Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 10. Formations des sportifs de haut niveau : quelles interactions ?

Les athlètes de haut niveau en staps

L’exemple du département STAPS de Tarbes

Yves Chateaureynaud

Texte intégral

Préambule

1Si l’articulation entre la conduite d’études et la poursuite d’une pratique sportive de haut niveau est assez bien circonscrite dans l’enseignement du second degré avec les dispositifs tels que les sections sport études, les sections sportives et autres Centres Permanents d’Entraînement et de Formation (CPEF), la situation dans l’enseignement supérieur reste encore des plus floues. Dans le premier cas, bon nombre de textes interministériels balisent le champ ; dans le second, par contre, enquêtes comme textes de référence restent rares ou tout au moins ne témoignent pas d’une continuité voire même d’une ligne politique clairement définie.

2Cette situation tient à l’autonomie des Universités, à la découverte tardive du corps et du sport à l’Université et au fait que les sportifs de haut niveau se sentent relativement perdus dans la grande masse des étudiants. Mon intervention vise d’une part, à préciser la situation du département STAPS rattaché à la faculté des Lettres de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) et, d’autre part, à évoquer quelques pistes pour améliorer la situation.

I. Le cas de l’UPPA

3Comme dans bien des Universités, le sport reste encore le parent pauvre et peu d’Universités (à l’inverse du modèle développé aux États-Unis) investissent dans une image de marque liée aux pratiques sportives. C’est le cas de l’UPPA où, bien qu’une volonté en faveur du sport soit officiellement annoncée par les différents conseils, le passage à l’acte est difficile et le nombre de cours programmés le jeudi reste élevé. Dans certaines formations professionnelles liées au sport (Diplômes d’Études Universitaires en Sciences et Techniques (DEUST) Sport-Loisir-Tourisme par exemple), il faut toute la persuasion de l’équipe du Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives (SUAPS) pour que les étudiants puissent participer aux compétitions de la Fédération Nationale du Sport Universitaire (FNSU) dès que celles-ci impliquent une absence aux cours obligatoires.

4À l’UPPA, les sportifs de Haut Niveau bénéficient du statut d’étudiants salariés (choix des groupes de TP, dispense d’assiduité aux TD et TP, choix des modalités de contrôle) ; de plus, il leur est offert des reports d’examen après négociation en fonction des calendriers de compétition, etc. Un enseignant d’EPS du SUAPS est responsable de ces athlètes et coordonne les différentes opérations. Il sert en fait de médiateur entre les athlètes et les enseignants qu’il faut toujours et sans cesse convaincre malgré une position de principe favorable. Il va sans dire que cette prise de responsabilité se fonde sur le volontariat et le bénévolat le plus strict : les charges de travail afférant à ce type d’action n’apparaissant nullement dans le service officiel de l’enseignant en question.

5Enfin, il faut évoquer la spécificité des Universités multi-sites (l’UPPA opère sur quatre sites : Pau, Bayonne, Tarbes et Mont-de-Marsan), état de fait qui ne facilite ni la nécessaire prise en compte des activités physiques dans le cadre de la vie de l’étudiant, ni la participation aux activités de la FNSU.

II. Le cas particulier du pôle universitaire tarbais

1. L’offre de formation

6Le pôle Universitaire de Tarbes constitue un cas de figure original. En effet, il offre des formations qui dépendent aussi bien d’une des Universités de Toulouse (Paul Sabatier) que de l’UPPA (Université de Pau et des Pays de l’Adour) stigmatisant ainsi la réalité fonctionnelle d’une entité socio-économique Pau-Lourdes-Tarbes alors que les frontières administratives régionale aussi bien que départementale les séparent. D’un point de vue géographique, Tarbes comme Pau se situent également aux marges d’influence de deux grandes métropoles régionales Toulouse et Bordeaux.

7Le Pôle Universitaire Tarbais s’est développé autour de formations technologiques (École Nationale d’Ingénieurs, Institut Universitaire Technologique (IUT), Diplôme d’Études Universitaire Générales (DEUG) de Technologie Industrielle, Brevets de Technicien Supérieur du tertiaire) et a récemment accueilli les STAPS. Cette dernière formation ayant ouvert en octobre 1996, à la demande pressante du Ministère de l’Éducation nationale, pour « désengorger » les Universités de Bordeaux et Toulouse face au succès encore grandissant de la filière STAPS.

2. L’offre de pratique sportive

8Il faut considérer l’offre de pratique sportive des trois agglomérations urbaines : Pau-Lourdes-Tarbes. Elle est riche et de bon niveau. On peut en effet citer entre autres :

  • le Basket avec Pau Orthez et Tarbes Gespe Bigorre ;
  • le Rugby avec le Stadoceste Tarbais, la Section Paloise, le Football Club Lourdes, le Stade Bagnérais et le Club Athlétique de Lannemezan ;
  • le Football avec le Stadoceste Tarbais et le Football Club de Pau ;
  • la Natation avec le Tarbes Nautique Club et les Dauphins du Stade Bagnérais ;
  • le Canoë-Kayak avec le Pôle Espoir, le Stadoceste Tarbais et le Canoë-Kayak Club de Bagnères ;
  • le Ski avec le club Pyrénéa Sport, l’Association Sportive Municipale de Pau, le Ski Club de Gourette, le Sporting Club de Lourdes Hautacam, le Sporting Club de Gavarnie et le Sporting Club de Cauterets.

III. Les étudiants sportifs et les staps

9C’est bien évidemment autour de cette dernière formation que se cristallisent tous les espoirs des sportifs locaux, du fait de la lourdeur des programmes des formations technologiques. Paradoxalement, la formation STAPS ne présente pas (selon moi) les meilleures garanties d’une conjonction heureuse entre poursuite d’études et carrière sportive. Cette affirmation tient au décalage entre le niveau d’exigence polyvalent qu’impose le cursus de cette discipline et la charge globale de travail induite, alors que le travail spécifique demandé dans une pratique de haut niveau est le plus souvent exclusive de tout autre type d’effort. Ce problème ne trouvera pas de réponse dans l’organisation actuelle des études en STAPS. Les actuels programmes « technicistes » qui empilent les activités physiques nouvelles au fur et à mesure qu’elles apparaissent ne permettront pas de répondre de manière satisfaisante aux exigences de « monopratique » du haut niveau.

10Peut-être une conception de la formation articulée sur un choix de pratiques restreintes (ce type d’approche étant déjà induit par la massification des étudiants) permettrait-il de résoudre en partie cette contradiction. Seule une étude beaucoup plus généraliste de la motricité répondrait aux attentes des sportifs de haut niveau en permettant d’articuler la formation autour d’une seule pratique support.

11Il n’empêche que cette filière constitue le plus souvent pour les étudiants sportifs le « choix naturel » en terme de poursuite d’études d’autant plus que la pression exercée par le milieu sportif est forte afin de garder les « locaux » dans un environnement proche du club d’origine. Les dirigeants sportifs se faisant fort d’intervenir afin que leurs « ressortissants » puissent intégrer les STAPS.

IV. Le département staps de tarbes

1. L’aire de recrutement des étudiants en staps à tarbes

12La question est délicate car, en dehors des contingences d’allégement des flux des étudiants entrant en première année sur lesquelles les Universités se sont accordées, subsiste le problème des « compétences territoriales et / ou historiques » de ces mêmes Universités. J’évoque ici les relations historiques ou les liens stratégiques existant entre telle Université et un « pays ». La situation du « Pays Basque » ne me paraissant pas véritablement « réglée » entre Bordeaux et Pau par exemple. Pas plus, par ailleurs, que les liens historiques de dépendance entre Bordeaux et Pau à l’époque du Collège Universitaire Palois.

13Sur le plan du principe, le département STAPS de l’UPPA délocalisé à Tarbes, après accord entre les deux Universités concernées (Victor Segalen Bordeaux 2 et Toulouse Paul Sabatier), accueille les étudiants originaires des départements des Pyrénées-Atlantiques et des Landes d’une part et des Hautes-Pyrénées et du Gers d’autre part. Il faut par ailleurs préciser que les sportifs de haut niveau dérogent à ce principe ainsi que les étudiants en provenance des TOM ou ceux dont les parents sont soumis à mutation.

2. Le cas des Athlètes de Haut Niveau inscrits sur les listes du MJS

14Bien évidemment, le département STAPS se réjouit d’accueillir des Athlètes de Haut Niveau et met en oeuvre le dispositif réglementaire pour faciliter au mieux carrière sportive et poursuite d’études. Le statut d’étudiant salarié qui leur est proposé règle un certain nombre de problèmes (dispense d’assiduité, contrôle terminal, étalement des cursus) ; les dispositifs des arrêtés Bayrou permettent la compensation et la capitalisation et enfin nous accordons, en tant que de besoin pour ces athlètes des sessions d’examens reportées en fonction des impératifs des calendriers de compétition. Un enseignant du département coordonne le dispositif en général et travaille en liaison étroite avec ses collègues responsables des différentes années de formation.

15Pour exemple, nous accueillons à ce jour 19 Athlètes de Haut Niveau à Tarbes : 5 jeunes filles et 14 garçons ; 14 en catégorie JEUNE et 5 en catégorie SENIOR. Ces athlètes se répartissent en 7 pilotaris, 5 rugbymen, 2 skieurs, 1 snow-boarder, 2 kayakistes, 1 karatéka et 1 cycliste. Ce qui représente un effectif de 5 % du total des inscrits de l’ensemble du cursus. Ce rapport est important si on le compare à celui de l’effectif global de l’UPPA ou à celui de l’ensemble des licenciés (cf. tableau).

Nombre d’AHN Effectif Pourcentage
Département STAPS Université Pau
Licenciés (France)
19
35
5 000
400
14 000
12 000 000
4,75 %
0,25 %
0,041 %

16Les sportifs de haut niveau sont donc relativement nombreux à l’Université et bénéficient des dispositions réglementaires prévues. À cette situation particulière se rajoutent des aides liées à la volonté politique locale. En effet, le département des Hautes-Pyrénées par exemple développe une politique sportive d’aide au « haut niveau local » au travers de son Office Départemental du Sport. Ce dernier propose au Conseil Général une répartition des aides offertes aux athlètes du département (de 2 000 à 30 000 francs par an). Cette aide est affectée en fonction des disciplines, du niveau de résultat et participe à une valorisation de l’image de l’athlète en terme de communication. Il s’agit plus d’une reconnaissance et d’un encouragement que d’une politique de partenariat soutenue en terme de retour d’image. Le budget global des aides personnalisées se monte environ à 400 000 francs par an et concerne une vingtaine d’athlètes. Il n’y a pas d’articulation entre les politiques nationale, régionale et départementale à ce niveau.

3. Le cas des athlètes de « haut niveau régional »

17Ces étudiants sont de loin les plus nombreux. Tous ceux qui sont en attente d’une inscription sur les listes nationales, ceux qui constituent l’élite régionale aspirent à être reconnus et à bénéficier des aménagements. La pression du mouvement sportif local afin d’obtenir une reconnaissance est forte et se double relativement fréquemment d’interventions politiques directes de la part des élus proches de ces dirigeants sportifs (renforcement du club local, cas social, etc.).

18La réponse du département STAPS est souvent ambiguë et s’exprime le plus souvent par une prise en compte partielle. En effet, les enseignants du département, professeurs d’EPS pour la plupart, sinon tous titulaires d’un cursus STAPS, sont proches du mouvement sportif avec lequel sont tissés des liens étroits. La formation des étudiants nécessite une mise en situation pédagogique et les clubs en sont, à côté des établissements scolaires, le support. Par ailleurs, l’Université, à l’initiative du département STAPS a contracté bon nombre de conventions avec le système fédéral ou les ligues afin que l’enseignement délivré dans le cursus STAPS soit validé en vue d’obtenir une qualification de cadre fédéral (initiateur, moniteur, éducateur, etc.). Cet état de fait incite donc à une réponse adaptée, limitée en réalité par les problèmes d’effectifs d’une part et de surenchère de certains dirigeants de club d’autre part (pour exemple, demande de libération des cours du vendredi pour participer à des entraînements d’un club de rugby de la Côte Basque, demande bien évidemment refusée).

4. La professionnalisation des étudiants

19La professionnalisation des étudiants interfère également sur cet aspect des choses. En effet, devant la nécessaire diversification de la filière, les métiers du sport constituent un débouché non négligeable et les impératifs catégoriques édictés par le MJS passent par un niveau de performance relativement élevé et un volume de pratique important. C’est pourquoi il nous a paru indispensable de proposer aux étudiants des enseignements d’option soutenus.

20Nous nous proposons ainsi d’amener les étudiants au niveau du Brevet d’État d’Éducateur Sportif dans une quinzaine d’options sportives. Cette volonté de permettre aux étudiants de préparer des diplômes Jeunesse et Sports implique d’une part de les orienter dans leur choix (niveau de pré-requis exigé) et d’autre part de programmer des enseignements d’option sportive sur la base de 160 heures en DEUG. Les étudiants qui n’ont pas de véritable spécialité sportive sont invités à choisir une option « Polyvalence ».

21Ce choix interfère encore avec les impératifs de performance de l’Athlète de Haut Niveau car la correspondance entre les spécialités choisies par les étudiants et leur propre spécialité sportive n’est pas toujours respectée. En effet, bon nombre d’entre eux cherchent à acquérir une nouvelle « spécialité » dans une discipline permettant par la suite une « exploitation professionnelle la plus facile possible ». Pour exemple, le cas du Brevet National de Secourisme et de Sauvetage Aquatique (BNSSA) ou du Brevet d’État d’Éducateur Sportif de Natation (BEESAN) apparaissent comme les formations complémentaires les plus courues.

V. Le rapprochement avec les fédérations

Le cas de la pelote basque

22Les structures de la Fédération Française de Pelote Basque, (siège, direction technique, section sport-étude) sont établies à Bayonne, proximité culturelle oblige. Les étudiants pilotaris poursuivaient le plus souvent à Bordeaux leurs études trouvant dans cette ville une large offre de formation universitaire ainsi qu’un milieu « pelote » dynamique et de nombreuses structures sportives spécialisées (trinquets, frontons, murs à gauche, etc.). Aussi ai-je eu la surprise, heureuse, d’être sollicité par la fédération pour ouvrir une section universitaire de pelote basque liée à l’existence du département STAPS.

23Le fonctionnement de cette structure est défini par convention entre la Fédération et l’Université. La Fédération de Française de Pelote Basque fournit un contingent nombreux d’étudiants classés sportifs de haut niveau du fait de ses nombreuses spécialités (14 internationales – 24 nationales), ainsi qu’un cadre technique qui assure les cours d’option, le département prenant en compte le déplacement dudit cadre.

24Le nombre d’étudiants susceptibles de s’inscrire dans le « haut niveau régional » est important dans le cadre d’une pratique bien ancrée culturellement. Il nous faut en conséquence être attentif à la reconnaissance de la qualité d’Athlète de haut niveau afin de n’être pas débordés par les pratiquants de base nombreux dans cette région.

25À cette politique relative à la recherche de performance est associée la formation des cadres techniques (Brevets fédéraux comme Brevets d’État) à laquelle le département STAPS contribue également dans le cadre de la valorisation du cursus des étudiants. Enfin, une prochaine convention devrait enfin officialiser les contacts pris actuellement pour évaluer d’un point de vue scientifique la condition physique et les programmes d’entraînement des étudiants pilotaris du pôle tarbais.

26La Fédération Française de Pelote Basque s’est rapprochée de l’UPPA et du département STAPS pour de multiples raisons, parmi lesquelles on peut citer :

  • l’évolution de la société qui permet aujourd’hui aux jeunes d’engager des études longues, la Fédération encourageant ses ressortissants à suivre cette voie ;
  • il semblerait que les jeunes pilotaris Aquitains préfèrent Tarbes à Bordeaux ;
  • il semblerait que les Universités bordelaises n’aient pas perçu « l’aura » de la Pelote et qu’un climat de confiance se soit instauré entre la fédération et l’UPPA ;
  • enfin les jeunes sportifs (les pilotaris ne dérogent pas de ce point de vue) sont attirés par le mirage des STAPS et rêvent pour un grand nombre d’accéder à la fonction publique d’État ou mieux encore à la fonction publique territoriale qui leur permet plus sûrement de vivre « au pays ».

27Ainsi la Fédération Française de Pelote Basque est-elle exemplaire puisqu’elle a mis en place un continuum allant des sections scolaires à la section Universitaire de haut niveau en passant par les pôles Espoirs et les pôles France et qu’elle préfigure (à mon sens) un type de collaboration remarquable avec l’Université.

VI. Le dispositif réglementaire

1. Les filières du sport de haut niveau (pôles espoir et pôles France)

28Ce modèle initié à la suite des dispositions de la loi de 1984 sur le sport et réformé en 1993 par le Ministère de la Jeunesse et des Sports est quasi standardisé. Il s’appuie sur le plan du principe sur des conventions passées avec les Fédérations dirigeantes (dont les cadres Techniques Nationaux et Régionaux responsables de ces pôles sont des Fonctionnaires d’État de ce même Ministère) et s’articule le plus souvent autour des CREPS. Ce modèle quasi standardisé s’accorde mal avec les Universités, établissements autonomes d’une part et méconnaissant le plus souvent le monde sportif d’autre part. Dans ce cas précis, l’intervention d’un cadre technique sportif auprès de l’Université en faveur d’un étudiant n’est pas toujours couronnée de succès ; la médiation de « personnels du sérail » est indispensable au bon fonctionnement du système : universitaires anciens sportifs, professeurs d’EPS des SUAPS, etc. Le cas des UFR STAPS pose à priori moins de problèmes puisque ceux-ci peuvent être réglés directement au sein de la structure

2. Les coopérations possibles et l’évolution souhaitable

29Les Facultés des Sciences du Sport sont bien évidemment favorables au sport de haut niveau et à des collaborations avec les différentes instances concernées. Sans doute faudrait-il proposer une carte universitaire prenant en compte et les atouts géographiques et les potentiels d’encadrement puisque certaines de ces Facultés comptent dans leurs rangs des enseignants hautement qualifiés sur le plan fédéral. Parallèlement à ce qui dessine au niveau national pour les Universités, on pourrait imaginer pour les Facultés des Sports des pôles d’excellence qui seraient des partenaires associés aux pôles France ou aux pôles Espoirs, dans la préparation technique et la conduite des études de ces sportifs de haut niveau. Cette proposition n’a pas pour finalité de surajouter une structure à ce qui existe déjà mais vise à prendre en compte une réalité complexe et à mieux reconnaître, dans un milieu parfois indifférent, les difficultés de ces étudiants sportifs.

30Le système reste cependant améliorable mais nécessite une collaboration plus étroite encore avec le mouvement sportif et plus particulièrement les clubs ou les comités. En effet, l’Université ne peut pas à elle seule résoudre l’ensemble des problèmes de formation des étudiants sportifs de haut niveau et plus particulièrement de ceux de « haut niveau régional » qui doivent « courir deux lièvres à la fois » et qui ne disposent pas du statut d’athlète de haut niveau. La collaboration des clubs est donc essentielle et ils doivent eux aussi investir dans la formation par le biais de soutiens accordés à l’institution universitaire qui accueille et aménage les études de ces sportifs en devenir. Pour ma part je verrais bien la désignation d’un tuteur universitaire, responsable de 4 à 5 étudiants et qui les accompagnerait tout au long de leur cursus. Ce tuteur pourrait également participer avec l’étudiant à son orientation professionnelle. Enfin quelques cours de rattrapage ou même de soutien pourraient être programmés en cas de besoin.

31Ces quelques mesures existent déjà et sont parfois financées par les clubs (cf. UFR STAPS de Montpellier). Il m’apparaît déterminant que dans le cadre d’une politique concertée, la région, les Offices départementaux des Sports ou les Comités sportifs départementaux voire les clubs puissent ainsi participer à une véritable politique de formation sportive, initiale et/ou professionnelle de ces sportifs-étudiants de « haut niveau régional ».

VII. Conclusion

32Le Sport de Haut Niveau est aujourd’hui une donnée incontournable du système STAPS. L’accueil massif d’étudiants dans cette filière pose le problème d’une individualisation des cursus des étudiants sportifs de haut niveau ou assimilés. La question est d’autant plus aiguë que les régions prennent en compte un sport de « haut niveau régional » et que ces mêmes Régions sont aujourd’hui des partenaires très actifs des Universités quant à leur financement. L’impasse sur des sportifs en devenir ne peut donc être faite.

33Enfin, le mouvement sportif redevient un partenaire privilégié des UFR STAPS tant pour un support pédagogique (mise en stage des étudiants) que pour la définition de programmes de formation aboutissant à une professionnalisation autour des métiers du sport. Il semble là encore difficile, dans le cadre d’une collaboration relativement étroite avec le mouvement sportif de ne pas répondre, en tout ou partie, avec les moyens dont nous disposons, aux attentes de nos partenaires et aux légitimes aspirations des étudiants tant que celles-ci ne mettent pas en cause leur formation et leur potentiel de réussite. La prise en compte de la formation des sportifs de haut niveau et notamment de « haut niveau régional » par les Universités devra, à terme, aboutir à une coopération étroite avec les clubs, comités ou ligues, les structures spécifiques (pôles Espoirs et France) et à un financement partiel par ces mêmes institutions.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search