Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 10. Formations des sportifs de haut niveau : quelles interactions ?

Études et sport de haut niveau : cohabitation ou synergie ?

Christophe Debove

Texte intégral

I. Les missions de l’institut

1L’Institut National du Sport et de l’Éducation Physique (INSEP), établissement public du ministère de la Jeunesse et des Sports, a pour mission principale de favoriser, conjointement, la réussite du projet sportif et professionnel du sportif de haut niveau.

2Trois missions complémentaires s’ajoutent à cette mission principale, pour en faciliter la réalisation. Elles consistent à :

  • assurer la formation professionnelle continue de l’encadrement sportif français au plus haut niveau ;
  • participer à la politique du ministère chargé des sports, notamment en matière de développement et de promotion du sport de haut niveau, au plan national et international.

3Ces missions se réalisent en partenariat avec le ministère de la Jeunesse et des Sports, ses établissements et services déconcentrés, les autres ministères concernés (Éducation nationale, Recherche et Université, Défense, Affaires étrangères, Coopération), les fédérations sportives, les collectivités publiques, les groupements d’intérêt public et les partenaires privés intéressés.

4Chacune des structures de l’institut participe, en coopération les unes avec les autres, à la recherche permanente de l’excellence dans la réalisation de sa mission principale et de ses missions complémentaires.

II. L’organisation de l’établissement

5L’INSEP est un des éléments du dispositif des filières du haut niveau (cf. décret n° 93-104 du 31 août 1993). Il réunit les moyens nécessaires au fonctionnement des pôles (France et Espoir) créés et validés dans le cadre de ce dispositif. À ce titre il s’inclut dans la politique du ministère de la Jeunesse et des Sports et aide les sportifs de haut niveau dans la préparation des compétitions de référence que sont les Jeux olympiques ou les Championnats du Monde.

6Le rassemblement d’un nombre important de pôles, les moyens spécifiques dont est doté l’institut (notamment en médecine, recherche, information, documentation, etc.), le développement du partenariat, font de l’INSEP le principal centre de ressources du sport de haut niveau français.

7Actuellement, l’établissement accueille 963 sportifs de haut niveau permanents. Ils sont répartis dans les 25 pôles France et au sein de l’unique pôle Espoir de l’institut. Cependant ils appartiennent à 35 fédérations sportives différentes. En effet, certaines fédérations, souvent pour des motifs liés à la formation, nous demandent régulièrement de bien vouloir accepter quelques individualités.

8Dans le dispositif national des filières du sport de haut niveau, et dans le schéma national des établissements du ministère de la Jeunesse et des Sports, l’INSEP est ainsi placé en position privilégiée pour être « tête de réseau » dans les domaines où il est reconnu comme le plus compétent.

9Le fonctionnement de l’institut s’organise pour répondre au mieux au cahier des charges des pôles, dans ses différents domaines :

  • l’entraînement ;
  • l’environnement sportif et le cadre de vie ;
  • la formation.

III. L’entraînement

10Le département du sportif de haut niveau (D.S.H.N.) a pour mission générale d’initier, mettre en œuvre et développer, au titre de l’INSEP, et en relation avec les départements ou autres services concernés, toutes actions d’aide à la performance sportive (concept de centre d’aide à la performance). Il joue un rôle d’expert sur les conditions optimales de réalisation de la performance sportive. Il veille notamment à la qualité d’accueil et de vie, ainsi qu’à l’environnement sportif. Il facilite ou assure en permanence la liaison entre les coordonnateurs des différents pôles et l’ensemble de l’institut.

11L’entraînement des sportifs est placé sous la responsabilité des directions techniques nationales. Il est animé et assuré par les cadres techniques. L’Institut y contribue avec les moyens matériels et techniques de ses différents départements ou services.

12C’est ainsi que les pôles peuvent s’appuyer sur les équipements sportifs que l’établissement entretient et met à leur disposition :

SPORT ÉQUIPEMENT
Athlétisme
Aviron et Canoë-Kayak
Badminton
Basket-ball
Base-ball
Boxe anglaise et française
Cyclisme
Escrime
Gymnastique
Haltérophilie
Judo
Lutte
Natation
Roller skating
Tennis
Tennis de table
Tir
Tir à l’arc
Volley-ball
Multisports
stade couvert, 2 pistes et 2 aires de lancer extérieures
Base olympique de Vaires-sur-Marne
7 terrains
salle parquetée de 800 m2
gymnase et aire de jeu extérieure spécialisée
3 rings olympiques, 2 d’entraînement et une salle de frappe
un vélodrome couvert
4 salles équipées
1 salle spécialisée pour l’artistique et une salle pour l’aérobic
1 salle de 370 m2
6 tatamis
4 surfaces de combat
1 bassin de 50 m et 1 de 33 m
1 piste courte d’entraînement
6 courts couverts en hiver
1 salle parquetée de 1 276 m2
2 stands découverts à 25 et 50 m, 1 stand couvert à 10 m
1 stand de tir extérieur olympique et 1 salle à 30 m
4 terrains en salle et un terrain extérieur de beach-volley
9 sites de musculation, 1 salle de danse, 5 saunas, 1 centre d’hydro-récupération, 2 terrains de football, 1 terrain de rugby

13Le suivi médical de l’entraînement est assuré en permanence par une équipe de 70 médecins ou kinésithérapeutes (dont 15 à temps plein). Si le centre de santé regroupe des généralistes, le département médical propose aussi sur place certaines spécialités : traumatologues, dentistes, nutritionnistes ou ophtalmologistes accueillent également les sportifs.

IV. Le département de la formation

14Il favorise ou assure la formation scolaire, universitaire et professionnelle des sportifs de haut niveau inscrits à l’institut.

15En collaboration avec ses autres services et départements, notamment le département médical et celui chargé des sciences du sport, il contribue à la formation et au perfectionnement de l’encadrement du sport de haut niveau. Dans ce cadre, il met en oeuvre les formations préparant au diplôme de l’INSEP ; il organise les entretiens de l’INSEP ; le cycle juridique approfondi et une préparation modulaire au concours du professorat de sport.

16L’Institut accueille en formation des cadres étrangers, en application d’accords internationaux.

V. La formation des sportifs de haut niveau

17C’est la mission première du département de la formation.

18L’Institut propose ainsi, aux quelque 1 000 jeunes qui le fréquentent, différentes formations adaptées au projet professionnel de chacun.

19Les exigences de la pratique sportive intense, et plus particulièrement les entraînements biquotidiens, des déplacements fréquents et parfois longs... ont amené l’établissement à assurer directement et sur place, un nombre important de formations.

20Afin de proposer aux sportifs un large choix, il a été nécessaire de regrouper des disciplines différentes au sein de groupes de formation identiques. Il a donc été nécessaire de coordonner les horaires de formation en fonction des créneaux réservés à l’entraînement. En accord avec les fédérations concernées, le rythme de vie général de l’institut permet donc une période de formation journalière de 8h00 à 11h00 le matin et de 14h00 à 16h00 l’après-midi.

21À ces aménagements s’additionnent de nombreuses aides complémentaires mises en place par des enseignants tous très sensibles à la problématique du sport de haut niveau. Elles sont regroupées dans un dispositif de « gestion des absences » favorisant l’adéquation entre formation et pratique sportive.

1. Les études secondaires

22En convention avec les établissements scolaires environnants, les cours se déroulent à l’INSEP sous la responsabilité des enseignants des différents lycées concernés.

23Les effectifs 1999 sont de 166 élèves issus de 21 fédérations sportives

différentes.

24Pour encadrer ces élèves, 60 professeurs de l’Éducation nationale viennent à temps partiel ou complet à l’INSEP. Leur action est complétée par les interventions de 5 surveillants, d’un « emploi-jeune » et de 5 enseignants de l’institut.

25Le dispositif permet d’enregistrer les résultats suivants :

– Brevet National des collèges 11 sur 13 (85 %)
– BEP Électrotechnique 2 sur 4 (50 %)
– Baccalauréat L-ES-S-STT et EIE 54 sur 74 (73 %)

26À ceci il convient d’ajouter les 66 élèves de la filière commerciale proposée à l’INSEP.

27Ils sont encadrés par vingt et un enseignants des établissements partenaires dont 5 effectuent la totalité de leur service à l’INSEP. Un enseignant de l’Institut assure la coordination de ces formations.

28Les principaux résultats :

– BEP VAM : 6 sur 7 (86
5 %)
– Bac Pro Commerce 7 sur 7 00 %) (10
– BTS Action Commerciale 7 sur 8 (88
3 %)

2. La formation sportcom

29En relation avec le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, l’INSEP propose une formation réservée aux sportifs de haut niveau et préparant en trois ans, au diplôme de technicien supérieur de l’information et de la communication dans le sport (homologué par le ministère du travail au niveau III de formation professionnelle).

30Les effectifs 1997/98 étaient de 23 élèves, 11 ont été reçus au diplôme.

31Le redoublement n’est pas admis et chaque entrée en formation nécessite d’avoir obtenu la note de 10 à tous les différents modules de formation de l’année précédente. Cette exigence permet d’obtenir dans cette filière des résultats exceptionnels en terme de diplôme mais surtout au niveau de l’emploi de ces jeunes qui tous trouvent un travail par la suite.

32Céline Geraud, journaliste du service des sports de France télévision (Sport 3) est issue de cette formation.

3. Les formations aux métiers du sport

33Elles restent le fer de lance de l’institut.

34Ces dernières sont soit des formations du MJS, soit des formations universitaires. Dans chaque cas de figure, les enseignements sont réalisés en grande majorité par les quelque 80 formateurs ou enseignants-chercheurs de l’institut.

a) Le brevet d’État 1er degré (BE1)

35Cette formation comporte un cycle préparatoire qui a accueilli cette année 12 sportifs dont le niveau d’entrée ne permettait pas de suivre une filière de niveau IV.

36Pour les cas les plus difficiles à solutionner, l’institut a proposé pour la première fois un suivi particulier dans une cellule de remédiation cognitive.

37Les principaux résultats :

– stagiaires présentés à l’évaluation terminale : 106 sur 131 (76 %)
– ont obtenu leur diplôme 77 sur 106 (72 %)

b) Le Brevet d’État d’Éducateur Sportif des Activités Physiques Pour Tous (BEESAPT).

38Principalement réservée à des sportifs issus du BE1, cette formation modulaire prépare à l’examen en deux ans.

39Les effectifs 1997/98 étaient de 23 élèves.

c) Le brevet d’État 2éme degré (BE2)

40Les effectifs 1997/98 étaient de 75 stagiaires de 13 sports différents et répartis de la manière suivante :

– Cycle préparatoire 9 stagiaires
– 1ère année de formation 21 stagiaires
– 2ème année 22 stagiaires
– Tronc commun 23 stagiaires

4115 stagiaires ont obtenu leur diplôme, 23 sportifs ont obtenu le tronc commun.

d) Le professorat de sport réservé aux sportifs de haut niveau

42La formation au concours de sélection sur épreuves pour le recrutement de professeurs de sport réservé aux sportifs de haut niveau, débutée en novembre 1999, se terminera en mai 2000.

43Ce cycle de formation réunit 31 sportifs. Pour la session précédente, les 24 postes ouverts au concours ont été pourvus. De plus, 3 sportifs avaient réussi le concours interne ou externe de l’année 1997. Vingt-sept stagiaires sont donc devenus cadres d’État au sein du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

e) La filière STAPS de l’INSEP

44C’est une des bases du département de la formation et elle subit comme dans toutes les UFR STAPS en France un engouement fort de la part des jeunes sportifs de l’institut. Traditionnellement orientée vers la préparation du CAPEPS, cette filière tend à se diversifier et propose une orientation entraînement et management.

45Les formations se déroulent pour la plus grande partie en accord avec l’UFR STAPS de Paris X Nanterre et selon les maquettes de cet établissement qui délivre les diplômes.

46Toutefois depuis la rentrée 1998, une maîtrise STAPS option entraînement est développée en collaboration avec l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences de l’Éducation et Sciences Sociales (UFRSESS) de Paris XII Créteil. De même, la préparation au CAPEPS se déroule en convention avec l’IUFM de Créteil.

47Les effectifs 1997/98 étaient de 229 étudiants.

4. La mise en place d’une classe préparatoire

48Elle prépare à l’entrée en école de kinésithérapie ou autres cursus paramédicaux. Ce sont 15 sportifs de haut niveau qui accèdent ensuite chaque année à l’école de Saint-Maurice où ils bénéficient d’un statut particulier.

49Les effectifs 1997/98 étaient de 45 étudiants répartis de la manière suivante :

Prépa-Kiné 19 étudiants
– 1ère année kiné 13 étudiants
– 2ème année 9 étudiants
– 3ème année 4 étudiants

5. Les actions de suivi

a) Les aides à la scolarité

50Au-delà des aménagements des différentes filières de formation qui permettent systématiquement un entraînement biquotidien, des rattrapages de cours ou des sessions d’examens particulières, l’INSEP propose des structures d’aide à la formation dont le but est de favoriser une meilleure adéquation entre les études et la pratique sportive au plus haut niveau.

51Le Centre de Soutien Permanent (CSP)

52Le CSP est une structure d’aide individualisée. Créée en 1996, elle est composée de 8 membres principaux et implique occasionnellement bon nombre des formateurs de l’institut.

53Les actions menées par le centre sont de 4 types :

  • le soutien à l’étudiant en cas de difficultés dans la compréhension des enseignements. C’est plus généralement pour l’expression écrite ou orale que la demande est la plus forte ;
  • le rattrapage des cours en cas d’absence justifiée ;
  • le remplacement des cours lorsqu’un module entier ne peut être suivi ;
  • l’approfondissement de certains enseignements et ce, plus particulièrement, afin de mieux préparer les échéances importantes (concours).

Les Parcours Individualisés de Formation

54La structure des parcours individualisés de formation s’adresse à des athlètes de haut niveau au sommet de leur carrière sportive et plus précisément les médaillés aux différents championnats d’Europe, du Monde ou Jeux olympiques.

55Les contraintes particulièrement importantes liées aux stages, compétitions ou entraînement amenaient trop souvent ces sportifs à ne plus pouvoir suivre les filières de formation, mêmes aménagées, de l’INSEP. Ce sont ainsi vingt étudiants qui peuvent donc poursuivre leurs études en parcours individualisé de formation.

56Ces athlètes sont inscrits dans les filières de formation de l’institut. Les cours se déroulent individuellement ou par groupes de 2 ou 3 personnes. L’organisation temporelle prend en compte les contraintes sportives, la formation reçue est effective et complète, dans le respect des programmes et exigences d’évaluation de la filière de formation.

57Les démarches, fortement adaptées aux caractéristiques de ce public et au caractère professionnel des formations, diffèrent de celles mises en œuvre dans les filières. Chaque étudiant est suivi par un tuteur qui gère la formation en collaboration étroite avec les responsables fédéraux, et établit un projet individualisé, en permanence réajustable.

58Cette formation, nécessitant un gros investissement en moyens humains pour l’établissement, a permis d’obtenir des résultats jusqu’ici inenvisageables. Les entraîneurs et les athlètes ont manifesté à maintes reprises l’intérêt qu’ils apportent à cette structure.

59Afin de favoriser toutes ces actions, d’autres unités transversales se sont développées au sein du département. Et plus particulièrement :

  • L’unité de langues étrangères compte 5 enseignants pour couvrir les besoins linguistiques du département de la formation en allemand, anglais, espagnol et italien.
  • L’unité de Formation et de Production Multimédia regroupant 3 enseignants dont les missions sont de produire des documents multimédia de formation au bénéfice de l’institut et du monde sportif en général.
  • L’unité de formation informatique, qui, en plus des cours qu’elle assure, propose aux étudiants et enseignants l’accès à un « libre service informatique » permettant la réalisation de documents (mémoires, articles...) ; elle sera dès septembre 1999 capable de proposer à chaque élève, un outil d’auto-formation permettant à l’enseignant de préparer un cours personnalisé pour chaque élève et bien sûr consultable en libre service, voire par Internet.

60L’unité de formation audiovisuelle et des interventions permet de faciliter l’accès et l’utilisation de l’image au sein des formations, de l’entraînement et de la recherche. Les jeunes sportifs vivent dans un monde où l’image est omniprésente : il est donc indispensable de leur permettre d’intégrer cette technologie au service de la communication, de l’information, de la formation ou de la performance sportive.

VI. Études et sport, cohabitation ou synergie ?

1. La formation

61Les résultats scolaires ou universitaires obtenus par l’institut ne sont pas extraordinaires, toutefois ils sont identiques ou légèrement supérieurs aux moyennes nationales (73 % au Bac, 33 % pour le CAPEPS par exemple). Cependant chaque sportif bénéficie d’un réel projet de formation et ici la différence paraît forte avec l’ensemble de la population du même âge. Pour obtenir ces résultats, une pression constante est réalisée par l’encadrement de l’institut ou des fédérations. Cela se fait-il au détriment de la performance ?

2. Les résultats sportifs

62En 1996, les sportifs qui s’entraînaient à l’INSEP ont rapporté d’Atlanta 20 des 37 médailles françaises.

63En 1998 ces jeunes athlètes ont su exprimer leur talent en montant sur :

  1. podiums aux Championnats du Monde senior ;
  2. podiums aux divers Championnats d’Europe.

64Les juniors ne sont pas en reste et sont revenus avec 21 médailles mondiales et 32 européennes.

VII. Pour conclure

65Que l’on ne se méprenne pas, les autres pôles, voire certains clubs, fonctionnent dans le même esprit et avec de bons résultats. L’INSEP est simplement spécifique par la dimension et la systématisation de cette réussite rendue uniquement possible par la concentration des sportifs et donc des moyens.

66Le dispositif actuel est perfectible, le droit à la formation du sportif de haut niveau est maintenant bien reconnu mais les exigences du sport de haut niveau sont en perpétuelle évolution. Chaque jour les besoins sont supérieurs et des voies restent à explorer : le télé-enseignement en relation avec les technologies nouvelles paraît être une direction prometteuse mais nous en sommes aux balbutiements. De même le recul de la maturité sportive laisse à penser que l’étalement de la formation deviendra également une piste de plus en plus envisageable.

67Cependant les chiffres précédents parlent d’eux-mêmes, la réussite est là, le respect de l’individu et donc d’une certaine éthique sportive aussi. Les sportifs, comme les autres jeunes de la population peuvent bénéficier d’une réelle synergie en faveur de leur projet professionnel. Certains sont parfois en difficulté, mais ils bénéficient souvent d’une aide particulière de leur entourage sportif et des formateurs de l’institut. D’autres réussissent mieux et l’excellence scolaire ou universitaire n’est pas une exception.

68L’INSEP compte parmi les sportifs qui le fréquentent, deux sportives de haut niveau qui viennent de réussir l’agrégation de physique pour l’une et de mathématique pour l’autre. D’autres terminent un doctorat d’État. Certains médaillés olympiques sont devenus médecins...

69Pour conclure je prendrai un exemple, et vous ferai part du plaisir que je ressens actuellement, quand j’observe, au sein du même groupe d’entraînement de l’Institut, deux polytechniciens côtoyer des sportifs du même âge en formation professionnelle de niveau IV. Ce groupe, dirigé par un entraîneur remarquable a de plus dans ses rangs un champion olympique... Toutefois, quelle que soit leur réussite sociale, ils se côtoient tous les jours dans les salles ou sur les stades et ceci est un facteur important de la socialisation par le sport de haut niveau.

Auteur

Chef du département de la formation – Institut National du Sport et de l’Education Physique (INSEP).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search