Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 9. Recherches, formations, régions : atomisation, synergies, innovations ?

Enseigner, animer, entraîner : utilité sociale et enjeux scientifiques de l’émergence en Aquitaine de recherches technologiques et didactiques

Daniel Bouthier

Texte intégral

1Les besoins de connaissances, relatifs à des questions de terrain concernant des interventions éducatives rationnelles dans le domaine des APS, sont fortement exprimés par les secteurs sociaux correspondants, dont le sport de haut niveau et professionnel. Ils interrogent à ce propos les instances de recherche sur le champ et les caractéristiques de leur activité scientifique.

2Bien évidemment chacun des secteurs sociaux (sport de compétition, loisir sportif, éducation physique à l’école), en fonction de ses finalités propres, des valeurs qu’il encourage, et des conditions de pratique qu’il offre, développe une conception de la spécialité sportive et des modalités d’intervention particulières pour l’initiation et le perfectionnement des pratiquants.

3En Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS), l’existence de travaux portant sur une approche scientifique du processus d’élaboration des techniques corporelles (technologie des APS) et sur les procédures de transmission-appropriation des techniques corporelles (didactique des APS), est donc par définition de la discipline universitaire une nécessité, notamment pour le sport de haut niveau.

I. Une acception moderne des techniques et des recherches technologiques en APS

4En effet, d’une part il n’est maintenant plus possible de considérer les techniques comme des simples manières de faire, dépouillées de leur contexte et de leur raison d’être (Fabre 1972), et leur transmission comme la seule reproduction de la forme extérieure du geste du champion par ses rivaux, et a fortiori par des débutants. Différents auteurs (Leroi-Gourhan 1964, Leplat et Pailhous 1981, Haudricourt 1987, Vigarello 1988, etc.) par leur travaux mettent à disposition une acception moderne et riche des techniques et de la technicité (Combarnous 1984, Martinand 1992). La technique renvoie en effet aux procédures formalisées et transmissibles des habiletés, constituant un lien entre connaissance et action. La technicité suppose une pensée propre, dite rationalité technique, utilisant des outils conceptuels et matériels spécifiques, et s’appuyant souvent sur une répartition fonctionnelle des tâches et des rôles socio-techniques.

5D’autre part, aujourd’hui les études sur les rapports entre sciences et techniques ou pratiques (Staudenmayer 1988) soulignent que les apports scientifiques sont toujours considérablement retravaillés, transformés pour pouvoir être réinvestis dans le monde technique, de même elles mettent en évidence l’intérêt à prendre aussi en compte les formalisations émanant du champ des pratiques elles-mêmes, susceptibles d’être modélisées et théorisées. Bien évidemment cela induit une nouvelle réflexion sur les stratégies et les contenus de formation universitaire et professionnelle, en particulier sur la place et le rôle des théories et des pratiques et sur leurs rapports dans les cursus.

6C’est dans cette perspective, prenant en compte les savoirs cachés dans l’agir professionnel (Schôn 1994), que sont présentés les objets de recherche constitués par « les compétences professionnelles à enseigner, animer, entraîner, et leur formation ». Discutés du point du vue de leur utilité sociale au regard de différentes institutions (IUFM, Université, CREPS, DRJS...) confrontées à l’intégration des problématiques relatives aux pratiques de haut niveau et à la formation de leurs acteurs, ainsi que des conditions de leur existence (collaboration inter-institutions) en Aquitaine, et de leur scientificité (paradigme spécifique).

II. Des recherches didactiques visant à éclairer l’intervention en APS

7Dans ce contexte se développe au sein de l’équipe de recherche « Vie sportive : tradition, innovation, intervention » de l’Université de Bordeaux 2, complémentairement aux approches sociologiques et psychologiques déjà existantes, et avec le même souci de prise directe avec les réalités régionales, un groupe intitulé « Intervention et Didactique en Éducation et Entraînement Sportif ».

8Le champ de recherche que se propose d’investiguer le groupe « IDÉES » est constitué par l’approche, dans une perspective didactique, des contenus et des procédures d’interventions éducatives en sport. Le sport étant pris ici au sens large d’Activités Physiques Sportives et Artistiques (APSA) constituant le patrimoine culturel transmis au sein des différents secteurs sociaux de pratique. L’approche didactique focalise sur l’élaboration, la transmission et l’appropriation des contenus de formation. En APS elle suppose de s’intéresser aux rapports qu’entretiennent l’intervenant en éducation (pôle pédagogique), le pratiquant enseigné (pôle psychologique) et les contenus en jeu (pôle épistémologique) dans l’environnement considéré. Ce type d’étude sur des situations institutionnelles de formation peut donc se réaliser avec une telle posture (théorique et méthodologique), à propos de divers secteurs sociaux, dépassant le site de l’école représenté ici par l’enseignement de l’éducation physique et sportive, pour être aussi mis en œuvre en situation d’entraînement ou de loisir sportif, voire dans des cas limite de transmission comme ceux réunissant un intervenant et un seul pratiquant (pouvant être un champion), ou en situation moins institutionnelle de formation comme celle de partage de l’expérience dans l’éducation familiale. C’est ce que mettent en évidence, par exemple, les recherches dites en « didactique professionnelle » davantage centrées sur l’activité des formés que sur les savoirs comme le sont les recherches plus classiques en « didactique des disciplines » (scolaire).

9Les travaux proposés, s’appuient notamment sur des études des pratiques et des compétences professionnelles (Pastré, Samurçay, Bouthier 1995) des intervenants, et de ce que s’approprient les pratiquants (enseignés, « animés », entraînés), réalisées à partir de l’analyse de prises de vues en situation et d’entretiens semi-directifs. Ils visent à dégager des connaissances théoriques et pratiques, et leurs conditions d’appropriation, pouvant être réinvesties dans les formations initiales et continues des intervenants à des fins éducatives en sport.

10Différents éléments ont déterminé les premiers axes de recherches retenus :

  • les thématiques scientifiques actuelles en didactique comme la question des compétences comme lien entre pratiques sociales de référence et activités de formation ;
  • des enjeux sociaux prégnants comme la démocratisation de l’accès du plus grand nombre aux richesses du patrimoine culturel en APSA ;
  • des sensibilités, des compétences et une masse critique réduite de chercheurs professionnels ou apprentis regroupés.

11Quatre axes principaux d’investigations ont été choisis, ils concernent

  • une recherche coordonnée par l’INRP portant sur la conception, l’essai et l’évaluation de modules de formation à la notation en EPS des professeurs stagiaires (PLC2), menée dans une perspective de légitimité de la discipline et d’équité pour les élèves ;
  • une recherche initié par l’IUFM et l’Inspection Pédagogique Régionale EPS d’Aquitaine sur la transition CM2/6ème du point de vue des contenus enseignés et des acquisitions des élèves, menée dans un souci de continuité et de cohérence de l’EPS à l’école
  • une recherche soutenue par l’USEP, l’UNSS et la FNSU, sur les compétences professionnelles à l’animation du sport scolaire, menée dans un souci de valorisation et de dynamisation de l’éducation sportive citoyenne par la vie associative en EPS ;
  • une recherche commanditée par la FFR, sur les repères pris par les joueurs pour assurer la continuité du jeu de mouvement en rugby, et les conditions d’entraînement pour le développement de ces habiletés décisionnelles, menée dans un souci d’optimisation du jeu des équipes françaises de haut niveau et de la formation des entraîneurs et éducateurs.

12Pour des raisons de facilité dans la démonstration et de perception plus directe des liens entre ces recherches et le thèmes du colloque : « Sport de haut niveau et sport professionnel en région », nous prendrons ce dernier projet pour exemple.

III. Recontextualisatiohn sociale et scientifique du projet « prise de décisions en rugby »

13Au-delà de la commande nationale, plusieurs raisons fondent la légitimité sociale d’un tel projet en Aquitaine, bien sûr l’existence d’une forte concentration d’équipes de rugby de haut niveau (Agen, Biarritz, Bègles, Dax, Pau), mais aussi une forte densité de petits clubs constituant un tissu, un lien social important, et contribuant à l’identité et la culture régionale, enfin la possibilité de mobiliser et constituer en réseau un potentiel de recherche dispersé dans différentes institutions mais sensible à la prise en compte de questions de terrains et soucieux de contribuer à y apporter des éléments rationnels de décision sinon de réponse.

1. La commande de recherche

14La demande (nationale) est formulée par la nouvelle cellule recherche de la FFR, à l’occasion de l’appel d’offre du Conseil provisoire d’Orientation de la Recherche en Sport du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Elle prend en compte une question soulevée avec force par l’encadrement technique de l’équipe de France : « Quels repères prennent les joueurs pour assurer la continuité du jeu ? ». Cette question est complétée par les Conseillers Techniques Régionaux, professionnellement impliqués à la fois dans l’encadrement de différentes sélections et la formation des éducateurs et entraîneurs. Réunis en stage de formation continue, ils expriment aussi le souhait de voir mieux formalisées « les conditions d’éducation à ces prises de décision », pour les intégrer aux contenus d’entraînement et de formation des intervenants.

15Cette double demande est motivée par le développement dans le jeu moderne de l’importance de pouvoir produire des séquences longues d’enchaînement de jeu de mouvement. La capacité d’assurer cette continuité du jeu étant très influencée par la pertinence des choix de formes collectives de jeu (déployé, pénétrant, au pied) et des actions individuelles réalisées, malgré la pression temporelle, le stress, et la fatigue.

16La question de terrain émanant de la demande sociale est traduite en problème scientifique par les auteurs des travaux (cadres conceptuels et méthodologiques à disposition) déjà réalisés sur le champ, auxquels elle est transmise.

2. Les travaux existants

17Une lignée de productions de type recherche (Deleplace 1966,1979, Stein 1980, Conquet 1981, Bouthier 1984, Reitchess 1986, Villepreux 1987, Bouthier 1988, David 1993) traitent de la problématique des prises de décision tactiques en rugby et des conditions rationnelles de leur formation pour différentes niveaux et âges de pratique. Ils participent ainsi à la diffusion de contenus d’enseignement, d’entraînement et de formation rénovés. Des travaux récents portent plus directement (Nerin 1989, Bouthier & Durey 1995, Bouthier 1998) sur les compétences des entraîneurs, conçues comme connaissances opérationnelles et expérience vécue, et leur formation. Ils mettent en évidence que les entraîneurs compétents, gèrent dans la planification et la différenciation des entraînements une rotation des dominantes de travail (stratégiques, tactiques, « techniques gestuelles », athlétiques, psychologiques, ...), et la régulent à partir des analyses de matches. Les contenus de formation portent donc aujourd’hui notamment sur les principes de développement des différentes composantes (décisionnelle, motrice, énergétique, motivationnelle, attentionnelle, ...) des actions sportives et leurs effets d’interaction réciproque, selon le niveau des joueurs et leurs caractéristiques. Ces recherches conçues dès leur origine pour être réinvesties dans les pratiques, ont sensibilisé lors de leurs présentations (session de formation des entraîneurs nationaux en sports collectifs en 1998, stage de formation continue des cadres techniques nationaux et régionaux, et des entraîneurs candidats au brevet d’état d’éducateur sportif rugby 1er degré en 1999) les demandeurs à ces questions et à la possibilité de les voir prises en charge scientifiquement.

18L’écoute déjà apportées par la Faculté des Sports de l’Université de Bordeaux 2 aux questions de terrain, les travaux menées en convention avec la FFR sur l’évaluation physique des rugbymen, et le renforcement de l’IUFM d’Aquitaine en potentiel de recherche de type didactique et technologique sur les compétences à l’intervention éducative en APS, ont favorisé l’orientation de la demande.

3. Le projet de recherche

19Il comporte trois étapes étalées sur deux ans, assez caractéristiques des recherches dites « technologiques », au sens ou nous l’avons défini en début de texte ; c’est-à-dire, visant la transformation du réel investigué par intervention sur celui-ci, la formalisation des conditions de celle-ci, et la diffusion de l’ensemble (leviers et conditions d’intervention) en tenant compte du contexte et des habitus professionnels des personnels destinataires.

20Ici une première étape est constituée à l’occasion de la Coupe du Monde 1999, par une étude comparative entre nations des choix faits en jeu assurant la continuité du mouvement. Réalisée à partir de prises de vue des matches et d’entretiens avec les entraîneurs, elle vise à repérer les solutions différenciées mises en oeuvre par les joueurs et les stratégies de formation proposées à cet effet par les entraîneurs.

21Une deuxième étape, lancée en parallèle pour terminer la mise au point du dispositif vidéo-informatique, consistera à comparer les décisions prises sur simulateur et en jeu réel de joueurs élite et espoirs, pour valider le simulateur, puis caractériser l’activité décisionnelle des joueurs, voire formuler des propositions pour l’optimiser.

22Une dernière étape visera à concevoir, mettre en œuvre et évaluer les effets d’un module spécifique de formation d’entraîneurs et d’éducateurs dans ce domaine, afin d’en assurer la diffusion dans le milieu fédéral ; celle-ci constituant la validation externe (sociale) de la recherche, la validation interne étant constituée par la présentation scientifique aux pairs (communication et publication).

23Les premiers contacts établis avec les partenaires potentiels permettent d’envisager une étude coordonnée impliquant plusieurs institutions (UFRAPS, IUFM, CREPS, Comité Régional de Rugby et Centre Élite, FNSU et Centre Universitaire Rugby de Haut Niveau), voire plusieurs sites (régions Aquitaine, Île-de-France, Midi-Pyrénées).

IV. Conclusion : le groupe Aquitaine « idées », une possibilité de coopération scientifique régionale socialement ancrée

24Les recherches didactiques à visées technologiques menées sur les contenus et les procédures des interventions éducatives en sports, qui pouvaient paraître a priori très distantes des questions de sport de haut niveau, a fortiori professionnel, en sont relativement proches si l’on veut bien, comme l’ont montré différents intervenants, considérer que :

  • la période de production performante de pointe (économiquement source de profits) est précédée d’un « avant » (éducation-formation) et d’un « après » (réadaptation-réinsertion), qui ne peuvent et ne doivent être négligés dans une vision humaine et sociale de la performance sportive ;
  • le « sport professionnel », au-delà de l’athlète, est donc aussi le fruit et l’occasion, dans son environnement, de l’activité de « professionnels du sport » (enseignants, entraîneurs, agents, médecins, etc.), dont bon nombre donnent lieu à des transmissions-appropriations de contenus (savoirs, savoir-faire, savoir-être, etc.) ;
  • la formation (initiale et continue) et la recherche universitaire, qui sont historiquement intimement liées dans l’enseignement supérieur français, doivent non seulement favoriser l’accueil des athlètes de haut niveau, mais aussi former en STAPS (pour partie) les cadres qualifiés correspondants, sans oublier la mission plus générale de discipline de service (comme la condition physique du vulcanologue...) ou de discipline d’ouverture culturelle sur le monde des APSA en général pour les étudiants de tous les autres cursus.

25Dans ce cas en effet les recherches en didactiques des APS, des techniques des APS, et des sciences des APS (didactique de la biomécanique, de la sociologie, etc. au service des études STAPS) peuvent contribuer pour une modeste part et avoir du sens y compris pour le sport de haut niveau.

26Enfin le caractère régional des pratiques sportives étudiées, la mise en place de synergies territoriales pour réaliser ces études, le lien social plus étroit du fait de la proximité et de la culture partagée, entre pratiquants, décideurs, chercheurs, etc., créent de fait un ancrage social fort et une réelle attente de réinvestissement local des recherches, particulièrement sensibles en Aquitaine.

Bibliographie

Bibliographie

BOUTHIER D., Sports collectifs : contribution à l’analyse de l’activité et éléments pour une formation tactique essentielle ; l’exemple du rugby. Mémoire INSEP, Paris, 1984.

, Les conditions cognitives de la formation d’actions sportives collectives, Thèse de psychologie, École Pratique des Hautes Études – Université Paris V, 1988.

BOUTHIER D., L’analyse des compétences d’entraîneurs de rugby ; contribution à la formation des éducateurs sportifs, Communication à la Biennale Internationale de l’Éducation et de la Formation, Paris, la Sorbonne, 1998.

BOUTHIER D., DUREY A., Les compétences d’un entraîneur de rugby, Éducation Permanente, 123, 1995, p. 65-77.

COMBARNOUS M., Les techniques et la technicité, Paris, Éd. Sociales Messidor, 1984.

CONQUET P., La préaction en rugby. Mémoire INSEP, Paris, 1979.

DAVID B., Place et rôle des représentations dans la mise en œuvre didactique d’une APS ; l’exemple de l’enseignement du rugby. Thèse en Didactique des APS, Université Paris-Sud XI, 1993.

DELEPLACE R., Le rugby, Paris, Armand Collin, 1966.

, Rugby de mouvement, rugby total, Paris, éd. EPS, 1979.

FABRE A., L’école active expérimentale, Paris, PUF, 1972.

MARTINAND J.L., Organisation et mise en œuvre des contenus d’enseignement. Recherches en didactiques : contribution à la formation des maîtres, Paris, INRP, 1993, 13 p.

HAUDRICOURT A.G., La technologie science humaine, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1987.

LEPLAT J., PAILHOUS J., L’acquisition des habiletés mentales : la place des techniques, Le Travail Humain, 44 (2), 1981, p. 275-282.

LEROI-GOURHAN A., Le geste et la parole, I : Technique et langage, Paris, Albin Michel, 1964.

NERIN J.Y., L’entraîneur de rugby : la relation entraîneur-joueurs, Paris, Amphora, 1989.

PASTRÉ P, SAMURCAY R., BOUTHIER D., Le développement des compétences, Analyse du travail et didactique professionnelle, Éducation Permanente, 123, 1995, 137 p.

REITCHESS S., Contribution critique aux sports collectifs : un exemple le rugby ; un cas particulier : l’appropriation du choix d’attaque « jeu groupé-jeu déployé », Analyse comparée des effets d’apprentissage chez les enfants de 5-6 ans, Thèse STAPS, Université Paris V, 1986.

SCHON D.A., Le praticien réflexif, Montréal, Les Éditions Logiques, 1994.

STAUDENMAYER J., L’histoire des sciences et la question : « les technologies sont-elles des sciences appliquées ? », Construire une éthique de l’enseignement scientifique, Courrier du CETHES, 5, 1988, p. 27-43.

STEIN J.F., Sports d’opposition, éléments d’analyse pour une pédagogie des prises de décision, Mémoire INSEP, Paris, 1981.

VIGARELLO G., Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Robert Laffont-EPS, 1988.

VILLEPREUX P., Rugby de mouvement et disponibilité du joueur, Mémoire INSEP, Paris, 1987.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search