Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 9. Recherches, formations, régions : atomisation, synergies, innovations ?

Recherches et formations en STAPS : la région, unité de l’avenir ?

Martine Reneaud

Texte intégral

Le sport de haut niveau comme analyseur

  • 1 J. Blanc, B. Rémond, Les collectivités locales, Paris, Presses de Sciences Po, 3ème éditio (...)

1Les conditions de l’émergence des régions en France, dans le contexte de la planification, de l’aménagement du territoire et de la mobilisation des « forces vives », leur origine conceptuelle (un échelon de coordination et d’impulsion, une administration de mission), les compétences dévolues en 1983, après qu’elles aient été consacrées comme collectivités territoriales à part entière un an auparavant, leur rapide montée en puissance dans les domaines (non transférés) du sport (et du sport de haut niveau) d’une part, de la recherche et de l’enseignement supérieur d’autre part, tous ces facteurs sont autant d’indicateurs d’une dynamique à laquelle est sensible la population1.

  • 2 A. Percheron (sous la dir. de), La Région An I, Paris, PUF, 1987.
    E. Dupoirier (so (...)

2La région est en effet considérée depuis 1986 comme « l’unité politique et administrative de l’avenir », ainsi que le montrent régulièrement les enquêtes de l’Observatoire Interrégional du Politique2.

3Est-elle également « porteuse d’avenir » en matière de développement de la recherche en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) ?

4L’étude réalisée en Aquitaine dans le cadre du programme de recherche Sport et société de la Maison des Sciences de l’Homme sur 25 années de régionalisation(s) de la politique nationale du sport de haut niveau autorise à répondre par l’affirmative, au moins sous l’angle des apports de l’analyse des politiques publiques à la connaissance du fait sportif.

  • 3 Y. Meny, J.-C. Thoenig, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989.
    P. Muller, Les pol (...)

5Cette approche scientifique3 est statistiquement fort peu répandue en STAPS, et par ailleurs, lorsqu’il s’agit d’explorer la région, le « champ » est presque totalement en jachère.

6Une telle situation constitue pour le moins un paradoxe s’agissant d’une discipline universitaire dont la vocation est de former des intervenants qui auront à prendre en compte, quelle que soit leur destination professionnelle, la complexité du modèle français d’organisation et de promotion des activités physiques et sportives, et l’impact social du sport de compétition, notamment chez les jeunes.

7La première réponse à la question du développement de la recherche en STAPS est donc une réponse par défaut... de travaux sur le fait régional.

8Pourtant l’analyse des politiques publiques – plus particulièrement celle des politiques publiques sportives locales – présente d’indéniables intérêts.

9Au-delà du dispositif juridique, elle apporte en effet des connaissances sur le fonctionnement et la vie concrète des organisations, les stratégies différenciées d’acteurs interdépendants, les méandres du processus de décision, et les rouages de la régulation de l’action collective. Or ces savoirs sont « fondateurs » d’interventions pertinentes.

10De plus, la valeur heuristique de l’approche locale réside dans le fait qu’elle permet l’élaboration de cadres de recueil, d’analyse et d’interprétation des données en prise directe avec la complexité des systèmes d’action publique. En effet, en pratique, elle autorise l’observation simultanée des institutions, des acteurs qui les font vivre, de l’expérimentation quotidienne des négociations et procédures de coordination, et enfin, des perceptions des destinataires – les « ressortissants » – des politiques publiques.

11En bref, l’approche locale facilite l’approche globale et systémique – dont on sait combien elle est indispensable pour agir –, ainsi que les coopérations scientifiques pluridisciplinaires : à Bordeaux, il faut souligner les rôles moteurs de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et du Centre d’Étude et de Recherche sur la Vie Locale (CERVL) de l’Institut d’Études Politiques.

12Enfin, l’approche locale a également une valeur formatrice, du point de vue de la formation par la recherche des étudiants en STAPS. Car cette population, (comme, plus généralement, celle des acteurs du sport), est caractérisée par son goût pour le concret, et « entrer » dans la recherche à partir de l’expérience et de la connaissance « physique » du territoire, présente un réel intérêt pédagogique.

13À bien des égards, le sport de haut niveau apparaît comme idéal-typique du processus d’élaboration et de territorialisation d’une politique publique nationale.

  • 4 J.-P. Callède, L’environnement du sportif de haut niveau. Transformations et désajustement (...)

14Par ailleurs, il cristallise les enjeux, et plus particulièrement les enjeux éthiques, en les médiatisant largement4. Il expose et pose donc crûment la question des finalités et de la construction du sens de l’action publique, tout comme celle de l’évaluation de ses résultats et de ses conséquences.

15C’est pourquoi il servira le plus souvent d’analyseur pour examiner en quoi le passé régional constitue une ressource, les caractéristiques de l’action publique sportive au présent, et les perspectives offertes par le couple sport et région.

I. Région, sport de haut niveau, STAPS : des (entre) croisements rétrospectifs féconds

  • 5 Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ? sous la direction de (...)

16La mise en correspondance des recherches qui ont abouti à la réalisation de l’ouvrage Sport de haut niveau en régionalisation(s) ouvre de multiples pistes d’investigations synchroniques et diachroniques, ne serait-ce que pour vérifier... l’exemplarité (hypothétique) de l’Aquitaine5.

17Dans un contexte de quasi-synchronisation des constructions institutionnelles de la région, du sport de haut niveau, et de la discipline universitaire STAPS, trois périodes, (largement en interrelation avec celles de la construction européenne) peuvent être distinguées.

18La première, 1972-1980, est celle de l’ébauche de la région, sous la forme d’un Établissement Public Régional (EPR) institué en 1972, qui présente l’originalité d’associer deux « chambres », le Conseil Régional et le Comité Économique et Social (CES), assemblée consultative.

  • 6 Le Comité National Olympique et Sportif est formé en 1972 par fusion du Comité Olympique F (...)

19En 1973, l’organisation olympique, nouvellement rassemblée6, engage sa territorialisation avec la création des Comités Régionaux Olympiques et Sportifs (CROS), immédiatement représentés dans les CES des régions lors de la mise en place effective des EPR (1974), ce qui ouvre pour le mouvement sportif de nouveaux espaces de promotion (et de défense) de ses intérêts.

  • 7 Sport de haut niveau en régionalisation(s), op. cit., Chapitre 1.

20L’année 1973 correspond aussi à l’officialisation par les échelons centraux du couple État-mouvement sportif du dispositif des sections sport-études (SSE), qui vise à stabiliser et intégrer les diverses expérimentations entreprises dès le milieu des années soixante. D’emblée sont dissociés deux paliers d’intervention, caractéristiques de la démarche de régionalisation technique et administrative qui prévaut alors. La préparation de l’élite est l’affaire exclusive des autorités centrales : les sections de recrutement national et interrégional ont cette vocation. Les SSE régionales, non financées par l’État, ce qui implique de facto la coopération des services déconcentrés du Ministère de l’Éducation nationale (MEN), du Secrétariat d’État chargé de la Jeunesse et des Sports et des ligues régionales des fédérations sportives concernées, ont à mettre en oeuvre la « détection des talents7 ».

  • 8 Ibid, Chapitre 6. Deux sections sport-études universitaires ont alors également été reconn (...)

21Dans le même temps, et alors que la concrétisation de l’autonomie des Universités, acquise en 1968, passe par des relations tumultueuses avec le MEN, les réflexions sur l’extension du modèle des SSE dans l’enseignement supérieur se multiplient, notamment sous l’impulsion des clubs universitaires. Ici le Bordeaux Étudiants Club a joué un rôle pionnier. En créant une formule innovante de tutorat des sportifs, fondée sur l’engagement bénévole d’enseignants-chercheurs « anciens et amis du club », et en mobilisant de multiples réseaux locaux et nationaux, il a obtenu en 1980 (et jusqu’à 1983) la reconnaissance officielle par le Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) de deux sections sport-études universitaires en athlétisme et escrime8.

22Enfin, cette période est celle de la gestation des STAPS, puisque se négocie à partir de 1972 la création d’un Diplôme d’Études Universitaires Générales (DEUG), mention Éducation Physique et Sportive, qui deviendra officiellement le DEUG STAPS en 1975 et sera suivi en 1977 de la licence.

  • 9 Loi n° 75-988 du 29 octobre 1975.

23Durant cette période, où l’éducation physique et sportive est sous la tutelle du Ministère de la Jeunesse et des Sports et où la loi Mazeaud9 (dont on a tendance à oublier qu’elle est relative au développement de l’éducation physique et du sport) légitime les aides aux sportifs de haut niveau et officialise le principe de cogestion État-mouvement sportif, on voit bien à Bordeaux – en croisant les itinéraires d’acteurs-clés – comment s’effectuent la mise en réseau des initiatives, ainsi que la représentation et l’agrégation des intérêts aux différents niveaux des systèmes politico-administratif et sportif.

24Elle est révélatrice tout à la fois de l’interaction centre-périphérie dans le processus d’élaboration des règles (ici le statut de sportif de haut niveau) et des dispositifs de préparation, et de l’articulation horizontale des jeux d’acteurs en région.

  • 10 Loi n° 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des département (...)
  • 11 Loi n° 82-653 portant réforme de la planification.

25La période suivante, 1981-1991, est la plus effervescente et la plus dense du point de vue des déplacements d’équilibre. Elle est bien sûr marquée en 1982 par la loi-socle de la décentralisation10, et la création de la région comme collectivité territoriale de plein droit, dont les compétences dans les domaines de la planification sont renforcées11, notamment par l’inauguration des contrats de plan État-région.

  • 12 Arrêté du 28 octobre 1982. Classement des sportifs de haut niveau.
  • 13 Le CNOSF a alors traversé une longue crise dont un des enjeux portait sur une transformati (...)

26S’agissant du sport de haut niveau, la publication de la première classification des sportifs intervient aussi en 198212, quelques mois après l’élection mouvementée du Bordelais Nelson Paillou à la tête du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF)13.

27Après le rattachement « historique » de l’EPS au MEN en 1981, la création de la maîtrise STAPS en 1982, puis celle du Diplôme d’Études Approfondies (DEA) en 1983 consacrent la reconnaissance des STAPS comme discipline universitaire.

  • 14 M. Reneaud, Les régionalisations du sport de haut niveau en Aquitaine : l’influence du mil (...)

28Parmi les premiers DEA, celui de Bordeaux, « porté » par le Professeur Jacques Thibault s’intitule, – c’est loin d’être un hasard, compte tenu de l’intersection locale des réseaux universitaire et sportif14 – « Analyse interdisciplinaire des APS en Aquitaine » et comporte un module Sport et décentralisation.

  • 15 Loi n° 84-52 du 26 janvier 1984 relative à l’enseignement supérieur.
  • 16 Lois 83-8 du 7 janvier et 83-663 du 22 juillet 1983 relatives à la répartition des compéte (...)
  • 17 Loi n° 84-610 relative à l’organisation et la promotion des APS.
  • 18 Loi n° 84-52 du 26 janvier 1984, article 5, article 14. Loi n° 84-610, articles 27 à 32.

29Il faut souligner dans un contexte d’intense concertation interministérielle la concomitance en 1984 de la loi sur l’Enseignement supérieur15, qui dispose dans son article 2 que le service public de l’enseignement supérieur « contribue à la croissance régionale », et de la loi Avice sur le sport, qui, alors que les APS n’ont pas fait l’objet en 1983 de répartition des compétences entre l’État et les trois niveaux de collectivités territoriales16, invite celles-ci à apporter leur concours au développement du sport17. Par ailleurs ces deux lois permettent d’intégrer ou intègrent dans leurs articles respectifs les particularités du statut de sportif de haut niveau18.

  • 19 P. Muller, Y. Surel, op. cit., p. 47.

30Un tel renouvellement en profondeur des « matrices cognitives et normatives19 » se traduit concrètement par la déconcentration en « province » des Centres permanents d’entraînement et de formation (CPEF) de l’élite sportive, principalement dans les Centres régionaux d’éducation populaire et de sport (CREPS) en 1985-1986, quelques mois avant les premières élections régionales. D’autres indicateurs témoignent des changements de référentiel : la seconde classification des SHN en 1987, avec l’élaboration de listes régionales, la prise en charge progressive par les conseils régionaux du soutien au sport de haut niveau, et la structuration de leurs services territoriaux, plus ou moins spécialisés, ainsi que la forte contribution des régions, à partir de 1990, au plan Université 2000.

  • 20 A. Hebrard, Les STAPS, c’est-à-dire ? In Quelles sciences pour le sport ? Toulouse, AFRAPS (...)
  • 21 Sport de haut niveau en régionalisation(s). Chapitre 6. Les circulaires du 16 juillet et d (...)

31Si, pour les STAPS, cette phase est celle de « l’accès à la maturité20 », l’institutionnalisation discrète – autonomie des Universités oblige – de l’accueil des sportifs de haut niveau dans l’enseignement supérieur en 1987 reste aléatoire ainsi que le souligne en 1991 le rapport Fabre21.

32La troisième période (depuis 1992), est celle des retouches, des ajustements, du renforcement du rôle de l’État en région, de la rationalisation des politiques sportives des régions, et de la formalisation de coopérations interinstitutionnelles au cas par cas, dans la lignée des nouveaux modes d’intervention publique.

33La généralisation de la création des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres à la rentrée 1991 et la « massification » croissante des STAPS rendent de plus en plus impératives la diversification et la (pré) professionnalisation des diplômes (en relation de plus en plus étroite avec l’environnement économique et sportif régional). Ceux-ci sont désormais habilités dans le cadre du projet d’établissement et des procédures contractuelles ministère-universités.

  • 22 Décret n° 93-1034 du 31 août 1993 relatif au sport de haut niveau et aux normes des équipe (...)
  • 23 Instruction JS n° 95-057 du 24 mars 1995. Filière du haut niveau.

34Au plan du sport de haut niveau, la troisième classification des sportifs de haut niveau (SHN) « rectifie » en 1994 les effets inflationnistes des listes régionales et supprime la catégorie « espoirs régionaux », reformulée de façon très élastique par les acteurs sportifs locaux22. Elle précède de peu la mise en place du « nouveau » dispositif des « filières du haut niveau », et des « pôles » France et Espoirs23, dans le droit fil des conceptions polycentriques de la Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR).

35Simultanément dans l’enseignement supérieur, la visée est celle de la création de pôles universitaires européens, ce qui ouvre pour nous... la quatrième période d’observation-participante, en phase avec la construction accélérée de l’Europe.

36Alors que les troisièmes élections régionales en France viennent d’installer de nouveaux exécutifs, mais aussi de souligner les faiblesses du mode de scrutin, le cheminement à rebours dans le temps a permis non seulement d’analyser les transformations de l’action publique sportive, mais d’en déduire un certain nombre d’applications dans le domaine des formations actuelles et à venir.

II. Sport (s), région (s), régionalisation (s) : l’action publique au concret

37Le travail réalisé en Aquitaine a permis de vérifier comment les différentes formes de régionalisation (technique, administrative, politique, associative) ont constitué un cadre d’apprentissages institutionnels en même temps qu’un ferment de créativité, et d’en repérer les évolutions.

38Parce qu’il nécessite des modes d’intervention « sur mesure » et la convergence des actions, le sport de haut niveau en est souvent le révélateur, mais la sédimentation des expériences partagées (incluant tâtonnements, routines et inventions) offre aussi les matériaux pour une extension des savoirs et savoir-faire vers les autres modalités de pratiques, d’encadrement, de formation, et de développement.

  • 24 B. Jouve, Réseaux et communautés de politique publique en action. In Les réseaux de politi (...)

39Les résultats des recherches confirment les tendances lourdes du renouvellement des formes de l’action publique. Si elles convergent toutes vers l’impératif de coopération entre institutions (publiques et privées), elles indiquent aussi que celle-ci est de moins en moins prédéterminée et que « l’intégration des logiques d’action n’est plus dévolue à une instance particulière, elle est le résultat des interactions entre ces institutions24 ».

40C’est à partir de la confrontation permanente des normes de raisonnement et d’action que se construisent au quotidien l’échange des ressources, la mutualisation des compétences sans gommage des identités professionnelles ou bénévoles, et le passage de la coopération obligée à la coopération-projet.

  • 25 Meny Y., Thœnig J-C., op. cit., p. 248.
  • 26 J.-G. Padioleau, L’aménagement du territoire et le design institutionnel. In Le renouveau (...)

41Pour décrypter ce processus, on ne saurait négliger le poids des liens interpersonnels et générationnels, les solidarités sportives, forgées de façon inaltérable sur les terrains, et les réseaux discrets des metteurs en œuvre25 dont la structuration facilite grandement la formalisation des partenariats officiels. Ceux-ci, souples et révisables, sont désormais à géométrie variable et illustrent la généralisation de la mise en pratique du design institutionnel26.

  • 27 Avec pour premières mesures : la nomination au cabinet de la Ministre d’une conseillère te (...)

42Quant aux innovations, elles sont d’origines diverses, associative, universitaire, régionale, étatique, « olympique », comme en témoigne entre autres exemples la création par le CROS Aquitaine d’une commission féminine dès 1985, alors que l’action publique nationale « Femmes et sport » se développe depuis un an27.

43Indéniable en région, l’amélioration des coordinations interorganisationnelles et la réduction des délais de réponse aux problèmes n’excluent pas les crispations sporadiques et les « contractions-réflexe » de protection des territoires... institutionnels. L’enregistrement des tendances positives ne saurait conduire à l’angélisme !

44La région n’en apparaît pas moins comme un cadre pertinent d’élaboration de solutions concertées.

45Le périmètre régional d’investigation autorise aussi à réaliser des diagnostics et à mesurer l’impact local et les conséquences des politiques publiques nationales. L’étude des régionalisations du sport de haut niveau a permis de faire le constat d’un certain nombre de points faibles.

46La fragilisation du tissu associatif constitue un risque, qui suscite de multiples craintes, et parfois des réactions de repli.

  • 28 M. Reneaud, Les régionalisations du sport de haut niveau : vers des clubs virtuels ? In Un (...)

47La régionalisation de la politique nationale du sport de haut niveau est souvent perçue comme une (re)centralisation régionale de l’élite qui affaiblit – faute de coordination infrarégionale, mais aussi parce qu’ils sont le chaînon manquant du dispositif – les clubs d’appartenance des champions, notamment lorsqu’ils sont situés en « périphérie » (par rapport à l’implantation des pôles)28.

  • 29 P. Jarreau, Le pouvoir des notables masculins, la preuve par le Sénat. Le Monde, 19 févrie (...)

48S’observe aussi une nette déperdition du rôle « politique » des dirigeants sportifs, submergés par les tâches administratives et les démarches d’intercession auprès des bailleurs de fonds effectifs et surtout potentiels. À celle-ci s’ajoute un déficit démocratique croissant, encore souvent caractérisé par une approche « sénatoriale » de l’accès des femmes (et des jeunes) aux postes de responsabilités29. Le tout a pour effet de creuser l’écart entre « mouvement (?) sportif » et « mouvement social ».

49Les stratégies « mercantiles » d’une partie des sportifs de haut niveau, ou au contraire la « passivité » de certains d’entre eux et le développement d’un comportement d’assisté(e), contribuent à démobiliser un nombre semble-t-il croissant de bénévoles.

50Mais au total, l’ensemble des acteurs s’accorde sur la nécessité de renforcer les coopérations et les échanges d’information pour corriger les dérives, et de développer les actions de formation.

III. Recherches et formations en STAPS : la région en perspective(s)

51Sous l’angle de l’articulation recherches-formations-emplois, les travaux et les résultats précédents alimentent un certain nombre de réflexions cette fois... prospectives.

  • 30 Loi du 7 janvier 1983.

52En premier lieu, la recherche de solutions au problème de la double formation des sportifs de haut niveau a généré des pratiques fondées sur l’individualisation des réponses, certes encore modestes à l’Université, et plus particulièrement en STAPS. Quelles qu’en soient les lacunes ces expériences anticipent sur les transformations à l’œuvre et surtout à venir dans l’enseignement supérieur en matière de formation initiale professionnalisée et de formation professionnelle continue. Or ce sont précisément les régions qui ont obtenu cette compétence dans le cadre des transferts réalisés en 1983 pour mettre en œuvre la décentralisation30.

53De plus, si le cadre régional offre un périmètre adéquat d’expression et d’analyse des besoins de formation des acteurs bénévoles du mouvement sportif, l’Université, (et « culturellement » sa composante STAPS), à condition d’innover, peut contribuer à la constitution d’un vivier de dirigeants.

  • 31 Relative à la simplification de la coopération intercommunale.
  • 32 D’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire.

54Enfin, la recomposition des territoires infrarégionaux telle qu’elle se dessine dans les projets des lois Chevènement31 et Voynet32, et dans les travaux préparatoires des contrats de plan État-région, ainsi que l’émergence d’emplois liés au développement sportif local rendent indispensable, du point de vue des enseignements universitaires, le renforcement des connaissances sur les collectivités territoriales (et leurs relations avec l’État et l’Europe) dans l’ensemble du cursus STAPS.

  • 33 Cf. Propositions pour le développement de la formation continue universitaire. Rapport à M (...)

55Au-delà du paradoxe qui consiste à travailler de façon invisible pour prendre en compte les contraintes du sport de haut niveau et personnaliser les ajustements annuels, hebdomadaires et quotidiens d’études et d’examens dans un contexte de massification des STAPS, le cas particulier des SHN préfigure et cristallise une bonne partie des problématiques de la validation des acquis personnels et professionnels. Pour les formateurs, il s’agit en effet de réaliser les allégements pertinents, c’est-à-dire ceux qui ne compromettent pas à terme le projet professionnel de l’athlète, et de reconnaître les savoirs de l’expérience (ici en matière d’entraînement intensif et de compétition européenne ou mondiale) et les compétences qu’elle confère. Force est de constater qu’aux multiples freins identifiés dans l’enseignement supérieur33, s’ajoutent, en STAPS, ceux liés à la culture de la « polyvalence » des pratiques physiques nécessaire à la préparation du concours du professorat d’éducation physique et sportive.

56Il n’en reste pas moins que les expérimentations se poursuivent, mais qu’elles exigent un renforcement des négociations et du partenariat quadripartites Faculté, Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports, CREPS, mouvement sportif (c’est le cas à Bordeaux). Pour être confortées en interne, à l’Université, elles doivent être inscrites dans le projet d’établissement de façon à ce que soient affectés des moyens spécifiques (tutorat, soutien, rattrapage). L’intervention de la région, au titre de la formation professionnelle, mais aussi dans le cadre d’un redéploiement (ciblé sur les études) des aides financières individualisées qu’elle attribue aux SHN, s’inscrit dans cette logique de coopération où financements croisés et coordination des ressources humaines de formation et de suivi se complètent. De tels dispositifs donnent lieu à la généralisation des procédures contractuelles, y compris avec les étudiants-SHN, considérés comme des acteurs-joueurs responsables, ayant des droits et des devoirs, et non comme les jouets des institutions.

  • 34 Enseigner et apprendre. Vers la société cognitive. Livre blanc sur l’éducation et la forma (...)

57Amorcée pour les sportifs de haut niveau, au risque – là encore paradoxal – de retards de carrière pour ses metteurs en œuvre à l’Université, puisqu’elle est dévoreuse de temps mais n’entre pas dans les critères de promotion, cette logique d’individualisation sous-tend la démarche de suivi des « adultes en reprise d’études », dans la perspective du « retour » de ce public à l’université et de la construction européenne de la « société cognitive34 ». Les savoir-faire testés avec les SHN peuvent être transférés.

  • 35 Dès 1993, à l’initiative du « laboratoire » Vie sportive locale, (un des axes de l’Équipe (...)
  • 36 Sport et formation. Conseil régional d’Aquitaine. Délégation Régionale au Plan. Atelier Je (...)
  • 37 Réunies les 20-21 février 1999 à Paris. Cf. Les associations demandent à voir reconnu leur (...)

58Pour peu qu’elles choisissent de s’investir dans la dimension régionale de la mission des Universités et dans les voies d’une diversification authentique, les Unités de Formation et de Recherche (UFR) STAPS ont de multiples actions à engager en matière de formation initiale, continue, professionnelle et permanente. Au-delà des préparations aux concours de la filière sportive des collectivités territoriales35, instituée en 1992, la montée des besoins de formation des bénévoles, telle qu’elle s’est exprimée en Aquitaine lors de la préparation du contrat de plan État-région36, et lors des Premières Assises Nationales de la Vie Associative37 à Paris ouvre des pistes d’intervention.

59Enfin, compte tenu de l’ensemble des transformations en cours et à venir, et du rôle économique et social du « tiers secteur », les UFR STAPS ont la capacité d’innover en matière de formation initiale en intégrant dans les cursus généraux et à visée professionnelle des « unités d’expérience des responsabilités associatives » (dans le cadre du sport civil, du sport universitaire, ou des associations d’étudiants), prises en compte pour l’obtention des diplômes.

60En même temps qu’elle constitue un retour aux sources, pareille « initialisation » de la validation des acquis est de nature à consolider ce qui construit au quotidien l’originalité du modèle français d’organisation et de promotion des activités physiques et sportives, l’articulation collectivités publiques-vie sportive associative.

IV. Recherches et formations en STAPS : Les (euro) régions, territoires d’avenir

61Pour peu qu’elles le décident, de multiples chantiers s’ouvrent pour les UFR STAPS. L’an 2000 moins 1 marque une étape-charnière pour engager un développement « polycentrique », « multipolaire » des recherches sur les différents aspects de la vie sportive en région, et, de façon gigogne et extensible, en eurorégion et en Europe.

  • 38 Sous l’intitulé national Management et gestion des entreprises.

62Du côté des formations, et alors que les coopérations UFR STAPS, DRJS, CREPS, CRÛS se concrétisent au bénéfice des formés, la filière technologique d’enseignement supérieur offre l’opportunité d’amplifier la mutualisation des ressources. La faculté des sciences du sport et de l’éducation physique de Bordeaux l’a saisie en déposant, dans le cadre de la préparation du contrat quadriennal Ministère-université, une demande d’habilitation pour un Institut Universitaire Professionnalisé38 Ingénierie du développement sportif eurorégional...

63Il revient aux STAPS de poursuivre leur structuration en complétant l’approche verticale / sectorielle de l’intégration de la filière par celle de l’intégration horizontale / globale des UFR dans leur université d’appartenance, sous l’angle de ses relations avec son environnement socio-économique régional et de ses relations européennes.

64Il s’agit de réaliser un basculement de logique pour « jouer » dans ces nouveaux espaces afin que la diversification des formations (via les options, les mentions et les unités d’expérience professionnelle) ne se réalise pas en trompe-l’œil. C’est une des conditions à remplir, me semble-t-il, pour contribuer à la construction d’un avenir qui prenne en considération, à partir des travaux de recherche, les données et les potentialités du développement sportif local.

Notes

1 J. Blanc, B. Rémond, Les collectivités locales, Paris, Presses de Sciences Po, 3ème édition, 1994.
B. Rémond, La Région, Paris, Montchrestien, 1995.

2 A. Percheron (sous la dir. de), La Région An I, Paris, PUF, 1987.
E. Dupoirier (sous la dir. de), Régions, la croisée des chemins, Paris, Presses de Sciences Po, 1998, p. 293.

3 Y. Meny, J.-C. Thoenig, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989.
P. Muller, Les politiques publiques, Paris, PUF, 1990.
P. Muller, Y. Surel, L’analyse des politiques publiques, Paris, Monchrestien, 1998.

4 J.-P. Callède, L’environnement du sportif de haut niveau. Transformations et désajustements. In Le sport... à corps perdu, Revue Sociologie Santé, n° 7, 1992, p. 89-120.

5 Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ? sous la direction de F. Le Dû et M. Reneaud, Bordeaux, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998.

6 Le Comité National Olympique et Sportif est formé en 1972 par fusion du Comité Olympique Français et du Conseil National des Sports.

7 Sport de haut niveau en régionalisation(s), op. cit., Chapitre 1.

8 Ibid, Chapitre 6. Deux sections sport-études universitaires ont alors également été reconnues dans le cadre du Grenoble Université Club, en athlétisme et ski.

9 Loi n° 75-988 du 29 octobre 1975.

10 Loi n° 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions.

11 Loi n° 82-653 portant réforme de la planification.

12 Arrêté du 28 octobre 1982. Classement des sportifs de haut niveau.

13 Le CNOSF a alors traversé une longue crise dont un des enjeux portait sur une transformation de ses statuts, visant à accorder une représentativité élargie aux fédérations autres qu’olympiques.

14 M. Reneaud, Les régionalisations du sport de haut niveau en Aquitaine : l’influence du milieu universitaire bordelais. In Actes du 8ème Carrefour de l’Histoire du Sport. Sport et identités, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 437-452.

15 Loi n° 84-52 du 26 janvier 1984 relative à l’enseignement supérieur.

16 Lois 83-8 du 7 janvier et 83-663 du 22 juillet 1983 relatives à la répartition des compétences entre les communes, les départements, les régions et l’État.

17 Loi n° 84-610 relative à l’organisation et la promotion des APS.

18 Loi n° 84-52 du 26 janvier 1984, article 5, article 14. Loi n° 84-610, articles 27 à 32.

19 P. Muller, Y. Surel, op. cit., p. 47.

20 A. Hebrard, Les STAPS, c’est-à-dire ? In Quelles sciences pour le sport ? Toulouse, AFRAPS-LARAPS, 1998, p. 83-92.

21 Sport de haut niveau en régionalisation(s). Chapitre 6. Les circulaires du 16 juillet et du 6 octobre 1987 portant sur l’aménagement des heures de cours et l’accueil des sportifs de haut niveau n’ont pas eu les effets escomptés. J. Fabre, Rapport Sport et université. Novembre 1991.

22 Décret n° 93-1034 du 31 août 1993 relatif au sport de haut niveau et aux normes des équipements sportifs. Instruction n° 94-031 JS du 3 février 1994 relative à la classification des sportifs.

23 Instruction JS n° 95-057 du 24 mars 1995. Filière du haut niveau.

24 B. Jouve, Réseaux et communautés de politique publique en action. In Les réseaux de politique publique, sous la direction de P. Le Galès, et M. Thatcher, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 129.

25 Meny Y., Thœnig J-C., op. cit., p. 248.

26 J.-G. Padioleau, L’aménagement du territoire et le design institutionnel. In Le renouveau de l’aménagement du territoire en France et en Europe, sous la direction de J.-C. Némery, Paris, DATAR / Economica, 1994, p. 239-248.

27 Avec pour premières mesures : la nomination au cabinet de la Ministre d’une conseillère technique chargée du dossier, la création de 10 groupes de travail, la nomination à la direction des sports du Ministère d’une chargée de mission « Femmes et sport », la désignation d’un(e) correspondant(e) dans chaque direction régionale, l’inclusion du critère « actions sport féminin » dans les contrats d’objectifs Ministère-fédérations, l’identification d’une ligne budgétaire spécifique, la préparation des Premières Assises Nationales Femmes et sport (29-30 mai 1999).

28 M. Reneaud, Les régionalisations du sport de haut niveau : vers des clubs virtuels ? In Un autre club sportif pour le XXIème siècle ? UNCU/USJSF. Les cahiers de l’université sportive d’été, n° 12, Bordeaux, MSHA, 1998, p. 199-206.
F. Le Dû, M. Reneaud, Le sport de haut niveau, hors du niveau des clubs ? In L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu. UNCU/USJSF. Les cahiers de l’université sportive d’été, n° 13. Bordeaux, MSHA, 1999, p. 115-123.

29 P. Jarreau, Le pouvoir des notables masculins, la preuve par le Sénat. Le Monde, 19 février 1999, p. 16.

30 Loi du 7 janvier 1983.

31 Relative à la simplification de la coopération intercommunale.

32 D’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire.

33 Cf. Propositions pour le développement de la formation continue universitaire. Rapport à Madame la directrice de l’Enseignement supérieur. Octobre 1998.

34 Enseigner et apprendre. Vers la société cognitive. Livre blanc sur l’éducation et la formation. Bruxelles, Commission des Communautés européennes, 1995.

35 Dès 1993, à l’initiative du « laboratoire » Vie sportive locale, (un des axes de l’Équipe d’accueil Vie sportive, tradition, innovation, intervention), la faculté des sciences du sport et de l’éducation physique de Bordeaux s’est engagée dans ces préparations, en partenariat avec le CREPS et la DRDJS Aquitaine pour la voie externe, et avec la délégation Aquitaine du Centre National de la Fonction Publique Territoriale pour la voie interne. Cf. P. Bayeux, Le sport et les collectivités territoriales, Paris, PUF, 1996, Que sais-je ?

36 Sport et formation. Conseil régional d’Aquitaine. Délégation Régionale au Plan. Atelier Jeunesse et Sport. Compte-rendu de la réunion du 16 février 1999, 11 pages.

37 Réunies les 20-21 février 1999 à Paris. Cf. Les associations demandent à voir reconnu leur rôle économique et civique. Le Monde, 20 février 1999, p. 10.

38 Sous l’intitulé national Management et gestion des entreprises.

Auteur

Maître de Conférences en STAPS – Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique – Université Victor Segalen Bordeaux 2 – Responsable du laboratoire Vie Sportive Locale – UPRES 498. Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search