Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 9. Recherches, formations, régions : atomisation, synergies, innovations ?

Les recherches en sciences humaines et sociales sur le sport de haut niveau et le sport professionnel en région

Pierre Chifflet

Texte intégral

1Faut-il tenter de faire le point sur les recherches portant sur le thème des « politiques régionales envers le haut niveau » ou sur les recherches consacrées au « sport de haut niveau » dans chaque région ? Dans la première perspective, les réponses sont a priori assez rapides : rien ou presque. Dans la deuxième perspective, la tâche est plus vaste puisqu’il faudrait recenser tous les travaux relatifs au sport de haut niveau, qu’il soit dénommé amateur ou professionnel. Trop vaste programme.

2Finalement, le choix effectué ici est de repérer les domaines de publications dans lesquels des travaux scientifiques, mais aussi des réflexions, ont pu être présentés. Il s’agit donc plus d’un « jeu de piste » que d’une analyse bibliographique complète et critique. D’autant que le domaine des sciences humaines et sociales couvre des disciplines nombreuses : histoire, sociologie, ethnologie psychologie, économie, politique, droit, etc., qu’un seul chercheur aurait du mal à circonscrire.

3Ainsi, l’objectif va être d’abord de réfléchir sur la faiblesse quantitative des recherches sur le sport de haut niveau en France, avant de débusquer quelques travaux sur le thème « sport de haut niveau et région ».

I. L’interrogation sur le petit nombre de recherches françaises en sciences sociales sur le sport de haut niveau

4La question mérite d’être posée au vu de la place que les manifestations sportives et les vedettes du sport occupent dans l’espace médiatique. Sans pouvoir expliciter avec preuves à l’appui toutes les raisons de ce constat de première instance, on peut mettre en avant quelques données sociales.

1. Le positionnement « hors société » du sport fédéral

5En transmettant pendant près d’un siècle l’idée que le sport était une culture et une philosophie transcendant les contingences sociales, économiques et politiques locales, le sport fédéral a été perçu comme un « non objet » d’analyse. La très forte symbolique attachée à sa pratique a eu comme conséquence première de faire vivre le sport par ses légendes, ses mémoires orales, ses mythes, ses anecdotes qui servent encore d’histoire officielle pour le mouvement sportif. La recherche universitaire qui aurait mis en évidence une réalité sociale différente ne pouvait être que combattue. Longtemps, l’analyse du sport et en particulier du sport de haut niveau a été ainsi perçue par le système fédéral comme une démarche « antisportive primaire ». Il n’y avait pas lieu de discuter de l’éthique sportive puisque c’était une donnée axiomatique.

2. Le peu d’intérêt des collectivités publiques pour une connaissance objective du fonctionnement sportif

6L’État en premier lieu, puis les communes, et enfin les autres collectivités territoriales ont toujours repris à leur compte les dimensions du sport fédéral. Le système de la compétition, des records et des champions est encore perçu comme une donne naturelle, permettant de s’associer à la renommée d’un champion. Il n’y a donc pas lieu de trop réfléchir sur le pourquoi de l’action publique. En réalité, ce sont les problèmes financiers relativement récents qui ont éveillé la curiosité des responsables politiques quant aux objectifs et au fonctionnement réel du système fédéral. De ce fait, les pouvoirs publics n’ont pratiquement pas lancé antérieurement de programmes d’études. Sans appels d’offres, les équipes de recherches travaillant en sciences sociales n’ont pas centré leurs travaux sur le haut niveau et le professionnalisme sportif (sauf quelques exceptions mentionnées plus loin).

3. La culture des enseignants-chercheurs en STAPS

7Lors de la constitution de la discipline universitaire STAPS, les premiers enseignants-chercheurs ont été majoritairement issus de la filière EPS. Ce sont d’anciens professeurs d’EPS. Or, pour l’EPS, le sport de haut niveau c’est à la fois la référence nécessaire pour construire des contenus d’enseignement et la diabolisation à cause de la spécialisation extrême de la performance sportive. Par une forme de construction identitaire, les enseignants d’EPS, jusqu’à leur séparation d’avec le ministère de la Jeunesse et des Sports en 1981, ont marqué leur différence par rapport aux entraîneurs du sport de haut niveau (les hommes de terrain contre les pédagogues). Il est donc logique que pendant de longues années, le thème du sport de haut niveau n’ait pas été pris comme objet de recherche.

4. La fragilité des équipes de recherche en sciences sociales du sport

8Les « sciences du sport », (en référence aux connaissances développées par la recherche scientifique), sont récentes. Ce n’est que dans les années quatre-vingt qu’émergent des équipes universitaires, peu de temps après les « laboratoires » de l’INSEP. Et il n’existe toujours pas de section « sport » au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Dans cette situation, quelques équipes universitaires « hors STAPS » marquent un intérêt récent pour le sport de haut niveau (voir plus loin les travaux cités), et peu d’équipes « issues des STAPS » s’y intéressent. L’histoire de l’EPS et des APS (certainement en relation avec les programmes du CAPEPS) d’une part, l’analyse des comportements des pratiquants d’autre part, sont bien plus présents dans les recherches. Même avec l’exception de l’Université de Bordeaux 2, et de ce colloque, on doit constater que le sport de haut niveau est peu étudié.

9Cependant, les travaux sur le sport de haut niveau en région ne sont pas totalement absents des productions écrites françaises. On peut en trouver traces dans trois types d’approches : celles portant directement sur « le sport de haut niveau et les régions », celles portant sur « le sport dans une région » qui au détour des analyses proposent des connaissances sur le haut niveau, enfin celles portant sur « le sport de haut niveau et le sport professionnel » qui parfois fournissent des données intéressantes pour telle ou telle région.

II. Sport de haut niveau et régions

10« Le sport de haut niveau, compétence d’essence nationale, fait l’objet en France d’une cogestion entre l’État et le mouvement sportif. Le cadre légal qui régit cette politique publique accorde cependant une marge de liberté aux collectivités territoriales. Ainsi, communes, départements et régions peuvent soutenir ce secteur sans toutefois qu’une direction particulière leur soit précisée quant aux domaines à aider prioritairement » (Honta, 1999, 13).

11Le problème posé par cette citation est pratiquement absent des recherches universitaires. Soit parce que la notion de sport de haut niveau est assimilée à un processus de représentation de la Nation, soit parce que la difficulté d’accès aux données régionales et locales repousse les chercheurs. Heureusement, la région Aquitaine et l’équipe « Vie Sportive : tradition, innovation, intervention » de l’Université Victor Segalen Bordeaux 2, sont à l’origine de plusieurs publications, l’une comme objet d’étude, l’autre comme instance de production. Si les données sont relatives à une région particulière, les démarches sont assez facilement généralisables et plusieurs aspects des résultats sont transférables à d’autres collectivités territoriales. Les recherches publiées mettent en évidence un « désordre » territorial qui s’installe entre les différentes collectivités publiques au sujet du sport de haut niveau. Entre l’État, véritable pilote du sport national, et les communes, territoires d’implantation des pratiques, les régions tendent à s’affirmer comme accompagnatrices des projets nationaux sans tenir compte des éventuelles politiques, assez peu visibles, des départements. Comme les services déconcentrés du ministère de la Jeunesse et des Sports (Directions régionales et départementales) sont également présents dans ce secteur, les chevauchements et les confusions existent au niveau des actions, alors que rien ne différencie vraiment les objectifs des uns et des autres.

12Deux références majeures sont à signaler ici :

Le Dû F. et Reneaud M. (sous la dir. de), Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ? Bordeaux, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988.
Honta M., Politique(s) et administration(s) du sport de haut niveau en région : la territorialisation inachevée ? Thèse pour le Doctorat de l’Université Victor Segalen Bordeaux II, 1999.

13Quelques autres publications portant sur des cas spécifiques existent. Très souvent ces travaux sont publiés localement et il est donc difficile de les connaître et de les répertorier. Parmi ceux-ci, on peut signaler un dossier du Comité régional Olympique et Sportif (CROS) d’Aquitaine. Le sport de haut niveau en Aquitaine (1989) et un dossier de la DRJS des Pays de la Loire, Plan régional de développement du sport de haut niveau (1986). Mais dans les deux cas, il s’agit de bilans déjà anciens, au début de l’émergence des régions dans le domaine du sport. Plus récemment, c’est la région de Franche-Comté qui a publié dans son magazine Régionales, n° 30 de novembre 1997 : « La Franche-Comté mise sur le sport de haut niveau ». Cependant, il s’agit là d’une publication promotionnelle et non d’un travail d’analyse.

14Plus directement rattaché au thème, la thèse de Martine Reneaud abordait par le côté organisationnel local les relations entre les compétitrices « olympiques » et la politique publique d’une commune, en l’occurrence Bordeaux :

Reneaud M., Les sports olympiques au féminin : pratiques et organisation locales. L’exemple de la commune de Bordeaux. Thèse pour le Doctorat de l’Université de Bordeaux II, 1986.

15D’autres publications proposent des analyses proches de ce domaine. Par exemple, l’article de M. Raspaud qui étudie quelques cas d’aides à des sportifs de haut niveau par des collectivités publiques, ou le rapport coordonné par W. Andreff sur les effets du sport de haut niveau sur le développement de la pratique sportive en région Rhône-Alpes :

Raspaud M., Collectivités territoriales et sportifs de haut niveau : quelques exemples en Rhône-Alpes, in Les Cahiers du CNFPT : Les politiques municipales des sports, n° 24, 1988.
Andreff W. (sous la dir. de), Les retombées des Jeux Olympiques d’Albertville, rapport PPSH, n° 35 de Rhône-Alpes, 1992.

16Cette bibliographie très restreinte ne doit pas faire oublier que des publications locales ou des rapports internes aux collectivités publiques doivent exister et sont mal diffusés. Elle ne doit pas faire oublier non plus que les publications de nos voisins apportent des connaissances théoriques et concrètes transférables souvent à la situation française (voir dans cet ouvrage les contributions sur la région espagnole Guipuzkoa). Mais, dans l’ensemble, la densité n’est pas la qualité majeure de ce champ d’étude.

III. Le sport dans une région

17Le domaine abordé ici est beaucoup plus vaste. De nombreuses publications témoignent de l’intérêt pour les rapports entre territoire et sport. Parfois, les recherches étudient directement les enjeux locaux. Souvent, les analyses sont plus transversales, mais l’ancrage local des données offre des informations sur le sport dans une région. Et parmi ces données, certaines fournissent des informations sur le haut niveau dans le cadre d’une collectivité territoriale. Une répartition par approche scientifique semble être la plus propice pour évoquer les pistes possibles.

1. L’histoire sociale du sport

18À côté des recherches qui prennent comme objet d’étude l’histoire d’un activité sportive sur le plan national, ou l’analyse comparative de plusieurs sports, ou les politiques publiques envers le sport, etc., d’autres recherches sont centrées sur le local. Si elles n’analysent pas à proprement parler le haut niveau, elles se préoccupent souvent des clubs phares d’une ville, d’un département ou d’une région. Quelques références permettent de se rendre compte des travaux à consulter, mais d’autres auraient pu être citées :

Arnaud P. et Camy J. (sous la dir. de), La naissance du sport associatif en France, Lyon, PUL, 1986.
Augustin J.-P., Rugby, football, basket : l’exemple des Landes, in Travaux et Recherches, n° 8, Paris, INSEP, 1985.
Suaud C., La diffusion du tennis : démocratisation ou différenciation ? Le système des clubs de tennis dans l’agglomération nantaise, Lersco-CNRS, Université de Nantes, 1983.
Reneaud M. et Rollan F., Tennis, pratiques et société, Bordeaux, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995. Augustin J.-P. et Garrigou A., Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables, Bordeaux, Le Mascaret, 1985.

2. Les approches anthropologique, ethnologique et sociologique

19Des informations sont présentes dans certains travaux locaux qui analysent les comportements des pratiquants, des dirigeants, ou même des supporters, et de ce fait peuvent fournir des données pertinentes pour les responsables politiques d’un territoire. Si par exemple, on prend les recherches de C. Bromberger sur les supporters, la connaissance des regroupements humains dans le stade peut faciliter la connaissance des attentes des citoyens vis-à-vis du sport de haut niveau, et finalement aider à la définition de l’action publique dans le domaine du sport. Il en est de même pour les rares recherches publiées qui proposent une analyse des liens entre pratiques sportives et données culturelles locales. Dans cette perspective, on peut mentionner :

Bromberger C., Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1994.
Camy J., « Les quilles aveyronnaises et les formes de l’identité culturelle », in (collectif) Sport et changement social, Bordeaux, Éditions de la MSHA, 1987.
Pech R. et Thomas J., « Pratiques sportives et antagonismes sociaux : le rugby à Carmaux 1920-1933 », in (collectif) Sport et changement social, Bordeaux, Éditions de la MSHA, 1987.
Callède J.-P. et Dané M., Sociologie des politiques sportives locales. Trente ans d’action sportive à Bègles, Bordeaux, Éditions de la MSHA, 1991.
Augustin J.-P. (sous la dir. de), Surf Atlantique : les territoires de l’éphémère, Bordeaux, Éditions de la MSHA, 1994.

3. L’aménagement du territoire, les politiques publiques et l’économie du sport

20Les premiers travaux à signaler dans cette orientation sont ceux des géographes qui fournissent des instruments de comparaison entre les régions à l’aide de la cartographie.

Mathieu D. et Praicheux J., Sports en France, Paris, Fayard-Reclus, 1987.

21Mais d’autres géographes apportent des connaissances sur l’aménagement du territoire en relation avec les pratiques sportives. Si très souvent le loisir et le tourisme sportifs sont les « éléments moteurs » des aménageurs nationaux ou régionaux, il s’avère que les équipements construits ou aménagés sont utilisés aussi par les sportifs compétiteurs. La politique d’aménagement du territoire, dans les Alpes et les Pyrénées principalement, par les stations de ski est à la source de facilités pour les clubs de ces régions.

Augustin J.-P., Sport, géographie et aménagement, Paris, Nathan, 1995.
Guérin (coordonné par), L’aménagement de la montagne, Paris, Orphys, 1984.

22Plus directement centrées sur les collectivités territoriales, plusieurs publications fournissent des données sur les politiques publiques, en proposant souvent des indicateurs par territoires (régions, départements) ou par types de communes. Le sport de haut niveau y est parfois directement évoqué à travers les aides qui lui sont fournies par les collectivités territoriales (les subventions aux « grands » clubs par exemple).

Bayeux P., Le sport et les collectivités territoriales, Paris, PUF, 1996, Que sais-je ?
Charrier D., Financement du sport par les collectivités locales. Données 1993 et 1994. Rapport pour le ministère de la Jeunesse et des Sports, 1997.
Théron J.-P. (sous la dir. de), Sport et collectivités locales, Paris, Dalloz, 1993.
Sport dans la cité, n° 117, revue de la FNOMS, Paris, 1989.
Les Cahiers du CNFPT, n° 24, 1988, intitulé « Les politiques municipales des sports ».

23Le magazine La lettre de l’économie du sport (de même que son concurrent La lettre du sport) est à citer ici, car il publie des informations sur l’ensemble des problèmes du sport français. Parfois, des dossiers ont été consacrés à une facette des enjeux territoriaux, comme Politiques départementales : les exemples de l’Hérault, de la Haute-Corse et de l’Ille-et-Vilaine dans le numéro 218 de juin 1993, ou Collectivité, État, mouvement sportif. Ménage à trois, le cas des régions dans le numéro 374 de décembre 1996.

24À ces quelques références, on peut joindre les rapports des Conseils Économiques et Sociaux de nombreuses régions, publiés entre 1989 et 1997 (Alsace, Aquitaine, Auvergne, Bretagne, Champagne-Ardenne, Haute-Normandie, Ile-de-France, Limousin Pays-de-la-Loire, Picardie, Rhône-Alpes).

25Sans aborder concrètement le niveau de la région, le livre de Pierre Chazaud sur les données réglementaires de la pratique sportive au sein des collectivités territoriales est également une référence intéressante :

Chazaud P., Le sport dans la commune, le département et la région, Paris, Berger-Levrault, 1989.

26De son côté, l’ouvrage coordonné par Pierre Collomb, sans porter directement sur le haut niveau, étudie les enjeux de la décentralisation à travers les nouveaux rapports entre l’État, d’une part, les autres collectivités publiques d’autre part, mais à une époque où l’émergence des régions était encore faible.

Collomb P., Sport et décentralisation, Nice, Economica, 1988.

27Enfin, dans un autre type d’approche, le livre coordonné par Pierre Duboscq sur le « monde » du rugby est aussi à signaler. L’étude des régionalismes comme des enjeux de pouvoirs locaux met en évidence les particularismes sociaux attachés à un territoire :

Duboscq P. (coordonné par), Rugby, parabole du monde, Paris, L’Harmattan, 1998, coll. « Conjonctures politiques ».

IV. Les études sur le sport de haut niveau et le sport professionnel

28En dehors des rares études évoquées ci-avant portant directement sur le sport de haut niveau et la région, on peut émettre l’hypothèse que des informations intéressant ce thème sont présentes dans des publications abordant les problèmes généraux du sport de haut niveau. Une autre série de références, très certainement incomplète, peut ainsi être proposée.

1. Des rapports de recherche sur la carrière des sportifs de haut niveau

29Ils sont assez peu nombreux finalement, ce qui renforce l’idée émise au début de cet article : la difficulté pour les chercheurs de percevoir le sport de haut niveau comme un objet d’étude.

Faure J.M. et Suault C., « Un professionnalisme inachevé. Deux états du champ du football professionnel en France, 1963-1993 », in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 103, 1994.
Augustini M. et col., La vie après le sport, Paris, INSEP, 1996.
Callède J.-P., « L’environnement du sportif de haut niveau. Transformation et désajustement », in Le sport... à corps perdu, Revue Sociologie Santé n° 7 Bordeaux, Éditions de la MSHA, 1992, p. 89-120.

30Mais, sauf erreur de notre part, il faut constater l’absence de publications sur le sport de haut niveau dans les revues scientifiques à comité de lecture pour ce qui concerne les sciences sociales. Si le degré d’expertise des champions, les capacités physiologiques et parfois les aspects psychologiques des compétiteurs font l’objet de nombreux articles publiés, il n’en est rien pour les aspects politiques, sociologiques ou économiques, du moins en ce qui concerne les sportifs français. La même remarque que ci-dessus est valable. Les articles étudient plutôt les comportements des sportifs que les enjeux sociaux et politiques liés à une collectivité publique.

2. Des actes de colloques ou congrès

31Le colloque sur l’accueil des sportifs de haut niveau dans l’enseignement supérieur en 1997 représente un cas à part. Il a permis d’aborder le sport de haut niveau par la présentation des difficultés sociales de certains sportifs et par les solutions mises en place pour y remédier. Les actes publiés du colloque sont ainsi une source de connaissances relatives à des initiatives locales.

Collectif, L’accueil des sportifs de haut niveau dans les établissements de l’Enseignement Supérieur, Toulouse, Université Paul Sabatier, 1997.

3. Les revues professionnelles

32Elles abordent plus volontiers le thème du sport de haut niveau. Cependant, confirmant les remarques précédentes, la revue EPS qui s’adresse avant tout aux enseignants d’éducation physique n’est pas envahie par des articles sur le sport des élites (ce qui semble justifié au vu de son orientation éditoriale). Depuis le début des années quatre-vingt, quelques textes sur le haut niveau ont cependant été publiés.

Chifflet P., « Le système de la haute performance », in revue EPS, n° 112, 1983.
Taberna, « La formation au plus près des champions », in revue EPS, n° 253, 1995.

33Inversement, les revues éditées directement pour le secteur du haut niveau ne contiennent que des informations sur ce thème. Leur apport est cependant tourné vers l’information « descriptive », telle la présentation de procédures ou d’organisations mises en place, ou la promotion (si ce n’est la justification) des actions entreprises. Deux publications importantes entrent dans cette catégorie, puisqu’elles émanent des deux organismes responsables en France du sport de haut niveau : la Revue du CNOSF, c’est-à-dire du Comité Olympique et Sportif Français, et la Revue de la CNSHN, c’est-à-dire de la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau. Dans la même orientation, on doit signaler aussi les « plaquettes » du ministère chargé de la Jeunesse et des Sports, qui diffusent des informations organisées sur le sport national et international. Pour les trois cas, les documents ne sont ni réguliers dans leur parution, ni diffusés largement.

34De leur côté, les magazines fédéraux, qui sont les organes officiels des fédérations, adoptent souvent la même perspective en publiant des textes auto-justifiant l’action fédérale. Malgré cet aspect « marketing » qui peut déformer la réalité, les articles sont sources de connaissances sur le sport de haut niveau Faute de pouvoir citer tous les textes (ce qui serait rébarbatif de toute manière), il est possible de donner un exemple de référence :

Canu F., « Nos filières ont fait leur preuve » in Judo Magazine, nc 149, avril 1995.

4. Les journaux « grand public »

35On ne peut « faire le tour » des sources possibles sur les connaissances disponibles sur le sport de haut niveau, sans évoquer les informations diffusées par les quotidiens et les hebdomadaires.

36Dans ce domaine, le journal L’Équipe est une source continuelle de données quantitatives sur les résultats sportifs, mais il joue parfois un rôle primordial dans les débats d’idées qui traversent la société à propos du sport de haut niveau, et de plus en plus, du sport professionnel. Ce fut même dans les années quatre-vingt, un des rares lieux d’expression écrite sur le sport. Les journalistes vedettes de l’époque, comme Robert Parienté, Michel Clare, Michel Thierry, etc., proposaient leurs réflexions sur les enjeux du sport. Par exemple, dans le journal L’Équipe des 25 et 26 juin 1985, un double article signé de M. Clare portait sur la « Décentralisation du sport de haut niveau ».

37Depuis, l’ensemble des quotidiens et des hebdomadaires ont pris le relais. Des journaux comme Le Monde, Libération, Le Figaro, etc., sont des espaces d’expression des universitaires ou des personnalités « médiatiques ». De leur côté, les hebdomadaires comme Le Nouvel Observateur, L’Événement, L’Express, etc. publient régulièrement des dossiers sur le sport. Depuis l’été 1998, par exemple, le dopage et les enjeux économiques ont été l’occasion de réflexions multiples et contradictoires. Si ces réflexions ne se préoccupent pas souvent des politiques publiques régionales, elles peuvent à l’occasion concerner l’insertion des clubs professionnels de sport collectif (football, basket-ball et rugby essentiellement) dans la vie locale.

V. Conclusions

38Le plus simple est d’écrire que ce texte est incomplet. L’oubli de certaines références ne fera pas plaisir à leurs auteurs. Nous nous en excusons auprès d’eux. Cependant, l’objectif n’était pas d’être exhaustif à tout prix. Il s’agissait plutôt de réfléchir sur un aspect très particulier des relations entre la région et le sport de haut niveau : celui des recherches scientifiques sur ce thème. L’oubli de travaux importants pourrait être gênant s’il venait infirmer le constat d’une faiblesse éditoriale et scientifique sur le sport de haut niveau français (et mondial).

39La deuxième conclusion qu’on peut tirer est que, lieu d’enjeux passionnels, d’enjeux économiques, d’enjeux politiques aussi, le sport professionnel reste l’apanage des médias qui façonnent les opinions et fournissent des références idéologiques. Les objectifs et les stratégies des dirigeants nationaux et locaux et plus particulièrement des élus territoriaux, ne font pas l’objet de recherches « dépassionnées ».

40Heureusement, certains secteurs de la connaissance échappent à cette tendance. La réglementation générale du sport est facile à consulter. Les rapports entre les collectivités publiques et le mouvement sportif ne sont pas délaissés, notamment à travers les études concernant les politiques sportives et les aides au mouvement sportif des collectivités publiques. Et puis, les débats et les réflexions autour des problèmes « haut niveau fédéral / rôle de l’État / sport professionnel », « dopage », « violences », sont très publics. Mais ceci ne contredit pas le constat d’un intérêt assez restreint des chercheurs en sciences sociales pour le sport de haut niveau. Que connaît-on des politiques fédérales ou de celles des Comités régionaux ? Presque rien.

41La recherche universitaire devrait pourtant se préoccuper du rôle des pouvoirs publics dans le sport de haut niveau qui tend à se professionnaliser de plus en plus, et pour lequel le secteur professionnel devient majoritairement le seul médiatisé. L’État peut-il continuer à se positionner comme le pilote national du sport et participer financièrement à l’organisation des manifestations internationales du sport professionnel ? Ce colloque ainsi que les actes qui sont publiés ici, apportent un début d’analyse. Mais beaucoup d’efforts restent à faire pour étudier tous les enjeux des politiques régionales qui, même avec l’impulsion des universitaires bordelais pour la région Aquitaine, restent à découvrir ailleurs.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540