’un tel objet ;
  • il a pris en compte tous les niveaux d’analyse, de la vie quotidienne du sportif de haut niveau aux aspects macro-sociaux et intégré de façon très heureuse les témoignages de « porteurs d’expériences ».

2Bien entendu je n’ai pas la prétention de réaliser ici une impossible synthèse. Je souhaite simplement reprendre et mettre en perspective quelques-unes des questions majeures qui ont été posées au cours du colloque.

3La première porte sur les limites entre les formes de pratiques du sport et sur la continuité qui existe entre elles. Qu’est-ce qui rapproche le sport professionnel, le sport de haut niveau de ce que l’on appelle parfois le « sport de masse » ? Comment les relations entre ces différents niveaux sont-elles pensées ?

4Tout d’abord sur le mode d’une large autonomie entre les formes de pratique sportive. Plusieurs présentations ont insisté sur les logiques inconciliables dont elles seraient porteuses. Mais il est aussi possible d’illustrer empiriquement cette autonomie. Les volleyeurs américains nous ont ainsi montré, lors des Jeux olympiques de Los Angeles en 1984, que l’on peut avoir dans une discipline sportive une équipe de très haut niveau sans disposer pour autant d’une base de nombreux joueurs. Il est banal de dire aujourd’hui que le sport de haut niveau passe davantage par un environnement et des modalités de préparation spécifiques que par l’existence d’une masse importante de pratiquants.

5Il est également trivial de recenser les multiples tentatives du sport professionnel pour disposer d’une liberté d’entreprendre et de gérer ses ressources qui lui permettent de répondre aux défis qui sont les siens. Le plus grand nombre de ceux qui ont des responsabilités dans ce domaine sont très conscients de la spécificité des problèmes rencontrés par le sport professionnel. Si une adhésion de principe à la « grande famille du sport » n’est généralement pas remise en cause, ils n’entendent pas qu’elle engendre des contraintes telles qu’elles puissent peser sur leurs activités d’entrepreneurs.

6On peut également relever, et certaines interventions au cours de ce colloque illustrent ce point de vue, que les « sportifs amateurs » ne reconnaissent pas non plus sans réserve l’appartenance de ces « mercenaires » et de leurs employeurs à leur « monde ». Divergences sur les valeurs, les objectifs, les moyens sont mis en avant pour entériner le divorce.

7À ce premier schéma, on peut en opposer un autre, celui d’un nécessaire renforcement des interdépendances entre les diverses formes de sport.

8Contrairement à ce que l’on imagine parfois, si le sport a donné au début de sa phase de grande croissance, entre 1960 et 1990, une image d’unité relative, il a été le théâtre, depuis les origines du sport moderne, de cohabitations conflictuelles et d’exclusions mutuelles entre sport amateur et sport professionnel. Si l’on admet également, la progressive intégration dans l’univers du sport associatif des autres formes « d’activités physiques » qui existaient à la fin du xixe siècle, jeux traditionnels populaires, gymnastiques et arts académiques, on constate que l’hégémonie éventuelle du mouvement sportif associatif sur l’ensemble des formes de sport n’a rien d’évident et ne peut être présentée comme la défense d’une situation acquise de longue date.

9Qu’en fait, cette revendication « d’unité » du sport dont le mouvement sportif associatif et certains gouvernements européens (dont le gouvernement français) sont porteurs, est surtout liée à leur volonté de ne pas laisser aux seuls sports professionnels le monopole des médias. Ceux-ci apparaissent comme des éléments clés de la promotion des sports, voire de leur survie. Cela interroge quant au fondement du sport associatif, « produit » de consommation qui doit être soumis aux règles du marketing en vigueur dans le secteur marchand ou bien activité capable d’exister et de se diffuser par la force des sociabilités de voisinage et de la symbolique qu’il représente ? N’y aurait-il de bonheur sportif que médiatique ?

10À côté de ces aspects politiques et institutionnels, on peut également repérer des aspects culturels, ceux qui émanent d’une « spécificité sportive ». L’organisation même du sport, dans sa dimension compétitive, suppose que l’on accepte un certain nombre de principes qui paraissent constitutifs de cette forme d’activité humaine. La dimension de « l’égalité des chances » par exemple, condition de l’incertitude et donc de l’intérêt pour les pratiquants (comme d’ailleurs pour les spectateurs) ; celle de la « loyauté » de ses participants (« fair-play ») vis-à-vis des règles du jeu, du respect d’une certaine mesure dans les moyens engagés (« la fin ne justifie pas tous les moyens »). Le premier principe fonde une organisation « pyramidale » du sport ; mais il justifie du même coup une structure hiérarchique et bureaucratique très lourde. De la même façon, le second principe se heurte à la recherche sans limite de la performance (qui dans le sport se satisfait aujourd’hui de l’adage « l’important c’est de participer » ?). Contrairement à ce que l’on répète c’est davantage une rupture culturelle avec le principe de loyauté et ses conséquences éthiques qui est à l’origine du dopage que la seule « économisation » du sport ou son association aux possibilités offertes par les progrès scientifiques et techniques.

11L’importance du dopage dans le sport amateur démontre que les représentations issues d’un économisme primaire sont insuffisantes pour rendre compte d’un comportement qui repose autant sur la quête de « profits symboliques » que de « profits matériels ». Si l’on observe, dans certains sports professionnels, une véritable généralisation du dopage, cela est principalement dû à la rupture de l’égalité des chances que son apparition a introduit. La lutte contre le dopage s’inscrit dans une double perspective d’équité sportive et de santé publique. Sur ce dernier point, c’est sous la forme particulière de la médecine du travail que le problème doit être abordé dans le sport professionnel. Une réponse adéquate devrait passer par un accord entre employeurs sur les règles acceptables de la concurrence entre eux ; et par un accord entre employeurs et salariés sur les conditions d’exercice du « métier » de sportifs professionnels.

12De ce point de vue l’accroissement des enjeux économiques dans le sport n’est pas en soit une menace pour l’éthique sportive. Paradoxalement même, le respect des règles sportives, en particulier celle du principe d’incertitude des résultats, est une condition du maintien de la valeur économique du spectacle sportif. C’est ce qu’a parfaitement intégré une organisation professionnelle comme celle de la NBA par exemple, en faisant prévaloir l’intérêt global du système sur celui de chaque club. Quant au problème du dopage dans le sport américain, il n’est que l’expression du laxisme observé dans l’ensemble des entreprises américaines vis-à-vis des règles d’hygiène et de sécurité et plus largement des conditions de travail.

13Contrairement à ce que l’on pense il y a bien des points communs entre la pratique sportive associative et la pratique professionnelle du sport (sans doute autant qu’entre les usages « compétitifs » et les usages « éducatifs » et « sociaux » du sport associatif). Suffisent-ils cependant pour concevoir un système où les interactions seraient la règle et renforceraient les positions de chacun ?

14Lors de ce colloque nous avons vu présenter et discuter des propositions susceptibles de répondre à cette question. Il est intéressant de constater que quelques-unes d’entre elles reposent sur une inscription de ces relations dans la vie locale. Les investissements des collectivités territoriales dans le sport professionnel ne sont pas seulement l’expression de concessions faites avec mauvaise conscience à la « vox populi ». On voit émerger des projets de dynamisation de la vie sociale et culturelle de villes moyennes autour de leurs équipes professionnelles. Au-delà des effets bien connus en matière de communication externe (notoriété et image de la ville, en France ou à l’étranger) les sportifs professionnels ont mis au service de la communication interne de ces villes, une part, il est vrai réduite, de leur temps ; animation auprès des écoles, des quartiers difficiles, etc.... Ce sont aujourd’hui des contreparties attendues à des aides publiques qui restent très importantes.

15Comment organiser, si elle doit l’être, cette complémentarité ?

16Dans le contexte français, on ne voit guère d’autre acteur que l’État pour l’initier. Mais en même temps un large consensus existe pour considérer qu’il n’y aura pas de réponse viable si l’on s’en tient au seul niveau national. L’Union Européenne est bien l’acteur clé dans un processus de « défense » d’un « modèle sportif » qui serait propre à notre continent. Encore faudrait-il être sûr que notre façon latine de voir les choses, qui accorde beaucoup d’importance aux constructions juridiques (en même temps d’ailleurs qu’elle considère comme normal de tenter de s’en affranchir dès que possible) soit partagée par tous. En effet de façon traditionnelle, dans l’ensemble des pays anglo-saxons, le sport est considéré comme une affaire privée, une initiative commune de citoyens librement associés. L’intervention de l’État apparaît illégitime lorsqu’il s’agit de peser sur leurs choix responsables.

17Cependant cette position de principe évolue au fur et à mesure que le sport échappe à son idéologie fondatrice On voit ainsi, par exemple le gouvernement suédois inclure dans le contrat passé avec le mouvement sportif de ce pays, une clause selon laquelle les fonds publics qu’il met à sa disposition ne doivent en aucune façon être utilisés pour le sport de haut niveau, considéré comme une activité économique. On voit aussi que la question du dopage peut justifier un interventionnisme accru des gouvernements de pays traditionnellement réticents à ce genre de démarche.

18La définition d’un « modèle sportif européen » et la construction d’un cadre juridique et organisationnel sur lequel il pourrait s’appuyer sera une affaire de longue haleine parce qu’elle touche à la conception même du sport dans nos différents pays.

19La difficulté à régler les problèmes d’interdépendance entre sport professionnel et mouvement sportif associatif au niveau de chaque état n’empêche pas l’émergence de revendications « nationalistes » qui interrogent les limites actuelles de certains États-nations. De la même façon que la Commission européenne avait tenté de constituer des équipes européennes pour les Jeux olympiques de 1992, on voit que les revendications identitaires nationalistes considèrent le terrain sportif comme un lieu d’expression privilégié.

20À l’examen des questions qui ont été traitées, il semble que la dimension éthique soit très souvent présente même si elle n’en fournit pas nécessairement la clé. Beaucoup d’entre elles ne peuvent être abordées sans mettre en relation responsabilité personnelle et organisation collective. Une bonne part des dérives qui ont été observées dans le sport tiennent à l’instrumentalisation des hommes, qu’elle soit animée par des raisons idéologiques ou économiques. Elles relèvent sans doute aussi d’une certaine forme « d’abandon de soi » ou d’aliénation par résignation des sportifs eux-mêmes. Le sport professionnel, pas plus que le sport amateur, ne sont aliénants par essence. Ils ne sont pas davantage libérateurs par principe. Mais on peut constater que se sont développées et parfois installées en leur sein des « manières d’être ensemble » difficilement compatibles avec la conception que nous avons du respect humain. La reconstitution de règles éthiques acceptables, partagées par l’ensemble des acteurs du sport, passe sans doute par une vigilance de chacun vis-à-vis de tout comportement, même le plus infime, qui déroge à cette attitude de respect de soi ou de l’autre. Elle passe aussi par des décisions collectives capables de traduire cette démarche à un niveau institutionnel, qu’il soit régional, national ou européen.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search