Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 8. Clubs, sportifs, médias : quelles stratégies ?

Logiques d évolution des clubs pongistes de haut niveau : l’exemple de la ligue d’Aquitaine

Arnaud Valiere

Texte intégral

1C’est dans une position de « marginal » que nous apportons notre contribution à ce colloque européen sur le sport de Haut Niveau.

2En effet, comme le marginal, pour reprendre les propos de P. Sansot dans son hommage à Yves Barel, nous nous situons, en tant qu’étudiant apprenti-chercheur à l’UFR-STAPS de Bordeaux et éducateur sportif en tennis de table au Club Athlétique Municipal de la ville de Bordeaux, dans une position un peu particulière, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur d’une culture donnée (tennis de table).

  • 1 A. Menaut, Sport, relations sociales et action collective, Actes du colloque du 14 et 15 o (...)

3Comme le dit P. Sansot, cette position de marginal correspond à une figure possible du chercheur en sciences sociales car cette marginalité sécante (Crozier et Friedberg, 1977) permet au chercheur de jouer le rôle indispensable d’intermédiaire et d’interprète de deux logiques d’actions différentes1.

4La marginalité est aussi la situation à laquelle est abonné le tennis de table. Sport semi-confidentiel sur la scène sportive française et même internationale au niveau des médias et des aides financières allouées (1,1 % du budget des collectivités locales et 2,8 % du budget du Ministère Jeunesse et Sports), il ne l’est pourtant pas au vu de ses résultats : depuis 10 ans, Jean-Philippe Gatien (Vice-Champion olympique en 1992 à Barcelone, et Champion de Monde l’année suivante à Göteborg) et les autres pongistes français sont parmi les premiers pongistes mondiaux et ont amené l’équipe de France à la hauteur des nations de tradition pongiste comme la Suède et les indéracinables Chinois.

5Le titre principal de ce colloque « Sport de Haut niveau et sport professionnel en région(s) » implique de notre part un positionnement par rapport à ces deux entités.

  • 2 Société Athlétique Gazinet.
  • 3 Club Athlétique Municipal.
  • 4 Amicale Laïque.

6Quand nous parlons du tennis de table au sein des clubs pongistes français et Aquitaines (les clubs du SAG2 Cestas, du CAM3 Bordeaux et de l’AL4 Eysines), nous nous situons non pas du côté du sport professionnel mais par rapport au sport de haut niveau, c’est-à-dire des pongistes classés entre la première et la 50ème-60ème place française. En fait, le sport professionnel ne concerne qu’une faible minorité de pongistes de haut niveau (les 10 premiers français et les 3-4 premières féminines).

  • 5 D. Chartier, et G. Lerbet, La formation par production de savoirs. Paris, L’Harmattan, 199 (...)

7Appartenant nous-même au monde du tennis de table depuis maintenant dix ans, nous avons été tenté lors de la rédaction de ces quelques lignes de donner notre opinion, d’exprimer des vécus. Par rapport à notre position de chercheur, il nous a fallu veiller à abandonner cette tendance qui confine à l’affirmation brutale, pour adopter une position plus scientifique5.

8Cette intervention s’articule en 3 parties :

  • Un première partie fixe quelques points de repères et traite de l’évolution générale des pratiques sportives aboutissant à une nouvelle donne sportive, avec le questionnement qui en découle pour les clubs pongistes Aquitaines de Haut niveau.
  • La deuxième partie s’articule autour de deux points : Elle présente le monde traditionnel associatif des clubs pongistes Aquitaines et précise les logiques d’adaptation de ces clubs face à la nouvelle donne sportive, en montrant qu’il est nécessaire aujourd’hui pour ces clubs de se restructurer fonctionnellement, d’innover et de s’adapter à un système fédéral en mutation.
  • La troisième partie conclue cette intervention en élargissant le débat à un niveau plus global, mettant l’accent sur les atouts et les contradictions du système tennis de table tout entier.

I. Une nouvelle donne sportive

9Replaçons notre réflexion dans le cadre beaucoup plus général de l’ensemble des pratiques sportives.

10B. Jeu aimait à dire : « Le sport, c’est un phénomène total, culturel, vivant, c’est-à-dire quelque chose qui change qui n’est pas figé une fois pour toute ». Par ailleurs, on entend souvent cette remarque : « le club, c’est plus comme avant ».

11Ces propos qui envisagent l’organisation du sport dans sa réalité sociale, soulignent l’extrême diversité que connaît actuellement le domaine sportif.

12Au cours des trente dernières années, deux bouleversements ont provoqué une rupture de l’équilibre du système sportif traditionnel d’offre sportive entraînant une segmentation du champ sportif.

  • 6 W. Gasparini, STAPS, n° 43, juin 1997.

13Depuis 1970, la sportivisation de la société amène à un « nouvel âge du sport » – pour employer l’expression de J.-P. Callède – qui fait suite au modèle coubertinien, constitué historiquement autour de la croyance dans les vertus de la pratique sportive organisée notamment par les associations6.

14Le club sportif, auparavant cellule de bases incontournable, n’est plus dépositaire de l’exclusivité de l’organisation sur le plan local à cause de l’émergence d’une sorte de contre-culture sportive faite de pratiques plus diversifiées et non encadrées, qui s’érige face au modèle fédéral (système traditionnel).

  • 7 Y. Chateaureynaud, Le club sportif au quotidien : mythe, réalités, projet. Bordeaux, MSHA, (...)

15Ainsi, aujourd’hui, le pluralisme des modalités de pratique et d’organisation du sport et l’apparition de nouveaux publics font apparaître un nouveau pouvoir : le secteur marchand7, divisible en deux sous-ensembles : celui de l’argent qui envahit le monde de l’association et celui de l’offre sportive privée.

16À ce phénomène s’ajoute un accroissement des problèmes dans la gestion des associations (responsabilités accrues, crise des bénévoles et bénévolat en crise...).

Quelles sont les répercussions sur les clubs pongistes Aquitaines ?

  • 8 Propos de R. Aron dans J.-P. Charnay, La stratégie, P.U.F., 1995, Que sais-je ?

17Nous établirons un diagnostic de la situation actuelle des clubs puis nous essaierons de démonter leur stratégie d’adaptation par rapport à cette nouvelle donne sportive, stratégie au sens où l’entend R. Aron, c’est-à-dire à la fois en mettant en exergue « les objectifs à long terme et les représentations de l’univers historique des acteurs qui rend leurs choix intelligibles »8 :

18Dans cette perspective, quelques questions émergent :

Quel est le fonctionnement actuel des clubs pongistes ?
Quelles sont « les pathologies particulières » auxquelles ils sont confrontés et les principaux changements qu’ils ont ou auront à supporter ?
Comment cohabitent culture du marché et culture de l’association au sein des clubs ?
Comment s’y prennent les clubs pour promouvoir la vivification des pôles de compétence qui composent l’association, pour lutter contre les inerties organisationnelles (intention stratégique), pour prendre en compte la demande sociale, anticiper les aspirations des acheteurs (créativité stratégique), attirer un public potentiel important, (notamment les féminines) et endiguer la baisse du nombre de licences ?

19Leurs structures sont-elles adaptées à ces nouveaux publics ?

Comment font les clubs pour faire ressortir la valeur des services qu’ils proposent au niveau des stratégies de communication ?
Enfin, plus globalement, quels sont les atouts du tennis de table et quelles sont ses faiblesses ?

20Cette réflexion sur les clubs de tennis de table de haut niveau est élaborée au regard du monde associatif, traversé par une série de systèmes sociaux, économiques et symboliques.

21Nous avons recueilli des informations à deux niveaux :

  • celui des données concrètes : budget, équipements, subvention... ;
  • celui de l’univers symbolique, construit par les acteurs du système club qui sera abordé à partir des représentation des acteurs impliqués dans ces clubs et plus précisément auprès des dirigeants présidents et trésoriers des clubs pongistes9.

II. Les clubs de tennis de haut niveau en Aquitaine

A. Le monde traditionnel de l’association

22L’Aquitaine est la seule Région à compter 4 équipes en Super Division (élite du tennis de table français) ; 2 équipes pour le CAM de Bordeaux, masculine et féminine, 1 équipe masculine pour le SAG Cestas et 1 équipe féminine pour l’AL Eysines). Au total, il s’agit de 5 équipes de haut niveau situées dans la Communauté Urbaine de Bordeaux.

23Quelle est la réalité de ces clubs ? (On devrait plutôt parler de réalités plurielles comme le souligne J.-P. Callède : l’expression générique de club ne rend en effet pas compte de la diversité des associations sportives, des effectifs et des localisations).

  • 10 Fédération Française de Tennis de Table.
  • 11 Source FFTT.

24Ces 3 clubs sont affiliés à la FFTT10 (4 400 clubs, chiffre en recul depuis 1988-8911) et possèdent des caractéristiques communes : une salle spécifique de tennis de table, une équipe en Super Division (élite du championnat français composée de huit clubs dans le championnat masculin et féminin). Ce sont des clubs de taille importante (budget, licenciés) au sein de la FFTT, mais de taille intermédiaire dans le monde plus vaste des associations sportives.

25Le CAM Bordeaux tennis de table, situé à Bordeaux-Caudéran, quartier aisé de Bordeaux et le SAG Cestas tennis de table implanté dans la deuxième couronne de l’agglomération bordelaise, Cestas, commune où habitent de nombreux cadres supérieurs et moyens avec des industries de pointes, sont des sections de ces 2 clubs omnisports.

26Ces clubs ont un capital économique, sportif et symbolique assez important (réputation, prestige) grâce à leur équipe de Super Division masculine et surtout à leur trentaine d’années d’existence. L’Amicale Laïque d’Eysines, se situant dans la première couronne est un club plus modeste.

27Alors qu’à Cestas l’équipe de Super Division brille depuis dix ans, au CAM Bordeaux et Eysines ce sont plutôt les dames qui sont en haut de l’affiche depuis une quinzaine d’années.

Des clubs dépendant des collectivités locales

28On note une grande variabilité des budgets sportifs dans ces 3 clubs autant en ce qui concerne les subventions de fonctionnement que du côté des subventions spéciales allouées aux équipes de Super Division.

  • 12 Source : rapport de stage effectué sur les clubs par les candidats au BEES 1 degrés option (...)

29Le CAM Bordeaux, l’AL Eysines et, dans une moindre mesure le SAG Cestas – qui est le club français de tennis de table qui a le plus de sponsors – participent à l’image de marque de la ville et vivent en grande partie des cotisations et des subventions allouées par les conseils généraux et régionaux et les municipalités (traduction financière de la volonté contractuelle) : « Le sport se nourrit dans la commune »12.

30Ce subventionnement public qui dépend des aléas des politiques sportives locales comporte de gros inconvénients :

  • ces subventions ne sont pas globales et permanentes ; à l’image d’un sport en constante évolution, elles prennent en compte le niveau de pratique des équipes, leur nombre, leurs déplacements... donc un ensemble différent d’une année à l’autre ;
    – ces subventions tombent à partir du moment où la politique sportive du club rentre dans les priorités des politiques sportives locales.
  • 13 Nelson Paillou, Les trois enjeux du sport français, Paris, Dalloz, 1986.

Les clubs pongistes de haut niveau de la Région Aquitaine13

SAG CESTAS CAM BORDEAUX AL EYSINES
Nombre de licenciés (compétition + loisir) pour la saison 1998-99 245 292 207
Nombre de licences promotionnelles 112 131 100
Nombre de licenciées féminines 31 23 30
Date de création du club 1969 1975 1973
Nombre d’équipes engagées en championnat 9 11 6
Meilleurs résultats du club depuis sa création 1/4 de finale en coupe d’Europe des clubs en 1994 1/4 de finale en coupe d’Europe des clubs (Nancy Evans) en 1986 1/8ème de finale de la coupe d’Europe (Nancy
Evans) en 1988
Nombre d’années dans l’élite pongiste (Nationale 1 et Super Division) 10 ans 16 ans 10 ans
Zone géographique de recrutement Cestas- Pessac-suc de l’agglomération bordelaise Bordeaux-Caudéran-Mérignac Eysines-nord de l’agglomération bordelaise
Educateurs sportifs à plein temps 2 2 2

Des effets pervers

  • Les subventions peuvent avoir un effet anesthésiant et entraîner des comportements de dépendance des clubs vis-a-vis des collectivités (recherche de sponsors, innovation, nouveaux services...).
  • Si un des partenaires au niveau des collectivités se désengage, les autres risquent de suivre.

31Par extension, on peut faire l’hypothèse que, s’il y avait dans le futur un désengagement des collectivités locales, le tennis de table, sport mineur, pourrait être un des premiers touchés.

  • 14 La première époque est celle des dirigeants pratiquants ou anciens pratiquants, la deuxièm (...)

32Cette orthodoxie associative (gestion du club sportif fondée essentiellement sur les subventions) peut s’expliquer par les habitudes d’une présidence détenue depuis des années par des dirigeants pratiquants ou anciens pratiquants correspondant à la première époque des dirigeants sportifs14.

33Il faut dire à leur décharge que les sponsors – et leur argent – ne se précipitent pas à la porte des clubs de tennis de table.

34En revanche ces dirigeants pratiquants bénéficient d’un réseau de relations et d’une reconnaissance à l’intérieur de l’association qui ne peuvent qu’être bénéfiques pour le développement du club.

La densité des clubs de tennis de table ne pousse pas à créer la différence

35Ce qui pousse a créer la différence, c’est le fait que des clubs ou des sociétés opèrent sur un même marché et sur la même zone de chalandise (cf. tableau).

36Malgré la densité élevée des clubs de haut niveau pongiste sur l’espace urbain bordelais, chacun d’eux a finalement une zone de recrutement qui n’empiète pas sur celle des autres et qui suffit à remplir sa salle. Il n’y a donc pas de véritable concurrence sauf en terme de suprématie régionale au niveau de l’élite.

37Cette absence de concurrence peut représenter un handicap en matière d’innovations (recherche de nouveaux services, publics, loisirs, adaptation à la demande...).

Un bénévolat encore très actif

38Il n’y a pas de crise du bénévolat au sens ou il y a encore des bénévoles qui s’impliquent et s’intégrent dans ces clubs pongistes.

39Leur chance est de trouver, notamment à un poste clé – celui de trésorier – des personnes dont l’activité professionnelle recouvre les compétences nécessaires à la gestion des responsabilités comptables, juridiques et sociales du club.

B. Des mutations internes et externes aux clubs

40On peut les citer :

  • le désengagement possible des collectivités ;
  • le désengagement progressif des clubs dans la formation des élites ;
  • la formation progressive d’un circuit APP15 (par analogie à l’ATP16) ;
  • le tarissement du marché des licences compétitives ;
  • la plus grande complexité de la gestion des clubs.

Le désengagement progressif des collectivités locales

41L’enjeu dans l’avenir pour les clubs de haut niveau en tennis de table sera l’autonomie par rapport aux subventions.

42Même si en terme d’image, investir dans une discipline rapporte aux collectivités, les clubs, en général, en particulier les clubs de tennis de table ne sont jamais sûrs de rentrer chaque année dans les priorités des politiques sportives locales, quelles soient municipales départementales ou régionales (ex : le tennis de table vient de passer sport d’intérêt départemental pour le Conseil général de la Gironde à compter de la saison 1999-2000).

43Il va donc falloir trouver dès maintenant de nouvelles sources de revenu dans le but d’équilibrer le budget en cas de désengagement et investir dans différents domaines dans le but de s’autofinancer.

44À ce jour, sans l’apport des collectivités locales et plus précisément des municipalités, le tennis de table de Haut niveau n’existe plus dans ces clubs (À Eysines, même cet apport ne suffit plus pour le maintien en Super Division ; l’équipe jouera en Nationale 1, pour la saison 1999-2000).

45La performance a donc un rôle à jouer (ex : équipes de Super Division). Amenant un apport financier important en terme de subvention et en terme d’image (comparé à la masse des pratiquants qui ne rapporte pas grand chose), elle doit leur permettre de se positionner favorablement sur d’autres marchés (nouvelles demandes, activités non compétitives...) et peut permettre d’investir pour l’avenir.

Le désengagement progressif des clubs dans la formation des élites

46Les clubs sont jusqu’à ce jour responsables de la formation de base des jeunes pongistes ; auparavant ils étaient engagés sur l’intégralité de la formation élites jeunes avec l’opération 15 à 15 ans.

  • 17 Centre Permanent d’Entraînement et de Formation.

47En effet à côté de la filière traditionnelle (club, département, ligue), il existe aujourd’hui des structures pour la formation des élites sportives : les centres de haut niveau ou CPEE17 (pôle France Tennis de table de Talence) qui sont chargés de la formation des élites jusqu’à l’âge de 18 ans.

48Est-ce un atout pour le club ? Oui et non.

49Non, car avec l’opération 15 à 15 ans, ils bénéficiaient d’une subvention supplémentaire.

50Oui, car le club peut mobiliser davantage d’énergie pour progresser dans les autres secteurs : accueil de nouveaux publics, développement de la convivialité, qui passaient au second plan derrière la course aux résultats et aux médailles.

Le circuit APP ou la disparition des équipes de Super division

51Par analogie au tennis, les joueurs de haut niveau réclament un système de compétition, une sorte de circuit APP (Association des Pongistes Professionnels) semblable à l’ATP Tour.

  • 18 International Table Tennis Fédération.

52Si cette réforme du système international de compétition voit le jour (embryon avec l’ITTF18 Pro Tour ; Finale en janvier à Paris), cela risque d’être au détriment des équipes de Super Division.

53On voit se profiler en effet les répercussions pour les clubs : les joueurs ne participeront plus au championnat de France ce qui entraînera la disparition des équipes de Super Division. Pour ces clubs, sans élite, il n’y aura plus de retombée en terme d’image avec leurs conséquences financières (arrêt des subventions de haut niveau venant des collectivités).

Le tarissement de la licence compétitive

54Si l’option loisir prend de plus en plus le pas sur l’aspect compétition, le marché des licences correspondantes en subira les conséquences.

Une gestion des clubs plus complexe

55Malgré un bénévolat encore actif et diversifié dans ces clubs, les modes de gestion de plus en plus complexes des associations, en particulier si ces clubs prennent de l’ampleur, risquent d’entraîner à terme un désengagement progressif des bénévoles. Ceci pour plusieurs raisons :

  • Il est de plus en plus compliqué d’appréhender les capacités juridiques, administratives et fiscales des organisations sportives et les transformations de l’environnement social et économique dans lesquelles elles s’insèrent.
  • Au niveau qualitatif, le travail d’ordre professionnel (au sens complexité de la tâche) dépassera le degré possible d’investissement en temps des bénévoles. Les compétences des bénévoles ne suffiront plus à assurer le fonctionnement juridique, fiscal et administratif du club (problèmes fiscaux, TVA, droit social, droit du travail, responsabilité civile pénale et économique).

56Sur un plan plus subjectif, les bénévoles prennent conscience des difficultés, des limites de leurs compétences et préfèrent se désimpliquer pour laisser la place à des professionnels.

57Comment pallier ce danger qui guette ces clubs et un grand nombre d’associations ?

58Ils peuvent s’orienter vers l’embauche de salariés mais les clubs pongistes, à l’heure actuelle, ne peuvent devenir employeurs dans les domaines de la gestion et de l’administration par manque de moyens financiers. Les dirigeants disent : « si on embauche, on peut le faire mais on perd l’équipe de Super Division ».

59Heureusement, étant des sections de clubs, le CAM de Bordeaux et le SAG Cestas bénéficient pour leur gestion de la structure omnisports dans laquelle travaillent des salariés. Eysines, en revanche ne peut compter sur le même appui.

60Sans tomber dans un dérive mercantile, les clubs de tennis de table doivent impérativement s’adapter à ces changements actuels et aux possibles évolutions structurelles et fonctionnelles que l’on vient de préciser.

61Pour faire face, ces clubs doivent retrouver de la crédibilité hors du marché de la licences compétitive et de la formation des élites, évaluer et trouver d’autres sources de rentabilité financière et sociale en créant de nouveaux points de ralliement, attirer et fidéliser un autre public que celui que l’on trouve généralement dans les associations en ouvrant de nouveaux espaces.

C. Ouvrir de nouveaux espaces

62Les clubs de haut niveau ne sont pas des vendeurs d’articles de sport mais ils vendent des prestations de haut niveau (équipe de Super Division) et une pratique sportive qui comprend le conseil, l’encadrement, la formation, le suivi du pratiquant. Ici le club doit reprendre toute sa place « d’entreprise » de service public : éducation sportive et civique, formation, intégration sociale...

63La force, d’une discipline comme le tennis de table, c’est justement la facilité d’accès aux pratiques et aux services qu’elle peut proposer ; on peut y jouer partout, comme on veut, sans grande contrainte matérielle ; du loisir à la préparation des élites, les prestations sont très variées ; encore faut-il les faire connaître.

Typologie de l’offre pongiste des clubs Aquitaines

Les scolaires

64Le tennis de table bénéficie d’une bonne image auprès des enseignants du primaire car il aide au développement psychomoteur et propose des activités à un public mixte et de tout âge.

65Plus récente est l’introduction du tennis de table au niveau du secondaire.

  • 19 Education Physique et Sportive.

66Il fait partie des nouvelles disciplines sportives « en vogue » pratiquées en cours d’EPS19 avec le badminton, le judo...

67Les trois clubs Aquitaines reçoivent des classes régulièrement pendant toute l’année scolaire.

68Le créneau est particulièrement porteur sur le plan financier (licenciés) et les clubs rentrent pleinement dans leur mission de service social en participant à l’élargissement culturel sportif des populations.

Une politique d’incitation tarifaire intéressante

  • 20 W. Gasparini, op. cit., juin 1994.

69Chacune de ces associations est caractérisée par la possession de propriétés en matière tarifaire qui lui permettent une adaptation à l’espace local d’implantation20.

70Dans le même sens, la Fédération a créé en 1991 des licences que l’on appelle promotionnelles, moins onéreuses que les licences traditionnelles et prévues pour une pratique non compétitive.

71Ces clubs, qui ont bien intégré le fait que la notion de licencié n’est pas forcement corrélée à une pratique compétitive, profitent le plus possible de ces nouvelles licences qui amènent un financement et des pratiquants de plus en plus nombreux dans un esprit de convivialité plus que de compétition.

72Avec ces licences, les clubs attirent deux genres de « public loisir » :

Les réguliers qui désirent

  • un encadrement (je fais quelque chose de sérieux) ;
  • un enseignement (volonté de progresser) ;
  • la convivialité (l’esprit de groupe).

73Les occasionnels (ceux qui pratiquent le tennis de table après les vacances simplement pour s’amuser, comme ils pratiqueraient le billard ou le baby-foot) qui souhaitent :

  • une recherche de détente sans volonté réelle de progresser ;
  • une confrontation ludique.

74Ces clubs offrent aussi une nouvelle gamme de prestations sur la base d’abonnements payants à l’année ainsi que des cartes (multi-sports) permettant des activités encadrées par un personnel rémunéré pendant les vacances scolaires ou en semaine (mercredi).

75Toutes ces actions (licences promotionnelles, activités à la carte), mises en place par les responsables des clubs, participent de la volonté de se diversifier de manière horizontale en proposant des produits différents pour re-segmenter leurs offres (compétition, loisirs). Il leur reste maintenant à se diversifier d’une manière verticale en intégrant des services en amont et en aval de la discipline. (Un exemple : le projet du CAM Bordeaux d’agrandissement par la construction d’une salle vouée à la convivialité avec installation d’un billard, de baby-foot).

76Autres sources de financement pour les clubs, l’offre de location de leur salle aux entreprises pour leur permettre de disputer les rencontres de championnat corporatif.

77Un marché reste encore à conquérir : le public féminin qui représente dans ces trois clubs moins de 15 % des licenciés.

Un effort de communication

78Certaines associations refusent de faire du prosélytisme sous prétexte que cette démarche est contraire à une certaine orthodoxie associative.

79Outre la communication interne mise en place par les clubs, les responsables commencent à mettre en place une communication externe (envoi systématique de courrier à tous les clubs de la Gironde lors des rencontres de Super Division, articles dans le journal Sud-Ouest, publicité sur les radios locales...).

80Ainsi, on peut classer les clubs pongistes à un stade 2 de communication qui se situe entre un stade 1 où les associations restent indifférentes à la communication et un stade 3 qui comprend les associations se dotant d’un cabinet spécialisé dans ce type de techniques.

III. Pour conclure sur les clubs…

81Ainsi, nous constatons que des logiques différentes se côtoient dans l’espace du club.

82Nous avons une opposition entre une culture innovante qui a pour objectif de chercher à conquérir de nouveaux espaces et une autre culture moins dynamique de l’association, fondée sur le bénévolat, sur la non-lucrativité, et sur les subventions des collectivités locales.

83Cette culture traditionnelle de l’association s’oppose aussi à la culture des pongistes de haut niveau évoluant dans les équipes de Super Division, qui eux, fonctionnent dans une logique de marché.

84Une confrontation est également susceptible de naître entre les pongistes de haut niveau simplement acteurs-consommateurs de l’espace temps-compétition (les joueurs de Super Division ne viennent quasiment dans les clubs que pour disputer les rencontres de championnat) et l’adhérent usuel à qui on demande une implication dans la vie du club.

85Ce couple consommation / implication n’est-il pas susceptible de provoquer des tensions et des incompréhensions entre les membres d’un club ?

86Il est clair aujourd’hui que les clubs pongistes Aquitaines ont dépassé le seul cadre associatif traditionnel.

  • 21 Analyse avancée par P. Le Cannu, Professeur à la Faculté de Droit de Pau. In Les Petites A (...)

87Conservant leur finalité d’intérêt général, ils s’intégrent sur de nouveaux créneaux de type mercantile et profitent d’une économie21 pour promouvoir la discipline.

88L’enjeu est maintenant pour eux de progresser dans ce qui a toujours fait leur spécificité : la convivialité, l’accueil et l’animation.

89C’est seulement en revenant davantage sur ces bases que les clubs pourront affronter plus facilement la concurrence du marché.

  • 22 Ouvrir de nouveaux espaces. Document FFTT, 1995.

90Tous les clubs pongistes devraient avoir cette formule de la Fédération en tête « Sans accueil, sans animation, sans engagement, sans enseignement, le tennis de table sera toujours trop cher mais à l’inverse, des prestations de qualité se paient volontiers à juste prix »22.

Pour l’avenir, quels sont les atouts du tennis de table ?

91C’est un sport détente praticable à tout âge – de 7 à 77 ans (selon l’expression consacrée) – qui ne nécessite pas des qualités physiques extraordinaires pour développer un jeu de bon niveau.

92C’est un sport qui bénéficie d’une bonne image de marque auprès des Français et qui est largement répandu : 17 % des Français possèdent une table, 3 % des Français pratiquent le tennis de table du simple loisir jusqu’à la haute compétition – soit 1, 8 millions d’individus environ.

93Il doit s’imposer sur le créneau détente / loisir / compétition mais peut difficilement rivaliser avec des disciplines tels que le jogging ou toutes les pratiques physiques en salle dans une optique d’hygiène physique.

94Il n’est pas concerné à l’heure actuelle par des pratiques hybrides qui pourraient détourner un public potentiel à la différence de certains autres sports comme le ski ou le cyclisme par exemple.

95En ce qui concerne l’éthique sportive, le tennis de table est pour l’instant une discipline quasiment épargnée par les phénomènes de violence, de dopage et de corruption.

96Les clubs, dans leur mission de service social, doivent s’efforcer de garder cette intégrité en inculquant le respect des équipements, des arbitres, etc.

Des forces contradictoires au sein du système tennis de table

97Pour terminer, permettez-nous d’insister sur un aspect qui, à notre avis, risque de constituer un frein important pour le développement de cette discipline : la faible médiatisation actuelle auprès des médias audiovisuels.

98Bon nombre de spécialistes se posent la question : est-ce que le tennis de table est médiatisable ?

99Cette question est d’autant plus d’actualité que les résultats de l’équipe de France sont dignes d’intérêt.

100En dehors des aspects purement techniques (visibilité et lisibilité des échanges) émerge un affrontement entre deux pôles : celui du développement technique et matériel et celui du spectacle.

101Le premier en plein essor (revêtements, colle rapide...) entraîne une diminution du nombre des échanges et risque de nuire à la qualité et à l’intérêt du spectacle pour le grand public.

102Il y a là un problème spécifique à la discipline avec ses conséquences pour les clubs en terme d’image et en terme économique.

Bibliographie

Bibliographie

BAYEUX P. et PIAU J.F., Clubs sportifs et collectivités territoriales. Les outils de la contractualisation, CNFPT. Paris, Éd. Revue EPS, 1997.

CHARNAY J.P., La stratégie, Paris, PUF, 1995, Que sais je ? n° 2937.

CHARTIER D. et LERBET G., La formation par production de savoirs, Paris, L’Harmattan, 1993.

CNSA/CNRS, Associations et communication, Paris, Vie associative, La Documentation française, 1989, 138 p.

COROND, M., Vie associative et vigilance démocratique. In Pour, n° 152, 1996.

GASPARINI W., La construction sociale de l’organisation sportive. Champ et engagement associatif. In STAPS, n° 43, juin 1997.

LEBLANC M., Le club de l’an 2000. Paris, éd. INSEP, 1992, collection Droit, Economie, Management.

LE DÛ F. et RENEAUD, M., Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ?, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998.

LORET A., Sport et management. De l’éthique à la pratique, Paris, éd. Revue EPS, 1993.

Ouvrir de nouveaux espaces, Paris, FFTT-École Fédérale des Cadres-Direction Technique Nationale, 1995.

PAILLOU N., Les trois enjeux du sport français, Paris, Dalloz, 1986.

Sport, relations sociales et action collective. Actes du colloque des 14 et 15 octobre 1993 à Talence. Bordeaux, Éditions de la MSHA, 1995.

Le club sportif au quotidien : mythes, réalités, projets. Les cahiers de l’Université sportive d’été, n° 4, Bordeaux, MSHA, 1989.

Pour des assises nationales du sport. Constats, débats et perspectives. Les cahiers de l’Université sportive d’été, n° 6, Bordeaux, MSHA, 1991.

Les hommes de club, dirigeants et techniciens : responsables ou otages ?. Les cahiers de l’université sportive d’été, n° 5, Bordeaux, MSHA, 1990.

Le sport dans tous ses pouvoirs. Les cahiers de l’Université sportive d’été, n° 10, Bordeaux, MSHA, 1996.

Notes

1 A. Menaut, Sport, relations sociales et action collective, Actes du colloque du 14 et 15 octobre. Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993.

2 Société Athlétique Gazinet.

3 Club Athlétique Municipal.

4 Amicale Laïque.

5 D. Chartier, et G. Lerbet, La formation par production de savoirs. Paris, L’Harmattan, 1993, Coll, alternances développements.

6 W. Gasparini, STAPS, n° 43, juin 1997.

7 Y. Chateaureynaud, Le club sportif au quotidien : mythe, réalités, projet. Bordeaux, MSHA, 1989.

8 Propos de R. Aron dans J.-P. Charnay, La stratégie, P.U.F., 1995, Que sais-je ?

9 W. Gasparini, op. cit., juin 1994.

10 Fédération Française de Tennis de Table.

11 Source FFTT.

12 Source : rapport de stage effectué sur les clubs par les candidats au BEES 1 degrés option tennis de table. 1997-98.

13 Nelson Paillou, Les trois enjeux du sport français, Paris, Dalloz, 1986.

14 La première époque est celle des dirigeants pratiquants ou anciens pratiquants, la deuxième celle des notables, la troisième celle des techniciens sportifs et la quatrième celle des techniciens gestionnaires.
J. Houel, « Bénévoles / professionnels : posons le problème », « Les rapports entre permanents et élus », in Les hommes du club, dirigeants et techniciens : responsables ou otages ?, Les Cahiers de l’Université sportive d’été, n° 5, Bordeaux, MSHA, 1990, p. 31-35, p. 79-99.

15 Association des Pongistes Professionnels.

16 Association des Tennismen Professionnels.

17 Centre Permanent d’Entraînement et de Formation.

18 International Table Tennis Fédération.

19 Education Physique et Sportive.

20 W. Gasparini, op. cit., juin 1994.

21 Analyse avancée par P. Le Cannu, Professeur à la Faculté de Droit de Pau. In Les Petites Affiches, n° 104, Pau, 16 septembre 1983.

22 Ouvrir de nouveaux espaces. Document FFTT, 1995.

Auteur

Doctorant en STAPS – Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique – Université Victor Segalen Bordeaux 2. UPRES 498 – Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search